ic launcheric launcheric launcheric launcheric launcher   facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

Bouton pour aller vers les pages en Langue FrancaiseBouton pour aller vers les pages en Langue AllemandeBouton pour aller vers les pages en Langue ItalienneBouton pour aller vers les pages en Langue Anglaise  Bouton pour aller vers facebook Bouton pour aller vers  twitter

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

Témoignages: écrits / audios / vidéos

Les 5 derniers témoignages
Les témoignages les plus marquants
Déposer votre propre témoignage
 
Ex-Fumeurs
Ex-Fumeurs (823)
Motivations/Bénéfices de l'arrêt (203)
 
Ex-Fumeurs
Fumeurs(187)
Tentative d'arrêt (173)
Fumeurs Malade (85)
 
Entourage
Famille/Ami (86)
Non fumeurs (12)
Fumée passive (22)
 
Age
20 ans ou moins (71)
20 à 40 ans (570)
40 à 60 ans (516)
Plus de 60 ans (111)
 
Dépendance / manque
Dépendance/Manque (68)
Rechute/Echec (59)
Symptômes de sevrage (40)
Dépression/Anxiété (30)
Insomnies (9)
 
Méthodes d’arrêt
Méthodes diverses (163)
Substituts nicotiniques (114)
Livre Allen Carr (47)
Aide psychologique/soutien/solidarité (58)
appli Stop-Tabac (10)
E-cigarette / vapotage (50)
 
Maladies
Risques et maladie diverses (104)
Cancers (50)
Maladies cardio-vasculaires/infarctus (37)
Problèmes respiratoires (53)
Impuissance sexuelle (11)
 
Santé / bien-être
Problème de poids (37)
Pillule contraceptive (4)
Beauté/Grossesse/Enfants (69)
Sport (33)
 
Industrie du tabac / société
Politique et industrie du tabac (21)
Additifs (1)
Joint et Tabac (19)
Autres drogues (2)
site Stop-Tabac (118)
 
Accéder par mots clés
 
Autres types de témoignages
Témoignages audios
Témoignages vidéos
Témoignages de célébrités
    

Questionnaire d'évaluation du site Stop-tabac.ch

Merci de prendre 3 minutes pour répondre à quelques questions au sujet de ce site

Accéder par mots clés

"electronique" (40)

Anonyme (33 ans) - Nationalité suisse - 11 mars 2019 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonjour. Je souhaite apporter mon témoignage pour montrer qu'il est possible d'arrêter de fumer sans souffrir et pour encourager les personnes qui hésiteraient à arrêter. J'ai arrêté de fumer il y a un peu plus d'un an maintenant. Après deux tentatives d'arrêt ratées durant lesquelles j'ai souffert le martyre, j'ai décidé de faire des recherches afin de trouver une méthode qui pourrait me convenir. Après avoir lu plusieurs témoignages positifs, j'ai voulu tester la cigarette électronique. J'ai choisi une cigarette électronique toute simple, l'une des moins chère qu'on puisse trouver, un liquide goût tabac avec une petite dose de nicotine. Je pensais faire un temps d'adaptation durant lequel j'utiliserais la cigarette électronique tout en fumant encore quelques cigarettes classiques. Eh bien à mon grand étonnement, plus d'un an après l'achat de ma cigarette électronique, je n'ai plus jamais fumé de cigarette classique. Je n'ai souffert à aucun moment, j'ai été très surprise de constater à quel point l'arrêt était facile comparé à mes deux premières tentatives qui avaient été un cauchemar. Dès le début, je n'ai ressenti aucune frustration, je pouvais accompagner dehors mes amis fumeurs sans problème. Après un mois, j'ai remarqué que je commençais à oublier d'utiliser ma cigarette électronique à plusieurs reprises! J'ai commencé à l'utiliser uniquement les week-ends. Puis, plus du tout et cela sans aucun effort! Avoir arrêté de fumer est l'une des meilleure chose qui me soit arrivé dans la vie. Moi qui étais très accro je n'aurais jamais cru qu'il était possible d'arrêter avec une facilité aussi déconcertante. J'aurais aimé entendre parler de la cigarette électronique plus tôt et je ne comprends pas que celle-ci ne soit pas mise davantage en avant étant donné les résultats qu'elle procure. Plusieurs personnes de mon entourage ont également arrêté grâce à la cigarette électronique et ont ensuite arrêté de vapoter sans même s'en rendre compte. Voilà tout cela pour dire que oui il est possible d'arrêter sans frustration, sans souffrance et quand cela se passe comme ça c'est vraiment que du bonheur. "

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

Anonyme (30 ans) - Nationalité française - 20 décembre 2018 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonjour, J'ai commencé à fumer assez tard je dirai (à l'âge de 20 ans), après avoir passé le collège et le lycée sans encombre. Bien sur comme tous ados j'avais essayé mais sans état de dépendance. Puis arrivée en études supérieures, plus particulièrement en soirée, j'ai commencé à fumer avec mon groupe d'amis. Au bout d'un an, j'étais devenue dépendante. J'ai essayé à plusieurs reprises d'arrêter : 1 jours, 1 semaine, 1 mois, 3 mois puis pendant 3 ans. J'ai donc repris il y a trois ans (arrêt de mes 24 ans et à mes 27 ans), je pouvais fumer une cigarette en soirée sans avoir envie de reprendre après ça. Mais bon, après une période de stress à mes 27 ans, j'ai refumé. Quelques mois après, je me suis mise à la cigarette électronique, il m'arrivait de fumer une ou deux cigarettes en soirée mais je reprenais toujours la cigarette électronique après. Aujourd'hui, arrivée à l'âge de 30 ans et ayant peur qu'un jour je paye de ma santé cet dépendance au tabac (car j'ai repris la cigarette en alternant mais de moins en moins la cigarette électronique), j'ai décidé d'arrêter. Mon conjoint est fumeur et je me suis dit que je ne peux compter que sur moi même car il n'est pas encore dans cette phase d'arrêter. Peut-être qu'il va s'y mettre ... Je suis donc allée voir un tabacologue (c'était donc hier le 19/12). On m'a prescrit des patchs et des pastilles. Je mets mon témoignage même si je ne suis qu'au tout début de mon arrêt mais pourquoi pas le faire maintenant ?! J'espère y parvenir pour ma santé. Merci de m'avoir lue. Bon courage à toutes et à tous. Delphine"

