ic launcher

logo

Aides et conseils pour les consommateurs et leur entourage

logo

Aides et conseils pour les consommateurs de cannabis et leur entourage

Témoignages

Explications:

Vous pouvez consulter les témoignages de nos utilisateurs ou composer votre propre témoignage.
Témoignage aléatoire:
Anonyme (30 ans) - Nationalité France - 08 février 2021 - Partager sur: Facebook - Twitter
"J'ai commencé à fumer avec mon compagnon vers l'âge de 16ans. Au début, ce n'était qu'occasionnel et dans des conditions festives... A mes 22 ans, j'ai emménagé en collocation avec lui et des amis. C'est à ce moment que nous avons pris la mauvaise habitude de fumer tous les jours. Habitude qui nous a suivi lorsque nous avons emménagé à deux. Pendant 7 ans, environ, nous avons donc fumé tous les jours. Uniquement le soir en semaine et également pendant la journée le weekend. Nous consommions entre 2 et 3 joints par jour, à deux. Ce qui différencie mon expérience avec le cannabis de celle de la plupart des autres personnes c'est que fumer ne m'a réellement jamais causé de problème. Au contraire, j'ai toujours trouvé cela très agréable et cela n'a jamais entravé d'autres aspects de ma vie. J'ai toujours continué à faire beaucoup de sport et de nombreuses activités. J'aimais même fumer avant d'aller courir! Pareillement, fumer n'a jamais entravé ma vie sociale, au contraire, cela avait plutôt tendance à me rendre plus tolérante envers les autres et plus patiente. Professionnellement parlant, j'ai toujours su dissocier, c'est- à-dire que je n'ai jamais fumé avant ou pendant le travail. C'était un principe auquel je tenais. J'ai su également réussir brillamment mes études universitaires en fumant, je dirais même que la weed m'a aidé à réussir mes études puisqu'elle m'aidait à me concentrer. Les blocus où je fumais beaucoup sont paradoxalement ceux que j'ai le mieux réussi ! Aussi, fumer m'a beaucoup aidé au niveau de ma créativité et de mon imagination. Lorsque je peignais ou dessinais, j'adorais fumer en même temps, c'était vraiment top. Et je ne parle même pas du sexe... Bref, j'ai toujours entretenu un rapport très positif avec l'herbe. Sa consommation a même été plutôt positive en terme de santé mentale puisqu'elle m'a aidé à me défaire de mes troubles alimentaires lorsque j'étais plus jeune. Je pense n'avoir jamais développé de réelle addiction dans la mesure où ne pas fumer si nous n'avions plus rien de stock ou durant les vacances ne me posait aucun problème. Pareillement, aucune envie de fumer à l'extérieur ou au travail. Pas d'état de manque, pas de stress, pas de trouble du sommeil. Rien. Alors pourquoi arrêter me direz-vous? Et bien parce que comme tout produit qui se fume, cela nuit gravement à la santé et j'en ai bien conscience... Fumée très épaisse, mélangée avec du tabac, pas de filtre.... Je pense être une personne raisonnable, et après 7 ans de consommation ininterrompue, j'ai décidé pour moi et mon compagnon que c'en était assez, que nous avions assez fumé et que pour notre santé futur il était temps d'arrêté. En effet, le fait que moi-même ou mon compagnon puissions développer un cancer me terrifie et était source d'angoisses morbides. J'ai déjà été confrontée de près à cette horrible maladie et je ne souhaite cela ni pour moi, ni pour mes proches, ni pour quiconque... J'ai donc demandé à mon compagnon de ne plus acheter, tout simplement. C'est comme cela que nous avons arrêtés. Pas de weed à la maison, pas de consommation. C'est aussi simple que ça. A la base, je ne voulais pas imposer cette décision à mon mec mais ne pas fumer lorsque lui consommait était totalement impossible pour moi. J'ai toujours été trop faible pour le regarder fumer en m'abstenant. C'est un peu nul, j'en ai conscience mais comme j'avais vraiment envie d'arrêter de fumer, je l'aurais largué s'il n'avait pas soutenu mon projet. Il a donc accepté, avec beaucoup de bienveillance. Suite à cela, j'ai su qu'il m'aimait vraiment! Actuellement, nous avons presque totalement stoppé notre consommation depuis plusieurs mois (à part quelques joints avec des amis, occasionnellement). Personnellement, cet arrêt brutal s'est fait très naturellement. Pas de stress, pas d'état de manque, pas de trouble du sommeil... RIEN. Par contre, je trouve la vie globalement plus fade. Et il y a de nombreuses fois où je me dis que dans telle ou telle situation ce serait mieux si j'étais défoncée. Que j'en profiterais mieux. Sans l'herbe je suis hyperactive, je ne prends pas le temps de me poser, je suis impatiente et j'ai l'impression de moins profiter de mon existence... Honnêtement, si cela n'était pas mauvais pour la santé, c'est certain que je fumerais encore car j'adore cela. Pour moi, l'herbe reste encore associée à beaucoup de sensations très positives et clairement elle me manque dans mon quotidien. En fait, ce qui je trouve vraiment dur, c'est que contrairement à ce que tout le monde dit, je ne me sens pas mieux sans fumer. "Tu verras, tu seras moins fatiguée!, Tu dormiras mieux!" --> Non, je dors toujours bien et je suis toujours fatiguée parce que je travaille trop! "Tu arriveras mieux à te concentrer et tu seras plus efficace!"--> Au contraire! "Tu verras, tu auras envie de faire plus de choses!" -->Non, ce n'est pas le cas, j'ai toujours eu beaucoup d'activités, le fait de ne pas fumer n'y change rien." --> "Ton cardio s'améliorera" --> Ok, ça c'est vrai! Bref, à part le cardio, je ne vois pas d'amélioration globale de mon bien être. Au contraire, je me sens globalement un peu moins bien... Je ne me sens pas mal, entendons-nous bien, je suis globalement positive et motivée dans ma vie mais j'ai l'impression qu'il me manque juste un petit quelque chose. J'espère sincèrement que ça va passer mais j'ai quelques réserves à ce sujet... Enfin, je me dis malgré tout que j'ai fait le bon choix et qu'il est hors de question que je recommence à consommer de manière régulière. Je prends la décision de parier sur l'avenir parce qu'on a qu'une santé et quand elle est bonne, il faut la préserver. Et puis le cardio c'est aussi important ;)"