logo

Aides et conseils pour les consommateurs et leur entourage

logo

Aides et conseils pour les consommateurs de cannabis et leur entourage

Témoignages

Explications:

Vous pouvez consulter les témoignages de nos utilisateurs ou composer votre propre témoignage.
Témoignage aléatoire:
Thibault (36 ans) - Nationalité France - 14 février 2020
" Bonjour et merci de lire mon témoignage, j’aimerais qu’il puisse vous apporter autant que les autres récits d’anciens consommateurs ont pu m’aider dans ma démarche d’en finir avec la dépendance au cannabis. Mon histoire avec l’herbe est classique : au lycée j’ai commencé à fumer avec les potes, puis occasionnellement et quand j’avais un peu d’argent, à prendre un peu de conso pour moi seul. Je commençais à vraiment apprécier ces moments de défonce et à être dépendant de l’effet : je me sens bien, créatif, passionné par plus de choses et j’ai l’impression de profiter que quand je suis stone, j’apprécie moins les moments seul sans effet, je m’ennuie. Un cercle vicieux débute. Les années passent et je m’installe dans ma propre maison quelque temps plus tard, je me suis mis à faire pousser ma propre herbe. J’avais désormais de la marijuana à volonté, je fumais maintenant le soir plusieurs joints, parfois le matin et le week-end régulièrement en journée. Je passais tous mes moments seul à consommer. J’avais également pas mal d’amis qui venait à la maison et bien sûr nos soirées était consacrées à fumer tous ensemble. Cette période dura 4-5 ans et m’enfonça dans une vraie dépendance. J’aménage un nouvel appartement où il n’est plus possible d’avoir ma propre culture, après quelques mois de galère pour m’approvisionner, sans tomber non plus à sec mais avec beaucoup de péripéties pour avoir de quoi fumer, je trouve finalement des solutions, certes bien plus onéreuses que la culture à domicile, mais pas moins efficace pour avoir toute la weed dont j’ai besoin. Je continue sur le rythme de plusieurs gros joints par jour. Je commence à m’inquiéter petit à petit des effets sur ma santé et de ne plus pouvoir vivre sans, ça fait des années que je passe tous mes moments de repos à fumer et je ne vois pas comment les occuper autrement. La trentaine est passé et cela fait maintenant 8 ans que je fume quotidiennement. Pendant quelques jours je n’ai pas réussi à me fournir, aucun moyen de refaire le plein, j’étais à jeun contraint, obsédé par une seule idée : trouver de l’herbe. J’y pense du matin au soir, une vraie obsession, j’avais l’impression d’être un zombie, je ne trouvais gout à rien et aucun intérêt aux activités que je faisais quand je fumais, ce fût un premier déclic. J’admettais enfin être complètement dépendant et incapable d’apprécier la vie sans. Plus rien ne m’apporte autant que la fumette, je perds de nombreux plaisirs simples, moi qui aimai lire, écrire, balader, écouter de la musique, je n’apprécie plus sans l’effet de mon joint. Mon organisation et ma vie tournent autour de la conso: trouver un plan pour avoir de l’herbe, passer à la maison en fumer un, perdre 2H avant de ressortir au lieu de rejoindre directement la soirée et rentrer plus tôt pour consommer de nouveau par exemple. On ne se rend pas vraiment compte de la réduction des effets des premiers joints (ou occasionnels) qui apportent beaucoup de bien-être, d’euphorie, d’inspiration et de discussion, qui rendent tout « plus intéressant ». Je pense qu’on tient là le piège principal qui nous y fait revenir: pourquoi j’arrêterais quelque chose qui me détend et me rend si bien, si « créatif »? Le souci, c’est qu’en devenant consommateur régulier, ces effets se sont fait de moins en moins présents, remplacés par une sensation de stone qui n’a plus la même saveur, j’étais juste mou et prêt à glander toute la soirée. C’était si facile de s’enfermer dans sa bulle, dans son petit confort quotidien et de se dire « ho après une dure journée comme ça je le mérite celui là » Au bout de quelques mois, années de consommation, la défonce n’est plus aussi plaisante, je profite moins de l’instant présent et pense qu’à la fumette, j’ai mal à la tête parfois, mal à la gorge, les poumons qui sifflent, des trous de mémoire et des hallucinations, je complexe de ce que je suis en train de devenir. Je me dis que beaucoup de monde arrive à se détendre et à