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

Cannabis (42 ans ans) - Nationalité française - 07 octobre 2018 - Partager sur: Facebook - Twitter
"J'ai 42 ans. J'ai fumer mon premier joins à 14ans, à 16 ans j'en fumais au moins un tout les jours. J'en fume toujours quotidiennement, et pas qu'un, plutôt entre 5 et 10. Je n'ai commencé à fumer des cigarettes que vers 18 ans. Je fume des cigarettes uniquement pour palier à l'impossibilité de fumer du cannabis partout/ tout le temps. Dès mon premier joins, le matin au levé je toussais et j'expectorais 2 épisodes de bronchite par an avant 20 ans. Il y a 10 ans, j'avais les poumon clair environ 2 mois dans l'année. Et puis ces dernières année, il y a eu quelques années en encombrement continue. En 2007 j'ai eu un premier épisode ou j'ai cru asphyxié et ou j'ai eu besoin de bronchodilatateur et anti-inflammatoire. L'an dernier, de nouveau un épisode du même type. Demandant de gros effort pour respirer, un encombrement avec respiration sifflante sans possibilité d'expectorer malgré une toux à m'en retourner les poumons. Cet été, de nouveau un épisode de ce type à la différence que je ne parviens plus à récupérer. Durant un an, l'an dernier, j'ai arrêter de fumer en journée du tabac. Donc premier joins en fin d'après-midi et dernier vers minuit, environ 4/5 tout les soirs. Je pensais avoir trouver le bon équilibre et puis les vacances arrivent, je m'autorise à fumer du tabac en journée et là, un encombrement tenace s'installe. A la reprise du travail, j'essaie de reprendre un bon rythme : une seule cigarette le matin et de nouveau 4/5 joins le soir mais rien n'y fait, l'encombrement persiste et progresse. Depuis un mois je commence à comprendre que c'est mort. Dès que je fume l'équivalent d'une cigarette et demi mes poumons se mettre a sécrété du mucus que j'ai beaucoup de mal à expectoré et je dois faire un effort de tirage pour respirer. les bronchodilatateurs et anti-inflammatoire me soulage juste un peu. Il me faut 12 heures sans rien fumer pour que mes poumons reviennent à la norme. Si j'ai le malheur de fumer ne serait- ce qu'une demi cigarette dans cet intervalle de 12 heures, je ne récupérerai pas et la dyspnée se poursuivra. J'ai essayé un vaporisateur d'herbe, le Mighty. C'est bien, c'est bon mais c'est encor pire qu'une cigarette pour mes poumons. Il n'y a pas de plage de température ni d'approche me permettant d'éviter que mes poumons ne surréagissent. Même la cigarette électronique irrite mes poumons. Bien moins qu'une cigarette, bien moins qu'un joins, bien moins qu'un vaporisateur mais la cigarette électronique retarde ma récupération pulmonaire. Sans elle je récupère de ma dyspnée en 9 heures et moi, ce qui m'intéresse, c'est pouvoir fumer un bon joins dans de bonne condition, pas de vaper de la fraise tagada. Je suis désespéré et dégouté. C'est pas une vie d'attendre toute la journée pour pouvoir s'offrir 10 minutes de plaisir qui impliqueront 2 heures d'asphyxie en pleine nuit histoire de bien ruiné le sommeil J'ai toujours cru qu'il serait possible de négocié avec la santé, de réduire ou de vaper le cannabis. Je me voyais à l'EHPAD fumer mon joins par semaine. En fait non, no way. J'avais pas compris qu'a un stade l'impact et le temps de récupération sont tels qu'il n'y a plus aucun plaisir possible. Les fumeur de tabac ont la "chance" d'avoir la cigarette électronique. Rien de tel pour le cannabis et de toute façon, un e-liquid de cannabis pour un amateur comme moi, c'est un peut comme offrir du jus de raisin couper à l'éthanol à un amateur de vin : sans intérêt. Je comprend ce qui m'arrive, mais je n'accepte pas encore. Bonne chance à tous. "
Catégories associées:

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

delavega (30 ans) - Nationalité Franciaise - 31 mai 2018 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonjour, J'ai fumé un paquet par jour pendant environ 10ans J'ai commencé au lycée, avec les copains, soirées etc... et cela m'a poursuivi... jusqu'à maintenant. J'ai arrêté il y a 6 mois maintenant et j'en suis vraiment content. Quand je fais du sport, j'ai l'impression de voler, le gout est revenu, mon portefeuille est en bonne santé et je ne pue plus la cigarette. le bonheur en bref. Pour arrêter de fumer, je suis passé par plusieurs étapes. 1. La cigarette électronique J'ai acheté une cigarette électronique car l'air de rien, j'en avais marre de dépenser une somme folle pour les cigarettes. De plus, ça sentait meilleur, je ne sentais plus la cigarette et physiquement parlant, ca allait mieux. Bon après, je vous cache pas que je fumais un petit paquet le weekend quand même autour d'un bon petit verre entre amis :) Suite à cela, j'ai commencé à me lasser de la cigarette électronique car, on va mentir, leur cigarette, elle déconne tout le temps, tu as du liquide dans la bouche, sur les doigts et puis faut tout le temps aller acheter du liquide et ca vaut cher quand même. Du coup, j'ai commencé à me dire que je devais arrêter complètement, que j'avais fait le plus dur, que je ne fumais plus vraiment mais bon... après entre le pensez et le faire.... il y a un monde. Et en début d'année, je me suis dit, que je devais le faire. La bonne résolution à la con, vous la connaissez :) Alors que je voyais des amis et que tous les tabac étaient fermés et que je n'avais plus de liquide, je suis parti à la pharmacie en me disant que je trouverai bien un équivalent et que de toute manière, ça ne pouvait pas me faire de mal. 2. Les pastilles Et voila, je suis tombé sur une pharmacienne qui m'a d'abord félicité, qui m'a demandé combien je fumais, que c'était bien, qu'elle allait trouver le bon traitement pour moi. Je lui ai expliqué la situation, elle m'a conseillé des pastilles, des gommes, n'importe quoi avec le bon ratios de nicotines et let's go, j'ai payer 20 euros pour 100 pastilles et voila, je pouvais retourner à ma soirée. Après avoir pris des pastilles au rythme ou je fumais des cigarettes, j'ai eu le même raisonnement, ca vaut moins cher, je commençais vraiment à sentir les conséquences de ne plus fumer la cigarette... je retrouvais du souffle, je sentais bon, les gens étaient content pour moi, plus besoin de sortir, la santé à repris le dessus. Du coup, je me suis accommodé des pastilles et j'ai essayé de réduire, et je l'ai fais facilement. J'ai pris des pastilles pendant 3 semaines en prenant des pastilles vraiment quand j'en sentais le besoin. 3. L'arret complet Et un jour, alors que j'étais sur la route du travail, je suis passé à la pharmacie et ils n'avaient pas mes pastilles. Et je me suis dit que j'en rachèterais plus tard. 24h sans pastilles ! Je suis revenu à la pharmacie et le pharmacien m'a alors conseillé de prendre des pastilles à base de pastiflore, c'est une pastille qui détend mais sans nicotine. J'ai pris ca et voila ... plus de nicotines... bon après j'ai quand même gardé un paquet de pastilles avec nicotines au cas ou ... mais j'en avais plus besoin. Et je ne vous dis pas comment tout le monde étaient content pour moi. Alors j'ai pris les pastilles calmantes et j'ai arrêté et voila ... Après deux trois semaines, j'ai commencé à sentir mes poumons me faire mal, mais trés mal, j'ai eu peur mais en lisant, j'ai su que mes poumons expulsaient les déchets de nicotine dans mon corps, j'ai lu aussi tous les effets de la cigarette. C'est vraiment du poison... en clair ... Te dire que tu paies pour te tuer à petit feu, non merci.... plus jamais... Juste une chose, c'est pas la mer à boire d'arrêter de fumer, allez à votre rythme, trouvez les bons leviers, vous avez les miens maintenant... on est pas s'y dépendant que cela au final, on pense l'etre mais c'est juste de la peur, de l'inquiétude, de l'angoisse ... rien de bien grave, vous vous inquiétez plus a arrêter de fumer que vraiment agir. Vous avez mes solutions en tout cas. Pensez juste une chose, le logo d'une pharmacie est vert, le logo du tabac est rouge... voila tout est dit. Si vous prenez une pastille, vous serez dans le verre, une clope dans le rouge, c'est votre corps aprés tout. "
Catégories associées:

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

patricia (51 ans) - Nationalité française - 17 décembre 2017 - Partager sur: Facebook - Twitter
"J'ai commencé à fumer au collège comme beaucoup. j'ai adoré fumer c'était un vrai plaisir et je n'ai jamais essayé d'arrêter. Ma consommation était d'un paquet par jour. En février 2014, je propose à mon mari d'aller voir une nouvelle boutique de vapot installée dans notre ville. J'entendais beaucoup parler de la cigarette électronique mais sans aucune conviction. Dans la boutique elle ne explique comment cela fonctionne, les dosages, les parfums, etc...Nous décidons d'investir dans une petite cigarette pour tester. Je commence au dosage de 12 ml de nicotine et je prends goût tabac. Je vapote dès que je l'ai acheté et vu que c'était le soir je n'ai pas pris de cigarette; Le souvenir que j'ai, c'est que le lendemain, je vais au boulot et comme d'habitude je prends mon paquet de cigarette et ma vapote... Je commence par la cigarette., je prends une bouffée, une deuxième...je la jette et l'écrase ! le goût m'a totalement dégoûté ! c'est la dernière fois que j'ai touché une cigarette. Pendant 3 mois j'étais à 12 ml , ensuite j'ai pris 6 ml pendant 1 an et demi et ensuite 0 ml jusqu'à il y a 4 mois où j'ai arrêté la cigarette électronique aussi. Aujourd'hui je ne fume plus, je ne vapote plus et je suis fière de moi et mes enfants sont heureux car je ne me rendais pas compte qu'ils souffraient énormément d'être dans le tabac tous les jours car je fumais partout, à la maison, en voiture... Mon mari qui fumait 1 paquet par semaine avait arrêté en même temps que moi , mais hélas, il a repris la vrai cigarette de plus belle . Par contre il fume dehors car j'ai dû mal à supporter la fumée. Merci à la cigarette électronique ! je n'aurai jamais arrêté sans elle. "
Catégories associées:

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

morade (43 ans) - Nationalité France - 19 juin 2016 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonjour, Vous savez tout comme moi à quel point la cigarette est un véritable poison mais à quel point ? Je suis fumeur depuis 24 ans et je consulte un tabacologue depuis 1 an pour arrêter. J'ai bien diminué la cigarette et compense par la cigarette électronique mais n'arrive pas m'en débarrasser définitivement. Il m'en fallait au moins une par jours, le matin, le midi ou le soir. J'ai eu le déclic il y a peu de temps, cela a été radical et foudroyant. J'ai jeûné de 4h du matin à 22h sans boire ni manger, ni cigarette électronique. Le soir, j'ai bu un verre d'eau, un café, un peu de pain. J'ai allumé ma cigarette dont j'avais tant envie et après trois taffes j'ai été m'allongé tellement je me sentais mail, je croyais que j'allais faire un infarctus... Dans cette état de jeûne, je me suis rendu compte le mal que faisait le tabac sur notre corps, cela a été un déclic pour moi. Je n'ai pas touché une cigarette depuis ce malaise, je garde la cigarette électronique que je vais diminuer peu à peu. Faites l'essai une seule journée, jeûnez une journée sans boire ni manger, votre cigarette sera peut-être votre dernière !!! Bon courage à tous. "

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

Christine - Nationalité France - 02 février 2011 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Depuis le 11 septembre 2009, je suis à la cigarette électronique et n'ai pas retouché de cigarette normale depuis. Je suis très satisfaite et fière de moi. J'étais grosse fumeuse, 1 paquet, un paquet et demi par jour. J'ai essuyé des échecs à chaque arrêt et tiens le coup avec la cigarette électronique. J'ai essayé plusieurs cigarettes avec des taux différents de nicotine et de saveurs. Avantages : Des résultats sur le souffle, la sinusite et autres se sont rapidement faits ressentir. Je n'ai pas grossi puisque je ne compense pas un manque, j'ai la gestuelle, ma sensation d'inhaler, une contenance. Je ne suis plus obligée de sortir dehors en soirée, je n'empeste plus le tabac et ai toujours une agréable haleine mentholée ou autre. Inconvénients : Pas de recule sur la composition et les effets sur l'organisme. Les saveurs sont excellents et du coup, je l'ai toujours à la bouche. Je n'ai pas envie d'arrêter, la cigarette électronique me suffit, je suis tout simplement passée à autre chose en me rassurant que ça ne pouvait pas être pire que le tabac, mais je souhaiterai en être certaine. "

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

Florent (25 ans) - Nationalité France - 13 juin 2019 - Partager sur: Facebook - Twitter
"3EME ARRET CONCLUANT. QUELQUES ASTUCES QUI M'ONT SERVI: Petite présentation: J'ai commencé mes 1ères cigarettes vers 14ans, pour acheter mes 1ers paquets à 15 ans. A 17 ans, je pouvais fumer jusqu'à 10 cigarettes. A 20 ans, jusqu'à un paquet (parfois plus, suivant les pauses café/sorties/soirées). 1er arrêt (1 mois): A 24ans, je me lance dans mon 1er arrêt, avec comme motivation la santé au long terme. Je coupe net, j'utilise la cigarette électronique une dizaine de jours, j'évite certaines sorties (car groupe composé -que- de fumeurs). Constipation, sommeil altéré (réveils, cauchemar) et irritabilité, mais je suis motivé, si je ressens ça c'est que le corps se purifie. Puis voilà, au bout d'un mois, il a suffit d'une cigarette en fin de soirée, pour reprendre le lendemain. Et beaucoup plus fort. Comme pour rattraper les cigarettes non- fumées.. 1ère expérience. 2nd arrêt (3 mois): 8 mois plus tard. Je n'ai pas "arrêté" de fumer, mais j'ai arrêté d'acheter des clopes. Au cours des 3 mois, 0 argent dépensé, la cigarette électronique m'accompagne parfois, j'ai fumé au total environ 50 cigarettes en grattant dans le paquet des amis. Malgré l'effort, je n'ai pas "complètement" arrêté, et j'ai bel et bien repris. 3ème arrêt (mars 2019): Riche de deux expériences d'arrêt du tabac, j'ai collecté quelques techniques qui m'ont facilité la tâche. Je peux dire que depuis mars 2019, je n'ai pas fumé UNE seule cigarette, et ce, sans soutien de nicotine (e- cig, ou patch,..) et je souhaite vous les partager. N°1 > Fumer des cigarettes sans ADDITIFS Quelques lectures sur internet vous renseigneront sur ce point. Les cigarettes des grandes marques sont blindés d'additifs, y compris d'ammoniac pour que notre corps attrape mieux la nicotine -non cancérigène, mais responsable de la dépendance-, et aussi des produits qui "anesthésient" nos bronches pour avoir moins mal à la gorge, et donc plus fumer. Commencer à fumer des cigarettes sans ADDITIFS (type tabac à rouler BIO, ou indus NATURELLES) sera déjà un 1er sevrage. Elles paraissent plus fortes en gorge, et vous envoient moins de nicotine, mais vous êtes dans le vrai. Et croyez moi, cette étape facilitera (ou provoquera) l'arrêt du tabac. N°2 > Ne pas dire "j'arrête" Ici, c'est plus sur l'aspect anxiété que cela va jouer. Selon moi, dire à tous que l'on arrête de fumer est une source supplémentaire d'anxiété. Arrêter de fumer est déjà stressant. Si en plus, on a des projecteurs sur nous ("Alors t'as fumé? t'as craqué? t'as pas craqué?), c'est juste infernale. Et si il arrive que l'on craque, on peut se sentir "merdique" et abimer notre estime de nous. Simplement dire "non je n'ai pas ARRETÉ, je n'ai juste pas envie de fumer maintenant" ou dire "oui peut être plus tard" aux cigarettes proposées, a été une façon de me libérer de cette -quasi- pression sociale pour poursuivre mon arrêt en toute TRANQUILITÉ ! N°3 > Choisir son moment (OUI et NON) Dans l'idéal, on arrête à l'instant t. On ne reporte pas son arrêt à tel ou tel jour, ou à la fin du paquet. Bref sinon ça n'en finit jamais. Toutefois, c'est vrai que l'arrêt entraine certaines complications (pensées parasites, nuits difficiles). C'est surmontable. Mais si l'on est en plein rush (partiels, finalisation d'un dossier, approche d'un gros événement,..) et que notre quotidien implique un GROS effort de concentration dans les prochains 15 jours, ok pour reporter. N°4 > Post arrêt Chaque jour, je lisais et relisais les effets secondaires du tabac, ça me motivais à tenir le cap. J'ai aussi mis en place une fois par semaine un jeun de 24h. J'ai acheté une montre de sport qui analyse le rythme cardiaque, fréquence au repos, et qualité du sommeil. Aussi, j'ai fait plus de sport les premiers jours. Et j'ai cuisiné de bons plats et desserts. Tout ça pour penser à autre chose, détourner l'esprit de l'arrêt de la cigarette, et me récompenser à chaque jour. Et bizarrement, j'ai plutôt bien vécu cet arrêt. Je me suis même réconcilier avec d'anciennes passions/loisirs. Après 15 jours, le gros des symptômes est passé. Ensuite il faut accepter que le corps reprenne ses marques (toux, sommeil, etc). La gorge qui "gratte" pendant 1 mois, des difficultés de concentration au début, des rêves/cauchemars intenses pendant au moins 1 mois, parfois des boutons qui apparaissent (encore aujourd'hui). Sinon, un meilleur teint, beaucoup moins de stress accumulé chaque jour, plus de confiance, et un odorat qui reprend vie. Autre point, il faut "remplir" les moments qui étaient réservés à la cigarette. C'est ce qui est pour moi le plus déroutant. Que faire pendant les 5 minutes après le repas ? Que faire de mes mains pendant que je bois une bière fraîche en terrasse ? Le corps est complètement déboussolé par la perte de cette habitude. C'est un défi. Puis avec le temps, on finit par (re)vivre sans la clope. On est pas plus/pas moins intelligent. Mais au moins, on minimise à fond le risque qu'on nous disent, "désolé, vous avez une maladie lié au tabac". Et ça, c'est encore plus cool que de fumer ! "

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

christelle (31 ans) - Nationalité France - 26 septembre 2018 - Partager sur: Facebook - Twitter
"J'ai fumé ma première cigarette à l'âge de 12 ans. Puis une de temps en temps jusqu'à l'âge de 18 ans quand j' ai commencé à pouvoir m'offrir mes paquets. A 25 ans, je fumais un paquet par jour. J'avais un petit salaire mais je trouvais toujours de quoi m'acheter ma vingtaine de tueuses. A 30 ans j'ai eu un déclic, j'ai voulu m'en sortir. Cesser de fumer au saut du lit, la première d'une longue série de cigarettes quotidiennes. La cigarette faisait intégralement partie de moi et un jour j'en ai eu assez. Juillet 2017, je me tourne vers la cigarette électronique. D'abord fortement dosée, puis faiblement et enfin j'arrive à ne vapoter que du 0mg, nous sommes en Décembre 2017. Après 1 mois de vapotage à 0mg, une grippe me cloue au lit. Je passe 10 jours sans vapoter. Quand je vais mieux, nous sommes en Janvier 2018. L'envie de vapoter est là mais je tiens bon. C'était il y a 9 mois. 9 mois sans cigarette électronique et 15 mois sans cigarette "classique". Je n'ai tiré que des bénéfices de cet arrêt. Je n'ai pas grossi, j'ai retrouvé un teint de jeune fille et mon application STOP TABAC m'a permis de me rendre compte que j'avais économisé 2925 euros depuis mon arrêt ! J'ai pris la meilleure décision de ma vie, et pourtant j'étais accro ! . Quand j'ai décidé d'arrêter, j'ai regardé les témoignages sur ce site qui m'ont aidée. Je m'étais promis de faire la même chose si j'y arrivais. C'est chose faite, je suis LIBRE après 13 années passée à être esclave de la cigarette. "
Catégories associées:

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

Joëlle (64a ans) - Nationalité France - 02 juillet 2018 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonjour, Le 11 octobre 2016, après une grosse infection aux poumons, le radiologue m'a bien "secouée" et a réussi à me motiver afin que j'arrête de fumer. Je suis allée chez un tabacologue car je fumais 50 cigarettes par jour. Il me fallait absolument une aide car je n'étais pas à ma première tentative d'arrêt . Donc, j'ai eu droit à la totale, patch, cigarette électronique, nicorettes. Depuis bientôt deux ans, je n'ai pas ressenti l'envie de reprendre une cigarette, j'ai arrêté les patch et les nicorettes au bout de 4 mois et la cigarette électronique (sans nicotine) il y a un mois. J'ai pris 5 petits kilos qui sont les bienvenus car j'étais très maigre !!!!!!! Depuis le 11 octobre 2016, JE REVIS je refais du sport et j'ai une résistance hallucinante plus d'essoufflement .Et je vous garantis que vous pouvez TOUS arrêter de fumer, si moi j'ai arrêté tout le monde peut, j'ai aidé deux amies à arrêter .... Bon courage pour votre sevrage .... "
Catégories associées:

Comment trouvez-vous ce témoignage ?

utile très utile

Une bonne raison ci-dessous de lire les témoignages :