ic launcheric launcheric launcheric launcher      facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

Bouton pour aller vers les pages en Langue FrancaiseBouton pour aller vers les pages en Langue AllemandeBouton pour aller vers les pages en Langue ItalienneBouton pour aller vers les pages en Langue Anglaise  Bouton pour aller vers facebook Bouton pour aller vers  twitter

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

Témoignages

Les 5 derniers témoignages
Les témoignages les plus marquants
Proposer votre propre témoignage
 
Ex-Fumeurs
Ex-Fumeurs (686)
Motivations/Bénéfices de l'arrêt (197)
 
Ex-Fumeurs
Fumeurs(159)
Tentative d'arrêt (124)
Fumeurs Malade (75)
 
Entourage
Famille/Ami (76)
Non fumeurs (11)
Fumée passive (21)
 
Jeunes
Jeunes de moins de 18 ans (48)
 
Dépendance / manque
Dépendance/Manque (53)
Rechute/Echec (53)
Symptômes de sevrage (32)
Dépression/Anxiété (29)
Insomnies (8)
 
Méthodes d’arrêt
Méthodes diverses (121)
Substituts nicotiniques (106)
Livre Allen Carr (39)
Aide psychologique/soutien/solidarité (55)
appli Stop-Tabac (6)
E-cigarette / vapotage (35)
 
Maladies
Risques et maladie diverses (97)
Cancers (45)
Maladies cardio-vasculaires/infarctus (30)
Problèmes respiratoires (43)
Impuissance sexuelle (10)
 
Santé / bien-être
Problème de poids (31)
Pillule contraceptive (3)
Beauté/Grossesse/Enfants (58)
Sport (29)
 
Industrie du tabac / société
Politique et industrie du tabac (20)
Additifs (1)
Joint et Tabac (18)
Autres drogues (1)
site Stop-Tabac (100)
 
Accéder par mots clés
 
Autres types de témoignages
Témoignages audios
Témoignages vidéos
Témoignages de célébrités
    Témoignages de célébrités

Participez à l'efficacité de l'application Stop-tabac

L'Institut de Santé Globale de l'Université de Genève, cherche des fumeurs pour participer à une étude visant à tester l'efficacité de l'application Stop-tabac pour smartphones.
Les participants s'engagent à utiliser régulièrement l'application et à répondre à 3 questionnaires de suivi, après 1 semaine, 1 mois et 6 mois.

Android   logo android  iPhone  logo apple IOS

Accéder par mots clés

"normale" (17)

Anonyme (66 ans) - Nationalité Belge - 13 décembre 2019
"Enfin j y suis arrivé, bientôt un mois et demi sans tabac, pendant 15 ans je pensais le faire mais c était impossible du fait que ma conscience s y opposait,une petite voix à l intérieur à chaque fois me rappelait que sans tabac,ma vie n aurait plus de sens,que mes journées seraient monotones, que ma vitalité prendrait un coup,je pensais que le tabac me stimulait,me donnait une énergie,quelle erreur diabolique? Jusqu au jour où ,il y a quinze ans j ai eu ma première alerte,une bronchite pas comme les autres,suivie par d autres à intervalles très réguliers,bronchites proches de l asthme, malgré cela j ai continué à fumer, jusqu à cette dernière crise où j avais de la peine à respirer, j ai vite couru aux urgences où un aérosol s est avéré nécessaire, cela m a beaucoup fait réfléchir, pourquoi ai je besoin de fumée dans mon corps au point de ne plus pouvoir respirer et manquer de souffle au moindre effort, j ai décidé d arrêter et croyez moi,j ai bien fait, à mon trente troisième jour sans tabac,je récupère mon souffle ,ma respiration est devenue normale,je n ai plus aucun sifflement ni sensation d asphyxie, bref à 66 ans je revis, encore quelques semaines et j attaque le côté condition physique, j ai une belle carcasse d après mon médecin,j ai abîmé le moteur mais croyez moi ,je vais le réparer, la vie est belle sans cigarettes,je me disais il n y a pas si longtemps,"si j arrive à tenir ne fut ce qu un jour,et bien j arrêterai de fumer" j ai fumé pendant cinquante ans, j ai tenu ma promesse, je ne fume plus. "
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Anonyme (50 ans) - Nationalité Suisse - 02 novembre 2019
"Après plusieurs tentatives et autant d’échecs pour arrêter de fumer, je suis enfin sur la bonne voie et peut vous donner le conseil suivant pour y parvenir : seule la volonté ne suffit pas, il y a un côté plus psychologique pour arrêter de fumer, une réelle prise de conscience. Pour mieux comprendre, métaphore : Si vous arrêtez en pensant que vous abandonnez votre meilleure amie, votre amante qui est près de vous dans les bons comme dans les mauvais moments, cette fidèle grande copine qui vous aide et vous soulage, cette super compagne vous manquera tous les jours si vous l’abandonner, vous êtes donc condamnés de recommencer car cette amie qui vous manque tellement vous pouvez la revoir et profiter de ses bien-faits chaque fois que vous passez devant un lieu de vente de tabac, eh oui, c’est la triste vérité. Maintenant la vérité, et c’est la vérité : Vous allez abandonner votre pire ennemie, celle qui veut sa dose, celle qui vous vole votre argent, la garce, elle vous fait croire bien-être, soulagement, soutient, convivialité, liberté et bien d’autres aspects positifs que tout les fumeurs crient haut et fort pour se donner bonne conscience. Vous avez compris que vous faites avoir par cette créature qui a réussi à déprogrammer votre cerveau par se nourrir de produits nocifs et vider votre porte-monnaie en passant. Quel être censé dont son cerveau marche normalement, un non-fumeur par exemple, achète un poison et se l’injecte volontairement dans son corps. Maintenant que votre esprit, votre façon de voir les choses sont devenus normale et que la vérité concernant cette « merveilleuse amie » est dévoilée, vous allez enfin pouvoir mettre de l’ordre dans votre vie. "
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Vincent (55 ans) - Nationalité France - 28 avril 2019
"Bonjour, Voici le récit d'une des expériences les plus étranges qu'il m'a été donné d'exprimer au cours de ma vie. J'ai choisi de la partager. Il n'y a pas de Blabla, cela a été efficace pour moi, pas de patch, de vaporette ou autre moyen de substitution. Cela m'a permis jusqu'à aujourd'hui d'arrêter net du jour au lendemain. Méthode simple basée sur le conscient, inconscient, subconscient et l'auto hypnose. Phase un: Prendre son temps pour ce persuader de l'aspect nocif du tabac. Penser et rechercher tous les aspects négatifs rattachés au tabac. Vous vous préparer à franchir le pas. Réessayer jusqu'à votre réussite. Phase deux: Prenez une cigarette (étonnant non!), allumez la. Très important. Tirez une bouffée tout en regardant attentivement la cigarette se consumer, recommencez jusqu'à ce que l'image soit bien ancré sans votre esprit. Phase trois: Prenez une paille pour soda. Portez la à votre bouche, respirez par cette paille (important, ne respirez pas par le nez). Ceci est votre respiration actuelle. Pliez légèrement la paille, cela est votre respiration dans 10 ans. Plus vous allez plier la paille plus cela vous montrera votre respiration de fumeur dans le temps. Ne trichez pas avec vous même, ne vous voilez pas la face. La phase trois m'a fait prendre conscience. L'arrêt a été immédiat au milieu de fumeurs (aucune gêne). Le phénomène de manque/ Je me sers de la phase deux, quand j'ai envie de fumer je revois cette cigarette en train de ce consumer tout en faisant semblant de fumer avec ma bouche, vous pouvez même vous accompagner de votre paille si vous le souhaitez. J'en suis au 34 ème jour et je n'éprouve plus ce besoin de fumer, je commence à me réguler sur la nourriture et à enfin revenir à une vie normale. En espérant de tout cur que cela fonctionne avec vous. "
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Anonyme (21 ans) - Nationalité France - 22 novembre 2018
"Bonsoir à tous; Voilà que m'est venu l'idée d'écrire pour m'aider à arrêter. Pour vous situer un peu j'ai 21 ans, je suis assez sportif en général mais voilà que depuis mai/juin de cette année je me suis mis à fumer régulièrement entre 6 et 10 clopes par jour (ce chiffre explose en soirée..). Quand j'étais au collège/lycée il m'arrivait de fumer mais je n'ai jamais ressenti de besoin réel ni de manque, je pouvais passer des jours sans fumer sans soucis. J'ai commencé à fumer je crois lorsque j'ai arrêté la course à pied et cela s'est amplifié en juin quand j'ai commencé à faire des petits boulots d'été. Pour ces gens là fumer est une chose normale et je dois avouer que ça me faisait "du bien" de fumer des clopes au travail ce qui était un moyen rapide de prendre un petit plaisir le temps d'une pause. Mais voilà je culpabilise énormément de fumer. Quand je suis seul et que je fume je culpabilise car je sais que la cigarette n'est pas compatible avec le mode de vie que je veux mener. Je fais de la montagne et j'aimerais en faire mon métier alors parfois je me rassure en me disant que les alpinistes du siècle dernier fumaient clope sur clope durant leurs expéditions puis je pense aux sportifs d'aujourd'hui qui eux sont irréprochables. Avant la course à pied était mon défouloir mais depuis que je fume je n'ose même plus aller courir à cause de la clope. Je culpabilise énormément, d'ailleurs j'avais rencontré un gars qui avait arrêté pour les mêmes raisons, le mec était pris de remords à chaque fois qu'il fumait et ça lui pesait énormément mais avec de la volonté il a réussi à arrêter. Voilà c'est un peu en désordre désolé mais j'espère que certains pourront m'apporter leurs témoignages surtout s'ils ressentent la meme chose que moi."
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Jean-Luc (63 ans) - Nationalité Suisse - 11 septembre 2018
"J'ai fumé dès l'âge de 14 ans et cela jusqu'à 61 ans avec un arrêt de 5 ans, puis de nombreuses tentatives: Hypnose, accupuncture, Zyban, patch, etc... sans beaucoup de résultats. en été 2016, j'ai découvert l'e-cigarette et en 2 jours je n'ai plus touché une seule cigarette. Fin 2016, suite à 2 décès j'ai replongé. En juin 2017, suite à la pression "affectueuse" de mes filles, j'ai repris la vape. Depuis une année et deux mois plus de cigarettes. Je vape à 6 mg et j'ai un peu reporté mon addiction sur le matériel de vape. J'ai aussi entrepris un régime et repris le sport pour éviter d'augmenter un surpoids déjà présent. Voilà aujourd'hui, je ne m'essouffle plus, ma tension est tout à fait normale, et mon rythme cardiaque à baissere à 70 pulsations/minute au repos (82 à 85 lorsque je fumais.). Merci à la e-cigarette et même si l'idéal serait d'arrêter aussi de vapoter, je ne suis pas du tout prêt à le faire et à prendre le risque de retomber dans le tabagisme.,"
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Franck (47 ans ans) - Nationalité France - 23 mai 2018
"Bonjour, J'aimerais vous donner mon retour d'expérience en tentant d'arrêter la cigarette a l'age de 30.ans. J'était jeune je travaillait environ 15 h par jour et je gagnais très bien ma vie.Rien ne me faisait peur même Al Capone aurait pu venir avec ses hommes de main, j'aurais su les recevoir. D'un commun accord nous nous sommes séparé avec mon ancienne conjointe, nous voulions refaire notre vie. J 'ai acheté un splendide appartement et je me suis dit: Si jarretait de fumer. Je me suis donc arreté a 23h59 et j'ai du rester dans mon appartement 2 ou 3 jours a me reposer... Ma charmante nouvelle amie passait régulièrement me voir. Aprés plusieurs tentatives restées infructueuses je me suis dit la chose suivante: je me metterai peut-être une balle dans la tête mais je ne refumerai jamais... Au bout de 15 jours j'étais amorphe, un état que je n'avait jamais connu, en réalité c'était un burn-out. Je vais voir mon "gentil" médecin, lui explique ma situation , il me dit vous faite une déprime , il faut prendre des antidépresseurs et anxiolytiques, je lui répond directement: Je ne souhaite pas sortir d'une drogue pour entrer dans une autre, combien de temps cet état va t'il durer ? Il me répond en général cela dure entre 15 jours et 2 mois.... Au bout de 3 mois j'était devenu un "légume" je n'arrivais même plus a écrire une simple lettre, je repasse voir le gentil médecin il me dit , je vous avait bien dit de commencer un traitement... Je n'ai rien pris... et je demande une consultation avc le plus éminant professeur Adictologue Français. Il ne m'a rien apporté d'autre qu'un traitement identique a l'autre médecin. Evidemment je n'ai rien pris., je faisait tout ce qui me faisait plaisir en guise de compensation, je mangeait 2 grosses cotes de boeuf de 1.7kgs par semaine, je buvait 2 bouteilles de vin classé le soir, mangeait du Nutella, que des choses qui me faisaient plaisir mais a outrance. J'ai grossi énormément j'ai pris 30 kgs, on m'a même traité de" gros", pas gros-porc rassurez-vous! Au bout de 5 mois , je ne pouvait toujours pas travailler, j'était un légume, et je me suis dit, a quoi bon vivre, ma vie nouvelle vie est très inconfortable , je vais rester dans cet état , a quoi bon vivre? J'aurais pu refumer et retrouver une vie normale mais j'avais "verouillé" ma volonté A 5 mois et demi , je me suis dit, je vais me "fumer" néanmoins je ne veut pas salir mon bel appartement surtout avec un fusil de chasse. Je voulait que mon appartement revienne a mes parents mais sans" traces"! Je suis allé a Creteil a coté de Paris dans un centre de tir pour la Police et aussi les particuliers,car je voulait prendre un 9 MMS et me coller une balle dans les toilettes. J'arrive au comptoir, une délicieuse jeune fille blonde ( pour être aussi mignonne elle était peut-être Suisse!) je lui dit : Bonsoir, j'aimerais m'inscrire pour faire du tir, elle me répond très gentiment: Monsieur vous avez normalement un délai de 10 jours d'attente pour l'examen du dossier,mais je vais faire une exception pour vous, néanmoins s'il arrive le moindre incident, c'est moi qui vais 'trinquer". Bien entendu je voulais en finir mais aucunement apporter des ennuis a cette charmante personne, j'ai donc tiré dans des cibles, j'ai rendu l'arme déçu et je suis partis dépité. Je suis rentré chez moi, me saouler. Ce qui est intéressant, c'est que comme par miracle, 3 semaines après les effets de déprime ont disparus d'un seul coup. J'ai pu retravailler, j'ai monté une grosse société, j'ai voyagé dans le monde , j'ai crée une marque connue en France. Cette douloureuse expérience m'a fait comprendre que dans la vie, il ne faut jamais s'exciter, toujours prendre du recul et ce qui nous semble, un enfer a un moment donné, nous en rigolerons dans 6 mois, pourquoi ne pas en rigoler directement ? J'ai tenu 4 ans, et lors d'un dîner d'affaire j'ai fumé un malheureux "joint d'herbe" et une cigarette derrière, je me suis hélas remis a fumer. Je vais bientôt programmer un nouvel arrêt mais avec du Curcuma a haute dose en tant qu'antidépresseur si besoin, ainsi qu'un produit super efficace contre les addictions en tous genres et qui se nome le Kuzzu. Bien entendu a l'époque je ne connaissait pas l'existence des ces 2 produits aussi efficaces que des médicament. En espérant vous avoir apporté quelque chose, je vous souhaite un arrêt du tabac pas trop difficile. Franck de Paris France "
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Mélanie (27 ans) - Nationalité Suisse - 27 juin 2014
"Bonjour, Le 1er septembre 2014 je fêterais ma première année sans aucune cigarette. J'ai arrêté du jour au lendemain, le jour d'un grand changement professionnel. J'ai commencé à fumer graduellement à l'âge de 17 ans, lorsque mes parents se sont séparés et pour faire comme les autres, me sentir plus mûre, mais je n'ai jamais vraiment aimé fumer. Bref, à 26 ans je me suis rendue compte que cela faisait bientôt 10 ans de tabagisme, des milliers de francs fichu en l'air et surtout des problèmes de santé qui allaient en s'aggravant... Les premiers trois mois ne furent pas faciles, mais j'ai tenu le coup grâce à mon couple aussi,, j'ai été soutenue. En presqu'un an voici les bénéfices non exhaustifs que j'ai noté et / ou que les autres ont remarqués: -règles régulières -peau et teint lumineux et plus un seul bouton -plus de mycose de l'ongle -mes cheveux sont sains -plus de kystes (dû à des poils incarnés profonds) -des dents et des gencives en bonne santé -Plus de mauvaise haleine -j'ai retrouvé une capacité pulmonaire normale - je ne suis pas tombée malade cet hiver, - plus de pilosités exacerbée... Bref, les filles arrêtez tant qu'il est encore temps... Je ne regrette pas du tout ma decision et me sent beaucoup trop bien pour recommencer un jour. Bonne chance à tous. Mélanie une ex-fumeuse"
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Christine - Nationalité France - 02 février 2011
"Depuis le 11 septembre 2009, je suis à la cigarette électronique et n'ai pas retouché de cigarette normale depuis. Je suis très satisfaite et fière de moi. J'étais grosse fumeuse, 1 paquet, un paquet et demi par jour. J'ai essuyé des échecs à chaque arrêt et tiens le coup avec la cigarette électronique. J'ai essayé plusieurs cigarettes avec des taux différents de nicotine et de saveurs. Avantages : Des résultats sur le souffle, la sinusite et autres se sont rapidement faits ressentir. Je n'ai pas grossi puisque je ne compense pas un manque, j'ai la gestuelle, ma sensation d'inhaler, une contenance. Je ne suis plus obligée de sortir dehors en soirée, je n'empeste plus le tabac et ai toujours une agréable haleine mentholée ou autre. Inconvénients : Pas de recule sur la composition et les effets sur l'organisme. Les saveurs sont excellents et du coup, je l'ai toujours à la bouche. Je n'ai pas envie d'arrêter, la cigarette électronique me suffit, je suis tout simplement passée à autre chose en me rassurant que ça ne pouvait pas être pire que le tabac, mais je souhaiterai en être certaine. "
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Alice (46 ans ans) - Nationalité Française - 06 2009
"Bonjour, ça y est j'ai arrêté de fumer depuis 3 jours, vous allez vous dire oh ce n'est rien et bien pour moi c'est un vrai exploit et en plus je suis zen, quelques envies qui passent très vite, ça fait 20 ans que je fumais... j'ai mis un patch 24h et je me suis couchée je venais d'écraser ma dernière cigarette et voilà... enfin libérée, libérée de cette toux matinale qui a commencé il y a quelques mois, fini les craintes de me dire "est-ce que je vais en mourir" oh c'est sûr ce n'est pas gagné ni pour l'arrêt ni pour ma santé mais fini quand même. Et bien, je vais vous dire, je viens de redécouvrir les senteurs de la nature, les senteurs d'un bon repas, le goût incroyable, après 2 jours d'arrêt, ma langue qui avait une couleur et un aspect répugnant, et bien je la regarde plusieurs fois par jour et je n'en reviens pas, elle est presque revenue normale ! Ma voiture, elle, je ne la supporte plus, elle sent si mauvais, je fumais dans ma voiture... voilà, j'espère que ça pourra vous aider à franchir le pas vers la liberté. Je vous tiendrai au courant."
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Nathalie (41 ans) - Nationalité Belge - 11 novembre 2008
"Bonjour à tous, J'ai commencé à fumer à l'âge de 13 ans dans les toilettes du collège pour faire la maligne...!!! Evidemment comme tout le monde je suis devenue dépendante et à l'âge de 18 ans lorsque j'ai quitté le domicile de mes parents je suis devenue une fumeuse régulière (20 cigarettes par jour ou plus les week-ends). A 20 ans j'ai commencé à fumer des joints en plus de la cigarette. Cela ne m'a pas empêché de travailler et suivre une vie normale car la consommation était modérée... Je suis devenue maman à 32 ans, je ne suis pas parvenue à arrêter pendant la grossesse et l'allaitement, j'ai beaucoup culpabilisé sans trouver la volonté d'en finir.... Un jour j'en ai eu marre de cette dépendance et de payer pour me détruire la santé, j'ai commencé à réfléchir à lire et à vouloir arrêter sans trop savoir si j'en étais capable. J'avais le sentiment que ce serait un sacrifice, perdre un plaisir de la vie (c'est débile quand j'y pense aujourd'hui. Puis j'ai pris ma décision : J'ai décidé d'abord d'arrêter de fumer des joints (le 20/03/08), cela a été assez facile car la dépendance est surtout psychologique. Difficile un jour ou deux sans plus... Aujourd'hui cela fait 54 jours que j'ai arrêté la cigarette, j'ai lu le livre d'Allen Carr qui m'a donné le déclic. Quelle idiotie cette dépendance, je ne savourais plus comme avant les clopes, j'ai diminué de plus en plus jusqu'à arrêter complêtement. Aujourd'hui je me demande comment je n'ai pas arrêté plus tôt !!! Le sevrage est pénible les 15 premiers jours (sans patch, chewing gum, médicaments). Aujourd'hui ça va beaucoup mieux, encore quelques envies mais c'est très furtif et gérable. Par contre j'ai pris 5 kilos! Ce n'est pas grave je m'attaquerai à ce problème plus tard. Je suis tellement fière de moi, je me sens beaucoup mieux, plus d'énergie, je me sens libre.. J'espère que je me suis arrêtée à temps et que je pourrai encore profiter longtemps de ma nouvelle vie... Courage à tous, accrochez-vous cela en vaut vraiment la peine... Ne sous-estimez pas vos forces, nous sommes tous capables d'en finir avec ce poison et quelques fois c'est moins difficile que ce que l'on pensait (lire d'autres témoignages)et vive la vie sans fumée !!!"
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 

 

Pour aller plus loin