profiter sans rien prendre, alors pourquoi pas moi mais ça me parait encore si loin. Dans ma prise de conscience, j’ai commencé à lire sur internet des informations que j’avais à porter de mains mais que j’avais fuies inconsciemment : les effets destructeurs sur la mémoire et la santé, les sensations de plaisir autre que celle du joint qui sont de plus en plus diminués. Un vrai piège : plus on fume moins on apprécie les choses simples de la vie et moins on les apprécie, plus on fume. J’ai continué à lire sur ce que je me cachais pendant toutes ces années et qui me perturbait tous les jours au travail sur ma moto: en cas de contrôle positif? J’ai des amis motard et d’autres connaissances à qui s’est arrivé, qui n’ont plus de permis et des galères énormes suite à un contrôle, j’ai des exemples concrets et moi je continue à jouer à la roulette russe? Un jour j’ai été arreté pour un gros excès de vitesse, et n’ai jamais été aussi proche d’un dépistage, je ne sais toujours pas ce qui m’a fait passer au travers, cela a été un électrochoc, j’ai longtemps fui mes responsabilités mais finis par les affronter. J’ai pris les devants sur les lourdes sanctions encourues. Risquer 6 points, 6 mois de retrait minimum, 1200€ d’amende, devoir faire des tests urinaires réguliers pour garder son permis, devoir rembourser quelqu’un à vie en cas d’accident, être inassurable, j’e n’attendrais plus que ça m’arrive. Dans ce cas concret, je serais obligé d’arrêter mais avec de gros problèmes en plus. Je me suis mis à passer mes soirées à lire des témoignages et des forums de consommateurs, trouver des personnes qui vivaient la même chose que moi, les mêmes interrogations m’ont aidés à identifier les problèmes. La motivation de certains m’a stimulé, leur nouvelle vie sans fumette me faisait si envie et je réalisai qu’arrêter était possible. La naissance mon fils et les responsabilités qui en découlent ajouta un cadre qui m’a bien aidé aussi. J’ai eu la vision de lui un peu plus grand, de moi qui me cache tous les soirs pour fumer, de m’en occuper défoncé, de savoir qu’il va vite comprendre ou se poser des questions, la vision m’angoissa beaucoup. Hors de questions qu’il est un père fumeur de cannabis… Non, j’arrêterais avant il est vraiment temps. Après toutes ces réflexions je fumais quelques petits derniers petits joints sur deux soir et arrêtais pour de bon ensuite sans grosses difficultés. Un dernier point sur mon sevrage: Sevrage psychologique: Honnêtement… Ce n’a pas été si dur une fois la prise de conscience, le plus dur de mon coté c’est vraiment de trouver la volonté, un élément déclencheur, et s’imaginer profiter des moments de détente sans fumer. Chacun trouvera ses propres déclencheurs mais garder en tête la possibilité d’arrêter, le temps que l’idée fasse son chemin. Ne pas fuir les effets néfastes sur le long terme, internet regorge de conseils, forums et témoignages dans lesquels se reconnaitre et trouver une source de motivation. Pour les difficultés concrètes, je dirais une semaine où les soirées sont plus ennuyeuses et on se dit qu’on ne peut pas profiter d’un film ou d’un jeu vidéo sans être défoncé, que tout est moins intéressant. On y pense pas mal dans les anciens moments où l’on fumait puis petit à petit ces sentiments s’inversent, je me suis mis à apprécier la sobriété, le fait d’être plus alerte, de mieux suivre un film et ses subtilités, de retrouver de la motivation et de l’inspiration, de l’énergie à me relancer dans des loisirs que j’avais laissés tomber, c’est quand ce point de bascule est atteint que je me savais en bonne voie. Sevrage physique: environ 4-5 nuits à transpirer fortement, un peu mal au ventre et transit en vrac mais rien de méchant. Effets positifs: disparition des trous de mémoire, retour des rêves, meilleure concentration, moins de fatigue et plus d’énergie , d’endurance au sport, plus de motivation et beaucoup moins de pensées négatives. Comment je me sens aujourd’hui: fier de moi, je ne me voyais pas comment apprécier la vie sans la fumette, je voyais aucun moyen de m’en sortir et de profiter de la vie sans le cannabis alors qu’avec une vraie volonté c’est possible d’arrêter. Je me suis retrouvé, ma personnalité, mes loisirs et mes envies, je profite du moment présent et vit ma vie pleinement."
Catégories associées: