ic launcheric launcheric launcheric launcher      facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

Bouton pour aller vers les pages en Langue FrancaiseBouton pour aller vers les pages en Langue AllemandeBouton pour aller vers les pages en Langue ItalienneBouton pour aller vers les pages en Langue Anglaise  Bouton pour aller vers facebook Bouton pour aller vers  twitter

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

Témoignages

Les 5 derniers témoignages
Les témoignages les plus marquants
Proposer votre propre témoignage
 
Ex-Fumeurs
Ex-Fumeurs (686)
Motivations/Bénéfices de l'arrêt (197)
 
Ex-Fumeurs
Fumeurs(159)
Tentative d'arrêt (124)
Fumeurs Malade (75)
 
Entourage
Famille/Ami (76)
Non fumeurs (11)
Fumée passive (21)
 
Jeunes
Jeunes de moins de 18 ans (48)
 
Dépendance / manque
Dépendance/Manque (53)
Rechute/Echec (53)
Symptômes de sevrage (32)
Dépression/Anxiété (29)
Insomnies (8)
 
Méthodes d’arrêt
Méthodes diverses (121)
Substituts nicotiniques (106)
Livre Allen Carr (39)
Aide psychologique/soutien/solidarité (55)
appli Stop-Tabac (6)
E-cigarette / vapotage (35)
 
Maladies
Risques et maladie diverses (97)
Cancers (45)
Maladies cardio-vasculaires/infarctus (30)
Problèmes respiratoires (43)
Impuissance sexuelle (10)
 
Santé / bien-être
Problème de poids (31)
Pillule contraceptive (3)
Beauté/Grossesse/Enfants (58)
Sport (29)
 
Industrie du tabac / société
Politique et industrie du tabac (20)
Additifs (1)
Joint et Tabac (18)
Autres drogues (1)
site Stop-Tabac (100)
 
Accéder par mots clés
 
Autres types de témoignages
Témoignages audios
Témoignages vidéos
Témoignages de célébrités
    Témoignages de célébrités

Participez à l'efficacité de l'application Stop-tabac

L'Institut de Santé Globale de l'Université de Genève, cherche des fumeurs pour participer à une étude visant à tester l'efficacité de l'application Stop-tabac pour smartphones.
Les participants s'engagent à utiliser régulièrement l'application et à répondre à 3 questionnaires de suivi, après 1 semaine, 1 mois et 6 mois.

Android   logo android  iPhone  logo apple IOS

Accéder par mots clés

"coupable" (11)

paula (35 ans) - Nationalité Française - 08 2007
"Je fume (fumais) depuis l'âge de 18 ans, j'en ai 35. Un paquet par jour. J'ai commencé pour faire comme les autres. Me sentir grande, mature, libre, dans le coup. Puis j'ai continué. Fumer ne m'a jamais posé de pb, je n'ai jamais eu envie d'arrêter, pensant que j'arrêterai "plus tard". Je me suis sentie très coupable lors de ma première grossesse où je n'ai réussi qu'à réduire à 5/7 cigarettes par jour. Puis j'ai arrêté quand j'ai accouché, lorsque j'étais à la clinique. Je n'avais pas envie de fumer, je n'avais pas envie de laisser mon bébé pour aller fumer. Puis, un mois plus tard, lors d'une soirée... j'ai fumé une cigarette, comme ça sans raison, sans en avoir vraiment envie. Elle m'a fait replonger aussi sec! Sept ans sont passé. Ma mère tombe malade. Cancer du poumon. Elle avait énormément fumé dans sa jeunesse, puis avait arrêté depuis l'âge de 35 ans. Elle en avait 58. On ne trouve pas de cellules malignes à la biopsie. On l'opère pour lui enlever la tumeur et on lui parle d'une chimiothérapie préventive après sa convalescence. On est très confiants, les medecins optimistes. Mais sa convalescence a été de courte durée. D'une "simple" tumeur elle est passé à un cancer généralisé foudroyant. On a eu 1 mois pour se dire adieu, pour pleurer, et rire aussi, de remercier, se dire qu'on avait eu de la chance d'être venues sur terre pour être mere et fille. Mes frères et soeurs aussi, nos enfants aussi. ça a été un mois très dur, pour elle, pour son mari pour ses efnats, pour ses petits enfants qui l'adoraient. On l'aimait tellement. Elle nous aimait tant. Pour moi, c'est une des choses les plus difficiles qui me soient arrivé: perdre ma maman, si belle si douce, si gaie, si joyeuse, si aimante. La perdre si vite... Sur son lit de mort je lui ai promis d'arrêter de fumer. Je n'y suis pas arrivée. C'était l'été dernier. Je me sentais si coupable de ne pas tenir ma promesse!! Puis je me retrouve enceinte. Et je n'arrive toujour pas à arrêter!! J'essaye l'hypnose, les patch, l'homéopathie, l'acupuncture, allen carr, le manuel de défume etc. Rien n'y fait. Je me sens comme une moins que rien. Vraiment. J'accouche. je suis à la clinique. J'ai envie de fumer, mais je n'ai pas envie de laisser mon bébé. Je me rappelle de la première fois où j'ai arrêté sans difficulté quand j'ai accouché. Je décide de "recommencer", de ressaisir cette chance. Et ça fait plus d'un mois que je n'ai pas touché une cigarette. J'ai envie, mais ce n'ai pas l'horreur. Je ne m'arrache pas les cheveux, je n'ai mal nulle part. Je sais que je ne vais pas mourir du manque. J'apprend à chaque nouvelle situation (verre avec des amis, une soirée, restaurant, diner, café le matin, pause entre deux activités, nervosité, stress...) à me passer de cigarette. Je me rend compte qu'effectivement le plus grand frain est LA PEUR. Le peur de devenir fou si on fume pas, le peur de mourir du manque; Mais non, on ne meurt pas de ne pas fumer. je le vérifie chaque jour depuis un mois et demi. Et ma vie n'est pas devenue morne et triste, sans saveur. Je commence à être fière de moi. Et j'espère que je vais continuer comme ça. Je me considère comme un alcoolique qui ne dois plus jamais reprendre un verre d'alcool de sa vie. moi, je ne dois plus jamais toucher une cigarette. Je regrette tant d'avoir commencé, je regrette tant d'avoir perdu ma mère! Mais je me dis: heureusement qu'elle avait arrêté depuis l'age de 35 ans! sinon elle serait morte bien avant. on a pu profiter d'elle un peu plus longtemps! J'espère que mes enfants pourront profiter de moi. Qu'ils n'auront pas à vivre ce que j'ai vécu. Tant de douleur! tant de tristesse! Et tout ça pour que des multinationales s'enrichissent et s'en mettent plein les poches! ils doivent quand même bien se marrer du fond de leur fauteuil en cuir ces riches messieurs, pdg de l'industrie du tabac!!!"
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
MICHEL (48 ans) - Nationalité francaise - 12 novembre 2017
"1 mois de champix avant d'arreter le traitement. Trop d'effets indesirables. Reves anormaux, sautes d'humeur , depression , colères, enguelades avec toutes les personnes meme les proches, les collegues. Intolerance. Mal de ventre bizarre, flatulences puis saignements dans les selles. Sans hesitation, j'ai tout de suite compris que champix etait le coupable. J'ai arreté immediatement et au bout de quelques jours seulement, j'ai vu les changements. Je me suis excusé aupres de toutes les personnes qui avaient subi mes intolerances, je me suis mis a la marche qui m'a aidé pour la depression. Je ne fume plus du tout. J'ai souffert, champix m'a aidé mais mon corps ne l'a pas toléré plus d'un mois , donc, je le deconseille pour ces effets indesirables."
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Jérôme (24 ans) - Nationalité Français - 13 décembre 2014
"Je témoigne aujourd'hui car cela fait 5 mois et 1 semaine que j'ai arrêté la cigarette, après approximativement 8 ans de consommation soutenue. J'ai choisi ce site, car ma copine me l'a envoyé 1 semaine avant que je fume ma dernière cigarette. Les témoignages que j'y ai lu m'ont marqué à vie, et m'ont fait énormément relativiser quant à ma relation avec le tabac, et le bilan était assez horrible : j'avais tout fait pour réduire ma consommation mais je n'arrivais pas à franchir le cap de la séparation totale. J'avais des difficultés respiratoires (je suis de plus légèrement asthmatique), je pouvais difficilement courir ou faire du sport sans être essoufflé très rapidement. J'avais essayé les patchs, la cigarette electronique, les chewing gums, rien n'y faisait, parce que je n'avais pas la détermination, et une réelle envie d'arrêter ! Ces témoignages et les encouragements de ma copine m'ont donné ce déclic, et tout est allé très rapidement. Avant d'expliquer comment mon arrêt s'est déroulé, il faut comprendre mon parcours de fumeur. J'ai fumé des Lucky Strikes industrielles pendant 6 ans, puis j'ai décidé que j'allais réduire ma consommation. Je suis passé aux Lucky Light, je suis remonté à un paquet par jour, puis je me suis restabilisé à 10 cigarettes. Puis je suis passé aux roulées pendant la dernière année de tabagisme, je suis descendu à 6-8 cigarettes. Autant dire que j'ai préparé mon arrêt de manière progressive pour qu'il soit le plus doux possible. Je me suis fixé la date du 6 Juillet (2014), et j'ai fumé ma dernière cigarette le 5 à minuit avant d'aller me coucher. Le lendemain, tout s'est plutôt bien passé jusqu'à mon départ pour la gare de lyon (je retournais en province pour un stage débuté plus tôt dans l'année, et ma copine m'accompagnait pour l'été) ou j'ai commencé à ressentir très fortement les effets du manque : la boule dans la gorge, les vertiges, les sueurs froides, même des sensations de quitter mon propre corps tellement c'était fort. A la gare, j'étais comme un fou, la moindre odeur de cigarette excitait mes narines et mes récepteurs nicotiniques jusqu'à ce que je monte dans le train, et que je me plonge dans un film. La suite s'est déroulé assez calmement, j'ai mis du temps avant d'être capable de me tenir près d'un fumeur, la première étape est l'envie de prendre une taf, la suivante est l'envie de vomir quand on sent l'odeur. Quelques semaines je dirais, puis petit à petit j'ai perdu mes habitudes, je n'y ai plus pensé, et puis au bout de 2 mois j'avais complètement oublié ma vie de fumeur. Une seule chose a eu tendance à revenir (très souvent au début puis moins) : les rêves ou je fume, extrêmement précis sur les sensations, provoquant une sorte de plaisir coupable, généralement accompagnés d'un énorme sentiment de culpabilité. Aujourd'hui donc, ça fait 5 mois et 1 semaine. J'ai complètement oublié ma vie de fumeur, je regarde les fumeurs comme des aliens, en me disant "mais comment j'ai pu gâcher ma vie comme ça". Evidemment, la façon dont j'ai arrêté est rêvée, parce qu'elle était préparée : d'abord par la réduction progressive de l'accoutumance, puis par l'arrêt total et l'accompagnement d'un proche (en l'occurence ma chérie) pour m'encourager. Quelqu'un qui fume 2 paquets par jour n'arrivera jamais a arrêter dans les mêmes conditions que moi. Mais sachez juste que je déconseille tous les produits de substituts. Pour moi c'est un subterfuge de plus des lobbies pharmaceutiques pour vous subtiliser de l'argent car ils savent pertinemment que les gens utilisent ces substituts sans jamais réellement arrêter. Faites ça par étapes, prenez votre temps, entourez vous de personnes que vous aimez et qui vous aiment, faites ça dans un environnement calme et sein si vous le pouvez (en vacances par exemple), vous pouvez y arriver, donnez vous en juste les moyens ! "
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
sylvie (38 ans) - Nationalité francaise - 05 avril 2008
"salut je voudrais vous raconter mon experience de grosse fumeuse j'ai commencer a 13 ans je me suis marier avec un non fumeur qui deteste la clop qui ma toujours fais la moral j'ai fumer pendant mes 2 grosseses je n'ai pas alleter parce que j'ai preferer la cigarrete l'homme que j'aimais le plus au monde mon papa d'amour est deceder a 65 ans crise cardiaque coupable evidament la cigarrete mais moi grande maline j'ai continuer je suis arriver a fumer 2 paquets et demi par jour j'ai une bronchite asmathique chronique et puis un jour declic je veus pas mourir a cause de la cigarrete j'ai arreter un dimanche matin voilas ca fais 15 jours je compense la clop par le sport c'est genial j'adore ma nouvelle vie et mes filles qui aujourd hui ont 16 et 14 ans sont tres fier de moi je leur doit bien ca et mon mari aussi voilas j'espere que ce temoignage pourra vous aider penser a ceux qui vous aime mais surtout penser a vous franchement c'est dur les 3 premmiers jours et encore moi j'ai arreter sans rien c'est la volonter et l'amour propre soyer fier de vous bises sylvie"
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Anonyme (30 ans ans) - 11 mars 2008
"Une première cigarette à 11 ans pour faire comme les grands, un premier paquet à 14 ans pour être dans le vent, et à 30 ans, se dégoûter et être prisonniere du tabac. Quel gâchis! Pendant toute ma grossesse, j'ai fumé. Je me sentais coupable, et honteuse de ne pas avoir la force d'arrêter. Je ne savais pas ou trouver la volonté. Plus je pensais à arrêter, plus je fumais. Le cercle vicieux de la culpabilité s'était mis en place. Aujourd'hui, je souhaite trouver la volonté d'arrêter de fumer, car le fait d'avoir envie de suffit pas. J'ai des angoisses tous les soirs avant d'aller me coucher, car je veux en finir avec la dépendance, les risques de maladies, et surtout, je souhaite vivre le plus longtemps possible pour être présente pour ma fille. Comment dois-je faire? Le pire est de m'imaginer en non fumeuse, car je ne connais pas cette nouvelle identité."
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
juliette (26 ans) - Nationalité francaise - 23 septembre 2007
"BONJOUR, Je tenais à écrire quelques mots car cela fait un peu plus d'un an maintenant (le 5/9/06, c'est marrant comme on oublie jamais une telle date) que je ne fume plus et c'est dans cette période que j'ai connu stop tabac. Je tiens à féliciter le site très bien conçu et les personnes qui témoignent et le font vivre chaque jour. J'encourage très sincèrement ceux qui débutent dans leur arrêt, pour ma part j'ai lu la methode simple pour en finir avec la cigarette d'allen carr (ceci étant dit il faut le lire jusque au bout) ce que je n'avais pas fait lors de ma première tentative d'arrêt. Je sais que ça peut paraître simple de dire celà mais arrêter de fumer ça n'est vraiment pas le bagne au contraire, il faut dans un 1er temps se dire que l'on a pas besoin de la cigarette pour affronter la vie au contraire la fumée énerve elle ne calme pas, elle rend dépressif, elle est coupable de nombreux maux que l'on ne soupçonne pas. Dans ce sens le bouquin cité plus haut vous aide à comprendre les choses simplement; Deuxiemement il ne faut pas écouter ce que j'appelle les fumeurs-jaloux-qui-ne-voudraient-plus-en-être ceux qui vous disent "aller fume après ça ira mieux" ou alors "t'façon faut bien mourir de quelque chose".Oui il faut mourir un jour mais s'il vous plait pas de ça, les témoignages souvent durs à lire sont la pour le démontrer qui a envie de mourir à 35 ans en laissant sa famille ses enfants tout celà car on pense que non arrêter c'est trop dur ou alors j'y pense pour l'année prochaine oui mais l'an prochain c'est déjà trop tard, je veux dire par là qu'il ne faut plus laisser des clichés à la con empêcher les gens d'être libre sans cigarette, de leur faire peur en leur faisant croire que la cigarette est une béquille sur laquelle on s'appuie dans tous les moments de la vie non la clope ne vous aide en rien. Je ne peux pas vous décrire la différence entre maintenant et avant qu'en j'étais fumeuse, je ne suis plus du tout angoissée, plus de palpitations, plus de stress, je suis bcp plus calme. Rien à voir, je n'ai plus peur que, lors d'une consultation médicale, on me dise mme il y a un problème avec vos poumons votre gorge ou je ne sais quoi. Enfin informez-vous sur internet sur le site stop tabac entre autres, voyez ce que vous ignoriez jusqu'à présent une fois que l'on sait quelque chose on change de tte façon je ne peux pas croire que l'homme veuille se détruire avec un tel poison. A bientôt"
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Vincent (35 ans) - 24 février 2006
"J'ai 35 ans, père d'une petite Camille âgée d'une année. J'ai une femme merveilleuse, un job qui me plaît. Assez sportif, j'ai une hygiène de vie impeccable tant en termes d'alimentation que de sommeil, de sport, de sexe, etc, etc. Un seul bémol : la clope ! Presque 20 ans qu'elle m'accompagne ! J'ai tout vécu avec elle : mes premières amours, mes premiers émois, mes premiers exams, mes premières sorties, mes premières vacances sans papa/maman, mes premiers voyages, mes premiers golfs, mes premières victoires au tennis. Bref, je n'ai jamais rien fait sans elle. Elle m'accompagne depuis le pensionnat... Elle m'a vu grandir, mûrir. Bien évidemment, je culpabilisais de temps en temps... Mais je me rassurais très vite en disant que j'arrêterai un jour. Et puis j'ai arrété une première fois : échec. Une seconde fois : échec. Une troisième fois : échec. Pourquoi ? Parce que je faisais un sacrifice, je ne prenais pas conscience du caractère vicieux de ma pseudo copine de 20 ans. Là, je viens d'arréter pour la 4ème fois, sans rien, sans aide. J'en ai marre d'être esclave. J'en ai marre d'agir en totale contradiction avec mon hygiène de vie. J'en ai marre de me brosser les dents à chaque fois que je veux prendre ma petite Camille dans les bras. J'en ai marre de pourrir mon capital santé. CE N'EST PLUS UN SACRIFICE, C'EST UNE DELIVRANCE. Voilà pourquoi cette quatrième fois sera la bonne. J'en suis convaincu. Et quel plaisir de redécouvrir mes activités sans la clope ! Ce WE, je vais me faire mon premier parcours de golf sans fumer. Tout est découverte ! Bien sûr, c'est hard parfois (la matin et en fin de journée). Mais quel bonheur d'avoir changé de camp et de ne plus me sentit coupable. CE N EST PAS UN SACRIFICE MAIS UNE DELIVRANCE !"
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Isabelle (34 ans) - Nationalité Canadienne - 23 février 2005
"Bonjour, depuis 2 semaines, j'ai décidé d'arrêter. J'ai décidé lorsque j'ai vu la maladie de près. J'ai vu à l'hôpital, une femme qui n'arrivait plus a respirer qu'avec une bombone d'oxygène. Cela m'a fait peur, très peur je dirais même. Je me suis toujours décrite comme une petite fumeuse... Cela à toujours été mon excuse pour dire que le peu de cigarette (5 MOre menthol/jour) que je fumais ne pouvais causer beaucoup de dommages à mon corps. Pourtant, je me sent souvent fatigué. J'ai constamment en tête la maudus de Cigarette ou Cigarillos que je vais inhaler dans quelques heures que se sera ma récompense de la journée ! Lorsque que se moment de récompense est consommé, je ne l'apprécie même pas car je me sent coupable. Je suis gêner de fumer, gêner de ne pas avoir la force et le courage, moi une fille aussi déterminée, d'arrêter cette saloperie. De me voir inhaler un bâton brun (More) remplie de tabac et de ne pas être capable de cesser... Je me dis que ça doit vraiment être puissant les ingrédients addictifs qui sont présents dans la cigarette car cela joue sur mon psyché. Je suis quelqu'un qui pratique du sport tous les jours, mange bien, fait du yoga, fait attentention à sa santé mais FUME. Aucun rapport et pourtant j'ai tellement de difficulté à cesser. Ma difficulté est vraiment psychologique, je le sais car j'ai du arrêter 40 fois de fumer et ce que je trouve le plus difficile c'est la perte, le vide, l'angoisse lorsque j'arrête. Je pense que cette fois-ci c'est la bonne car la lecture de témoignages sur ce site me permet de ressentir un sentiment de détermination tel que je ne l'ai jamais ressentie auparavant ! Je me souhaites bonne continuité et surtout de garder ma volonté pour quelques semaines car j'En suis certaine le plus dur sera passé. MErci au gens qui ont témoignés EN terminant, j'ai une question auquelle, je ne trouve pas de réponse logique "EN étant conscient de tout les dangers et problèmes que procure l'usage du tabac, pourquoi est-ce que le gouvernement permet encore que l'on puisse vendre cette drogue nocive qu'est la cigarette ?" "
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
philippe (40 ans) - Nationalité francaise - 14 novembre 2004
"Le 1ER janvier 2001 j'ai arreté la cigarette sans aucune aide mais apres 3 ou 4 tentatives avortees: comme quoi il faut perseverer.....et puis, et puis l'été 2003 j'ai fumer qques cigarillos.....Alors je n'ai jamais vraiment repri comme avant mais je fumais en me disant que je maitrisais ma consommation. Cela fait donc un an que je fume sans acheter de paquet et puis depuis 4 mois suite a un licenciement, cela m'a donne le pretexte d'acheter un paquet et de refumer car je n'avais pas le moral: mais cela n'etait qu'un pretexte bien sur.... ET la j'ai recommencer a cracher la nicotine, a puer la cigarette et a me sentir coupable et a mal dormir... bref invivable Pour mes 40 ans ,le 13 octobre, j'ai de nouveau arrete et quel soulagement : je dors mieux, je me sens mieux physiquement et moralement et surtout FAITES DU SPORT avec l'argent des clops: c'est la meilleure facon d'arreter et de ne pas grossir ni deprimer. A ce titre je veux remercier le site stoptabac qui m'a aide enormement et aussi le livre d'Allan CARR: Je veux aussi me feliciter pour ma determination que j'aimerai partager avec ceux qui ne ressente aucune gene a fumer et qui aima ca car pour eux la victoire sera d'autant plus belle...... "
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
sophie (32 ans) - Nationalité francaise - 19 janvier 2004
"j'ai 32ans,je fume depuis l'age de 16ans.IL y a trois mois mon mari a décidé d'arrêter la cigarette avec l'aide du zyban.Je lui est donc promis de passer le cap aussi,mais après une semaine d'abtinence totale,je viens de craquer.Je me sens coupable de cette rechute mais ma volonte n'a pas disparu.Alors je vais recommencer malgré cet accident.Mais mes motivations ont changé, je ne le fait plus pour lui mais pour moi.A tous ceux qui veulent essayer le tabac,n'oubliez pas que cela provoque peut etre un bien etre sur le moment mais au final c'est tout une épreuve pour s'en debarrasser."
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 

 

Pour aller plus loin