Témoignages

Les 5 derniers témoignages
Les témoignages les plus marquants
Proposer votre propre témoignage
 
Ex-Fumeurs
Ex-Fumeurs (667)
Motivations/Bénéfices de l'arrêt (197)
 
Ex-Fumeurs
Fumeurs(155)
Tentative d'arrêt (118)
Fumeurs Malade (71)
 
Entourage
Famille/Ami (76)
Non fumeurs (11)
Fumée passive (21)
 
Jeunes
Jeunes de moins de 18 ans (48)
 
Dépendance / manque
Dépendance/Manque (53)
Rechute/Echec (53)
Symptômes de sevrage (32)
Dépression/Anxiété (29)
Insomnies (7)
 
Méthodes d’arrêt
Méthodes diverses (117)
Substituts nicotiniques (104)
Livre Allen Carr (39)
Aide psychologique/soutien/solidarité (55)
appli Stop-Tabac (5)
E-cigarette / vapotage (33)
 
Maladies
Risques et maladie diverses (96)
Cancers (43)
Maladies cardio-vasculaires/infarctus (30)
Problèmes respiratoires (42)
Impuissance sexuelle (10)
 
Santé / bien-être
Problème de poids (31)
Pillule contraceptive (3)
Beauté/Grossesse/Enfants (58)
Sport (29)
 
Industrie du tabac / société
Politique et industrie du tabac (20)
Additifs (1)
Joint et Tabac (18)
Autres drogues (1)
site Stop-Tabac (98)
 
Accéder par mots clés
 
Autres types de témoignages
Témoignages audios
Témoignages vidéos
Témoignages de célébrités
    Témoignages de célébrités
Les derniers témoignages
Anonyme (29 ans) - Nationalité France - 08 novembre 2019
"Bonjour, Aujourd'hui ça fait 48 jours que je n'ai pas fumé une seule cigarette. Je suis fière de mois mais j'attend 3 mois pour commencer à crier victoire. J'ai commencé à 17 ans, ma consommation n'a cessé d'augmenté jusqu'à 1 paquet par jour jusqu'à mes 24 ans. J'ai commencé à travailler dans un Centre de Lutte contre de cancer, et après un an dans ce centre et plusieurs anecdotes choquantes, j'ai arrêté de fumer au travail, j'ai même réussi à arrêter en semaine. Mais des dizaines d'essais pour arrêter totalement, ont été infructueux, et je me décevais à chaque fois que je prenais de nouveau une cigarette. Ma consommation était plutôt sociale, je fumais énormément le week-end en soirée et tous les lendemains matin je le regrettais. J'ai beaucoup de problème ORL, je suis sourde, j'ai des allergie, je me suis faite opérée de plusieurs polypes dans les sinus. Beaucoup de raisons qui me motivaient à arrêter. Un jour j'ai été voir une de mes collègues infirmières en consultation tabaco et elle m'a donné quelques conseils que j'ai bien noté ainsi qu'un spray. Au bout de deux semaines j'ai replongé, le spray avait très mauvais goût du coup je n'ai pas réussi à substituer le tabac grâce à cette méthode. Du coup, j'ai abandonné toute idée qu'un jour j'y arriverai. Puis, un autre jour, je me suis mise au sport et à manger plus sainement. L'envie de fumer à diminuer un peu. Puis, j'ai eu un déclic lors à la fin d'un week-end, on la cigarette était toujours bien trop présente. J'ai été chez mon médecin, je lui ai demandé des patch (7mg) les plus petits, et dès que je sortais j'en mettais un, c'était très dissuasif pour mois, j'ai tenu un anniversaire et un mariage. J'ai continué le sport et à faire attention à mon alimentation, et je n'ai toujours pas fumé depuis le 22 Septembre 2019. Je sens que cette fois c'est la bonne!! Je n'ai plus aucune cigarette, je ne dis jamais oui quand on me propose, j'accompagne tout de même mes amis dehors pour ne pas me couper de toute vie sociale et je ne dis à pas grand monde que j'ai arrêté et du coup personne ne m'en parle et je n'y pense pas. Bon courage à tous!! Sarah"
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Anonyme (37 ans) - Nationalité Suisse - 07 novembre 2019
"Bonjour à tous ! Si vous murissez l'idée d'arrêter de fumer, mon témoignage pourra peut-être vous encourager. J'ai fumé de 16 à 36 ans 10 cigarettes par jour, soit pendant 20 ans. J'ai arrêté du jour au lendemain, sans patch et sans substitut. Aujourd'hui, ça fait une année et 7 mois que je suis non-fumeuse et je sais que c'est définitif, tout simplement car je constate que la cigarette n'apporterait rien de plus dans mon quotidien aujourd'hui. Je n'ai plus d'envie de fumer, excepté à de rares occasions d'apéros arrosés avec beaucoup de fumeurs et l'envie passe en quelques secondes. Mon astuce pour arrêter, c'est d'avoir déjà cogité cela depuis longtemps, avec l'envie de retrouver ma liberté. De mon côté, l'envie d'avoir un enfant et de ne pas fumer pendant la grossesse était une motivation supplémentaire. J'ai toujours parlé avec d'anciens fumeurs et récoltés leurs histoires sur leurs manières d'avoir arrêté. Je pensais honnêtement que ce serait très très difficile pour moi et disais que je prendrais tout ce qui existait pour me soutenir si un jour je devais tenter le coup. Je n'ai jamais essayé d'arrêter pendant ces 20 ans et croyais que c'était mission impossible pour moi. Un jour, toute seule dans ma tête comme une grande (:-)), je me suis dit, 'et si c'était maintenant, ce moment où j'essaie' ? J'étais en train de fumer et me suis dit que j'allais voir combien de temps je tiendrais avant d'en allumer une autre et avant que je ne sois dans un état trop critique. Je n'ai rien dit à mon copain ni à personne. J'ai tenu la première nuit et j'ai pensé , 'incroyable ! J'ai passé la nuit !' Puis j'ai continué comme ça, sans me mettre la pression, en me disant que si je refumais c'était pas grave.. juste la curiosité de voir jusqu'à quand je tenais. En fait plus ça durait, plus j'étais fière de moi. C'est comme si je passais un pacte avec moi-même. Je crois que j'ai attendu une semaine avant d'en parler, tout en continuant à dire que je faisais un ptit test, juste pour voir.. Bref, pour moi, le fait de prendre la décision entre moi et moi sans en parler et d'y aller petit à petit a été la solution. Je ne me disais pas que j'allais arrêter, juste que j'avais la curiosité de voir jusqu'à quand je tiendrai avant la prochaine... qui n'est jamais venue ! Bien sûr j'ai plus tard toussé pendant très longtemps (3 mois) et eu plein d'émotions qui sont sorties, mais aujourd'hui, je me sens tellement 'libérée, delivreeeee'! Surtout par rapport à ces fabriquants de mort qui nous manipulent et par rapport aux autres etc. Envolée la culpabilité de déranger avec ma fumée, mon haleine ou mon mégot . Tout est possible. L'idéal est d'écouter votre petite voix et de vous faire confiance. Bon courage et chaleureux messages, Nathalie"
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Anonyme (42 ans) - Nationalité Française - 03 novembre 2019
"Fumeuse depuis 30 ans,j’en suis à une semaine d’arret.Je prends toujours ma cigarette électronique mais malgré cela,je suis stressée,anxieuse,je dors mal et j’ai même développé une grosse gingivite...Je ne veux pas replonger mais je ne m’attendasi pas à tout ça....Mon leitmotiv est de rester motivée le temps que toutes ces réactions se calment.D’apres mon médecin ça peut prendre jusqu’à un an...J’avoue qu’au jour d’aujourd’hui je vois cela interminable....Mais je m’accroche.Courage à tous"
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Anonyme (50 ans) - Nationalité Suisse - 02 novembre 2019
"Après plusieurs tentatives et autant d’échecs pour arrêter de fumer, je suis enfin sur la bonne voie et peut vous donner le conseil suivant pour y parvenir : seule la volonté ne suffit pas, il y a un côté plus psychologique pour arrêter de fumer, une réelle prise de conscience. Pour mieux comprendre, métaphore : Si vous arrêtez en pensant que vous abandonnez votre meilleure amie, votre amante qui est près de vous dans les bons comme dans les mauvais moments, cette fidèle grande copine qui vous aide et vous soulage, cette super compagne vous manquera tous les jours si vous l’abandonner, vous êtes donc condamnés de recommencer car cette amie qui vous manque tellement vous pouvez la revoir et profiter de ses bien-faits chaque fois que vous passez devant un lieu de vente de tabac, eh oui, c’est la triste vérité. Maintenant la vérité, et c’est la vérité : Vous allez abandonner votre pire ennemie, celle qui veut sa dose, celle qui vous vole votre argent, la garce, elle vous fait croire bien-être, soulagement, soutient, convivialité, liberté et bien d’autres aspects positifs que tout les fumeurs crient haut et fort pour se donner bonne conscience. Vous avez compris que vous faites avoir par cette créature qui a réussi à déprogrammer votre cerveau par se nourrir de produits nocifs et vider votre porte-monnaie en passant. Quel être censé dont son cerveau marche normalement, un non-fumeur par exemple, achète un poison et se l’injecte volontairement dans son corps. Maintenant que votre esprit, votre façon de voir les choses sont devenus normale et que la vérité concernant cette « merveilleuse amie » est dévoilée, vous allez enfin pouvoir mettre de l’ordre dans votre vie. "
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
Anonyme (37 ans) - Nationalité Française - 01 novembre 2019
"Ayant commencé comme beaucoup par erreur de jeunesse vers 14 ans et carburé à un paquet par jour pendant plus de 20 par la suite, j'ai arrêté le tabac en 2017 l'année de naissance de mon fils. J'ai malgré tout fait du vapotage pendant longtemps et j'ai reussi à me débarrasser de cette e-cig depuis quelques mois. On dit que ce n'est pas nocif mais je sens bien le manque de nicotine... La nicotine provoque pas le cancer dit on mais elle fait un sacré bazar dans le cerveau... Autre constatation, j'ai moins souvent d'uriner sans vapotage. Comme beaucoup, j'ai essayé d'arrêter plusieurs fois le tabac avec plus ou moins de succès mais je dois dire qu'avec la e-cig s'est vraiment plus facile pour moi. (J'avais essayé les patchs, la volonté pure, la nouriture en substitut...ect) L'arrêt de la e-cig s'est faite du jour au lendemain par lassitude et surtout en pensant à mon fils que je veux protéger et voir grandir. J'avais arrêté le tabac pour lui et la j'arrête aussi la e cig pour lui. Les femmes m'ont fait arreter la clop sans succes mais avec mon fils s'est tellement facile. Si vous aimez vos enfants, arrêtez tout de suite toute forme de fumée, vapotage etc.. Même si vous échouez maintenant, vous apprendrez de vos erreurs... arrêtez, recommencer, arrêtez... Vous aurez des techniques pour y arriver. Mais pour moi le plus important, c'est la prise de conscience et l'enjeu d'arrêter. Je remercie mon fils de me sauver la vie d'une mort atroce. "
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile