ic launcheric launcheric launcheric launcher      facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

ic launcheric launcheric launcheric launcher  facebook twitter rou 32

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

Témoignages

Les 5 derniers témoignages
Les témoignages les plus marquants
Proposer votre propre témoignage
 
Ex-Fumeurs
Ex-Fumeurs (669)
Motivations/Bénéfices de l'arrêt (197)
 
Ex-Fumeurs
Fumeurs(155)
Tentative d'arrêt (119)
Fumeurs Malade (71)
 
Entourage
Famille/Ami (76)
Non fumeurs (11)
Fumée passive (21)
 
Jeunes
Jeunes de moins de 18 ans (48)
 
Dépendance / manque
Dépendance/Manque (53)
Rechute/Echec (53)
Symptômes de sevrage (32)
Dépression/Anxiété (29)
Insomnies (7)
 
Méthodes d’arrêt
Méthodes diverses (118)
Substituts nicotiniques (104)
Livre Allen Carr (39)
Aide psychologique/soutien/solidarité (55)
appli Stop-Tabac (5)
E-cigarette / vapotage (34)
 
Maladies
Risques et maladie diverses (96)
Cancers (43)
Maladies cardio-vasculaires/infarctus (30)
Problèmes respiratoires (42)
Impuissance sexuelle (10)
 
Santé / bien-être
Problème de poids (31)
Pillule contraceptive (3)
Beauté/Grossesse/Enfants (58)
Sport (29)
 
Industrie du tabac / société
Politique et industrie du tabac (20)
Additifs (1)
Joint et Tabac (18)
Autres drogues (1)
site Stop-Tabac (98)
 
Accéder par mots clés
 
Autres types de témoignages
Témoignages audios
Témoignages vidéos
Témoignages de célébrités
    Témoignages de célébrités

Accéder par mots clés

"asthme" (24)

Frédérique (61 ans) - Nationalité Française - 16 octobre 2019
"Je voudrais vous soutenir dans votre démarche d'arrêt du tabac et vous donner la méthode qui m'a permis d'y arriver.. Dans 15 jours ça fera un an sans aucune cigarette alors que je fumais depuis l'âge de 18 ans un paquet /jour. et j'en ai 61. Quelques tentatives de diminution et un seul arrêt de 4 mois 15 ans en arrière. Je vous assure qu'aujourd'hui, je dis autour de moi "tout compte fait je croyais que c'était insurmontable et qu'en définitive c'était pas si dur que ça" 1- ma motivation l'an dernier, départ à la retraite, donc plus aucune contrainte de lieu pour fumer et du temps libre en plus..; Résultat: ma consommation a augmenté, elle est passée à 30 cigarettes/jour pension de retraite de 25% en moins que mon salaire, à 200 e/mois de budget Tabac, plus beaucoup de loisirs possibles 2-ma méthode J'avais essayé de diminuer avec des patchs mais ça ne marchait jamais, je mettais le patch le plus dosé à 21mg - je croyais qu'on ne pouvait pas en mettre plus- et j'avais toujours envie de fumer. Pourtant à 1 paquet/jour et des Superlight je ne comprenais pas. Puis j'ai lu un article qui disait que le dosage du patch n'était pas forcément en rapport avec le nbre de cigarettes, ça dépendait de la façon de tirer sur une cigarette et de l'imprégnation de l'organisme et qu'on pouvait mettre jusqu'à 4X21mg/24H Alors je me suis établi un programme, j'ai acheté les 3 dosages de patch J'ai commencé avec un 21mg et la moitié d'un 21, ce qui faisait 31.5 mg, pas d'envie de fumer et pas de nausée, cela pendant 14 jours, puis tout doux, j'ai diminué à chaque fois pendant 14 jours d'environ 4 mg par des combinaisons: 21 + la moitié d'un 14 (28) ; 14+ la moitié d'un 21 (25); un ( 21); 14 +la moitié d'un 7 (17.5); un (14) ; 7 +la moitié d'un 7 (10.5); un (7); et enfin et c'est important : la moitié d'un 7 (3.5). J'ai mis 4 mois et demi. Il suffit de trouver le bon dosage au départ. Voilà, j'y suis arrivée, je suis super bien, beaucoup moins essoufflée, je faisais de la gym, je me suis mise aussi au Golf, et je peux me l'offrir financièrement. J'avais développé un asthme il y a 6 ans,certainement dû à la cigarette, mon traitement contre l'asthme a été diminué par deux. Je me sens vraiment libre, mais il y a une chose aussi que je sais et sur laquelle je dois être intransigeante: JE NE DOIS JAMAIS REPRENDRE UNE SEULE CIGARETTE. Une personne tabagique l'est à vie. Une seule cigarette me ferait re-plonger. Vous verrez aussi, quand vous aurez arrêté, que la tentation est moindre qu'il y a quelques années, les gens fument de moins en moins. Allez-y Courage "
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Nikki (64 ans) - Nationalité Française - 21 2019
"Je fume ma dernière cigarette en écrivant ces lignes. Au moment où je les poste sur le site Stop-Tabac j'entre en défume. Il est grand temps. J'ai à peu près quelques 45 ans de cigarettes derrière moi, à raison d'une moyenne d'un paquet par jour. Été, hiver, des bronchites à répétitions pour en arriver aujourd'hui à de l'emphysème et de l'asthme. L'asthme, lui, possède un h aspiré, moi, ma respiration est souffreteuse. Et dans souffreteuse il y a souffrance. C'est si absurde d'en arriver là! Je suis d'une génération où les méfaits du tabac étaient méconnus du grand public. Pourtant, lorsqu'ils ont été dévoilés, la dépendance était installée. Ce qui m'effraie le plus n'est pas tant la dépendance nicotinique que la dépendance psychologique Je peux rester des heures sans fumer (travail, cinéma). Par contre j'ai très peur de l'accoutumance gestuelle, peur de perdre mes temps de pause , d'être perdue sans elles, peur de perdre cette fichue béquille des moments douloureux de l'existence. Cette peur génère des angoisses, elles-même très anxiogène. J'ai lu beaucoup de témoignages qui parlent d'horreur, de tortures et cela m'affole. Aujourd'hui, je m'accroche a ces quelques lignes trouvées sur le net: - 8h après la dernière cigarette, la quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié. - Moins d'un jour après la dernière cigarette, la pression sanguine commence à diminuer. On réduit de moitié tout risque d'infarctus du myocarde. - 24 h après la dernière cigarette les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine. - 72 h après la dernière cigarette, les bronches commencent à se relâcher et on se sent plus énergique. - 2 semaines après la dernière cigarette, on récupère peu à peu du souffle, on marche plus facilement. Je m'arrête à 2 semaines (pour l'instant) car je sais qu'une fois passé ce cap là, ce sera bon pour moi. Je serai toujours une ex fumeuse comme il y a des ex alcooliques ou des ex toxicos, alors je me méfierai de la rechute. Je n'ai pas peur de la prise de poids car un de mes problèmes est de perdre facilement des kilos et de mettre des mois à les reprendre. Je n'y arrive pas toujours d'ailleurs. Je suis de nature anxieuse. Par le passé, j'ai essayé la e cigarette, ça n'a pas fonctionné. Puis les substituts gomme, patch. Les gommes et chewing-gums m'ont donné la nausée; les patchs m'ont donné des sensations de malaise. J'ai tenté l'hypnose, l'auriculothérapie. A chaque échec je m'abritais derrière le fallacieux argument je n'étais pas prête. Aujourd'hui, mon corps n'en peut plus et n'en veut plus. Mon mental doit accepter de se mettre au diapason: fini la clope! J'ai 4 enfants dont 2 sont fumeurs. Hélas. J'ai une enfant handicapée, et je dois pouvoir être en mesure de l'accompagner dans sa progression vers l'autonomie. Si je suis inapte à marcher, courir, monter les escaliers (comme en ce moment où je suis en crise de bronchite asthmatiforme !), si je ne suis plus bonne qu'à faire du canapé et de la voiture, rien ne va plus. Je refuse de me dire que les jeux sont faits même si je sais que l'emphysème ne se guérit pas. Je me dis que la douleur du manque ne peut pas être pire que celle de ne plus pouvoir respirer, d'avoir le sentiment que je vais mourir par asphyxie. Alors, ce soir, je me lance. Je viens de l'annoncer à ma fille et lui ai demandé de m'encourager au fil des jours qui arrivent. On a tchéké ce qui signifie que je viens de signer un contrat moral avec elle. J'ai peur, mais j'y vais! "
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
maguy (55 ans ans) - Nationalité francaise - 10 juin 2014
"bonjour , cela fais 32 jours que je ne fume plus et je compte bien arrêter définitivement avec cette SALETE de cigarette!!j'ai 55 ans et je fume depuis l'âge de 14 ans, marre de ne plus pouvoir faire un pas sans être essoufflée , marre de me mentir en me disant que c'était a cause de l'asthme !! des allergies!!!un petit coup de Ventoline ET HOP!! ca va mieux et je refume aussitôt! je me suis vu dans dix ans avec une bouteille d'oxygène et je me suis dit que là c'était plus possible, j'ai fais ce travail sur moi même pendant des mois je me suis dit que je n'y arriverai jamais que cette saleté de cigarette faisais partie de ma vie, c'est pas tout les jours facile !mais je suis tellement mieux, enfin je respire, je ne culpabilise plus! je marche, je nage avec ce souffle qui est la vie!!cela est plus facile que je croyais , et je ne VEUX Plus fumée!!ce petit témoignage pour remercier ce qui l'on fait avant moi et pour les autres que sa va j'espère aider;;j'ai arrêté avec les patchs(comme par pur hasard je ne prend plus de ventoline et de traitement de fond pour l'asthme voila mes amis !ma tite histoire on va se dire bon courage à tous je vous embrasse Mag"
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Sophie (35 ans) - Nationalité ch - 26 décembre 2010
"Arrêt du tabac, méthode sans rien'. Rétrospective avec recul. Un jour, par défi, subitement, alors que j'adorais fumer et que je n'avais aucun problème de santé, j'ai décidé d'arrêter. Net. J'ai regardé mon paquet, et je me suis dit que ce serait le dernier. Et quand je décide quelque chose, à moins d'admettre que je me sois résolument fourvoyée, je m'y tiens. Me voilà donc fumant mes dernières cigarettes. J'ai transpiré très fort en fumant la dernière du paquet, car je savais qu'à partir de là tout allait changer. Et ce fut le cas. Ont suivi 3 jours de vomissements, fièvre, transpiration abondante, larmes, crises, angoisse, la folie furieuse. Puis ça s'est calmé. Net. Je me suis réveillée le matin, une première étape était franchie. Pour tester cette étape, je suis allée emprunter' une cigarette à quelqu'un qui fumait des sans filtres, j'ai tiré 3 taffes névrosées, puis j'ai vomi et j'ai failli tomber dans les pommes. C'est confirmé, j'arrête réellement de fumer. Vive le renforcement négatif ! Une fois donc cette première étape franchie, la plus violente, a suivi une étape plus difficile : 3 mois à penser à la cigarette. Physiquement, elle ne manquait plus tant que ça grâce à la méthode sevrage à l'arrache', qui contrairement aux substituts aurait fait passer le sevrage physique en dernière étape. Me voilà donc hantée par les habitudes, la petite voix qui à tout moment tiens, si j'en f grrr !!!'. Le corps n'en réclamant pas, il fallait tout de même passer son temps à se dire NON, à essayer de se sortir cette foutue clope de l'esprit. Non mais c'est vrai, si le corps s'en passe, cerveau je te prie, veux-tu suivre un peu le mouvement ? Sans parler des rêves dans lesquels je fumais assez systématiquement. Tenace au cerveau, cette cigarette ! Le pic de l'horreur : le 4ème mois : la fatigue. La fatigue physique du corps qui en assez de lutter pour combler le manque de son stimulant. La fatigue de l'esprit qui passe son temps à chasser les pensées parasites qui chuchotent clope clope clope tout le temps. Et c'est à ce moment qu'il faut vraiment tenir bon, se répéter que si on a tenu jusque là, il ne fait pas lâcher maintenant !!! Epuisement, et c'est là qu'il faut se battre un grand coup. C'est là au 5ème mois, on se sent plus relaxé. On pense à la clope, mais son appel commence à passer aussi inaperçu que la musique dans l'ascenseur. On n'y prête plus attention. Mais voilà que tout se complique : le goudron s'étant bien décollé des alvéoles pulmonaires, voilà les infections en tout genre qui débarquent : bronchite, asthme, perte de 50% de la capacité pulmonaire ! Bonjour l'horreur : en 12 ans de tabac, du chant, du sport, des poumons sans soucis, et voilà que tout se paie cash en une fois à la sortie. De quoi donner envie de refumer ! Mais non. On pleure, on souffle, on râle, on ne dort plus la nuit sauf assis, on tient bon, le moral lutte pour ne pas couler. Car là on parle d'arrêt de clope et ses conséquences, même pas mentionné les contrariétés de la vie On parle du corps qui sans son stimulant clope a tellement ralenti que la digestion est quasi au point mort, le cerveau ne se concentre plus, la rétention d'eau et la constipation font qu'on a du mal à se trainer, et ces poumons qui refusent de s'ouvrir L'important c'est de ne pas fumer. On a l'impression de crever sans fumer, mais c'est fumer qui tue. Après un an sans cigarette, le tour de toutes les saisons, finalement ça va mieux. Le corps s'est bien guéri, il fonctionne à nouveau normalement, on a repris le chant, le sport. On est toujours accompagné d'un inhalateur, car tout à coup, on s'étouffe, mais au bout du compte tout est redevenu normal. On marche dans la rue, on côtoie des gens, et on ne fait même plus attention qui fume, qui ne fume pas. On cesse de fuir les situations tentantes, on se surprend à éclater de rire à nouveau et sans suivre pas une quinte de toux. Après plus d'un an, j'ai tiré 3 taffes d'une cigarette. Ben ça ne m'a fait ni mal, ni tousser, ni plaisir, ni rien. Je me rappelais bien le goût, mais ça n'a soulevé aucune réaction. Donc psychologiquement, je suis complètement sortie de la dépendance. Physiquement aussi. Mais je sais que le test- taffes n'est pas conseillé de manière régulière, car l'addiction reviendrait certainement assez vite. Et l'idée de repasser un an de galère à attendre de dégonfler, de digérer, de pouvoir respirer, non merci. Et au moins, j'ai eu un aperçu de ce qu'aurait pu être la fin de ma vie avec BPCO et autres. Mon asthme par chance est resté aléatoire et parfaitement maîtrisable, et en plus il régresse. L'arrêt à l'arrache finalement a du bon en ce sens : c'est tellement violent et contraignant qu'au moins c'est réglé une fois pour toutes, sans tergiverser, sans se leurrer, sans étaler le sevrage inutilement sur plus de temps qu'il n'en faut. Ma carrière de fumeuse ayant été courte' et ayant commencé adulte, je pouvais me le permettre. Mais j'ai pleuré et souffert. Et c'est une raison suffisante pour ne jamais refumer."
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Michel (28 ans) - Nationalité Suisse - 27 mai 2008
"Bonjour à tous ! Cela fait maintenant 1 mois que j'ai arrêté de fumer. J'ai commencé à l'âge de 17 ans en atteignant rapidement le rythme d'un demi, puis d'un packet de cigarettes par jour. Je n'ai jamais fait de sport haut niveau mais j'étais régulièrement actif lors de mon enfance et de mon adolescence. Cette activité s'est réduite au fil du temps à quasi zéro. Pourquoi ? C'est bien simple et c'est la vérité : la cigarette fatigue énormément et enlève toute motivation naturelle au besoin de se dépenser physiquement. Par moments Je me sentais déprimé et pas bien dans ma peau, sans vraie raison apparente ! En effet, j'ai beaucoup d'amis, un job intéressant, une famille soudée et heureuse, plein de passions... Mais voilà, la clope a eu tellement d'emprise sur moi que je ne pouvais ou ne voulais admettre qu'elle était la cause de mes maux psychologiques. Au fil du temps, j'ai développé un asthme allergique, alors que je n'avais jamais eu de problème respiratoire précédent ma dépendance à la nicotine. Ce ne m'a pas encourager d'arrêter pour autant. Viennent ensuite les symptômes tristement connus tels que déjections bucales quotidiennes du matin, toux légère mais chronique et puis... depuis deux ans, je commençais à remarquer des problèmes d'érection. C'est là qu'on se dit qu'on aurait pas envie de devoir prendre du V***** avant d'avoir atteint l'âge de la retraite bon sang ! Mais là encore, je ne vois toujours pas une raison suffisante pour arrêter ! Il y a une année, j'ai eu un déclic : des amis m'entraînant dans leurs sorties sportives, j'ai re-découvert la joie et l'extase que pouvait procurer le sport, c'est un bon début mais cela ne suffit pas... Toutefois, je me disais de plus en plus régulièrement que je pourrais être tellement plus performant si... vous le savez bien ! Il y a environ 6 semaines, j'attrape froid et me retrouve avec une toux aigue qui persiste durant 2 semaines et vous ne devinerez jamais (sans blague) : toujours pas moyen de me passer de mes clopes. Et là je me suis dit : t'es quand même pathétique de ne pas pouvoir te passer de cette saloperie même quand tu craches tes poumons !!! . Ce fut la fameuse goutte d'eau qui fit déborder le vase. Après avoir lu de nombreux conseils et témoignages sur ce site, j'ai fait le travail psychologique nécessaire en 72 heures, fait le stock de chewing gum nicotine et détruit les derniers packets de clopes que je possédais encore. Je ne vous cache pas que les premiers jours sont les pires, surtout psychologiquement ! Après tout ce temps, on ne réalise pas qu'on a décidé de se séparer de cette sale habitude ! Mais voyons les choses d'un meilleur côté et dressons un petit bilan (liste non exhaustive): Plus de problèmes d'érection Plus de déprimes, la joie de vivre revient peu à peu Plus d'odeur de fumée froide Capacités sportives en constante augmentation Asthme à l'effort réduit à néant Plus de toux matinale Plus de PEUR des conséquences graves du tabac Plus de fatigue (directement perçue après la consommation d'une cigarette) Plus de maux de tête ... Même si je suis toujours en train de mâcher me gommes et que la vue d'une cigarette me fait toujours envie, je me demande : Mais Pourquoi As-Tu Attendu Tout Ce Temps Pour Recommencer A Vivre ? . Je crois que j'en ai assez dit, merci à ceux qui m'ont lu jusqu' ici, et bon courage à tous les futurs ex-fumeurs, cela en vaut vraiment la peine et ce n'est pas si dur que ça une fois que le travail psychologique a été fait correctement ; pensez à tous les avantages que procure l'arrêt du tabac ! Amicalement, Michel"
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
nanard (34 ans) - Nationalité suisse - 05 2006
"je me rappelle la première crise d'asthme j'avais 5 ans. A cette époque, on considérait cette maladie comme peu importante car on ne pouvait pas encore déceler avec précision les causes. Il a fallu attendre l'age de 25 ans pour que l'on me dise que c'était une allergie aux acariens. En ce temps, cela faisait 8 ans que je fumais. Régulièrement un, voire un et demi paquet par jour. Rien de dramatique. La periode de mes 25 ans je travaillais dans une usine de polissage de pièces en fonte. L'usine était mal équipée en matière d'assainissement d'air. Une année plus tard, je passais chez un pneumologue qui après une analyse sérieuse a constaté que j'avais perdu le 35% de capacités pulmonaires. Sous cortisone, j'ai arrêté de fumer pendant 7 mois. Une pris de tête et tout a recommencé. Une ou deux crises d'asthme par an, cela a duré jusqu'en automne 2005, jusqu'au moment où une crise un plus importante s'est déclarée. Cela faisait 3 mois que j'étais marié à une non-fumeuse. J'avais 40 de fièvre, ma femme était retournée voir sa famille en Ukraine. J'était seul à la maison. J'ai eu la force d'appeler mon meilleur ami qui m'a amené aux urgences. Là, un médecin me fait une radio des poumons et son diagnostique est formel: pneumonie. Il me dit en souriant: "vous êtes marié et si vous continuez à fumer il y aura une charmante veuve de plus à cause des méfaits de la cigarette". Depuis, chaque jour, je repense à cette phrase ce qui me fait oublier l'envie de fumer. Je ne pense pas être une personne très forte psychologiquement mais comme je veux fonder une famille il faut être en bonne santé et pis la clope coûte cher cela devient un luxe de fumer à l'heure actuelle. Si je n'avais jamais fumé je pense que j'aurais eu plus d'argent mis de côté et une meilleure santé. Je reviens peut être de loin je ne le sais pas mais je veux aller de l'avant et sans tabac!!!"
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Anonyme (35 ans) - Nationalité suisse - 18 juin 2004
"j'ai commencé à fumer lorsque j'avais 15 ans.Pendant toutes ces années, j'étais mal dans ma peau car souvent malade. Je suis très sensible de la gorge et des bronches donc environ 3 fois par année je me payais une bronchite. Je savais pertinemment que la cigarette en était la cause mais je ne voulais pas me rendre à l'évidence.J'ai bien essayé d'arrêter à plusieurs reprises mais je tenais au plus 2 semaines et je craquais,toutes les excuses étaient bonnes,même lorsque j'attendais ma première fille,mon seul souci était de savoir combien de cigarette je pouvais fumer...je culpabilisais à chaque bouffée mais je n'arrivais pas à me raisonner.Ma fille avait 2 ans lorsque je suis tombée malade,comme chaque année,une bronchite mais cette fois avec complication,de l'asthme.J'ai passé des nuits terribles où je n'arrivais plus à respirer.Un matin me suis levée la peur au ventre pour la première fois j'avais peur de mourir,peur de ne pas voir ma fille grandire et j'ai dit stop.J'y suis arrivée et pendant près de 2 ans je n'ai plus fumer,envoler les problèmes respiratoires,les bronchites,je me portais à merveille,je me portais tellement bien que pendant tout ce temps j'avais pris 12 kilos.Perte de moral total, cette fois l'excuse c'était le poid,dégoutée j'ai recommencé à fumer,elle était mauvaise,là je me suis rendue compte à quel point c'est mauvais mais j'ai insister car pour moi c'était le seul moyen de perdre tout ces kilos.Au bout d'une année,avec un petit régime, 15 kilos de moins,chouette...mais voilà je refumais et fallait de nouveau parvenir à arrêter,il m'a fallu plusieurs tentatives pou y arriver mais comme pour la première fois j'avais des problèmes de santé,mon asthme était revenu,les cigarettes avaient terriblement augmentées,je me disais qu'il fallait payer bien cher pour nuire à sa santé.Les nuits où je ne pouvais plus respirer,je pensais à tout cet argent gaspillés.Le comble,je payais pour ne plus pouvoir respirer,faut vraiment être CON...On doit payer pour se détruire.Ca fait maintenant 1 année et demi que j'ai arrêté et je jure sûr la tête de mes 2 filles que je ne ferais plus la bêtise de fumer malgrés mes "cette fois ci"6 kilos en plus.J'ai fais plus attention à mon allimentation mais j'ai tout de même pris 6 kg mais je m'en fou,je suis mieux,je sens bon,et suis plus riche,car je dois admettre que lorsque je fumais les fins de mois étaient difficiles. Faites comme moi arrêter pour votre santé,vos enfants,votre mari,bref..arrêtez avant qu'il ne soit trop tard.La vie et trop courte et trop précieuse pour la détruire. "
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Sandrine (38 ans) - 07 mars 2019
"J'ai presque 39 et un merveilleux petit garçon de 3 ans. En Janvier mon monde s'est écroulé : grosse infection pulmonaire. Apres plusieurs examens on me diagnostique de l'emphysème. Je cumule l'asthme, la bronchite chronique et maintenant l'emphysème. Je fume depuis que j'ai 14 ans. Ces derniers mois mon paquet de 40 grammes de tabac me faisait difficilement 3 jours complets. Depuis fin janvier ne me fume plus. L'envie est là, très présente par moment mais je pense fort à mon mari et a mon fils. Je veux voir grandir mon fils sans avoir a traîner une bouteille d'oxygène. Je croise les doigts pour y arriver. "
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Stéphanie (44 ans) - Nationalité Luxembourg - 01 juin 2018
"J'avais 13 ans quand j'ai goûté à la première cigarette, c'était cool de fumer toutes mes copines et copains fumaient donc pourquoi pas. J'en ai 44 aujourd'hui donc 30 ans de dépendance, dans les 30 ans j'ai arrêté 3 fois toujours 3 ans et lors de soirée arrosée même encore après 3 ans j'ai à chaque fois repris c'était toujours allez, laisses moi tirer un coup à ta cigarette , le lendemain j'ai racheté un paquetce sont toujours à des moments de faiblesse et de stress dans ma vie. Une fois fumeuse toujours fumeuse. Donc vigilance on est toujours confronté à baisser les bras un moment ou l'autre mais il faut tenir bon ! Là je suis à ma quatrième fois, j'ai fait une grosse crise d'asthme et une infection aux poumons et j'ai continué à fumer et là un soir j'ai eu comme un choc Mais comment est-ce possible avec autant de douleurs de continuer à fumer ? Le lendemain je me suis levée et j'ai dit stop. On se ment souvent de dire qu'on aime fumer mais en réalité ce n'est pas vrai, on craint le sevrage !!!! Comme si on vous enlève une partie de vous !!!C'est notre faiblesse ! On a des habitudesdonc j'ai changé mes habitudes, n'importe quel moyen est bon d'arrêter de fumer, patch, cigarette électronique, chewing-gumcar le but est d'arrêter. Ne vous laissez rien dire par les autres. On est tous différents et on connait son corps mieux que les autres, donc laisser vous aider par les moyens qui vous sont propre. Moi j'ai mis des patchs, je fume aussi une cigarette électronique SANS nicotine et je fais de l'auto-hypnose, et pour moi ça marche ! Ça ne veut pas dire que tous les jours je ne ressens pas le manque, irritation etcmais il y a des astuces quand le manque arrive et finalement ça ne dure que quelques minutes. Et je suis fière de chaque jour qui passe sans la cigarettemême si rien n'est encore gagné, je suis sur la bonne voie ! N'oubliez jamais que toute votre vie, une fois arrêté, le corps a mémorisé ce poison et il peut toujours refaire surface. Il faut juste le combattre et on se sent à chaque fois plus fort. Donc à tous ceux qu'ils veulent arrêter : Vous y arriverez !!! C'est vous qui décidez (mental) et non votre corps (nicotine) !"
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
annick - Nationalité fr - 31 décembre 2017
"Je ne fume pas et je n'ai jamais fumé, j'ai travaillé longtemps dans des lieux ou il y avait beaucoup de fumeur et mon asthme est qualifié de tabagisme passif. Je viens d'aller au marché, c'est dimanche, je tenait mon caddie d'une main et mon autre bras était le long me ma hanche avec un sac en bandoulière. D'un coup j'ai sentie une forte brulure... Une dame fumait et tenait sa cigarette bras balan et m'a donc brulée Le marché ou il y a foule est-il normal que l'on fume ??"
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 

 

Pour aller plus loin