ic launcheric launcheric launcheric launcher      facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

Bouton pour aller vers les pages en Langue FrancaiseBouton pour aller vers les pages en Langue AllemandeBouton pour aller vers les pages en Langue ItalienneBouton pour aller vers les pages en Langue Anglaise  Bouton pour aller vers facebook Bouton pour aller vers  twitter

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

Témoignages

Les 5 derniers témoignages
Les témoignages les plus marquants
Proposer votre propre témoignage
 
Ex-Fumeurs
Ex-Fumeurs (700)
Motivations/Bénéfices de l'arrêt (198)
 
Ex-Fumeurs
Fumeurs(161)
Tentative d'arrêt (130)
Fumeurs Malade (75)
 
Entourage
Famille/Ami (78)
Non fumeurs (11)
Fumée passive (21)
 
Jeunes
Jeunes de moins de 18 ans (49)
 
Dépendance / manque
Dépendance/Manque (53)
Rechute/Echec (54)
Symptômes de sevrage (32)
Dépression/Anxiété (29)
Insomnies (8)
 
Méthodes d’arrêt
Méthodes diverses (125)
Substituts nicotiniques (107)
Livre Allen Carr (40)
Aide psychologique/soutien/solidarité (55)
appli Stop-Tabac (7)
E-cigarette / vapotage (37)
 
Maladies
Risques et maladie diverses (99)
Cancers (46)
Maladies cardio-vasculaires/infarctus (32)
Problèmes respiratoires (44)
Impuissance sexuelle (10)
 
Santé / bien-être
Problème de poids (31)
Pillule contraceptive (3)
Beauté/Grossesse/Enfants (58)
Sport (29)
 
Industrie du tabac / société
Politique et industrie du tabac (20)
Additifs (1)
Joint et Tabac (18)
Autres drogues (1)
site Stop-Tabac (105)
 
Accéder par mots clés
 
Autres types de témoignages
Témoignages audios
Témoignages vidéos
Témoignages de célébrités
    Témoignages de célébrités
Femmes
bibi (32 ans) - 25 2007
"J'ai 32 ans, mon père n'en avait que 54. Vous pensez que les maladies ne vous atteindront pas, que les cancers se guérisent presque tous, que vous avez le temps de voir venir, que la chimio a fait des progrès? Peut-être, mais seulement si vous avez de la chance. Mon père n'en a pas eu, comme finalement beaucoup d'autres. Il vient de partir il y a deux jours dans la douleur et le désespoir laissant son entourage dans un état indescriptible. Oui, 80% des cancers guérissent grâce à la chimio, mais en trois semaines tout peut s'éteindre de façon atroce. L'histoire de mon père est simple: une pneumonie, une pleurésie. Les douleurs intenses sont arrivées et mon père est entré à l'hopital. une ponction? non mais un bilan révélant un cancer fulgurant qui est parti des poumons et qui s'était propagé en même pas deux mois aux os. Le cancer avait pris tellement de proportions en deux mois que la chimio n'a plus été proposée.Jour après jour, nous l'avons vu se battre mais perdre. Perdre des capacités, se voir en toute conscience partir peu à peu. Aujourd'hui mon père me manque horriblement. J'ai 32 ans et je souffre et jamais je ne voudrais que mes enfants souffrent comme cela, eux sont encore plus jeunes. Mon père voulait vivre, mon père s'est battu. Il sera toujours mon héro de papa, mais je ne pourrais plus le lui dire. Mon père aurait voulu voir ses petits-enfants, jouer encore avec eux, aller dans son petit jardin...On pensait tous qu'il sortirait de l'hôpital. J'ai 32 ans, mon père n'en avait que 54. Papa tu me manques."
Catégories associées:

ajantà (34 ans) - Nationalité Suisse - 15 avril 2015
"Après presque 18 ans de vie commune, aujourd'hui j'ai décidé de te quitter. Nous deux, ensemble, ça n'est plus possible. Tu m'as fait du mal physiquement et psychologiquement durant toutes ces années et là je dit STOP! J'en ai marre de ne rien pouvoir faire sans toi, de devoir te prendre partout avec moi et de penser sans cesse à toi. Ces derniers temps, notre relation à dégénéré à une vitesse folle. Et tu vois, là j'en peux plus. Toute cette histoire entre nous ça m'épuise et je suis certaine que ma vie sera bien mieux sans toi. Je suis consciente que, malgré tout ces moments passés avec toi, tu me manqueras au début. Mais ces derniers mois j'ai commencé à tellement te détester, et je continuerai à te haïr aussi longtemps qu'il le faudra. Je m'en veux tellement de n'avoir pas réagi plus tôt, d'avoir eut cette force pour rompre avec toi. Alors s'il te plait, n'essaie pas de revenir dans ma vie et de hanter mes pensées. A ce stade, je n'ai plus le choix, tu me dégoûtes, va-t-en, loin de moi. Oui, mes mots sont très durs à entendre, mais en cet instant je suis fière d'annoncer notre rupture et de commencer une toute nouvelle vie en temps que CÉLIBATAIRE... de la clope. le 28 février 2015"

Anonyme (45 ans) - Nationalité française - 23 octobre 2006
"Bonjour à tous, Merci pour vos témoignages tous plus intéressants les uns que les autres, remplis d'émotion, de sensibilité et d'envie de partager. Cette chaîne humaine chaleureuse fait beaucoup de bien lorsque l'on doute. Fumeuse depuis l'âge de 15 ans de 10 à 20 cigarettes par jour, j'ai déjà fait une tentative d'arrêt qui a duré 5 ans (entre 30 et 35 ans) et puis une bouffée par ci, une bouffée par là, une séparation, des problèmes et le paquet est revenu comme si de rien n'était. Envie de se faire du mal, de se punir, et puis l'impression que sans elle , je ne tiendrai pas. Autour de moi, il y a 2 ans, une cousine de 52 ans est morte d'une crise cardiaque. Plus d'un paquet par jour depuis 30 ans, peur de grossir, contenance, la cigarette était son alliée, son amie, et elle l'a détruite. Et puis, une visite d'une maison à vendre, avec un homme soutenu par sa femme en phase terminale de cancer du poumon (2 paquets par jour depuis 40 ans), qui disait qu'il fallait bien mourir un jour de quelque chose, et qui finalement regrettait, car à 60 ans, il trouvait que c'était un peu tôt pour quitter cette vie, qui ma foi, avait de belles richesses et de beaux plaisirs à nous apporter. J'ai arrêté il y a 11 jours, grâce à vous, à ce site (Allen Car n'a pas eu d'impact sur moi) et grâce à une prise de conscience de ma part : non, la cigarette n'est pas une alliée, non la cigarette ne m'aide pas quand j'ai des problèmes, au contraire, elle m'en rajoute. Elle m'épuise le matin au réveil, elle m'obsède à mon travail lorsque j'ai besoin de ma dose, elle m'enveloppe d'un halo nauséabond qui m'éloigne des noms fumeurs, des enfants, elle me donne le teint gris, les cheveux secs, des ridules, une bouche pâteuse, et surtout, elle m'enlève l'énergie dont j'ai besoin pour faire face aux aléas de la vie que nous sommes tous conscients de partager. Plus l'on vieillit, plus on a besoin de cette énergie vitale, pour entreprendre, réagir, agir. Non, je ne veux pas que mon fils me voit sur un lit d'hôpital sous respirateur artificiel, parce que je n'aurais pas eu la volonté de dire non à une mauvaise habitude. Je veux retrouver mon souffle d'enfance, mon étincelle, cette fraîcheur que l'on perd à petit feu à cause de la cigarette. Tenez bon, ce n'est pas si dur, les patchs me paraissent essentiels pour atténuer les problèmes de manque, de poids, de dépression. Il faut savoir se faire aider, s'écouter, se faire du bien, être doux avec soi-même. Bon courage à tous ! "

Florence (24 ans) - Nationalité Française - 13 avril 2017
"Bonjour à tous et à toutes, J'ai pris ma première cigarette à l'âge de 13 ans avec les copines un jour d'été. Pourquoi pas faire comme papa et comme les grands... Première expérience assez dégoûtante mais une cigarette en appelle une autre ... avec un petit temps d'adaptation à 14 ans j'étais déjà à un paquet/jour. A l'aube de mes 24 ans, j'ai commencé à me poser des questions à me demander pourquoi je m'infligeais tout ça : La toux, la dépendance, le manque d'activité, la fatigue, la diminution du goût, de l'odorat, les dents jaunes, les ongles, mes vêtements, l'envie de ne rien faire, aucune volonté de profiter et de vivre ma vie, ma famille, mes animaux, mon argent, les maladies que j'appelais quand j'en allumé une ... j'arrête là, la liste est trop longue ! Je vivais pour cette maudite cigarette et je n'avais goût à rien. J'ai 24 ans et seulement après 10 ans, après des années à être esclave de cette drogue. Je me suis dis arrête maintenant ça ne te sert à rien, regarde la vie que tu as, à 24 ans ! tu profites de rien, tu te rends malade, c'est ça la vie que tu veux et quand tu voudras un enfant, tu vas le détruire aussi comme tu te détruis ??? Et je me suis lancé, travail psychologique, renseignements sur le tabac, l'industrie du tabac, mes raisons d'arrêter. J'ai éteint ma dernière cigarette le 13 février 2017. Je m'aide avec des substituts nicotiniques (patch) cela fait maintenant 59 jours et 1189 cigarettes en moins. Je suis heureuse et tellement fière de moi, si vous saviez, le bien fou que ça fait de commencer à vivre à regarder le monde différemment, à faire des balades à vélo, du sport, de regarder ma peau s'éclaircir, mes dents, mes ongles, mon odeur, l'odeur de mes cheveux, la toux a disparu, la fierté des gens que j'aime, je me suis gâchée dans mes plus belles années ... Je dis pas que c'est simple, je suis passée par des moments de doute, avec une envie d'en rallumer une, même à me demander pourquoi j'avais arrêté. Il faut se battre, ne rien lâcher, se dire qu'on a pas besoin de ça ! Il faut arrêter par choix et avant qu'on ne vous l'impose et malheureusement quand on vous l'impose c'est déjà trop tard ! Je m'appelle Florence, j'ai 24 ans et ma vie commence. Courage à tous ça en vaut la peine "

lyana (72 ans ans) - Nationalité française - 03 mai 2013
"aux copains (es) d'infortune, bonjour Je fume depuis l'âge de 18 ans. J'ai commencé, parce que, lorsque j'ai eu mon premier emploi... Je ne voulais pas qu'on me prennes pour une gamine si je ne faisait pas comme tout le monde ! Ce n'est pas une excuse, mais c'est LA raison qui m'a fait plonger... Au début, je n'avalais pas la fumée, mais ''une bonne âme'' m'a dit que je crapotais comme une môme ! Alors, avec quelques toux désagréables, j'ai fini par ''faire comme les grands ! A cette époque, on parlait déjà des risques de cancer, alors, pour me rassurer, je prenais des cigarettes avec filtre... et un fume-cigarette, lui aussi avec filtre qui me rendais plus ridicule ! A l'âge de 2 ans, j'ai eut la polio, et mes parents sont mort parce qu'atteint de tuberculose... Ma sur est morte, elle aussi d'une méningite tuberculeuse... Je me suis sorti à peu près de cette polio, grâce à tous ceux qui m'ont aidé, mais aussi, sans fausse modestie, par la réelle volonté dont j'ai fait preuve... Plus que le cancer, à chaque cigarette que j'allumais, j'avais toujours dans la tète cette arrière pensée du risque je prenais pour mes poumons, compte tenu de mes antécédents ! Mais, dès la première bouffée, j'oubliais ces idées noires qui partaient en fumée (si j'ose dire !) ! Et tout à continué ainsi, tout au long de ces 50 années de ce que l'on pourrait appeler de ""maltraitance sur ma santé...'' J'en suis très vite arrivée à un paquet 1/2 par jour! En vous destinant ces quelques lignes, je me demande combien de cigarettes j'ai pu allumer sans même y penser, alors que je n'en avais pas vraiment besoin, à ces moments là !... La nicotine crée le besoin, et ce sacré gestuel fait le reste, tout aussi néfaste l'un que l'autre !!! Et puis, cet hiver j'ai eut ce que les toubib appelle la bronchite du fumeur... Cela m'étonnait, je m'étais faite vaccinée, comme tous les ans contre la grippe !!! Amalgame, que ne fait-on pas en ton nom ! Quelques jours après, j'avais de grosses difficultés respiratoires... pneumologue... radio... scanner... pour apprendre que je faisais de l'emphysème... que le tabac avait tué de nombreuses alvéoles à mes deux poumons, et qu'en cas d'aggravation je pouvais craindre le pire ! Alors, dans un premier temps, est venu le moment de la réflexion... Mais apparemment, je ne réfléchissais pas vraiment puisque que pendant quelques jours, j'ai continué de fumer : moins... mais trop dans mon cas !!! Puis mon potentiel, bien affaiblit à tout de même commencé à réagir ! J'ai acheté des nicorettes... des niquitins... des trucs à sucer... je ne sais plus quoi encore ! Très péniblement, j'ai fini par descendre à 3 cigarettes par jour, bien déterminée à ce que ce soit le maximum... Mais la vie et ses emmerdes à fait que quand ça allait mal, j'ai fini par passer à 4... puis à 5 cigarettes par jour. Alors, au moment où la panique commençait à me prendre, un ami m'a parlé des cigarettes électroniques. Grace à elles, il a cessé de fumer, sans problème de manque. Voilà ma solution actuellement. J'ai contacté mon pneumologue. Je lui ai demandé son avis sur mon intention d'essayer. Cet homme ne juge pas... Il ne brandit pas la menace mortelle si on ne stoppe pas tout... Il tient compte des difficultés physiques et mentales que je ressent au bout de ces trois dernier mois... Il m'a dit que je pouvais essayer, tout en gardant à l'esprit la solution d'arrêter de fumer par la suite... C'est ce que je vais faire aussi sincèrement que possible. Si je réussi, et même si je rate, je vous expliquerais pourquoi... Les réussites comme les échecs peuvent être des leçons de vie, pour soi-même comme pour d'autres ! Cordialement Lyana "

Corinne (56 ans) - Nationalité française - 18 février 2016
"déjà plus de 7 ans... je n'ai pas vu le temps passer et tu ne me manques plus du tout... la vie sans toi est tellement plus agréable à tous points de vue !!! Je regrette de ne pas t'avoir quitté plus tôt ou encore mieux de t'avoir connu... mais voilà maintenant la page est tournée ! Merci à tous ceux qui m'ont soutenu sur ce site et qui au fil du temps sont devenus des "amis" virtuels mais néanmoins chers à mon cur ! juste une dernière ligne...SURTOUT NE JAMAIS ABANDONNER CAR PENSER A ARRÊTER C'EST DÉJÀ LE DÉBUT DE LA VIE ET DE LA LIBERTÉ .... "
Catégories associées:

carole (38 ans) - Nationalité française - 01 mars 2012
"J'ai 38 ans, et je ne fume plus depuis 15 jours. J'ai commencé à fumer vers 21 ans, après avoir arrêté la pratique sportive pour raison professionnelle. Et ce fut le début de l'escalade vers la dépendance nocive à la nicotine. Le sport est une hygiène de vie qui m'apportait l'énergie, le sourire, les rencontres...La nicotine m'a fait découvrir un tout autre univers: le stress, le manque d'entrain, les réveils difficiles (progressivement le footing du dimanche n'est plus possible), jusqu'à ce qu'à 35 ans, commencent à apparaitre le teint gris, les cernes (quand on fume, le sommeil est très nettement de moins bonne qualité), la nervosité, l'impatience, et surtout la sensation de ne plus être maître de soi. La cigarette passe avant tout! J'ai donc décider de m'arrêter: 1 petite semaine désagréable...vite compensée par le besoin de respirer, de prendre le temps (c'est fou le temps qu'on perd à fumer!), de prendre plaisir à manger (oui, je ne savais plus que les fruits pouvaient être aussi aromatisés!) Mes enfants ont 12 et 7 ans, je ne supportais pas qu'ils me voient une cigarette ds la bouche! (Ridicule, d'autant qu'on leur demande de laisser les tétines, le pouce etc...) J'ai vidé moi-même les cendriers: l'odeur de la nicotine est insupportable, et pourtant c'est ce que notre cerveau réclame...Là, c'était de trop! J'ai suivi le plus possible les conseils du coach, je n'utilise pas de patch (à mes risques, je reste très vigilante). Par contre, j'utilise les vertus des huiles essentielles...En fonction de mes symptômes...Je retrouve des moments de bien être. Et surtout, j'ai repris le sport: Karaté. Avec beaucoup de plaisir. J'ai l'impression de rajeunir. Je reste consciente qu'il me faudra bien du temps avant de me sentir libérée de cette habitude. Chaque jour m'apporte ma récompense. "

Brigitte (46 ans) - Nationalité Belge - 17 février 2016
"Bonjour, l'arrêt du tabac pour moi a été une épreuve très dure. Je vivais une dualité par rapport à ce produit, j'avais très envie de me débarrasser de cette dépendance et en même temps mon côté rebelle me faisait replonger à chaque fois....j'ai fait plusieurs tentatives avec des périodes d'abstinence de plusieurs mois à chaque fois....et je re craquais à chaque fois en soirée...et je redevenais une fumeuse de tout les jours aussi vite....puis, il y a deux ans exactement ( le 11 février 2014) j'ai fumé ma dernière clope....j'avais craqué au vux de fin d'années de mon boulot soit le 31 janvier et ce fameux 11 février, en allumant ma première cigarette, j'ai vomi....là j'ai compris que mon corps n'en voulait plus....et ça été le déclic, j'ai travaillé sur mon esprit ...et avec l'aide de stop tabac, le livre Alan Car, ma volonté, j'y suis arrivée, et je fête mes deux ans....et j'en suis fière, quelle liberté et quelle fierté !!! je suis toujours moi mais en mieux :) mon conseil ? ne culpabilisez pas si vous craquez, le plus important est que vous arrêtiez le plus vite possible après avoir craqué....moi après 6 ou 7 " échecs" j'en ai vraiment eu marre de me rebattre à chaque fois et de recommencer le travail de désintoxication, car ces périodes d'arrêt étaient douloureuses à chaque fois...et là je me suis maintenant où t'assumes de fumer où t'arrêtes une bonne fois pour toute, mais faut que tu choisisses...mon corps m'a aidé ce fameux 11 février...et la tête a suivi. Bon courage à tous !!!"

jualan (44 ans) - 03 juin 2015
"bientôt 45 ans et derrière moi 29 années de tabagisme... énorme... rajouter 10 ans de consommation de cannabis , extra d'héroïne pendant 3 ans et autre cochonnerie... depuis 2 mois et une semaine aucune cigarette, la 1ere semaine très dure je suis montés dans les tours côté vocalises et depuis je m'accroche avec une petite voix au fond de moi qui me dit que je vais y arriver parce que je veux y arriver."
Catégories associées:

Elisabeth (72 ans ans) - Nationalité ch - 24 juin 2014
"Bonjour, j'ai 72 ans et j'ai commencé à fumer à 18 ans, en moyenne 2 paquets par jour pendant 54 ans. Cela c'est passé d'une minute à l'autre au début avril 2014, décidé l'arrêt de fumer, si j'avais réfléchi, je ne l'aurais certainement pas fait, seulement de penser stop fumée, on est en manque!!! mon programme a été le suivant: limiter la cigarette à une par heure, l'horreur, mais cela faisait déjà seulement 10 cigarettes par jour, un bon début, puis, je suis passée à l'achat de seulement un paquet tous les 3 jours, jusqu'à fin mai ou j'ai décidé d'arrêter le 1 er juin, là, j'ai fait la connaissance de celui que j'ai surnommé le lutin crétin, tout le temps là à me tordre l'estomac pour réclamer sa dose, la misère et l'horreur totale, 3 fois, je suis allée dans un magasin pour en acheter et les 3 fois je suis rentrée chez moi sans cigarettes mais quand même assez fière de moi , mais, en même temps ma hargne augmentait contre les cigarettiers qui m'ont empoisonnée pendant 54 ans en vendant toujours plus cher et en affichant ouvertement le nom des poisons qu'ils nous faisaient avaler en toute impunité et surtout, de moins en moins j'acceptais d'être complètement dépendante de cette saloperie, faire des km si il le fallait pour ne pas subir l'horreur du manque, la peur de ne pas en avoir assez pour le soir, le manque de souffle pour monter les escaliers, enfin la soumission totale, alors que je me vantais toujours d'être un femme très indépendante. Maintenant, cela fait presque 1 mois que je lutte, j'ai un tout petit peu moins envie, mais encore beaucoup trop et j'ai un peu peur pour la fin du mois, car m'étais fixée un mois d'arrêt et je ne voudrais pas retomber dedans. Je souligne que la seule aide que j'ai eue c'est celle des coachs en ligne de stop-tabac.ch qui m'ont beaucoup aidée à tenir bon.....Merci à tous, j'espère vraiment ne pas replonger."

Anonyme (32 ans) - Nationalité suisse - 14 octobre 2019
"Bonjour à tous, je vous raconte mon histoire en lien avec la cigarette car je suis extrêmement reconnaissante aux autres personnes qui ont partagé la leur ici, ça m'a tellement aidée de lire les autres témoignages. J'ai arrêté de fumer du tabac il y a un an pile aujourd'hui. Ca faisait depuis mes 14-15 ans que je fumais régulièrement en moyenne 15 cigarettes par jour et parfois bien plus. J'ai commencé à fumer parce que j'avais l'impression que cela devait comporter un bénéfice (mon papa fumait). Même si je pressentait que c'était destructeur, quelque chose m'attirait dans cette solution: une mini baguette magique, un accessoire du désarroi, des moments vides, un accessoire des rebelles: quitte à se faire du mal, il y a une douce arrogance à fumer. "Ca ne m'atteint pas, je suis plus forte que la clope". J'ai continué à fumer pendant 16 ans, j'ai traversé l'adolescence, j'ai eu un moment de complicité avec mon papa en lui avouant que je fumais, puisqu'on était en vacances, autant le lui dire il allait le découvrir de toute façon. La clope, c'était un petit gadget qu'on porte toujours avec soi, qui nous permet de sortir prendre l'air, d'avoir une excuse pour fuir une situation, de prendre un moment à soi. La clope, c'est un tête à tête avec soi-même et un privilège avec les autres fumeurs, c'est un marqueur de moments forts. Pas possible d'envisager une discussion profonde avec un verre de vin rouge sans la cigarette. Impossible de vivre un trajet en voiture sans clope: la clope, c'est pour marquer les moments: dire à son cerveau "regarde, il faut célébrer, savourer" ou à l'inverse, un médicament pour les moments douloureux. IMPOSSIBLE D'ENVISAGER DE S'EN PASSER, ça serait un peu mourir. Pendant des années, je continue à fumer, en ayant en arrière fond une pensée amère. Un jour, alors que je le craignais pour lui depuis longtemps, mon papa se fait diagnostiquer un cancer de la gorge. Honnêtement, si je n'avais pas été témoin de ce drame, je n'aurait pas réalisé à quel point c'est néfaste. Je vais ici vous raconter des choses crues, mais c'est ce qui m'a aidée à avoir un moteur pour arrêter alors je vous souhaite le même: pour moi il faut absolument avoir peur pour avoir le courage d'arrêter. Grande perte de poids, mon papa que j'aime m'apparait comme une ombre, un être décharné. Scanner, diagnostic: cancer de la gorge. Je ne réalise pas encore. Il s'en suit chimio, passages répétés à l'hôpital: nous vivons des moments intenses, car on réalise à quel point la vie est précieuse. Plus tard, la réalité beaucoup plus morbide apparait: il faut poser une canule (un trou par lequel respirer). Opérations diverses, visites à l'hôpital avec cette odeur âcre qui persiste, le cancer, c'est la chair qui débloque qui brûle et qui meurt, impossible de passer à côté de ne pas voir. Le plus dur, une image qui ne me quittera jamais, c'est quand on a dû lui enlever TOUTES les dents, pour permettre de faire la thérapie par rayons. Cette image, c'est la pire du monde, encore aujourd'hui 8 ans plus tard, j'en garde une trace profonde. Sa mort survient 6 mois après le diagnostic initial. De mon côté je continue à fumer en me voilant la face. Chaque année, ma peur augmente. Je flippe aux moindres douleurs à la gorge, je suis consciente que le jour de l'annonce d'un mal lié à la clope va arriver. Un jour en rigolant avec des amis sur nos objectifs de vie, je me prends à dire pour la 1ère fois mon désir d'arrêter de fumer. Sans y croire, en sachant que c'est impossible. Je suis la fille la plus accro du monde, en tout cas c'est sûr je n'y arriverai jamais. Un an plus tard, je me réveille après une grosse soirée, et je constate que j'en ai marre d'avoir peur, marre d'avoir l'impression d'être desséchée, de sentir le tabac froid et d'être impuissante. Je prends mon ordinateur et je déverse ma haine et ma peur sur le clavier. J'ai la chance d'être assez dégoûtée de toute substance nocive à ce moment. Ca ne me manque pas. Je sais que le manque physique va me submerger, alors je pars acheter des patch. Et là: révolte, les patch sont une autre arnaque, c'est beaucoup trop cher. Je décide d'écumer internet à la recherche de solutions naturelles pour aider au sevrage. Teinture mère de valériane, homéopathie, thé aux plantes, spray au Kudzu (apparement bon pour le sevrage du tabac et de l'alcool), inhalations, millepertuis (attention aux interactions médicamenteuses et déconseillé aux bipolaires). Apparement, il y a dans la nature une armada pour nous aider. Je redécouvre rapidement ce que odorat veut dire: au bout de 4 jours, mes papilles sont en fête, tout a un goût tellement génial. Je sens aussi de nouveau les odeurs, l'odeur des arbres, des plantes, les petites effluves de bouffe qui envahissent les rues et qui donnent faim, je sens l'odeur de la pluie et de l'herbe coupée. C'est tellement réconfortant. J'ai une immense fatigue qui s'abat sur moi mais je prends ça comme un revers mérité après toutes ces années à ne pas écouter mon corps. Je fais mille siestes par jour, je prends le temps: je suis en convalescence et je dois l'accepter. Les moments d'envie arrivent: les terrasses au soleil en automne, les fins de repas animés, la sortie du boulot: oui, il faut faire le deuil. Qui suis-je sans la clope? c'est le mantra que je me répète 25 fois par jour. Je ne veux pas arrêter à tout prix, mais répondre à cette question du mieux que je peux. Je ne me prive pas d'en parler autour de moi quand j'en ai vraiment besoin: c'est dur quand même... Impression de ne plus être vraiment moi, d'être clouée au boulot alors que les autres vont fumer ensemble, qu'est ce que je fais de mes mains maintenant que je peux plus rouler de clope?! Je ne suis plus vraiment rebelle, ni aventureuse, je deviens sage? cette idée ne me plaît pas. Mais je tiens, je dois trouver qui je suis sans le tabac. De semaine en semaine, j'y pense de moins en moins. Ce qui m'aide est l'application BuddyApp, avec laquelle on se choisit un parrain: moi j'ai demandé à ma soeur jumelle. C'est chouette d'être soutenu et que les gens qui vous aiment vous suivent dans vos progrès. De pouvoir se confier jour et nuit. 6 mois après, je n'ai presque plus envie. Sauf en soirée pour faire comme les autres. Puisque mon cerveau est alambiqué, je trouve une solution: j'ai un petit mélange de plantes sans tabac pour pouvoir rouler une clope aux herbes, sans risque de redevenir accro. J'en fume une fois ou deux. C'est franchement pas super bon, et ça sent la forêt cramée. Qui plus est, aucun effet sur la dopamine et autre machin, aucun booster du cerveau aucun soulagement...rien mais ça me donne l'illusion que je peux si je veux.Du coup, ça me calme et je n'y pense presque pas, mais de savoir que ça existe ça me réconforte... chacun ses petits trucs. Mais je sais que tout ce qui se fume potentiellement représente une menace pour moi, que ce soit du pissenlit ou du tabac. Aujourd'hui ça fait donc un an que je n'ai pas fumé de tabac. Je suis vraiment fière, et heureuse d'avoir au moins essayé. Et je sais que ce n'est jamais un succès complet, qu'il ne faut vraiment pas que j'y retouche parce que je redeviendrais une junkie du tabac. Je veux vous dire un message: *si j'ai pu y arriver jusque là, vous pouvez aussi. "

Nikki (64 ans) - Nationalité Française - 21 2019
"Je fume ma dernière cigarette en écrivant ces lignes. Au moment où je les poste sur le site Stop-Tabac j'entre en défume. Il est grand temps. J'ai à peu près quelques 45 ans de cigarettes derrière moi, à raison d'une moyenne d'un paquet par jour. Été, hiver, des bronchites à répétitions pour en arriver aujourd'hui à de l'emphysème et de l'asthme. L'asthme, lui, possède un h aspiré, moi, ma respiration est souffreteuse. Et dans souffreteuse il y a souffrance. C'est si absurde d'en arriver là! Je suis d'une génération où les méfaits du tabac étaient méconnus du grand public. Pourtant, lorsqu'ils ont été dévoilés, la dépendance était installée. Ce qui m'effraie le plus n'est pas tant la dépendance nicotinique que la dépendance psychologique Je peux rester des heures sans fumer (travail, cinéma). Par contre j'ai très peur de l'accoutumance gestuelle, peur de perdre mes temps de pause , d'être perdue sans elles, peur de perdre cette fichue béquille des moments douloureux de l'existence. Cette peur génère des angoisses, elles-même très anxiogène. J'ai lu beaucoup de témoignages qui parlent d'horreur, de tortures et cela m'affole. Aujourd'hui, je m'accroche a ces quelques lignes trouvées sur le net: - 8h après la dernière cigarette, la quantité de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié. - Moins d'un jour après la dernière cigarette, la pression sanguine commence à diminuer. On réduit de moitié tout risque d'infarctus du myocarde. - 24 h après la dernière cigarette les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine. - 72 h après la dernière cigarette, les bronches commencent à se relâcher et on se sent plus énergique. - 2 semaines après la dernière cigarette, on récupère peu à peu du souffle, on marche plus facilement. Je m'arrête à 2 semaines (pour l'instant) car je sais qu'une fois passé ce cap là, ce sera bon pour moi. Je serai toujours une ex fumeuse comme il y a des ex alcooliques ou des ex toxicos, alors je me méfierai de la rechute. Je n'ai pas peur de la prise de poids car un de mes problèmes est de perdre facilement des kilos et de mettre des mois à les reprendre. Je n'y arrive pas toujours d'ailleurs. Je suis de nature anxieuse. Par le passé, j'ai essayé la e cigarette, ça n'a pas fonctionné. Puis les substituts gomme, patch. Les gommes et chewing-gums m'ont donné la nausée; les patchs m'ont donné des sensations de malaise. J'ai tenté l'hypnose, l'auriculothérapie. A chaque échec je m'abritais derrière le fallacieux argument je n'étais pas prête. Aujourd'hui, mon corps n'en peut plus et n'en veut plus. Mon mental doit accepter de se mettre au diapason: fini la clope! J'ai 4 enfants dont 2 sont fumeurs. Hélas. J'ai une enfant handicapée, et je dois pouvoir être en mesure de l'accompagner dans sa progression vers l'autonomie. Si je suis inapte à marcher, courir, monter les escaliers (comme en ce moment où je suis en crise de bronchite asthmatiforme !), si je ne suis plus bonne qu'à faire du canapé et de la voiture, rien ne va plus. Je refuse de me dire que les jeux sont faits même si je sais que l'emphysème ne se guérit pas. Je me dis que la douleur du manque ne peut pas être pire que celle de ne plus pouvoir respirer, d'avoir le sentiment que je vais mourir par asphyxie. Alors, ce soir, je me lance. Je viens de l'annoncer à ma fille et lui ai demandé de m'encourager au fil des jours qui arrivent. On a tchéké ce qui signifie que je viens de signer un contrat moral avec elle. J'ai peur, mais j'y vais! "

brigitte (54 ans) - Nationalité francaise - 02 avril 2018
"Bonjour , j'ai arrêtè de fumer récemment il y a 5 jours . Je me suis levée et j ai dit stop a la clop !!!! J étais une grosse fumeuse , j'ai commencée à 16 ans jusqu'a mes 54 ans .et je n'ai jamais fais de tentative d'Arrêt car je savais au fond de moi que je n'étais pas prête , l idée d arrêter de fumer me terrorisée et me m'était dans un tel état. Mon rêve le plus fou était d'y arriver . Je met tous les matin un patch a 21 g pour l instant, aucune envie de fumer et aucune souffrance . Je suis une femme très angoissée de nature et pourtant plus d'angoisse depuis cet arrêt ! Je me sent super bien et joyeuse . a croire que le stresse vient souvent de la cigarette , car nous somme dans une dépendance étant fumeur et je pense que l 'on pert notre confiance ! Donc si j'y arrive , vous pouvez arrêter . "
Catégories associées:

valerie (50 ans) - Nationalité francaise - 24 février 2017
" Bonjour à tous, Je fume depuis l'age de 20 ans, la cigarette pour moi représentait un soutien, un énorme soutien, sans elle je ne pensais pas etre capable d'avoir le courage de faire face aux differents problèmes que la vie nous réserve. Debut 2016 j'ai vécu des évènements extrèmements difficiles. Un matin, après avoir surmonté cette période difficile, je me suis interrogé. J'ai surmonté ces épreuves, je peux donc arreté de fumer. A ce jour, je ne fume plus. La cigarette ne sert à rien. Nous sommes seulement dépendant, quelle bétise. Prenez consience de se danger, posez vous les bonnes questions. Actuellement la marainne de ma fille agée de 68 ans se bat depuis bientot 1 an contre le cancer du poumon, on se croit a l'abri du pire,mais le pire n'arrive pas que chez les autres. AVEC TOUS MON SOUTIEN VAL"
Catégories associées:

Anonyme (37 ans) - Nationalité Suisse - 07 novembre 2019
"Bonjour à tous ! Si vous murissez l'idée d'arrêter de fumer, mon témoignage pourra peut-être vous encourager. J'ai fumé de 16 à 36 ans 10 cigarettes par jour, soit pendant 20 ans. J'ai arrêté du jour au lendemain, sans patch et sans substitut. Aujourd'hui, ça fait une année et 7 mois que je suis non-fumeuse et je sais que c'est définitif, tout simplement car je constate que la cigarette n'apporterait rien de plus dans mon quotidien aujourd'hui. Je n'ai plus d'envie de fumer, excepté à de rares occasions d'apéros arrosés avec beaucoup de fumeurs et l'envie passe en quelques secondes. Mon astuce pour arrêter, c'est d'avoir déjà cogité cela depuis longtemps, avec l'envie de retrouver ma liberté. De mon côté, l'envie d'avoir un enfant et de ne pas fumer pendant la grossesse était une motivation supplémentaire. J'ai toujours parlé avec d'anciens fumeurs et récoltés leurs histoires sur leurs manières d'avoir arrêté. Je pensais honnêtement que ce serait très très difficile pour moi et disais que je prendrais tout ce qui existait pour me soutenir si un jour je devais tenter le coup. Je n'ai jamais essayé d'arrêter pendant ces 20 ans et croyais que c'était mission impossible pour moi. Un jour, toute seule dans ma tête comme une grande (:-)), je me suis dit, 'et si c'était maintenant, ce moment où j'essaie' ? J'étais en train de fumer et me suis dit que j'allais voir combien de temps je tiendrais avant d'en allumer une autre et avant que je ne sois dans un état trop critique. Je n'ai rien dit à mon copain ni à personne. J'ai tenu la première nuit et j'ai pensé , 'incroyable ! J'ai passé la nuit !' Puis j'ai continué comme ça, sans me mettre la pression, en me disant que si je refumais c'était pas grave.. juste la curiosité de voir jusqu'à quand je tenais. En fait plus ça durait, plus j'étais fière de moi. C'est comme si je passais un pacte avec moi-même. Je crois que j'ai attendu une semaine avant d'en parler, tout en continuant à dire que je faisais un ptit test, juste pour voir.. Bref, pour moi, le fait de prendre la décision entre moi et moi sans en parler et d'y aller petit à petit a été la solution. Je ne me disais pas que j'allais arrêter, juste que j'avais la curiosité de voir jusqu'à quand je tiendrai avant la prochaine... qui n'est jamais venue ! Bien sûr j'ai plus tard toussé pendant très longtemps (3 mois) et eu plein d'émotions qui sont sorties, mais aujourd'hui, je me sens tellement 'libérée, delivreeeee'! Surtout par rapport à ces fabriquants de mort qui nous manipulent et par rapport aux autres etc. Envolée la culpabilité de déranger avec ma fumée, mon haleine ou mon mégot . Tout est possible. L'idéal est d'écouter votre petite voix et de vous faire confiance. Bon courage et chaleureux messages, Nathalie"

Anonyme (58 ans) - Nationalité belge - 16 2018
"Mon premier jour sans tabac était le 8 août 2018 donc ça ne fait que quelques jours.J'ai décidé de mette fin à 35 années d'esclavage.Je n'en suis pas à mon premier essai mais les autres tentatives se sont toujours soldées par des échecs plus ou moins vite car j'essayais d'y arriver seule et sans aucune aide médicamenteuse ou autre.Cette fois après avoir appris que j'ai un problème cardiaque IL FAUT QUE JE REUSSISSE.Donc j'utilise les patchs pour m'aider à supporter les symptômes de sevrage et la cigarette électronique de temps en temps mais SANS NICOTINE bien sûr..Mon mari fume toujours et ce n'est pas simple mais je suis très motivée et je ne désespère pas qu'il arrête lui aussi.(il fume dehors).J'ai peur de prendre du poids car je me bats avec les kilos depuis toujours.Actuellement je suis mince au prix de multiples efforts.Comme je ne fume plus j'ai beaucoup plus faim et je dois surveiller mon alimentation.Ce n'est pas facile de mener les 2 combats de front.Mais si je veux un jour profiter de ma retraite c'est maintenant que tout se joue.Après ce sera trop tard."

Virginie (39 ans) - Nationalité France - 28 septembre 2016
"J'ai commencé à fumer j'avais 16 ans. Je pense que c'était surtout pour me démarquer car j'avais besoin de reconnaissance. J'ai très rapidement fumé 1 à 2 paquets de 20 cigarettes par jour. Je crois que j'ai toujours voulu arrêter mais mon besoin d'autodestruction était plus fort. Aujourd'hui j'en suis à ma 10e tentative d'arrêt du tabac mais celle-ci elle dure depuis 10 ans. Les précédentes duraient 1 à 6 mois maxi... j'ai fait ma 9e et ma 10e tentative avec Stop-tabac et les forums m'ont beaucoup aidée. Ma motivation principale était l'envie d'une grossesse et je me disais que si je pouvais arrêter 9 mois alors je pouvais tenir pour de bon. J'ai utilisé les gommes à la nicotine comme substitut,même enceinte pendant les 2 ou 3 premiers mois. j'ai préféré faire absorber la nicotine des gommes plutôt que tous les constituants d'une cigarette. J'ai depuis plus de 9 ans le grand plaisir de faire des bisous et des câlins à ma fille sans lui imposer l'odeur du tabac froid sur moi ou une mauvaise haleine de fumeur. C'est ma motivation à chaque fois que je pourrai être tentée de prendre une cigarette (l'envie passe en un quart de seconde !) et puis c'est trop galère d'essayer d'arrêter rien que de penser à ces efforts, non je ne veux pas y retoucher. Je crois qu'un enfant qui absorbe du tabac dès la grossesse et en tabagisme passif quotidiennement court le risque de devenir dépendant au tabac en grandissant. Je crois que son cerveau a ainsi été programmé pour avoir sa dose régulièrement et qu'il sera difficile pour lui de lutter au manque que lui créera sa première vraie cigarette. Pour moi et mon entourage j'espère ne jamais retoucher à une cigarette. Merci à stop tabac pour son aide et pour m'avoir envoyé un message me rappelant que oui ça fait 10 ans et j'en suis fière ! "
Catégories associées:

Anonyme (65 ans) - Nationalité France - 30 janvier 2020
"Bonjour, le 2 février prochain cela fera 3 ans que j'ai arrêté de fumer, par prise de conscience ..sans l'aide de personne ...parce que ..j'avais fais la promesse à mon mari décédé d'un cancer du poumon que j'arrêterai ce poison mortel.J'ai vu et j'aurai toujours en mémoire les ravages que le cancer du poumon peut faire à l'être humain et c'est vraiment effrayant. Je ne tousse plus..je marche..cours ..je respire "enfin"..... J'ai honoré ma promesse et je crie VICTOIRE....."
Catégories associées:

Anonyme (32 ans) - Nationalité francaise - 25 novembre 2019
"Et voilà! Cela fait 3 mois que j'ai arrêté de fumer et j'en suis très fière!!!! 18 ans de tabagisme, un seul arrêt de 6 mois durant cette trop longue période, arrivé à un paquet par jour il y'a 3 mois, des grosses douleurs dans la poitrine dès que je respirais profondément , des rides creusées, cernes, manque de courage pour tout, déprime, mauvaise image de moi, incisive du bas devenues marrons, grosse panique car persuadée que j'avais déclenchée une maladie grave.... Et puis j'ai dit STOP fin aout. J'ai refait la même technique qu'il y'a quelques années quand j'avais arrêter 6 mois : j'ai juste lu le livre d'Allen Carr. Et me voici désormais non fumeuse, heureuse, vivante et en pleine santé!!! Comme tous, j'ai eu le droit aux symptômes de sevrage, aux envies de fumer soudaines, aux rêves ou je craque, au coup de mou... mais j'ai tenue et sincèrement le jeu en vaux la chandelle!!! La plus belle chose que vous retrouvez à l’arrêt c'est : la liberté! Arrêtez d’être l'esclave de cette grosse merde!!! J'ai également fait une radio des poumons pour voir l'étendue des dégats et RAS! Je suis très heureuse que mon "aventure" avec le tabac s'arrete avant le verdict mortel! C'est fini! Je ne me ferai plus avoir par cette merde! "

christine (53 ans) - Nationalité francaise - 11 2018
"Je fumais depuis mes 14 ans, beaucoup, environ 2 paquets par jours, j enchaînais les cigarettes sans vraiment y penser, durant ces 40 ans je n ai jamais jamais songé à arrêter, même si je ne supportais pas l odeur de la cigarette, celle qui vous suis partout.... l automne dernier, j ai commencé à lire les témoignages sur stop tabac.ch et petit à petit je me suis dit pourquoi pas moi ? le 17 Octobre 2017 j ai arrêté net sans aide, ce fut parfois difficile tout le monde fume dans mon entourage, j ai eu des crises d angoisse terribles,j ai pris du poids, j ai lutté longtemps et, un matin je me suis aperçue que je ne pensais plus à la cigarette, autour de moi personne n y croyais... et je n en parlais pas non plus, pour moi ce fut un combat solitaire entre moi et moi... Je me sens tellement mieux maintenant sans cet esclavage, j ai commencé à reperdre les kilos en trop, et je sais que c est terminé car pendant ces 10 mois j ai vécue plusieurs situations dramatiques et je ne me suis pas précipitée sur ma béquille habituelle, mieux,cela ne m a pas effleuré l esprit..."
Catégories associées:

Christelle (46 ans ans) - Nationalité Française - 17 février 2016
"Et bien je reviens vers vous pour poursuivre mon témoignage d'il y a quelques années. En effet, cela va faire bientôt 10 ans que j'ai arrêté la cigarette. Depuis les effets ce sont fait sentir : je n'aimais pas courir mais je m'y suis mise après un pari l'année dernière pour courir 3 km et depuis je cours 10 km. Jamais je n'aurai pensé récupérer le souffle pour y arriver. Evidemment, je mets du temps : 1h10 pour faire 10 km ; les plus chevronnés mettent 40 min mais je m'en fiche j'y suis arrivée et c'est le plus important ! Donc vous voyez que ce soit la cigarette ou le sport : on peut y arriver !! Bon courage à tous !"
Catégories associées:

Anonyme - Nationalité France - 31 janvier 2020
"Je viens de tomber sur le forum... il n'est jamais tard. A peine un mois de Champix (06/2009), certes j’ai arrêté de fumer mais je l’ai payé tellement cher. Perte de contrôle, cauchemars, hallucinations, colères disproportionnées, démangeaisons partout, aucune patience, agressivité envers les autres et bcp contre moi-même. Un jour au volant, j’ai failli finir dans un mur, je ne me contrôlais plus du tout, je me sentais dépossédée de moi-même. J’allais en finir mais malgré moi – alors que je n’avais aucune envie de mourir. Fin de Champix sur le champ et une longue thérapie par des antidépresseurs. Cela m’a marquée à vie ! Je n’ai pas repris le tabac, il suffit de repensait à cette période, l’envie de fumer disparaît vite. Je croyais que tout cela s’expliquait par mon intolérance à Champix et pour le reste conséquences du sevrage du tabac. Jusqu’au jour où j’ai vu un reportage, environ un an plus tard avec les témoignages des personnes qui ont décrit des choses très très similaires et pour certains le passage à l’acte a été soupçonné. C’était les débuts du Champix, la sécurité sociale commençait tout juste à le rembourser…1-2 ans, j’espère que depuis un suivi adapté est en place. Sans effets non désirables, à vous lire, c’est surement bien et c’est tant mieux. Cela étant quand ce n’est pas bon cela peut être très mauvaise et très rapide. Bon courage à tous "
Catégories associées:

Anonyme (56 ans) - 24 janvier 2020
"38 ans de fumée! Et, depuis 16 mois, pas de cigarette. Aucune. J'ai délaissé mon balcon, synonyme de pause-clopes. Dommage, mais j'y retournerai bientôt, sans le souvenir de la cigarette entre les doigts et du petit moment soi-disant relaxant et récréatif rien que pour soi, à aspirer son petit cocktail explosif de substances toxiques. Les gens qui fument autour de moi ne me gênent plus. Plus aucune envie. En 16 mois, j'ai dû rêver deux fois seulement que je tirais sur une cigarette. Certes , je suis encore dépendante : je vapote, avec un faible taux de nicotine. Sans, j'aurais sûrement replongé, je l'avoue. On se bat avec les moyens qu'on peut assumer. Et quels que soient les moyens, si cela signifie zéro cigarette, c'est déjà une belle victoire. Les quelques kilos pris, je les ai combattus avec des séances de fitness et d'alimentation en conscience. Energie, bon sommeil, réveils matinaux en forme, respiration dégagée, plus de toux ni de glaires dégueu, teint lumineux, plus d'odeurs de cendrier froid ni de lessives sans fin de ces habits et foulards qui puent, plus de stress lié à la peur du manque - aller à temps au kiosque acheter sa dose, dépenser des fortunes- la liberté et la santé, enfin. Voilà mon petit bilan après ces 16 mois, et si cela pouvait être inspirant pour vous cela me comblerait de joie. Vous aussi, arriverez à dire adieu à cette drogue déguisée en charmantes tentatrices dans leur petit étui papier glacé aux séduisantes écritures embossées, colorées et brillantes - car oui, l'esthétique marketing des paquets de clopes est très attractive et a un impact certain sur nos actes d'achat, et ajoutons-y le petit briquet si mignon qui y trouvera sa place... je pense particulièrement à nos jeunes à cet égard, sans doute plus sensibles aux injonctions mercantiles des cigarettiers, un aspect qui n'est pas vraiment considéré quand le sujet de la dépendance à la cigarette est abordé. Ne plus fumer est à votre portée. La preuve, je l'ai fait! "

Anonyme (59 ans) - Nationalité française - 19 janvier 2020
"Bonsoir tout le monde, Je reviens après plus de 5 ans d'absence sur ce site. Tout d'abord je voulais vous dire qu'en février 2020 ça fera 6 ans que j'ai arrêté la cigarette et franchement je n'ai aucune envie de recommencer ni d'en fumer ne serait ce qu'une taffe... Je suis atteinte d'un emphysème pulmonaire grave et l'arrêt de la tueuse était primordial pour continuer à respirer à peu près normalement... Et si j'ai réussi à stopper du jour au lendemain c'est en grosse partie grâce à "STOP TABAC"... En effet, certains témoignages m'ont bouleversée, d'autres m'ont encouragée, d'autres encore m'on fait connaitre des sites, des aides... Et puis au début je suivais quelques personnes et je venais chaque jour dans le "train"... Je ne voulais pas en décevoir certains, ou tout simplement moi-même... Etre fier de soi fait partie de la guérison!... Alors si je suis là ce soir c'est pour dire à ceux qui essaient d'arrêter, ceux qui ont arrêté, ceux qui peinent à commencer d'arrêter... A vous tous je dis "NE LÂCHEZ RIEN SURTOUT" Ne laissez plus cette fausse amie vous tuer à petit feu, cessez d'engraisser la SEITA.... Croyez moi c'est possible! Et si vous n'avez aucune maladie due au tabac, alors FONCEZ car il est délicieux de retrouver la liberté, l'odorat, le goût, le souffle... le teint clair, la bonne haleine, et pouvoir se payer des petits cadeaux avec l'argent économisé!! Moi j'ai un regret c'est de ne pas l'avoir fait avant ma maladie car la capacité respiratoire que j'ai perdue je ne la retrouverai jamais! Je vous souhaite de monter dans le train de la liberté et BON VOYAGE! Cathje de Nice"

Anonyme (69 ans) - Nationalité française - 14 janvier 2020
"J’ai 69 ans, j’ai fumé depuis l’âge de mes 18 ans, au début c’était du tabac brun ensuite du tabac blond, au cours de mon existence je suis passée tantôt d’un paquet jusqu’à trois par jour, j’ai fait quelques tentatives d’arrêt qui avaient échoué dans des moments de stress intense, puis au cours de l’année 2019 à la suite d’une succession de contrariétés familiales intenses j’ai senti que ça n’allait pas et je m’entends encore dire tout haut « cette année toutes ces contrariétés vont me donner le cancer, je ne finirai pas l’année » et dans un sursaut de colère j’ai dit « ça suffit, j’arrête de fumer » c’était le 29 juillet 2019. L’arrêt fut difficile mais je tenais bon, je suis partie 15 jours à Annecy pour accompagner l’une de mes filles, j’étais fatiguée et la moindre marche ou petite randonnée était éprouvante, je me suis dis dès que je rentre je vais voir le médecin pour des examens. Fin août 2019 on me prescrivait un scanner abdominal parce que je me plaignais d’une douleur costale et de l’abdomen. Quelques jours plus tard je me rendais à l’hôpital pour l’examen et le radiologue voulut me voir pour me dire qu’il ne s’était pas contenté de faire l’abdomen, mais les poumons et le pelvien et qu’il avait remarqué des taches très suspectes au niveau des poumons et que c’était sérieux. Là j’ai tout de suite compris que c’était grave, il me dirigea immédiatement auprès d’un pneumologue du même hôpital, et lorsque j’ai demandé de manière assez directe auprès de ce dernier si c’était un cancer, la réponse fut sans équivoque : « pour moi oui c’est un cancer mais il faut s’en assurer par des examens complémentaires et biopsie » j’aurai la confirmation effectivement environ deux semaines plus tard, j’avais un cancer bronchique carcinome à petites cellules T4 N3 MO, en clair un cancer des plus agressifs pas opérable, seule la chimiothérapie et immunothérapie étaient le protocole, la radiothérapie n’étant pas possible vu la grosseur de la masse tumorale, il fallait qu’elle diminue de volume pour être entreprise. Même si je n’étais pas complètement surprise de l’annonce, ce fut un horrible choc et j’ai beaucoup de mal encore à l’encaisser car j’ai un « intrus » un moi qui me dévore et que je n’accepte pas. Pour autant et en dépit d’avoir entendu des absurdités telles que « c’était trop tard d’avoir arrêté la cigarette et qu’il aurait fallu que j’arrête il y a trente ans et que maintenant ça n’avait plus aucun intérêt » ou « tu l’as quand même bien cherché, tu devais quand même bien t’en douter que ça t’arriverait », j’ai tenu bon même si c’est très difficile de résister, je me rappelle des petits trucs de mes précédentes tentatives d’arrêt : un jour j’ai soufflé dans un appareil pour mesurer le monoxyde de carbone j’avais 22, au bout de 5 jours sans fumer lorsque j’ai resoufflé dans l’appareil je n’avais plus que 5. Donc je sais que ça c’est déjà gagné contre cette pourriture. Maintenant j’ai appris qu’au bout de 3 mois les cils bronchiques repoussent, alors là je ne sais pas vu que j’ai perdu mes cheveux et des cils, donc j’imagine que pour des cils bronchiques ce doit être pareil mais quand même j’ai de l’espoir parce qu’à l’endroit où mes cheveux sont tombés subsistent de minuscules repousses, pourquoi pas pour les cils bronchiques ? Et puis je parle à mes petits soldats qui se battent en ce moment, je leur dis « c’est bon vous pouvez aller cogner sur le crabe vous n’avez pas à vous soucier d’un autre intrus car je ne fume plus pour vous aider à être plus forts, je vais faire tout ce que je peux pour me nourrir pour que vous soyez plus résistants encore, et puis y a la chimio qui vient avec sa batterie et aussi l’immuno qui vient vous renforcer, allez je compte sur vous mes petits soldats ne vous en faites pas la radiothérapie d’ici peu apportera l’estocade » ça peut paraître dingue de m’imaginer ces petits scénario mais ça m’aide, curieusement j’ai repris cinq kilos. Je sais que ce cancer n’est pas guérissable et qu’il est fortement métastasique, peut-être que je n’en ai plus pour longtemps personne ne peut le dire, quoi qu’il en soit je ne céderai pas aux tentations auxquelles ce monstre de cancer souhaiterait me voir succomber, je ne refumerai pas, je mourrai peut-être avant mes 70 ans mais je me serai assainie avant et pour moi ce sera ma victoire. Fin janvier 2020 cela fera six mois que je ne fume plus et je suis fière de moi et de ma bataille."

Anonyme - Nationalité Suisse - 07 janvier 2020
"Sur un coup de tête, le premier janvier 2019, j'ai arrêté de fumer. Bien sûr, l'idée trottait dans ma tête depuis longtemps, mes essoufflements dès que je montais 5 escaliers ou essayais de reprendre mon vélo ainsi que mes quintes de toux les matins...commençaient à m'angoisser. J'ai donc arrêté comme cela, ce matin-là à 4 heures, un peu pompette, et surtout effarée de voir mes 2 paquets achetés le 31 pour fêter le nouvel-an étaient VIDES.... Eh oui, 40 cigarettes en quelques heures, pas étonnant d'avoir mal à la gorge, aux poumons et à la tête. J'ai donc décidé de ne pas en acheter avant au moins 2 jours, pour compenser.... A mon réveil, ce même 1er janvier, la tête bien embrumée, j'ai bien sûr tourné, cherché, je suis sortie sur le balcon, j'ai regardé les fonds de paquets vides, dépitée, et comme mue par une seule et unique pensée contradictoire: fumer-pas fumer, j'avais de la peine à passer à autre chose, mais j'ai tenu bon. Lorsque l'envie était trop forte, bien décidée à tenir le coup, j'ai simplement inhalé ( un peu seulement, et de pas trop près, bien sûr, on n'est pas masochiste non plus ) les cendriers débordants de mégots. Oui, la fête avait été belle, mais 40 clopes, beurk. Cet état m'a suivi durant les jours suivants.Aller fumer, mais finalement, ne pas fumer... La chose qui m'a énormément aidée a été l'invention de mon adolescente de fille qui m'a fabriqué des fausses cigarettes en pailles en plastique dans une petite boîte en carton comme un paquet de cigarettes. Elle m'a dit:" si tu as trop envie, tu fais semblants de fumer" Cette astuce m'a énormément aidée, car outre l'accoutumance à la nicotine, la gestuelle, les habitudes, la sensation buccale sont des manies difficiles à oublier, et l'envie de les assouvir peut nous entraîner à craquer. Donc, comme j'avais encore au moins envie de fumer chaque heure que Dieu fait, j'ai feinté mon cerveau avec ces fameuses pailles en plastique. J'avais l'air ridicule, mais pas tant que cela, finalement si on compare avec le fait de sucer ces tiges de tabac enrichi de produits toxiques et addictifs.... J'ai rempli ces pailles avec des cure-dents afin de retenir l'air et de m'approcher de cette sensation de succion... Pour le goût, j'y ai mis une petite goutte d'huile essentielle. Ainsi, l'illusion était presque parfaite. Après trois ou quatre jours de ce régime, j'avais toujours envie de fumer, mais l'odeur du tabac commençait déjà à m'incommoder un peu. J'ai retrouvé une cigarette derrière le canapé, ( reste de la fête) que j'ai fumée après avoir repoussé ce moment des heures durant: Résultat: je me suis sentie flouée. Cette cigarette qui me faisait tant envie depuis si longtemps a été consumée en un rien de temps, elle puait vraiment, m'a encrassé les bronches, et ... cerise sur le gâteau, je l'ai écrasée en n'ayant aucunement l'envie assouvie, au contraire! Une escroquerie totale! Cette conscience m'a aidée à définitivement arrêter. Libérée, délivrée :-)"
Catégories associées:

Anonyme (47 ans) - Nationalité F - 29 avril 2019
"Bonjour' J ai pris du Champix fin mai de l année 2018 et ce jusque fin juillet , c'est à dire environ 2mois et demi. J'ai depuis cessé de fumer cela fera un an en juin, mais mon souci c'est que j'ai l'impression de ne plus être là même personne... J'ai commencé vers la fin de mon traitement a être sur le qui vive, plutôt énervée et agressive... j'ai mis ça sur le compte du boulot et de la vie courante... sauf que cela n'a fait qu'empirer ,j'ai bien faillis divorcer 10 fois depuis ..j ai eu 2 arrêts de travail de 10 semaines en tout .je pleure pour un un rien ,moi qui suis si forte de caractère, je ne comprends rien.j envoie balader mes proches et suis hyper susceptible à la moindre attaque ou contrariété. Je ne comprends pas ce qui m'arrive. J ai pris l'initiative de prendre un RDV chez un tabacologue afin qu'il puisse peut-être m'expliquer ce qui se passe et si cela est lié ou non à Champix ou tout simplement le tabacologue ne pourrait rien pour moi... donc pas de RDV. Peut être pourrez vous me donner quelques explications et me dire quoi faire , car j envisage sérieusement de reprendre le tabac avant que cela ne s'aggrave. Merci d'avance pour le retour."

alexandra (46 ans) - Nationalité France - 31 janvier 2019
"Bonjour à tous, J'ai 46 ans et suis fumeuse depuis mes 18 ans à peu près. Jusqu'à mes 35 ans, je ne ressentais aucune envie d'arrêter le tabac car j'étais jeune et pleine d'énergie.. mais le temps passe et la psychologie des gens change, notamment après avoir appris que j'avais une polyarthrite et que mon espérance de vie était par le fait diminuée de quelques années. De plus, après avoir consulté des tas d'articles sur cette maladie sur le web, j'ai appris que la maladie pouvait être le résultat d'un tabagisme de longue date. J'ai commencé à devenir hypocondriaque et à souffrir de cela. Plus aucune journée ne passait sans qu'un petit bobo ou gêne ne me fasse penser au pire! Le tabac est un piège pernicieux et redoutable car si le danger est bien réel, arrêter de fumer est si simple que cela en devient contradictoire. Pour ma part, j'ai lu le livre d'allen CARR (en finir avec la cigarette) et en le terminant, et même avant de le terminer, j'ai réaliser à quelle point on pouvait être autodestructeur. Il suffit de ne pas allumer une prochaine cigarette et de profiter de la liberté que cela nous procure. Lisez ce livre avec sérieux et concentration, il vous donnera les clés pour profiter de votre nouvelle vie sans tabac. Et pour ceux qui se sentent nul de ne pas y arriver, sachez que ce n'est pas de la volonté dont vous avez besoin mais de la pleine conscience que la vie peut être est belle sans la cigarette. Je vous envoi par ces mots toute ma sympathie, vous pouvez y arriver!"

fabienne (62ans ans) - Nationalité française - 19 janvier 2019
"Et bien voilà, la boucle est quasiment bouclée! Dans 5 jours, je vais souffler ma 1ère bougie de non-fumeuse. Je dois reconnaître que le parcours n'a pas été simple mais même si j'ai touché le fond à plusieurs reprises, j'ai toujours gardé à l'esprit l'idée que PLUS JAMAIS je ne toucherai une seule cigarette de ma vie! Et pourtant tout au long de ce difficile parcours, j'ai eu des occasions de craquer! Je fumais depuis l'âge de mes 16 ans soit 45 ans de tabagisme. Cela faisait 3, 4 ans que j'envisageais d'arrêter mais je ne parvenais pas à franchir le pas.Et puis l'année dernière, je me suis décidée! Je n'avais aucun problème de santé mais je me suis dit: "N'attends pas que cela arrive parce qu'à ce moment là, il sera trop tard!".Et puis j'ai pensé à ma famille mais surtout à mes 5 petits enfants âgés de 12, 7, 5 et 1ans.je voulais les voir grandir et donner une image de moi positive.Et enfin, les économies que j'allais faire! Comme je le mentionnais plus haut, j'ai vécu des moments très difficiles.J'ai fait une mini dépression car je savais qu'il fallait que je fasse le deuil de cette satanée amie qui m'avait tenu compagnie depuis si longtemps.J'ai commencé par le champix(qui m'a bien aidée) puis les aimants auriculaires puis les fleurs de Bach puis une séance d'hypnose.Enfin, j'ai mis tout en oeuvre pour me sortir de cette terrible addiction! Au terme de cette année, j'en suis sortie victorieuse et très fière de moi. Une chose est certaine :c'est un combat très difficile mais pas impossible à gagner. J'en suis la preuve. Pour tous ceux qui envisagent de stopper, ayez confiance en vos motivations et ne baissez jamais les bras! Le jeu en vaut la chandelle! Je fais du yoga et de l'aquagym et j'envisage de faire de la course à pied. J'ai retrouvé mon souffle et ma joie de vivre.Je vois les choses différemment.Je croyais être bien dans ma vie en fumant et je me rends compte que finalement la vraie nature de l'être humain est de ne pas fumer. Pour terminer, je voudrai remercier le site de STOP TABAC qui m'a vraiment aidée dans cette démarche. Le fait de recevoir au début du sevrage des messages d'encouragement est une aide précieuse et très enrichissante. Un grand merci à vous ! Quant à vous, futurs non-fumeurs,croyez en vous et en votre victoire!"

Romane (24 ans) - Nationalité Française - 14 décembre 2018
"J'ai rencontré la cigarette à mes 15 ans et on est devenu proche lors de mes 16 ans. Précédemment, j'avais rencontré quelqu'un d'autre. Une maladie, l'épilepsie. Souvent les médecins m'avaient parlé du tabac et du faite qu'il accentuait les crises d'épilepsie. Je ne voulais pas y croire et puis les crises se sont accentués (j'en faisait 2 à 5 par semaines) mais je restais proche de mon amie, la cigarette. Je tenais le discours que mon amie la cigarette me permettait de mieux vivre ma relation avec l'épilepsie et ne l'accentuais pas. Et puis j'ai rencontré la dépression. En janvier, je me suis fait opéré de mon épilepsie et refais des crises, signe de défaite pour moi. Alors j'ai décidé d'arrêter ma relation avec la cigarette pour couper mes liens avec l'épilepsie. J'ai arrêté depuis juin 2018 et je n'ai jamais retouché une cigarette. Je suis heureuse d'avoir repris de bon nombre de signe de bonnes santés. Ah oui, et puis, ça fait 6 mois que je n'ai pas fais de crise d'épilepsie. J'ai coupé les ponts avec tout le monde. "

FATIHA (49 ans) - Nationalité Française - 01 novembre 2018
"Bonjour, Je n'ai jamais fumer de ma vie et pourtant on m'a diagnostiqué un emphysème. Ce n'est pas non plus héréditaire. Les médecins pensent que c'est les autres fumeurs qui sont responsable Oui a cause du tabagisme passif j'ai contracté cette vilaine maladie et pour la vie. c'est pourquoi je vous demande de penser à nous les victimes indirectes de votre cigarette et d'arrêter cette m.... "
Catégories associées:

Sandra (54 ans) - Nationalité Française - 22 2018
"Je suis Sandra 54a.France.cela fait 6 que J'ai arrêté de fumer. Je suis consciente que la partie est loin d'être gagnée et C'est un combat que je compte remporté. Chaque jour que je tiens sans tabac est une victoire. Je sais au plus profond de mon coeur que C'est la meilleure décision que J'ai prise. Ce qui me fait le plus mal, C'est d'avoir fait tant de victimes par mon addiction au tabac tabac. Je sais que je ne pourrai réparer cela, mais je tiens absolument dire pardon à toutes ses victimes et C'est ça qui me motive le plus pour continuer sur cette nouvelle route sans tabac. Je pense que c'est cela d'être responsable de ses actes et je tiens absolument d'assumer pleinement mon acte de cet erreur.je vous remercie de vos encouragements et C'est la meilleure récompense C'est de savoir que l'on est soutenu dans notre démarche. "
Catégories associées:

gigi (45 ans) - Nationalité ch - 01 avril 2018
"Bonsoir Fumeuse depuis 31 ans Win rouge donc bien fort 30 à 40 cigarettes , étant très nerveuse cela m aidais pas , j ai pris la décision à 2 reprise d arrêter , la première fois j y suis arrivée en mangeant des caramel dur à chaque envie ou verre d eau , malheureusement suite à un décès d une personne très cher dans des circonstance dur j ai replongé et la d un paquet je suis passé à 2 c est comme si je devait récupérer un retard . Il y à 2 mois j ai à nouveau décider d arrêter , je voulais utilisé l E-cigarette , malheureusement elle était pas fonctionnel , mais mon envie d arrêter était toujours la . Dès mon salaire arrivé , direction un vap shop , la j ai regarder ce qui me convenait le mieux . puis je suis repartie avec ma vap , j ai donné mon paquet de cigarette à mon époux dans le magasin , il fût un peu septique . J ai commencer à baissé la nicotine , mes premières 6 mgr , puis 3mg , puis plus rien . cela en à peine deux semaine ,Aucun ressenti de manque si ce n est la recherche de briquet ou de cendrier le matin avec mon café lol . la cela fait un mois , et toujours au top malgré une catastrophe arrivée entre deux ou beaucoup on pensé que je retomberai , et bien non , Le fait de prendre des liquides sucré ,m a aidé à ne pas attaqué le frigo . Mon souffle va mieux , mon goût et plus développé , je dors mieux , C est juste super . Donc je conseil vivement à ceux qui veulent arrêter la cigarette de passé à la vape . il y en à de discrète et parfaite , enfin il y en à pour tous les goûts . Alors lancez vous "

Anonyme (65 ans) - Nationalité CH - 22 février 2020
"Merci de votre soutien, de vos mails qui m’encouragent et de la communauté. Ce n’est certes pas facile mais grâce à tout cela , je me sens moins seule. "

Anonyme (62 ans) - Nationalité France - 04 février 2020
"Après 2 tentatives d'arrêt du tabac avortées à 6 mois d'arrêt, j'ai enfin pu sortir de cette dépendance, pour ne pas dire de cette prison, et ce il y a 10 ans ! J'étais très dépendante et je fumais depuis l'adolescence, autant dire que ça n'a pas été facile mais j'y suis arrivée, et l'aide du site stop tabac m'a été très précieuse. J'y étais très active, je m'y suis même fait des amies que je vois toujours aujourd'hui, je crois que sans le stop-tabac je n'y serais pas arrivée. Il faut s'accrocher, on n'est pas seul ici, et cette liberté retrouvée c'est formidable ! La santé et la forme reviennent, quelques kilos aussi mais bon... Merci à tous ceux qui sont derrière cet écran, et courage à tous ceux qui se lancent dans ce défi, j'y suis arrivée, vous pouvez le faire aussi ! "

Anonyme (29 ans) - Nationalité France - 08 novembre 2019
"Bonjour, Aujourd'hui ça fait 48 jours que je n'ai pas fumé une seule cigarette. Je suis fière de mois mais j'attend 3 mois pour commencer à crier victoire. J'ai commencé à 17 ans, ma consommation n'a cessé d'augmenté jusqu'à 1 paquet par jour jusqu'à mes 24 ans. J'ai commencé à travailler dans un Centre de Lutte contre de cancer, et après un an dans ce centre et plusieurs anecdotes choquantes, j'ai arrêté de fumer au travail, j'ai même réussi à arrêter en semaine. Mais des dizaines d'essais pour arrêter totalement, ont été infructueux, et je me décevais à chaque fois que je prenais de nouveau une cigarette. Ma consommation était plutôt sociale, je fumais énormément le week-end en soirée et tous les lendemains matin je le regrettais. J'ai beaucoup de problème ORL, je suis sourde, j'ai des allergie, je me suis faite opérée de plusieurs polypes dans les sinus. Beaucoup de raisons qui me motivaient à arrêter. Un jour j'ai été voir une de mes collègues infirmières en consultation tabaco et elle m'a donné quelques conseils que j'ai bien noté ainsi qu'un spray. Au bout de deux semaines j'ai replongé, le spray avait très mauvais goût du coup je n'ai pas réussi à substituer le tabac grâce à cette méthode. Du coup, j'ai abandonné toute idée qu'un jour j'y arriverai. Puis, un autre jour, je me suis mise au sport et à manger plus sainement. L'envie de fumer à diminuer un peu. Puis, j'ai eu un déclic lors à la fin d'un week-end, on la cigarette était toujours bien trop présente. J'ai été chez mon médecin, je lui ai demandé des patch (7mg) les plus petits, et dès que je sortais j'en mettais un, c'était très dissuasif pour mois, j'ai tenu un anniversaire et un mariage. J'ai continué le sport et à faire attention à mon alimentation, et je n'ai toujours pas fumé depuis le 22 Septembre 2019. Je sens que cette fois c'est la bonne!! Je n'ai plus aucune cigarette, je ne dis jamais oui quand on me propose, j'accompagne tout de même mes amis dehors pour ne pas me couper de toute vie sociale et je ne dis à pas grand monde que j'ai arrêté et du coup personne ne m'en parle et je n'y pense pas. Bon courage à tous!! Sarah"
Catégories associées:

Anonyme (42 ans) - Nationalité Française - 03 novembre 2019
"Fumeuse depuis 30 ans,j’en suis à une semaine d’arret.Je prends toujours ma cigarette électronique mais malgré cela,je suis stressée,anxieuse,je dors mal et j’ai même développé une grosse gingivite...Je ne veux pas replonger mais je ne m’attendasi pas à tout ça....Mon leitmotiv est de rester motivée le temps que toutes ces réactions se calment.D’apres mon médecin ça peut prendre jusqu’à un an...J’avoue qu’au jour d’aujourd’hui je vois cela interminable....Mais je m’accroche.Courage à tous"
Catégories associées:

Frédérique (61 ans) - Nationalité Française - 16 octobre 2019
"Je voudrais vous soutenir dans votre démarche d'arrêt du tabac et vous donner la méthode qui m'a permis d'y arriver.. Dans 15 jours ça fera un an sans aucune cigarette alors que je fumais depuis l'âge de 18 ans un paquet /jour. et j'en ai 61. Quelques tentatives de diminution et un seul arrêt de 4 mois 15 ans en arrière. Je vous assure qu'aujourd'hui, je dis autour de moi "tout compte fait je croyais que c'était insurmontable et qu'en définitive c'était pas si dur que ça" 1- ma motivation l'an dernier, départ à la retraite, donc plus aucune contrainte de lieu pour fumer et du temps libre en plus..; Résultat: ma consommation a augmenté, elle est passée à 30 cigarettes/jour pension de retraite de 25% en moins que mon salaire, à 200 e/mois de budget Tabac, plus beaucoup de loisirs possibles 2-ma méthode J'avais essayé de diminuer avec des patchs mais ça ne marchait jamais, je mettais le patch le plus dosé à 21mg - je croyais qu'on ne pouvait pas en mettre plus- et j'avais toujours envie de fumer. Pourtant à 1 paquet/jour et des Superlight je ne comprenais pas. Puis j'ai lu un article qui disait que le dosage du patch n'était pas forcément en rapport avec le nbre de cigarettes, ça dépendait de la façon de tirer sur une cigarette et de l'imprégnation de l'organisme et qu'on pouvait mettre jusqu'à 4X21mg/24H Alors je me suis établi un programme, j'ai acheté les 3 dosages de patch J'ai commencé avec un 21mg et la moitié d'un 21, ce qui faisait 31.5 mg, pas d'envie de fumer et pas de nausée, cela pendant 14 jours, puis tout doux, j'ai diminué à chaque fois pendant 14 jours d'environ 4 mg par des combinaisons: 21 + la moitié d'un 14 (28) ; 14+ la moitié d'un 21 (25); un ( 21); 14 +la moitié d'un 7 (17.5); un (14) ; 7 +la moitié d'un 7 (10.5); un (7); et enfin et c'est important : la moitié d'un 7 (3.5). J'ai mis 4 mois et demi. Il suffit de trouver le bon dosage au départ. Voilà, j'y suis arrivée, je suis super bien, beaucoup moins essoufflée, je faisais de la gym, je me suis mise aussi au Golf, et je peux me l'offrir financièrement. J'avais développé un asthme il y a 6 ans,certainement dû à la cigarette, mon traitement contre l'asthme a été diminué par deux. Je me sens vraiment libre, mais il y a une chose aussi que je sais et sur laquelle je dois être intransigeante: JE NE DOIS JAMAIS REPRENDRE UNE SEULE CIGARETTE. Une personne tabagique l'est à vie. Une seule cigarette me ferait re-plonger. Vous verrez aussi, quand vous aurez arrêté, que la tentation est moindre qu'il y a quelques années, les gens fument de moins en moins. Allez-y Courage "

ella (58 ans) - Nationalité italienne - 28 juin 2019
"Bonjour, Je fume depuis l'âge de 19 ans 2 paquets par jour.A part de la toux très gênante par moment je n'ai pas de problème de santé pour l'instant. Depuis deux ans je me dis que je vais arrêter mais sans grande motivation et puis le 1 mai 2019 a 9 h du matin je décide que c'est la dernière. Les deux première semaines sont affreuse j'y pense jour et nuit, j'en rêve même. Je me plonge dans le livre de Allan Carr pour trouver la force.Je suis très motivée et ma pensée permanente est: Quoi qu'il arrive je ne fumerai plus jamais. Ça fait deux mois maintenant et une routine commence à s'installer sans cigarette ce qui est vraiment très heureux. je dois CONTINUER à FAIRE LE DEUIL de cette amie qui me veut du MAL. Mais je suis déterminée à en finir avec elle pour la vie."
Catégories associées:

valerie (50 ans) - Nationalité France - 11 avril 2019
"Bonjour,moi j'ai commencer a fumer a 15 ans assez peu, puis vers 30 ans beaucoup plus et j'en étais a 2 paquets par jours,assez mince,en 2014 j'ai été opéré d'une double hernie inguinale en ambulatoire,je n'ai pas touché les 2 cigarettes qui étaient dans mon sac,je n'ai pas fumé le jour suivant ni les autres jours,je n'avais pas de manque,pas d'envie,rien et les jours ,les semaines,les mois ont passer c'est comme si je n'avais jamais fumer,bizarre !!!! mon médecin traitant m'a félicité et pense que c'est du au choc, a la peur de l'opération, parce que secrètement quand ils m,ont mis le masque pour m'endormir j'ai penser "si je m'en sort je toucherais plus 1 seule clop" et voilà. Des fois une petite pensée peut tout changer..."

sylvie (51 ans) - Nationalité francaise - 01 mars 2019
"bonsoir je suis suivi pour une bpco enphyseme je fume depuis l age de 14 ans plus de 30 cigarette par jour sa fait 2 jour que j ai arrêté de fumer je mets des patch et j ai pas de manque pour l instant. Est ce que les manque de nicotine vont venir plus tard ou ça vas rester comme ça ?"

Valérie (52 ans) - Nationalité Française - 18 février 2019
"Bonjour, après près de 40 de tabagisme, de nombreux arrêt entre 1 mois et 6 mois, après une très longue période de "je veux arrêter", de "j'arrête lundi" je viens d'y parvenir. Certes cela fait 3 jours sans cigarettes, ce n'est rien, mais j 'ai l'impression que mon corps est arrivé à saturation et mes dernières cigarettes ne me semblaient plus agréables. Donc j'ai fumé mes 6 dernières et je ne suis plus allée au tabac. C'était vendredi dernier, j'ai passé le week end patché et avec les gommes à mâcher et à sucer. C'est difficile certes, surtout après les repas, et étant une femme très peur de prendre du poids. Il faut arrêter le café de surcroît donc c'est compliqué mais la volonté est là je pense bien accrochée. Je souhaite vraiment que c'est ma dernière tentative et que se sera un succès"

Anonyme (62 ans) - Nationalité Suisse - 17 février 2019
"j ai arrête il y a pas longtemps voila deux semaine . j ai eu un petit soucis de pression ,quand je suis allé chez le médecin je fumais encore 8 cigarettes pars jours . la en consultation il me dit que j ai des problèmes de pression que je pouvais faire un accident vasculaire il ma dit les trois causes la fumer le diabète le poids et cholestérol voila je suis sortie du cabinet j ai cassé mon paquet de cigarette donné à un monsieur qui fumais mon briquet et depuis plus une cigarette pas en manque moi même je suis étonnée nerveuse même pas là je vous dit que si vous en avez envie alors pas besoin de médicament juste de la volonté j ai commencé de fumé à l age de 15 ans j en ai 62 arrête pendant 10 mois à chaque grossesse j ai trois enfants "
Catégories associées:

Anne-Marie (54 ans) - Nationalité Suisse - 04 octobre 2018
"Avant, pour avoir ma dose de nicotine, il fallait que je fume du tabac. Maintenant, je peux l'avoir avec ma vapoteuse. Je ne l'appelle pas cigarette électronique car elle n'as pas grand chose à voir avec une cigarette.. Entre ces deux pourvoyeuses de nicotine, j'ai choisi mon camp. Addict à la nictotine?? Cela m'importe peu pour l'instant. Je sais d'expérience qu'on s'en débarrasse vite, au final, et que la nicotine en tant que telle ne va pas me causer de problèmes graves de santé. Addict à une gestuelle ? Tirer sur ma vap, téter, oui mais franchement... quelle importance? L'important: c'est d'avoir renoncé à cette faucheuse dans ses atours blanc et or; celle bourrée de tabac, de goudrons, de monoxyde de carbone, de produits de combustion et de milliers d'autres produits chimiques. Celle qui asphyxie, qui englue, qui affaiblit, coupe toute motivation ou envie, fatigue au-delà de ce qu'on peut imaginer, et fracasse le corps et l'esprit. "

christelle (31 ans) - Nationalité France - 26 septembre 2018
"J'ai fumé ma première cigarette à l'âge de 12 ans. Puis une de temps en temps jusqu'à l'âge de 18 ans quand j' ai commencé à pouvoir m'offrir mes paquets. A 25 ans, je fumais un paquet par jour. J'avais un petit salaire mais je trouvais toujours de quoi m'acheter ma vingtaine de tueuses. A 30 ans j'ai eu un déclic, j'ai voulu m'en sortir. Cesser de fumer au saut du lit, la première d'une longue série de cigarettes quotidiennes. La cigarette faisait intégralement partie de moi et un jour j'en ai eu assez. Juillet 2017, je me tourne vers la cigarette électronique. D'abord fortement dosée, puis faiblement et enfin j'arrive à ne vapoter que du 0mg, nous sommes en Décembre 2017. Après 1 mois de vapotage à 0mg, une grippe me cloue au lit. Je passe 10 jours sans vapoter. Quand je vais mieux, nous sommes en Janvier 2018. L'envie de vapoter est là mais je tiens bon. C'était il y a 9 mois. 9 mois sans cigarette électronique et 15 mois sans cigarette "classique". Je n'ai tiré que des bénéfices de cet arrêt. Je n'ai pas grossi, j'ai retrouvé un teint de jeune fille et mon application STOP TABAC m'a permis de me rendre compte que j'avais économisé 2925 euros depuis mon arrêt ! J'ai pris la meilleure décision de ma vie, et pourtant j'étais accro ! . Quand j'ai décidé d'arrêter, j'ai regardé les témoignages sur ce site qui m'ont aidée. Je m'étais promis de faire la même chose si j'y arrivais. C'est chose faite, je suis LIBRE après 13 années passée à être esclave de la cigarette. "
Catégories associées:

Brigitte (62 ans) - Nationalité Française - 16 septembre 2018
"J'ai commençé à fumer à 19 ans.lors de vacances à la neige. ma mère fumait des royales depuis toujours? J'adorais l'odeur, et avec ma sur on lui a demandé de nous acheter un paquet de royal menthol! allez maman, c'est les vacances zut ! elle a accepté. première bouffée dans la chambre d'hôtel. j'ai eu un vertige mais il y avait un fauteuil derrière mois. je me souviendrai toujours de ma première cigarette... car voilà comment l'engrenage à commençer. Je n'ai jamais vraiment tenté d'arrêter de fumer, même si j'ai tout essayé, et depuis plus de 40 ans je me dis " il faut que j'arrête !) seulement voilà entre dire et faire , il y a un océan. Là, je viens de débuter depuis trois jours les patchs dosés à 25mg. 21 ne m'avait pas oté l'envie . . Au vu du ( mais avais -je besoin de le faire pour le savoir.? je suis une grosse fumeuse. 25 à 30 cig par jour, donc autant mettre la barre haute cette fois, pour avoir une chance de réussir. Le seul hic pour l'instant c'est qu'avec le patch maintenant je ne pense qu'à ça! je regarde les minutes qui s'égrainent, je tiens un cahier, où je note les moments critiques , les moments où je craque et ôte le patch pour m'en fumer une. ça va me couter bientôt plus cher en patchs qu'en cigarettes ! non , je blague. c'est de l'humour très noir. le patch fonctionne, j'ai réduit ma consommation par deux en deux jours. Je sais bien qu'il ne faut pas combiner mais je ne combine pas puisque jamais les deux en même temps et puis c'est provisoire, j'apprends peu à peu à mon esprit à oublier de penser "cigarette". Car je note que ce n 'est pas le manque qui me titille puisque le patch agit bien, mais plutôt la pensée de.... ce petit truc qui clignote à intervalles presque réguliers! "cigarette! ". Oui je suis très dépendante, c'est clair. et si tous les jeunes savaient combien les fumeurs sont comme des prisonniers à vie,ils ne commenceraient jamais. car tenter d'arrêter devient un bagne. enfin bon, j'espère cette fois y parvenir enfin. Je pense parallèlement au patch aller voir un magnétiseur. je sais que cela fonctionne, mon frère y a eu recours il y a 40 ans, avec trois de ses copains et moi. on y est allé en groupe pour se motiver encore plus . Et plus aucun n'a jamais re- fumé, sauf une ! .. devinez qui?.. "
Catégories associées:

Anonyme - Nationalité Suisse - 04 octobre 2017
"bonsoir, J'ai commencé à fumer très jeune, terrible erreur.... Des arrêts en ai fais mais avec rechute..... Conseil au jeunes ne goûter jamais à une cigarette pour faire comme les autres, mettez plutôt l'argent du paquet sur un compte pour vous faire des plaisirs etc etc Au mois d'Août 2017 ai pris la décision de stopper le tabac, patch et hypnose, chaque jour ai mis l'argent du paquet dans une tirelire, nous sommes début Octobre en suis scotchée.... j'ai retrouvé l'odeur, presque le goût!!! Et surtout le souffle.... COURAGE"

NATH (46 ans) - Nationalité FRAN9AISE - 14 décembre 2016
"Bonjour à tous ! 10 jours d'arrêt du tabac sous Champix et pas peu fière !! Mais, il faut rester vigilant car je me sens encore fragile vis à vis de l'ennemie cigarette. Je vais continuer le traitement au moins pendant 2 mois encore car lors de mon dernier arrêt sous champix, j'ai arrêté le traitement trop vite. résultat : reprise (moindre) au bout de 2 mois 1/2. Trop bête !!! Je vous souhaite à tous bon courage et vive la liberté !!!! "

Carine (35 ans) - Nationalité France - 05 octobre 2001
"Je m'appelle Carine, j'ai 35 ans, je suis divorcée et j'ai une fille de 9 ans qui est tout pour moi. Je fume depuis mes 14 ans et je vais mourir dans les 6 mois d'un cancer du poumon (découvert il y a 1 ans) ... C'est horrible, je pleure sans arrêt et je m'en veux de ma bétise. Je n'ai jamais voulu arrêter de fumer, je disais qu'il fallait bien mourir de quelque chose, mais je n'ai jamais pensé que je mourrais si tôt. C'étais presque un défis pour moi de tenir tête à mes amies qui tentaient de me faire arrêter (J'ai même arrêter de voir certaine d'entre elle pour ne plus les entendre, quelle idiote j'ai été). Je me suis disputée avec ma fille quand elle me demandait d'essayer d'arrêter. Ma fille est là, à coté de moi pendant que j'écris, ... et elle pleure ... et moi aussi. ... Ma fille, (elle s'appelle Julie), veux que je continue à écrire. Elle pense que mon témoignage sauvera peut- être quelqu'un, j'espère qu'elle à raison. Je vous en supplie, NE COMMENCER PAS A FUMER, et si vous fumez, tentez d'arrêter le plus tôt possible. C'est une DROGUE, c'est une maladie. Sauvez- vous et si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour ceux que vous aimez et pour ceux qui vous aiment. Ne fermer pas les yeux, parce que la réalité est encore pire que le pire des cauchemars. J'ai perdu mon emploi quand j'ai été trop malade que pour continuer. Je n'ose plus me regarder dans une glace à cause des traitements. Je vais tenter de passer le peu de temps qu'il me reste avec ma fille. Je me rend compte maintenant que j'ai été très égoiste et idiote. La cigarette TUE vraiment, aujourd'hui je me rend compte que le message est clair, partout, et je regrette tellement de ne pas l'avoir vu. Il est trop tard pour moi, SAUVEZ- VOUS ! "

Marion (32 ans) - Nationalité francaise - 13 février 2005
"Bonjour,je m'appele Marion,j'ai 32 ans et il ne me reste moin d'un an a vivre.Il y a un an on a découvert un cancer du poumon.Chaque jours qui se leve,me fait peur je ne sais pas quand mon heure sonnera.J'ai deux enfants,une fille âgée de 9ans et un garcon de 2ans et demi.Mes enfants represente tout pour moi et j'ai horriblement peur de les perdre...Que vont-ils devenir?Je prend des traitements tres tres lourd et j'arrive a peine a sortir du lit.Je ne me reconnais plus.Je ne sais même pas comment vous dire de ne pas fumer.On ne se rend pas compte mais lorsque l'on a nos jours comptés,que l'on a des enfants on a plus assez de forces pour crier,hurler nos souffrances.Comment vais-je expliqué à Léo mon fils de 2ans et demi que sa maman va partir tres tres loin?Et a Chloé?Sil vous plait ne fumez pas...Pensez a vos enfants a ceux qui vous aime et ne restez pas égoistes...Pour moi il est trop tard mais pour vous tout est encore jouable alors levez la tete et foncez,arretez cette drogue et vivez votre vie sainement...Si vous n'avez aucunes raison de le faire alors faites le pour les gens qui vont mourrir(comme moi)et les enfants qui vont subir..."

Magali (35 ans) - Nationalité Française - 07 avril 2004
"Bonjour, je suis née le 13 mars 2004. Je pèse 760 grammes Je suis née par césarienne, étant trop faible pour survivre à un accouchement naturel. Ma maman prends conscience en me voyant en soins intensif entre la vie et la mort que les cigarettes qu'elle a fumées pendant 9 mois m'ont fait beaucoup de mal. Aujourd'hui je respire artificiellement, j'ai de graves problèmes cérébrales et respiratoires. L'obstétricien qui a pratiqué la césarienne a dit à ma maman que le placenta était collé à son estomac et que suite à des examens des substances dûes au tabagisme ont été trouvé dans le placenta. J'ai été nourri pendant 9 mois au tabac. Mes parents savent que je vais avoir une croissance très difficile si je survis. Je porte le doux prénom de Mélodie. Oui je parle au nom de ma fille ma vie ma chair que j'aime plus que tout, non je ne pensais pas que cela m'arriverait! non ! Aux autres mais pas à moi ! pas à mon bébé. Aujourd'hui Mélodie est entre la vie et la mort et si elle arrive à s'en sortir, elle devra avoir de l'oxygène pour l'aider à respirer, elle restera petite le tabac diminuant la croissance. Alors vous future maman ne fumez pas jamais, vous tuez vous même votre enfant. Pour moi c'est la phrase exacte j'ai voulu donner la vie, j'ai donné une maladie, un handicap à ma petite fille chérie. Je suis a ses côtés toute la journée, quelle torture ce petit bout perfusée partout même en haut de sa tête. J'entends des mots que je ne comprends pas et le corps médical m'explique . Je n'ose pas les regarder en face non !Je sais que beaucoup de future maman fume en se disant à part le poids de mon bébé il n'y aura rien d'autre, je le pensais aussi, c'est faux archi faux . Fumer c'est tuer . J'espère que vous écouterez mon témoignage . Ne fumez pas . Depuis le 13 mars 2004 je n'ai pas fumé c'est trop tard. Je ne sauverais pas ma petite Mélodie . "

Hélène (39 ans) - Nationalité suisse - 03 octobre 2005
"voilà 6 mois que j'ai cessé de fumer, grâce aux patches durant les 2 premiers mois, le temps de m'offrir de nouvelles habitudes sans souffrif du manque. Et puis j'ai arrêté les patches également et, mise à part un peu de nervosité à gérer, tout s'est formidablement bien passé. En fait, mes dernières années de fumée furent complètement dépourvues de plaisir et pleines de culpabilité ET JE ME RENDS COMPTE AUJOURD'HUI QU'IL M'ETAIT PLUS DIFFICILE DE FUMER QU'IL M'A ETE D'ARRETER !!! Arrêtons de dire qu'il est si difficile de cesser de fumer... ça ne sert qu'à effrayer les fumeurs et à les décourager définitivement... J'ai arrêté de fumer sans volonté exceptionnelle, sans prendre plus de 2 kg, et sans souffrir le martyr.Le désir de fumer est comme une bête au fond de notre ventre qui réclame sa substance... Elle ne fait pas partie de nous, elle y a été introduite et peut sans aller. Plus vite on lui coupe les vivres et plus vite elle disparaîtra. Diminuer la cigarette ne fait que maintenir la bête en vie. J'aimerais que mon témoignage rassure les futurs ex- fumeurs quant à la difficulté d'arrêter. Moi, je vis beaucoup mieux depuis que je ne fume plus. Je n'ai plus à gérer cette culpabilité face à mes enfants, à ma santé et à mon porte- monnaie. Je suis enfin en accord avec moi-même. Ca vaut vraiment le coup de s'y mettre sérieusement. Oubliez tout ce qu'on a pu vous dire à ce sujet, faites-vous votre propre expérience. Vous verrez, c'est beaucoup plus simple que prévu!"

Sophie (32 ans) - Nationalité Française - 25 janvier 2006
"Bonjour ! Je m'appelle Sophie et j'ai témoigné il y a un peu moins d'un an sur ce site, lorsque j'ai arrêté de fumer. Ca fera un an dans quelques jours et je suis fière, extrêmement fière. Je témoigne aujourd'hui pour vous dire que oui, c'est possible. Je fumais un paquet par jour il y a un an. Je ne touche plus une cigarette et ce n'est pas un supplice, c'est un bonheur. Croyez y, tentez le, retentez le. Et dites "merde" aux gens qui ne croient pas en vous. Trouvez vos motivations, écrivez vos motivations, partout, chez vous, au bureau, en voiture (vive les post it !) Je dit souvent que je viens de passer une année en "é" : j'ai pleuré, insomnié, enflé (+ 10 kg !), boutonné tout l'été... mais j'ai réussi. Je me suis donné un an pour "évacuer" la cigarette ! Voilà le constat : * j'ai pleuré des heures entières, sans raison apparente : mes meilleures amies ont cherché des heures entières à savoir pourquoi je pleurais "pour rien". On a finit par en rire... moi, toujours en pleurant ! Et ça passe. J'ai retrouvé ma pêche légendaire ! * j'ai insomnié... ben oui, ça m'arrive encore. Je prends le bon côté des choses... lait chaud avant d'aller me coucher, tisanes relaxantes, musique douce, bain avec bougies et huiles essentielles. Ma fille adore. Moi aussi... Pas si désagréable que ça de soigner les insomnies ! * j'ai enflé... Ah ça... c'est vraiment désagréable ! Mais j'avais accepté l'idée que ça pouvait arriver et je pense que ça a contribué largement à ma réussite. Une année bouboule contre une vie plus saine. Je prends. Et là ça y est... En m'attaquant aux haricot verts plutôt qu'à la plaque de chocolat, la balance recommence à sourire. Mes fringues aussi. Et moi, je n'en parle même pas ! * boutonné tout l'été... là, les filles (et les garçons), c'est l'occasion ou jamais de vous ruer chez l'esthéticienne pour des soins du visage. Du temps pour vous, on s'occupe de vous... Si c'est pas le bonheur tout ça !!! Je commence ma nouvelle vie saine d'ex fumeuse. Mes deux meilleures amies viennent d'arrêter. Elles en ont marre d'aller fumer dehors quand on est tous à l'intérieur ! Si elles lisent ce témoignage, alors je veux qu'elles sachent que je crois en elles, et que dès qu'on sera trois ex fumeuses confirmées, on pourra faire le cri de la joie totale !!! Entre nous, si j'ai eu suffisament de volonté pour réussir à arrêter de fumer, c'est donc que je peux avoir suffisament de volonté pour beaucoup, beaucoup, beaucoup d'autres choses, non ??? Waouh !!! "

Katell (32 ans) - Nationalité Francaise - 19 octobre 2007
"Arrêter de fumer c'est comme déménager dans sa propre vie. Il faut s'y prendre un moment à l'avance pour prendre le temps d'imaginer le genre d'endroit où on va aller vivre: plus propre, plus grand , plus lumineux, plus frais... Puis il faut décider de la date. Elle ne doit pas être trop proche pour avoir le temps de préparer les cartons (s'informer, préparer le "kit du jeune ex-fumeur" à savoir chewings gums, pommes, balle anti stress, LA bouteille d'eau fétiche que l'on emmène partout avec soi etc.), revisiter chaque pause en imaginant comment on fera "dans le nouveau logement". Ca permet aussi de ne pas se traumatiser par un changement trop brusque. Pour se faciliter la vie, un peu avant l'échéance, contacter un déménageur compétent (en l'occurrence un médecin) qui est souvent de bon conseil sur l'organisation de la manoeuvre (patch de nicotine? Zyban? Champix?) et on rameute les amis les plus barraqués (les plus encourageants). Les premiers jours sont difficiles: on ne retrouve plus rien, on a l'impression que c'est le bazar partout, on est fatigué, on s'énerve pour un rien... Là il faut juste respirer un grand coup et laisser le temps passer car il travaille pour nous (s'autoriser la "cure" de cinéma, de TV ou de sieste la première semaine). Petit à petit, les choses se mettent en place. Un par un, les cartons sont déballés: les gestes quotidiens sont réinventés: le café devient vaisselle ou fruit, l'arrêt de bus devient salon de lecture et les potes sont ravis de recevoir de nombreux sms... Le nouvel appartement semble immense et pour cause: on s'est débarrassé de quelques 250 gestes quotidiens, 140 minutes chaque jour, 16 heures et presque 50 CHF chaque semaine... Ca fait beaucoup de place! Au départ on est perdu dans tout cet espace et on ne vit que dans la pièce principale, timidement, "comme avant". Puis petit à petit on explore... Hummm... Les goûts reviennent... Tiens, si j'apprenais à cuisiner... les kilos arrivent, bof, bof... Bon, ben je vais prendre les escaliers, et puis...je pourrais rentrer du travail à pied le vendredi soir... Et puis tiens, si je me mettais au sport? Hé mais finalement je ne suis pas aussi nulle que je le croyais... Tiens, les kilos sont repartis... Il y a des expériences étonnantes où l'on s'étonne soi-même: Apéro chez des amis? Hum... Pas envie d'alcool mais d'un jus de fruits bien frais (Moi qui ne crachais pas dans mon verre). Deux autres personnes disent "moi aussi" (ultra tendance donc...) Le réveil ? Me voilà en train de le regarder s'allumer... (Wow! J'avais pas vu ça depuis des années!) J'ai même réussi à intervenir dans une conversation sur aussi abstraite pour moi que l'actualité politique! (Normalement je n'y connais rien mais depuis que je lis les journaux en attendant les gens, je suis mieux informée). Parfois il y a des vieux réflexes qui reviennent, comme si on cherchait la table de nuit à l'endroit où elle se trouvait dans l'ancien appartement: on se demande si on a assez de monnaie... pour quoi faire au juste? On se retourne pour "ne pas oublier" le fameux paquet doré sur la table... Ah ben non, c'est pas le mien. On trouve son sac à main étrangement vide (ben non, il est juste trop grand maintenant) Ca fait deux mois que j'ai déménagé et pour le moment je suis ravie. Tout n'est pas encore bien en place, les luminaires ne sont pas tout à fait fixés, il manque quelques meubles... Ca vient. J'ai bien plus de projets de déco que de regrets concernant mon ancien appartement. J'y pense plus trop d'ailleurs. Si vous êtes dans le même appart' depuis votre adolescence, c'est bon maintenant, vous méritez bien mieux: plus grand, moins cher... Mieux. "

Isabelle (46 ans) - Nationalité française - 26 2006
"J'ai allumé ma première cigarette à 11 ou 12 ans en colonie de vacances. Mais je considère n'être rentrée dans le clan des fumeurs qu'à 15 ans, époque où j'ai véritablement avalé une bonne vingtaine de "clopes" par jour. Ca faisait bien et surtout nous étions bien moins sensibilisés aux méfaits du tabac. Mon père est mort à 59 ans en raison de problèmes cardio-vasculaires dus en grande partie aux cigarettes. Ma mère s'est alors arrêtée de fumer ce qui ne l'a pas empêchée d'être rattrappée par le "crabe" : cancer des cordes vocales et, 15 ans après, cancer du larynx. Et moi, j'ai continué à consommer mon paquet par jour minimum. Il n'était pas question que je m'arrête, pour preuve, je n'ai jamais tenté quoi que ce soit pendant près de 30ans (sauf lors de mes grossesses où j'ai eu la chance d'être dégoutée par les odeurs de tabac). Pourtant, il y a deux étés, nous sommes partis en famille en Ecosse, au milieu de rien si ce n'est un troupeau de moutons et là, assis face à cet espace de nature, nous avons décidé, mon mari et moi-même, de fumer la dernière cigarette un peu comme on se jette un défi. Le fait de changer totalement de vie pendant trois semaines a été souverain. Il m'est arrivé dans les tous premiers jours de tourner en rond comme un ours en cage, surtout le soir, à l'heure où, quelques jours plus tôt, les cigarettes étaient les meilleures. Mais j'ai tenu bon. J'allais marcher sur les routes désertes ou crier dans les champs et je rentrais calmée. Le plus difficile a été le retour à la maison avec son lot de petites habitudes qui rejaillissent subitement. J'ai trouvé un "truc" qui m'a aidé à tenir : au lieu de m'installer confortablement, la journée terminée, dans le canapé, je sautais dans mon lit avec un bon bouquin. La chambre étant un endroit où je n'ai jamais fumé, l'appel de la cigarette était moins fort. Il n'y a plus guère que sur la route, dans les embouteillages ou lorsque je suis contrariée par les incivilités de certains automobilistes que j'y pense ; la voiture, lieu auquel je ne peux hélas pas échapper, est un endroit où j'allumais un nombre vertigineux de cigarettes. Deux choses pourtant me tiennent éloignée des marchands de tabac : le souvenir de cette dépendance et de la panique que j'éprouvais lorsque je découvrais mon paquet presque vide. Il fallait alors que je saute dans ma voiture, quelle que soit l'heure, pour trouver un détaillant ouvert. Le dimanche était un jour terrible pour ça... Quand je vois le soir ou les jours fériés toutes ces personnes qui font la queue devant le seul buraliste ouvert du coin, je me dis que j'en suis sortie. Enfin, le deuxième facteur qui joue pour moi c'est cette odeur que véhiculent tous les fumeurs et l'image qu'ils renvoient. J'ai fait partie de ces personnes qui manoeuvrent leur véhicule la cigarette au bec, j'ai appartenu à cette communauté de gens qui ne peuvent s'empêcher d'allumer leur "clope" dans la rue, j'ai été imprégnée de cette odeur de tabac froid malgré tous les efforts pour l'éviter. Je trouve désormais très môche les gens avec leur mégot en bouche et désagréable ces effluves de tabac qui me sautent aux narines lorsqu'un fumeur vient me dire bonjour, même lorsqu'il a écrasé sa cigarette. Tout n'est pas rose dans cette aventure. Si je pense être en grande partie guérie, j'ai beaucoup grossi en "compensant", notamment au volant (paquet de bonbons, petits arrêts dans les boulangeries...). Je commence à voir la fin du tunnel de ce côté-là mais il aura fallu deux ans (le 6 aout) pour que j'arrive à me stabiliser et ammorcer un retour vers la normale. Les enfants m'aident à tenir, je crois qu'ils m'en voudraient et seraient surtout très déçus s'ils me surprenaient entrain de fumer à nouveau. Une aide extérieure m'aurait peut-être permis d'éviter de prendre mes dix kilos mais quelle que soit la façon de procéder, le jeu en vaut la chandelle."

Mary-José - 23 janvier 2001
"Nous étions une de ces jolies familles modernes qui fait envie, nous formions un couple uni et mes enfants travaillaient bien et étaient très joyeux. Nous approchions de Noël, il me restait quelques jours à travailler à l'hôpital puis j'avais une semaine de congé pour terminer d'acheter mes derniers cadeaux. Je préparais les vacances oû nous voulions aller skier tous les quatre. Mon mari réglait comme à l'habitude les mille et un problèmes dûs aux responsabilités qu'il avait dans ses jardins. De plus il avait commencé en janvier une école très intéressante mais exigeante de spécialiste en environnement. Il était enthousiaste et sérieux, gai et plein d'humour. Il aimait sa femme et ses enfants par dessus tout. Il avait un défaut, il fumait constamment d'horrible et puantes cigarettes. Le 11 décembre au matin nos vies se sont brisées, son coeur a dit stop, il s'est arrêté. "

MARIE (47 ans) - Nationalité FRANCAISE - 01 mars 2004
"RUPTURE Ca y est, c'est décidé, je la quitte ; pas facile, après trente deux ans de vie commune ! Je me souviens de la première fois, j'avais quinze ans, ce n'était pas si bon que cela, finalement, je me souviens de la gifle de mon père, après. Et je me souviendrai aussi de la dernière fois, c'était hier, dans la cour de l'hôpital, la nuit, j'ai quarante sept ans. Ni l'une, ni l'autre n'étaient préméditées ! Que de temps perdu avec elle ! Je l'ai longtemps crue mon amie, ma compagne de tous les états d'âme, presque ma force ! Quelle illusion ! Je lui ai donné toutes ces années, et que m'a-t-elle apporté, elle, en échange ? Sournoisement, insidieusement, elle n'a fait qu'accentuer mes premières rides, ternir mon teint, diminuer mon souffle, usurper les goûts et les odeurs, et tant d'autres sévices cachés, perfides. C'est elle qui ma pris mon père, trop tôt ! Et je suis restée avec elle quand même, encore, n'écoutant personne, pas même moi-même. Cela fait déjà quelques années qu'elle me pèse, mais difficile pour un vieux couple, de se séparer, difficile de dire voilà, cest fini . Alors, on traîne, on se trouve des excuses à cette lâcheté en se disant que de toute façon, c'est peut-être trop tard, on hésite et puis un jour, on fait le pas, le vrai, le bon ! Je lui dis Adieu, je reprends mes droits sur l'odeur des jonquilles, je reprends un peu du temps qu'elle m'a volé, je reprends ma liberté. ADIEU, la clope ! Je ne taime plus ! "

Agnès (64 ans) - Nationalité française - 30 septembre 2004
"à 17 ans je fumais ma première cigarette et j'ai fumé la dernière le 14 avril 2003 après 46 ans dont 18 mois d'interruption à l'âge de 30 ans. Toute une vie de tabac, la plus ancienne compagne de ma vie....très vite j'ai fumé un paquet par jour et à la fin de ma vie de fumeuse j'étais à plus de 2 paquets 1/2, voire 3 paquets Lorsque j'ai cessé de fumer à l'âge de 30 ans çà a été plus difficile que maintenant, étrangement. A l'époque j'avais fait un pari avec moi-même:" tu vas t'arreter; tu vas leur montrer que tu es capable de le faire"; un an et demi après je rechutais: normal, j'avais gagné mon pari, je m'etais arrétée et l'odeur de la cigarette qu'un ami allumait devant moi était tellement troublante........ Cette fois j'ai décidé de m'arreter et j'ai mis un an et demi à prendre la décision, à me conditionner, à me convaincre que j'allais me passer de tabac, aussi dur que cela pourrait être. et puis un jour, en naviguant sur le web j'ai trouvé par hasard Stop tabac.ch et je ne l'ai plus quitté. ma décision était prise, il faisait passer à l'acte et c'est stop tabac qui m'a aidé et tous les membres de la tribu qui m'ont aidée patiemment, sereinement et m'ont remonté le moral les jours gris ou noirs. Pourtant si je voulais cesser le tabac, je ne voulais que les autres puissent en souffrir dans mon entourage et par ailleurs je ne voulais pas prendre de poids. J'ai donc utilisé le zyban selon la manière préconisée par stop-tabac et dans les mois qui ont suivi j'ai pris du Prozac pour pouvoir passer les moments difficiles et ne pas remettre en cause ma décision.pour contrôler mon poids, j'ai bu de l'eau pétillante à chaque fois que le manque de "quelque chose aux lèvres" se faisait sentir, je buvais au goulot, comme un biberon j'arrivais à boire 3 litres par jour Voilà maintenant j'ai 64 ans et je découvre des gouts et des parfums comme j'en connaissais dans mon enfance et que j'avais perdus; j'ai retrouvé aussi un souffle perdu, je cours, je marche, je nage, je vis. et les fumeurs à côté de moi ne me gênent même plus. Quand je vois quelqu'un fumer, les femmes surtout, je trouve cela très moche, très laid. je sais et je sens tellement que c'est une drogue que j'ai envie de leur dire:" arreter de vous détruire" mais nul ne peut faire le bonheur des gens malgré eux aujour'hui je suis heureuse d'etre une ex fumeuse et je resterai une exfumeuse jusqu'au bout"

Geneviève (43 ans) - Nationalité Suisse - 30 avril 2006
"Nous arrivons au mois de mai... Joli mois de mai... L'an dernier, je me disais " je vais m'arrêter"... "je m'arrête quand je veux, de toute façon, alors je vais m'arrêter"... 2 paquets par jour, l'odeur, la fumée, le smog, je l'appelais..., la toux du matin, la voix qui déraille, et souvent la peur ...d'en claquer, d'une quinte de toux qui mettrait mon poumon à la porte !Image répétée d'un humour internaute... et puis le mois de mai avec ses jours de concours (en Suisse) et son 31 sans fumée... Et que je me suis dit, pourquoi pas...Des "Chiche t'oses pas" et "de toute façon tu tiendras pas 3 jours" ont fusé autour de moi... J'ai des collègues adorables, heureusement d'ailleurs, car je partage plus de temps avec eux qu'avec ma famille dans une journée...mais ils sont un peu "blonds" comme on dit... Ce manque de confiance m'a vexée.. Oui je peux avouer: je me suis arrêtée de fumer pour leur clouer le bec et les laisser radotter sans fondement sur mon dos ! C'était le 16 mai 2005... Douze mois plus tard, on a cessé de m'en offrir le matin, avec un sourire sorcier,le petit clan parieur m'en félicite aujourd'hui, un membre du clan m'a même rejointe.... de ce bon côté de la barrière... Et on en rit encore... C'est la première fois que j'essayais de stopper la clope... j'avais 42 ans, et je fumais depuis l'âge de 16 ans... Faites le compte... Au début, je faisais la forte, l'odeur ne me dérangeait pas, je n'avais pas d'envie en sentant une taf me passer sous le nez... Et puis j'ai décider d'arrêter de me mentir ! Ca pue, je supporte plus ceux qui toraillent sous mon nez, et brisent la saveur de mes instants... Donc je suis devenue un peu intolérente... Chez moi c'est dehors... Au resto, j'y vais plus, c'est pas le pied de croquer avec le cigare du voisin... (mais ça va changer, chouette) et dans les obligations obligatoires, je fais le point dans ma poche et vire au pouf à linge tous mes habits sitôt rentrée.... A part ce petit côté maniaque, l'arrêt du tabac m'a apporté un merveilleux voyage à Londres: j'avais honnêtement mis le prix de 2 paquets de clopes dans un cochon rose... soit 11,60 francs chaque jour... Lecochon est mort en février, le voyage a eu lieu et je n'ai pas dépensé la totalité de l'épargne !!! Et en meilleure close, ne plus fumer m'a rendu le goût de mes repas, l'odeur des fleurs, le souffle de mes longues ballades à pieds... mes chiens me remercient chaque jour... Je n'ai pas pris un gramme, parce que je n'ai pas remplacé ma clope par de la bouffe.... *Je suis déjà ronde, alors là-dessus j'avais du être très sévère avec moi-même :o)* Je ne peux qu'encourager ceux ou celles qui me liront de se lancer, sans entendre les railleries des amis qui diront "t'es pas cap"... Il disent ça parce que EUX ne sont pas cap.... Personne y croyait, le 16 mai dernier, personne ! (même pas moi, tellement ça me paraissait insurmontable !!!) Je suis fière aujourd'hui... et je remercie tous les gens de Stop-Tabac, où j'ai pris tout ce qui pouvait me servir pour garder le tracé de la victoire.... Je ne serai jamais plus une non fumeuse, je resterai une ex fumeuse, un peu comme les alcoolique abstinents. Sortir d'une drogue est continuer à vivre, et c'est merveilleux ! "

Nathanaelle (24 ans) - Nationalité Francaise - 20 février 2005
"Ca y est, j'ai arrêté. Aprés 8 ans de tabagisme actif à 15 cigarettes par jour, me voilà en pleine révolution personnelle. C'est fou. A peine croyable. Moi qui souffrais rien qu'à l'idée de ne plus fumer...la clope de l'aprés repas, celle du début de soirée, celle qui met à l'aise dans les rencontres et puis les milliers d'autres. Comment s'en passer? Comment remplir le vide sans cigarettes? Je n'avais jamais réussi à ne pas fumer pendant une journée entière. En 8 ans ! 8 ans de ma vie à fumer TOUS LES JOURS...Et voilà que ca fait une semaine sans la moindre cigarettes, et, me croirez vous...tout va bien! Oui, un petit peu de manque les 2,3 premiers jours, le cerveau qui se sent bizarre, qui se sent tout court, si ca se trouve....Mais rien de terrible. Je me sens portée par tout le bien que je me fais, ou tout le mal que je ne me fais plus. Je respire à plein poumons, je ferme les yeux et j'essaie d'imaginer l'intérieur de mon corps. Qui mettra probablement des années à redevenir vraiment sain, mais que déjà je ressens mieux. Comme une dispute de 8 ans entre lui et moi qui vient de prendre fin. Je lui parle à nouveau. Lui, il n'a jamais cessé de me parler (mal aux poumons, au coeur, peau et dents degueus, haleine de cendrier...) mais je ne l'écoutais pas. Me voilà donc de nouveau son ami, et le plus beau, c'est qu'il a pas l'air rancunier pour un sou. Mon copain dit qu'il ne m'a jamais trouvé aussi belle, et moi, je ne me suis jamais senti aussi bien...Allez, c'est facile! Pour l'amour de vous!"

Cathy (33 ans) - Nationalité française - 24 septembre 2005
"Bonjour ou bonsoir à tous! Je voudrais apporter mon témoignage plein d'espoir pour tous ceux qui ont encore du mal à stopper définitivement la cigarette. Cela fait 5 mois que je n'ai pas touché à une seule cigarette. Mon arrêt n'a pas été facile! Durant environ un mois, j'ai beaucoup lutté contre mes angoisses et envies obsessionnelles. Puis... au bout du deuxième mois tout s'est bien arrangé! Plus de besoin impérieux de fumer, juste une petite envie (plutôt une "pensée") de temps en temps. J'ai moi-même beaucoup de mal à y croire et pourtant... Depuis un mois, ma vie est en train de changer. Je sens bien que je ne suis plus tout à fait la même. Je craignais un changement dans ma personnalité: je pensais qu'arrêter de fumer allait me rendre moins "intéressante" et plus timide, que j'allais moins "déconner"... Eh bien... à ma grande surprise c'est l'inverse!! Je suis beaucoup plus ouverte aux autres, moins stressée, très confiante en l'avenir et en moi... En plus des classiques bénéfices physiques de l'arrêt, depuis quelques semaines j'éprouve un besoin impérieux de tout ranger dans ma vie!! J'ai compris et je sais maintenant que je suis une personne forte, motivée et pleine de vie. C'est comme si je devais apprécier chacune des secondes de ma nouvelles vie et je me mets à relativiser tous les soucis... Après avoir supporté ma mauvaise humeur, mon entourage apprécie mon enthousiasme et ma bonne humeur!!! Vive les non-fumeurs!!!!"

paula (35 ans) - Nationalité Française - 08 2007
"Je fume (fumais) depuis l'âge de 18 ans, j'en ai 35. Un paquet par jour. J'ai commencé pour faire comme les autres. Me sentir grande, mature, libre, dans le coup. Puis j'ai continué. Fumer ne m'a jamais posé de pb, je n'ai jamais eu envie d'arrêter, pensant que j'arrêterai "plus tard". Je me suis sentie très coupable lors de ma première grossesse où je n'ai réussi qu'à réduire à 5/7 cigarettes par jour. Puis j'ai arrêté quand j'ai accouché, lorsque j'étais à la clinique. Je n'avais pas envie de fumer, je n'avais pas envie de laisser mon bébé pour aller fumer. Puis, un mois plus tard, lors d'une soirée... j'ai fumé une cigarette, comme ça sans raison, sans en avoir vraiment envie. Elle m'a fait replonger aussi sec! Sept ans sont passé. Ma mère tombe malade. Cancer du poumon. Elle avait énormément fumé dans sa jeunesse, puis avait arrêté depuis l'âge de 35 ans. Elle en avait 58. On ne trouve pas de cellules malignes à la biopsie. On l'opère pour lui enlever la tumeur et on lui parle d'une chimiothérapie préventive après sa convalescence. On est très confiants, les medecins optimistes. Mais sa convalescence a été de courte durée. D'une "simple" tumeur elle est passé à un cancer généralisé foudroyant. On a eu 1 mois pour se dire adieu, pour pleurer, et rire aussi, de remercier, se dire qu'on avait eu de la chance d'être venues sur terre pour être mere et fille. Mes frères et soeurs aussi, nos enfants aussi. ça a été un mois très dur, pour elle, pour son mari pour ses efnats, pour ses petits enfants qui l'adoraient. On l'aimait tellement. Elle nous aimait tant. Pour moi, c'est une des choses les plus difficiles qui me soient arrivé: perdre ma maman, si belle si douce, si gaie, si joyeuse, si aimante. La perdre si vite... Sur son lit de mort je lui ai promis d'arrêter de fumer. Je n'y suis pas arrivée. C'était l'été dernier. Je me sentais si coupable de ne pas tenir ma promesse!! Puis je me retrouve enceinte. Et je n'arrive toujour pas à arrêter!! J'essaye l'hypnose, les patch, l'homéopathie, l'acupuncture, allen carr, le manuel de défume etc. Rien n'y fait. Je me sens comme une moins que rien. Vraiment. J'accouche. je suis à la clinique. J'ai envie de fumer, mais je n'ai pas envie de laisser mon bébé. Je me rappelle de la première fois où j'ai arrêté sans difficulté quand j'ai accouché. Je décide de "recommencer", de ressaisir cette chance. Et ça fait plus d'un mois que je n'ai pas touché une cigarette. J'ai envie, mais ce n'ai pas l'horreur. Je ne m'arrache pas les cheveux, je n'ai mal nulle part. Je sais que je ne vais pas mourir du manque. J'apprend à chaque nouvelle situation (verre avec des amis, une soirée, restaurant, diner, café le matin, pause entre deux activités, nervosité, stress...) à me passer de cigarette. Je me rend compte qu'effectivement le plus grand frain est LA PEUR. Le peur de devenir fou si on fume pas, le peur de mourir du manque; Mais non, on ne meurt pas de ne pas fumer. je le vérifie chaque jour depuis un mois et demi. Et ma vie n'est pas devenue morne et triste, sans saveur. Je commence à être fière de moi. Et j'espère que je vais continuer comme ça. Je me considère comme un alcoolique qui ne dois plus jamais reprendre un verre d'alcool de sa vie. moi, je ne dois plus jamais toucher une cigarette. Je regrette tant d'avoir commencé, je regrette tant d'avoir perdu ma mère! Mais je me dis: heureusement qu'elle avait arrêté depuis l'age de 35 ans! sinon elle serait morte bien avant. on a pu profiter d'elle un peu plus longtemps! J'espère que mes enfants pourront profiter de moi. Qu'ils n'auront pas à vivre ce que j'ai vécu. Tant de douleur! tant de tristesse! Et tout ça pour que des multinationales s'enrichissent et s'en mettent plein les poches! ils doivent quand même bien se marrer du fond de leur fauteuil en cuir ces riches messieurs, pdg de l'industrie du tabac!!!"

Claudine (46 ans) - Nationalité Francaise - 04 janvier 2002
"Il y a 16 mois ma cigarette et moi vivions bien. Des soirées autour d'une table ou nous buvions tranquille et bien sûr ma cigarette était là avec d'autres, plusieurs générations, nous chantions, d'autres jouaient des instruments, ou on se faisait des blagues,nous étions heureux. Et puis un mois d'août où fatiguée, j'urine rouge, passe une echographie de la vessie, il y a quelque chose; on opère; 15 jours passe toujours très fatiguée. Le résultat "tumeur maligne" sur le moment, vous ne réalisez pas et puis on va vous soigner. Je rencontre l'urologue à l'hopital; "voilà vous arrêtez de fumer ou vous vous suicidez en continuant". Je comprend pas ce que vient faire la cigarette là. On m'explique elle contribue au cancer de la vessie; A l'hopital, je rencontre des personnes qui ont comme moi le cancer plus ou moins avancé. J'ai mal en moi, le plaisir de fumer... je dois plus y toucher , j'ai mal de voir des personnes qui ne peuvent pas arrêter et leurs maladies empirent on enlève la vessie et puis... je ne veux pas savoir. Je pleure des journées entières, car le traitement est dur, la fatigue++++, les enfants. Tout d'un coup vous vous sentez inutile, vous savez que la cigarette vous détruit et vous n'arrivez pas à arrêter. Rencontre d'un tabacologue à l'hopital, il m'explique comment je dois procéder avec les timbres. Il me parle d'un site "stop-tabac "; j'ai le moral a zéro et puis je ne suis plus sûr de rien (...)une cigarette ,c'est une drogue qui vous tue un jour ou l'autre moi je suis pas sortie d'affaire, faut attendre. Si on m'avait dit au départ un jour la cigarette va te détruire et tu vas souffrir par les traitements et moralement jamais je pense que j'aurais touché à cette drogue. Je remercie mes amis du forum et les 2 docs qui me suivent pour m'aider sur la route du stop tabac. "

Amadéa (40 ans) - 12 octobre 2007
"Bonjour, Voilà, il est temps pour moi d'écrire quelques mots sur mon expérience. J'ai commencé à fumer à l'âge de 14 ans. Mon père était fumeur (à 60 ans il a arrêté suite à un triple pontage !!!). A 14 ans j'ai commencé avec les copains, pour faire comme tout le monde, pour me montrer rebelle et branchée. Le problème c'est que je suis devenue dépendante rapidement et je pense que j'ai fumé d'abord une dizaine de cigarettes par jour et vers 17 ans, je fumais le paquet !!! Oui, quand je prends du recul, je me dis que c'est horrible. La suite l'est aussi... J'ai fumé pendant les 26 ans qui ont suivi...J'ai eu 3 enfants, j'ai fumé pendant toutes mes grossesses, j'ai fumé pendant l'allaitement, j'ai aussi perdu 2 bébés et fait deux fausses couches tardives (la cigarette a certainement contribué au fait que je perde mes bébés...) Bref, j'avais l'impression que la cigarette était plus forte que moi. J'ai fait plusieurs tentatives d'arrêt, avant les grossesses, pendant, après....6 tentatives exactement. Je travaille à 100 % (je suis psychologue) et un jour j'ai reçu dans mon bureau un patient qui avait besoin de parler. Il était en fin de vie avec un cancer des poumons, inopérable. Il avait 42 ans, il en paraissait 60. Tout à coup, j'ai pensé à mes enfants, les petits, la grande. J'ai pensé au fait que je pouvais tout perdre et que je ne serais pas là pour voir leurs fins d'école, leurs amoureux, leurs mariages, leurs joies, leurs peines...et que j'étais en train de ne pas prendre mes responsabilités. J'ai eu la trouille de ma vie. Je toussais déjà depuis 3 mois, toux du fumeur, et je me disais : tu vois, tu peux aller chez le médecin et tout à coup, il te dit, cancer des poumons et ta vie s'arrête là ..." Quant mon patient est sorti. J'ai pris une cigarette, je l'ai fumée jusqu'au bout et je me suis dise que c'était la dernière. Il était 11 heures du matin. Je n'ai rien pris,ni substitut nicotinique, ni trucs à mâcher...rien, en plus j'allaitais encore mon petit dernier et je ne pouvais rien prendre (sinon certainement j'aurais mis un patch ). Cela fait 7 mois que je n'ai plus touché une seule cigarette, j'ai toussé et nettoyé mes poumons pendant 5 mois, nuit et jour j'ai toussé. Maintenant c'est fini. Je ne souffre plus d'obsession à la cigarette, j'en ai parfois envie mais je me retiens car une seule bouffée et je suis foutue... Merci à ce site qui a soutenu toutes mes tentatives, les ratées et j'espère celle-ci qui sera réussie. Bon courage.. Maintenant je pense que je verrai grandir mes enfants....merci"

Nathalie (28 ans) - 19 février 2007
"Salut tout le monde! Je m'appelle Nathalie j'ai 28 ans et cela fait bientôt 15 ans que je fume mes 20 cigarettes par jour!! Je me suis toujours dit que jamais je ne pourrais être dépendante de ce goût immonde, que je ne comprenais pas comment et pourquoi des gens dépensaient autant d'argent pour réussir à arrêter de fumer sans rien y faire ça me faisait rigoler depuis le haut de mes 14 ans. Je pensais que c'était des faibles et que je ne ferais jamais partie de ce groupe de personnes!! Jusqu'au jour où je me suis rendue compte et ai dû accepter (vers 19 ans) que j'étais totalement soumise à ces belles danseuses blanches!! Sans même m'en rendre compte dès ma première vraie bouffée je faisais partie de ce groupe de personnes. Aujourd'hui mon corps m'envoie des signes qui ne trompent pas ... Je vais bientôt tomber malade je le sais. Mais je suis tellement "accro" que rien que l'idée de ne pas avoir mon petit "support" à la vie me fait une peur bleue. Devenir aigrie sans joie de vivre à me dire que la vie est moins belle et intéressante sans mes belles danseuses blanches. Et puis j'essaie de me souvenir que j'avais réussi à arrêter pendant 4 mois (il y a à peu près deux - trois ans) et j'avais complètement redécouvert la vie. Le matin je me sentais bien - haleine fraîche la forme - à midi le plaisir de redécouvrir le bon goût des aliments qui étaient dans mon assiette juste incroyable!! - le soir arriver dans mon appart qui sentait comme les fleurs du printemps et le soir poser ma tête sur un oreiller qui sentait la bonne odeur de lessive.. Un vrai régal et une bonne économie journalière !! Mais avec tout ça un jour où j'avais décidé de passer un super week-end de fiesta à Londres avec un "bon-ami" potentiel non fumeur, ma petite voix intérieure m'a transmis d'acheter un ou deux paquets de cloppes le cas où je serais un peu trop "chiante. Il ne va s'en dire que je n'étais pas arrivée à l'aéroport de Genève que je m'en grillais une!!! ZERO!!! Et voilà repartie de plus belle!! Ensuite une année et demie après (où je pensais vaguement à arrêter sans trop de convictions..) ma meilleure amie m'appelle et me demande de m'asseoir. Voilà elle avait contracté une pneumonie pour l'alerter d'un cancer aux poumons stade 1... Nous (sa famille - ses copines et tout son entourage) l'avons accompagnée et soutenue jours après jours en nous persuadant qu'elle réussirait à le vaincre qu'elle est jeune, belle et qu'elle a toutes les qualités - impossible qu'elle parte.. Elle s'est battue acharnement pendant 5 petits mois et s'est éteinte doucement en janvier 2006 elle avait 28 ans. Malgré cela et ma promesse d'arrêter je n'ai même pas levé le petit doigt. Je continue à fumer mes 20 cigarettes par jours. Le monde entier et moi même me voient comme une personne faisant partie de ce groupe de gens faibles et en + ignobles. Alors si je peux donner un message aux jeunes ce n'est pas le fait de fumer qui vous rendra plus cool et "in" c'est complètement dépassé de mode et franchement c'est la honte de puer de la gueule à ce point. Le côté "fashion" aujourd'hui est de savoir refuser et protéger son corps de toute intrusion de ses danseuses blanches à fumée nocive et destructrice. Si quelqu'un te dit le contraire envoie-le naviguer sur ce site ou imprime deux ou trois témoignages des personnes malades et 1 ou 2 photos de poumons, bouche ou autre. Lire, faire du sport, apprendre à se connaître, aimer la vie et se respecter soi et son corps ça c'est la classe des classes!"

Corinne (37 ans) - 11 janvier 2005
"Je travaille dans un cabinet médical, un patient fumeur m'a dit un jour "ma p'tite dame, il faut bien mourrir de quelque chose, autant que ce soit de plaisir !", cette personne ne savait pas mieux dire, moins d'une année après, le médecin chez qui je travaille découvre lors d'un contrôle radiologique, une tumeur pulmonaire : c'est le drame ! au fond de lui, il ne s'y attendait pas, pourquoi moi, pourquoi si tôt, il a encore tant de choses à faire, de projets en tête.. ! il cesse de suite sa consommation de tabac, il en veut à tous ceux qu'il considère responsable de sa maladie (industrie du tabac, publicité, office de la santé, etc..) ! Ce jour là, j'ai été témoin de la prise de conscience subite d'un fumeur devant la maladie, devant un mauvais pronostic, j'ai compris que la réalité se prend en pleine face comme une claque, j'ai compris qu'au fond de nous lorsqu'on est consommateur on mise sur cette petite chance que ça n'arrivera qu'aux autres, que si même un problème survient on s'en sortira avec le progrès que la médecine accompli, au pire on aura sans doute atteint un l'âge qui nous permettra de l'accepter, mais même à 70 ans on ne l'accepte pas, cet homme était jeune, "je n'ai que 70 ans m'a-t-il dit !" et je sait qu'il aurait tout donné pour une seconde chance qu'il n'aura pas ! Aujourd'hui cette personne est décédée et ce malgré sa lutte pour la vie et les traitements qu'il a supporté avec courage et je pense souvent à lui, il m'a aidé à ne jamais reprendre la cigarette que j'ai éteinte il y a 2 ans !!! La réalité elle frappe en pleine face !! alors, vous qui avez encore toutes les chances, pensez-y avant qu'il ne soit trop tard, que la mauvaise nouvelle soit cette fois pour vous..."

corinne (35 ans) - Nationalité suisse - 15 avril 2003
"j'ai fumé le 3 juin 2002 ma dernière tige de poison et ma tenacité et ma détermination je la tiens d'un travail que je me suis imposée et que j'ai commencé alors que je fumais encore: celui de "tout" savoir sur la cigarette, j'ai parcouru les articles sur le tabac, ses méfaits, étudié le descriptif de plus d'une trentaine des 599 substances que contient à la base la cigarette éteinte, de leurs effets, des combinaisons que ces substances forment lorsqu'elle atteignent de hauts degrés, les études faites, celle en cours, j'ai navigué sur le web en long en large, ai suivi plusieurs affaires concernant l'industrie du tabac, leur immense puissance, leur manque de scrupule, leur recherche absolue du profit à tout prix, j'ai osé regarder en face divers photos médicales de tumeurs liées au tabac, de témoignages.... de mon "amie" fidèle et complice de tous les jours, présente à chacune de mes humeur, témoin de mes joies, de mes fêtes, de mes meilleurs moments de détente, de mes chagrins, de mes rages, je l'ai subitement regardée avec effroi, comme si elle était habitée d'un esprit malfaisant qui m'envoutait, m'aveuglait, me détruisait à petit feu sournoisement en déguisant son diabolisme en voluptueuse bouffée de plaisir, comment ai-je pu me faire avoir ainsi, de cette façon, moi qui aime tant la vie, qui fait attention à ce que je mange, qui me suis affolée et ai pris toutes mes précautions contre la vache folle, je n'achetais plus de chips car il a été découvert qu'ils contiennent une substance POTENTIELLEMENT cancérigène, l'acrylamide, pour votre information : présente également dans la cigarette, alors pour les fumeurs ne vous privez pas, mangez des frites et des chips !!! voilà maintenant pour moi, la cigarette, est synonyme de : maladie, souffrances, d'auto-destruction par empoisonnement, de manipulations physiques et psychiques, d'égoïsme, d'une certaine perte du sens des réalités, et tout simplement de la mort ! INFORMEZ VOUS, et dites vous que tout ce que vous verrez n'est pas la moitier de tout ce qu'on nous cache !!!! merci de m'avoir lu et courrage et vive la vie !"
Catégories associées:

marie-france (49 ans) - 13 octobre 2005
"maman nous a quitté il y a 2 mois d'un cancer des bronches à l'age de 78 ans. je l'ai toujours vu avec une cigarette à la main... meme sur les photos anciennes que je viens de redécouvrir... c'est mon seul plaisir maintenant nous disait-elle...je l'ai vu manquer d'air pour me parler, ne plus pouvoir avaler ne serait-ce qu'une goutte d'eau... et cela en l'espace de quelques heures..savait-elle son mal ?? toujours est-il qu'elle se disait punie de ces fichues cigarettes... une crise de détresse respiratoire plus forte, et la voilà mise en, coma thérapeutique à sa demande tant la souffrance était insupportable. je ne la reconnaissais plus, ne pouvais plus entendre sa voix, juste lui dire coimbien je l'aimais, la caresser...l'aider comme je pouvais. une semaine et puis, les fonctions vitales qui s'épuisent...elle ne s'est plus réveillée...c'était le 18 aout 2005. Je suis fumeuse moi aussi depuis 30 ans ... enfin j'étais... car depuis trois semaines, je n'ai plus touché à une cigarette. Comment pourrais-je etre amie, apprécier, m'entourer de celle qui m'a pris ma maman que j'aime tant ??? j'ai quatre enfants et j'aurai certainement bientot des petits enfants!! ma motivation a grandi, s'est affirmée, et après la découverte de ce site, ma décision s'est confirmée; je me suis inscrite à un module d'arret qui m'encourage beaucoup. j'ai pris conscience de trop de choses essentielles... je suis aidée également avec des gommes à macher. cela n'est pas si difficile que l'on pense; les bienfaits de l'arret du tabac sont pratiquement immédiats; je n'ai pas de difficultés quotidiennes particulières. je pense à mes enfants; je ne veux pas qu'ils vivent ce que je viens d'endurer; maman m'aurait certainement dit :"arrete tout de suite ma fille, c'est trop dur, de ne plus pouvoir respirer, je t'en prie écoute moi" et si elle me voit de là bas, elle doit etre fière de moi. je l'aimais tant."

marie-joëlle (36 ans) - 22 juin 2004
"J'ai arrêté de fumer il y a maintenant deux ans j'ai pris 2 kilos puis encore 3 par la suite, bref un an et demi après avoir stoppé le tabac j'avais pris 5 kilos (zut quand même !)raison à cela, je me suis mise à manger un peu plus, un peu mieux aussi et je m'étais mise à grignoter (en remplaçant par exemple aux apéros entre amis la cigarette par les chips et les pistaches)..ces 5 kilos me pesaient "impossible" de les perdres alors que lorsque je fumais je pouvais perdre 500g en une semaine! il m'a fallu 1 an et demi pour arriver à gérer mon alimentation, en quantités et en grignotages, puis il y a eu comme un déclic, depuis 5 mois, j'ai tout simplement sans trop d'efforts réussi à me limiter et j'ai entamé un petit régime léger (diminution des graisses, des quantités et fruits entre les repas) : j'ai déjà perdu 3 kilos ! Je n'aurais pas pu le faire avant il était essentiel pour moi de compenser, je pense que pendant cette période il faut réapprendre à vivre sans la cigarette et plusieurs choses doivent se mettre en place dans la tête, dans notre corps et dans nos habitudes, en particulier dans la façon de s'alimenter. Aujourd'hui je pense avoir gagner sur tous les tableaux, il fallait juste un peu de temps et je suis heureuse d'y être arrivée, je vous encourrage à tenir bon. gros bisous"

laurence (35 ans) - Nationalité Française - 14 septembre 2008
"Bonjour à tous et merci pour tous vos témoignages qui m'aident dans ma démarche d'arrêter de me tuer.J'ai commencé ce calvaire à 17 ans pour faire, je suppose, comme tout le monde et aujourd'hui, j'en ai 35. J'ai essayé plusieurs fois d'arrêter mais sans beaucoup de conviction. Mais là, j'en ai une, et une de taille... 35 ans et un petit ami tout ce qu'il ya de plus gentil et de charmant. Un véritable amour, une perle rare. ça donne envie de faire un joli bébé, non ?!Depuis le 27 août dernier j'ai arrêté de fumer avec des patchs, mais voilà...Hier soir, j'ai créé une situation conflictuelle. Je crois que j'avais envie de m'engueuler ce qui n'est pas du tout dans mon caractère. Je suis plutôt du genre à éviter toute conversation qui pourrait mal tourner. Je mets ça sur le dos du sevrage.Ne voulant pas envenimer la situation, mon ami (qui est fumeur) va se coucher. Je fonds alors en larmes sans savoir pourquoi. Je me retrouve alors quelques minutes plus tard au sous sol, décollant mon patch et fumant une cigarette. Me rendant alors compte de mon acte, j'écrase la maudite, me lave les dents, fais un bain de bouche et me couche à mon tour. Ce matin, pas fière de moi du tout. Honteuse et envie de pleurer. Je bois alors un thé, attend que mon ami parte et une et deux et trois clopes... Encore plus mal et plus malheureuse. J'ai écrasé la 3eme avec rage et désespoir en me maudissant au plus haut point. Et j'ai regardé cette cigarette en me disant mais c'est cette saleté que tu infliges à ton organisme. Regarde à quoi ça ressemble une cigarette à moitié écrasée. C'est moche,ça sent mauvais, c'est plein de produits toxiques, c'est de l'escroquerie... mais à quoi tu penses donc ma pauvre fille ? En plus, tu as un goût atroce dans la bouche...J'ai alors remis un patch, et me suis rendue sur ce site pour lire et relire des témoignages. Je n'ai rien dit à mon compagnon. Je n'ai rien dit à personne tant j'ai honte voilà pourquoi je prends la peine d'écrire à mon tour un témoignage. Pour en parler un peu, et peut-être aussi aider ceux qui sont en train d'arrêter, ceux qui rechutent. N'est-ce pas une merveilleuse raison que de vouloir un enfant pour arrêter de fumer ? Et pourtant, je me suis laissée guider par le bout du nez par une clope. Je me suis laissée dicter ma conduite, je me suis laissée faire... Alors je repars à zéro. Dernière clope à 10 heures ce matin, dimanche 14 septembre, et non pas le 26 août à 22 heures. ça aurait dû être mon 19eme jour sans aujourd'hui...mais rien n'est perdu car j'y crois ! Bon courage à tous."

laurène (26 ans) - Nationalité française - 27 décembre 2009
"J'ai 26 ans,mon père en avait 58.Ils nous a quitter le 05 septembre 2002...Tout a commencé en Avril 2000,je n'avais alors que 17 ans,et j'étais déjà accro à la clope.Une visite de routine pour moi chez le médecin pour une banale rhinopharyngite,et mon médecin qui demande à ma mère si mon père est bien allé voir le spécialiste qu'il lui avait recommandé pour un kyste sous la langue..Mon père nous avait rien dit..Alors arrive la discussion,2 semaines c'était écoulé déjà depuis l'annonce de mon docteur à mon père,et lui,comme figé par la peur que ça soit trop tard,n'en fait rien..Terrorisé par l'idée que cette homme de caractère qu'était mon père s'affaiblisse..Par fierté donc,il a retarder cette ultime rendez vous qui lui a diagnostiqué un cancer de la gorge..Abattement total..Tour à tour,mon frère,ma sur et moi,nous essayons de le convaincre de se battre,que tout n'est pas perdu,qu'on l'aimera toujours autant quoi qu'il arrive.Alors viens l'opération et les kilos qui s'envolent déjà..Ablation de la langue..Et cette voix si horrible sorti tout droit d'un film indescriptible..Commence l'horreur,les collations a répétition pour s'alimenter,les soins de l'infirmière..Puis lueur d'espoir..Plus aucune trace de ce cancer!!et de désespoir..Retour de cette fumée,de cette odeur de merde dans la maison..et de ce cancer..mais généralisé déjà.Je me revois en juillet 2002,mon médecin m'annonçant l'arrivée de ses métastases,alors c'est la fin? Je lui demande du haut de mes 19 ans..Papa va s'en aller..Mais quand?Impossible à dire.Mais surtout ne lui montré pas votre douleur..facile à dire.Ma mère qui continuait de travaillé,me voilà,là,en ces mois de vacances scolaires à jouer la comédie,a faire comme si tout aller bien,sauf que plus rien ne va..Je vois mon père s'affaiblir de jour en jour,d'heure en heure,je ne le vois plus dans le jardin,ou avec ses amis,plus de visite de la famille,qui nous lâche gentillement,et comme ultime supplice mon médecin qui me demande de le patché a des doses minimes,au début,de morphine..Puis de plus en plus forte..alors arrive le jour de la rentrée scolaire.."Tiens,pourquoi la télé de sa chambre va si fort?"je revois encore le regard de mon père,déjà éteint,ne contrôlant plus ces gestes,son cerveau.Il était déjà loin et je n'oublierai jamais ce regard de terreur.Il ne savait même plus que j'allai à l'école.1er jour.Il me supplie de rester,ma mère qui prend le relais..Arrivée au lycée.."Laurène,ça va?Alors, bien ces vacances?"...Mon père est en train de mourir a cause de cette merde que tu fumes déjà.Ce fut les vacances les plus atroces de ma vie.En arrivant a l'hôpital ce soir même,il était ds le coma..les yeux ouvert..Double choc de réaliser que mon père était passer de 110 kgs à 32kg en 2 petites années...mais aussi par ce regard livide et froid,la rétine tenant a peine encore,encore merci d'ailleurs au médecin pour nous avoir infliger ces images tout droit sorti d'un film d'horreur!!Il voulait mourir dignement...Il aurait pas dû mourir si vite..Personnes ne devrait s'éteindre de ça,si tôt et dans ces circonstances.Je fume moi aussi depuis trop longtemps,et j'ai fixé ma date d'arrêt au 2 janvier 2010..J'aurai du arrêter..Mais je ne veux pas mourir comme ça.Je vous en prie,arrêter cette merde,vous le pouvez,vous n'avez pas le droit de vous infliger ça..Tout le monde mérite de respirer la vie le plus longtemps possible.."

Annick (45 ans) - Nationalité Française - 13 janvier 2005
" Message encourageant d'une ex-fumeuse : résultats à 9 mois sans clopes : - Je ne pues plus le tabac - Je n'enfume plus mes enfants (mon mari continues mais c'est déjà ça en moins) - Ma famille est toute fière de moi, et moi aussi - Cette victoire m'a donné confiance en moi - Je ne bois plus d'alcool : l'alcool donne envie de fumer - Je n'ai plus les idées enbrumées - Je me réveille mieux le matin - Au boulot, je ne dois plus sortir pour fumer ma clope (je suis éducatrice avec des enfants handicapés) - Je ne tousse plus (je crachais mes poumons à longueur de journée) - Je suis moins stessée, plus calme - Je ne suis plus à cran par manque de tabac - Je ne panique plus à l'idée de manquer de cigarette et je ne cours plus à l'autre bout de la ville pour trouver un tabac ouvert - Je n'ai plus le moindre problème ORL (je faisais régulièrement des rhumes, bronchites, trachéites etc...) - Je ne vis plus avec la hantise d'un cancer - J'ai une peau plus jeune de 10 ans (j'en ai 45) au moins, plus souple, de couleur plus nette, moins ridée. - Je respire mieux - Je n'ai plus la bouche pâteuse, ni la salive épaisse - Mes dents sont redevenues plus blanches et j'ai meilleure haleine Bon, ok, j'ai pris 10 kg mais franchement, est-ce-que les bienfaits de l'arrêt ne valaient pas ça ? Je les reperdrai en son temps. Et je crois même avoir oublié des points positifs... Alors vraiment, tenez bon ! Passé 2 ou 3 mois parfois difficiles (même des moments très très durs au début) il n'y a que du bon et je ne regrette pas les jours où j'ai eu envie de me claquer la tête sur les murs. "

Claudine (54 ans) - Nationalité française - 25 avril 2011
"J'ai mis un terme à 38 ans de tabagisme actif le 13 Janvier 2011. A 22h30, j'écrasais ma 41ème cigarette de la journée. A ce moment précis, je savais que c'était ma toute dernière fois, je ne sais pas vraiment pourquoi. Je sortais d'une énième bronchite, une de plus, une de trop sans aucun doute. J'espérais tant de l'arrêt du tabac. J'avais lu toutes les promesses et chaque semaine qui passait me laissait perplexe. Certes, la toux matinale a disparu très vite, la peau et ma voix se sont éclaircies, mais je ne récupérais pas en souffle, je n'expectorais pas comme il est habituel de le noter dans la plupart des cas. En clair, je ne me sentais pas vraiment mieux après 2 mois de défume. Et puis un matin, peu de temps après, je suis essoufflée de manière anormale au réveil. Mes doigts sont gonflés et ma respiration est difficile. Examen sanguin et radio des poumons ne révèlent rien de bien alarmant, même si le diagnostic de mon médecin généraliste, après une spirométrie d'usage est : BPCO probable = Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive. Le mot est lâché, enfin le groupe de mots, et ça fait bizarre de l'entendre quand il vous est expressément adressé parce qu'il qualifie votre propre état de santé. J'avais lu par le passé déjà sur ce sujet des tas de choses comme si je pressentais ce qui allait fatalement m'arriver : l'oxygène 24/24 en ambulatoire, ma grosse angoisse. Alors au retour, j'ai pleuré de rage, de haine, de douleur, de tristesse. J'ai rdv avec un pneumologue dans 8 jours. De son diagnostic de spécialiste dépendra mon sort, ma qualité de vie, mon espérance de vie. J'ai peur. Je ne veux pas mourir en étouffant. Confirmera t-il ou pas ? J'ai fumé ma 1ère cigarette à 14 ans en toussant de dégoût. J'ai écrasé la dernière en toussant. Ce soir, je m'adresse à toi l'ado qui par bravade, pour jouer au "grand" va tenter l'essai un de ces jours. Tu tousseras aussi, forcément. C'est dégueu la clope ! C'est ton corps qui dit non !. Méfie toi, il ne te le dit que 2/3 fois, pas plus. C'est à toi de réagir tout de suite avant que ne passe cette alerte. C'est ta toute première vraie décision. Ne rate pas cette occasion de te montrer adulte ! Personnellement je l'ai ratée. Je regrette. Il est sans doute trop tard... "

Marie-Claire (52 ans) - Nationalité Française - 29 mai 2008
"J'ai eu un cancer du poumon opéré en février 2007 par une lobectomie inférieure droite. J'ai eu la chance qu'il soit décelé à un stade minime qui ne m'a valu ni chimio ni radiothérapie. Pendant plusieurs mois, j'ai été traité pour mon tabagisme par CHAMPIX, mais j'ai cédé à une dépression sévère depuis octobre 2007, et j'ai dû abandonner le Champix, contradictoire avec les antidépresseurs et les anxyolitiques. J'ai repris progressivement le tabac, et aujourd'hui j'avoisine ou dépasse à nouveau 1 paquet par jour. Je suis peut-être plus désespérée de mon incapacité à mon sevrage, à cette dépendance insupportable, qu'à la maladie elle-même... Mais le tout me fait penser à une autodestruction quasi volontaire... Je cherche une porte de sortie et prendrai la première qui se présentera ...."

emilie (24 ans) - Nationalité francaise - 30 2006
"bonjour a tous!! je tiens a vous faire part de mon histoire pour peut etre faire compendre aux fumeurs ou futurs fumeurs comment la maladie commence a s'installer!! j'ai 24 ans et cet hiver j'ai ,comme tout fumeur, eu une bronchite ,ce qui a force des annees ne m'inquietait plus du tout ! mais une semaine apres mon etat ne s'ameliorait pas du tout au contraire ,mon ami le vendredi commence a s'inquiete ... c'est seulement le lundi matin apres 15 miniutes de marche a pied que je compris que quelques chose n'allais po bien j'etait fatiguee!!!!lasse et degouter de tout, j'avais de la fievre et ne pouvait ni manger ni boire! je suis malgres tous aller en cour l'apres midi car j'etais en 1 er nnee de medecine c'est un concour alors il ne faut rien louper c'est à 15 heure 20 que je commence a ressentir les 1 er signes de souffrance respiratoire!! petit a petit je m'etouffais devant 700 personnes trop attentives au cour d'anatomie pour s'aperceboir de mon etat! a la fin du cour j'arrivais a faire passer juste un filet d'air qui me faisait survivre! mon ami me mene a l'hopital le plus proche ! des mon arrivee les medecins m'installe en rea :pouls à 210 o2 à 75% mon etat s'agraver d'heure en heure! j'etait en train de mourrir à 24 ans encore etudiante sans avoir pu avoir des enfants et en laissant l'homme de ma vie en salle d'attente!!! les medecins m'ont sorti d'affaire dans la soiree puis mon annoncer que j'avias un pneumonie et un pleuresie plumonaire et que tu cela etait a cause de ma prise reguliere de tabac!!! j'ai eu 2 semaines d'hospitalisation qui mon enormenet penaliser dans mon annee scolaire !! les antiobio etaient super fort et j'ai eu tout les effets secondaire possible: micose buccales vaginale et des envies de dormir pendant 4 mois j'ai finalement reussi je ne sais comment le concours de premiere d'annnee de medecine !! cepandant je n'ai po reussit a arreter de fumer tout de suite en avril car cette drogue etait pour moi comme un 3eme bras j'ai due suivre un soutient psycologique pour arriver aujourd'hui a prendre la decision de me couper ce membre en trop!! cela fait 5 cinq jours et l'hemorragie saigne encore enormement je souffre de cet arrete mais en meme temps j'ai une envie de victoire enorme par rappport a mon histoire mais aussi grace a tous vos temoignage! je ne veux pas mourrir c'est pourquoi je tiendrai le coup pour moi mais aussi pour tous ceux qui n'ont plus le choix !!!! "

delphine (35 ans) - Nationalité Française - 19 avril 2006
"bonjour, je désire surtout informer par ce message qu'il est possible d'arrêter de fumer. un soir devant mon ordi j'ai tapé sur un moteur de recherche : cigarette/cancer et là j'ai lu des témoignages et vu des images qui m'ont bouleversées...des centaines de témoignages anonymes qui disaient tous : ARRETEZ DE FUMER...et je me suis enfin dis " ARRETE DE REPORTER TON ARRET"...tous le temps je me disais "demain j'arrête de fumer" et ce depuis pratiquement le début de mon tabagisme (j'ai commençé au collège)...j'ai essayé , pour voir...au départ je comptais les heures et puis chaque fois que j'avais envie d'une clope je prenais un bonbon nicotine (pas un chinwg) pour m'aider à supporter ce "manque de cigarette"...et puis ensuite je me suis informée sur le net au maximum : et plus j'en apprenais plus j'avais envie de réussir mon arret...je suis donc persuadée aujourd'hui que le manque d'information concernant les mefaits du tabac dans les médias est VOLONTAIRE...en effet celà supprimerai certainement la manne financière que représente ce fléau : le tabagisme ...sachez que le manque de nicotine réapparait au bout de 20mn c'est pourquoi les fumeurs sont si vite en manque...il suffit de briser ce cercle fatidique et trés vite (au bout de quelques jours) le manque disparait et il ne reste que le manque psychologique à guérir, et c'est en fait un diaologue personnel à rétablir : arreter de fumer c'est commençer à s'aimer...et en plus ne pas engraisser l'industrie du tabac! VOUS POUVEZ AUSSI Y ARRIVER, SOYEZ EN CERTAIN...voilà plus de 6 mois que je ne maltraite plus mes poumons ! "

LAURENCE (42 ans) - Nationalité FRANCAISE - 16 janvier 2009
"Bonjour à toutes et à tous. Je fumais 30 cigarettes par jour de 14 à 25 ans. J'ai arrêté du jour au lendemain, sans aide médicale, après la naissance de mes 2 enfants, et ce pendant 15 ans. Oui vous avez bien lu : 15 ans. Et puis, en septembre 2007, à l'occasion d'une fête, j'ai commencé à tirer sur la cigarette d'un fumeur (ma petite soeur): quel plaisir retrouvé ! quelle ivresse ! quelle exitation ! Je pensais gérer facilement la situation et j'ai fais ça jusqu'en février 2008, c'est à dire pendant 6 mois. Puis un mercredi matin, j'étais seule et j'avais envie de juste tirer une goulée mais cette envie est devenue obsessionnelle alors j'ai rallumé ma première cigarette, entière et pour moi toute seule. Et puis, fièrement je me suis dis qu'après tout j'avais le droit d'en fumer quelques unes du moment que je n'exagèrerais pas (pas plus de 3/jour). Les mois ont passé et les cigarettes fumées ont augmenté. En 11 mois de reprise de tabac, après 15 ans d'arrêt, le bilan était très négatif : - abandon du sport (15mn de vélo d'appartement que je faisais le matin): je préférais sirotais un 2ème café avec une 1ère cigarette...je n'avais plus le courage de "transpirer" sur un vélo - perte de ma puissance vocale (je chante dans un orchestre de jazz : essoufflement dans la tenue des notes) - toux grasse le matin...on se dit qu'on a un petit froid - crise d'asthme dès que j'avais un rhume (organisme affaibli, en septembre j'ai trainé une toux 3 semaines) - au quotidien souffrance au niveau des jambes : la circulation du sang (gros problème de varices) - 100 de dépensés par mois (15 clopes à 4.80 le pqt) - mauvaise odeur sur mes cheveux et vêtements (réflexion de mes enfants) - grande perte de temps car il faut toujours fumer dehors donc arrêter ce que l'on est en train de faire - gros inconfort de fumer dans le froid - désagréable sensation d'être diabolisée par les non-fumeur BREF C ETAIT DE MOINS EN MOINS GENIAL A la suite d'une grippe qui m'a clouée au lit mercredi 7 janvier (le jour de la neige sur Marseille) j'ai fumé (en étant malade à crever) ma dernière cigarette à 20h, emmitouflée dans ma robe de chambre, devant ce tableau de paysage enneigé. J'AI ALORS DECIDE D'ARRETER Aujourd'hui je débute ma 2ème semaine de non-fumeur (le coach m'a attribué 1 étoile en récompense). Je suis très motivée mais c'est très dur. Non pas que je veuille allumer une cigarette c'est plutôt un état de déprime que je ressents. Je me sens très triste et écorchée vive. Je peux me mettre à pleurer d'une seconde à l'autre et je n'arrive absolument pas à me concentrer dans mon travail. Et je suis prête à exploser si on me fait une réflexion. C'est très très dur. Hier j'ai découvert le COACH, je me suis inscrite. Et je suis allais à la pharmacie et j'ai acheté de l'homéopatie contre le stress. Aujourd'hui j'étais très contente de recevoir un mail du coach (c'est bête mais ça aide) Voilà mon histoire si elle peut aider ceux qui croient pouvoir en fumer juste quelques unes... et gérer la situation ... Merci de vos encouragements si vous avez envie de m'écrire Laurence"
Catégories associées:

Elisabeth (38 ans) - Nationalité Française - 18 mars 2003
"Bonjour à tous, C'est aussi grâce à ce site que je suis devenue une ex-fumeuse depuis 236 jours et aujourd'hui à mon tour de témoigner de mon parcours : j'ai 38 ans, je fumais depuis l'age de 13 ans... et oui 25 ans de tabac avec 30 cigarettes/jour ! et puis un jour, une sensation de boule au fond de la gorge, qui gène quand on déglutine... Panique bien sûr, mais j'ai attendu + d'un mois avant de consulter... pas trop courageuse je le conçois... L'otorino après auscultation qui demande de passer un scanner en hôpital avant de pouvoir se prononcer définitivement ... UNE IMMENSE CULPABILITE : voilà ce que j'ai ressenti pendant cette période . Par mon insouciance, ma lacheté, mon manque de courage ... j'allais peut-être laisser 2 petites filles grandir sans leur maman... Alors je n'ai pas attendu les résultats, j'ai jeté mon paquet de cigarettes et me suis dit : PLUS JAMAIS. Quelques jours plus tard, les examens n'ont rien révelé de grave et d'irrémédiable mais j'étais déjà loin ... je prennais le chemin de l'abstinence que je poursuis aujourd'hui ... Un petit clin d'oeil à la vie : je suis heureuse de vous apprendre que je viens de courrir mon premier semi-marathon avec un temps tout à fait respectable ! Savez-vous que 65% des marathoniens sont d'anciens fumeurs ? Je cours encore aujourd'hui mais vers la liberté et non plus derrière l'illusion de me faire plaisir à travers la fumée d'une cigarette ... Bonne route à tous. "
Catégories associées:

Danielle (45 ans) - Nationalité belge - 13 octobre 2004
"J'ai 45 ans et je fume depuis l'âge de 15 ans. Ma 1ère grossesse(34 ans) ne m'a pas empêchée de continuer de fumer. J'ai eu un petit bébé (2.7kg) même si il est né à terme. Ensuite, j'ai fait 2 fausses couches et malgré les conseils des spécialistes en consultation de problèmes d'infertilité, je n'ai pas réussi à arrêter le tabac. Après de nombreuses inséminations artificielles et +sieurs fivs, j'ai été enceinte de ma 2ème fille et là, le déclic s'est fait: j'ai arrêté de fumer. Et.... 2 ans plus tard, je me suis retrouvée enceinte d'un 3éme enfant sans aucune aide médicale et ce à 43 ans. Je suis persuadée que ce retour de fertilité est dû à l'arrêt du tabac. Mes 2 derniers enfants, qui ont bénéficié d'une gestation sans tabac étaient de gros bébés ayant eu une croissance normale in- utérus (4.1kg) alors que mon alimentation n'avait pas changé. A toutes les mamans futures mamans fumeuses, qui essaient d'avoir un enfant sans succès, je crois que le tabagisme est réellement un facteur d'infertilité. Bon courage à toutes et bonne chance."

Elise (49 ans) - Nationalité Française - 31 janvier 2012
"Bonjour, j'ai déjà écrit il y a 2 mois , maintenant ça fait 4 mois que j'ai arrêté de fumer (avant je fumais 1 paquet par jour et cela pendant 30 ans). J'écrivais il y a 2 mois, que c'était que du bonheur d'arrêter de fumer, et c'est encore vrai, cependant il faut toujours rester vigilant, je dis ça en parlant de mon expérience, au bout de 2 mois 1/2 d'arrêt , j'ai vécu une période de 3 semaines de déprime, des idées noires, envie de rien et surtout envie de pleurer toute la journée et là, j'ai lutté contre cette voix intérieure qui me disait "Une petite cigarette te ferait du bien." J'ai résisté, j'ai été patiente et j'ai bien fait parce que depuis c'est encore mieux qu'avant, je n'ai plus du tout envie de fumer et quand je pense à la cigarette c'est très bref, c'est tellement loin maintenant je me rappelle plus trop comment c'était, j'ai passé un cap, peut-être y en aura-t-il d'autres mais j'ai compris qu'il faut toujours patienter et après c'est encore mieux, Je suis encore plus fière de moi. Bonne chance à tous ceux qui arrête de fumer, "

Josiane (53 ans) - 11 2009
""Chaque heure sans fumer est un pas vers la Liberté". C'est ma phrase fétiche qui m'aide à tenir, à y croire, qui me motive.Minutes après minutes, heures et journées finissent par passer et quand je fais le bilan, au 9eme jour de mon sevrage, je me dis déjà ! Je me dis aussi que je ne suis pas plus malheureuse que lorsque je fumais, au contraire mes sens fonctionnent mieux : je me sens plus vivante, avec plus d'énergie, donc avec plus d'élan ! Je suis moins apathique, j'ai meilleure mine... J'ai tout à gagner à continuer. Et quand l'envie est là, forte, je pense à tout ça et m'occupe à autre chose pour oublier... et miracle.. J'oublie ! Car.. que je fume ou pas, l'envie finit par passer. Autant ne pas céder quand on l'a décidé. Courage à tous, soutenons-nous en pensées dans notre recherche commune de Liberté !"

Anonyme (54 ans) - Nationalité Suisse - 15 septembre 2008
"Salut à vous tous... 40 ans de fumée et 2 paquets et demi par jour...son cortège de toux et de bronchites. Puis, mauvaise nouvelle, l'amour de ma vie est à bout de souffle.... emphysème à la quanrantaine... alors décision commune d'arrêter et peur, une peur panique de vivre sans !!! C'est fait depuis le 26 juillet 2008...Champix, nicotinelle en gum... le + dur est passé, la peur aussi ... Avons tout changé dans les habitudes... l'alimentation pour rester fit ... les horaires ... les lieux, du sport et encore du sport... de la complicité sans smog ... un souffle sans tousser, une énergie incroyable... le sentiment de vivre mieux...de s'enrichir de nouvelles expériences, chaque jour sans clope et une "aventure" extraordinaire... Je vis une "air" nouvelle !!!"

Daphné (27 ans) - Nationalité belge - 20 2008
"Moi qui étais devenue une farouche anti-tabac, une prêtresse du stop smoking, je peux dire que la rechute est perverse et traîtresse. On rechute quand on croit avoir gagné le combat. Hors, le combat n'est jamais gagné contre ce qui a été une dépendance, et le petit démon peut réapparaître sournoisement. Je me donne des fausses excuses, ou occasions pour craquer, à moins que ce ne soit sur un coup de tête D'abord, en vacances au Portugal. La première, sur le quai de la gare à Outsiplou avant d'aller à l'aéroport Allez, c'est les vacances, tout est permis car c'est une parenthèse hors du temps et du quotidien. Première cigarette pourtant dégueulasse, dont je n'ai fumé que la moitié, et encore. Puis, une fois sur place, l'une ou l'autre cigarette grapillée à ma chère soeur, et fumée, pourtant sans plaisir particulier, accompagnée d'une ou l'autre super bock. Ensuite, pour ne plus devoir lui piquer ses cercueils, hop, un paquet, puis un autre. Retour en Belgique: (presque) plus rien, jusqu'au mois de février: après une rupture, aménagement dans mon appartement, sorties plus fréquentes, profit de la vie de célibataire... Et qui dit sorties dit alcool, dit besoin de se donner une contenance, ou d'un compensatif, que sais-je...dit appel de la clope. Encore des cigarettes taxées et des paquets achetés pour ne plus devoir chaparder. Culpabilité, questionnements, sentiment important d'échec, surtout lorsqu'on sait que ces excuses ne sont pas valables. Aucune excuse n'est valable lorsqu'on rechute dans cette merde goudronneuse. Juste en soirée, ne surtout pas en racheter, juste taxer, juste quand je bois, juste quand je vois ma sur, et chez elle ou en ville, mais pas chez moi. C'est du pipeau! Trop tard, l'engrenage est relancé, même si beaucoup de ces cigarettes finissent en morceaux dans la poubelle. Pourtant, il y a plein de raisons d'arrêter, et c'est les mêmes pour tout le monde. La cigarette, cette crasse, ce fléau, qui me fait tant de mal et si peu de bien finalement. Elle risque non seulement d'encrasser mes poumons, mes bronches, mes artères (phlébite), mais ne me rend pas fière du tout. Je pue, aussi bien de la bouche, que des cheveux, que de mes vêtements. Mon appart' sent la vieille cigarette froide, les fenêtres sont ouvertes en permanence même si il fait froid, je manque de souffle, je transpire, je manque de conditions physique déjà à mon âge, je dépends de quelque chose, ça coûte cher, c'est laid ce geste, ça donne l'image de quelqu'un de faible, ça jaunit les dents, j'ai l'impression de manquer de volonté, mes doigts sont jaunes, je me sens ridicule, fatiguée (non seulement le produit, mais aussi la lutte et le combat intérieur m'essoufflent) MOTIVATION, je veux te reconquérir et te faire mienne, pour combattre, cette fois définitivement cette crasse nicotine pourvoyeuse de petite faucheuse A ce petit démon au sourire sournois, logé au fond de moi-même aussi longtemps que je vivrai (et je l'espère, le plus longtemps possible), qui me souffle dans l'oreille: Je suis là, et je n'attend que toi, j'aimerais lui dire "Toi coco, tu ne m'auras plus, je veux enfin avoir le dernier mot: cette fois, tu ne mauras plus". Si vous deviez retenir une seule chose de mon témoignage, c'est "une clope, c'est la rechute, une clope, c'est s'autoriser toutes les autres rechutes..." Courage à tous! "
Catégories associées:

Nadège - Nationalité belge - 26 mars 2006
"Bon, j'ai commencé à fumer à l'âge de 13 ans mais ce n'était que quelques taffes par jour on va dire.Je restais facilement très longtemps sans fumer.Mais vers la périodes des fêtes de Noël et du Nouvel An j'ai dit à ma mère que je fumais ( je lui ai dit dans le train , et à la librairie de la gare elle me payait déjà mon premier paquet ! ).Enfin soit , biensûr comme elle me payait les paquets , je fumais beaucoup plus qu'avant ( un paquet tous les deux jours ). A l'école , tous les amis avec qui je reste pendant la récréation fument alors moi aussi. Mais une amie et moi on a décidé d'arrêter le 24 mars. Ca fait deux jours que je n'ai pas touché une cigarette mais franchement c'est dûr.Alors je suis tombée sur votre site et j'ai pleuré plusieurs fois en lisant les témoignages.Merci parce que ça m'aide beaucoup( même si je meurs d'envie d'envoyer ma mère m'acheter des cigs ). Voilà je me gave de chewing-gums et je tiens bon !! Allez , merci et courage à tous !"

Anonyme (27 ans) - Nationalité f - 24 juin 2003
"Voila une semeine que je suis triste;ma fille (3ans) a une petite copine dans sa classe du meme age;l'autre jour cette petite fille a fait part dans sa classe de la maladie de sa maman;et puis nous venons d'apprendre,non sans émotion,que cette jeune maman (3 enfants de mons de 10 ans!!!!!)est decede d'un cancer mardi dernier;cancer du poumon qui s'est generalisé en un rien de temps;partie en quelques mois.......alors sans vouloir faire dans l'inssuporable (mais plutot pour vous montrer l'horreur du tabac)voyez sa petite fille de 3 ans a qui on est en train de dire le jour de l'enterrement de sa maman:"c'est une fete pour dire aurevoir a maman,tu sais elle ne reviendras pas ce soir a la maison regarde elle est dans un beau lit" jeunes parents (comme moi)pensez y:un "p..."de cancer n'arrive pas que quant on est vieux!!!"
Catégories associées:

maminoune (58 ans) - Nationalité francaise - 18 avril 2007
"c'est encore maminoune. Eh oui, je tiens, je n'en reviens pas moi même, presque trois mois sans ce foutu esclavage : je n'ai plus de bronchite chronique (le medecin était obligé de me mettre sous antibiotiques 4 fois par an, je ne pue plus -j'ai bien dit pue, pas sentir mauvais- car le tabac est une véritable puanteur (surtout pour les autres..!, j'ai la mine rosée -plus grise- surtout au réveil, à la maison l'air n'est plus vicié -c'est mon entourage qui est aux anges, je n'ai plus mal à la tête, et j'ai économisé 450 euros, -j'vais me payer un beau voyage et gâter mes petits enfants, etc, etc et pourtant j'ai d'énormes soucis depuis 15 ans...alors je pensais "- avec tes soucis la cigarette est une béquille, sans, tu ne pourrais assumer"- ; mais j'ai pris conscience qu'avec ou sans, les problèmes demeuraient et que cette cigarette n'était pas la douce amie que je chérissais tant , si fidéle, depuis 45 ans (disais-je... pour me dédouaner ! moi même et auprès des autres) mais qu'elle était une véritable ennemie insidieuse pour ne pas dire vicieuse. Voilà, tout simplement, je me sens tellement mieux, alors je tiendrai. Point barre. Et je ne trouve pas que cela soit si difficile de s'arrêter. Ne nous a t-on pas, (comme dit A. Carr dans son livre), conditionné à penser que c'était la croix et la banière l'arrêt du tabac ?. Cela ferait-il les affaires de l'industrie du tabac et des autres...l'état (taxes)? "Continuez à fumer, cela peut nous rapporter gros" se disent-ils ! et même si nous mourrons trop jeunes et dans la souffrance, à qui cela profite ?? pas aux fumeurs cela j'en suis sûre. Bien à vous. Je vous souhaite plein de bonnes choses et une grande détermination. Y'a plus qu'à ! "

Thaliane - Nationalité Française - 24 janvier 2006
"J'ai commencé à fumer à l'age ou l'on rentre en 6ème, chez les grands... je me suis très vite retrouver dans les toilettes en train de prendre cette foutue clope que l'on me tendait. J'étais la victime idéale, jeune, naïve, pressée de grandir... la panoplie qui va avec ! Au début on a pas trop d'argent, alors on taxe de droite à gauche, puis on finit par se débrouiller et on va acheter son propre paquet, cartable à dos, comme une grande au tabac ! les années passent, les clopes défilent, c cool, j'ai l'impression d'avoir trouvé une amie et une attitude, une affirmation. L'adolescence passe et on se retrouve jeune- adulte et les problèmes commencent... essoufflement de plus en plus fréquent ! on ne tient plus la route devant l'effort! Quelle humiliation ! On dirait une petite vieille ! Problèmes respiratoires, allergies, de plus en plus de bronchites, d'angines qui mettent de plus en plus de temps à se soigner, la peau commence à se ternir, les doigts et les dents à se jaunir... mais bon j'ai 20 ans et je me crois immortelle, j'ai pleins de copains et je m'achète mes propres paquets de clopes comme une vrai adulte qui s'assume. Les années passent, les lois aussi, les restrictions, les messages se font de plus en plus brûlant et ma respiration aussi. J'ai plus de 25 ans et j'ai des bronchites-asthmatique, lorsque je tousse, j'ai l'impression que je m'étouffe, que je vais crever... j'ai mal quand je respire, je suis inquiète, j'ai peur du cancer, une peur terrible, tant mieux j'ai peur c'est le début... Je passe des tests, on me dit qu'il est urgent que j'arrête de fumer. La peur est si grande, la motivation si forte, survivre ! J'arrête du jour au lendemain, meilleure méthode selon moi, sans aucunes aides, et ce pendant 3 ans. Formidable ! LA LIBERTE !!! J'ai 32 ans je suis au chômage depuis 2 ans, un connard me tend une cigarette en me disant allez fais-toi plaisir ! Juste une ! Et je l'accepte ! Dans un laps de temps très court avant que je l'accepte, tout ressurgit, ces deux années de galères, la solitude du chômage... et je me retrouve renvoyé en arrière dans ses toilettes à accepter cette p..... de clope ! Quelle idiote vous vous dites ! Je me dis JUSTE UNE ! STOPPPPPPPPPPPPPPP "JUSTE UNE" la phrase interdite de l'ex- fumeur et du non-fumeur !!!!!!! Et je me remets à fumer, d'abord le soir, puis et puis. Un mois passe, 2 mois, 3 mois : merde les problèmes ressurgissent pourtant je fume peu, même pas 10, une angine du tonnerre, j'ai toussé pendant plus de 10 jours ! prise de conscience, auto flagellation... Solution : oublier ces 3 mois rapidement en arrêtant de fumer et les classer juste comme une erreur de parcours à ne pas renouveler. Et c fait, j'ai à nouveau arrêté depuis plus de 10 jous, du jour au lendemain sans aides (je garde la même méthode). Mais on ne m'y reprendra pas : PLUS JAMAIS JUSTE UNE ! Aux non-fumeurs et ex- fumeurs, dites-vous bien qu'une seule c'est le passeport pour l'enfer ! Ah une dernière chose pour les jeunes qui serait tenté, c carrément has been de fumer et je confirme ! N'attendez pas d'avoir peur, ne commencez pas ! Vous les jeunes vous êtes la proie idéale, ne vous laisser pas faire, on veut que vous fumiez et surtout que vous achetiez des produits chimiques oui des produits chimiques, un condensé de produits chimiques, vu de la cela ne ressemble plus à un plaisir mais à un contrôle de votre cerveau, de votre corps et de votre porte-monnaie qui vous conduira indéniablement à votre perte, vous serez automatiquement le perdant. Et visualiser bien qu'au- dessus de votre tête des gens se frottent les mains : ah aujourd'hui on en a 50 de plus ! La réalité est là ! Si vous ne voulez pas être pris pour des CONS dites NON, dites PLUS JAMAIS UNE. DITE LIBERTE. "

Mélisa (25 ans) - Nationalité Suisse - 18 mai 2011
"J'ai fumé ma première cigarette à l'âge de 13 ans, avec mes grands frères. C'était bien évidemment une expérience ignoble : Malgré l'état pitoyable dans lequel ce petit tube blanc me mettait, je devais devenir fumeuse, pour montrer que j'étais à la hauteur. Petit à petit, les symptômes désagréables se sont dissipés, et je me disais simplement que j'aimais ça. Puis je suis entrée dans le groupe branché de l'école, toujours grâce à cette nouvelle amie, tout devenait possible, il suffisait que je la prenne par la main et que je l'allume. Elle me tenait compagnie quand je me sentais seule, ses belles volutes me camouflaient quand la timidité me submergeait, elle me permettait de rentrer en contact avec des inconnus très facilement Hello, je m'excuse, t'as pas du feu ? , et surtout, les mecs me regardaient comme une grande de 16 à 18 ans, je travaillais comme bergère, et là c'était juste la cata, 2pac par jour, 3-4 joints le soir pour se détendre et bières à gogo. Puis ma tendre marraine m'a appris qu'elle avait un cancer du poumon depuis déjà 2ans. À ce moment-là, il était en phase terminal, et elle avait besoin d'une aide à plein temps. 2 mois, à l'écouter essayer de respirer, tousser s'étouffer, essayer de respirer, à la regarder vomir tout ce qui avait le malheur d'aller jusqu'à son estomac, à laver ses mouchoirs pleins de sang, Puis, 37h d'hôpital où elle s'étouffait lentement, refusant tous soins, elle voulait juste que je lui tienne la main, que je reste jusqu'au bout et que je regarde ce qui m'attendait. Son sourire, suivi d'une atroce expression de douleur, son visage qui se fige. Paniquée, je plonge mon regard dans le sien, ses yeux sont vides, la petite lumière n'est plus là. Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii la machine confirme ce que mon cerveau à comprit m'ai nie, elle est partie, étouffée par ce tout petit bâton innocent . Après, j'ai arrêté la clope, mais petit à petit, le cannabis prenait le dessus. Sans m'en rendre compte, j'avais remplacé une mauvaise habitude par une encore pire. Puis arrêt du cannabis, reprise du tabac, arrêt du tabacJ'avais beau voire son visage, le visage de la mort, chaque fois que j'en allumais une, pas moyen de m'arrêter totalement. Il y a un an que je ne fume plus de cannabis du tout et j'ai réussi à me fixer à 15 clopes par jours. Puis j'ai découvert ce site, et il y a 8jours que je ne fume plus du tout. Je sais c'est court, mais pour moi, c'est juste énorme ! Jamais je n'avais passé plus de 7h (le temps de dormir) sans fumer quoi que ce soit, alors 8 jours !!! C'est pas facile tout le temps, mais si à 13 ans j'ai pu convaincre mon cerveau que mon corps avait besoin de ça, je peux le persuader du contraire aujourd'hui. Et puis, je me sens libre comme jamais. Les mails de chaque jour, les astuces de ce site et les témoignages, vos témoignages m'aident à tenir ! Alors merci à tous ceux qui travaillent sur ce site et merci à tous ceux qui laissent un peu de leur expérience ici."

maminoune (59 ans) - Nationalité française - 10 décembre 2008
"Le 3 février 2007 jour des 7 ans de mon petit fils, j'ai établi un challenge avec lui -"tu as l'âge de raison ce jour et moi ta mamie que tu aimes tant ne l'a pas puisqu'elle fume depuis 45 ans 20/25 cigarettes par jour ; alors ce 3 février et bien je ne fumerai plus "- Voilà près de 2 ans que je ne fume plus. Je n'ai plus jamais touché une cigarette, elle si fidèle que je chérissais tant je la HAIS. Tout d'abord je suis fière de moi et mon petit fils Louis est si fier de sa mamie. Tu sens bon enfin, me dit-il sans cesse. Bon j'ai pris qq kilos mais je m'en fiche lorsque je l'aurai décidé, je les perdrais, en revanche je ne tousse plus du tout. Avant on aurait dit un vieillard malade, c'était loin d'être élégant et raffiné ! Et aussi mon porte monnaie est ravi je vais plus chez le coiffeur, m'achète du parfum, pars en voyage et je gâte bien plus généreusement mes 5 petits enfants. QUE DU BONHEUR ! Faites comme moi et pourtant c'était ma 6 ème tentative... j'ai pris des patchs pour m'aider et cette fois cela a marché. Il ne faut pas grand chose. Je crois que c'est par amour et fierté envers mon petit fils que j'y suis arrivée,je veux le voir grandir lui et les autres, il faut un déclic. Eh ! nos parents, nos grands parents n'avaient pas d'aides à l'arrêt du tabac, alors que nous si. Alors ya qu'à!!! un peu de courage et je voulais dire que malgré mes kilos je me sens légère, légère, libérée OUF! ENFIN"

florence (38 ans) - Nationalité francaise - 14 janvier 2008
"Bonjour a tous, je suis une maman de 3 enfants, j'ai 38 ans et suis mariée. Tout pour être heureuse. Seulement, je fume depuis déjà 25 ans (2 paquets par jour) et j'ai donc décidé d'arrêter de fumer. J'en suis donc a 9 jours sans tabac, 104 euros d'économisés, 401 clopes pas fumées et 1jour + 18h de vie gagnée. Je suis fière de moi je me sens la PLUS FORTE DU MONDE et j'ai donc décidé de résister malgré les manques et les surprises. Je mets 1 patch 14 mg tous les jours. Le premier jour, j'ai ressenti une haine et une colère que je ne me connaissais pas (Du coup j'ai fait des travaux). Je peux relativement dire que ce n'est pas aussi difficile que je me l'imaginais. Mon plus gros soucis c'est : des aphtes pleins la bouches qui saignent a cause des patchs. Mais bon a bien y réfléchir, je crois que se n'est pas si méchants. Après 9 jours, je me sens bien, je ne dis pas que je n'ai pas de temps en temps envie de m'en griller une, mais je me fais à l'idée de ne plus y toucher, jamais. Pendant des années, j'ai eu peur de m'arrêter, comment je vais être sans tabac ? etc... Quelle perte de temps, aujourd'hui, je n'ai plus peur car se qui m'importe c'est d'être là longtemps pour les gens qui m'aiment et que j'aime et ils méritent ce sacrifice. Je vous souhaite à tous bon courage."

celine (31 ans) - Nationalité française - 22 mars 2007
"bonjour j'ai 31 ans et presque 13 ans de tabac derriere moi et sans compter le tabagisme passsif dont j'ai ete victime depuis ma naissance .Mais comme me dit ma famille à l'epoque on ne savait pas que c'etait si dangereux .De temps en temps des souvenirs me reviennent .Ceux d'etre malade en voiture car mes parents fumaient tous les deux et ouvraient la fenetre de quelques centimetres seulement .La nausee ,les migraines voila ce que je ressentais lors de nos deplacements .Mais comme beaucoup d'entres vous à l'adolescence j'ai commençe à piquer des cigarettes à mes parnst ,ces derniers fumaient tellement qu'ils ne s'en rendaient pas compte .Chez moi tout le monde fume ;mes grands parents ;mes parents ;mon ,frere ,ma soeur ,ma tante ,mes oncles et mes cousins .J'ai toujours baigne dans cette atmosdphere de tabac froid .Bref à 13 ans premieres cigarettes et la dependance s'installe vite ,tres vite .peut etre etais je predispose à tout ça .0 aprtir de 17 ans j'augmente la cadence de ma consommation paasant à un bon paquet par jour .Tout mon argent y passe car à cette epoque je travaille dans un mac donalds et je ne touche pas un salaire mirobolant .Lorsque je sors le paquet y passe dans la soiree .Bref à 20 ans je rencontre celui qui deviendra mon mari ,il ne fume pas et en plus il est ashtmatique donc je prends l'habitude de fumer dehors .Plus une seule cigarette ne sera fume dans mon interieur car je n'ai jamais pu supporter cette sale odeur de tabac froid .On a tous des odeurs relative à l'enfance ;moi la seule odeur que j'ai dans le nez c'est celle de la cigarette .A 25 ans j'attends ma premiere fille et là avec une facilite deconcertante je jette paquet ,briquet et cendrier .Pendant ma grossesse je ne fumerai aucunes clopes et pendant tout le temps de mon allaitement non plus .J'ai donc arrete de fumer 2 ans sans aucunes difficultes .Il aura suffit que je fume une seule cigarette pendant une soiree pour replonger .3 ans apres me revoila enceinte de ma deuxieme fille ,meme scenario j'arrete de fumer tres facilement .mais je reprends au bout de 2 ans .Une seule cigarette et le lendemain je me rachete un paquet .Je ne fume plus autant qu'avant et j'evite de fumer devant la fenetre pour pas que mes filles me voyent mais la plus grande n'est pas dupe .Je deteste l'odeur que je laisse dans leurs cheveux lorsque je les embrasse .C'est à ce moment là que je prends reelement conscience de ce que j'inflige à mon corps .La culpabilite commençe à me ronger .Il y a des soirs ou je pleure toute seule sur ma terrasse en fumant ma cigarette et en pensant que peut etre le cancer me guette .Mais le lendemain je recommence .C'es une veritable cercle vicieux .Et fin septembre 2006 le declic va aoir lieu .ma fille manon alors agee de 5 ans me regarde un jour et me demande "maman pourquoi tu te tues les poumons " je n'ai pas su quoi lui repondre et à ce moment là je me suis dit que le tabac et ses risuqes avaient des effets sur moi mais aurais surtout des repercussions sur mes enfants et ça pour moi c'etait inenvisageable .le jour meme j'ai pris rendez vous chez une tabacologue à l'hopital .c'etait le 10 octobre dernier .J'ai fume ma derniere cigarette et je suis rentree dans son bureau certaine de tenir cette fois ci .beaucoup de gens ppensent que je ne tiendrai pas car j'ai deja arrete deux fois et repris à chauqes fois mais avec le recul je sais que mes deux arrtes je ne les avais pas fait pour moi direcetemnt mais pour proteger mes bebes du tabagisme passif .Cette fois c'est pour moi que j'ai pris cette decision etchaques jours je me rends compte de la chance que j'ai d'etre passe de l'autre cote de la barriere .Mon mari ,mes enfants et mes amis sont fier de moi et je dois bien reconnaitre que moi aussi . Je sais que cette fois c'est fini et que je ne reprendrai pas ;les benefices physiques et psychologique que j'en ai tire sont tellement fort et je me sens tellement bien qu'il est impossible de replonger .C'est maintenant surtout aux jeunes que je m'adresse "Il est tres facile de commençer à fumer ;la dependance arrive vite et il faut des annnees et des annees pour trouver la force ,la volonte et le courage d'arreter moralite ne commencez pas " je vous souhaite à tous bon courage celine "

Anne (48 ans) - 01 novembre 2003
"QUE FAISONS NOUS DE NOS VIES ? Quand Wahil est né, on se réjouissait, la venue dun enfant, cest toujours un peu comme un miracle ! il est arrivé un matin très tôt, le soir il était déjà parti ! quand je suis allée au cimetière, quand jai vues toutes ces petites tombes auxquelles des parents avaient déposés des jouets denfants, un nounours, un petit mickey, un doudou, à ma peine sest ajouté un profond désarroi , pourquoi donc navaient ils pas eu le droit de vivre ? A cette époque, depuis quelle avait un an, Marine luttait contre une abominable tumeur qui lui avait déjà pris un rein, elle supportait les traitements qui lui torturait le corps comme les enfants supportent ces douleurs, elle a ainsi lutté pendant près de deux années, la maladie lui avait laissé un court répit comme pour mieux revenir et lenvahir, pauvre petite poupée qui na pas résisté à tant dacharnement ! cet été là, elle aurait du fêter ses trois années . Cet été là, Yanis, le bébé de ma Katiche a eu ce ronronnement persistant, les premiers examens étaient plus quinquiétants ! cette masse blanche au poumon gauche ? déminents professeurs ont examiné ce tout petit bébé de trois mois, que dire de lattente dune mère angoissant à lidée dêtre responsable dune terrible maladie! verdict : un poumon tout petit qui laisse voir le cur à la radio, un tout petit poumon ? ça devient rassurant ? oui, quand on a craint le pire, parce quon à pas à en guérir.aujourdhui, notre troisième petite merveille grandit et sourit à la vie, ma Katiche ébranlée recolle les morceaux et moi ? je pense parfois à ces enfants de Curie, de Necker, et je regarde ce que jai fait de la vie que lon ma donnée, de ma santé qui était intacte ? quelles seront les conséquences de toutes ces années tabagiques ? un an que jai arrêté, on me demande si je suis fière ? rassurée de savoir résister oui mais fière.. jaurais du savoir tout ça, jaurais du voir au lieu de rester dans ma bulle.on vit autrement ..après "

Tiphaine (13 ans) - 06 février 2003
"Je m'appelle TIPHAINE et j'ai 13 ans. Maman a fumé pendant qu'elle m'attendait et avait une maladie de la thyroide!!! Ma petite frimousse est apparue à 7 mois : Je pesais 1kg890 mesurais 47cm!Oui j'étais prématurée!! J'ai été réanimée puis intubée!! Je suis restée en néonatalogie pendant 3 semaines en couveuse, jaunisse!!!1 ère séparation !!! On m'alimentait par sonde car pas de reflexe de succion!!!Je souffrais d'hypothyroidie foetale et j'avais également un goitre!! J'étais hypotonique!!!A la suite ma maman heureuse de me récupérer me ramène en urgence car je faisais des apnées lors des prises de biberon!!!PUis durant 7 années suivant ma naissance, je rentrais et sortais de l'hopital pour bronchite asthmatiforme, détresse respiratoire, reflux gastro oesophagien. Je passais mon temps assise pas le droit de me coucher pour éviter les remontées acides et faire passer cela dans les bronches!!!OUi quel début de vie !!!! Aujoud'hui, je suis handicapée psychomoteur et j'ai toujours un asthme sévère mais qui avec le temps ne nécessite plus d'hospitalisation, je vais de la désensibilisation toutes les 3 semaines et j'ai un traitement de fond, je vais voir le pneumo tous les 6 mois!!! Moi prématurée je mesure aujourd'hui 1m48 et pèse 40kg!!!Moi malheureuse ? moi en vouloir à maman ? Non car ma maman a mis de coté ses reves, elle a stoppé net tous projets, pour m'en apporter!!!Nos rapports sont tellement privilégiés que meme ma soeur m'envie!!!Je croque la vie à pleine dent et je sais au moins que moi je ne fumerais pas !!!!Tout le monde ne peut en dire autant!!!Aujourd'hui maman souffre peut etre plus que moi, mais je suis très fière d'elle car elle ne fume plus depuis + de 3 mois, elle peut enfin penser un peu à elle!!Comme quoi!!!Je la remercie de ne jamais avoir faibli c'est ce qui m'a donné la force d'avancer!!!"
Catégories associées:

barbara (27 ans) - Nationalité francaise - 08 décembre 2005
"boujour, je suis ex fumeuse depuis seulement 3 jours et c'est vraiment tres dur mais je tient le coup grace aux temoignages qui me font prendre consience que je suis entrain de me detruire a petit feu. quand je regarde mes enfants je me dis que je n'ai pas le droit de leur faire ça et en plus depuis que j'ai arreté mon mari qui n'est pas fumeur ne tousse plus et je me suis rendu compte que je lui faisait du mal en pensant egoistement me faire du bien.a ce jour je ne veux plus faire passer ce poison avant ma famille la vie est deja trop courte alors pourquoi la reduire encore plus.Et je souhaite bon courage aux personnes qui essaient comme moi d'arreter. "
Catégories associées:

Geneviève (53 ans) - Nationalité Suisse - 21 février 2016
"Invitée par Stop-Tabac.... quelle douce surprise de se rendre compte que ceux qui nous ont aidé il y a bien des années maintenant sont toujours là, à l'écoute :o) Alors voilà, le 16 mai 2005 je décidais d'arrêter de fumer.... j'ai éteint ma dernière clope comme d'hab juste avant de me coucher. Le 17 je me suis levée ex fumeuse, je n'ai jamais repris une cigarette. Que dire, sinon que c'est la plus belle chose que j'ai pu faire, pour moi d'abord, pour mon entourage, pour mes finances aussi. Il faut savoir qu'en janvier 2006 je partais à Londres avec ma fille pour un weekend géant, au frais de ma cigarette.... a 2 cartouches et demie par semaine, je vous assure qon s'est payé du bon temps !!! sans compter ! Puis ces petits voyages sont devenus une habitude, un peu comme une récompense... Car il faut avouer que j'en ai bavé durant quelques années, à tenir le coup et ne pas donner raison aux personnes qui juraient que j'allais craquer... Et le temps a fait son oeuvre, j'ai arrêté d'avoir envie. Un jour l'odeur de celle des autres m'a dégoûté.... de ex je suis passée à non - fumeuse.... Me suis bien rendu compte que ce geste, cet esclavagisme, était définitivement révolu pour pour moi. Cette année j'entreprends une grande démarche pour ma santé, pour moi-même.... (trop de kilos nuisent autant que trop de tabac). Mon doc ne m'aurait pas accompagné si j'avais encore fumé... J'ai, pour donner toutes ses chances à mon projet, me mettre au sport, j'ose pas penser la peine si Marlboro était encore en train de me détruire..... J'habite une région magnifique, la montagne m'appelle pour de grandes ballade, en fumeuse je n'aurais pas su profiter de ces excursions magiques... J'ai de sublimes petits enfants. Je n'ai pas honte de faire devant eux un geste qu'il vaudrait mieux qu'ils ne fasse pas plus tard, je ne serai pas le modèle rassurant car ils ne pourront pas dire " la clope c'est sympa, Mamy elle fume". Ils ne sentent pas non plus l'ignoble odeur du tabac froid en entrant chez moi, ou en m'embrassant.... Chaque jour qui passe je remercie tous ceux qui m'ont aidé à franchir ce pas, moi d'abord pour avoir eu le courage de m'y atteler et la force de persévérer, mon entourage qui par son manque de confiance m'a motivée à ne pas leur laisser avoir raison, et Stop Tabac avec leurs conseils et les centaines de témoignages que j'y ai lus et qui m'ont poussée en avant.... Si je peux souffler à mon lecteur un seul conseil: osez et persévérez, le plus beau c'est après, juste après, la décision :o) Gene. "

cathy (53 ans) - Nationalité FRANCAISE - 25 juin 2010
"trois étoiles d'argent aujourd'hui, eh oui, cela fait trois semaines que je n'a pas touché à cette cochonerie! et je suis fière, même si ce n'est pas facile tous les jours... j'ai 53 ans, j'ai commencé à fumer vers 15 ans... deux tentatives qui ont échoué mais qui m'ont permis de comprendre beaucoup de choses au sujet de ma dépendance et de l'arret, et cette fois, j'y crois, c'est la bonne! la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est ma dernière bronchite il y a un mois, là j'ai compris que l'une de nous deux ferait la peau à l'autre. un vrai duel, on s'est battues, et j'ai gagné, son cadavre est au fond de ma poubelle, elle ne méritait pas de funerailles plus honorables... maintenant je suis libre, je n'ai plus ces angoisses quand je me rend compte que j'ai oublié mon paquet à la maison, je peux aller au ciné voir un film même s'il dure deux heures (eh oui, j'en étais là...) je peux prendre l'avion ou le train sans stresser, aller au restau même l'hiver et s'il pleut, je ne tousse plus, ma voix est déja plus claire, et une amie m'a dit cet aprèm que j'avais une bien plus jolie peau! (ce que je n'arrivais pas à obtenir malgrè toutes les crèmes miraculeuses que j'achetais avant...) d'apres mon "compteur" j'ai gagné 4 jours d'espérance de vie, hum, que vais-je faire ces quatre jours là? j'ai économisé plus de 80 euros, (euh, j'avoue que j'en ai claqué au moins 200 en "petits cadeaux "pour me récompenser...) et enfin je sens bon! ça vaut le coup, non? allez, j'y suis arrivée, donc vous aussi vous pouvez le faire, le plus dur c'est de prendre la décision, comme dit paolo cauelho dans l'alchimiste, "dis à ton coeur que la crainte de la souffrance est pire que la souffrance elle- même". "
Catégories associées:

Carole (42 ans) - Nationalité francaise - 15 avril 2009
"Bonjour à tous, comme convenu, hier soir j'ai vidé tous les cendriers et jeté ce qu'il me restait de tabac non sans une petite appréhension!!! Je fume environ un paquet par jour depuis + de 25 ans et malgré la dépendance et parfois le plaisir de fumer j'en avais raz le bol. De plus je "psychotais" de + en +, craignais qu'il m'arrive un problème de santé ( plus je fumais et plus je redoutais la maladie donc pas très sereine comme activité!!!). A mon lever ce matin, j'ai mis le 1er pach de ma vie et j'avoue que malgré quelques envies par moment, ce n'est pas aussi difficile que je le craignais!!! Je suis fermement décidée à gagner ce combat contre la cigarette car je veux retrouver tout ce qu'elle m'a volé durant toutes ces années (mon souffle, mon énergie, mon argent, mon teint, mon gout, mon odorat, etc). Je me suis acheté un cahier où je fais des exercices sur mes motivations, mes états d'être et hier j'ai écrit une lettre d'adieu au tabac et comme convenu, hier soir ma dernière cigarette est morte et ce matin je renais de ses cendres. Je divorce, me sépare définitivement du tabac et même si je sais qu'il reviendra me tenter pour que je le reprenne, je compte résister et je suis fortement armée pour ne pas céder (patch, gum, homéopathie et grande motivation). Cette fois-ci, c'est moi qui vais la gagner cette bataille.... Bon courage à tous dans cette démarche qui nous réconcilie avec la vie et avec notre propre corps. Fini l'autodestruction et bonjour la VIE et L'AIR PUR. "

Isabelle (43 ans) - 18 juin 2007
"Ces quelques lignes pour que certains puissent encore croire qu'ils vont arriver à arrêter cette saloperie de cigarette. Voici maintenant presque 4 ans que je m'en suis libérée et presque 4 ans que je n'ai plus à subir l'esclavage que celle-ci. Je fumais beaucoup, en tout cas 40 cigarettes par jour, malade ou pas malade, c'était cigarette au saut du lit et jusqu'à ce que je m'endorme le soir. Les soirs de sortie, c'était parfois plus de deux paquets qui partaient en fumée. Je m'étais dit : je m'arrêterai un jour, c'est pas bon pour toi, etc... Quand j'ai voulu arrêter par ce que je me faisais honte et que je me sentais prise au piège, j'ai jonglé un bon moment. Plusieurs tentatives : j'ai commencé par les gommes à mâcher, comme je trouvais ça très dur, je combinais les gommes et quelques cigarettes par jour, puis après ça a été les patchs, là j'ai dépensé une fortune aussi car à chaque fois je n'étais pas vraiment prête et j'associais quelques cigarettes aussi au patchs quand j'éprouvais trop le besoin et l'envie de fumer. Jusqu'au jour où mon mari m'a félicité d'avoir complètement arrêté pendant trois jours (à l'aide de patchs également) et m'a dit : ce serait vraiment bête de t'y remettre car tu as déjà fait le plus dur... Et bien depuis, j'ai tenu, c'est vrai que les premières semaines, j'ai serré un peu les dents, que j'ai eu des moments un peu de déprime, que j'ai pris 3 kilos mais maintenant je suis LIBRE ! Je n'ai plus à m'inquiéter de devoir acheter ma drogue, plus à finter pour trouver un moment pour en griller une, j'ai bien meilleure mine, mes cheveux sentent bon, mes habits aussi et la maison également. On y gagne vraiment ! Tout ceci pour vous dire que cela vaut la peine de s'accrocher car à un moment donné, je me sentais tellement "accro" que j'en étais arrivée à me dire que je serais incapable d'arrêter de fumer un jour. A tous et toutes, bon courage !"

elodie (21 ans) - Nationalité française - 06 avril 2004
"voila on est au mois d'avril j'ai fumer ma derniere cigarette enfin j'espere à 9h30!!!j'ai ete incapable d'arreter de fumer pendant ma grossesse aujourd'hui mon fils a neuf mois et je l'aime d'un amour que je me dis que je voudrais rester des tas d'annees a ces cotes donc je serais idiote de faire quelque chose qui puisse reduire le temps pres de lui!!!!a tout hasard j'ai taper tabac sur le pc et suis tombee sur ce site!!j'ai lus le temoignage de la dame atteinte du cancer qui as une petite fille de neuf ans et ça m'a fais pleurer, mais ça m'a aussi conforte dans l'idee qu'il FAUT que j'arrete!!!je suis ashmatique je m'essoufle tres vite et j'ai des douleurs aux poumons!!!!il est temps que je prenne sur moi!!!! je vais essayer d'arreter seule j'ignore si je vais reussir si je n'y arrive pas je verrais un medecin mais je veux vraiment arreter!!!j'ai commencer a 11ans et c'est reellement la 1er fois que je le veux reellement!!!!!! j'espere y arriver pour mon ptit amour!!!!!"

Geneviève (43 ans) - Nationalité Suisse - 30 avril 2006
"Nous arrivons au mois de mai... Joli mois de mai... L'an dernier, je me disais " je vais m'arrêter"... "je m'arrête quand je veux, de toute façon, alors je vais m'arrêter"... 2 paquets par jour, l'odeur, la fumée, le smog, je l'appelais..., la toux du matin, la voix qui déraille, et souvent la peur ...d'en claquer, d'une quinte de toux qui mettrait mon poumon à la porte !Image répétée d'un humour internaute... et puis le mois de mai avec ses jours de concours (en Suisse) et son 31 sans fumée... Et que je me suis dit, pourquoi pas...Des "Chiche t'oses pas" et "de toute façon tu tiendras pas 3 jours" ont fusé autour de moi... J'ai des collègues adorables, heureusement d'ailleurs, car je partage plus de temps avec eux qu'avec ma famille dans une journée...mais ils sont un peu "blonds" comme on dit... Ce manque de confiance m'a vexée.. Oui je peux avouer: je me suis arrêtée de fumer pour leur clouer le bec et les laisser radotter sans fondement sur mon dos ! C'était le 16 mai 2005... Douze mois plus tard, on a cessé de m'en offrir le matin, avec un sourire sorcier,le petit clan parieur m'en félicite aujourd'hui, un membre du clan m'a même rejointe.... de ce bon côté de la barrière... Et on en rit encore... C'est la première fois que j'essayais de stopper la clope... j'avais 42 ans, et je fumais depuis l'âge de 16 ans... Faites le compte... Au début, je faisais la forte, l'odeur ne me dérangeait pas, je n'avais pas d'envie en sentant une taf me passer sous le nez... Et puis j'ai décider d'arrêter de me mentir ! Ca pue, je supporte plus ceux qui toraillent sous mon nez, et brisent la saveur de mes instants... Donc je suis devenue un peu intolérente... Chez moi c'est dehors... Au resto, j'y vais plus, c'est pas le pied de croquer avec le cigare du voisin... (mais ça va changer, chouette) et dans les obligations obligatoires, je fais le point dans ma poche et vire au pouf à linge tous mes habits sitôt rentrée.... A part ce petit côté maniaque, l'arrêt du tabac m'a apporté un merveilleux voyage à Londres: j'avais honnêtement mis le prix de 2 paquets de clopes dans un cochon rose... soit 11,60 francs chaque jour... Lecochon est mort en février, le voyage a eu lieu et je n'ai pas dépensé la totalité de l'épargne !!! Et en meilleure close, ne plus fumer m'a rendu le goût de mes repas, l'odeur des fleurs, le souffle de mes longues ballades à pieds... mes chiens me remercient chaque jour... Je n'ai pas pris un gramme, parce que je n'ai pas remplacé ma clope par de la bouffe.... *Je suis déjà ronde, alors là-dessus j'avais du être très sévère avec moi-même :o)* Je ne peux qu'encourager ceux ou celles qui me liront de se lancer, sans entendre les railleries des amis qui diront "t'es pas cap"... Il disent ça parce que EUX ne sont pas cap.... Personne y croyait, le 16 mai dernier, personne ! (même pas moi, tellement ça me paraissait insurmontable !!!) Je suis fière aujourd'hui... et je remercie tous les gens de Stop-Tabac, où j'ai pris tout ce qui pouvait me servir pour garder le tracé de la victoire.... Je ne serai jamais plus une non fumeuse, je resterai une ex fumeuse, un peu comme les alcoolique abstinents. Sortir d'une drogue est continuer à vivre, et c'est merveilleux ! "

Emilie (24 ans) - Nationalité Francaise - 25 mai 2005
"J'ai commence a lire des temoignages ici, quand j'ai arrete de fumer. Cela m'a encourage, les temoignages de personnes malades et de leur entourage est ce qui m'a le plus motive. Lire un recit ecrit par qq'un de malade directement adresse aux fumeurs (sans passer par les media et un certain matraquage) est selon moi ce qui sensibilise le mieux. Je viens donc a mon tour encourager ceux qui s'appretent a faire le grand saut: vers une vie sans tabac. J'ai arrete depuis un an: je dirais que les 3 premiers mois sont les plus durs. En fait chaque jour est plus facile que le precedent. Je reve souvent que je me remet a fumer mais eveillee, je n'en ai pas envie. Je n'ai plus envie. J'ai pris quelques kilos, ce qui a ete l'occasion de refaire ma garderobe. Quand on se met a tousser parce qu'on arrete de fumer, on comprend qu'il etait temps d'arreter ce massacre. Je trouve maintenant la fumee des autres insupportable. Mais passons au bon cotes: plus de vieilles odeurs, plus d'essouflement, ne plus etre malade tout l'hiver, de belles dents, une bonne haleine, ne plus etre presse en sortant du train, de l'avion ou de n'importe quel espace clos, ne plus se preoccuper de savoir ou est le tabac le plus proche, se faire des cadeaux avec cet argent. Et le meilleur: pouvoir annoncer fierement "oui j'ai arrete de fumer""

Hélène (47 ans) - Nationalité Belge - 01 2018
"Addict aux Nicorettes 2mg pendant 13 ans... Bonjour à toutes et tous, J'ai 47 ans. J'ai commencé à fumer à 15 ans et ai fait un premier arrêt à 25 ans (arrêt brutal sans aucune aide) - j'ai repris une cigarette à 31 ans et du jour au lendemain j'étais redevenue fumeuse complète. A 35 ans, le pneumologue m'a signalé que j'étais une parfaite candidate à l'emphysème si je n'arrêtais pas rapidement. J'ai donc arrêté la cigarette (1 paquet/jour) avec des patchs il y a presque 13 ans. Puis, pour cesser les patchs, la pharmacienne m'a conseillé les chewing gums. 13 ans plus tard, je les mâchais toujours... A raison de 15 ou 20 chewing gums 2mg par jour, je prenais l'équivalent de 2 paquets/jour ! Le matin, c'était mon premier geste et la nuit il m'arrivait de me relever pour en mâcher. Il m'arrivait aussi régulièrement de courir à la pharmacie de garde pour en acheter et jamais personne (médecins, pharmaciens) ne m'a proposé d'arrêter, ils tenaient tous le même discours: au moins c'est mieux que la cigarette et ce n'est pas dangereux... Pourtant, j'ai développé un problème de glandes salivaires, probablement lié à ce pesticide que je mâchais à longueur de journée depuis tant d'années et ai décidé de tout mettre à la poubelle, sans m'inquiéter puisque selon les fabricants IL N'Y A PAS DE DÉPENDANCE A LA NICOTINE SEULE... et mon il avec ! Jour 1 - le jeudi 6 juillet 2018 - tout roule et je me dis que c'est super facile et que j'aurais pu arrêter plus tôt, il suffit de mâcher des chewing gums sans nicotine, je ne ressens aucun manque et me dis que c'est normal puisque les Nicorettes ne sont pas addictives selon le fabriquant. Jour 2: réveil en sueur le matin, chocs électriques dans le corps, crises de panique, système digestif en pagaille, palpitations, crises de larmes ... la totale; je me dis que j'ai attrapé un virus et je reste au lit Jour 3, 4 : je les ai passés au fond de mon lit à boire des litres d'eau, à suer, à pleurer, à dormir, à aller aux toilettes. Je n'avais toujours pas compris que c'étaient les symptômes de sevrage, je croyais au virus... normal puisque aucune littérature n'est disponible sur le sevrage des substituts nicotiniques. Du jour 5 au jour 28: - des crises de larmes sans savoir pourquoi, - l'impression d'avoir un nuage gris sur la tête, - humeur dépressive, - estomac noué, - anxiété surtout matinale avec sueurs intense au réveil - fatigue intense - cauchemars - réveils nocturnes fréquents - l'impression de "manquer" violemment de quelque chose, de tourner comme un lion en cage en moi-même - irritabilité, agacement sans savoir pourquoi, comme le petit caillou dans la chaussure qui un moment devient insupportable - mal-être avec l'impression d'être complètement à côté de mes pompes ... le package complet quoi. Le souvenir de mon arrêt de cigarette à 25 ans me revient en mémoire avec ce mal-être, cette anxiété etc. Malgré que je ne suis pas supposée subir de sevrage avec les substituts, je me dis que c'est quand même très semblable... 28è jour d'arrêt: depuis ce matin, je vois l'éclaircie dans le nuage gris. Suite à une discussion avec le stomatologue hier qui m'a dit que selon lui, j'étais en plein sevrage de nicotine, j'ai appelé aujourd'hui Stop tabac Belgique qui me confirme que ce que je vis est un sevrage sec - c'est comme si j'avais arrêté de fumer 2 paquets/jour du jour au lendemain. Les symptômes sont les mêmes que ceux du sevrage de la cigarette car la drogue est la même quoiqu'en disent les firmes pharmaceutiques... la nicotine est la nicotine. Ce qui m'a bien aidée: - beaucoup boire (2 à 3 litres d'eau/jour) - faire de la méditation de pleine conscience (youtube Christophe André) - de la respiration cohérence cardiaque (petite application gratuite Iphone) - me promener (quand je n'étais pas explosée de fatigue) - beaucoup me reposer - prendre des suppléments de magnésium, de vitamine C - attendre avec patience, en essayant de ne pas focaliser sur le mal-être violent que je ressentais Stop Tabac Belgique m'a conseillé de prendre des Oméga3, ce que je vais m'empresser de faire. Le plus dur est passé même si je sais que les prochaines semaines, les symptômes seront encore présents mais vont aller en diminuant. Cela dit, au bout de 13 ans, j'ai perdu la dépendance comportementale et n'envisage même plus de prendre une cigarette donc c'est plutôt positif :) Voilà mon parcours, si j'avais su que la dépendance à la nicotine des substituts était identique à celle présente dans la cigarette, j'aurais appelé Tabac Stop pour effectuer un sevrage un peu moins violent ou tout au moins, pour avoir un interlocuteur averti qui puisse m'informer au fur et à mesure des étapes. Le fait de savoir que ce que nous vivons est "normal", permet déjà de prendre du recul et d'éviter que l'anxiété tourne à la panique. Merci à l'équipe de Tabac Stop ! "

cécile (30 ans) - Nationalité Française - 19 février 2015
"RE BONJOUR à tous et toutes me revoici pour un nouveau petit post apres 10 jours de sevrage. Je reviens parmis vous pour vous faire partager mon experience, ainsi que mes "montagnes Russe" (oui c'est un peu l'etat dans lequel je me trouve depuis MA decision) Donc sous patch, et gums à mastiquer, les premiers jours furent comme je l'imaginais rude, euphorique, triste, en colère bref, totalement en dent de scie! (mon compagnon est fumeur) et même s'il s'est aménagé un petit coin pour ne pas trop me faire envie, il n'en reste pas moins que c'est tentant! il y a deux jours j'ai eu un ENORME coup de blues, l'envie de m'en "griller une" était tellement insoutenable que j'ai frôlé la catastrophe... ce jour là j'etais dans un état second, deprimée, agressive, argneuse je me voyais etre comme ça alors que pourtant ce n'est absolument pas dans mes habitudes! moi qui suis d'ordinaire joyeuse et bout en train!ce jour là, une vraie sorcière accariatre! bien evidement c'est mon conjoint qui a eu l'immense honneur de recevoir toute ma frustation en pleine figure! et après une bonne grosse dispute bien épicée, je me suis refugiée dans la cuisine ou trainait son paquet de cigarettes. Là je peux dire qu'un Vrai duel s'est alors installé! je l'ai regardé, je l'ai meme dévisagé, tourné autour, pris en main... pour finalement le snober! je suis retourné auprès de mon amoureux et là nous avons énormement discutés... Il faut savoir que lorsque nous prenons ce genre de decision, la rechute est un element qu'il ne faut pas mette de coté! j'en sais quelque chose car j'ai fait deux tentatives auparavant.. Et si je l'avais fumé cette cigarette lors de cette fameuse soirée? serait-ce pour autant que je n'ai aucune volontée? que je suis faible? NON! il faut arreter de s'auto dénigrer, ou bien dénigrer ceux qui ont justement craqué! ce que je peux juste dire à l'heure ou je pianote mais quelques ressentis, et ça avec tout mon coeur et toute ma certitude c'est que l'on peut y arriver! même si cela est très très difficile et nous parait insurmontable, ou peut y arriver!! Garder en tête que si nous avons pu tenir jusquà maintenant, les jours d'après sont possible! Je me dit en me levant chaque matin que jour après jour est une victoire; Je ne veux plus me projetter en me disant "je ne serai jamais plus fumeuse" NON mais bien, "aujourd'hui je ne vais pas fumer" jai bien réussi hier... à petit pas... et à mon rythme surtout! Je sais bien que chaque méthode est differente, j'apporte juste là juste mon humble temoignage, s'il peut aider quelqun, quelque part... moi je continue activement à venir lire les votres. Merci à ce forum qui m'aide enormement et qui est une vraie béquille au quotidien pour moi, et merci à vous de vous livrer comme vous le faites, car je sais que ce n'est pas evident de se raconter comme ça sur notre combat, nos rechutes, nos difficultés... à très vite j'espère. Bien à vous tous, toutes, Cécile"

papa (27 ans) - Nationalité francaise - 16 décembre 2009
"hello, c est à l approche de 19 mois d arret que je poste ce mail pour encourager ts ceu qui hesitent, tous ceux qui n y croient plus et tt ceux qui regardent tristement leur cigarette allumée au reveil ou encore celle qu on fume ds la voiture et qui impregne les cheveux et les vetements d une atroce odeur de tabac froid. Ok c est vrai y a celle d apres les repas, ok y a celle avec la petite bière en sortant du bureau ms je vous assure, je vous jure qu un jour, au bout de plusieurs mois, presque un an pour moi, un jour on se rend compte qu en fait l apero ou le café après le repas, il est 100 fois meilleur sans cigarette. ne vous laissez pas prendre par l illusion de la nicotine. c est vrai c est dur, très dur mais chaque jour est une victoire et un jour, vous verrez, un déclic se produit et là vs savez que désormais vous ne fumerez plus. du tout. Parceque ca a été dur et que vous ne voulez pas revivre ca et puis surtout parceque sans tabac c est difficile à croire mais on est vraiment mieux, plus heureux et je dirais meme... plus intelligent. Bon courage à tous. une ex fumeuse qui pensait qu elle serait la seule à fumer tte sa vie."
Catégories associées:

Mireille (55 ans) - Nationalité française - 25 mai 2009
"Bonjour, J'ai arrêté de fumer le 20 avril 2009, 15 jours avant je me patchais mais quand je passais devant un bureau de tabac je m'arrrêtais, j'enlevais mon patch, j'arrivais en en fumer 10 par jour. j'ai commencé à ma patcher car mon cardiologue m'avait envoyé une lettre un samedi, week-end gaché, qu'il fallait que j'aille voir mon médecin rapidement et qu'il me donne des médicaments pour fludifier le sang et que je prenne rendez vous sur Tours ou Orléans pour une coronarographi, que je ne fasse pas d'effort et que je me repose au maximum donc arrêt de travail J'ai été angoissée au maximum je ne dormais plus en attendant mon rendez-vous j'avais la trouille au ventre. Donc à la coranographie ils n'ont rien trouvé mais j'ai 6 facteurs à risque pour faire un infractus. J'ai continué à fumer tout en me patchant. Puis je suis allée voir mon néphrologue car j'ai un problème aux 2 reins, il avait le compte rendu de Tours, il m'a dit si vous continuez à fumer vous serez dialysée à 65 ans, je lui est répondu certainement pas car ma mère est dialysée tous les 2 jours c'est l'horreur aussi bon se foutre en l'air. A ce moment cela m'a fait un déclic car j'ai 3 petites filles en bas âge et j'ai envie de les voir grandir. Donc depuis le 20/04/09 je suis patchée je suce des nicopass cela revient aussi cher que les clopes mais ce n'est pas grave je ferais des économies après. Et au bout de 15 jours d'arrêt je suis allée faire ne séance d'hypnose qui m'a fait beaucoup de bien, Elle m'a dit qu'une séance serait assez puisque j'avais arrêté mais si toutefois il m'en fallait une deuxième il fallait que je la rappelle, mais cela va le plus dur ce sont les 3 premières semaines à chaque fois que je passais devant un tabac je freinais mais je me disais file ton chemin ma fille maintenant cela va mieux je n'y fait plus attention malgré que j'ai encore des envies de fumer Mais il faut que j'y arrive absolument pour ma santé et pour ma famille. Je veux voir grandir mes petites filles. Et j'ai vu mon père mourir d'un cancer de la gorge en 2004 tout le temps qu'il a était hospitalisé j'allais le faire manger des petits pots de gelée c'est horrible. Il y a avait des jours ou j'avais envie de le débrancher heureusement que j'avais mes frères et soeurs pour me retenir car il a réussi à rentrer 2 mois chez lui, tout en nous disant qu'il était foutu, mais comme il avait le coeur malade une artère a éclaté en pleine nuit il n' a pas souffert mais il m'avait dit sur son lit d'hôpital Mireille arrête de fumer et je n'ai pas pu. En 2007 j'ai eu un grave accident de la route, j'ai eu la colonne vertébrale de touchée j'ai été 3 mois sur un lit à l'hôpital patchée evidemment, je suis resortie avec un gros corset et comme je suis seule, il fallait que je marche beaucoup donc tout les jours je passais devant le tabac, j'ai tenu 15 jours et je me suis arrêtée, je n'aurais pas du,je pense que cette fois ci c'est la bonne et je remercie aussi stop-tabac qui m'aide énormément. Je vous souhaite à tous et à toutes bon courage tout le monde peut y arriver. "

Anonyme (42 ans) - Nationalité francaise - 14 avril 2009
"Après plus de 20 ans en compagnie de cette béquille, je me suis demandé si un jour je réussirai à vivre sans elle et oui elle me procurai tant de plaisir, mais les jours, les mois, les années défilent et on se rend compte que finalement ce plaisir n'était qu'illusion et que notre corps en souffrait, plus trop envie de sport, plus envie de nous attarder chez les amis non fumeurs, plus de convivialité et je me suis posé cette question comment avant d'avoir cette amie à mes cotés je vivais? et là tout à coup moi qui était malade à l'idée de ne pas avoir suffisamment de cigarette pour finir la soirée me suis projeté à des moment de ma vie ou j'étais non fumeuse et j'ai ressentie immédiatement un bien-être immmense m'envahir et me suis dis tu peux vivre sans tabac cette fumée ne t'est pas vitale, et là oui là moi hyper angoissé par nature j'ai décidé de vivre sans elle sans aucun regret, et surtout sans avoir dans la tête à faire le deuil de moment de plaisir. je fumais plus d'1 paquet par jour, et je vends des cigarettes toute la journée. bonne chance à tous et si je suis ex fumeuse depuis 7 mois je me sens pousser des ailes depuis, sport alimentation plus équilibrée, et en prime perte de poids alors vous pouvez tous sans exception le faire. à bientot. merci à ce site qui m'a tant aidée. "

katty (37 ans) - Nationalité belge - 21 2011
"j'ai 37 ans et j'ai arrêté de fumer le 1er janvier 2009 (depuis 2 ans et demi). Les 6 premiers mois ont été très dures (psychologiquement) car c'est là qu'on est le plus susceptible de craquer. Mes motivations : 1. ma petite fille (6 ans aujourd'hui). Et si la cigarette avait ma peau, que lui arriverait-il ? Elle serait malheureuse ! Je ne la verrai jamais grandir, s'épanouir ! Quelles conséquences désastreuses aurait ma mort sur sa vie ? non ! je veux être là le plus tard possible pour elle. 2. Ma santé et la santé de ma fille sont influencé par ce tabac : rhume, bronchite, .... depuis l'arrêt du tabac, ce n'est plus qu'un souvenir ! c'est vrai que j'ai pris 8 kilos mais je m'en fiche car je me sens bien. 3. l'argent : 120 euros par mois (environ) ! Sacré budget qui part en fumé. Stop ! je garde mes sous. le pire, c'est que cela fait deux ans et demi que j'ai arrêté mais que l'épée de damoclès est toujours au dessus de ma tête car il faut 15 ans pour revenir aux conditions de santé d'une personne qui ne fume pas !! le risque de cancer est toujours là ... A tous les jeunes : ne commencez jamais ! Fuyez la cigarette comme la peste ! Une mort lente et douloureuse vous attend ! Ne gâcher pas votre vie, ne la laisser pas partir en fumée. A tous les fumeurs : pensez à ceux qui vous entoure et qui vous aime. Ne les rendez pas triste, ne faites pas l'erreur de laisser la cigarette diriger votre vie ! Reprenez le contrôle ! Tout le monde en est capable ! Je fumais 50 cigarettes par jour ... A tous les ex fumeurs : je fais partie de votre catégorie et je sais que le combat n'est jamais gagné à 100% mais je sais que nous avons pris une bonne décision et même si nous sommes encore à risque pendant quelques années, ce risque diminue jour après jour ... nous n'avons qu'une vie ne la gâchons pas. ma méthode : - se fixer une date où on commence le sevrage (pendant ce temps on se prépare psychologiquement) - on prévient tout son entourage (les encouragements sont hyper importants). - les premiers jours sont dures, mais ma philosophie est la suivante et elle m'a permis de tenir bon et de prendre le dessus : un jour : j'y suis arrivée ! deux jour : j'ai trop souffert hier pour craquer aujourd'hui ! trois jours : trop d'efforts fournit pour craquer je tiens chaque jour est une victoire avec des moments qui sont dures mais chaque moments difficiles surmontés nous rend beaucoup plus forts. il m'a fallu 6 mois pour me rendre compte un jour que c'était le premier jour où je n'avais pas pensé une seule fois à fumer ! quand cela vous arrive, croyez moi vous êtes fières ! Je ne peux évidemment pas dire "plus jamais" mais j'ai vraiment bon espoir ! On peut tous y arriver!"

Françoise (54 ans) - 12 mars 2008
"Bonjour à tous. Je lis les témoignages sur les problèmes sexuels. Curieusement seuls les hommes ont écrit dans cette rubrique pourtant à moins que je ne sois particulière je suis une femmes et je rencontre également une absence de désir. Mon partenaire (non fumeur) est très gourmand mais les années passent et de plus en plus les excuses se multiplient, maux divers, toujours une tache à faire pour aller me coucher le plus tard possible. Parfois le désir me traverse l'esprit....malheureusement il ne s'arrête pas....un éclair et plus rien. Difficile de se sentir vraiment femme dans de telles conditions, bien sur avec l'âge me direz-vous ! NON!! pas d'accord il y a des couples plus âgés, non , fumeur pour qui le désir reste très fort quand il y a une bonne entente. La tendresse, la complicité, me manquent chaque jour de plus en plus et je me sens parfois très seule. J'ai déjà fait des tentatives d'arrêt et ce qui m'avait marqué c'est qu'en quelques semaines je retrouvais le désir de lui plaire et d'aller vers lui. L'an dernier à 3 jours des cent jours un problème familial un peu trop lourd, j'ai craqué, je ne suis pas arrivée à me relancer rapidement et depuis tous les problèmes liés au tabac m'empoisonnent la vie: l'odeur dans l'appartement, la voiture, les vêtements, l'argent dépensé inutilement, etc....vous connaissez bien les inconvenient MAIS plus encore mon compagnon que j'enfume, qui ne supporte plus mes excuses bidons pour nous je prépare à nouveau un arrêt car je ne tiens pas à le perdre et on s'entend si bien, la cigarette ne nous sépare pas et sans elle bien d'autres problèmes qui me font perdre foi en l'avenir (parce qu'elle m'empêche d'avoir les idées bien claire) vont devenir simples et ma vie sera heureuse comme elle l'a été l'an dernier avant ggggrrr mieux vaut ne plus en parler."

maminoune (60 ans) - Nationalité francaise - 30 octobre 2009
"maminoune, 60 ans, 45 ans de cigarettes, + d'un paquet par jour Arrêt le: 03/02/2007 : 1000 jours Economies : 5747 Euros, si, si , YES!!! j'ai acheté du parfum,(beaucoup); j'ai voyagé surtout, j'ai gâté mes petits enfants, encore et encore...etc etc... 22988 cigarettes de poison mortel en moins dans mon corps, mon coeur, mes artères, mes poumons, ma gorge, ma bouche, mon cerveau............. je sens bon, enfin ! (mes petits fils adorés me le disent tous les jours, mon mari aussi, mes amies(s)... je Respire,j'hume avec bonheur le bon air de mes montagnes, je ne tousse plus DU TOUT, je ne crache plus (élégant!!) bon j'ai un peu grossis, mais j'suis une gourmande alors, une gourmande de la vie, "une ré-animée" à la vie. Eh !, vous savez le truc qui m'a aidée était de me dire tout simplement à chaque instant, c'est FACILE, j'ai une aide - le patch - : ton papa chéri qui n'est plus, lui n'en avait pas et, et...il n'est plus là. Je suis persuadée qu'on nous imprègne la tête d'une soi-disant difficulté à s'arrêter,j'suis têtue, j'ai voulu penser le contraire, non mais !! dites donc c'est que cela leur rapporte gros aux cigarettiers, non ?, voudraient-ils notre mort ? on pourrait le croire !! courage,tenez bon, ou foncez, on va pas se laisser faire !!, non mais !! qu'en dites vous, c'est nous qui décidons, pas vrai ?? bien à vous une libérée, HEUREUSE de s'être libérée de cette s.......e et pourtant j'ai de méga soucis. "

Anonyme (35 ans) - 29 septembre 2009
"Quelqu'un me bat! Quelqu'un me donne des coups! Des coups de pieds, des coups de poings, des grandes claques dans la figure ! Ses coups de pieds me laissent des hématomes ! Ses coups de poings me font tomber les dents ! J'ai la langue toujours gonflée et pâteuse ! Ses grandes claques dans la figure m'abîment la peau, j'ai toujours des traces grises autour des yeux ! Parfois je saigne du nez. Ca me coupe le souffle ! Je suis estomaquée, ça me déclenche de grandes toux. En plus, il est tellement désagréable et répugnant que certaines personnes m'évitent... Et ce quelqu'un me bat souvent ! Tous les jours ! Dès le réveil! Pas le temps de finir mon café! Paf! Prend-ça! Je vais travailler tranquille en voiture? Blam! Un grand coup de pied! 10, 20 fois par jour ! Sans raison ! Je n'ai plus d'énergie... Et ce n'est pas tout ! Il m'extorque de l'argent ! Depuis tout ce temps, ça fait des sommes colossales... Ce quelqu'un, ce salaud qui me frappe et m'abîme, c'est moi. Chaque cigarette que j'allume, c'est comme si je me donnais un grand coup de pied. Tout bien réfléchit, ce n'est pas très utile. "
Catégories associées:

CORINNE (49 ans) - 10 janvier 2009
"Voilà déjà 10 jours que je commence à respirer par grandes inspirations et quelques paquets de chewings gum, des litres d'eau et ça roule ....j'ai même repris le sport à p'tites doses peut être mais tranquille, tout le monde me félicite de mon teint on me demande si je reviens de vacances EH NON !!! j'ai arreté de fumer et j'ai perdu 2 kg EH OUI!!! donc pour résumer mon ancienne vie de pollueuse, j'ai commencé à 15 ans par une ou deux clopes et j'ai terminé à 49 ans à 30 clopes!!!!!!!!!!!! et en plus mon mari m'a suivi dans ma bataille...donc pour les indécis le plus dur j'vous l'assure c'est les 3 premiers jours après c'est juste une question de volonté ET SURTOUT QUAND C'EST LE MOMENT...NE LE RATEZ PAS bon courage à tous et à toutes"

Carole (31 ans) - Nationalité Française - 06 mai 2005
"Bonjour à tous, je suis ex fumeuse depuis octobre dernier et je voudrais dire à ceux qui ne fument pas, ne commencez jamais, vous ne connaissez pas votre bonheur ! quel bien être de ne plus fumer, de se lever le matin sans avoir la tête comme une citrouille, de mieux respirer, de ne plus tousser etc. et quel bonheur aussi pour le porte monnaie ! Essayez juste une journée de ne pas fumer, vous verrez que le lendemain matin, vous vous sentirez déjà beaucoup mieux, et ne croyez pas quand ça ne va pas qu'une cigarette vous remontera le moral, c'est complètement faux ! au contraire vous vous faites encore plus de mal Je suis contente d'avoir trouvé ce site, les divers témoignages ne donnent pas envie de recommencer, alors je vous en supplie NE COMMENCEZ JAMAIS A FUMER, c'est une drogue qui fait très mal ! Bon courage à tous.."

Caroline (46 ans) - Nationalité Française - 18 octobre 2008
"Samedi 18 octobre: lundi, cela fera 2 semaines que j'ai arrêté de fumer depuis... 2 semaines, ridicule pour les non-fumeurs, mais félicitée chaque fois que je croise un ancien fumeur ou un fumeur encore hésitant. Dire que c'est difficile, non, il suffit de plus entrer dans un bureau de tabac, de ne plus porter à sa bouche ce tube tant chéri autrefois et basta ! Non ,la difficulté, c'est de CONTINUER A ARRETER DE FUMER !!! De ne pas pleurer toute la journée, de ne plus pouvoir faire de pause, de redouter les soirées avec les amis (fumeurs ou non): Le paradoxe, c'est que je ne supporte pas les encouragements des non-fumeurs qui ont 2 ou 3 mots gentils et qui passent à autre chose: il faut serrer les dents et faire comme si tout allait bien alors que je ne pense qu'à ça, que le reste m'est complètement égal : peu m'importe les vacances de fin d'année, les projets en famille, les pots avec les collègues de travail, le soleil dehors, tout m'est indifférent, voire pénible. Plus les gens sont heureux autour de moi, plus j'ai envie de les fuir. J'ai du mal à envisager que cela me sera plus facile dans quelques semaines, mais il faut l'admettre : je n'ai plus le choix : 46 ans, 32 ans de tabac, si je continue, je vais droit dans le mur, si le mal n'est pas déjà fait... "

Marie (42 ans) - 05 mars 2007
"J'ai fumé entre 18 et 35 ans environ un paquet par jour. Bêtement. Pour l'an 2000 j'ai décidé de ne plus fumer dans la journée notamment au travail. Ma consommation s'en est trouvée réduite de moitié. Puis certains hivers, écoeurée par l'odeur dans ma maison, j'ai totalement arrêté. Pour reprendre au printemps. Bêtement. Voilà deux mois que j'ai ré-arrêté et je ne sais pas pourquoi mais il me semble que c'est définitif. Je n'ai plus envie de me faire du mal. Je me suis mise à la course à pieds, ça me fait un bien fou. J'apprécie mes parfums et mes crèmes comme jamais. Je me sens nettement moins fatiguée, beaucoup plus fraîche, beaucoup plus sereine aussi. Cesser de fumer est une longue entreprise. J'ai du acquérir une certaine maturité et la forte envie de me respecter moi-même, enfin. Cesser de fumer n'enlève rien. C'est fumer qui enlève tout. La chose qui me surprend toujours autant c'est ce temps que je gagne chaque jour à ne plus fumer ! J'ai récupéré du temps pour moi... Je vous souhaite, à vous qui me lisez, de réussir très vite à vous trouver dans le même état d'esprit que celui dans lequel je suis aujourd'hui. Pensez à vous faire du bien. Soignez votre corps, aimez le, choyez le : il vous le rendra. "

Nathalie (33 ans) - 26 avril 2001
" J'ai fumé pendant 13 ans! Trois paquets de cigarettes par jour. Je vous laisse faire le calcul et tout ce que mes poumons ont dégustés pendant tout ce temps! L'idée d'arrêter m'avait effleuré mais je cherchais toujours des excuses. C'était bon pour les autres. C'était trop difficile. Et puis, pour arrêter de fumer, il faut avoir de la volonté que je n'avais pas! Et puis un jour, hé bien, un membre de ma famille est décédé en 10 jours d'un cancer foudroyant des poumons. Là, ce fût "la claque". Fumer pour mourir. Se payer des cloques pour agoniser. Non merci; j'aime trop la vie pour continuer. Du jour au lendemain, je n'ai plus touché une seule cigarette. le message était clair pour moi:"Tu continues de fumer et la prochaine boîte qu'on mets en terre, c'est la tienne et toi dedans." Ca n'a pas été facile mais je ne regrette pas mon choix. La seule chose que je regrette, c'est qu'il a fallu qu'un des miens s'en aille pour que cela m'ouvre enfin les yeux sur les méfaits du tabac. Chacun est libre de savoir ce qu'il veut faire de sa vie mais pour moi, la liberté, c'est de n'avoir plus besoin d'allumer une clope, le matin au saut du lit. Bonne chance à tout ceux qui veulent arrêter. Ca vaut vraiment la peine. "

Emilie (25 ans) - 31 mars 2008
"Bonjour, Dans deux jours ça fera trois mois que j'ai arrêté de fumer. C'est très dur car j'ai l'impression d'avoir tous les effets secondaires ! Je dors très mal, je fais des cauchemards horribles par période. Je suis souvent déprimée, j'ai parfois envie de pleurer sans savoir pourquoi et en plus j'ai pris 5 kgs. Le poids n'est pas ce qui m'inquiète le plus. Ce sont mes gros coups de blues qui me font peur, du coup j'ai des montées d'angoisses assez importantes par moment et c'est désagréable. Cependant, bien que parfois j'ai l'impression que j'étais "mieux "quand je fumais, je suis super contente de tenir le coup et je ne veux pas retomber. J'ai mâcher deux ou trois chewing gum au début et puis plus rien, seulement la volonté. Je fumais entre 10 et 15 cigarettes par jours. J'ai lu beaucoup de témoignage sur ce site qui me permette de relativiser. Je pense que tous ces désagrément, dont la déprime vont disparaitrent peu à peu, cependant je n'ai aucune idée du temps que ça va prendre. Je voulais savoir au bout de combien de mois les personnes qui ont vécu les mêmes symptômes se sont sentis mieux. Mon médecin me dit que ça ira mieux entre 6 mois et un an. Qu'en pensez vous ? Merci d'avance à toutes et à tous pour vos réponses. Amicalement, Emilie"

Valérie (37 ans) - Nationalité Belge - 05 mars 2007
"Bonjour à tous! Je vais être franche avec vous! Ca fait 20 ans que je fume. Cela fait plusieures années que je me dis que je vais arrêter. Depuis un mois, je suis bien décidée mais je reporte sans arrêt. La semaine dernière, je suis restée environ 24h sans fumer. J'étais fière, un exploit, moindre petite contrariété et hop une clope! Il n'y a vraiment pas lieu d'être fière! J'en ai quand même tiré une leçon.. En fumant, je n'éprouvais aucun plaisir à le faire. J'ai arrêté et je me suis inventé un plaisir intense à fumer... On se voile la face!! Le site m'a demandé de donner une date d'arrêt. Au hasard, j'ai dit le 5. On y est et ce matin, je me suis dit c'est pas pour une. Une dernière. J'en ai fumé quatre!!!!!! Je suis allée voir mes mails, puis mon calendrier puis ma page et enfin, les témoignages. Ceux des fumeurs et des ex-fumeurs bien évidemment!!! Encore se voiler la face!!! Je suis alors tombée sur le témoignage d'un monsieur qui explique qu'il a lu l'histoire de Carine (fumeur malade) et qu'elle l'a aidé à stoper net. Je voulais à tout prix éviter ce genre de témoignage mais ce monsieur m'a convaincu d'ouvrir les yeux et d'accepter l'inacceptable. J'ai lu le témoignage de Carine et aussi de Marion. J'ai pleuré!! Ma vie ressemble tellement à la leur. Je me suis imaginée dans leur peau, je ne peux pas supporter!!! Je suis séparée et j'ai une petite fille de 4 ans (son père ne vient plus la voir depuis 2 ans) et elle n'a plus que moi... Je ne peux pas imaginer un instant la laisser seule! Hier soir, elle m'a dit qu'elle n'aimait pas me voir fumer une cigarette. Elle est plus que ma vie et une cigarette ne gâchera pas cette amour! J'ai dit que j'arrêtais aujourd'hui. Et bien voilà, en espérant que ce ne soit pas trop tard! Je m'en vais sans tarder tout jeter! Je remercie Carine et sa fille, Marion et ses deux enfants, à qui je fais mes excuses les plus sincères car je me sens mal d'utiliser leur malheur et vous Christophe qui m'avez ouvert les yeux...Que vos routes soit belle! "

Marie (30 ans) - Nationalité française - 16 septembre 2005
"J'ai 30 ans et je fume depuis l'âge de 14 ans. J'ai tout de suite commencé à 1 paquet par jour. Cela fait donc 16 ans que je fume soit : - 5 840 paquets - 116 800 cigarettes - 20 440 dépensé (moyenne de 3.50 avec les hausse) J'ai une petite fille , et lors de ma grossesse et de mon allaitement j'ai tenté d'arrêter mais sans succès. j'ai bien sûr diminuer, mais aujourd'hui Emma à 5 ans est elle pèse 16 kg!! un petit poid plume qui est en grande parti dû à ma consommation de tabac. Je suis séparé du papa de ma fille, elle réside en garde alternée. Mon ex a refait sa vie, certe avec quelqu un de très bien mais lors de ma dernière visite chez le médecin pour une bronchites asthmatiformes (la 4ème en dix mois!) mon généraliste a eu ces mots "tu ne passeras pas les quarantes ans, tu as perdu ta maman à 9 ans, et bien Emma perdra la sienne à 15 ans!" Cela fait 2 jours que j'ai arrêter de fumer, je n'ai qu'une seule chose en tête, et on peux dire que c'est ma méthode pour l'arrêt du tabac : JE VEUX QUE CA SOIT MOI QUI AIDE MA FILLE A METTRE SA ROBE DE MARIEE ET non pas l'ami du papa d'Emma, je veux tenir ses enfants dans mes bras. Je veux vivre. POUR MOURIR VIEUX VIVONS INTELLIGEMMENT Marie "

CHRISTINE (56 ans) - Nationalité SUISSE - 13 mai 2005
"J'ai réussi ! Cela fera bientôt trois ans et je sais que plus jamais je ne toucherais à la cigarette ! Comment et surtout pourquoi je n'avais pas compris quel engrenage malsain est la cigarette. Oui, on y arrive mais pas toujours du premier coup et il ne faut pas se culpabiliser : notre subconscient travaille jusqu'au déclic final. Il faut fixer des dates pour arrêter et si ce n'est pas la bonne, recommencer et acheter plein de choses (homéopathie, chewing-gum, bâtons de réglisse) tout pour nous aider à franchir le cap (acupuncture) et même quelques charlatans ! Il faut le dire autour de soi, la fierté est parfois une grande aide.... Lire les témoignages; sur ce site et sur d'autres; aide à se prendre en main. Courage à tous ceux qui sont sur le point d'arrêter et sachez que la vie est bien ++++ belle sans nicotine ! Christine "

Marie (36 ans) - Nationalité Française - 30 septembre 2015
"Je suis une idiote. Après 15 ans de tabagisme (20 à 30 cigarettes par jour les 10 dernières années) j'avais fini par arrêter : c'était le jour de mes 30 ans, à la dure sans substitut. Ça n'avait pas été facile tous les jours, je m'étais pris de plein fouet la "dépression" des 3 mois, la crise des 6 mois, les 5 kilos en plus... Mais j'avais réussi, perdu les kilos et perdu aussi finalement toute forme d'intérêt pour la cigarette. Cette petite sensation qu'il "manque quelque chose" dans les bons moments, ce qui a été le plus long à partir pour moi, avait fini par disparaître. J'avais réussi à gérer non seulement le quotidien mais aussi l'exceptionnel (déménagement, changement de boulot, examens, crises conjugales ...) sans cigarette et sans regret de la cigarette, consciente que les choses n'aurait pas été différentes avec elle que sans. Et puis alors que plus de 4 années étaient passées, un jour de crise, face à une situation d'extrême colère/désarroi/souffrance, envie de hurler, de casser tout ce qui me tombait sous la main, besoin de faire quelque chose, n'importe quoi, pour que ça cesse, j'ai eu cette pensée stupide : autrefois quand je ne savais pas faire face à une situation je fumais une cigarette. Ma coloc était fumeuse, elles étaient juste là, à côté de moi. J'en ai fumé une. Le goût était parfaitement dégueulasse mais ça m'a fait un bien pas croyable, ce bon vieux petit shoot d'endorphine direct dans le cerveau, cette sensation si familière, si intime, cette impression d'être redevenue moi même alors que j'étais perdue, de pouvoir reprendre le contrôle de mes sensations. Une seule. Et puis une ou deux par-ci par là dans les semaines qui ont suivi. Trop bien, maintenant j'arrive à gérer ma consommation. Et puis 2 mois après j'avais repris mon rythme de croisière : 20, 25, 30 cigarettes par jour. Quand j'ai repris j'étais très mal depuis plusieurs mois : divorce, en pleine crise existentielle, en perte de repères, j'étais très fragilisée. Je pense que cohabiter avec cette amie fumeuse n'a pas du aider non plus, ce n'est pas qu'elle me tentait, mais depuis plusieurs mois je respirais sa fumée, ça a du réintroduire un peu de nicotine dans mon corps, et puis les cigarettes étaient juste là sous mon nez, peut-être que sinon je n'aurais pas eu l'idée, je me serai contentée de casser toute la vaisselle ou de vider une bouteille de whisky, mais elles étaient là... et une seule cigarette a suffi pour refaire de moi une fumeuse. Très vite, j'ai réessayé d'arrêter de fumer, quasiment toutes les semaines je commençais mon lundi avec de bonnes résolutions et dès la pause déjeuner j'étais au bureau de tabac en train d'acheter des clopes. J'étais capable de m'abstenir une soirée, un week-end, mais d'y renoncer définitivement non. Et, en moyenne, je fumais encore plus qu'avant. Même avec 2 patch à 21 mg j'avais envie de fumer. Cela fait maintenant plus de 20 mois. Il y a 15 jours j'ai profité de mon anniversaire, 36 ans maintenant, pour retenter un sevrage, une dizaine de jours sous patch, sans rien depuis. C'est dur, j'essaie de me rappeler que je peux le faire, que je l'ai déjà fait, que la souffrance passera, même la souffrance psychologique. Mais il faut surtout se rappeler qu'on est toujours vulnérable, toujours un fumeur abstinent, jamais à l'abri. "
Catégories associées:

Anonyme (28 ans) - 09 février 2007
"bonjour je suis fumeuses depuis plus de dix ans jusqu a maintenant cela ne me deranger pas j ai trois enfants et a cause de moi mes enfants sont ashmatiques il ne pourront jamais connaitre une vie normale surtout le petit dernier qui as six mois et le moindre effort lui et tres penible a leur d aujourd hui j arrete de fumer mais il est trop tard. j aurai aimee que quelqu un me disse ce qui m attender quand on voit ces parents fumer on pense que ces bien mais non je voulais juste vous dire ne fumer pas si vous ne le faites pas pour vous penser a vos futur enfants je sais de quoi je parles alors soiaient fort et ressister."

Geneviève (42 ans) - Nationalité Suisse - 13 juin 2005
"Le 17 mai dernier restera longtemps un jour précieux... J'ai mis à exécution une idée qui me poursuivait depuis pas mal de temps: arrêter de fumer! 26 ans d'esclavagisme à plus de 2 paquets par jours, je n'y crois encore pas moi- même! J'ai beaucoup lu, parlé avec des gens qui avaient déjà fait le pas, certains avec réussite, d'autres pas. Je me suis attachée au site de Stop-Tabac (sur lequel je remercie tous les collaborateurs, docteurs, personnes encourageantes et infatiguables) qui m'a été d'une grande aide, et qui me le sera encore certainement longtemps. Je me suis inscrite au concours de Letitbe, et j'avais arrêté la date du 31 mai... pour être vraiment prête à jouer le jeu le 6 juin.... Et le déclic est venu avant! Pourquoi attendre le 31 ou le 6 ou attendre tout simplement? Il me fallait un jour me lancer! Alors je me suis couchée fumeuse le 16 mai au soir, et levée ex-fumeuse le lendemain. Et le suis restée depuis 27 jours... C'est rien 27 jours, mais c'est déjà tout ça de pris...j'y crois chaque jour un peu plus.... J'ai demandé conseil à mon médecin (merci à lui aussi), je mets des patchs,je mâche de temps en temps, et je tiens le coup... Je ne ressens rien de vraiment dur dans ce que je viens de faire... Je pensais que ce serait bien plus compliqué, plus astreignant, que j'allais grimper les murs et abattre tout mon entourage par mauvaise humeur.... Et bien non!(ou alors est-ce un effet à retardement que tout celà?)J'ai une certitude en tout cas: si on est tellement sûr que cette démarche est difficile, c'est parce qu'on nous le rabâche... Lavage de cerveau pour que l'on soit le moins nombreux possible à arrêter ? Financièrement parlant, ma théorie tient, non, tant pour les fabriquants que pour l'Etat? Alors je vous encourage toutes et tous à ne pas croire n'importe quoi, à tenter votre propre expérience en étant moralement prêts et sûrs de vous... JE VOUS ASSURE, JE NE TROUVE PAS CA SI IMPOSSIBLE !!!! "
Catégories associées:

Valérie (39 ans) - Nationalité Française - 05 octobre 2012
"Bonjour, Moi j'ai commencé vers 15-16 ans. Aujourd'hui j'en ai 39, et après plusieurs tentatives d'arrêt, là aujourd'hui je sais que c'est la bonne. J'entame mon 5ème jour de sevrage, et je n'éprouve aucun symptôme de manque, ou presque. Tout est dans la tête. Je veux voir mes enfants grandir encore et aller bien. Ces multinationales qui ont fait du pognon sur notre dos mériteraient d'être trainées en justice par toutes ces victimes que nous sommes... Mais la meilleure réponse à leur donner est peut-être notre totale abstinence..."

Kathy (35 ans) - 06 octobre 2011
"Ça fait 3 jours que j'ai arrêté de fumer et je me sens de mieux en mieux... l'odeur n'est plus incrustée dans mes cheveux, dans mes habits, mon haleine est fraîche, je respire à plein nez....je savoure ces nouvelles sensations ou plutôt ces sensations retrouvées... que j'avais oublié!!! C'est ça mes nouvelles sensations quotidiennes!!! Je déguste des bonbons à la menthe avec plaisir... je n'ai plus honte de parler à des personnes trop près de moi et de leur imposer mon haleine de cendrier macérée... j'ai l'impression de ne plus voir la vie en gris... je deviens plus positive, plus en confiance... la peau de mon visage respire à nouveau et mon teint s'éclaircit... Je ne suis pas prise de stress à l'idée de rentrer chez moi et n'avoir plus de cigarette pour la soirée et mon départ au boulot le lendemain.... je regarde un bon film sans stress de me dire il faut que je fasse une pause pour aller fumer... en bref je me sens enfin libre de vivre l'instant présent !!!!! sans que la petite voix de la dépendance me rappelle à l'ordre de prendre 5 minutes pour m'intoxiquer en plus... alors que je sens au fils des années les dégâts dans ma gorge, dans mon nez, sur la peau de mon visage... et tous les dégâts que je ne vois pas à l'intérieur de mon corps... Je me sens à présent libre sans boulets.....et j'espère et souhaite que ces sensations perdurent.....enfin!!!! car je le veux vraiment, fumer est un faux plaisir, une perte d'énergie et d'argent...."

katia (40 ans) - Nationalité Québécoise - 06 septembre 2010
"WOW!!! Un peu plus d'un an que je n'ai pas fumé. Toute une libération, je me sens plus libre et effectivement plus besoin de vérifier si j'ai assez de cigarettes, de planifier la prochaine dans un lieu publique, de chercher mon briquet etc..etc... C'est la liberté comme je vous le disais et de plus je respire mieux. J'ai commencé à fumer à 16 ans donc 23 ans de tabagiste avec une moyenne de 12 cigarettes par jour. Les derniers années, je réfléchissais à mon futur arrêt mais j'avais toutes sortes de raisons pour reporter l'échéance. Finalement l'année dernière, j'ai débuté mes vacances avec une bonne bouteille de vin rouge entre amis donc j'ai fumé plus de cigarettes et le lendemain pas vraiment le goût de fumer car mon corps était saturé de nicotine, pour réaliser 48 heures plus tard que je n'avais pas fumé. Vous comprenez donc que j'ai arrêté le tabac par hasard mais qu'ensuite j'ai pris la décision de poursuivre.Dans un premier temps, je me suis dis O.K. une journée de plus à la fois sans cigarettes pour finalement me dire au bout de 5 jours O.K. Ma Belle tu prends la décision d'arrêter. WOW! la peur je vous dis pas. Surtout la peur de ne pas y arriver, d'échouer et là je me suis dis trouvons des photos de fumeur malade sur internet pour me faire peur et je suis tombée sur ce magnifique site. J'ai lu pendant plusieurs heures et plusieur jours des témoignages qui m'ont beaucoup aidé et rassuré car s'était la première fois que je cessais de fumer et je me demandais quel est la meilleure méthode. La réponse est votre méthode car c'est différent pour chacun. Personnellement, le livre d'Allen Carr (Arrêter de fumer c'est facile) a été un outil extraordinaire pour moi et je l'ai découvert grâce aux témoignages de ce site. M. Carr m'a permis de normaliser mon sentiment de facilité face à l'arrêt du tabac. ET OUI!!! j'ai trouvé facile de cesser la cigarette et je me demandais pourquoi je n'avais pas cessé avant. Naturellement, j'ai eu et j'ai toujours des "rushs", des envis de fumer mais je l'accepte et ça passe. Je me dis que j'aurais toujours ces envis mais elles diminues, elles sont généralement moins fortes et ça me rappèle à quel point je suis heureuse de ma décision. Je crois que c'est plus facile pour moi car c'est ma décision, c'est pour moi que je le fais et cela me procure une grande fierté. J'accepte que je n'aurai plus ce sentiment illusoire de bien-être en fumant, je dis illusoire car j'ai compris que fumer une cigarette calmait mon manque de nicotine dans mon corps. La preuve pour moi est que lorsque je voulais fumer une deuxième cigarette de suite je n'y arrivais pas, elle n'étais pas bonne. De plus, je me suis rappelée mes premières cigarettes enfant, elles goûtaient vraiment mauvaises car je n'avais pas un besoin de nicotine à calmer dans mon corps. J'ai cessé aussi d'avoir continuellement des sécrétions dans la gorge surtout le matin. De plus, j'ai constaté que la cigarettes en plus d'avoir des effets sur ma santé elle avait des effets sur mes humeurs. Lorsque je fumais moins ou pas j'étais plus "Down". Elle a du pouvoir la petite c'est incroyable!!!! Mon odorat est meilleur, je respire mieux et mon poids est le même. Avant de cesser de fumer, je nageais et marchais déjà régulièrement, je crois que l'activité physique aide à éliminer plus vite la nicotine et à régénérer le corps. De toute façon, d'aller marcher dans la forêt en me félicitant, en réfléchissant m'a fait beaucoup de bien et m'a permis de comprendre à quoi servait la cigarette pour moi et pourquoi je ne voulais plus quelle soit dans ma vie. Depuis longtemps je voulais témoigner sur ce site avec l'espoir que mon expérience pourrait aider, redonner un peu l'aide que j'ai puisé ici. Depuis 6 mois, j'ai une collègue de travaille qui a cessé de fumer et elle dit que je l'ai inspiré et ma petite maman a diminué drastiquement sa consommation de cigarettes après mon arrêt. Merci à vous tous et à ce site. "
Catégories associées:

Madeleine (63 ans) - Nationalité Canadienne - 22 décembre 2009
"Bonjour ! Avec l'argent que je gagnais en gardant de jeunes enfants, je me suis acheté des paquets de cigarettes d'un tabac assez fort pour que ça goûte, c'était important que ça goûte fort... Il me tardait d'être grande, de devenir enfin grande, celle que l'on compte parmi les adultes. J'ai ainsi fumé pour donner l'image d'une grande personne de mes 14 à mes 21 ans. J'ai cessé de fumer sans support pharmacologique, par la méthode de réduction progressive, en gageant ma réussite contre une semaine de salaire, en gageant, donc, avec mon père qui m'a, effectivement versé une semaine de son salaire pour ma victoire. Ma victoire a duré de mes 21 à mes 42 ans. À 42 ans, dans le cadre d'un temps de travail-études, inquiétée pour un détail de la vie quotidienne, j'ai reçu l'offre d'un collègue de fumer une cigarette pour faire tomber ma nervosité, mon anxiété. J'ai pris le temps de réfléchir... me disant que ce n'était pas "une" cigarette qui viendrait à bout de mes 21 ans d'abstinence. J'ai accepté cette cigarette. Elle avait mauvais goût, très mauvais goût... elle me donnait la nausée, elle m'étourdissait... et pourtant, pourtant, je l'ai fumée quand même et ce, jusqu'au bout... par orgueil, je crois. Le lendemain, je quêtais deux cigarettes, le surlendemain, trois... et au bout de la semaine, j'achetais mon paquet. Le tabac acheté n'était jamais assez fort... jusqu'à je trouve un fort beau paquet (John Player Special, aux lettres embossées et dorées sur fond noir profond). J'avais trouvé le mien... Et trouvé aussi, par la même occasion, une rechute qui perdure depuis 21 ans. Je compte cesser de fumer d'ici le 5 janvier 2010. Mon fils me souhaite bonne chance quand je lui partage mon désir d'abandonner la cigarette... m'avouant que lui, il ne sera jamais capable d'arrêter... et pourtant, il n'est pas un gros fumeur..., pas plus qu'un fumeur compulsif à certaines heures de son quotidien. Son père n'était pas fumeur et je ne peux m'empêcher de penser que j'aie pu avoir une influence dans le début de son habitude de fumer. Je me console en me disant que je l'ai porté, allaité 22 mois, vu grandir pendant quatre ans sans fumée active ni secondaire. C'est toujours ça de pris... Ma fille est devenue non fumeuse depuis plusieurs années maintenant. Elle ne vient jamais me voir, elle n'entre pas dans mon appartement parce que ça sent trop la fumée. Si elle doit me remettre quelque chose, si elle a affaire à moi en personne, elle me demande de sortir sur le balcon arrière et nous nous y rencontrons, peu importe le temps qu'il fait dehors (fort vent, pluie ou neige). Elle aussi a vécu ses premières 17 années avec moi sans fumée active ni secondaire en permanence. Nous avions, mon partenaire et moi, qu'un ami fumeur... et encore, pas compulsif. Je vis seule depuis bientôt 20 ans. Mes enfants sont en couples. J'ai une chatte et ses deux chatons de huit mois qui vivent avec moi. Je veux leur donner un environnement plus sai. J'en ai perdu deux en raison de problèmes respiratoires... Et je veux me donner à moi-même la chance de vivre ce qu'il me restera à vivre en meilleure santé. Je veux vivre jusqu'à 100 ans au moins car la vie peut encore m'apprendre plein de choses au fil du temps. Ma mère, jamais fumeuse... mais fumeuse de la fumée secondaire de mon père fumeur..., aura bientôt 91 ans. J'ai donc l'hérédité de mon bord... Je me souhaite longue vie sans cigarette pour la gâcher. Je souhaite à toutes les personnes qui veulent arrêter de fumer de trouver autour d'elles le support psychologique requis pour réussir à vaincre cette forte dépendance..., car c'en est une, il faut d'abord se l'avouer franchement pour cheminer vers le succès... un peu comme un alcoolique qui, l'ayant reconnue, sait qu'il ne doit plus jamais retoucher à la bouteille si tentante parfois... Joyeuses Fêtes à tous et toutes et Heureuse Année 2010 !!! Madeleine"
Catégories associées:

tigresse (40 ans) - Nationalité française - 27 janvier 2005
"j'ai arrété de fumer sans trop de difficultés grâce au livre d'Allen Carr "La méthode simple pour en finir avec la cigarette". Ce n'était pas ma première tentative mais je crois que c'est la dernière. La méthode d'Allen Carr consiste en une prise de conscience que le tabac n'apporte RIEN de positif, bien au contraire. Une fois que cette prise de conscience s'est opérée, fumer parait absurde et on se rend compte que le fameux manque est psychologique à 90%. Et comme fumer n'apporte rien, pas besoin de compensation quelle qu'elle soit puisqu'il n'y a rien à compenser. Le livre coute le prix d'un paquet de cigarettes en France et je ne peux que le conseiller à tous les fumeurs. "

sabrina (28 ans) - Nationalité française - 18 avril 2013
"Bonjour, 2 ans dans 1 mois que j'ai arrêté de fumer !!!!! vous vous rendez-compte du chemin parcouru !! je n'en crois pas mes yeux, et pourtant, c'est possible. Cela parait difficile au début et puis finalement, les jours passent , les semaines aussi, puis les mois, et enfin 1 année, 2 années ... De mon côté, avec du recul, je me dis que j'aurai du arrêter plus tôt car finalement, ce n'est pas insurmontable d'arrêter la cigarette, juste un mentale d'acier et le tour est joué. Je ne dis pas que l'envie ne reviens pas, c'est faux, de temps en temps, mon corps me dis : allez, vas y, juste une petite clope, lors d'un coup dur de la vie ou lors d'une soirée... mais ma motivation reste et pourquoi recommencer au bout de 2 ans ? il n'y a plus d'interet !! je revis depuis que j'ai arréter. Plus de stress (car la clope fait stresser contrairement à ce que l'on peut penser), beaucoup plus d'odorat, plus de soirée passer sur le trottoir dehors, en plein froid .... si vous me lisez et que vous etes en train d'arrêter ou bien que vous y songé, allez-y, jetez vous à l'eau, et tenez bon, ce ne sont que quelques mois à passer, quelques colères de plus, quelques kilos en plus (pour ma part : 4 kg), quelques doutes, pour finalement être fière de soi. N'est ce pas cela le plus important ? etre fière de soi-même ? Pour ma part, je sui fière de moi-même . Sur ce, j'espère que vous serait à ma place bientôt en écrivant et en racontant vos 2 ans d'arrêt alors je vous dis, à bientôt et croyez-y, vous verrez, le monstre pour arrêter cette cigarette, ce n'est que vous-même !!!! "

Anonyme (45 ans) - Nationalité française - 08 janvier 2013
"Cela fait 30 ans que je fumes, 30 ans que je pense être mieux chaque fois que j'en consomme une, 30 ans que je me ment, 30 ans que je pense avoir plus de style avec une clope à la main, 30 ans qu'elle est ma meilleure amie dans les moments difficile, 30 ans qu'elle est ma plus grande ennemie, 30 ans que je bousille ma vie, 30 ans que je ne respire plus, 30 ans que je ne sent plus l'odeur de la vie de la nature. Depuis 4 jours enfin je retrouve un peu de tous cela mais c'est dur car elle se rappelle à moi à tous moment. Toi que j'ai cru être ma meilleure amie, ma compagne fidèle de tous les jours. Je te quitte, je te renie et serais plus forte que toi. "
Catégories associées:

Anonyme (43 ans) - 30 novembre 2012
"Dimanche dernier mon mari, 43 ans a fait un infarctus. Gros fumeur depuis l'age de 15 ans, il n'a jamais eu envie d'arrêter la cigarette, contrairement à moi, qui tente régulièrement de me sevrer. J'étais convaincue qu'un jour le pépin nous tomberait dessus, mais comme beaucoup nous faisions l'autruche....Voilà c'est arrivé, devant les yeux effarés de nos enfants : smur, hélicoptère, intervention en urgence et soins intensifs. Par chance, ce n'était pas son heure, il est hors de danger aujourd'hui. Le cardiologue est formel, tous les patients entre 40 et 50 ans présentant ce problème sont des fumeurs ! je n'ai pas refumé une cigarette depuis dimanche, nous ne refumerons pas j'en suis convaincue, de toute façon nous n'avons plus le choix. Je ne veux plus revoir le visage désemparé de mes enfants. De quel droit peut on leur infliger ça ? En espérant que tous ces témoignages motivent l'arrêt avant la catastrophe."

sab (28 ans) - 23 juin 2012
"Voici un an et un mois que j'ai arretais de fumer!!!!!! Je ne pensais pas un jour dire ceci. J'ai arréter de fumer pour mon fils qui avait eu 1 an. Je ne voulais pas qu'il est le souvenir de sa mère avec une cigarette à la main. Je trouve qu'une maman qui fume, ça ne donne pas une bonne image. J'ai donc utiliser les patchs pendant 2 mois 1/2 puis un beau jour, j'ai abandonné, je me suis dis c'est trop dur!!!!! J'ai fumer à nouveau pendant 15 jours puis mon fils me regarde et me dis qu'est ce que c'est que ça ???? Alors là arret brusque à nouveau. Remotivation total. Je remet des patchs pendant 3 semaines puis oublie une journée. Je me dis que si je tiens une journée sans patch, je peut en tenir 2, 3, 4.... ça y est plus de patch. Certains jours n'ont pas été évidant je ne le cache pas. Je regardais mon fils et hop, l'envie s'en va. J'ai pris 3 - 4 kilos mais c'est pas grave. Je tiens à préciser que son père fume toujours actuellement mais que si la volonté et là rien ne peut vous empêcher d'arréter de fumer. Quand on n'est vraiment prêt à arréter de fumer, C'est un état d'esprit non une obligation. J'ai beaucoup observer les gens qui fumais pendant mon arrêt. Je ne me voyais pas du tout comme ça. Toujours en train de sortir pour fumer pendant un repas, à être seule sur le trottoir avec sa super amie la cigarette, toujours stressée par le manque, l'envie... Prenez 2 personnes du même âge. Une personne fumeuse et une non fumeuse. Je vois maintenant sur la personne fumeuse une personne qui s'éteint elle même à petit feu, exactement comme une cigarette. Je n'envie plus les gens qui fument, au contraire,la fumée me dérange, je trouve qu'ils se tuent un peu plus chaque jour. J'ai voulu avoir un enfant pour passer le plus de temps possible avec lui et non pour raccourcir nos jours passé ensemble. Mon fils a été le déclic. Trouvez le votre et vous verrez, votre arrêt se passera très bien. J'aimerai vous dire à vous qui aller arrêter ou qui ont arrêter que c'est la meilleure chose que vous pouvez faire pour vous même, non pas pour les autres mais pour vous. Ce n'est pas un combat qui se partage, c'est personnel. Moi j'ai arrêter et j'en suis fière. Aujourd'hui, 1 an et 1 mois plus tard, je me sens libre, heureuse. Je ne dis pas que l'envie ne reviens jamais. Si bien sûr, un coup au moral, une journée fatigante... Mais qu'elle est le vrai problème qui pourrai me faire basculer à nouveau? C'est MOI et rien que MOI. On dis souvent que l'on a repris la cigarette parce qu'il est arrivé tel ou tel truc mais personne n'a mis de cigarette dans la bouche de personne n'est ce pas ? Moi, j'ai confiance en moi. J'espère que son père (qui ne croyais pas en mon arrêt) lira mon message. Quand à vous qui me lisez, bienvenue au pays des noms fumeurs !!!!! "

Laura (33 ans) - Nationalité Belge - 14 juin 2007
"J'ai commencé à fumer assez bêtement, sur le tard, alors que j'étais déjà à l'université... Cela coïncide avec le moment où j'ai commencé à éprouver de terribles crises d'angoisses qui, avec les années, se sont muées en dépressions anxieuses à répétition... Hypocondriaque, j'étais perpétuellement certaine d'avoir une tumeur. Cela ne m'empêchait pas de continuer à cloper de plus en plus sévère, malgré les restrictions que je tentais de m'imposer. Mes dépressions chroniques n'étaient pas dues à la clope, selon moi...Puis mon père est mort d'un cancer bronchique, dû au tabac. Jamais personne n'a osé énoncer devant moi la réalité: mon père est mort parce qu'il fumait comme un sapeur! Ma mère attribue toujours sa mort à un mal-être, dû à de mauvaises expériences de sa petite enfance. Selon elle, le cigare qui était en permanence rivé à ses lèvres n'a rien à voir dans cette histoire... J'ai alors décidé de réduire la cigarette: pas de clope avant 16h00. Si les débuts ont été durs, je me suis considérée comme heureuse durant des années, pensant que j'alliais plaisir et santé en procédant de la sorte... Je savais pourtant bien, aux tréfonds de mon être, que je vivais un enfer, articulant toutes mes journées autour de l'heure fatidique et évitant nombre d'activités sociales avant cette heure. J'ai enfin arrêté, depuis 7 mois aujourd'hui! Je ne suis plus malheureuse, je n'ai plus peur, je ne suis plus déprimée, je retrouve mes poumons, je fais du sport alors que j'avais arrêté depuis des années de peur d'être confrontée à mon souffle déficient, je me sens libre, je peux faire des projets à long terme sans avoir peur de mourir à tout instant, mon coup de blues de 17h00 a disparu, je suis plus énergique, je me lève le matin, j'ai plus de fric alors que j'ai toujours pensé que ma "petite" consommation était sans influence sur mon budget, j'ai à nouveau confiance en moi... Bref, je revis!!! Mon seul regret est d'avoir réduit ma consommation pendant 8 ans. En effet, chaque cigarette m'ayant délivrée d'un long et douloureux sevrage pendant ces années, je pense encore parfois, dans des moments de faiblesse, que fumer était un plaisir!!!! Ma seule hantise est de recommencer, ma vie est tellement meilleure maintenant. J'insiste aussi sur le fait que je n'ai pas grossi!!! C'était pourtant la raison pour laquelle je craignais le plus d'arrêter. Je n'étais pas non plus très motivée lors de l'arrêt mais je me suis fait aider (tabacologue + plan des 5 jours + nicorettes pour me rassurer par rapport à la prise de poids, mais je n'en avais pas besoin + lectures diverses genre Allen Carr + beaucoup de sport car j'aime cela) => la motivation est venue d'elle-même, en même temps que tous ces bienfaits... Je me doutais de l'éventualité de ces résultats positifs en cas d'arrêt, mais la vérité est que ma toxicomanie m'empêchait de voir la réalité en face: fumer a appauvri ma vie, m'a miné le moral et la santé... J'ai l'impression tout de même que l'arrêt m'a été particulièrement bénéfique en raison de ma personnalité anxieuse.. A méditer pour ceux qui sont dans mon cas, et je suis sûre qu'ils sont nombreux..."

MONICA (25 ans) - Nationalité Française - 13 octobre 2006
"Salut à tous, bein.. moi j'ai arrêté il y a 2 jours, c'est la première fois que j'arrête vraiment, je fumais depuis l'âge de 13 ans, autour de moi beaucoup de proches sont partis, d'autres ont été ou sont malades à cause de la cigarette? certainement, mon frère (37 ans) par exemple fumait 1 paquet par jour environ, il a cru a une angine, et puis au bout de 3 semaines 1 mois il décide de consulter car sa voix était de + en + cassée et la le verdict tombe, "Cancer de la corde vocale gauche du a la cigarette sans aucun doute" et puis petit à petit il a commencé à perdre sa voix il parlait comme un petit vieux de 95 ans, et souvent on ne comprenait pas ce qu'il disait mais nous n'osions pas lui dire, bien entendu lorqu'il a apprit la nouvelle il s'est arrêté net. Moi j'étais malheureuse mais je n'y arrivais pas, et puis il y a quelques semaines j'ai décider d'arrêter mais VRAIMENT. Cette fois, j'en ai marre de prendre des risques pour ma santé, de sentir la cigarette en permanence, de fumer devant mon frère qui à tant souffert de me culpabiliser en me disant que des gens non fumeurs meurent de cancers des poumons de la gorge ect... et moi rien, aujourd'hui c'est dur mais ce qui m'encourage c'est de savoir qu'on m'a laissé une chance de garder mon frère auprès de moi et sans aucunes séquelles ce qui aurait pu ne pas être le cas.Il a eu un traitement lourd mais il va très bien aujourd'hui mais marqué à vie. 2 jours ce n'est rien mais cette nuit (je suis au travail) j'ai lu des témoignages douloureux, et vraiment ça m'aide énormément. De plus je veux faire un BB et il est hors de question qu'on me voit enceinte avec une cigarette à la bouche, ce serait vraiment trop malsain. J'espère que je vais tenir le plus longtemps possible. Vos messages de soutien sont les bienvenus merci!!"
Catégories associées:

Zara (29 ans) - Nationalité portugaise - 26 janvier 2006
"Bonjour à tous, j'en ai encore les larmes aux yeux, émue par certains témoignages surtout celui de Magali, maman d'une petite Mélodie née prématuremment... Je fume un paquet depuis l'âge de 16 ans, j'ai une petite fille de 5 ans Dieu merci en bonne santé, je ne me suis pas arrêtée pendant la grossesse, elle est née à 37 semaines donc juste à temps pour ne pas être considérére prématurée et pesait 2550Kg pour 46cm, donc un petit bébé, elle était heureusement en bonne santé, mais quand elle est sortie de mon ventre j'ai vu comme une sorte de souffrance dans son visage, je fumais jusqu'à 10 cig par jour. Aujourd'hui c'est une petite fille merveilleuse mais je peux dire merci à cette salopperie de cloppe pour les otites que ma fille a assez souvent... JE suis enceinte de 41/2 mois et j'ai fumé jusqu'à il y a 10 jours, j'ai décidé de ne plus empoisonner ni mon bébé qui n'a pas demander à venir au monde, ni mon corps que je détruis à petits feux... Hier trop enervée après une dispute, j'ai pris une saleté de cloppe, beurk je n'étais franchement pas fière de moi, puis ce matin j'ai brûlé le paquet avec GRAND plaisir et en larmes, ce morceau de mort qui accompagne tous les fumeurs où qu'ils aillent... C'est terminé, fini, je ne veux plus empoisonner mon bébé ni courir le risque de voir mes enfants un jour me rendre visite à l'hôpital dans le service de cancérologie .... je veux respirer l'air pur et ne plus avoir ce mal de tête qui m'envaissait à chaque cigarette que je fumais, je me sens mieux et me demande tous les jours comment j'ai fais pour fumer pendant 13 ans, 20 cigarettes par jour !!!!!!!! Non, pas 20 cigarettes, mais les 20 cloups de nos futurs cercueils si nous n'arrêtons pas ... Il faut savoir que de toute façon, tôt ou tard forcément nous aurons quelque chose de grave lié à ce monstre qui nous ronge continuellement... NE NOUS DETRUISONS PLUS !! SOYONS LIBRES ! LA VIE EST DEJA PLEINE DE MAUVAISES SURPRISE DONC NE LAISSONS PAS LA PORTE OUVERTE A CE CONCENTRE DE POISON QUE NOUS INHALONS TOUS LES JOURS PENDANT DES ANNEES ! COURAGE A TOUS ET BRAVO D'AVANCE !"

Anonyme (25 ans) - Nationalité suisse - 03 décembre 2002
"J'ai subi le tabagisme passif durant près de 4 ans sur mon lieu de travail. Nous étions 4 personnes (dont le patron) dans le bureau et j'étais la seule à ne pas fumer. Malgré mes efforts pour sensibiliser le bureau à ma gêne, personne ne faisait attention à mon statut de non-fumeur. Je rentrais tous les soirs avec des habits sentant le tabac et je commencais à perdre mon souffle durant mes activités sportives (course, vélo, natation, montagne, ski) et toux persitante au long de l'année. N'ayant jamais fumé, je trouve scandaleux et intolérable de ressentir ces effets néfastes. Voilà 2 mois à peine que j'ai changé de travail (si la fumée n'est pas le critère principal de mon congé,il a joué un rôle non négligeable dans ma décision). Aujourd'hui, je me retrouve dans un cadre totalement non- fumeur et je ressens déjà une amélioration de ma toux et de mon souffle. Sans parler du plaisir de ne plus sentir le tabac froid en rentrant chez moi. Je pense qu'il est nécessaire de sensibiliser les entreprises privées et surtout les petites entreprises à ce problème. J'ai vécu un calvaire il faudrait que d'autres ne souffrent plus de ce problème. Merci de nous permettre de nous exprimer."
Catégories associées:

Juliet (62 ans) - Nationalité Française - 11 novembre 2016
"Étant atteinte de BPCO,emphysème pulmonaire,maladie coronarienne et artérielle depuis des années,j'etais incapable d'arrêter la cigarette. Et je ne voulais pas arrêter. J'ai fait récemment une grosse extinction de voix,soignée aux corticoïdes en inhalation. Cela m'a décidé à m'arrêter. Pour ce faire,je suis passée à la vape,après avoir diminué drastiquement ma consommation de cigarettes,ce qui est beaucoup plus facile en en fumant que la moitié. Il y a une semaine,le 4 Novembre,j'ai commencé à vaper en arrêtant complètement la cigarette. Je me suis acheté un vapoteur avec un boîtier électronique réglable,et un e-liquide à 12 de nicotine. Je n'ai plus du tout envie de fumer,le vapotage me calmé très vite dès que j'ai une envie de fumer. Aucun effet secondaire n'est à déplorer. Je me sens déjà beaucoup mieux. J'avais essayé autrefois avec des timbres et des chewing-gums à la nicotine,mais cela me donnait des malaises désagréables,des nausées fréquentes et des crises d'angoisse et de dépression. Avec la vape,j'ai eu un malaise d'angoisse qui est passé très vite. Vu mon état de santé,il est hors de question que je refume du tabac,et je suis certaine que je vais tenir grâce à la vape. Je diminuerai le dosage de nicotine de l'e-liquide très progressivement dans l'espoir de pouvoir arrêter aussi de vapoter,mais ce n'est pas encore à l'ordre du jour. Surtout ne pas aller trop vite ! J'encourage vraiment les gros fumeurs à passer à la vape : bien dosé,ce produit donne autant - voire plus - de plaisir que les cigarettes. J'ai obtenu un goût proche de la cigarette,la vapeur est abondante,avec un bon réglage et un bon e-produit à votre goût,c'est le succès assuré. En cas d'envie de cigarette,avec la vape,ça passe tout de suite. Bon courage à ceux qui désirent arrêter,il y a moyen de réussir à tout âge,en se faisant plaisir grâce au vapotage. Merci. "
Catégories associées:

Anonyme (49 ans) - Nationalité Française - 08 novembre 2016
"Bonjour à tous, Je ne vais pas être originale en vous disant que j'ai commencé à fumer pour faire comme les copines. Au début je crapotais, longtemps, puis un jour une copine bien intentionnée m'a dit : "mais enfin, tu jettes l'argent par les fenêtres en avalant pas la fumée", puis elle m'a montrée comment faire, j'avais 14 ans et jusqu'ici y a un an, je n'ai jamais arrêté. L'an dernier à la même époque, j'ai fait une décompensation, je me suis retrouvée en réanimation ou j'ai failli perdre la vie. Cela faisait quelques années que j'étais suivi par un pneumologue pour un asthme, sauf qu'en réalité j'ai un emphysème, un déficit en alpha 1 anti-tripsine, un poumon presque mort et l'autre qui commence à se détériorer. Aujourd'hui cela fait un an que je suis sous corticoïde au long cours, j'ai pris 18 kg, un double menton, un ventre énorme, de la cellulite de partout, bref, je ne peux plus me regarder dans le miroir. Du fait de ma dyspnée je ne peux presque plus rien faire, je suis en arrêt de travail, je suis enfermée chez moi où la journée je ne vois personne, je déprime complet. J'en suis là parce que durant prés de 35 ans, j'ai fumé. Je ne pouvais pas boire un café, téléphoner, être avec des amis, faire un apéro ou me lever le matin sans allumer une cigarette. Le déclic, c'est mon passage en réanimation qui me l'a donné. Quand on vous dit que vous avez risqué la mort et que de continuer à fumer vous y conduira surement à la prochaine décompensation, je vous garantie que ça vaut tout les patchs et nicorettes du monde. Alors si j'ai un conseil à vous donner : NE COMMENCEZ JAMAIS A FUMER...."

Corinne (47 ans) - Nationalité française - 03 juin 2010
"1 fumeur sur 2 va mourir; 4 fois plus de femmes vont mourir du tabac. Alors STOP ! Ce sera ma 3 ème tentative mais je n'ai jamais baissé les bras et cela devient plus facile maintenant de m'arreter, chaque fois l'erreur a été de croire que reprendre une cigarette ce n'est rien (on se croit tellement plus malin !!) , et l'engrenage reprend ! Mais cette fois mon fils de 9 ans a pleuré quand j'ai repris en Mars, il m'a dit qu'il ne voulait pas me perdre sa maman, et pour la fête des mères , il a écrit qu'il voulait garder sa maman le plus longtemps possible. Cette fois, il faut vaincre cet ennemi et avec mon ami le Champix nous nous y employons. La plus grande difficulté a été de decider du jour J. Mais maintenant quel bonheur j'ai l'impression d'être une HEROÏNE ! mon mari fume et justement cela me motive car il m'envie et combien de fumeur envie l'ex-fumeur qui a réussi là ou ils échouent. Et avec l'argent économisé je m'offre des séances de massage, de déténte. Ce n'est pas un drame c'est un renouveau."
Catégories associées:

Marie (30 ans ans) - 27 octobre 2009
"Bonjour à tous J'ajoute ma petite pierre à l'édifice commun... Je fume depuis l'âge de 15ans, peu au début, puis 20 cigarettes par jour pendant 10 ans puis 30 ces dernières années, plus même en soirée. J'ai tenté d'arrêter 6 fois, tenu au maximum 3 mois mais avec des craquages divers. Cette fois-ci, c'est mon 31e jour sans la moindre petite bouffée. J'ai décidé d'arrêter "sans rien", mais en me préparant pas mal psychologiquement à l'avance, en particulier j'ai arrêté le lendemain de mes 30 ans. C'était pour moi très symbolique : j'ai 30 ans, dont 15 de tabagie, cela suffit, il est temps de tourner la page. Sur le site on conseille beaucoup les substituts, cela fonctionne peut-être pour certains mais pour moi ça n'a pas vraiment été le cas précédemment, où j'avais employé des patchs. En fait, la nicotine disparait très vite du corps, il me semble que prendre des patchs "l'entretient", sans apporter de solution à la dépendance psychologique. En ce qui me concerne, j'ai eu très peu de crises de manque compulsif, pas de perte de sommeil, d'hyper irritabilité, de crises d'angoisses... ce que je n'arrive pas à gérer d'habitude c'est le "deuil" de la cigarette, l'idée de me passer de cette compagne, traitresse mais fidèle. Cela me rend triste et léthargique. De manière générale je n'ai pas changé de vie. Certaines choses se feront sans doute petit à petit (comme le sport pour éliminer les kilos en trop!!!), mais je pense que faire semblant de devenir une autre personne du jour au lendemain ne m'aurait pas aidée. Ce que je veux c'est ne plus m'asphyxier, pas changer d'identité ! Alors ne plus sortir, ne plus voir mes potes fumeurs, ne plus boire de café ou d'alcool, se nourrir exclusivement de carottes râpées bio, faire 2h de fitness par jour et adhérer à 4 associations, euh bof... Je crois que dans mon cas c'était le meilleur moyen pour tout envoyer balader au bout de 10 jours. Comme j'ai fait les autres fois. Arrêter de fumer, modifier cette habitude si profondément ancrée dans le moindre de nos gestes depuis tant d'années est déjà très destructurant. Pas la peine d'en rajouter dans la perte de repères. Aujourd'hui après un mois, j'avoue ne pas avoir résolu mon problème de nostalgie, j'essaie seulement de ne pas y penser, de rester abstinente au jour le jour - et je ne nie pas tous les avantages hygiéniques, sociaux, économiques, esthétiques, psychologiques,..., qu'il y a à ne plus fumer, bien au contraire! Je me dis aussi qu'avec le temps cela finira par disparaitre, que cette tristesse est factice, une simple manipulation de mon cerveau qui veut sa drogue. En attendant, abstinence totale, la moindre cigarette serait fatale, comme je l'ai déjà largement expérimenté par le passé. Bon courage à vous tous ... je ne sais pas si j'ai pu être utile à quelqu'un mais de mon côté, vos témoignages et le site en général m'aident beaucoup! Merci"
Catégories associées:

mireille (55 ans) - Nationalité française - 14 mai 2009
"J'ai vu mon père décé en 2004 d'un cancer de la gorge tous le jour j'allais le faire manger à la clinique (des petits pots de gelée) c'était horrible comment il souffrait et à ce moment là il m'a dit d'arrêter de fumer, mais je ne pouvais pas, pourtant de voir sa souffrance j'avais envie de le débrancher.Depuis 2005 j'ai des proplèmes de santé, je fumais un paquet voir un et demi, j'ai les reins malades, le néphrologue m'avait conseillé d'arrêter les cigarettes mais je ne pouvais pas, cette année j'avais mal dans le poitrine, le cardiologue ma fait un syntigraphie et m'a envoyé passer une coronaographe, elle m'a dit vous pouvez faire un infractus, pour vous dire il a fallu 15 jours pour avoir le rendez-vous, j'ai passe ces 15 jours à ne pas dormir, je m'étais patchée, j'enlevais le patch pour fumer environ 10 par jours, même en étant revenue de mes examens car je n'avais rien aux coronaires mais le professeur m'a dit d'arrêter le tabagisme car j'ai 6 facteurs pour faire un infarctus. voici 15 jours je suis allée voir mon néphrologue qui avait le coompte rendu, il m'en a remis une couche,si je n'arrête pas de fumer je suis dialysée à 65 ans tous les 2 jours, tout mes pas cela c'est une horreur la dialyse et que ferais-je de ma retraite. Là cela a été le plus dur, donc je suis patchée, je suce des nicopass et après 15 jours d'arrêt comme les envies étaient fortes je me suis fais faire une séance d'hypnose qui m'aide. Elle m'a dit qu'une séance me suffirait car j'avais arrêter depuis 15 jours mais au pire elle peut m'en refaire une. J'ai arrêter de fumer le 20/05/09 cela a été très dur, mais je commence à me sentir mieux, j'y pense moins et l'envie se passe. De plus je suis aidée par deux sites sur internet, cela aide beaucoup. Je veux y arriver car je veux voir grandir mes petites filles qui me disaient tout le temps que je puer la clope. Penser à vous et à votre entourage "

anne (32 ans) - 22 mars 2007
"32 ans, 3 enfants, je travaille dans une clinique, mon père est décédé d'un cancer du poumon il y 10 ans, 3 grands frères tous fumeurs et moi fumeuse depuis 17 années ......plusieurs tentatives d'arret, zyban, patch ..... Et là 23 jours, oui 23 jours sans tabac, oui il y a 23 jours j'ai accouché de mon troisième enfant, j'ai fumé pendant cette grossesse comme pendant les autres d'ailleurs .... malgré les angoisses et la culpabilité ... d'ailleurs pour se rassurer y'a toujours les copines toutes fumeuses qui sont toujours là pour vous déculpabiliser "oui moi aussi j'ai fumé pendant mes grossesses t'inquiète pas regarde x ou y il mesure 1 m 90 il est en parfaite santé...." bien sur j'ai limité les cigarettes ... et pour les autres me suis cachée, j'ai mangé des tonnes de bonbons pour masquer les odeurs, j'ai caché les mégots, pretexté mille raisons pour faire des courses ou autres pour pouvoir juste avoir 5 minutes de tête à tête avec ma cigarette ... j'ai eu de la chance mes enfants sont tous nés à terme de très beaux bébés de plus de 3kg 500 mais toutes ces maladies bronchiolites, bronchites, exzema .....sont dues à quoi ???? je le sais .... Alors pour ce petit bout de 23 jours que je tiens là dans mes bras j'ai décidé de grandir un peu dans ma tête et de cesser d'être égoiste, je l'ai empoisonné pendant 9 mois, maintenant je l'allaite et lui donne le meilleur de moi même.... Je ne vois encore trop de bénéfice à l'arret du tabac hormis vis à vis de mes enfants ... je suis encore très déprimée mais tout autant déterminée ... il faut que j'y arrive cette fois ci .... il faut que j'y arrive .... c'est dur ... quel poison ......mais il le faut ..... "

Amandine (29 ans) - Nationalité FR - 05 février 2007
"J+8.... Cela parait énorme et en même temps si peu... Comment en suis je arrivée là ? a écrire un message sur un forum pour dire " ça y est! j'ai arrêté !". Comment peut on arriver à ce point, ce point où cette dépendance devient un vrai combat... Comment peut on être aussi accrocher à cette fumée, ce cône au gout amer... Quant on y pense c'est tout de même une abération. Comme vous tous, ou du moins beaucoup d'entre vous j'ai commencé à l'adolescence ( en me forçant pour faire comme tout le monde!)comme vous tous, je suis tombée dans ce piège diabolique, comme vous tous j'ai associé des évenements de ma vie à cette " saloperie", comme vous tous j'aime ces associations, comme vous tous je pensais passer à travers les gouttes des maladies, comme certains d'entre vous les naissances ne m'ont pas fait arrêter cette machiavelique habitude... Et puis soudain, une lumière, un déclic, un je ne sais quoi d'illumination ! Non, pas la peur de la maladie, non pas le coût, pas le parfum ni les dires de chacuns... Soudain la rage, la rage de dire : " je suis plus forte que ça !"... Ce combat c'est le mien, il n'appartient qu'à moi et moi seule, il est un vrai défi surement un des plus beau que j'ai pu mener jusqu'à lors, le defi pour la liberté, la délivrance, le bien être,pour être plus en phase avec moi, il est de tous les instants pour le moment mais je vais l'apaiser, bientôt il sera plus doux et un jour il ne sera qu'un vieux souvenir, celui de l'époque où je mettais ma vie en danger... Cette époque est révolue, ce combat c'est sûrement le votre aujourd"hui alors courage... et on dit que parfois la victoire est amère, je me plais à croire que pour le coup ça sera tout l'inverse... "
Catégories associées:

Muriel (45 ans) - Nationalité BELGE - 22 avril 2010
"Le 12 mars, mon ex mari, père de ma fille de 10 ans, est diagnostiqué ... "cancer des poumons..." Une semaine plus tard, le choc passé, je promets, en la regardant droit dans les yeux à ma petite de ne plus jamais fumer.... Dans ma tête et dans mon cur je lui hurle que je veux rester à ses côtés encore de longues années, si son papa doit s'en aller, sa maman fera en sorte de rester là, plus que jamais... Comme j'avais déjà essayé à plusieurs reprises de m'arrêter, sans aide, j'ai opté cette fois pour les patchs. Je les ai mis une petite dizaine de jours, pour m'en passer maintenant depuis trois semaines à peu près. Je ne veux pas dépendre des patchs ... mais c'est un choix personnel. Je me sens mieux, je respire mieux, ... même si je mange beaucoup, si j'ai quelques accès de boulimie, je veille à ne pas trop exagérer, et ensuite, je prendrai en main un régime plus strict. L'envie est là, encore, elle me "saute dessus" sans prévenir, surtout quand je ne fais rien ... alors je revois les grands yeux bleus de ma vie, et j'y lis la promesse que je lui ai faite ... Et l'envie s'en va, laissant place au grand soulagement et à la fierté d'avoir ENCORE résisté... Mais je sais que toute ma vie je resterai une fumeuse abstinente.... "
Catégories associées:

delphine (38 ans) - Nationalité Francaise - 06 juin 2009
"Voilà plus de 3 ans et demi que je suis non fumeuse. J'ai déjà témoigné içi au bout de mes 6 mois de sevrage; le résultat et trés positif dans le sens où il s'agit pour moi d'une véritable victoire non plus sur le tabac mais sur moi même et mes propres démons. le tabac n'était finalement que le support de mes propres angoisses et une fois que j'ai compris ça , ça a été d'autant plus évident de continuer ce chemin "nature"; que j'étais moi à 100% sans l'addiction au tabac. je me suis découverte nue...sans le para-phobies, sans le para-compulsion, qu'était mon tabagisme... j'ai eu des moments de stress énorme en ne pensant plus du tout à cette béquille (attaques de paniques) : et même si au début de mon sevrage je l'aurai envisagé comme une victoire sur mon addiction, aujourd'hui je l'envisage surtout comme une victoire pour ma confiance en moi... j'ai beaucoup lu sur le sujet du développement personnel, j'ai beaucoup parlé aussi avec des amis fumeurs...j'y ai cru et ça paie... malgré tout cette ancienne addiction reste comme une plaie que je me dois de me garder de la gratter...une cicatrice que je ne dois pas oublier...une humilité que je me dois d'entretenir; côté bien être physique j'ai tellement progressé que ça agit comme un bon conditionnement pour persevérer sur ce chemin...bref j'ai pris goût, je préfère respirer sans filtre... je travaille sur ma maturité émotionnelle, j'apprends à accepter que je ne suis pas un robot qui doit cacher ses émotions : oui j'ai le droit d'être faillible. j'apprends à mesurer la fragilité la vie dont je suis porteuse et ce grâce à mon arret du tabac!!! Bref avec le recul je me rends compte que le tabac entretenait une ANESTHESIE EMOTIONNELLE ET SENSORIELLE... "

NINA (46 ans) - Nationalité Francaise - 09 juin 2007
"Hier soir, j'ai du affronter mon deuxième ennemi lorsque l'on arrete de fumer : L'ALCOOL. En effet, depuis 12 jours, je ne fume plus. J'ai tout essayé, les patchs, les gommes, l'acupuncture, rien n'y a fait, ... Et, moi qui redoutait tant ce grand moment de séparation avec ma grande COPINE, cela a presque été un jeu d'enfant. C'est pas évident, car beaucoup redoute ce moment, l'impression d'abandonner une personne qu'on aimait tant,une confidente puisque nos doigts venaient la chercher dès que l'on se sentait contrarié, qui nous accompagnait toujours, soit dans les bons et les mauvais moment. Une trahison en quelques sorte, presque face à face à une réaction que l'on pourrait avoir envers une personne humaine. Je n'ai pas d'effets secondaires, aucun, si ce n'est que de faire des rêves longs, bizarres, avec des histoires à dormir debout ! Bref, ce n'est pas le plus gênant, mais je n'ai plus vraiment d'envie, j'ai presque l'impression de n'avoir jamais fumé. On oublie ce geste, ces manies, ce rituel, surtout celle du matin et après mes repas. En sorte, je n'ai aucun regret de l'avoir quitté. Mais hier, l'incontournable est arrivé, j'avais des invités pour manger à la maison. Et la peur de boire un apéritif, de papoter, et de machinalement oublier que j'ai arreter de fumer m'a hanté tout au long de la journée. Quelle va être ma réaction ? Si je bois même un peu d'alcool, je perds mes facultés, surtout celle de ne plus fumer .... Une espèce d'envie vous dirai-je, m'a pris, un désir peut etre de se laisser aller et de se dire, allez demain çela sera ne se verra pas. Tu peux meme aller dans la cuisine te cacher, personne ne te verra, puisque la honte pourrait t'emporter car tu l'a dis à tout le monde que tu avais arreter. Tout le monde t'admire, meme ton docteur ta félicité, mais fume personne ne le saura c'est une histoire entre toi et moi. Moi et ma conscience. Et bien, je suis fière de moi, j'ai réussi à la combattre cette punaise, elle ne m'a pas eu commes les autres fois ou j'ai replongé, j'ai tenu bon, j'ai repensé au scanner que je dois faire dans 2 semaines, à mon pneumolgue qui m'a dit, vous avez fumé le quotat qu'il vous était alloué, et la stop ou je ne répond de rien pour la suite, des bronchites qui n'en finissent plus, même sous antibio, perdurent. Enfin, j'ai compris si je veux encore vivre. Faites attention à ces réunions de groupe. Un conseil, restez et conversez avec des non fumeurs, ils vous aideront meme indirectement. Changez d'attitude, parlez des gens qui vous entourent, oubliez que vous êtes un ou une ex- fumeuse, car ne penser qu'à soit, nous fait trop aussi s'apitoyer sur son sort, et cela devient une grosse corvée. Courage à tous qui êtes dans le même cas que moi."

Sandrine (33 ans) - 24 2006
"Bonjour, j'avais témoigné l'année dernière, je venais d'arrêté de fumer. Demain ça vas faire un an jour pour jour que j'ai arrêté et je suis vraiment fière. J'ai eu un cancer de la Tyroide (maladie pas du tout causé par le tabac)sur le moment j'étais soulagé de savoir que c'était pas à cause du Tabac que j'étais malade. Puis j'ai réalisé que ma réaction était vraiment bête, j'attendait quoi? D'avoir une maladie grave pour arrêter de fumer?(le cancer de la Tyroide est un cancer pas Grave qui se soigne très bien). C'est donc une semaine après se diagnostic que j'ai arrêté. Depuis je me suis faite opérer et tout vas vraiment mieux. Je ne panique pas à chaque fois que je tousse à savoir si j'ai un cancer de la gorge. Pour les bronchites pour le moment je n'en est pas eu mais je pense que je risque beaucoup moins d'en avoir. Et au lieu de me dire j'ai peut-être un cancer du poumon, je me dirai : j'ai surement attrapé un virus qui trainait :-) Pour tous ceux qui ont du mal à arrêté je vous dit, le plus dûr c'est de vous en persuader vous croyer perdre quelque chose avec la cigarette et en fait vous aller énormément gagner à arrêter. Sandrine"

Marine (23 ans ans) - Nationalité France - 14 2015
"Bonjour, 4 jours, 4 jours que j'ai mis un taquet au monstre qui me broyait les entrailles. Je fumais depuis mes 15 ans, parce que c'était cool, parce que ça fait grande, parce que maman fume alors bon pourquoi pas moi! et puis ça sent bon, et puis juste une ça ne fait de mal à personne, et puis un paquet de temps en temps ce n'est pas un drame. ah mince je suis à 6 paquet de 30 par semaines, j'arrêterais quand j'aurai le temps, des enfants, 25 ans peut importe. toujours un prétexte du monstre pour ne jamais mettre un terme à ce cycle infernal. et puis un jour tu as la langue qui brûle d'avoir trop fumé, tu fume non plus par envie mais pour rompre l'ennui, tu fumes à te rendre malade parce que c'est tout ce que tu mérites! il y a 4 jours je me suis dégoutée en me voyant petit être pathétique tirant sur son bout de cancer à plein poumon. Mais où était donc passé la jolie jeune fille de 15 ans plus forte que le reste du monde parce que libre d'être ce qu'elle avait choisie! et quand j'ai fumé ma dernière cigarette il y a 4 jours, j'ai eu peur, peur comme jamais dans ma vie, peur de perdre le contrôle, peur de ne pas retrouver le sens. Et pourtant aujourd'hui j'en ri!!! non je retrouve le contrôle, le sens de tout ça et la joie! je l'avait perdu, je m'était éloigné de moi, perdue dans un écran de fumé. alors je vais tenir, pour aujourd'hui, pour demain et pour la vie pour tous ces beaux témoignages parfois triste, mais emplis de la même chose : le droit d'être nous pour de vrai! le bonheur de changer la donne et de dire au reste du monde : heyyy regardez c'est tellement cool d'être non fumeur!! nous on peut écouter la musique jusqu'au bout, profiter d'un film en entier, entendre la fin des blagues et vieillir!!!! a très vite "
Catégories associées:

maminoune (61 ans) - Nationalité francaise - 19 novembre 2010
"me revoilà merci à stoptabac, merci à mon petit fils et l'âge de raison que j'ai acquis, comme lui, le jour de ses 7 ans, j'en avais 59, à tous mes petits enfants, merci à mon entourage en général et merci à moi même surtout, à mon courage, ma ténacité, à ma prise de conscience, à mon choix, à mon désir, pas ma volonté : mon DESIR : j'ai désiré être plus belle, de sentir bon, d'avoir bon goût, j'ai désiré être en meilleure forme, j'ai décidé surtout de me dire que ce n'est pas si difficile de ne plus fumer, j'ai décidé que je n'allais pas continuer à me détruire pour une, des, des milliers de clopes.... 45 ans de cigarettes à consumer ma vie...car c'est trop "con" ...fumer sa vie, . STOP stop voilà 4 ans que je n'ai pas fumé, au moins 10 000 euros d'économisés, j'ai fait de beaux voyages, j'suis légère, légère, et j'ai gâté ma petite famille tellement chérie que je veux voir grandir et aimer encore et encore...à vous de désirer... vous le pouvez et vous le valez bien !!! non ??"
Catégories associées:

Aline (29 ans) - Nationalité France - 30 septembre 2009
"Je suis dans un cycle infernal dont je n'arrive pas à me sortir: J'ai fumé pendant presque dix ans(déjà) un bon paquet par jour, sans avoir l'envie d'arrêter.J'ai alors rencontré mon actuel compagnon il y a un an et demi, qui m'a très vite fait comprendre qu'il ne supporterait pas indéfiniment cette satanée cigarette...celle du matin à peine réveillée, celle du soir juste avant de dormir, celles de la nuit quand je n'arrive pas à dormir, l'odeur de tabac froid sur mes vêtements, dans ma voiture...bref partout! Je n'ai pas tardé à réduire ma consommation: mon bonheur était un puissant facteur de motivation et ma volonté était très arrêtée. J'ai donc arrêté (le premier arrêt...) le 20 juillet 2008. J'ai fait le bilan: bronchites chroniques pendant des années, voix fragile souvent sujette à extinctions de voix ( or, je suis enseignante), rappels à l'ordre de l'ORL, capacité respiratoire altérée quand je fais du sport (en plus j'adore çà...), remarques répétées de mes proches inquiets de ne pas me voir décrocher, disputes avec mon homme anti-tabac à ce sujet.Ca pèse quand même lourd dans la balance... Et pourtant...J'ai repris en novembre 2008 et depuis, ce n'est qu'une succession d'arrêts(je ne les compte plus)et de reprises (où je m'impose un quota: 3 à 5 par jour). J'ai mis en oeuvre toutes les stratégies pour m'aider: patchs, puis gommes à la nicotine, lectures multiples sur le tabac et l'arrêt, sport 3 fois par semaine dans un club etc.Et je n'ai toujours pas rompu avec la clope. Comment trouver les ressources en soi pour arrêter pour de bon? Qu'a-t-il manqué pour que "ça marche"? J'ai une relation d'amour-haine à la cigarette qui est usante à la longue. Elle est celle qui va me donner l'illusion de mieux gérer mes angoisses, elle accompagne les moments de plaisir (en soirée) et de détente: j'ai l'impression que cette amie mortelle me colle à la peau. L'idée de m'en défaire m'est douloureux. Ce n'est pourtant pas une personne, elle ne m'apporte objectivement rien en termes de satisfaction et de bonheur, elle est source de calculs bas et mesquins de ma part, à cause d'elle je fais des arrangements avec ma conscience, encore à cause d'elle je culpabilise, je me déteste trop souvent. La clope gagne plus souvent que moi et ma faiblesse me navre. Le ras-le-bol est réellement là, la peur de faire "sans" est là aussi. à partir de ce samedi 3 octobre, il faudra que ce soit la bonne parce que je n'en peux plus de tout ça."
Catégories associées:

Nadia (43 ans) - Nationalité Française - 20 mai 2008
"J'ai arrêter de fumer depuis un peu plus d'un mois après 27 années de dépendance. Déterminée et fière de moi j'ai l'impression de vivre une nouvelle naissance. Le matin au réveil cette décision importante, vitale me revient en tête et me booste pour accomplir ma journée. Aidée par le patch, pour éviter trop de nervosité et surtout par ce fabuleux site qui me rend moins seule dans ma démarche et m'aide chaque jours je me sens comme une super women. C'est incroyable cette rage pour en finir. Pour ceux qui essayent, le plus important pour se décider et de faire un travail de préparation qui peut durer plusieurs mois. L'idée d'en finir germe et grandit, chaque jour un peu plus. Puis tout s'accélère lorsque rééllement on fait le bilan de toute une vie de tabac, des risques encourues, des différents outils pour nous aider (patchs, sites, forums de discutions, blogs....).C'est le début de la réussite. En ce qui me concerne après avoir gambergé pendant un an, le site a été un détonateur ou plutôt un feu d'artifice. 2008 n'était ni une meilleurs année ni une moins bonne année que les autres, elle est devenue celle de la meilleure décision de ma vie. "

lory (31 ans) - Nationalité française - 07 mai 2007
"Bonjour à tous. J'ai arrété de fumer depuis le 12 avril 2007 au bout de 15 ans de tabagisme à raison de 10 à 15 cigarettes par jour. Cette fois ci pas de patchs ni de cigarettes à l'eucaliptus ni de lectures assommantes sur l'arrêt du tabac et j'en passe et des meilleurs et ceci à la grande surprise de mon entourage... Un concours de circonstance : Une bronchite doublée d'un rhume avec sinus enflammés ce qui m'a valu 1 semaine au lit et ajouté à ça 15 jours de vacances ensoleillées! En fait je voudrais surtout dire ce que je ressents depuis que je ne fume plus : Je suis d'autant plus fière que je n'ai rien changé à ma vie (à part mon café du matin que j'ai remplacé par du thé vert aromatisé et un jus d'orange pressé et 2-3 sucettes par jour). Mon concubin fume, donc je n'ai pas changé de partenaire (rire), mes amis fument également et je refuse de me désociabiliser (apéro comme avant!rire). Je disais donc une grande fierté,un esprit serein, un sentiment de force, de victoire de supériorité! Mais aussi de voir la joie de mes enfants agés de 11 et 6 ans, je veux pouvoir être crédible quand je leur dirais de ne pas fumer! Et aussi ressentir la satisfaction de m'acheter des choses avec un plaisir tout à fait égoiste! J'ai le plaisir de constater une plus belle peau plus douce moins terne. J'ai toujours aimé le sport désormais je ne suis plus essouflée. Et je me sens libre ce qui flatte mon esprit d'indépendance! Bon tout ça pour vous dire : je pense qu'il est important de valoriser ses plaisirs qui sont eux réels, d'en mesurer les bienfaits tout les jours plutôt que de compter les jours sans la cigarette qui nous rappelle l'illusion d'une perte!! Je pense avoir trouvé ma liberté je vous souhaite de trouver la votre...Tout pleins de bonnes choses."

Anne (51 ans) - Nationalité French - 01 juin 2016
"1000 mercis à STOP-TABAC.CH !... Merci n° 0001 : pour me rappeler cette date anniversaire, 7 ans déjà que j'ai (enfin arrêté de fumer) et aujourd'hui, cela me semble tellement évident que j'en oublie presque mes fumeries d'antan... Merci n° 0002 : pour avoir le mérite d'exister et de persister, je ne pensais sincèrement pas vous retrouver après toutes ces années. Merci n° 0003 : pour ce petit compteur (je ne sais pas s'il existe toujours) qui a été un parfait soutien tout au long de mon combat. Chaque jour il me présentait un point sur mes économies financières, soulignait les cigarettes non fumées avec un petit schéma où les cigarettes elles s'empilaient (graphiquement et psychologiquement parlant très porteur), et me donnait également les minutes puis heures et enfin années de vie gagnées... .../... Je ne vais évidement pas vous énumérer les 1000 mercis et laisse à chacun le soin de compléter cette liste mais avant de clôturer mon message, je voulais dire la fierté d'avoir gagner ce combat. La lutte n'a pas été facile (plusieurs tentatives vaines) mais pour l'amour qui se lit dans les yeux de mon mari, de mes enfants et, désormais de ma petite-fille, je ne suis pas prête à recommencer ! A tous ceux et celles qui tentent, rechutent, désespèrent parfois, j'ai envie de dire que RIEN N'EST IMPOSSIBLE, si vous essayez c'est que vous avez déjà pris conscience, si vous échouez c'est que le moment n'était peut être pas bien choisi, si vous perdurez, JE SAIS QUE VOUS Y ARRIVEREZ ! en toute sincérité et en toute amitié "
Catégories associées:

Marie (53 ans) - 02 janvier 2014
"Bonjour à toutes et tous. Si je témoigne aujourd'hui c'est parce que cela fait 1 an maintenant que j'ai arrêter de fumer.mon parcour a été rempli d'embûches et donc pas facile.j'avais déjà arrêter plusieurs fois et chaque fois la rechute.pourtant je détester cette cigarette et en même temps je l'aimais car quand j'avais des coup durs elle était toujours la .Mais elle était aussi la causes de toutes mes maladies respiratoires .Pendant une période je n'arrivais plus à retrouver ma respiration,ni jour ni nuit et en plus je venais de perdre une amie d'un cancer du larynx .J'ai penser a mes enfants et petit enfants et à ma vie avec la cigarette.En fait elle m'avait gagner ma vie.j'ai arrêter le 07/01/2013 .Je n'ai rien pris ,aucun substitut ,une seule chose pouvait me faire rechuter c'était :la colère et les disputes puisque s'en suivait la frustration et l'énervement !Mais cette fois c'est moi qui allait prendre le dessus puisque j'avais trouver au bout de la 3ème tentative ce qui me faisait rechuter:faire passer le moment avec les conseil du coach ,tisane ,respiration,sortir,etc...et surtout ne pas dire (une et ça ira mieux)c'est l'erreur à ne pas commettre nous somme des toxicomanes =rechutes si une seule. Voilà je vais fêter mes 1an de non fumeuse grâce et je suis fière de le dire à ma volontés ,à mes réflexions et à stop tabac en ligne qui m'a énormément aider.Ne pas se découger et persévérer cela en vaut le coup. BONNE ANNÉE 2014 a TOUS."

Christel (25 ans) - Nationalité Suisse - 01 juin 2010
"J'ai arrêter de fumer le 19 avril 2008. Le lendemain je partais une semaine en vacances avec mon ami non-fumeur dans un pays où l'interdiction de fumer dans les lieux publics était déjà en vigueur... après avoir essayer mainte fois je me suis dit qu'une fois éloignée de la tentation et en ayant plein de nouvelles choses à découvrir, j'y penserai moins. Auparavant, j'avais lu plusieurs fois (au moins 4) le livre d'Allan Carr et je dois dire que ça m'a vraiment aidée. J'ai enfin compris que la cigarette n'était pas un plaisir mais une souffrance et plus je fumais, plus je culpabilisais. Les choses dites dans le livre m'ont mise face à une réalité, j'étais une toxicomane de la cigarette et j'avais peur de vivre sans elle. Depuis que j'ai arrêté, ce que j'apprécie le plus, c'est mon haleine (à peu près) fraîche en permanence, mes habits qui sentent la lessive des jours durant, mes cheveux qui gardent l'odeur du shampoing, ne plus avoir à stresser car il ne me reste plus que quelques cigarettes dans mon paquet et surtout savoir que si un jour j'ai un cancer, j'aurai tous fait pour que cela ne soit pas de ma faute. Je dois admettre que cela n'a pas été vraiment difficile, il y a toujours quelques moments d'envie mais le jeu n'en vaut pas la chandelle et je sais que si je retouche une seule fois à la cigarette, je replonge. Ce n'est donc pas un problème de s'abstenir mais véritablement un plaisir. Voilà, j'espère que d'autres personnes réussiront à venir à bout de cette satanée cigarette. Juste pour terminer, le père de mon ex-copain est mort dimanche d'un cancer de la gorge, il fumait deux paquets par jour."
Catégories associées:

gaelle (40 ans) - 04 février 2009
"Bonjour, j'ai arreté après 24 ans de cigarettes(+25 par jour en moyenne).Ma décision a été rapide(2jours)je me suis d'abord limitée à 1 toute les 2H sur 3 jours, puis j'ai tenu 1 toutes les 4H encore sur 3 jours et enfin 1 après les 3 repas sur 3 jours. Durant ces 3 derniers jours je pense que j aurai pu n'en fumer aucune mais le plus difficile était d enlever la première du matin...Jusqu'à ce 10 ème jour où j ai franchi le pas: plus une. La première semaine j'avais bien envie d'en prendre une de temps en temps, mais le besoin ne dure pas longtemps: quelques minutes (je me suis vite trouvé quelque chose à faire en remplacement: ménage, aller sur le web, prendre de l'avance sur un travail...) et depuis bientôt 3 semaines d'arrêt, je n'y pense qu'une ou deux fois par jour... Je tiens bon chaque fois ce qui me permet de me sentir bien car je me projette dans une nouvelle vie plus longue avec mes enfants qui ont besoin de moi sans les souffrances mortelles dues au tabac, à 40 ans je redémarre tout en mieux!!!Courage à tous"

annabelle (30 ans) - Nationalité francaise - 06 janvier 2009
"J'ai arrête de fumer depuis 6 mois ! J'en avais discuté avec une collègue qui m'avait dis qu'elle avait arrête de fumer lors d'un voyage en Inde. J'avais prévu un voyage de 3 semaines au Japon avec mon ami quelques mois plus tard. J'ai donc pris la décision d'arrêter de fumer le jour de mon départ ! Et je l'ai fait, mon ami a suivi ! Le fait d'arrêter à l'occasion de ce voyage a probablement faciliter le sevrage, nous étions en vacances, détendus, nous avions pleins de choses à faire, à voir, à gouter...bref nous n'avions pas le temps de penser à fumer, même si certains soir nous en aurions bien griller une. J'ai appréhender le retour chez moi et plus encore la reprise du travail, mais je n'ai pas craquer, au contraire je disais haut et fort à qui veut l'entendre que j'avais passé le cap : j'avais arrête de fumer ! J'en ai souvent rêve, j'allumais une cigarette et soudain je réalisais que j'avais arrêté de fumer. Aujourd"hui les envies se font rare, et je sais que l'envie sera de courte durée (quelques minutes), et j'y ai tellement gagné. L'autre jour un commercant m'a demandé si j'avais arreté car il trouvait que j'avais un joli teint, quel joli compliment ! Et je suis fière de moi, de lui aussi ! Je sais que c'est une longue route pas toujours tranquille mais quel bonheur de me sentir bien !"
Catégories associées:

Isabelle (46 ans) - Nationalité Française - 23 septembre 2008
"Pendant des années, je me suis souvent dit j'arrête comme ça sur un coup de tête. On le sait tous, le tabac tue, c'est une industrie à fric, mais on se voile la face. Il arrive un jour, ou vraiment on se penche sur nous même, notre stratégie pour arrêter définitivement. Mon expérience, est un travail en amont, écrire sur papier, pourquoi on arrête, conditionner notre cerveau, et notre subcontient sur notre choix. Cela m'a pris environ trois mois, pour vraiment être prete à écraser ma dernière cigarette. Je suis à plus de trois mois d'arret, dans ma tête c'est bien claire, c'est un divorce prononcé avec le tabac. Le plus dur c'est la première semaine, ensuite ce n'est que de l'endurance, je me rappelle souvent de mes choix,je suis fière de moi à chaque jour qui passe. C'est une liberté que l'on retrouve, ne plus être esclave, la tranquilité s'installe, les odeurs sont multipliées par 100, le goût aussi. Je n'ai qu'un mot à dire, arrêter de fumer, ce n'est que bonheur, mais l'inverse tue Je vous souhaite tout le bonheur de trouver votre voix, pour un bon sevrage, vous pouvez compter sur la tribu pour y parvenir, c'est une grande force et elle est toujours là quand on en a besoin, à bientôt isabelle"

Anonyme (26 ans) - Nationalité francaise - 22 janvier 2008
"Voila, je n ai pas fumé depuis hier. Je ne l'avais pas prévu, je suis tombé plus ou moins par hasard sur des sites avec des images et des témoignages, avec des explications sur la manipulation des industries du tabac. J ai été une très bonne pigeonne, moi... J 'ai commencé à 12 ans, fierement, je me sentais grande et libre...Enfin un geste que je faisais pour moi ( et pas pour faire plaisir a ma mére) En faite, c'était mon premier geste contre moi...le pire... Puis les joins...J 'ai adoré ca, j'en ai usé et abusé avec un grand plaisir... tout en ayant tjs conscience que c mal, qu'il fo arreter... Aujourd hui, je veux y arriver. TOUS VOS TEMOIGNAGES A TOUS ME SONT D UNE GRANDE AIDE...MERCI...Je suis très confiante cette fois, car je me sens bcp moins seule face a ce gros pb...Je me sens presque chanceuse, par rapport a d autres, pcq je n ai pas -encore- eu à payer le prix de ma bétise... J 'espere seulement qu'il n est pas trop tard... "

Béatrice (36 ans) - Nationalité Suisse - 24 2006
"40 jours aujourd'hui que je suis ex-fumeuse. 264 francs d'économisés ! 880 cigarettes non fumées ! Et surtout 6 jours d'espérance de vie de gagnés!!! Ces petits rappels me font du bien. J'ai arrêté un peu par hasard: j'ai surfé sur le site de stop tabac il y a environs 2 ans, par curiosité, et avais répondu à un questionnaire... Et puis dernièrement on me contacte par mail pour savoir si je voudrai participer à une étude pour l'arrêt du tabac avec les nicorettes. J'ai pris ça comme un signe, ça devait être le bon moment. J'avais envie d'arrêter de fumer, mais m'en sentais totalement incapable. 36 ans et depuis 20 ans pas une journée de ma vie sans cigarettes!!! J'ai 3 garçons, qui heureusement sont en parfaite santé, tous nés à terme et a plus de 3kg et demi. J'ai honte de leur avoir fait subir ma dépendance pendant mes 9 mois de grossesse... Ils me sont d'un grand soutient dans cet arrêt. Ils sont fiers de moi et m'encourragent. Je ne sais pas si j'ai tant de mérite d'avoir arrêter, mais je dois dire que cela me parait presque trop facile. J'attends encore les moments de manque!!! Je ne prends plus les chewing-gums car ils me donnent d'horribles nausées. Comme d'autres, je me dis que j'aurai du arrêter bien avant. Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais!"
Catégories associées:

patricia (43 ans) - Nationalité francaise - 24 juin 2004
"J'ai arrete depuis 3 mois et je fumais depuis 20 ans une douzaine de cigarettes par jour, un jour je suis allée chez le medecin pour un renouvellement de médicaments, et j'avais mal de gorge, en regardant ma gorge le médecin me dit que je dois consulter un ORL car j'ai le fond de la gorge nécrosé j'ai eu très peur et je n'ai jamais refumé depuis en m'aidant de patch et suivi par le centre anti tabac qui me soutient tres bien moralement, j'ai des moments un peu dur, ce que je regrette c'est de savoir que ce plaisir ne sera jamais plus présent, mais finalement le plaisir de fumer etait il à la meme hauteur que l'angoisse de la maladie?.... SI VOUS POUVIEZ ME CONTACTER JE SOUHAITE RECEVOIR DES TEMOIGNAGES D'ENCOURAGEMENT MERCI"

jackie (63 ans) - Nationalité française - 11 juin 2018
"Je fumais depuis l'age de 14 ans lors d'un voyage scolaire et il y a 6 ans ma fille m'a offert une cigarette électronique pour la fête des mères. j'ai essayé avec du mal c pas simple de suite mais en a peine 15 jours je suis passée de 2 paquets de 30 cigarettes par jours a fumer des recharges sans nicotine et en 2 ans j'ai tout arrêté; au début c'est le geste machinal de chercher sa clope même pas envie de fumer c'est contre cela qu'il faut lutter les habitudes et retarder la première clope du matin elle déclenche l'envie d'autre clopes c'est pas facile mais réalisable après 50 ans de clopes sans arrêt sauf pour dormir je m'en suis sortie essayez bon courage :)."
Catégories associées:

patricia (51 ans) - Nationalité française - 17 décembre 2017
"J'ai commencé à fumer au collège comme beaucoup. j'ai adoré fumer c'était un vrai plaisir et je n'ai jamais essayé d'arrêter. Ma consommation était d'un paquet par jour. En février 2014, je propose à mon mari d'aller voir une nouvelle boutique de vapot installée dans notre ville. J'entendais beaucoup parler de la cigarette électronique mais sans aucune conviction. Dans la boutique elle ne explique comment cela fonctionne, les dosages, les parfums, etc...Nous décidons d'investir dans une petite cigarette pour tester. Je commence au dosage de 12 ml de nicotine et je prends goût tabac. Je vapote dès que je l'ai acheté et vu que c'était le soir je n'ai pas pris de cigarette; Le souvenir que j'ai, c'est que le lendemain, je vais au boulot et comme d'habitude je prends mon paquet de cigarette et ma vapote... Je commence par la cigarette., je prends une bouffée, une deuxième...je la jette et l'écrase ! le goût m'a totalement dégoûté ! c'est la dernière fois que j'ai touché une cigarette. Pendant 3 mois j'étais à 12 ml , ensuite j'ai pris 6 ml pendant 1 an et demi et ensuite 0 ml jusqu'à il y a 4 mois où j'ai arrêté la cigarette électronique aussi. Aujourd'hui je ne fume plus, je ne vapote plus et je suis fière de moi et mes enfants sont heureux car je ne me rendais pas compte qu'ils souffraient énormément d'être dans le tabac tous les jours car je fumais partout, à la maison, en voiture... Mon mari qui fumait 1 paquet par semaine avait arrêté en même temps que moi , mais hélas, il a repris la vrai cigarette de plus belle . Par contre il fume dehors car j'ai dû mal à supporter la fumée. Merci à la cigarette électronique ! je n'aurai jamais arrêté sans elle. "
Catégories associées:

PATRICIA (48 ans) - Nationalité France - 29 novembre 2017
"Bonjour ! Je suis une femme de 48 ans et j'ai commencé à fumer à l'age de 13 ans !! hé oui hélas Je suis également une grande consommatrice de café et bien entendu chaque café était obligatoirement accompagné d'une cigarette. Mème enceinte je ne suis jamais parvenue à m'arréter (heureusement mes 4 enfants n'ont jamais rencontrés de problème particulier dus à mon tabagisme . Puis vers l'age de 40 ans j'ai commencé à avoir des bronchites à répétition ,des infections pulmonaires plus ou moins séveres mais rien n y faisait je ne parvenait pas à lacher cette mauvaise addiction .Mon mari ne fume pas et n'a jamais fumé donc il ne peux pas comprendre cet état de manque dès que je n'avait plus de cigarette à disposition. Et puis là enfin je me suis décidée depuis 2 mois je ne fume plus!!! J'ai acheté une cigarette électronique et je suis ravie. Je prend encore la dose a 16 et je compte diminuer pour arrêter aussi de vapoter.Mais pour le moment je me sent bien pas de mauvaises odeurs sur mes cheveux,sur mes vêtements ,mon mari est ravie et mes enfants aussi. De plus c'est rigolo mais je ne supporte plus l'odeur de la cigarette .Mes amis doivent aller fumer dehors !! J'en reviens pas mais je suis convaincue que la cigarette electronique ma complètement dissuadé de replonger dans l'enfer du tabac."

Helene (37 ans) - Nationalité Francais - 11 novembre 2017
"J ai décidé du jour au lendemain, je n achète plus de paquet , et ma béquille je l ai un peu modifié , elle est de forme e cigarette ! Moi même je me surprend encore, finalement pas si difficile d'arrêter , j ai supprimé l alcool pendant deux semaines, puis la e cigarette à été une alternative révélatrice à ma grande surprise, il faut dire qu elle traînait depuis plus d un an chez moi en attendant d en faire un usage adéquat et constructif - bref il y a de c moments dans la vie ou l on sent que c est Le moment ... la e cigarette est devenue La béquille elle est sortie du placard quand je l ai décidé ! Ça marche, depuis le 9 octobre maintenant c est récent oui. Mais c est le seul repis depuis mes 17 ans ,,, aujourd'hui 37 , l appel du bien...être ...j aime bien vapoter... et me geler dehors par moins 20 pas pour moi cette année... au Québec c est un paquet à 11 dollars les 25 cigarettes, un budget à la fin du mois ... force est de constater au bout d un bout les bienfaits, ma concentration, ma peau , le fait d être dans l ici et maintenant ! Très encourageant ! Je témoigne aujourd'hui car de vous lire ça aide quand on la motivation nous lache alors j'en lis beaucoup sur les bienfaits de l arrêt presque toutes les semaines et j utilise des applications sur smart phone !keep going ! Salutations à tous et bon succès dans votre démarche. Un gros défis ! Bravo à ceux qui essaye , se donne la chance de vivre sans , le moment viendra... il faut y croire "

sylvie (56 ans) - Nationalité France - 02 janvier 2017
"Je fume depuis 42 ans 1 P par jour, je voudrais arreter mais je n'ai pas la volonté j'y suis arrivé un jour, 5 ans d'arret, divorce, j'ai repris de plus belle, J'ai un oedeme au corde vocal et la voix de plus en plus cassée, et je crache vert, j'ai eu une bronchite, antibio, j'ai fini depuis 10 jours et c'est idem... je crache vert. J'ai perdu mon papa de la cigarette , cancer de la gorge, tumeur au cerveau, dû a la clop, Ma cig c'est ma copine car j'en ai pas, je vis seule. Merci a vous de me lire et de me donner espoir d'arreter de fumer, Mon papa avais 49 ans. il a souffert le martyr a l'hopital, trachéo, langue noire, ressortie de la bouche. Bonne Année a vous et 1 bonne santé "

Valeria (28 ans) - 12 octobre 2011
"Bonjour à tous! Il est 15h30. J'ai rendez-vous dans exactement 1 heure avec un médecin pour m'aider à arrêter de fumer. La date: 25 octobre prochain. Dans moins de 2 semaines. Je suis extrêmement stressée à l'idée de ne pas y arriver, mais aussi très fière de moi et des résultats qui vont je l'espère suivre: une plus belle peau (je me rends compte que j'ai le teint terne et que je commence à avoir des ridules qui marquent le tour de mes yeux), un meilleur souffle (je m'essouffle comme un vieux cheval dès que je dois courir sur 3 mètres...), une bonne odeur pour les autres... bref...je me réjouis, mais j'ai peur. Peur parce que je sais que le geste va me manquer, parce que je ne sais pas comment je vais occuper mes mains pendant les apéros, pendant les pauses au boulot, peur de perdre le contact avec tous mes amis fumeurs (c'est complètement con, ils ne m'aiment pas pour la clope, je le sais! Mais je vais forcément devoir m'éloigner d'eux un certain temps au début du moins...), et surtout peur de prendre du poids. Je suis bien maintenant: 65 kilos pour 1m72. Je suis "pulpeuse", hanches, poitrines, fesses... Pour le moment, c'est plus ou moins un avantage, mais comme j'ai tendance à très vite prendre du poids, j'ai peur de passer de "pulpeuse" à "grosse" en un clin d'il... Enfin... Je dois le faire. Et je vais y arriver. C'est pas un bout de papier avec des tonnes de m.... à l'intérieur qui va ruiner ma vie. Non. Je ne peux pas l'accepter. Et même si on se dit que ça n'arrive qu'aux autres, que nous rien ne peut nous atteindre, et bien non. Pour avoir lu tous les témoignages sur ce site et vu ces terribles photos de cancer, je réalise que personne n'est immortel, et surtout pas moi. Dans une heure, je vais faire mon premier pas vers une vie saine. Et il y en aura encore des milliers après celui-ci! Mais oui, encore une fois, j'ai peur. Merci pour votre attention et vos témoignages précieux."

Monge (55 ans) - Nationalité française - 10 décembre 2010
"ça fait maintenant 40 jours que j'ai arrêté de fumer... J'ai utilisé une méthode (Maltapuff) que des amis m'ont conseillé. je voulais quelque chose de naturel qui puisse m'aider dans cette rude épreuve. Je fumais depuis 35 ans (1 paquet jour environ) je n'en reviens toujours pas d'avoir arrêter, c'était le moment ou jamais, je commence a retrouver le gout des choses et du souffle. Je conseille à tous les gens qui n'arrive pas à se décider, de franchir le pas car ça vaut vraiment le coup...pour la santé et la porte monnaie... Futurs ex-fumeurs, réagissez ;) "

Sylvie (62 ans) - Nationalité française - 19 janvier 2017
"J'ai arrêté de fumer, sans souffrance, après 45 ans de tabagisme. Ma méthode : ne rien s'interdire, mais fumer chaque cigarette en se demandant ce qu'elle apporte, si elle est indispensable ou par réflexe. Petit à petit, les cigarettes fumées par réflexe (téléphone, etc...) diminuent et disparaissent. Ne restent que les cigarettes nécessaires car fumées par dépendance. Pour celles-ci je visualisais une fumée noire et grasse qui entrait et sortait de mes poumons; l'auto suggestion m'a permis de réduire ma consommation jusqu'à la cessation totale. A aucun moment je n'ai ressenti de frustration puisque je ne m'interdisais pas de fumer, mais c'est simplement mon organisme, ou plutôt mon cerveau, qui rejetait le tabac. Cette démarche s'est déroulée sur un peu plus d'une année avant l'arrêt total qu'au fond de moi je sais définitif. J'espère que mon témoignage vous sera utile, voyez, arrêter de fumer n'est pas si difficile et ne demande pas une volonté de fer! Bienvenue à tous chez les ex-fumeurs!"

nadine (61 ans) - Nationalité francaise - 16 novembre 2016
"j ai commencer à fumer a 15ans ,j'en ai 61 et je viens d apprendre que j ai un cancer du poumon . jusqua il y a une semaine hospitalisèe pour des examens j ai fumé et jusqu'a ce matin ou la pleumologue est passèe dans ma chambre pour me rendre compte des examens et LA DOUCHE FROIDE ,vous avez une lésion tumorale verdict ce matin j ai vue le chirurgien et je suis opérée vendredi : ablation du poumon gauche et chimiothèrapie . A tout les gens qui fument arrèter tant quil est temps A tous bonne chance ! nadine de toulouse"

Geneviève (66 ans) - Nationalité Suisse - 16 2013
"Quel est CE MONSTRE qui s'est emparé de moi en 1973, l'année de mes 27 ans. Il s'est présenté sous son meilleur aspect, joli paquet jaune, ouvert, qu'un ami avait oublié sur un meuble en partant. Quelque chose s'échappait de l'ouverture, qui avait l'air de me provoquer. J'ai cédé à la curiosité. Je ne voulais pas mourir idiote. C'est alors que le monstre s'est insinué en moi pour en ressortir, sous une forme fantomatique, mouvante, transparente et inaccessible, s'évanouissant entre les doigts. Et dire que c'est moi, toute seule, qui l'ai allumé.. Il s'est lové en moi, me faisant croire monts et merveilles, entre autres à l'apaisement, et en bon manipulateur car il avait décidé de s'emparer de moi de la tête aux pieds, il s'est mis à jongler avec des promesses du style : je vais t'apporter le calme, la sérénité, finis les pleurs, les larmes ne coulent plus, je les dessèche . Non seulement je l'ai cru mais j'ai abondé dans son sens. J'ai tout avalé, rejeté quelques volutes pour la beauté du geste. J'étais tellement aveuglée que je ne me rendais pas compte que ce monstre laissait des relents repoussants, du jaune comme le paquet se déposait sur mes doigts, mon sourire s'éteignait peu à peu. En décembre 2001 une naissance s'annonça et le monstre, ne put rivaliser avec cette promesse toute rose et pleine d'amour alors il est parti. J'ai cru qu'il était mort pendant 11 ans, ce fut le bonheur total, la liberté retrouvée, enfin je respirais normalement, je sentais bon, le nirvana. Il ne m'a jamais fait aucun signe pendant cette période mais il s'est tapi dans un coin que je n'ai pas encore réussi à trouver et en juin 2012 il a repéré la faille (mais laquelle ?) du volcan éteint, et cette fois c'est lui qui m'a allumée et il est revenu vainqueur, sournois, puant, tel un envahisseur, signaux de fumée à l'appui il m'assiège depuis lors. Je l'ai écrasé une fois, je l'ai réduit en cendres, mais cette fois je n'oublierai pas de les enterrer lorsque je l'écraserai, le piétinerai pour l'ultime fois qui j'espère sera AUJOURD'HUI, 16 JUILLET 2013, car je le déteste, il est destructeur, c'est un vrai démon qui nous ronge de l'intérieur en nous faisant croire qu'il est indispensable à notre bonheur mais en fait il nous entraîne vers une mort certaine de notre être profond en nous anesthésiant. Tu es un indésirable, un destructeur, je te déteste et je te jette. PS : Je suis sûre que tout le monde a découvert DE QUEL MONSTRE je parle! Si vous n'en êtes pas sûrs, nous sommes sur le site STOP-TABAC, c'est un indice ! "
Catégories associées:

Delphine (28 ans) - Nationalité française - 19 mai 2012
"4 jours et demi sans tabac. Aprés plus de 10 ans avec. Ça ne parait pas grand chose, mais c'est déjà beaucoup. Sous Champix soit. Une impression de tricher. Mais au moins je tiens bon. Le plus dur c'est les habitudes du quotidien. Habitudes ou mauvais réflexes? Je ne sais pas. J'essaie de voir les bénéfices de l'arrêt du tabac. Mais je ne trouve pas. Déjà sportive ce n'est jamais le souffle qui m'a arrêté. Meilleur teint? Je ne vois pas. Pour l'instant je n'ai trouvais qu'un seul changement tout bête, le goût des thés ou des tisanes a changé, et pas dans le bon sens! Faut l'avouer le Champix est efficace et fait son travail. Mais il faut rester prudent et être attentif à son caractère. Mais je suis fière de moi...Et je souhaite à tout le monde d'y arriver!"
Catégories associées:

Caroline (25 ans) - Nationalité française - 03 septembre 2009
"Bonjour à tous, Voilà quelques jours que je voulais témoigner mais comme cela ne fait que 6 jours que j'ai arrêté, je ne me sentais pas "crédible" pour témoigner. Puis finalement.. pour ceux qui n'ont pas encore arrêté ou qui en sont au tout début comme moi... Mon témoignage pourra peut être être utile?! Je fumais depuis 10 ans, ma consommation a augmenté petit à petit jusqu'à 10 à 15 cigarettes par jour, voire un paquet s'il y avait une soirée. J'ai tenté plusieurs arrêts mais sans succès, j'étais dans un tel état de stress et de nervosité que je ne me supportais plus moi-même et je ne voyais que la reprise de la clope comme solution. Mais il y a quelques jours j'ai décidé, calmement, sereinement de fixer une date d'arret (la seule solution est l'arret défintif à une date précise!). Et je l'ai tenu, vous me croierez ou non mais moi même je n'en reviens pas: pas de substituts (parce que je n'aime pas le principe de continuer à avoir une dose de nicotine) - pas de crise de famine à prendre à coup sûr 10 kg - pas d'angoisse - pas d'insomnie. J'ai "simplement" décidé de regarder les méfaits de la cigarette en face, et cherché à m'en libérer pour profiter de la vie autrement que dans l'inquiétude sous jacente d'avoir une maladie et l'objectif jamais atteint d'en finir un jour avec la clope. Le truc c'est qu'à AUCUN moments je ne me suis dit: mon dieur j'arrête ça va être l'angoisse. Je suis bloquée sur les aspects positifs et ne regarde que ça. Bien sûr j'ai des envies mais je les laisse passer sans qu'elles m'envahissent et deviennent une obsession. Je regarde les fumeurs avec compassion mais plus avec envie. Bref, c'est un retournement de situation, psychologique, qui pour l'instant m'épatte complètement et me réussi à 100%. Alors si moi je suis passée à côté (pour l'instant?) des symptomes de seuvrages (mais qui auraient déjà du se manifester) pourquoi pas d'autres? Arretons peut être de se persuader qu'arreter de fumer est angoissant, stressant, extremement difficile... ou alors on rechutera nécessairement puisque c'est si dur.."
Catégories associées:

sylvie (44 ans) - Nationalité francaise - 25 novembre 2008
"Bonjour a tous et toutes Voila cela fait aujourd'hui 24 jours que je n'ai plus touche a la cigarette. J en suis très fière même si je suis aidée par les patchs Si j ai décidé d'arrêter de fumer c'est qu'en 7 ans j ai perdu mon beau-père et là récemment ma belle-mère. De voir dans quelle conditions décèdent les malades atteints du cancer du poumon fait très peur. D'avoir vécu et vu des choses horribles m aide dans ma lutte contre le tabac. Cela est quand même très dur de tenir le coup même si j'ai une volonté a toute épreuve. J'aimerai que si des personnes lisent mon témoignage, elles me disent s'ils ont eu aussi beaucoup de mal à tenir. Je vous remercie Quand a vous les jeunes svp ne fumez plus Prenez la vie a pleine dent!!!!!!!! sylvie"

maminoune (58 ans) - Nationalité francaise - 07 avril 2007
"j'suis maminoune, 58 ans, 45 ans de cigarettes à raison de 20 par jour, là, je tiens à ME féliciter, (on n'est jamais si bien servi que par soi même!)voilà 2 mois qu'après au moins 8 tentatives d'arrêt je ne fume plus, et comme je le disais dans un précédent témoignage, j'ai acquis enfin l'âge de raison... tout comme mon petit fils Louis a qui j'ai demandé de l'avoir (l'âge de raison) vu qu'il a eu 7 ans...alors grâce à lui et surtout à l'amour qu'il me porte - je veux le voir grandir- je tiens sans ce foutu poison,hier je tenais, demain je tiendrai, après demain je tiendrai encore car mon Louis chaque jour je t'aime davantage, aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain.... Tenez bon immédiatement pour vous d'abord et tous ceux qui vous aime, ça vaut le coup, n'attendez pas qu'il soit trop tard...je trouve que j'ai déjà trop tardé...pas vous ?"

Vanessa (30 ans) - Nationalité Belge - 21 février 2007
"Bonjour, Quand j'ai fumé mes premières cigarettes (à 14 ans), j'étais trop sure de moi et je pensais réellement que ça ne durerait qu'un temps, et que "j'arrêterais quand je voudrais". Mais c'est faux, et c'est la même chose pour tout le monde. Faut pas se croire plus malin que les autres, on ne l'est jamais. Comme la plupart des fumeurs, je disais que j'aimais le goût, que j'aimais vraiment fumer mais que j'arrêterais "plus tard" ... Alors qu'en fait, il n'est jamais trop tôt pour arrêter ! On n'a aucune excuse de n'en fumer ne serait ce qu'une de plus. On croit que "ça fait du bien" mais c'est faux. On ne fait jamais que de se donner "notre dose". Apaiser ce manque de nicotine comme d'autres ont besoin d'une dose de cocaïne. C'est le même principe. Et je n'appelle pas ça "se faire plaisir" mais plutôt SE DETRUIRE. A 30 ans, j'ai autre chose à faire que de gaspiller mon argent en achetant de la mort et en me mentant à moi même en disant que j'aime ça. Demain, ça fera 50 jours que j'ai arrêté de fumer (ma 3e tentative). Je veux que ce soit la bonne et je vais tout faire pour y arriver. Courage et persévérance à vous qui avez ou allez arrêter de fumer. C'est le plus beauc cadeau que vous vous faites... vivre ! "
Catégories associées:

Julie - Nationalité Belge - 19 septembre 2017
"Bonjour, Hier, cela faisait 1 an tout pile que j'arrêtais de fumer. Le premier jour de mon arrêt, j'ai installé votre application "stoptabac.ch" sur mon smartphone et je n'ai jamais cessé de l'utiliser depuis. Je voudrais vous remercier pour le travail formidable que vous accomplissez et pour l'aide réelle que vous apportez aux fumeurs qui arrêtent le tabac. L'application est très bien faite, les conseils sont efficaces et les informations sont précieuses. Surtout pour des gens comme moi qui n'ont pas consulté de médecin pour arrêter. Je l'ai fait toute seule et sans substitut mais encadrée par vous et par votre application. Et je me suis réellement sentie encadrée ! Conclusion : pas un seul craquage (même pas une petite taffe!) alors que j'ai fumé pendant 25 ans à raison d'1 demi paquet par jour... Je voulais donc vous remercier très sincèrement pour votre application géniale et pour votre travail formidable. Bien sûr plein de choses entrent en ligne de compte quand on arrête de fumer mais votre soutien a réellement été décisif dans mon cas. Et même si je me sens "tirée d'affaire", je reste toujours vigilante et je continue de lire et de relire vos infos régulièrement. Ça motive encore plus après avoir fait le plus dur. Alors encore une fois et de tout cur : merci à toute votre équipe ! "
Catégories associées:

Catherine (54 ans) - Nationalité française - 20 mai 2017
"Un parcours chaotique parsemé d'arrêts et reprises du tabac dont 13 ans en abstinence totale., J'ai testé le Champix il y a 04 ans, stoppé en pensant être tirée d'affaires et bien sur j'ai repris (bêtement)à raison de moins de 10 cigarettes par jour.. Décidée enfin à en finir avec la cigarette, j'ai redemandé ce traitement à mon médecin. Et là, 05 semaines après la 1° prise, l'enfer...Hyper activité, Rêves morbides, sueurs nocturnes plusieurs fois dans la nuit . Puis au fil des semaines tout s'est accéléré , s est 'accentué : des pertes de mémoire incommensurables qui gênent dans la réalisation du travail et des loisirs, manque total de raisonnement,un énorme manque de discernement , la présence de conflits quotidiens avec les proches, donc un sentiment profonds d'abandon de tous, couplé avec la certitude ne rien maîtriser. Quelle souffrance... L'ordre du médecin est d'arrêter le traitement immédiatement; Ces effets secondaires n'étaient pas apparus il y a 04 ans le cerveau se souviendrait-il d'avoir été berné et montre-t-il une arrogance insoupçonnée ? Quel qu'en soit la réponse, non seulement je ne reprendrai jamais Champix mais aviserai les potentiels utilisateurs. Ce médicament est trop dangereux pour être prescrit et je n'ai aucune certitude sur le devenir de mon cerveau à la suite d'un tel chamboulement d'ici quelques années.. Qui saurait me dire si dans le temps je ne développerai pas une maladie insidieusement et où l'absorption de Champix passera sous silence.... Une seule alternative se présente à moi pour en finir avec le tabac, l'utilisation des pastilles à sucer puisque je suis allergique au patch et une énorme dose de volonté. On sait jamais ça pourrait marcher... ."
Catégories associées:

Aïda (48 ans) - Nationalité FRANCO-SENEGALAISE - 31 mai 2013
"Bonjour, Dans mon pays le Sénégal, vous pouvez fumer n'importe où, dans tous les lieux publiques....Les paquets de cigarettes, Malboro, Dunhill sont à 80 centimes d'euros. Aucune publicité ne vous informe des méfaits du tabac. J'ai arrêté de fumer depuis 10 jours. Je fumais depuis trente ans, un demi paquet voir un paquet par jour. J'avais essayé deux ou trois fois, mais j'échouais au bout de trois, quatre jours.Si aujourd'hui, je sais que je ne fumerai plus c'est que je me suis rendue compte que ce n'était qu'une addiction et qu'il n'y avait donc aucune notion de plaisir. A partir de cette prise de conscience, la peur commence à vous ronger. Le sevrage physique, fatigue et cie s'estompe au bout de cinq jours...Le mental, dés que j'ai un coup de stress, je me focalise sur une phrase, "non pas de cigarette cela ne me sert à rien" et ça passe. La cigarette m'a empêchée de faire plein de choses. Il est impensable que l'arrête m'empêche de profiter de la vie pleinement. Je n'ai parlé de mon arrêt qu'à très peu de personnes. Ce site me suffit et je veux lire la joie dans les yeux de mes proches qui découvriront bientôt que je ne fume plus. Moi qui suis très dépensière, je sais que je viens de me faire un cadeau qui n'a pas de prix."

CORALIA (45 ans) - Nationalité Roumaine - 06 2009
"Bonjour à tous, J'ai fumé pendant 25 ans-quelle horreur !!! Rien ne me faisait peur : ni les émissions qui présentaient les risques du tabac, ni les affiches, ni les conseils d'autres... Je disais toujours que j'aime fumer, que ça fait partie de moi, que je ne vois pas un matin sans café et sans cigarette. Dernièrement, j'avais dépassée toutes les limites. Un paquet par jour ça me suffisait plus. La nuit du 1er août 2009 j'ai vécu le déclic. je ne pouvais pas m'endormir. Je sentais comme un bouchon dans la gorge qui m'obligeais à avaler sans cesse. J'étais prise par la panique. Je savais la cause : LA CIGARETTE . Le matin, j'ai pris le café, comme d'habitude et une cigarette !!!??? Je continué me sentir mal. Et j'ai décidé d'arrêter. J'ai mis le patch (24 mg). Ça marche super. Mais il faut être convaincu. Ça compte beaucoup. Je vous souhait bon courage à tous. Moi, je suis très fière de moi et je me sent très forte. En fin des comptes, la cigarette c'est un refus de vivre. J'ai analysée ma vie et j'ai contusionnée que je n'ai pas de motifs pour la rejeter. Elle très courte et trop belle. Bisous."

Joëlle (64a ans) - Nationalité France - 02 2018
"Bonjour, Le 11 octobre 2016, après une grosse infection aux poumons, le radiologue m'a bien "secouée" et a réussi à me motiver afin que j'arrête de fumer. Je suis allée chez un tabacologue car je fumais 50 cigarettes par jour. Il me fallait absolument une aide car je n'étais pas à ma première tentative d'arrêt . Donc, j'ai eu droit à la totale, patch, cigarette électronique, nicorettes. Depuis bientôt deux ans, je n'ai pas ressenti l'envie de reprendre une cigarette, j'ai arrêté les patch et les nicorettes au bout de 4 mois et la cigarette électronique (sans nicotine) il y a un mois. J'ai pris 5 petits kilos qui sont les bienvenus car j'étais très maigre !!!!!!! Depuis le 11 octobre 2016, JE REVIS je refais du sport et j'ai une résistance hallucinante plus d'essoufflement .Et je vous garantis que vous pouvez TOUS arrêter de fumer, si moi j'ai arrêté tout le monde peut, j'ai aidé deux amies à arrêter .... Bon courage pour votre sevrage .... "
Catégories associées:

Stéphanie (44 ans) - Nationalité Luxembourg - 01 juin 2018
"J'avais 13 ans quand j'ai goûté à la première cigarette, c'était cool de fumer toutes mes copines et copains fumaient donc pourquoi pas. J'en ai 44 aujourd'hui donc 30 ans de dépendance, dans les 30 ans j'ai arrêté 3 fois toujours 3 ans et lors de soirée arrosée même encore après 3 ans j'ai à chaque fois repris c'était toujours allez, laisses moi tirer un coup à ta cigarette , le lendemain j'ai racheté un paquetce sont toujours à des moments de faiblesse et de stress dans ma vie. Une fois fumeuse toujours fumeuse. Donc vigilance on est toujours confronté à baisser les bras un moment ou l'autre mais il faut tenir bon ! Là je suis à ma quatrième fois, j'ai fait une grosse crise d'asthme et une infection aux poumons et j'ai continué à fumer et là un soir j'ai eu comme un choc Mais comment est-ce possible avec autant de douleurs de continuer à fumer ? Le lendemain je me suis levée et j'ai dit stop. On se ment souvent de dire qu'on aime fumer mais en réalité ce n'est pas vrai, on craint le sevrage !!!! Comme si on vous enlève une partie de vous !!!C'est notre faiblesse ! On a des habitudesdonc j'ai changé mes habitudes, n'importe quel moyen est bon d'arrêter de fumer, patch, cigarette électronique, chewing-gumcar le but est d'arrêter. Ne vous laissez rien dire par les autres. On est tous différents et on connait son corps mieux que les autres, donc laisser vous aider par les moyens qui vous sont propre. Moi j'ai mis des patchs, je fume aussi une cigarette électronique SANS nicotine et je fais de l'auto-hypnose, et pour moi ça marche ! Ça ne veut pas dire que tous les jours je ne ressens pas le manque, irritation etcmais il y a des astuces quand le manque arrive et finalement ça ne dure que quelques minutes. Et je suis fière de chaque jour qui passe sans la cigarettemême si rien n'est encore gagné, je suis sur la bonne voie ! N'oubliez jamais que toute votre vie, une fois arrêté, le corps a mémorisé ce poison et il peut toujours refaire surface. Il faut juste le combattre et on se sent à chaque fois plus fort. Donc à tous ceux qu'ils veulent arrêter : Vous y arriverez !!! C'est vous qui décidez (mental) et non votre corps (nicotine) !"
Catégories associées:

laurence (29 ans) - Nationalité suisse - 21 octobre 2009
"Bonjour, j'ai arreté de fumer il y 3 semaines. Cela faisait 14 ans que je fumais tous les jours presque 1 paquet. J'étais très triste au début... comme si je pleurais la cigarette. J'ai pris du millepertuis (attention si vous êtes sous pillule contraceptive) et cela m'a beaucoup aidée à régulariser mon humeur et mes émotions. De plus, afin de relancer mon transit intestinal - je fais des massages lymphatique - ça aide beaucoup. Bon courage à tous ! Vive la vie - et si vous allez craquer - regardez les photos de tumeurs sur ce site !!! argghh ça dégoute de suite !"
Catégories associées:

Jenny (26 ans) - Nationalité Française - 05 janvier 2009
"J'ai arrêté de fumer il y a un peu plus de trois mois, sans substituts. Je n'ai pas éprouvé de grande difficulté à me passer du tabac, j'ai parfois envie de fumer mais cela passe vite ( de toute façon du moment que je n'ai pas de cigarettes sur moi, je ne risque rien). Je fumais entre 10 et 15 cigarettes par jours (plus le week end) depuis 10 ans. En fait, parfois je me disais "à quoi cela te sers de fumer? tu gâches ton argent et ta santé." mais très vite je passais à autre chose. Mais cette fois j'en ai profité pour arrêter (je me suis dis fais un essai au moins tu verra ce que cela donne) et en même temps j'ai lu le livre Allen Carr que j'avais acheté un an avant sans jamais le lire. Je ne dis pas que je ne refumerais plus jamais car on ne sais pas ce que la vie nous reserve mais je sais que je ferais tout pour que cela n'arrive pas. Je ne conseillerais aucune méthode spécifique, le principal pour vous est d'y arriver, peu importe le chemin emprunté"
Catégories associées:

Sandrine (31 ans) - Nationalité Française - 07 juin 2018
"Bonjour, je m'appelle Sandrine, j'ai 31 ans. Je fume depuis que j'ai 17 ans. Je fume des roulées, depuis quelques années avec filtres ( j'avais entendu dire que c'était peut-être un peu moins pires...) Je vous écris ce soir car j'ai pris la décision d'arrêter de fumer ce soir, je vous écris donc en savourant mes dernières cigarettes (car oui il faut bien le dire, j'adore ça...) en écoutant des musiques un peu tristes comme si j'étais en train de faire le deuil de quelque chose... J'y pense depuis longtemps mais toujours une bonne excuse, je suis en vacances, c'est la période des barbecues, je suis stressée...mais il n'y a jamais de bons moments...donc comme ce bon moment n'arrivera jamais, c'est à moi de le créer...demain...adieu cette douce sensation, adieu le café/clope, le verre de vin/clope, le trajet-voiture/clope, adieu le moment où je philosophe avec moi-même perdue dans les volutes...Bonjour la nouvelle Sandrine qui sent bon, qui est libre, qui n'a pas peur de la maladie, qui sait rester 10 mn à ne rien faire de ses 10 doigts... J'espère revenir vous dire que l'engagement a été honoré. Courage à tous "
Catégories associées:

Maryvonne (70 ans) - Nationalité Française - 01 novembre 2017
"Bonjour je fumais depuis... 50 ANNNEES... et en avril 2013, j'ai arrêté de fumer. J'avais utillisé des gommes, mais cela n'avait pas fonctionné (sur moi) j'ai essayé la cigarette électronique : j'ai fumé cette cigarette durant 1 mois, mais je tirai de moins en moins sur cette cigarette (j'avais commandé une cigarette électronique : sans goût, et surtout pas de tabac)... pour une raison personnelle, j'ai été hospitalisé 15 jours, je n'ai donc pas fumé du tout durant cette quinzaine, et en rentrant chez moi, je n'ai pas éprouvé le besoin de fumer... je ne crois pas au miracle, mais j'avoue qu'aujourd'hui, lorsque je pense à tout l'argent que j'ai jeté par les fenêtres, je suis bien contente d'avoir arrêter. Je pense qu'il ne faut pas faire une fixette sur l'arrêt, il faut essayer de décider d'un jour et jeter le matériel : paquet et cacher le briquet... J'ai vu des ami(e)s fumeurs replonger, mais il faut toujours persévèrer... penser aux 10 euros que vont coûter les paquet dans peu de temps... et surtout à tout ce que vous pourriez vous offrir en mettant cet argent de côté. Et on se sent mieux : au niveau respiratoire, et on ne sent plus ce tabac... pour les jeunes : vous ne sentirez plus le tabac froid lorsque aurez des copains et copines. Je vous souhaite à tous et à toutes beaucoup de courage/ J'avoue que pour moi, cela n'a pas été difficile du tout, mais, par contre, j'ai vu mon mari : il a souffert au moment de l'arrêt du tabac, cela a duré au moins 3 mois, il avait des tics nerveux, il a pris du poids, mais il a tout de même gagné : il ne fumait plus du tout. Il me disait : j'en ai marre d'être considèré comme un pestifèré... "

EVELYNE (61 ans) - Nationalité française - 13 décembre 2016
"Bonjour à tous amis ex fumeurs ou près de l'être, moi ça fait 14 jours sans tabac, par contre je vapote, mais très peu je me suis trompée de produit, j'ai pris du 16mg de nicotine, holala beaucoup trop fort pour moi, j'ai faillit les ramener, et puis non, comme c'est très fort je vapote très peu et c'est super, et comme je fumais dehors, avec la e cigarette je peux fumer à la maison mais je n'y pense pas, je revis c'est top, et merci aussi stop tabac, tous les jours je vous lis, je n'ai pas de manque, et quand je vois quelqu'un fumer dans la rue, je me dis "ho le pauvre c'est dommage il se détruit" voilà j'avance à petit pas, je suis confiante, bon courage à tous et toutes et vive la vie sans tabac !!!!!!"

STEPH (42 ans) - Nationalité FRANCAISE - 21 novembre 2016
"Bonjour 42ans!vola plus d u an que je veux arreter de fumer!je crois etre prete ,je vis sur les forums et voila que je m inscris pour la premiere foisesperans du soutiens un peu tous les jours , je me prépare pris rdv avec mon médecin pour prescription substituts...;je dois determiner une date ...je veux arreter aussii pour mon fils 13 ans bientot qui me voit deja morte , ca fait flipper! je suis décidée mais besoin de parler avec d autres qui me comprennent car mon mari est un anti tabac et je ne peux pas parler avec lui , aucuns soutien autour de moi ,je vais revenir sur ce site pour noter mon évolution ..voila deja deux semaines que je marche tous les matins pendant une demie heure c est le premier point,le deuxieme est de determiner la date ,je reviens vous tenir au courant...merci de m avoir lu et de votre soutiens"
Catégories associées:

Anne (44 ans) - Nationalité Suisse - 20 septembre 2016
"Bonjour, cela fait désormais 3 ans que j'ai arrêté de fumer et j'en suis particulièrement fière. Je fumais un paquet par jour depuis 25 ans. Ce témoignage pour vous parler des "surprises" qui ont fait suite à mon arrêt du tabac : la mauvaise mais qui était prévisible, la prise de poids, 8kg que je n'ai pas encore perdus. Pour ce qui est du reste, que du positif : souffrant d'angoisses dont je n'arriverais pas à comprendre les causes (et à me débarrasser), celles-ci ont disparu à mon grand étonnement pratiquement du jour au lendemain suivant l'arrêt de la cigarette sans jamais réapparaitre ensuite... Un très grand bonheur auquel je ne m'attendais pas du tout... Ensuite j'ai retrouvé une énergie incroyable. La cigarette me donnait une sensation d'épuisement dès le réveil mais l'arrêt m'a redonné "la pêche" ! Je me suis mise à inviter plus de monde à la maison, à sortir plus souvent, à organiser des soirées entre amis, mes journées sont bien remplies avec beaucoup moins de fatigue... et cette énergie retrouvée m'a permis d'engager une lutte contre ma phobie de l'avion et de suivre un cours pour la vaincre... ce que j'ai réussi 6 mois après l'arrêt du tabac. Grâce à l'arrêt de la cigarette, j'ai trouvé très vite la force de me soigner (et les économies) et de prendre l'avion en direction de New-york, de la Norvège, du Sri-Lanka, de l' Ecosse...et j'en passe ! Je tiens aussi préciser que mon conjoint est fumeur et qu'il n'a jamais arrêté du fumer...J' 'encourage donc chacun à ne pas attendre sur son conjoint pour arrêter de fumer et à suivre son propre rythme et sa propre démarche...En tout cas, je vis avec un fumeur, j'ai toujours été confrontée à la cigarette et cela ne m'a pas empêché d'arrêter de fumer... Aujourd'hui, je pense parfois à la cigarette mais très rarement avec envie... et si l'envie apparait, elle dure entre 5 et 10 secondes c'est donc tout à fait gérable. Désormais, je peux être à côté de fumeurs sans me rendre compte qu'ils fument et c'est un sentiment absolument fabuleux ! Et finalement, j'en viens à mes deux premiers arrêts "ratés" qui ont été plutôt réussis car ils m'ont permis de mieux appréhender les difficultés et les pièges de la période de sevrage. J'ai donc abordé mon 3ème essai avec l'expérience de mes "ratages" qui m'ont apportés beaucoup et qui m'ont menés sur le chemin de la réussite. Je n'évoquerai pas ma méthode car à chacun celle qui lui convient ! Depuis que je ne fume plus, j'ai le sentiment de vivre ma vraie vie, de m'être "retrouvée" et quoiqu'il arrive, je suis fière et heureuse ! Mes encouragements à tous les futurs ex-fumeurs et à ceux qui ont commencés le sevrage ! we did it !!!"
Catégories associées:

Nadia (49 ans) - Nationalité Française - 23 2016
"Bonjour, Je fumais plus d'un paquet par jour depuis près de 30 ans. J'ai arrêté de fumer depuis presqu'un an (le 29 août 2015). J'ai tenté plusieurs arrêt sans succès. Cette fois si j'ai réussi, c'est parce que pour la première fois j'ai compris que je n avais pas besoin de fumer pour vivre et je me suis répété à longueur de temps combien c'est bénéfique pour moi d'arrêter à tous les niveaux. En effet, depuis mon arrêt, j'ai retrouvé un souffle normal, j'ai un joli teint, je n'ai plus de problème d'argent, je suis plus calme...la liste est longue !! Bon courage à vous et dites vous "La vie est belle sans cigarette". "
Catégories associées:

Catherine (50 ans) - Nationalité Française - 19 mai 2016
"Bonjour, Je vous remercie pour tous vos conseils qui m'ont aidée à arrêter de fumer. J'ai abandonné celle qui fut ma "meilleure amie" il y a 9 mois, un vendredi soir. Le 1er mois, j'ai pris une cigarette électronique comme palier puis plus rien. Très étrangement, je ne ressens aucun manque, je crois que j'étais prête, tout simplement. Tous vos articles m'ont beaucoup aidée. Un petit truc en plus : je reculais de plus en plus les plus importantes de la journée. Par exemple, après les repas, j'attendais 5 minutes, puis 10, puis 15 etc... J'ai l'impression de démarrer une nouvelle vie, sans tabac cette fois. Merci encore et bonne chance à ceux et celles qui sont en train d'arrêter."

Mélanie (27 ans) - Nationalité Suisse - 27 juin 2014
"Bonjour, Le 1er septembre 2014 je fêterais ma première année sans aucune cigarette. J'ai arrêté du jour au lendemain, le jour d'un grand changement professionnel. J'ai commencé à fumer graduellement à l'âge de 17 ans, lorsque mes parents se sont séparés et pour faire comme les autres, me sentir plus mûre, mais je n'ai jamais vraiment aimé fumer. Bref, à 26 ans je me suis rendue compte que cela faisait bientôt 10 ans de tabagisme, des milliers de francs fichu en l'air et surtout des problèmes de santé qui allaient en s'aggravant... Les premiers trois mois ne furent pas faciles, mais j'ai tenu le coup grâce à mon couple aussi,, j'ai été soutenue. En presqu'un an voici les bénéfices non exhaustifs que j'ai noté et / ou que les autres ont remarqués: -règles régulières -peau et teint lumineux et plus un seul bouton -plus de mycose de l'ongle -mes cheveux sont sains -plus de kystes (dû à des poils incarnés profonds) -des dents et des gencives en bonne santé -Plus de mauvaise haleine -j'ai retrouvé une capacité pulmonaire normale - je ne suis pas tombée malade cet hiver, - plus de pilosités exacerbée... Bref, les filles arrêtez tant qu'il est encore temps... Je ne regrette pas du tout ma decision et me sent beaucoup trop bien pour recommencer un jour. Bonne chance à tous. Mélanie une ex-fumeuse"

Anonyme (33 ans) - Nationalité Brésilienne - 08 avril 2013
"Après plusieurs essais d'arrêts, aujourd'hui ça fait un peu plus de 6 mois que mon mari et moi avons arrêté de fumer. Je fumée depuis mes 14 ans. Le déclic c'était après deux faits malheureusement très tristes, le decces d'un proche et une amie de 45 ans qui a fait un avc, les deux cas a cause de la cigarrete. Chose que je ne savais pas, le cooktel pilule/cigarette est très dangereux. Et quelques jours avant j'ai decouvert stop tabac et ça m'a aidee enormement. Mon mari a 29 ans et moi 33, nous avons un magnifique petit garçon de 3 ans et demi et nous ne voulons pas le laisser seul. C'est notre motivation. Aujourd'hui on ne sens plus le manque et nous sommes heureux de notre choix. Merci stop-tabac !"

NATHALIE (46 ans) - Nationalité F - 04 janvier 2013
"Je suis une ex fumeuse de 1 paquet par jour j ai commencée a 17 ans et j en ai 46 , il y a deux an environ je me suis rendu compte que les cigarettes que je fumais m apportaient plus rien comme plaisir, je travaille comme femme de ménage en résidence et je passer bcp de temps a rouler les cigarettes a l époque c qui perturber mon planning de la journée. J ai décidée de faire la plus belle chose de ma vie et qui soit bénéfique pour moi, arrêter de fumer pour de bon. J AI PASSER DEUX MOIS d'enfer mais je suis non fumeuse depuis septembre 2010 et je suis bcp moins fatiguée, et j en passe... jamais je ne replongerai... toutes les méthodes sont à prendre selon le fumeur que l'on est mais faut bcp de courage car on perd une compagne très chère au début..Ensuite elle reste qu'un mauvais souvenirs... Bon courage aux personnes qui veulent arrêter."
Catégories associées:

sophie (41 ans) - Nationalité FRANCAISE - 08 juin 2012
"bonjour, j'ai arrete de fumer depuis le 3 janvier 2012, au bout de 25 ans de tabagisme (environ 12 cigarettes/jour). quelle fierté quand je vois les autres fumer ! meme si ça n'a pas été facile tous les jours : humeur difficile, 3kg de plus, la peau grasse, les cheveux mous.... mais ce n'est pas grave, le sentiment d'y être arrivé et bien plus agréable et plus intense. maintenant, je plains ceux que je vois fumer (meme si il me tente encore un peu !!!) je force mon cerveau à penser qu'ils sont prisonniers d'un poison, et ça marche... jamais je ne me serai cru capable d'une telle volonté, je n'ai jamais réussi à faire de régime par exemple. ma mère m'a fait la morale très longtemps mais rien. jusqu'au jour ou je suis allée voir un cardiologue (palpitations dues au stress) et il a su trouver les mots : "vous vous voyez dans quelques année dire à vote fils adolescent qu'il ne doit pas fumer ", "il vaut mieux avoir à soigner un problème cardiaque qu'un cancer aux poumons". il a fallu quelques mois pour ces phrases fassent leur chemin dans ma tête ; un lundi soir, j'ai fumé ma dernière cigarette avec ma nièce et le lendemain matin, je ne suis pas retrounée au bureau de tabac, j'ai dit C'EST FINI !!! j'aimerai tellement que mon expérience et mes mots puissent servir à d'autres fumeurs ... à bientot"

Ingrid (46 ans) - Nationalité Française - 25 octobre 2017
"Bonjour, 17ème jour sans tabac et pas peu fière... Yes !!!! Toujours sous CHAMPIX et tjrs pas d'effet réellement indésirables mise à part mes nuits un peu plus courtes, donc tout va bien. Je me rends compte au jour d'aujourd'hui que c'est le 1er pas qui coûte vraiment... Si j'avais compris avant les bénéfices retirés avec l'arrêt de cette satané clope, j'aurais fait cette démarche bien avant... Que de temps perdu... Motivée, motivée, on reste motivée !!!! Bon courage aux futurs ex-fumeurs et bravo aux ex-fumeurs ;-)"
Catégories associées:

FLORENCE (53 ans) - Nationalité francaise - 23 novembre 2018
"Fumeuse depuis que j'ai 20 ans, j'ai arrêté définitivement le 2 Novembre 2018. J'ai fait plusieurs tentatives, la plus longue 2 ans et demi, j'ai repris bêtement au cours d'une soirée, 1 seule clope et j'ai replongé. Je pense que chaque tentative nous renforce, et qu'il faut se faire confiance. Mon plus gros handicap, c'était le réveil, la nuit, les insomnies toutes les 2 heures. Après de nombreuses recherches, j'ai essayé le tryptophane, un booster de sérotonine et ça m'aide pour le sommeil et pour réguler mon humeur. Je me sens bien, libre, je ne sens plus la cigarette, ma peau est plus claire. A c,hacun de trouver sa méthode, j'avais essayé il y a plusieurs mois la cigarette élétronique ça ne me convenait pas. J'avais essayé les pgatchs, les nicorette, très peu pour moi. Là je ne prends rien à part le tryptophane et je m'achète du chocolat noir ça m'aide. Bon courage, ça vaut le coup."

Victoire (41 ans) - 07 juin 2018
"Bonjour, Fumeuse depuis mes 15 ans, j'ai consommé 1 paquet par jour pendant 15 ans puis, après une grossesse sans tabac, 5 cigarettes par jour jusqu'à récemment. J'ai arrête sans vraiment le décider, à la suite d'une bronchite pendant laquelle je n'ai pas touché une cigarette. Au bout de 4 jours d'abstinence, mes symptômes étant passés, j'ai été tentée d'en allumer une mais me suis ravisée en réalisant que c'était dommage de ne pas profiter de cette mini pause pour essayer d'arrêter définitivement de fumer. Ca fait donc 10 jours que je n'ai pas touché un briquet et étonnamment, à part un petit manque le soir après le repas, je ne ressens pas de difficultés particulières. Je suis au courant qu'une toux peut s'installer le temps que les poumons soient nettoyés mais je suis assez étonnée de ressentir des difficultés à respirer et d'avoir la sensation d'avoir le souffle court. Est ce que quelqu'un peut m'éclairer sur ce point ? Merci."
Catégories associées:

Michelle (60 ans) - Nationalité Canadienne - 08 avril 2018
"88 jours sans fumer hier j'ai craquée 1 cigarette oh m'y god ça m'a tellement fait mal quand j'ai inhaler et je me suis même étouffée j'ai voulu essayer et j'ai été puni je ne le referai plus petit accident de parcours je suis vraiment mieux sans fumer 😊"
Catégories associées:

nelly (46 ans) - Nationalité francaise - 10 octobre 2017
"bonsoir moi c est Nelly 46 ans . je viens juste de commencer l arrêt du tabac ( 4ieme jour !!) cela fait 30 ans que je m afflige cette punition ! depuis plusieurs mois je pensais fort a arrêter et puis j en ai vraiment eu marre de la clope et je suis entrée dans une pharmacie et j ai acheté des patchs. pour l instant ça va . j espère tenir c' est pas facile . Mais je me dis que j' ai bien arrêté de boire il y a 10 ans alors que j étais alcoolo dépendante depuis des années.! il faut se battre contre toutes ces addictions qu on nous met sous le nez dés notre adolescence. On a tous été conditionné par la vie, la TV ou notre éducation mais on n'a pas le droit de baisser les bras même si c est dur .Et mettons nos enfants en garde. COURAGE A TOUS ET TOUTES. "
Catégories associées:

Anonyme (47 ans) - Nationalité FRANCAISE - 26 2016
"Bonjour, j'ai 47 ans et je fume depuis l'age de 13 ou 14 ans, je suis à mon 2eme jour sans tabac, et je parcours internet pour trouver des encouragements, mais en fait, en tombant sur ce site j'ai juste envie d'encourager les jeunes fumeurs à s'arrêter le plus vite possible. Ne vous laissez pas enchainer par cette saloperie, la clope ce n'est pas la liberté, toute votre vie est basée autour de la clope, c'est de l'aliénation physique et psychique .... j'étais comme vous jeune libre de mes actes, et cette dépendance à bouffer ma vie... courage pour arrêter"

liliane (61 ans) - Nationalité belge - 14 octobre 2015
"Bonjour, Je reviens sur ce site après une dizaine d'années d'absence car j'envisage de le conseiller à un ami. ....oui! dix ans, cela fait dix ans que j'ai arrêté de fumer. J'ai commencé à fumer à 16 ans, et au seuil de la cinquantaine, je me suis inquiétée pour ma santé et j'ai décidé d'arrêter de fumer. J'ai essayé les patch, l'hypnose l'arrêt progressif, l'arrêt groupé avec des amis...j'ai toujours recommencé. La dernière fois que j'ai essayé, la bonne, j'ai découvert de site. Les conseils, les forums, les réponses du doc à mes questions, et surtout le chat. A n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, on y rencontre des personnes forment un véritable groupe d'entraide. Anecdote: j'ai "clavardé" avec une québécoise et lors de mon séjour à Montréal, nous nous sommes rencontrées! Je suis vraiment heureuse d'avoir arrêté, d'avoir rencontré ce site. Merci ! "

Ambre (33 ans) - 11 décembre 2014
"Ayant arrêter de fumer, je me suis aperçue que c est pas la cigarette qui me manquait mais l 'habitude d avoir une clope à certain moment de mes journées. exemple : en attendant le bus... qu'elle connerie je viens d'en fumer une chez moi mais, malgré tout, par ce que j attend un bus je vais m' en allumer une autre. Mais ce qui m' à fait arrêter pour de bon c mon chirurgien (esthétique) qui refusait de m'opérer si je ne stopper pas 1 mois avant et 1 mois après. Et à chaque fois que j'y pense, je me dis mais que Dieu le bénisse... j ai pu stopper grâce à ma volonté . Adieu à 15 ans de connerie , plus jamais , jamais , jamais "

Valérie (46 ans) - Nationalité Française - 25 mars 2014
"Mettre fin à 30 ans de tabagisme, tel était mon objectif et il m'aura fallu presque 2 ans pour dire STOP définitivement à la cigarette. Très sportive, dynamique, très disciplinée en matière d'alimentation, je 'm'auto-gâchais " . Fumer était un plaisir pour moi jusqu'à début mars. Je n'aurais jamais pensé que cette drogue était aussi puissante. Ce site suisse est une béquille psychologique qui m'aide à vivre jour après jour sans tabac. Je prends seulement un petit traitement homéopathique pour atténuer les effets indésirables. Je suis plutôt fière de moi, mon entourage aussi, c'est motivant et j'ai hâte de pouvoir aider les autres à arrêter de fumer aussi. Objectif à court terme : m'offrir avec l'argent que je dépensais dans les cigarettes une post cure tabac, histoire de me faire plaisir et de me prouver que je suis capable de ne pas rechuter. Valérie "
Catégories associées:

djebalie (53 ans) - Nationalité tunisienne - 07 2018
"bonsoir et bien voila je n'ai pas fumé depuis hier et ce n'est pas si difficile de se concentrer sur le bien étre... pour ça il suffit de vaincre l'envie et de ne pas se mettre dans la téte que c'est impossible. Au contraire il faut se concentrer sur le bien étre aprés l,arret du tabac croyez moi je respire mieux et je suis fiére de moi que je peux résister au désir de fumer hier a chaque fois que j,ai envie de fumer par exemple j ai eu l idée d allez sur youtube et j ai mis comment dessiner et je me suis a dessiner le soir jai lu un livre jusqua avoir sommeil le lendemain je me suis aperçue que quand on veut on peut je ne veut plus fumer parcque je ne peux plus manger jai toujours la bouche amère je ne peux plus trop marcher... ça fait 30ans que je fume il n,est jamais trop tard voila bon courage a tous et a toutes et encore une fois ce n'est pas si difficile que ça"
Catégories associées:

sonia (43 ans) - Nationalité France - 20 novembre 2016
"Bonjour, 6 jours sans tabac !!!!!! mais pour être honnête je ne suis pas à mon 1er essai ; j'avais arrêté 9 ans avant de replonger au départ une taf puis 2, puis une clope, puis 2 et me voilà à fumer de nouveau.J'en ai juste ras le bol d'être accrocher à cette chose qui me fait plus de mal que de bien, je veux réussir et je vais réussir j'ai l'avantage d'avoir échoué je sais donc les erreurs à ne pas faire et je sais que je peux y arriver !!!!! Bon courage à tous ceux qui arrête ensemble on est plus fort nous allons gagner notre combat ;) "

Anonyme - Nationalité Canadienne - 17 février 2016
"Il y aura 14 ans demain, ma grande fille m'apprenait que je serais bientôt, et pour la première fois, grand-maman. Aucune nouvelle n'aurait pu me rendre plus heureuse. Ma réaction a été de mettre de côté mes cigarettes et mon briquet, cigarettes que je fumais, à raison d'un paquet par jour et ce, depuis plus de 40 ans. Ça n'a pas été facile, loin de là, mais j'ai réussi ! Je l'ai fait parce que je voulais rester le plus longtemps possible en santé et en forme pour pouvoir gâter mes petits-enfants ! Aujourd'hui, je suis la grand-maman de 4 beaux petits mousses et j'en profite pleinement. Prendre la décision d'arrêter de fumer et le faire n'est pas facile, mais ça se fait. Si je l'ai fait, ce que je croyais impossible, vous aussi pouvez le faire !"

Maria (29 ans) - Nationalité Suisse - 06 avril 2013
"J ai commencé à fumer quand j avais 14 ans et depuis je fume 1 paquet par jour, voir 2 les soirs de fête! En gros, 15 ans de ma vie a me pourrir la santé! J ai commencé à sentir que la cigarette agissait sur ma santé il y a 1 ou 2 ans lorsque j ai commencé a tousser sérieusement, à avoir mal au poumon et à vraiment avoir du mal à respirer! À chaque cigarette je culpabilisais mais je continuais quand même à fumer en étant persuadée que j avais pas la volonté d y arriver! Il y a 2 semaines, j ai eu la crève et l occasion ou jamais pour ne pas fumer. Depuis, j ai pas touche une cigarette! C est pas simple en sachant que dans toutes les situations du quotidien (de stress, plaisir, ennuie, etc) je fumais. il a fallu et il le faut encore se réhabituer sans... Bref un combat de chaque instant! Mais plus les jours passent, plus je me sens mieux et plus je suis fier de mes efforts! Après seulement 2 semaines, je ne m imagine plus fumeuse et je regrette vraiment ces 15 dernières années à me gâcher la santé! "
Catégories associées:

MARIELLE (44 ans) - Nationalité francaise - 19 décembre 2012
"je suis sous patch depuis le 30/11 mais j ai du mal a tenir sans cigarettes et il m arrive de craquer pourtant je veux arreter mais c est plus fort que moi dur ce dilemene et quelle drogue cette cigarette mais je serai plus forte qu elle du moins je le souhaite de tout coeur bon courage a vous"
Catégories associées:

Anonyme (54 ans) - Nationalité Française - 19 mars 2020
"Bonjour à tous, En plein confinement de coronavirus, je viens de recevoir un message de félicitations, pour 1 an d'arrêt du tabac. Percée de ciel bleu: un sentiment de joie se mêle à celui, très fort, de gratitude pour l'équipe qui a conçu et anime le site. Après 35 ans de consommation, 20 ans de très grosse consommation et de dépendance ++, plusieurs tentatives d'arrêt et un certain découragement, j'ai trouvé la capacité de surmonter toutes les difficultés que j'avais déjà rencontrées. Aidée des patch mais surtout soutenue par le site, ses articles d'info, les tests pour faire le point et voir sa progression, les astuces et techniques: enfin des spécialistes, fins connaisseurs de l'addiction, prennent en compte les épreuves que tu vas subir, t'aident à t'y préparer, à t'armer pour les affronter, et à renforcer tes capacités pour les surmonter. Un entrainement technique, psychologique, une transmission pleine et entière des connaissances que tu peux acquérir sur ce dont du es l'objet (identifier les mécanismes de l'addiction, repérer les symptômes, les accepter, les surmonter), identifier les risques de rechute pour élaborer des techniques personnelles pour s'y préparer...) Autant de connaissances que tu vas pouvoir mettre au service de ta capacité à agir: tu deviens ton propre médecin, l'acteur de ton arrêt. Un sentiment de fierté, de victoire, un gros coup d'amour propre. Du coup en plein arrêt, j'ai affronté 2 inondations d'appartement, un déménagement d'urgence, une maladie cardio vasculaire liée à la conjugaison du tabac et du cholestérol, dont les symptômes se sont déclarés après l'arrêt, un accident chimique environnemental très grave (Lubrizol), et maintenant le coronavirus, comme vous. Parfois encore, je fumerai bien une petite clope, pour m’asseoir et me dire, ouahou. Mais je sais ce que c'est: le besoin de la petite récompense chimique. Et je sais aussi qu'une autre récompense fonctionne tout aussi bien, ou mieux dans la durée. PS: je ne me suis pas pesée mais je n'ai du prendre que 2 ou 3 kilos, perdables si je me bouge un peu plus. Mais j'ai totalement éliminé les graisses animales de mon alimentation, devenue presque végan par nécessité de combattre le cholestérol. Autre appui et pas des moindres: les patch pendant presque 5 mois quand même, et surtout la découverte du Yoga, un soutien très utile pour réapprendre à être en vie, à respirer, à gérer ses angoisses, les insomnies, puis plus tard accompagner ce changement de vision de soi, changement de vie.je souhaite aussi remercier les personnes qui ont laissé leur témoignage, première porte d'entrée vers le site. Ceux que j'ai lus m'ont redonné confiance dans le fait que c'était possible et m'ont aidé à re-décider d'essayer d'arrêter: si j'ai pu, vous le pouvez aussi, ce n'est que du bonheur de franchir les étapes vers la sortir de cette spirale étouffante de l'addiction au tabac. Merci à toute cette communauté humaine virtuelle réunie dans cet échange. Le site fait ici une belle démonstration du rôle que peut jouer le numérique pour les progrès de l'humanité ;) Espérant éveiller en vous le désir de commencer votre arrêt, vous y retrouverez votre amour propre, confiance en vous, et une deuxième vie toute neuve. Stop-tabac.ch vous mettra sur la bonne voie pour retrouver les capacités que le tabac vous a ôtées."

Anonyme (56 ans) - Nationalité Francaise - 13 novembre 2019
"Bonjour J ai 56 ans j ai fumé pendant 28 ans il y a 52 jours aujourd’hui hui que j ai arrêté de fumer, sans aide juste une grande volonté de ne plus me pourrir la santé et de dépensé mes sous pour ça , je ne peu même pas dire que j ai un grand manque et si il m arrive d avoir envie de fumer je fait autre chose je m occupe l esprit , par contre je me suis mise à faire du sport régulièrement se qui m aide énormément et qui me fait un bien fou , course à pied, marche rapide , danse , cardio et pilate un truc de fou mais j adore , je me sens si bien après tout ces effort qu' en faite vous n avez même plus envie de cigarette , je sais que je ne reprendrais plus jamais cette drogue , et je suis fiere pour la maman que je suis et surtout la mamie , voilà je vous souhaite à toutes et à tous bonne continuation et volonté, mais ça en vaut la peine , croqué la vie à pleine dent , PS je n ai pris aucun poids depuis donc motivation Bonne chance à vous tous "

caroline (52 ans) - Nationalité Francaise - 11 mai 2019
"j'ai mis 6 mois pour passer de 20 cigarettes à 0.Le chemin a été long mais pas si difficile. J'en suis à 200 jours sans cigarette et tous les jours je me félicite car c'est important. J'ai fumé 33 ans 1 paquet par jour , une erreur assurément ! tout le monde peut prendre la décision d'arrêter et s'y tenir ! Ayez confiance en vous"
Catégories associées:

Sandrine (38 ans) - 07 mars 2019
"J'ai presque 39 et un merveilleux petit garçon de 3 ans. En Janvier mon monde s'est écroulé : grosse infection pulmonaire. Apres plusieurs examens on me diagnostique de l'emphysème. Je cumule l'asthme, la bronchite chronique et maintenant l'emphysème. Je fume depuis que j'ai 14 ans. Ces derniers mois mon paquet de 40 grammes de tabac me faisait difficilement 3 jours complets. Depuis fin janvier ne me fume plus. L'envie est là, très présente par moment mais je pense fort à mon mari et a mon fils. Je veux voir grandir mon fils sans avoir a traîner une bouteille d'oxygène. Je croise les doigts pour y arriver. "
Catégories associées:

Martine (69 ans) - Nationalité France - 16 janvier 2019
"Bonjour à tous. Moi qui croyais qu'une vie sans cigarettes n'était pas concevable, j'ai le plaisir de dire que je me sens tellement plus en forme depuis que j'ai arrêté. Cela paraît curieux pour une ex fumeuse aussi assidue mais c'est la stricte vérité. Jamais personne n'aurait pu me séparer de ma clope ; aujourd'hui, j'aime toujours la clope mais sans la fumer. Quelques kilos en plus mais ce n'est pas insurmontable. Je suis contente de ne plus fumer malgré quelques inconvénients mineurs. Bien cordialement. Martine "
Catégories associées:

Laurence (46 ans) - Nationalité française - 24 avril 2018
"Bonjour à tous et à toutes j'ai arrêter aujourd'hui cette maudite cigarette a l'aide de patchs et de pastilles j'ai 46 ans et je fume depuis l'âge de 14 ans c'est dur de ne pas craquer je m'accroche surtout le matin et soir je lis vos témoignages ça me rassure c'est des caps a passer vos encouragements sont les bienvenues a bientôt Laurence "
Catégories associées:

Agnes (30 ans) - Nationalité Française - 15 février 2005
"Je suis là Face à moi même Face à la réalité Face à ma stupidité. Je suis là, et je ne me comprends pas. Le pire composant contenu dans la cigarette est la DEPENDANCE... celle là même qui enlève la volonté, la détermination et une partie de la personnalité, incinérée sournoisement par ses soi-disant bouffées de plaisir ! La cigarette est une soeur de tout les instants, toujours présente, bien encrée dans nos poumons quand la vie nous déprime, quand le stress nous gagne, quand l'ennui nous prend, quand les sens s'ennivrent, quand la peur nous envahit, quand le manque est intolèrable, quand l'habitude est insurmontable... Cette soeur fidèle pourrai être là jusqu'à nos derniers instants, le souffle court sur notre lit de MORT. Ce membre de la famille, cette compagne enfume notre ésprit critique au point de ne pouvoir plus rien faire sans elle, d'avoir PEUR de vivre SANS elle et non AVEC elle, d'intoxiquer notre intimité d'une équerante odeur d'esclavagisme. Je suis là, Face à moi même Face à la réalité angoissée mais pleine d'éspoir et je dis NON à cette maudite fraternité."

Mathilde (16 ans) - 16 septembre 2006
"Bonjour je suis là parce que je voudrais vous raconter une histoire. elle va vous paraître un peu longue peut-être mais c'est une expérience, telle que je la vois. C'est l'histoire d'une fille que je n'ai jamais très bien connue, je ne l'ai jamais beaucoup appréciée et j'ai d'ailleurs encore du mal à la supporter parfois. J'ai eu de longues conversations avec elle, on s'est beaucoup écrit, j'ai appris à la comprendre un peu mieux. Elle a toujours été très entourée mais ça se voyait, elle était timide et très seule en fin de compte. Très seule dans sa tête. Je sais qu'elle a toujours voulu qu'on l'accepte parce qu'elle croyait être différente des autres, elle pensait que personne ne pouvait la comprendre. Alors pour attirer l'attention, elle a fait ce qui était cool , elle s'est acharnée sur les gens que personne n'aimait, ça lui faisait du bien en même temps, à l'école elle avait toujours le plus de billes, la plus belle corde à sauter, le plus bel élastique pour que les gens viennent jouer avec elle, enfin plein de trucs bêtes mais mine de rien ça marchait. Arrivée à un certain âge, l'adolescence à commencer, difficilement d'ailleurs, elle voulait garder son statut de cool mais elle avait pourtant du mal à mûrir. C'est à cette période de la vie où on commence à voir partout autour de soi des filles et des garçons qui sortent ensemble. Rien de bien méchant, on se tient la main et on fait un bisou sur la bouche pour épater tout le monde, c'était ça le truc cool, mais elle, elle était pas très douée pour ces choses là, elle était trop timide. Alors elle a lu des magazines, plein de magazines pour savoir comment on s'y prenait. Elle y a vu de jolies filles, bien habillées, excentriques et minces, très minces. Elle a donc fait des régimes. Le problème avec l'envie de changer pour plaire, c'est qu'on en vient à détester sa propre image. Ce qu'on est, c'est nul, on s'en veut et on en veut à ses parents, pas forcément consciemment mais on les accuse de ne pas nous avoir fait sur un modèle parfait. Evidemment, à 12 ou 13ans, quand on pense avoir deux kilos de trop, les régimes ça sert à rien, c'est même mauvais pour la santé. Elle est donc devenue maladive, le teint pâle, male dans sa peau, se renfermant pour mieux cacher ce qu'elle était. Personne ne devait savoir qu'elle n'était pas la fille cool qu'elle voulait être. Elle a tout de même fait son petit bonhomme de chemin, découvrant petit à petit ce que c'était d'être une grande fille. Elle a su garder ses amis en se basant sur leur modèle, eux ils étaient bien donc elle devait être pareil. Elle a eu ses petites histoires d'amour collégiennes, les premières disputes avec ses parents parce que ces abrutis ne voulaient pas la laisser sortir jusqu'à minuit malgré ses 14ans . C'est presque comique Petit à petit, ce qui est devenu cool, c'est la cigarette et l'alcool. Ses copains parlaient de leurs cuites, des exploits de soirées auxquelles elle ne s'amusait pas. ils s'en grillaient une en douce derrière les buissons du collège. Elle, elle était stressée, fatiguée de toujours adapter sa propre personnalité à celle des autres, se mettre à fumer lui parut donc très simple, ça lui permettait de faire bien dans les fêtes malgré son ennui . Ça lui occupait les mains. Elle acheta donc des paquets de cigarettes; un par soirée, elle le fumait entièrement, ça la tenait éveillée mais vingt cigarettes, une à deux fois par mois, c'est presque une cigarette par jour, à 14ans c'est pas conseillé. C'était devenu un jeu d'enfant pour elle de fumer. Pas la peine de se forcer pour faire bien, le goût était agréable, un paquet de temps en temps ne lui coûtait presque rien et ses amies lui disaient qu'elle avait la classe quand elle fumait, que ça la grandissait. Elle fuma donc plus (on ne fait jamais trop bien). Aujourd'hui elle a 16ans, elle fume entre huit et quinze cigarettes par jour, ça coûte une fortune et elle n'a pas les moyens d'acheter tous ces paquets alors elle vole dans le porte-monnaie de ses parents. Quand elle a une bronchite, ça dure trois semaines, voir plus d'un mois. Son teint pâle elle l'a toujours, mais c'est à cause des cigarettes qu'elle fume qui lui creusent des cernes noires sous les yeux. En y repensant, la cigarette elle s'en serait bien passé, elle s'est aperçue bien tard que c'était pour son originalité que ses amies l'aimaient. Qu'il n'y a aucun cool qui tienne et que les gens l'apprécient telle qu'elle est et la respecte ou l'ignorent. Le plus stupide dans cette histoire, c'est que cette fille, c'est moi. "

marie-lise (60 ans) - Nationalité Canadienne - 04 janvier 2005
"JE suis une femme de 60 ans bientôt 61.je fume depuis l`âge de 14 ans(pour faire comme les autres au début au travail,j`étais la plus jeune,je voulais pas passer pour un bébé.je toussais beaucoup et je me crachait les poumons .je décide d`en parler à mon médecin que je ne filais pas bie du côté gauche poumon,cou,dos,bras perte de conscience,ça fesait 5 ans 1/2 que je n`avais pas eu de (RX). Le médecin m`a dit on va en faire passer un RX. 1 semaine plus tard il voulait me voir à son bureau (alors je savais)(cette mosus de cigarette) Il me dit t`as une tache de 3cm par 2cm 1/2 sur le poumon gauche le plus gros lobe celui du haut.Donc juillet je commence tout mes tests (CANCER)MALIN OU BÉNIN ON VERRA .JE SUIS opérer le 27 sept.2004 passée 3 semaines à l`hopital car ma 2 ième partie fait de l`eau. Je sort le 14 octobre . ma soeur viens me chercher et passe 4 jours avec moi et fûme dans la maison(moi ça fesait e semaines que je n`avais rien touché)elle avait promis mais ??? Alors j`ai recommencer et si je continue , je sais très bien que ce cancer va s`attaquer ailleur si ce n`est déjà fait. Ce soir le 4 janvier 2005 il me reste 12 cigarttes et je m`en achète plus d`autres. ALORS LES PLUS JEUNES ET MOINS JEUNES CROYEZ MOI, CELA N`ARRIVE PAS QU`AUX AUTRES COMME ON DIT SOUVENT. FAITES LE MAINTENANT( IL Y VA DE VOTRE SANTÉ ET PEUT ÊTRE VOTRE VIE) je suis en rémission et j`ai peur. (( très ..très..important LES PROCHAINS CE SERA PEUT ÊTRE VOUSSSSSS)) UNE MAMAN QUI A PEUR.JE TERMINE AUJOURD`HUI POUR DE BON ...PROMIS. merci de m`avoir lue jolanne"
Catégories associées:

Bertille (24 ans) - Nationalité Française - 28 juin 2004
"J'étais fumeuse depuis près de 10 ans, pas une journée sans que cette satanée clope me rappelle à l'ordre: "Fume-moi, Fume-moi... Tu verra comme tu es bien après". Puis il y a 1 an et demi j'en ai eu marre, marre de cette cigarette, du fric claqué à rien, de cette dépendance, de ce paquet qui prennais tant de place dans mon sac, marre d'être fumeuse. Pourtant j'aimais ma cigarette, et je l'aime toujours, j'adore encore maintenat être fumeuse passive. L'odeur de la cigarette est pour moi un délice. Depuis 1 an et demi, j'ai du réaliser entre 10 et 15 tentatives, plus ou moins longue, plus ou moins efficace, avec les patchs uniquement, des chewing-gum avec ou sans nicotine, en remplaçant la cigarette par des bonbons (sans sucre), avec de l'homéopathie seule ou avec un traitement anti stress complémentaire, et les méthodes où l'on réduit progressivement( j'ai jamais réussi à descendre en dessous de 5). J'ai utilisé chacune de ces méthodes seule ou mélangées à d'autre, aucune ne m'a réussi, mais plus que les méthodes pour c'est la période qui ne s'y prêtait pas, j'étais mal dans mes baskets alors forcément ça n'aide pas. Et à l'époque de mes différentes tentatives précedentes, je n'avais le soutien que j'ai eu cette fois ci. Pour les méthodes ci-dessus, la plus efficace (selon moi) c'est le mélange après diminution progressive, des patchs avec l'homéopathie (ou les bonbons sans sucre je suis très gourmande) Et j'ai contrôlé ma comsommation pendant toutes les périodes où je fumais. En faisant attention, j'avais diminué ma consommation d'une petite dizaine de cigarettes. A la fin, je fumais entre 5 et 8 cigarettes par jour. Ce contrôle permanent est devenu un enfer, j'avais deux paquets (50 cigarettes) pour ma semaine et il n'était pas question de fumer plus. Je n'avais pas besoin de plus mais je voulais plus tout le temps. Puis un jour, je ne sais plus comment j'ai donné mon paquet à mon ami (un non fumeur notoire), je devais simplement fumer ma prochaine cigarette le plus tard possible. Le Lendemain, j'étais hystérique, il me fallait mes cigarettes, il a fini par m'en donner une. Le surlendemain, j'ai eu deux. C'était la première fois que je ne fumais qu'une ou deux cigarettes dans ma journée. Ca m'a donné confiance, je suis allée chercher des patchs j'ai pris les plus faibles juste pour l'effet placebo... Après 15 jours sans tabac, j'ai eu l'impression d'être à la fois boulimique et dépressive. On ne pouvait laisser aucun aliment devant moi, je mangeais tout à m'en rendre malade, et si mon ami (ou quelqu'un) avait le malheur de m'en faire la remarque, je m'énervais. Encore aujourd'hui (je n'ai pas touché une cigarette depuis + de 5 semaines) mon ami subit mes humeurs, mon énervement (on a un code pour quand je suis trop méchante, comme ça soit je me calme soit je m'éloigne un peu le temps que ça passe) et mes crises de larmes, je tiens à le remercier dans ce témoignage car sans lui je n'aurai pas réussi à arrêter de fumer. J'ai aussi été beaucoup soutenu par mon médecin un ancien fumeur, qui en plus de me donner un traitement pour mes sautes d'humeur, a expliquer à mon ami qu'il est normal que "je sois chiante" (selon ces propres termes) et lui a parlé d'une étude américaine qui montrait que les effets secondaires de l'arrêt du tabac et de l'héroïne sont les mêmes. Ainsi je suis soutenue par des personnes qui soit me comprenne ou d'une patience exceptionnelle. Je crois qu'il faut impérativement être soutenu par un maximun de personnes et toujours positivé. J'ai pris 3 kg mon ami est ravi j'ai pris de la poitrine. On se console comme on peut... Voilà en quelques mots comment j'ai arrêté de fumer... Courage à tous et à leur entourage "

CLAUDINE (42 ans) - Nationalité Belge - 13 juin 2001
"Mon mari est décédé en 91 à l'âge de 41 ans d'un cancer du poumon qui avait déjà fait des métastases.Il a commencé à avoir quelques douleurs à la tête qui ont jour après jour empiré et qu'aucun médicament ne soulageait (même pas la morphine à hautes doses). Ce cancer était inopérable parce que mal situé.Il a horriblement souffert pendant 3 mois, puis suite à une injection au cerveau pour calmer la douleur , il est entré dans le coma et s'est finalement éteint. Je fumais également ,mais malgrè tout il m'a fallu 2 ans pour prendre la bonne décision. Je voudrais dire aux jeunes qu'avant de commencer à fumer une cigarette, ils devraient penser à ce qui risquent de leur arriver et ne pas se dire "advienne que pourra, je n'y suis pas encore". Lorsque la maladie est là, il est trop tard. Je ne souhaite à personne de vivre le calvaire que mon époux a vécu et qu'il a fait vivre à son entourage parce que si il a souffert, sa famille est encore traumatisée de l'avoir vu souffrir."

Virginie (33 ans) - Nationalité francaise - 06 octobre 2003
"J'avais 15 ans quand il est mort... Mon pere. En 10 mois, je l'ai vu se degrader, souffrir, mourir. A l'age de 6 ans, je comprenais ce que ca voulait dire que fumer, car mes deux parents fumaient. Par un petit "don" que je possede, j'ai eu un flash, une certitude : j'ai toujours su qu'il allait lui arriver des malheurs a cause de la cigarette... Terrible, voir mon pere, costaud, baraque, qui avait fait de la lutte et avait ete fort aux Halles, je pouvais le porter sur la fin (35 kg)... Sa morphologie me rappelait ces morts-vivants revenus des camps d'extermination, car il s'agit bien la d'une extermination de masse, la cigarette. Puis la veille de sa mort, j'ai vu son cercueil. L'hopital a appele le matin ma mere : "Votre mari ne va pas bien, venez vite." Elle a eu la presence d'esprit d'appeler la soeur de mon pere et son mari. A trois, ils y sont alles pour voir ce qu'il en retournait. Je suis allee au lycee orpheline, et je l'ignorais. Jusqu'a la fin de mes jours, je verrai encore tout ca. Il est des blessures dont on ne guerit jamais pour ainsi dire. Terrible, a 15 ans de voir un cadavre, celui d'un de ses parents. Bien sur, c'etait mieux ainsi pour lui. Mais pendant des annees, la peur de la mort m'a hantee, cauchemars, etc. Quand je parlais a mes camarades de classe du tabac, que c'est une vraie merde, je ne les convainquais pas, la mort c'est abstrait quand on est ado... Sauf pour moi !!! Comme ils savaient que j'avais perdu mon pere pour cette raison, ils ne disaient rien. Mais le probleme du tabac, c'est que les dommages ne se font sentir qu'une fois qu'ils s'imposent, souvent de maniere irreversible. N'attendez pas d'avoir des atteintes graves pour faire quelque chose !!! Je suis devenue asthmatique avec les 5 ans passes a l'universite ou l'on fumait dans les locaux. Merci !!! La famille de mon pere : tous ceux qui sont morts, le sont du CANCER. Je suis la 4eme generation en ligne droite, peut-etre que je connaitrais le meme destin. Mais je me suis juree de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour limiter la casse. Je n'ai jamais fume, sauf la clope des autres suffisamment idiots pour ne pas voir les signes "interdit de fumer" dans les lieux publics. Je fais gaffe a l'alimentation. Je fais du sport dans la limite imposee par mon asthme. Quand je vois des nanas enceintes fumer, j'ai envie de les secouer, de les gifler, comme pour les sortir d'un mauvais reve, tellement ca me degoute de se montrer aussi irresponsables. Ma mere ne me l'a jamais dit, mais je la soupconne avoir fume pendant qu'elle me portait. J'ai toujours eu des problemes respiratoires. Voila, en vrac, mon temoignage, mes reflexions sur la question. Ne vous laissez pas manipuler par les grands fabricants de tabac, marchands de mort par excellence. Rappelez-vous que vous etes plus forts qu'eux, mais que la mort, elle, sera plus forte que vous. "

Sarah (30 ans) - 04 mai 2006
"Bonjour, je m'appelle Sarah, j'ai 30 ans et je suis enceinte de mon 2ème enfant. Le 1er a déjà plus de huit ans et quand j'étais enceinte de lui je n'ai pas arrêté de fumer. Je suppose qu'à 21 ans je ne me rendais pas compte des risques que je lui faisais courir. Par chance, il est né en bonne santé, mais il aurait sûrement pu éviter des bronchites asmatiques s'il n'avait pas eu des parents fumeurs. Depuis environ 3 ans, j'ai fait plusieurs tentatives d'arrêt, sans aide d'abord, puis avec des Patch et à chaque fois j'ai recommencé. Mon plus gros problème, c'est l'entourage qui fume et le fait que je sois très irritable et déprimée à chaque tentative. Lorsque j'ai appris que j'étais enceinte, j'ai tout de suite arrêté de fumer, malheureusement le fait d'avoir un compagnon fumeur ne m'a guère aidée. Il évite de fumer quand je suis dans une pièce avec lui, mais l'odeur, les mégots et ses paquets de cigarettes qui traînent partout ne sont pas faits pour me motiver. J'ai de sérieuses douleurs de dos et de nerf sciatique depuis le début du 2ème trimestre et quand ces douleurs s'accumulent avec d'autres soucis, je craque. Si je devais sortir pour m'acheter des cigarettes je suppose que j'aurais résisté, mais dans mon cas tout est à portée de main. J'ai d'ailleurs recommencé puis arrêté 3 fois depuis le début de ma grossesse et je veux vraiment que cette fois soit la bonne. Mon bébé a le droit de respirer de l'air pur, mon grand garçon aussi et je ne veux pas les priver de leur maman alors qu'ils sont trop jeunes non plus! En plus des patch, j'ai pour m'aider des granules homéopathiques et depuis 10 jours ça va assez bien. Peut- être qu'avec mes accumulations de tentatives d'arrêt je deviens plus zen. Ceci dit, ce n'est pas évident d'arrêter de fumer quand votre conjoint veut continuer. Je ne peux pas lui interdire de fumer dans la maison, c'est aussi la sienne et j'en ai tellement marre qu'on se fâche à cause de ça que finalement je prend sur moi (quand on se fâche je déprime et quand je déprime je recommence à fumer). J'ai été une fumeuse pendant 15 ans, je comprend son point de vue, moi-même je ne me suis jamais retenue de fumer en présence de mon fils pour son bien-être à lui. C'est fou comme on peut être égoïste et inconscient quand on est accro à cette saleté. Je souhaite du courage à tous ceux qui désirent arrêter et je crois qu'il ne faut pas hésiter à multiplier les aides, patch, antidépresseurs, médecines douces, hypnose, livres, sites internet, médecins etc. Mon père est mort la veille de son 60ème anniversaire d'un cancer des poumons dû à la cigarette. Il a fait un peu plus de deux ans de chimiothérapie et autres traitements lourds, à la fin il ne pouvait plus marcher deux mètres sans être complètement essoufflé mais il a quand même fumé jusqu'à la fin. C'est effrayant de voir à quel point on peut être dépendant de la cigarette. Moi je préfère arrêter avant qu'il ne soit trop tard. "

Lisette (52 ans) - Nationalité Canadien - 01 2007
"Aujourd'hui 30 juin 2007, je fête 6 ans sans tabac grâce à mon désir "sincère" de cesser ma dépendance à cette substance que tous et chacun d'entre-nous savons empoissonnées. Quelle fierté! J'ai encore le souvenir ce 30 juin 2001 lorsque j'ai réussi un 24 heures sans tabac. Quelle joie! Ce cheminement a été plutôt psychologique que physique. Tout se jouait dans ma tête. Suite à mon désir de cesser cette dépendance, à mon rendez-vous médical annuel j'ose dire à mon médecin mon souhait à cesser de fumer. Elle me suggère le Zyban, car elle m'avait soumis à toutes les questions, interrogations où encore aux contre-indications du temps. Je n'étais pas à risque. Je donne mon accord pour "oser ma future réussite". Je suis réceptive aux médicaments car je suis en bonne santé et j'en prends très très peu. Dès les premiers jours je ressens un dégoût du tabac ... presque la nausée. Lorsque qu'un flash d'un besoin de nicotine se fait sentir, je résiste car je suis persuadée que cela dure que 60 secondes... pas plus. C'est ce 60 secondes que le démon du "désir intense" travaille. Crois-moi, si tu désires vraiment cesser de fumer et que tu résistes à ces quelques secondes, tu seras un "CHAMPION".... tu auras gagner! Qu'est-ce que c'est quelques secondes à résister au besoin à comparer aux minutes de culpabilité. Précision, mon désagrément à la prise du Zyban fût environ 6 semaines de démangeaison sur le visage, bras et jambes. Désagréable sur le moment mais quelle bonheur à comparer à cette dépendance du passé. J'ai épargné des $$$ en plus afin de me gâter! Crois-en toi et résistes aux secondes de ce besoin intense. Ce sont quelques secondes si vite passées dans ta ... VIE! Aie confiance, tu es plus fort que tu le crois!."

Cécile (17 ans) - 05 janvier 2006
"J'ai 17 ans et demi aujourd'hui .. Je vis actuellement avec ma soeur et mon père, et nous sommes heureux .. Enfin heureux est un mot assez gros car il manque quelqu'un .. ma mère ... Es est décédée d'un cancer de l'eosophage en septembre 2004 .. Je ne savais pas qu'elle allait mourrir, je savais juste que elle allait a l'hopital toute les semaines pour se faire soigner et quand je lui demandais se qu'elle avait, el me répondait que les doteurs ne savaient rien .... El ne voulait nous dire la vérité .. seul mon père était au courant .. Et quand g appris qu'elle est morte a cause de la cigarrette, sa ma énormément choquée ... Moi meme je ne fume pas et j'en suis fière .. Mon père et ma famille on arrété de fumer les uns après les autres, il y a quelques années =) Aujourd'hui, je lutte pour que mes ami(e)s évitent d fumer devant moi car je deteste l'odeur de la cigarrette et voir quelqun a qui je tiens se détruire comme sa je le supporte pas .. Je leur demande au moins d'atténuer leur nombre de cigarrettes par jour .... La personne qui comptait énormément pour moi n'est plus là .. Le seul moyen c'est d'arréter a plusieurs sa aide !!!! De quelle facon qu'il soit, ne fumez pas ... En plus il peut vous arrivé des choses horribles a vous et votre entourage !! Un bb peut mourrir ou vivre avec d fils partout toute sa vie, et une personne qui ne fume pas mais qui inhale bcp de fumée a encore plus de risque qu'un fumeur de mourrir d'un cancer ou autre !!!! Si vous fumez, respectez les autres non fumeurs et les lieux publiques .... "

Jess (23 ans) - Nationalité suisse - 14 septembre 2010
"J'ai commencé a 15 ans, parce que ça paraissait cool. J'ai 23 ans, et je fume tous les jours. Les problèmes de santé que la cigarette occasionne, ça m'est toujours passé loin au dessus de la tête. Le cancer du poumon? non, j'y ai jamais vraiment réfléchi... Ce que j'avais encore moins pensé, c'est que le tabac occasionne d'autres maladies, bien moins connues que le cancer, et pas forcément mortelles. Tout a commencé par une légère douleur aux dents. Un anti-douleur, et je continue ma journée comme si de rien n'était... Le soir, encore mal, je touche l'endroit en question, et sors mon doigt de ma bouche...plein de sang. Le lendemain, je me reveille avec un bain de sang dans ma bouche.. Je sors un bain de bouche antiseptique, et hop je reprend mon rythme de vie normal. Deux dents déchaussées plus tard, j'arrive chez le dentiste en pleurant de douleur. Le diagnostic est la : Gingivite Ulceronecrotique. Vous connaissez? La gencive nécrose, oui, elle pourrit. La douleur est intense, on a un goût de métal dans la bouche, l'haleine est pourrie, les dents se déchaussent, et au final, elles tombent.... J'ai de la chance! Je me suis réveillée a temps et soignée correctement. J'ai encore mal, le traitement est long, je dois faire contrôler ma bouche bien souvent car le risque de récidive est la, et l'enjeu, c'est quand même mes dents! Pour être une jeune fumeuse, je sais que lorsqu'on nous parle de cancer, de problèmes cardio-vasculaires, etc... cela nous parait loin, ou théorique. Je sais que ces choses peuvent arriver. Mais je voulais dire aux jeunes, qui comme moi, fument et ne se sont jamais préoccupés de leur santé, qu'il existe des maladies moins graves, comme la mienne, mais qui peuvent aussi nous pourrir la vie. A 23 ans, j'ai risqué de perdre mes dents a cause du tabac. Qu'est ce que je vais encore risquer a 30 ou 40 ans? Non merci, j'ai 23 ans et toutes mes dents, et je les garde! J'arrête la clope!"
Catégories associées:

Barbara (37 ans) - Nationalité Française - 09 mars 2006
"Début de la clope 11/12ans suite à de gros soucis familiaux. D'une passée à 1 paquet puis 2. 2 grossesses une avec patch 3 mois sur 9; l'autre avec diminution suivant les jours. Grosse culpabilité. aH OUI mon conjoint fumait aussi depuis l'âge de 14 ans même consommation. Bref les enfants grandissent vous demandent d'arrêter, vous commencez les quintes de toux en journée le matin, les fins de mois sont difficiles car à deux, 2000francs minimum dans les clopes par mois. LE 1ER JANVIER 2006 nous décidons d'arrêter ensemble, le déclic et non la volonté le véritable déclic la volonté est arrivée juste après pour ne pas en rallumer une. Les 3 premières semaines super et maintenant 2 mois et demi après le moral dans les baskets en permanence, envie de pleurer tout le temps, prise de poids importante alors qu'avant je mangeais tout ce que je voulais sans prendre un kilo!!!! J'ai la sensation de faire le deuil d'une personne que j'ai aimé pendant 25 ans et ce n'est qu'une clope!!! L'horreur! Mais curieusement, malgré tout ça aucune envie de rechuter (pour le moment). Voilà pour le moral du jour. Et en allant sur les forums je me suis aperçue que je n'étais pas toute seule à vivre ces moments de déprimes. "

Patricia (47 ans) - Nationalité Francaise - 30 octobre 2003
"Bonjour,j'ai 47 ans et je viens de faire un infarctus. Je ne savais pas ce qui m'arrivait et quand le médecin m'a annoncé que j'avais une artère du coeur bouchée j'ai pleuré. La première chose que j'ai dite c'est:j'ai fumé ma dernière cigarette aujourd'hui. Après avoir subi une artèrographie, je suis restée 17 jours à l'hôpital. J'ai demandé une aide psychologique pour m'aider à arrêter de fumer. Je suis allée en maison de repos et j'ai bénéficié d'un soutien par le port d'un patch.Cela m'aide beaucoup et après 30 jours je suis toujours non fumeur et je suis sûre de le rester. Je voudrais dire aux jeunes de ne jamais commencer à fumer, cela n'est pas la bonne solution. Maintenant que je ne fume plus, je me sens vraiment mieux."

Olivier (32 ans) - Nationalité Française - 15 mai 2006
"Rebonjour à toutes et tous. Il y a quelques jours je vous parlais de ma maladie et de mon futur arrêt du tabac. Bon alors voilà. Nous sommes lundi 15 mai 2006 il est 15h28 et j'ai arrêté depuis samedi 13 mai 2006 00h05. Inutile de dire combien c'est dur et combien je suis tenté de recommencer pour diminuer ma douleur psycologique. J'en peux plus, je me sens usé, fatigué et nerveux. Je fais tout pour passer les envies, je reste occupé tout le temps et...tout le temps je pense la cigarette. Mais combien de temps faut-il attendre pour ça passe, que faire en plus du Ziban et du patch, y a t-il quelqu'un qui peux m'aider, en parler enfin je ne sais plus. C'est vraiment halucinant que ce poison nous rende dépendant à ce point. Je tourne en rond en attendant que des gens me contacte afin de pouvoir en parler. Je ne veux pas craquer HELP ME! Merci à tous pour vos témoignages vis à vis de mon 1er message. Olivier"

Anonyme (18 ans) - Nationalité Française - 02 décembre 2005
"A tout ceux qui prendrons le temps de me lire, et de réfléchir... Voila le bilan de ma vie: 12 ans: 1ère clope. 14 ans: 1er joint. Et on peut s'arrêter la. Le reste de ma vie n'est que tristesse, dépressions, remises en causes, et toujours cette fichue dépendance qui me bouffe la vie. Depuis 3 ans déja, je me suis mise a prendre des douilles ( pipes a eau). Et la, la spirale infernale. Scotchée, amorphe a longueur de temps, humeur massacrante et tremblements si j'ai pas ma douille. Mais ça ne touche pas que moi...Je n'ai plus que des contacts basiques avec mes parents ( qui doivent être préoccupés à autre chose puisquils n'ont rien remarqué....je suis avec quelqu'un depuis 10 mois qui fume aussi, mais que des joints. Et le shit ronge notre histoire.Ultra jaloux et possessif, j'ai du cesser de voir mes amis, de sortir. Je l'aime, plus que tout et je sais que sa parano et ses violences verbales sont dues au fait qu'il soit défoncé.Seulement, quand il n'y a plus de bédo, c'est encore pire, sa jalousie s'amplifie avec le manque et je deviens la pire pétasse de cette terre a ses yeux. De plus, ne supportant pas les douilles, je dois me cacher pour les prendre, et la pression constante qui m'accable ne m'aide pas à arrêter de fumer. Accro, droguée a longueur de temps, pourtant personne ne se rend compte de mon état intérieur que je cache trop bien. Je ne veux donner de conseils a personne. Je bveux juste exposer les faits, et permettre aux gens de voir leur propre vérité. Merci de votre attention, et,qui sait....adieux "

Marion (16 ans) - Nationalité francaise - 06 février 2005
"Bonjour,je m'appele Marion,j'ai 16ans et je fume depuis l'age de 11ans.Je pense que la seule chose que je regrette aujourd'hui,c'est d'avoir commencé... J'ai perdu un membre de ma famille qui était atteind d'un cancer de la george;durant plusieurs années,je l'ai vu souffrir et mourrir de jours en jours...Et moi a 16ans je n'arrive même pas à prouver à mes proches que je suis capable d'arrêter cette drogue.J'ai honte...La premiére fois que j'ai pris une cigarette,c'étais pour cacher ma souffrance de petite fille.Mais je vous assure cela ne sert a rien et bien au contraire,on souffre davantage.Je fume plus d'un paquet par jour,et j'ai de grosses insuffisances respiratoires...Que me réserve l'avenir,que vais-je devenir?Avant de commencer cette énorme erreur que vous regretterez toute votre vie,penser a votre avenir a vos enfants et a vos proches...J'espere que le message fera réagir certains d'entre vous parce que ce n'ai pas seulement une rumeur,la cigarette TUE vraiment..."

Anonyme (25 ans) - Nationalité française - 29 mai 2001
"J'ai fumé durant ma grossesse et le résultat a été un bébé de un kilo 700 grammes et de quarante centimètres. Ne faites pas la même erreur que moi car encore aujourd'hui, mon fils a des problèmes de santé. "

Anonyme (25 ans) - 25 mai 2004
"Bonjour, J'ai décidé sans vraiment le décider de stopper la cigarette il y a 2 jours. Pour l'instant je tiens bon car je suis aidée de patch, ainsi je ne ressent aucun manque physique, tout est dans la tête. Je voulais dire que le cancer touche un membre très proche de ma famille mon père(Ex fumeur depuis l'annonce 1997) et que cela fait 7 ans que je le vois se battre sans avoir eu le déclic moi meme de dire stop. Dimanche 23 mai, en rentrant du sport je n'avais plus de cigarettes, je n'en ai pas racheté. Il faut rappeler qu' être soigné d'un cancer est possible. Mon père l'a été il y a 5 ans. Cet épisode était derrière nous. Ce que l'on nous ne avait pas dit c'est que les rayons lui brûleraient définitivement tous les muscles du visage. Aujourd'hui, 25 mai 2004, presque 7 ans après il se bat encore et a encore rdv cet après midi avec un spécialiste : il ne peut manger que du "liquide" ou de la purée et des aliments très mous, et sa parole est quasiment devenue incompréhensible. Ce qui me fait tenir à la seconde ou je vous écris (13 H 00, déjeuner terminé, réflexe de la cigarette pour les habitués) ce sont vos témoignages, les photos (faible mot pour ce que l'on voit)disponibles sur votre site et surtout le fait que quelque part en France aujourd'hui mon père et ma mère se battent encore pour qu'un jour ils puissent avoir une retraite à deux et peut être des petits enfants à choyer ensemble, JUSTE POUVOIR PROFITER DE LA VIE APRES 40 ANS DE TRAVAIL."
Catégories associées:

francoise (50 ans) - 05 mars 2005
"Bonsoir,Combien ai-je fait de tentatives?Je ne saurais le dire,plus d'une dizaine.Le tabac me tiens et m'emportera peu être comme il a emporté déjà 3 membres de ma famille.Arrête!me direz-vous,bien sur je le voudrais mais pour ça il aurait fallu que jamais je ne commence.Je suis moralement très diminuée même si je le cache.Et comment ne pas l'être lorsque je suis comme un lion en cage,prêt à mordre parce que je n'ai plus de cigarettes;quelle image avoir de soit lorsque incapable de dire stop je fume en cachette et mangeant des chewingums pour masquer l'odeur.Ma vie pour le tabac c'est que tricherie et je ne suis pas fière croyez moi.Mes tentatives d'arrêts finissent aux oubliettes parce que malgrès toutes les aides que j'ai trouvé:ziban,pass,gomme,aide psychologique...le manque qui me réveille la nuit,la fumée des autres que je suis à la trace et ces bureaux de tabacs à tous les coin de rue,et ces mégots qui dès l'ouverture de la porte d'entrée sont là pour que la cigarette impreignée dans mon cerveau ne s'oublie pas font que la lutte est inégale et je suis faible.Il suffit d'une toute petite contrariétée,en fait une excuse pour que s'envolent toutes mes bonnes résolutions.Pourtant je ne cesse de me dire qu'un jour j'y arriverai, un jour je serai plus forte qu'elle.Jespère juste d'y parvenir avant que la maladie ne m'y contraigne car j'ai tellement projets pour ma retraite que je voudrai pas les perdre pour elle:la cigarette."
Catégories associées:

julie (21 ans) - Nationalité francaise - 16 février 2005
"waouh ! c'est dingue de se dire qu'on est autant à ressentir la même chose face à cette m... pour ma part je fumai depuis mes 15ans. j'ai essayé : les patchs, les nicorettes à sucer ( à vomir !), j'ai meme lu le livre d'allen carr, sans tenir plus de deux semaines !j'ai alors pris ce fameux zyban, qui, je trouve, a été très efficace : au bout d'une semaine la cigarette prend un gout ignoble et on se passe de fumer sans problème. il est vrai que ca met un peu dans le coltard les trois premiers jours, mais après ca va. je ne supportai plus l'odeur du tabac dans ma maison, mes vetements, mes doigts, ma voiture, partout ! j'ai pris mon courage à deux mains : il faut arreter, pas seulement diminuer, et vraiment se motiver. du coup, je me suis imposée piscine une fois par semaine + régime légumes blanc de dinde ! faut le vouloir, c'est tout. et quand j'avais un petit coup de déprime et surtout envie d'en griller une, j'allai lire les témoignages de ceux qui ont arrêté, et ca me remontait bien le moral. alors surtout ne pas se décourager, ne pas replonger betement après tous ces efforts, et mettre l'argent de côté pour se faire vraiment "plaisir" pas comme se faire plaisir en fumant sa clope. Allez, BON COURAGE à TOUS ET à TOUTES !!!!!!!!!!!"
Catégories associées:

Anonyme (14 ans) - Nationalité Francaise - 19 2004
"Le petit copain de ma soeur(il a 17ans) fume pres de 20 cigarette par jour. Depuis quelle sort avec lui, ma soeur elle meme fume.Tous les 2 sont asthmatiques et cela leur complique de plus en plus la vie. Je leurs ai dit que c'était tres dangereux pour la santé et je leur ai meme montré des témoignages que jai recueilli sur ce site. I ls me traitent tous les 2 de folle et me disent qu'un jour, je fumerai aussi et que j'aimerai ca. Ma soeur na que 15 ans. Elle a beau dire quelle ne fume pas bcp, jai peur pour elle. Son copain narrive pas a arreter de fumer, et je pense que si elle va continuer de fumer, elle ny arrivera pas non plu. J'ai peur de perdre ma soeur. Je n'ai pas envie quelle meurt jeune en pensant "pourquoi n'ai je pas écouté ma soeur, pourquoi?". Je ne sais plus quoi faire, elle ne veut pas arreter et dit qu'une cigarette de temps en temps ne peut pas faire de mal. Mais elle fume passivement quand elle est avec lui. J'éspere que mon témoignages vous permettra de comprendre ce que ressente les proches d'un fumeur."

LACOUR (39 ans) - Nationalité Française - 20 avril 2007
" bonsoir, J'ai arrêté de fumer depuis trois mois, sans y croire depuis plusieurs tentatives et puis voilà ce soir je replonge, en réalité depuis dimanche dernier. Un cigare histoire de dire j'ai le droit à un petit plaisir..alors que je sais d'avance qu'un petit plaisir est un début vers une nouvelle dépendance, mais enfin je recommence jusqu'à ce soir à nouveau trois cigarettes ! Je me sens nulle, sans volonté, triste et réaliste en me disant "mon Dieu qu'ai je fais"..tant de souffrances après tous ces mois d'arrêt pour en revenir à la case départ...pourtant je le savais après toutes ces tentatives d'arrêt et cette solitude à nouveau qui ressurgit comme un refrain d'une chanson chanté et oublié...alors je tente de me déculpabiliser mais je sens qu'il est déjà trop tard que j'ai renoué avec le diable en personne j'ai vendu mon âme au vendeur de prison et je sais qu'il faut tout recommencer et que cela vient que de mon fait celui de ne pas avoir resisté...je me sens triste, seule, abandonnée, comment ai-je pu après toute l'énergie que j'ai instauré pour arrêter ? Vraiment je ne pensais pas être tant imprégnée, misérable face à une telle servitude. J'aimerai avoir un ami ou une amie à qui en parler, mais à ces moments là que de solitude ! vraiment quelle dérision de croire que j'étais plus forte que ma dépendance, alors on n'aura beau me dire qu'il ne faut pas se maudire, être tolérant envers soi même, pour moi cela est de la foutaise, je ne vois plus comment me sortir de cette drogue qui profite de mes faiblesses et de mon abandon. J'étais certaine d'avoir esquivé tous les pièges et me revoilà encerclé, dépendante de ce poison.... pourtant je savais mieux que personne que même une taffe de cigarette me menerait en enfer, voilà je vais devoir avec tristesse recomposée avec cet éternel duel : arrêter ou me comporter comme un ex-fumeur jamais affanchi réellement. bon courage à tous et à toutes... "
Catégories associées:

Alice (46 ans ans) - Nationalité Française - 06 2009
"Bonjour, ça y est j'ai arrêté de fumer depuis 3 jours, vous allez vous dire oh ce n'est rien et bien pour moi c'est un vrai exploit et en plus je suis zen, quelques envies qui passent très vite, ça fait 20 ans que je fumais... j'ai mis un patch 24h et je me suis couchée je venais d'écraser ma dernière cigarette et voilà... enfin libérée, libérée de cette toux matinale qui a commencé il y a quelques mois, fini les craintes de me dire "est-ce que je vais en mourir" oh c'est sûr ce n'est pas gagné ni pour l'arrêt ni pour ma santé mais fini quand même. Et bien, je vais vous dire, je viens de redécouvrir les senteurs de la nature, les senteurs d'un bon repas, le goût incroyable, après 2 jours d'arrêt, ma langue qui avait une couleur et un aspect répugnant, et bien je la regarde plusieurs fois par jour et je n'en reviens pas, elle est presque revenue normale ! Ma voiture, elle, je ne la supporte plus, elle sent si mauvais, je fumais dans ma voiture... voilà, j'espère que ça pourra vous aider à franchir le pas vers la liberté. Je vous tiendrai au courant."

Isabelle (43 ans) - 11 mars 2004
"Je suis à mon 4ème jour de sevrage et je dois avouer que votre aide m'est précieuse. Ce n'est pas ma première tentative mais je sais que c'est la bonne. Vos conseils sont judicieux et le suivi personnalisé donne un sentiment de confort. On ne se sent pas tout seul. J'ai toujours les brochures sur moi afin de les relire en cas de coup dur mais jusqu'à maintenant, les conseils que j'ai mémorisés m'ont suffi. En tout cas merci beaucoup de m'aider à m'évader de cet esclavage et grâce à vous je ne serai jamais un non - fumeur mais je serai un ex - fumeur heureux."

Anonyme (27 ans) - Nationalité française - 17 2004
"Bonjour, J'ai 27 ans, et je fumais depuis 11 ans, à raison de 15 à 20 cigarettes par jours. Je "me suis grillé" ma dernière clope voici 4 jours. Pourquoi cet arrêt ? Pour plusieurs raisons ... D'abord, mes parents : ils me faisaient régulièrement des remarques sur l'odeur de mes vêtements, de ma peau lorsqu'ils m'embrassaient, de ma toux régulière, de mon état de fatigue, des risques que je courais ... Ensuite, mon médecin traitant, chez qui j'allais pour des sinusites régulières : elle m'a récemment "remonté les bretelles" en me disant qu'elle en avait assez de me voir continuellement tousser - quelle que soit la saison - d'entendre le sifflement de ma respiration ; elle m'a aussi parlé des risques multiples pour les femmes, en augmentation accrue ces dernières années ! Lors de ma dernière visite chez le dentiste, ce dernier m'a vivement conseillé d'arrêter le tabac : J'ai en effet les dents qui commencent à se gâter, ce n'est pas très joli. Enfin, j'avais des motivations peronnelles : ce n'était pas tant une question de prix (je fumais des roulées, les patchs me reviennent bien plus cher pour le moment!) mais d'abord d'odeur ; la fumée s'infiltrait partout : sur les doigts, dans les cheveux, les vêtements, sans parler de l'odeur nauséabonde de tabac froid dans la pièce où je dors - cause de mauvais sommeils - ni de l'haleine fétide du matin. Et puis je commençais à cracher une substance blanche un peu visqueuse. J'avais de fréquents maux de tête, des points noirs autour de la bouche, une sensation de fatigue quasi-permanente après des réveils pénibles ... Je n'ai pas arrêté depuis longtemps, mais jai pu remarquer déjà quelques effets : je sens de nouveau bon, je tousse beaucoup moins, et je me réveille beaucoup plus facilement. Bien sûr, j'ai encore des "pulsions" que j'essaie de maîtriser en buvant, en rangeant, en mâchant du chewing-gum, en lisant et relisant ce site ... C'est parfois compliqué, mais c'est faisable. Pour ménager mes nerfs qui souffrent un peu en ce moment, j'utilise quotidiennement un patch de 21 mg ; j'essaie de le mettre le plus tard possible le matin, et de l'enlever au moins 1/2 heure avant le coucher. Voilà, j'espère que ce témoignage pourra inciter les fumeurs à s'arrêter, et les ex-fumeurs à continuer. Faisons la guerre au tabac. Bon courage à tous ! Et merci aux proches qui entourent les fumeurs et ex-fumeurs ; vous êtes tous (médecins, parents, amis) très importants pour nous, dans notre combat contre ce fléau."

Carole (41 ans) - Nationalité Française - 22 juin 2004
"Ex fumeuse depuis 18 mois. J'ai dû essayé d'arrêter de fumer une cinquantaine de fois alors que je consommais environ 40 à 50 cigarettes/jour. J'avais essayé toutes les méthodes, chaque fois je recommençais. Il y a 2 ans, en juillet lors d'une période de forte chaleur, j'ai eu un pb de santé que personne n'a pu expliqué, comme si ma gorge s'était retrécie ne laissant passer qu'un filet d'air, accompagné d'une sensation d'étouffement immédiat, permanent et persistant sur 4 jours, j'avais l'impression d'avoir comme un gros morceau de pain coincé dans le fond de ma gorge, qui restait collé, sensation d'étouffée à chaque seconde, je ne pouvais plus respirer, il fallait que je pense et me force à respirer. je me suis écroulée par terre, bouche ouverte comme un poisson sorti d'un bocal d'eau. Je me suis dit, ça y est je vais mourrir maintenant. Ne pouvant respirer, je ne pouvais même pas penser à fumer. Le lendemain 13 juillet je suis allée dans une pharmacie de garde, j'ai acheté des patchs anti-tabac. Après avoir pris les médicaments de ma fille pour l'asthme, cortisone, ventoline, fluidifiant, j'ai petit à petit retrouvé de l'AIR, qd j'ai pu respirer à peu près correctement, je me suis sentie tellement soulagée, (j'ai aussi eu très peur) je pense que c'est à ce moment là que j'ai pris conscience, que pouvoir respirer c'est vivre, que cela n'avait pas de prix et que tous les efforts pour arrêter de fumer ne pouvaient pas être pire que ce que j'avais vécu. J'ai acheté par la suite les chewing-gum à la nicotine, fait une thérapie de soutien, et aujourd'hui je ne me pardonnerais surement pas de recommencer à fumer, bien que respirant très très bien aujourd'hui, l'odeur d'une cigarette peut me chatouiller agréablement les narines, j'ai la force de me dire non. Je ne sais pas si mon témoignage aidera d'autres personnes, mais je ne peux qu'encourager les fumeurs à s'arrêter. VIVEZ ET RESPIRER Carole"

Marie (29 ans) - Nationalité Française - 18 mai 2010
"Bonjour, J ai 6 ou 7 ans, comme tous les matins je me réveille avec cette odeur nauséabonde qui me répugne. Direction la cuisine pour petit déjeuner et toujours cette même question : "Maman, d' ou vient cette odeur infâme? "Avec un sourire que je devines honteux, elle me répond: "c'est ma cigarette ma chérie". Je me promets de ne jamais fumer et déclare ouverte la guerre contre cette indésirable qui intoxique ma mère. J ai 15 ans; c'est la récré, une amie me tend une cigarette, je l accepte et réessaie malgré le dégoût ressenti. Je me limite à 2/3 cigarettes par jours. J' ai une nouvelle meilleure ennemie, que je crois être ma nouvelle meilleure amie. J ai 19 ans, je passe le Bac et désormais je ne suis plus seule ( pourtant j' ai des amis ); j ai ma meilleure ennemie, avec elle dans mes poumons le stress disparaîtra; c'est une évidence! Je fume 1 paquet par jour. De même pour les examens à la Fac, les divers entretiens etc... Aaaah, heureusement qu'elle est à l 'intérieur et près de moi, comment ferais je sans elle??? J' ai 24 ans, je suis bloquée dans un ascenseur, l' intervention des pompiers dure plus d' une heure, je m' impatiente, mais me rassure car ma meilleure ennemie ne me laisse jamais tombée, je m' en allume une sous les regards d' incompréhension, d' accusation ou encore de pitié des pompiers. De toute façon, je les emm..., ce sont eux les cons!!!! J ai 29 ans, je suis hospitalisée pour une pyélonéphrite aiguë (grosse infection d'un rein). Nous sommes le 24 Avril, la douleur est tellement intense que je n'ai ni la force, ni l'envie, ni le droit de bouger de mon lit. J essaie malgré tout de me rapprocher de ma meilleure ennemie, mais là, pour la 1ère fois je la trouve répugnante; sentiment total d' incompréhension. Je réessaie quelques jours plus tard, mais dès son entrée en moi, je tousse, je crache et me saoule à l' eau pour faire passer le dégoût. Serais je en train de perdre mon ennemie de longue date??? Le 2 Mai, je sors enfin de l' hôpital. Le 3, je fume 8 cigarettes, le 4, j en fume 5. Mes rêves sont de devenir infirmière et d' être entourée d' une famille soudée et heureuse. J' ai un compagnon depuis plusieurs mois avec qui j' envisage sérieusement l' avenir de mes rêves. Je ne suis plus seule, je n' ai plus besoin de cette amie tueuse de rêves, tueuse tout court. Nous sommes le 5 Mai, j' arrête de mourir pour recommencer à vivre. Mes amies, ma famille et mon compagnon me soutiennent dans cette démarche; Les patchs m' aident ainsi que vos témoignages. Alors, OUI ce n' est pas facile, OUI je crise pour rien, mais ce n' est rien d' insurmontable. Le sentiment de fierté éprouvé à l' idée de ne pas être obligé de tenir le même discours à mes futurs enfants que celui de ma mère (elle ne fume plus depuis 20 ans) vaut toutes les meilleures ennemies du monde!! Avec le recul, et en relisant ce témoignage, je ris de ma connerie et suis persuadée que je suis plus forte que des composés chimiques en robe blanche. A bon entendeur, salut... PS: Vos réponses vont continuer à m' aider et j' en ai besoin. Merci. "

Michèle (47 ans) - 25 juin 2008
"J'ai arrêté de fumer il y a un peu plus de 3 ans. Pas le 1er janvier parce que ça fait résolution prise face aux autres "faut s'y tenir ou se taper la honte et puis merde, je fume quand même, qu'ils aillent se faire voir". Non, c'était plus intime que ça. J'ai choisi le 21 mars, jour du printemps, du renouveau. Au printemps, on fait une croix sur l'hiver, les feuilles qui poussent sont neuves et ne se souviennent pas de l'automne précédent. Pour ce sentiment d'immortalité et d'espoir que j'associe au printemps, j'ai choisi son jour. Pour tous ceux qui ont essayé d'arrêter plusieurs fois, ne perdez pas courage : mon essai du 21 mars était le 8ème et cette fois-ci était différente car ma conviction était plus ferme. J'ai une petite perle de 10 ans qui savait lire de bonne heure et qui - pas plus haute que 3 pommes - avait lu sur un paquet de cigarettes "Fumer tue". Et voilà que son petit nez rosit, ses yeux se mettent à briller et des larmes à en couler. Sa question a été, non pas "mais pourquoi tu fumes, alors ?" mais tout simplement "mais qu'est-ce que je vais devenir, alors ?" Electrochoc-thérapie ... 2 essais plus tard, ça y est! Et, mesdames, ce qui m'a aussi beaucoup aidée, c'est d'accepter les kilos qui allaient se présenter en me disant que quoiqu'il arrive, ceux-là seraient moins néfastes pour ma vie que les clopes. Et j'en ai pris ... huit. Et trois ans plus tard, il m'en reste 5 à perdre qui s'en vont tout doucettement. Et même si parfois j'ai eu des coups de blues devant le miroir, qu'est-ce que je suis fière d'avoir tenu bon. Au-delà du bénéfice pour ma santé, je retrouve aussi une liberté d'esprit et me rend compte que j'étais dans une véritable dépendance vis-à-vis d'une substance : quand la prochaine? où? l'argent pour en acheter? vite, ça va fermer ... Ouf, c'est fini. Et maintenant, ... j'essaie de ne pas avoir trop peur des conséquences et prie mon ange gardien de les éloigner de moi. Il faut aussi que je dise que ce site est bien ficelé. A l'époque, j'avais joué au jeu mis à disposition où il fallait tirer sur des cigarettes. Le bruitage de ce jeu était absolument motivant. Merci, donc et courage aux prochains ex-fumeurs !"

Christine (31 ans) - Nationalité Suisse - 18 2004
"J'ai arrêté de fumer il y maintenant 4 mois. Durant 2 mois et demi, j'ai utilisé les patchs en diminuant la dose progressivement pour terminer avec le patch le plus léger coupé en deux. Je mâche en plus depuis le début de la nicorette 4 mg dès que j'en ai besoin. La dose maximale pour un effet étonnant moi qui fumait un paquet par jour en faisant des efforts pour m'y limiter. A douze ans j'ai commencé sérieusement à fumer jusqu'à 20 ans une dizaine de cigattes par jour, puis ce fût l'anarchie, mes cigarettes, l'unique et seul but de mes journées. Moi qui n'ai pas l'occasion de faire du sport intensif, sécrétaire et maman seule, mon temps libre est limité, je suis arrivée ainsi à maîtriser les sautes d'humeur et les compensations alimentaires. Je n'ai pris que 2 kilos, (on verra par la suite), je me sens plus détendue et sûre de moi, mon moral remonte en flèche. Parfois, je me couche et imagine très fortement que je fume cette cigarette qui me manque souvent et ça marche elle me calme. Sinon je me persuade que jamais je n'ai été fumeuse et je ne vois pas pourquoi je commencerais maintement. Je suis encore accro aux gommes, mais je les diminue progressivement pour les remplacer un jour avec des chewings gomme sans nicotine. Mâcher est très bon pour la digestion après un repas ou pour couper la faim. Même si ce n'est pas très gracieux, c'est déjà mieux qu'une cloppe au bec. Par ailleurs, mon médecin m'a prescrit du magnésium en sachet que je peux prendre à haute dose (payé par les assurances), un excès donne des selles liquides c'est tout, ce qui n'est pas si mal quand l'arrêt du tabac constipe, ce qui entre en jeux dans la prise de poids! Je bois aussi deux litres d'eau par jour. Le magnésium est un anti-stress hyper efficace, il est quasi inexistant dans les produits actuels de la grosse production, alors l'industrie chimique ne fait un plaisir de nous en fabriquer, profitons-en. Ma tactique coûte relativement chère, mais se révèle efficace pour une personne plutôt hésitante, sensible, peureuse et très nerveuse comme moi. J'ai attendu un moment avant d'avoir la chance d'avoir assez d'argent dans le porte monnaie pour un paquet de nicorettes à souhait. Mon avant-dernière tentative à la mode Alan Carr (sans subsituts) m'avait coûté chère en relations humaines (ma fille a beaucoup pleuré, mes crises étaient violentes) et en verres cassés, je m'en veux encore... C'est quand même son livre qui a réussi à me convaincre d'arrêter. A la prochaine j'espère. "

Rachel (40 ans) - 25 octobre 2011
"Bonsoir à tous ! J'ai rejoint le club des non-fumeurs il y a à présent un peu plus de trois mois. Je voudrais crier victoire, mais la vérité, c'est que depuis presque trois semaines, j'ai une envie folle de fumer. A l'heure où je vous écris, je passe des moments assez raides car il me semble que je suis en lutte constante... Alors, je voulais passer un message à toutes ces personnes qui participent à l'élaboration de ce qu'on appelait ado la tige de huit (entendez 8 cm !). Oui, je vous dis bravo ! Vraiment. De mettre toute votre intelligence et votre savoir de scientifiques et de laborantins pour arriver à créer cette petite chose qui rend tellement accro. D'y mettre non seulement tous ces poisons qu'on connaît bien mais aussi de la faire évoluer pour qu'elle rende encore plus addicte qu'il y a quelques années en arrière. Pensez ! Y ajouter par exemple des ingrédients comme le miel ou le cacao pour que les bronches s'ouvrent encore plus, pour que ça pénètre encore mieux et plus vite jusqu'au cerveau. Cela relève du génie, non ! Sérieux, fallait vraiment y penser ! Je vous trouve incroyablement brillants car au fond vous êtes des hommes et femmes d'affaire chevronnés, vous n'avez même pas besoin de faire de la publicité pour vos produits, dès les premiers paquets vendus, vous êtes sûrs de la fidélité de votre clientèle, clientèle tellement fidèle que vous pouvez augmenter le prix de vos petits bâtonnets sans craindre que vos ventes ne baissent (ça risque pas, vous avez trouvé le cacao, il est fort à parier que très bientôt vous trouverez un autre agent encore plus performant , non ?) Je voulais vous remercier aussi. Vous me mettez dans un drôle d'état. Depuis que j'ai arrêté vos petits machins, j'ai faillit craquer 100 fois. Je me suis sentie tellement mal. Physiquement, moralement. Des moments vraiment très durs. Des moments où on se dit qu'on se sent être rien sans les petites tiges, où on se dit qu'en fait, on a une nature de dépressive, bref, qu'on est une personne faible et vulnérable. Et puis, je me suis renseignée. Et j'ai lu toutes ces substances qui sont en fait des anti-dépresseurs que vous ajoutez au tabac. Non pas une substance, mais des substances. Là encore, très malin de votre part. Pour ceux qui ne seraient pas réceptifs à telle substance, ils le seront certainement à celle-là, n'est-ce pas ? Alors, je vous dis merci car, vous m'obliger à éprouver ma volonté. Mais en fait, je ne craquerai pas car après avoir lu toutes les m que vous mettez dans la cigarette, il est normal de se sentir mal, il est normal d'être en manque de on ne sait quoi , le manque de nicotine étant lui très vite maitrisé, c'est le reste qui nous suit et nous poursuit. Er je me sentirais encore plus mal de craquer car ce serait me jeter dans votre piège et dans votre machiavélisme, je me sentirais encore plus mal de donner mon argent à des manipulateurs en puissance et à des donneurs de maladies et de mort et d'en ajouter à leurs richesses qui je n'en doute pas doivent déjà être faramineuses. Enfin, un dernier bravo à vous car vous faites tout cela en toute légalité ! Là, chapeau bas ! Mais il est vrai que vos produits sont également une manne pour d'autres J'écris tout cela en n'étant pas bien ce soir, mais un jour, bientôt j'espère, je considèrerai tout cela comme un mauvais souvenir. Et vous, comment vous sentirez-vous quand vous aurez pris conscience de toutes les personnes qui vous avez spoliées ? Bon courage à tous :) "

Doudoune (24 ans) - 08 mars 2002
"J'ai cessé de fumer avec l'aide de nicoderm. Une semaine plus tard, je consomme de l'alcool avec une amie et j'ai ma 1ère rechute...Le lendemain, je m'en suis voulu énormément mais c'était déjà trop tard... Depuis, je n'ose plus calculer le nombre de rechutes que j'ai vécu... J'aimerais me dire que tout n'est pas perdu et que je dois poursuivre tout de même mon combat, mais je perds confiance en mes capacités. J'ai malheureusement réalisé qu'il est possible d'enlever le timbre nicoderm lorsque l'envie se fait trop forte...Je suis désespérée car j'ai fait la gaffe de fumer LA cigarette qui m'ouvre la porte à toutes les autres... La venue du soir m'effraie toujours car c'est à ce moment que les chances de succomber sont les plus fortes. Je croyais que la solitude me donnerait envie de fumer mais c'est le contraire, elle m'apaise... J'ai peur de la mauvaise humeur, de la colère et c'est pourquoi j'ai davantage de contrôle sur moi-même en étant seule. Je sais qu'en me chicanant, mon premier réflexe sera d'en fumer une. Je dois donc fuir tout ce qui est susceptible de me stresser, de m'enrager ou de me faire de la peine. Je dois me mettre un masque d'indifférence dans la figure et y croire fermement... Alors que tous mes rechutes ont eu lieu en soirée à la suite d'une consommation excessive d'alcool qui m'a fait perdre ma volonté, voilà que je me suis retrouvé à fumer toute la journée hier à la suite d'une chicane avec un proche. Ce fut pour moi le pire échec de mon processus.... L'échec qui bouleverse ma capacité de dire non lorsque j'ai toute ma tête... Tant que je ne fumais pas durant la journée, tout était possible mais maintenant...Devrais-je abandonner le combat pour le moment afin de retrouver ma motivation du début ou poursuivre en ne sachant plus trop de quelle façon je pourrai renoncer à cette foutue cigarette qui me gâche l'existence??? Voilà la question qui me torture l'esprit depuis ma dernière rechute... "
Catégories associées:

Marie (55 ans ans) - Nationalité Française - 19 janvier 2018
"Bonjour à toutes et à tous, Je suis actuellement en sevrage tabagique depuis maintenant 23 jours, suite à une hospitalisation j'étais en réanimation très récemment, en raison d'une Bronchite chronique (BPCO et Emphysème), dû au tabac (1 paquet par jour) et ce, depuis de nombreuses années. Et j'aimerais vous faire part de mon témoignage personnel, en vous indiquant des points positifs et négatifs qui font suite à mon sevrage tabagique. A savoir, que dès les premières jours de l'arrêt du tabac, les aspects négatifs ont été pour moi : - Sentiments de frustration et de culpabilité, des maux de tête, des courbatures, gorge irritée, voix qui change, une hyper-activité, stress et anxieté et une perte de poids de (- 3 kg). Et les aspects positifs : - Une nette amélioration du souffle, goût et odorat plus agréables, un meilleur appétit, teint plus clair et une bien meilleure haleine. Actuellement, je suis dans l'attente des résultats de l'analyse de sang, afin de connaitre et de comparaitre le taux d'oxygène dans le sang, avant et après le sevrage tabagique. Conclusion, pour avoir été pendant des années sous l'emprise et être devenue peu à peu addict au tabac, pour lequel j'ai toujours considéré comme étant devenu ma seule béquille qui me permettait de calmer mes frustrations et m'aider a combler un grand vide tant affectif que de traverser mes difficultés financières, dues à une longue période de chomage etc...et qui ont toujours fait partie de mon quotidien, et ce, depuis de trop nombreuses années déjà. A présent, âgée de 55 ans, je prends conscience qu'avec le temps, et à cause du tabac, je me suis davantage fragilisée, et que j'ai perdu une bonne partie de mon capital souffle et mis mes poumons en danger, c'est certain que pour le moment je n'ai pas envie de craquer et avoir vraiment envie de rallumer une seule cigarette. Souhaitant et en gardant l'espoir, que dans 6 mois ou d'ici 1 an, je pourrai crier victoire et me sentir fière de ne pas avoir craqué et me laisser tenter de rallumer une clope, et pouvoir enfin me sentir à nouveau en bonne et meilleure santé avant tout pour moi et aussi pour mon entourage non fumeur, qui m'a toujours soutenu et attendu que je trouve enfin la volonté de m'arrêter de fumer. Je suis aussi consciente que le chemin est encore long avant un sevrage total et définitif, rien n'est complément acquis....Histoire à suivre donc.....!!!! Je soutiens et encourage tous ceux et celles qui souhaitent ou qui son sur la bonne voie de trouver la volonté d'abandonner la clope définitivement. A bientôt! Marie "
Catégories associées:

lilly (48 ans) - 12 2006
"Pilule et tabac 48 ans un paquet de cigarettes depuis 30 ans et pilule depuis 4 ans (après stérilet) je viens d'atterrir aux urgences, double embolie pulmonaire ... merci les urgentistes vous m'avez sauvé la vie, j'ai la chance d'habiter une grande ville.. les filles pas de pilules et de cigarettes; les médecins n'insistent pas sur le caractère mortel du mélange pilule et cigarette la cigarette et moi c'est fini, je la hais ..."
Catégories associées:

claire (13 et demi ans) - Nationalité française - 30 mars 2006
"ma mère fume...et avec mon père, ma soeur et mon frère on ne savaient plus quoi faire! mon père ne supportait plus l'odeur et s'énervait tellement qu'il en est arrivé a un point de ne plus rien dire, comme si rien n'avait de sens et puis il se disputait souvent ac ma mère! ma soeur qui a 16ans ne dit trop rien mais quand je discute avec elle, elle ne supporte pas de s'embrouiller avec ma mère! moi même je les entends tous les soirs s'engeuler et je ne sais que faire!!! mon frère de 10 ans s'énerve. on lui dit souvent " dégage dehors" ou " je te fais pas de bisous parce que tu pus". elle en a souvent pleuré et nous regrettons. elle est souvent agressive et c'est dû a cette "merde" de cigarette qui empoisonne la vie des gens!!! je ne conseil a personne d'essayer parce que ma mère a arrêter depuis 7jours et elle est professeur, elle pleure en plein milieu d'une salle remplit de professeurs! elle en a beaucoup pleurer et j'espère que cela va se terminé. pensez y parce que c'est la pire chose qui puisse vous détruire!"

Marie (31 ans) - Nationalité française - 16 2010
"Bonjour à tous j'ai arrêté le 26 septembre 2009 après 15 ans de tabac (30 cigarettes par jour les dernières années), sans substitut ni médicament et sans aucun craquage depuis. C'est mon 3e témoignage sur ce site, très bien fait par ailleurs. Je reviens vers vous en pensant que cela peut peut-être aider certains : au début de mon sevrage j'aimais bien voir les parcours des gens, voir qu'ils tenaient le coup sur le long terme et pas seulement la motivation débordante des premières semaines... Alors voilà pour l'instant je tiens bon, j'ai connu la crise des 3 mois et la crise des 6 mois, les fêtes entourée de fumeurs, les prises de tête au boulot et avec mon chéri, mais je tiens bon. Moi qui n'arrivaient pas à penser qu'il soit possible d'aller à un apéro, d'affronter l'attente d'un bus ou la résolution d'un quelconque problème administratif sans clope, j'ai fait plein de choses depuis : des soirées, des mariages, des très bons resto, des vacances, des réunions, un concours (examen), un changement de boulot, un déménagement, un bilan de compétence, des examens médicaux ... et oui on y arrive aussi sans clope... c'est même pas différent en vrai! J'ai continué à voir mes amis fumeurs, je ne me suis pas mise au sport, je n'ai pas changé mes habitudes et je n'ai beaucoup pris de poids (2 kg), surtout si on considère le nombre de tablettes de chocolat que j'ai englouti au début... Les tentations n'ont pas disparu (je dirai une tous les 2 jours en moyenne), j'aime toujours l'odeur des cigarettes en train de se consumer, je n'ai pas entièrement fait mon deuil de l'idée qu'on peut fumer seulement une clope de temps en temps en soirée, mais je tiens bon et m'abstiens. Je me rappelle que ça vaut le coup d'arrêter, que j'ai économisé plein de sous (des milliers d'euro en 10 mois), que je respire mieux, que je ne travaille plus à me déchausser les dents, que j'ai n'ai plus besoin de courir partout pour trouver un tabac ouvert le dimanche au mois d'août, que je n'ai pas à angoisser parce qu'il ne me reste plus que 4 cigarettes pour finir la soirée, que je ne suis plus obligée de faire des pauses clope toutes les heures, par tous les temps, plantée comme une idiote sur le trottoir devant l'entrée de ma boîte, ... etc... ça vaut vraiment le coup de tenir bon Bon courage on peut tous y arriver! "

Judith (28 ans) - Nationalité française - 01 novembre 2008
"J'ai arrêté de fumer depuis 52 jours grâce au livre d'Allen Carr tout d'abord puis ce site internet. Jeune maman et malgré le fait que je trouvais l'idée de fumer ridicule et sans intérêt, malgré les maux de tête violents, la léthargie et déprime du sans souffle rien ne bouge (attention 17 ans d'addiction). Il a fallu attendre que mon ami déclare une violente allergie au tabac pour que je cesse ENFIN de fumer, qu'elle saloperie, la clope ! J'ai couru tous les jours la première semaine de sevrage (sans subtituts). Les 3 premiers jours sont les plus durs. Irritable, je cherchais n'importe quel prétexte pour me jeter sur une cigarette, mon ami non-fumeur ne comprenait pas la difficulté de mon arrêt, le troisième jour j'ai craqué et j'en ai grillé une, qui m'a fait un bien fou trente secondes, puis la crise de larmes, puis la résignation : Je veux être maître de ma vie, j'y arriverais coûte que coûte. Résultat, pas une seule cigarette depuis, pas un kilo en plus, une pêche d'enfer, la migraine a disparu comme les odeurs de tabac froid. J'ai de temps en temps envie alors je me tourne vers ce site ou je regarde la liste des motivations qui m'ont poussé à arrêter, ou je pense au fait que les compagnies de tabac ont bien entourloupé tout le monde avec leur merde et rien que d'y penser cela me redonne des forces, je veux être LIBRE. Parfois aussi, une déprime me gagne, quelle saloperie quand on y pense mais je me raisonne, je sais qu'il s'agit de mon accoutumance, qu'il faut du temps pour s'en débarrasser, mais chaque jour je suis plus forte, j'y ai déjà beaucoup gagné, je passe beaucoup plus de temps à m'occuper de moi, à lire, à danser, à courir sans m'essouffler, qu'elle joie ! "

DIANE (47 ans) - Nationalité CANADIENNE - 29 2006
"j'AI CESSÉ DE FUMER DEPUIS LE 28 JUILLET 2006. j'AI ENCORE BEAUCOUP DE DIFFICULTÉS AVEC MES ÉMOTIONS ET JE DIRAI MÊME QUE CELA EST PIRE. jE CONNAIS TOUTES LES BONNES RAISONS POUR ARRETER ET JE SUIS FIERE DES EFFORTS QUE J'AI DÉPLOYÉS JUSQU'ICI. MAIS JE VOUS AVOUERAIS QUE JE SUIS SUPER DÉPRESSIVE DEPUIS 10 JOURS. JE FICHERAI TOUTE MA VIE EN L'AIR TRAVAIL, MAISON, CONJOINT ET BEAU-FILS POUR PARTIR AU COSTA RICA SEULE PENDANT 1 MOIS. JE SUIS INTOLERANTE A LA MAISON ET JE RENDS TOUT LE MONDE MALHEUREUX. J'AI PEUR DE BRISER MA FAMILLE MAIS C'EST PLUS FORT QUE MOI. JE PORTE DES PATCH NICODERME POUR CESSER DE FUMER MAIS ON DIRAIT QUE CELA N'AIDE PAS POUR MON MORAL. QUE FAIRE, PRENDRE DES ANTI-DEPRESSEURS ? JE NE SUIS PAS CHAUDE A CETTE IDEE, MAIS PAS DU TOUT. JE NE VEUX SUROUT PAS RECOMMENCER A FUMER MAIS ESCE QUE CELA ME COUTERA MON COUPLE ? UN JOUR A LA FOIS QU'ON ME DIT, MAIS JE SUIS DE PLUS EN PLUS TRISTE. EST-CE QUE QUELQU'UN PEUT MAIDER A PASSER A TRAVERS CETTE PHASE. SI VOUS VOUS RECONNAISSEZ ET QUE VOUS AVEZ RETROUVE LE GOUT DE VIVRE, S.V.P. ECRIVEZ LE POUR M'ANCOURRAGER. MERCI DIANE."

Francine (56 ans) - Nationalité franco/suissesse - 02 avril 2006
"je m'étais précédemment inscrite sur ce site au cours de l'année 2003. je reviens donc donner à nouveau mon témoignage sur les bienfaits du non-fumage. le 25 février 2003 j'écrasais ma dernière cigarette...je me suis mise au sport en salle et en 4 mois j'ai même réussi à perdre 15 kilos de graisse et à me refaire une santé. en outre malgré mes 56 ans je suis en forme et bien dans ma peau. je n'affiche pas mon âge car ma peau est préservée (je la préserve aussi du soleil mais ceci est un autre sujet). J'ai toujours pensé que si on peut arrêter un jour on peut arrêter 2 et ainsi de suite. je me suis aidée de quelques patchs (une dizaine en tout) et cela fut relativement facile. Comme me disait un ami à qui je demandais lors de ma période "fumeuse" ..mais comment arrêter de fumer? il suffit de ne pas allumer la première! me dit-il. Essayez au moins, ne dites pas que c'est impossible ! c'est possible!! allez courage! "

sophie (34 ans) - Nationalité francaise - 02 avril 2009
"Bonjour tout le monde, J'ai 34 ans et 3 enfants en bas âges. Un mari formidable. Je fume depuis mes 17 ans avec 3 arrêts de... 9 mois et demi. Depuis quelques semaines je ressentais de la culpabilité quand je fumais une cigarette, vis a vis de mes enfants. Un ami, fumeur de longue date, n'a pas pu fumer pendant une grosse grippe et quand c'est allé mieux il n'a juste pas repris, comme ça. Quand on en a parle j'ai eu envie secrètement de tomber malade car je sais qu'avec une angine je ne peux pas fumer. J'ai donc trouvé cette angine salvatrice et depuis le 28 mars 2009 je ne fume plus. Cela fait 2 jours que je me "gave" de vos témoignages et je vous remercie tous, vous m'êtes d'une grande aide. J'ai lu aujourd'hui que le plus dur n'était pas le manque mais la VRAIE prise de décision. C'est vrai pour ma part. Je ne souffre pas de manque alors que je suis dans ma première semaine ( la plus dure normalement) car je n'ai juste pas le choix: JE NE PEUX PLUS FUMER, JE NE PEUX PAS METTRE FIN A MES JOURS. JE N'EN AI PAS LE DROIT. J'AI DES DEVOIRS ENVERS MES ENFANTS. On nous dit souvent que personne n'est indispensable. Et bien c'est faux: les parents le sont pour leurs enfants. Il faut accepter la mort comme faisant partie de la vie mais pas le suicide, ça c'est de l'abandon. Je pense que je vous devais ce témoignage car vous me renforcez dans ma décision. En conclusion une fois les raisons de la décision trouvées le reste est tout sauf dur je vous le jure. Ça ne fait pas mal, c'est juste naturel! J'espère et je pense vous re-ecrire dans quelques mois pour vous dire que je tiens bon. Je vous souhaite de trouver Votre raison et bon courage a tous. Sophie "

Laura (20 ans) - 06 novembre 2004
"J'ai commencé à fumer vers 15ans, à l'âge où l'on a pas assez de caractère pour refuser la première cigarette,à l'âge où on a envie de faire comme les autres...C'est bien joli de vouloir faire comme les autres, de vouloir paraître plus âgée...Je pensais que la cigarette me donnait des airs...lol Et puis les mois ont passé, les paquets ont défilé et les sous ont été alignés...Pendant toute la période où j'ai fumé, je n'ai JAMAIS voulu arrêter?! La cigarette me plaisait, elle m'accompagnait, une amie... Et puis un jour, j'ai discuté de la fumée avec mon meilleur ami, fumeur aussi. Je lui ai dit que je ne trouvais pas de raisons assez fortes pour arrêter, j'avais pas envie... J'étais tellement convaincue que la cigarette était mon amie (hum ceci est un symptôme aigu de dépendance lol) que les photos de cancer ne me touchaient pas, les slogans chocs me faisaient sourire. La fumée tue mais elle rend aussi aveugle! Le fumeur ne se rend pas vraiment compte qu'il se détruit même s'il le dit, non il ne le sait pas. Toutes les publicités anti-tabac passent par-dessus, la cigarette est vicieuse...Donc, moi, je ne voulais rien savoir, je fumais,point. Et là, mon meilleur ami, qui fume 2 voir 3paquets par jour a dit la phrase qu'il fallait :"arrête de chercher des raisons pour arrêter, il faut arrêter c'est tout." Phrase bien conne en fait...lol Mais voilà, ce fut le déclic! Pourquoi je devais m'obstiner à trouver une raison pour arrêter...? Il fallait le faire, un point c'est tout. ET JE L'AI FAIT!!! Bon, il me fallait quand même une petite raison alors j'ai voulu arrêté le jour de mes 20ans, je trouvais que ça faisait bien, 20ans c'est l'âge de raison non? Alors arrrêter les bêtises de l'adolescence ce jour-là me parut intéressant... Mais voilà que 4jours avant, j'ai commencé à paniquer et me dire "Olala ma pauvre, dans 4jours tu touches plus de cigarettes!" Et ceci ne m'était bien sûr jamais arrivé depuis cinq années...Tellement stressée à l'idée de devoir arrêter 4jours plus tard, j'ai arrêté directement le jour même!!! lol Et voilà, un peu spéciale, j'avoue... Mais comme ça j'ai pas eu le temps de me poser 1000questions. Cinq jours plus tard, je fêtais mes 20ans et surtout mes 4jours sans fumée qui étaient presque plus importants à mes yeux...! La première semaine fut difficile, le tabac me manquait, le geste horriblement... La cigarette était une vraie habitude, je me suis retrouvée plusieurs fois sur mon balcon avec une cigarette entre les lèvres et le briquet prêt à allumer et tout à coup "Mais qu'est-ce que tu fais là???" Je n'ai pas refumé depuis mes 20ans-4jours!Pas une seule bouffée, pas une minuscule latte...RIEN! Aujourd'hui celà fait 104 jours que j'ai arrêté (c'est le site qui compte les jours et les francs économisés), je n'ai pas encore économisé beaucoup car j'ai utilisé des patchs forts puis moyens puis faibles pendant ces trois derniers mois. Je ne peux pas dire que celà aide vraiment mais c'était plutôt pour me dire "t'as un patch, tu fumes pas!" et voilà il m'a fallu ce petit autocollant qui ne tenait jamais correctement pour arrêter...lol Et c'est bien cher des patchs, je dépensais + pour les patchs que pour les cigarettes...Mais là ça fait deux semaines que je dépense plus que pour MOI!!! Pas pour la fumée, pas pour arrêter de fumer, juste pour mon plaisir... Plaisir d'être ex- fumeuse... Les ex-fumeurs sont encore plus pinailleurs que les non-fumeurs pour la fumée, j'en suis la preuve même!!! J'ai fait de mon amie, de mon alliée ma pire ennemie! Voilà, je voulais faire part de ma réussite, de mon unique réussite puisque plus jamais je ne fumerai... Trop de personnes dans mon entourage m'ont dit:" Tu n'y arriveras jamais, tu es trop accro toi, quand on t'imagine on te voit avec une cigarette au bec..." Et c'est toutes ces personnes que je veux remercier aujourd'hui. "MERCI DE M'AVOIR DIT QUE J'ETAIS FAIBLE, POUR VOUS MONTRER QUE VOUS VOUS TROMPEZ J'AI TROUVE LA FORCE POUR ARRETER." LAURA,20ANS. "

genevieve (51 ans) - Nationalité française - 04 mai 2004
"J'ai commencé à fumer très tard (35 ans, mais souvent trop) je me suis arrêtée plusieurs fois mais je ne voulais pas vraiment stopper définitivement et puis il y a 3 mois j'ai eu une crève qui m'a fait peur alors j'ai décidé de stopper net cette saloperie de tabac ! C'est l'horreur - au départ - d'arrêter mais je pense tenir le "bon bout" puisque j'en suis à mon presque 3ème mois. Il faut s'aider (patchs, homéo., fausses cigarettes ... j'ai tout essayé) Il n'y a pas un jour où je n'ai pas envie d'une cigarette ... néanmoins c'est de plus en plus faible alors je lutte avec volonté et courage et puis : je bois de l'eau, je bouge ou je mange des fruits, des bonbons sans sucre ! MAIS QUELLE JOIE DE SE DIRE NON JE PEUX RESISTER. Vous vous levez le matin déjà en meilleure forme (plus d'haleine beurk, plus de vilaines rides et poches sous les yeux, ce tein gris, cette "non-envie" de ne plus avoir envie de rien, plus cette affreuse fatigue "sans savoir pourquoi" et vous retrouvez rapidement .... une meilleure mine générale, la pêche revient, la libido aussi ....) vous avez envie de faire plein de choses que vous ne pouviez plus faire parce que vous êtes 100, 1000, 10000 fois moins fatigué. Bon faut faire attention à ne pas manger n'importe quoi pour ne pas prendre de kilos (favoriser : fruits, légumes, yaourts allégés mais à volonté) et bouger (pas brusquer mais marcher, faire des abdos-fessiers, du vélo cool, se masser de la tête au pieds(ça aide à prendre soin de soi), nager ...) Vous aller être un peu sur les nerfs les premiers temps alors faites comme moi : mettez un patch quand ça va pas, ça passe vous verrez et moi franchement j'étais une "grosse fumeuse" ALORS SI MOI JE PEUX LE FAIRE !!! (je vous rassure personne n'y croyais !) MA DEVISE : JE PEUX ARRIVER A M'EN PASSER ET JE ME LE PROMETS "
Catégories associées:

lili (46 ans) - Nationalité francaise - 06 juin 2006
"Voila j'ai 46 ans,je fume depuis 30 ans sans jamais avoir pu vraiment cesser . L'impression que tout est moins bon sans la cigarette,une amie dont on ne peut pas se passer.PUIS il y a 15 jours le ciel m'est tombé sur la tete! coronarographie en urgence: on doit dilater et poser un ressort sur une coronaire, c'est terrible,on croit que cela n'arrive qu'aux autres!le pire c'est que je suis tellement droguée que je fume encore 3 ou 4 clopes par jour apres l'intervention!mais j'ai 3 filles qui ont encore besoin de leur maman et puis j'ai peur alors aujourd'hui 6 06 2006 je décide de fumer la dernière; en plus c'est l'anniversaire de mon petit fils,peut -etre un signe.J'espere tenir,carla c'est vraiment une obligation.OUI la cigarette tue.j'espere que des personnes pourront m'aider à tenir par leur témoignage"

Monica (26 ans) - Nationalité francaise - 12 février 2004
"Je me suis décidée à témoigner après avoir lu le message de Marie, dans la section "angoisse, déprime". Elle est atteinte d'une maladie psy, la PMD, tout comme moi, et elle a arrêté de fumer. Elle a réussi, et oui, c'est possible. Moi-même je l'ai fait, une fois pendant 8 mois, alors que j'avais 21 ans, et la dernière fois, en janvier 2004, où je n'ai tenu que 2 semaines. Mais je vais recommencer d'arrêter. J'étais persuadée qu'à cause de ma psychose maniaco dépression (PMD), il m'était impossible de ne plus fumer. La cigarette est devenue une sorte de béquille, lorsque je craque, lorsque je ne sais plus quoi faire pour stabiliser mon humeur. C'est mon défouloir... La dernière fois j'ai repris car je n'arrivais plus à faire face à mes problèmes, j'avais des crises de larmes tout le temps. A l'hosto, on peut remarquer qu'au pavillon des dépressifs, il y a une grande majorité de fumeurs... Il est prouvé que dans ces cas-là, la difficulté d'arrêter est plus grande, mais elle est POSSIBLE!!!! C'est ca le plus important. C'est ce qu'il faut retenir. Actuellement, avec l'aide de mon psy et d'un nouveau traitement, je vais refaire une tentative d'arrêt. Fumeurs, quelles que soient vos difficultés, n'oubliez pas qu'il y a des professionnels, des traitements qui sont là pour nous aider à arrêter. Bien préparÃs et bien soutenus on y arrive. Il faut user et abuser de ce type de site, et surtout ne pas désespérer si on rechute. Il faut analyser les raisons de cette rechute, et cela nous permet de ne pas retomber dans le même piège. Quand aux non fumeurs, je n'ai qu'une chose à dire: "ne commencaient pas à fumer, jamais!!!!". La vie est déjà suffisamment compliquée pour ne pas en rajouter. Si on commence à fumer, on devient accroc très rapidement, et on devra forcément passer par une difficile période de sevrage, à moins d'attendre d'y laisser un poumon, ou autre chose. Les dangers pour la santé sont trop grands!!!! Et surtout, pour les personnes atteintes d'une maladie psy, gardez espoir, on peut aussi se passer de la cigarette."
Catégories associées:

chantal (49 ans) - Nationalité francaise - 05 2004
"j'avais arrêté de fumer pendant 8 mois et j'étais vraiment bien. De plus ayant des problèmes financiers, l'argent économisé me permettait de m'acheter des vetements qui me mettaient en valeur. Je suivais également un régime alimentaire pour éviter de prendre du poids, enfin tout allait pour le mieux. Cependant je ressentais toujours l'envie de fumer et il a fallu une soirée pour que je refume. Depuis j'ai repris à un paquet par jour, je voudrais arreter à nouveau mais il me semble que c'est de plus en plus dur. Donc si vous avez arreté, ne reprenez surtout pas la première , elle vous renverra à la case départ aussitot. Si quelqu'un peut m'aider à me remotiver c'est sans problème qu'il peut m'envoyer un message"
Catégories associées:

Claudette (48 ans) - Nationalité Belge - 07 2006
"C'est le 11 mai 2006 que j'ai décidé de déposer les armes (enfin plutôt l'arme). Quelle arme ? La nico arme ! Celle que j'avais choisie pour éviter la solitude ! A l'époque, une affiche publicitaire représentait une groupe de personnes autour d'un feu de camp et le sloggan était "jamais seul à fumer sa belga" ! C'est tellement facile d'avoir toujours avoir un paquet avec soi ... Je l'ai donc adoptée définivement à l'âge de 15 ans pour lutter contre des parents qui travaillaient trop et n'étaient donc jamais là ! Et notre histoire d'amour a duré 33 ans avec quelques tentatives d'arrêt dont une qui a tenu 18 mois et qui m'a fait prendre aussi 18 kilos. Une perte d'emploi m' m'a entraînée vers une sévère rechute. 3 ou 4 autres tentatives d'arrêt ont échoué chacune après 3 mois. Elle me manquait trop mon arme NICO, ce qui entraînait des symptômes de dépression. Et la mauvaise logique du fumeur me faisait dire qu'il faut mieux une bonne cigarette qu'un anti dépresseur ... 1ère arrêt sur image : en Belgique, depuis le 1er janvier 2006, le tabac est interdit sur les lieux de travail et moi, je n'ai même plus envie d'aller travailler. Je suis même très en colère car on porte atteinte à ma liberté. Restons zen, cela va me donner l'occasion de fumer moins. Futaise ... je compense lors des pauses. Et finalement je ne pense plus qu'à ça, le besoin de drogue est là tout le temps et paradoxalement, je crois que je n'ai jamais autant fumé. 2ème arrêt sur image : début mai, lors d'une visite de contrôle, on décèle chez mon mari (fumeur lui aussi) une artère qui se bouche (c'est l'hôpital, la cardio, la pose d'un sten) et je vous assure que dans ce type de service, on se sent tout petit,surtout quand, en plus, on se dit que si on est là, on est le seul responsable ! C'est le jour de son opération que nous avons ensemble déposé les armes sans aucun regret avec l'aide des patchs auquel par la suite, j'ai ajouté 1 comprimé de ZYBAN (pour éviter le manque physique) et grâce à ce site (quand le moral n'est pas au beau fixe, cela fait un bien fou de vous lire). Le tout fait un coktail de motivation d'enfer. Cela fait presque 2 mois sans NICO du tout (quand je pense que je ne pouvais pas rester plus d'un quart d'heure sans fumer). Le plaisir de cet arrêt est immense. Déposer son arme, c'est revivre vraiment et plus calmement. Si j'ai décidé de témoigner aujourd'hui ... c'est parce qu'il me reste le souvenir de mes rechutes précédentes, le fameux coup de déprime des 3 mois ! Ici, c'est vrai que j'ai une pêche d'enfer associée à une grande sérénité ... Je ne trouve que du positif dans ma décision ... reste juste un petit problème : l'insomnie due à mon avis plus à l'arrêt qu'au ziban(peut-être quelqu'un peut-il m'aider ?). Je VEUX que le 3ème mois sera celui de la consolidation ! Encore merci à tous ... Ca fait du bien de voir qu'on n'est pas tout seul. Bonne chance à vous qui avez arrêté et si vous n'avez pas encore pris votre décision ... je vous conseille de foncer et de l'écraser cette fameuse dernière, c'est elle qui est une atteinte à votre liberté ! "

vanessa (29 ans) - Nationalité francaise - 21 avril 2006
"je ne fume plus depuis 32 jours!!!je peux vous dire qu arreter de fumer cela vaut tout l or du monde.SI SI et je pese mes mots.Les benefices de l arret pour moi sont:je cours 10 km sans etre essoufle alors qu avant au bout de 4km je devais m arreter.Jë peux faire du sport 4 fois par semaine car mon corps le suporte.je ne tousse plus le matin,je n ai plus mal a la gorge,mon teint a change et je n ai plus de problemes de peau(point noirs,acne),mes cheveux sont moins ternes et secs,je suis plus gaie...Bref je croque la vie a pleine dent!!!aH aussi j ai retrouve l odorat et que c est bon a cette saison.j ai 29 ans jai fume pendant 15 ans,j ai senti que si je continuai j allais mourir jeune.Je ressentai de jours en jours les effets nefastes du tabac(toux,fatigue,jambes lourdes,essouflement,nez bouche,maux de tete...)et j y prenais attention.J ai une fille qui a 17 mois.je veux qu elle garde sa maman aupres d elle le plus longtemps possible.Moi j ai perdu mon pere a l age de 25 ans, ma petite soeur avait 12 ans.Il est decede prematurement(48 ans) parce qu il n a pas arrete l alcool.Moi J ai fait mon choix celui de vivre.5,6 jours apres mon arret il m arrivais de pleurer de joie parce que je recevais par raffales du bien etre.j avais lu pendant ma grossesse le livre d allen carr pour essayer d arreter.J AI pourtant continuer ( 5 6 par jours).il m arrivais de repenser a ce qu il disait quand je fumais une cigarette alors ja nalysais chaque bouffes que j aspirais.je comparais mon etat avant de fumer a celui d apres.J ai pris la decision d en fumer que 3 par jours puis j en ai eu marre de devoir attendre ma dose de nicotine toute la journee.cette premiere methode m a permis de voir que je pouvais rester pendant 8h parfois sans fumerC EST AINSI un soir que j ai fume ma derniere cigarette sans l aprecier et ceci je pense est tres important:javais fume la cigarette apres le repas qui est super bonne(enfin etait), jai fait expres d en fume 2 patiquement a la suite afin de trouver la derniere degoutante.ce qui me laisse maintenant un souvenir tres desagreable. Pour m aider dans mon arret j ai lu le livre d allen carr.je suis aller sur plein de' site anti tabac bref j ai regarder la verite en faceLE TABAC TUE!!!JE FERAIS TOUT pour ne jamais refumer.AUjourd hui je trouve scandaleux que le tabac soi aussi banalise dans le monde.Pour info:les gens qui decedent a cause du tabac c est l equivalent de 30 boeing qui s ecrase tous les jours.dans certain pays d afrique il faut marcher 2 3 km pour trouver de l eau alors que pour les cigarettes seulement 200m suffisent. a VOIR:tabac,retenez votre souffle ( conspiration industrie du tabac)"

Sandrine (32 ans) - Nationalité Francaise - 25 2005
"Ca fait un moment que je regarde ce site, j'ai essayer d'arrêter de fumer il y a deux ans, l'année dernière et enfin cette année. Ca fait 30 jours que je ne fume plus, c'est pas encore gagnée mais j'ai une vision différentes du tabagisme par rapport aux autres fois. Cette fois si je ne suis plus dans la logique de privation, c'est à dire faire un effort pour être sûr de ne plus jamais fumer. Maintenant dans ma tete c'est : comment j'ai fait pour être esclave de la cigarette si longtemps. Pour le moment j'ai des patchs, en fait c'est ce qui m'a aider le plus au début car je me suis dit que de toute façon avec un patch je ne pouvais pas fumer et que quand on l'enlève il faut attendre au moins une heure. Et quand on a envie de fumer c'est tout de suite et pas une heure après..... Pendant longtemp je me suis dit que j'allai prendre du poids et comme j'ai déjà de sérieux problème de poids je ne voulai pas rajouter. A chaque tentative je prennai des kilos donc je reprenai la cigarette (mais à la fin des courses je perdai quand même pas les kilos pris). Cette fois ci effectivement j'ai encore pris un peu de poids mais je me sens déjà mieux. Comme j'ai plus de souffle, je peux plus facilement faire un peu de sport, comme rentrer du travail à pied. Je suis vraiment heureuse d'être enfin libéré du tabac. car pour moi la plus grande dépendance à la cigarette est dans la tête et pas physique. Je sens que cette fois ci j'ai gagnée. D'ailleur c'est grace à tous vos témoignages que j'ai lu chaque jour qui m'ont réconforté dans mon envie d'arrêter de fumer que j'en suis là aujourd'hui. Le plus dûr c'est le premier pas, et surtout réussir à se persuader que la cigarette est vraiment un poison, en un mot, réussir à ouvrir les yeux. "

LAURENCE (42 ans) - Nationalité FRANCAISE - 08 2005
"j'ai commencé à fumer vers l'age de 15 ans environ très bêtement comme tous les jeunes de cet âge. J'ai trois filles magnifiques et je n'ai pas arreter de fumer pendant mes grossesses simplement j'avais considérablement diminué. Ce n'est pas ma première tentative d'arret c'est la cinquième mais là je suis vraiment déterminée du moins je l'espère car je ne veux pas mourir et laisser ma famille... Depuis vendredi dernier je ne fume plus je suis allée dans une soirée samedi et ca a ete l horreur en plus j'étais en face d'une amie (très grosse fumeuse....) J'ai tiré une taffe histoire de voir mais j'avais mon patch; mon mari me surveillait donc j'ai stoppé net depuis je n'ai pas refume C'est très dur on dirait qu'il faut réapprendre à vivre chaque moment de ma vie etait rythmée de telle ou telle facon la je dois trouver un substitut à la cigarette et la c'est dur. en plus au boulot mon chef fume comme un pompier et je sens cette odeur mais je crois bien que c'est à cause de l'odeur que j'ai souhaité arreter; je ne supportais plus cette odeur sur moi mes cheveux mes mains mon teint fracassé. Points positifs : un meilleur sommeil (je garde le patch la nuit ) et je suis à 14mg je suis moins fracassée quand je me réveille je sens toujours bon c'est divin par contre j'ai des moments d'angoisse après le repas et je ne supporte pas de rester chez moi. j'aimerai avoir des témoignages d'autres personnes pour connaitre leurs angoisses et leurs craintes le poids pour l'instant ne me tracasse pas trop car j'ai vraiment envie d'être libre de cette tueuse --------------------------------------------- ----------------------------------- Informations à son sujet: j'aime beaucoup le ski, je ne suis pas très sportive mais très active flaner faire les boutiques sortir danser et profiter de la vie avec mes filles "

Virginie (23 ans) - Nationalité Suisse - 14 mai 2004
"Voilà pfff, cela faisait trois semaines que j'avais pas touché une cigarette! Je m'étais faite une prommesse, après un check-up complet chez le médecin de définitivement stopper cette m.... de drogue. Mais je n'ai pas réussi à tenir... Comment arriver à m'expliquer que moi qui est arrêté d'autres drogues bien plus "dures" puis-je ne pas y arriver?? Comment ne pas m'en vouloir d'être aussi faible alors que par le passé j'ai été aussi forte??? Je n'ai aucune solution miracle, la clope est sournoise, bien plus que je ne l'avais jamais imaginé. Maintenant que faire? replonger comme avant sans me poser de question ou me dire que c'était juste un petit écart de rien du tout, que ce n'est pas une clope qui fait de moi à nouveau une fumeuse!!??? La seule réponse que j'ai à ce moment même, c'est que je ne déprime pas moins qu'avant, je ne me sens pas mieux. En plus, j'ai les doigts qui puent, un goût absolument indescriptible dans la bouche et la tête qui tourne. J'avais toujours pensé que le jour où on décide d'arrêter rien de plus facile ERREUR GRAVE ERREUR "
Catégories associées:

anne-laure (16 ans) - Nationalité française - 06 décembre 2002
"Bonjour a tous, je n'ai que 16 ans, et je sais deja que la cigarette de mes 14 ans est bien loin, celle qu'on fumait avec les copines, le mercredi apres midi, ou le samedi apres midi, pour rigoler, avoir des sensations fortes.. ouaouh!! Non aujourd'hui, c'est plus marrant du tout, car la première cigarette laisse place à la deuxieme qui appelle la troisième et sans qu'on s'en rende compte on est déja au paquet tous les deux jours, ou par jour! Je ne vous direz pas que dans 40 ans vous souffrirez d'un cancer atroce, car comme moi vous le savez déjà. Je vous direz juste que si vous faites du sport ne pensez même pas a continuer, vous êtes essoufflé à l'échauffement, si vous avez de l'acné, arrêtez tous les produits, car les toxines de la cigarette réduisent vos efforts à néant et vous donne mauvaise mine. vous êtes ados, vous voulez séduire? mettez le nez dans un cendrier froid et dite moi si vous avez envie de l'embrassez.. non? moi non plus et pourtant je continue a fumer, c'est pas la preuve que c'est une belle m la cigarette?! sachez que vous serez tout aussi aimé et apprécié en bonne santé , plein de vie , avec une peau qui respire la santé .Il y a d'autres choses a faire pour se depasser et montrer qu'on est mature que montrer qu'on a trouvé le moyen de millions de personnes pour mourir a petit feu..."

rosa (46 ans) - Nationalité française - 05 2005
"J'ai arrêté de fumer en mai 2002 il y a plus de 3 ans. J'étais une grande fumeuse et j'ai essayé de nombreuses fois d'arrêter de fumer par les patchs, les nicorettes, l'acuponcture, le suivi dans un centre anti tabac, la volonté....Bref, quand enfin j'ai découvert le Zyban, non seulement cela m'a apparu simple d'arrêter de fumer mais en plus, je n'ai eu aucun effet indésirable. j'ai pris en tout 8 Kgs mais, j'en avais pris 14 en 7 mois avec le patch !!!!! Aujourd'hui, je n'ai pas du tout envie de recommencer à fumer mais, je ne prends pas le risque de prende une cigarette un soir ni même une bouffé."
Catégories associées:

Francine (54 ans) - 02 novembre 2004
"j'ai hésité avant de cliquer sur ex-fumeuse car je me considère désormais comme une non-fumeuse. Le déclic pour arrêter fut la peur, une peur viscérale en allant chercher mon courrier! ma boîte aux lettres se situe en haut d'un escalier. En arrivant j'ai cru mourir tant j'avais du mal à respirer. En redescendant j'ai dit à mon mari "j'arrête"!!! Il m'a trouvée livide...C'était un 24 février...il était 16h30. le lendemain, jour anniversaire de mon époux, je cessais de fumer...pour toujours je le sais!! Je me suis aidée avec des patchs et mon astuce fut de les mettre le soir bien que cela soit déconseillé, car cela m'a ainsi évité l'effet de manque au lever.Je n'ai plus jamais fumé depuis ce jour, je ne supporte plus le tabac et je fais la guerre aux fumeurs qui m'obligent à un fumage passif. C'est une totale victoire, seule ombre au tableau, mon fils de 27 ans fume et j'essaies de le convaincre, ainsi que des amis de son âge qui ont réussi. je sais combien c'est difficile..."

catherine (31 ans) - Nationalité française - 06 novembre 2002
"TANT que l'on a la santé ,on ne voie pas les dégâts que fait le tabac dans notre corps!! OPérée d'une peritonite je me suis retrouvée en salle de reveil souffrant terriblement ,non pas des suites opératoire..! mais plutot a cause de mes poumons . Et oui! respirer me fesait souffrir a un point que je me retenait et de ce fait mon rythme cardiaque faiblissait et ceci inquietait l'anesthesiste! radio immediate .....rien! mais comment expliquer cette douleur à la moindre inspiration ? Comment une chose automatique et naturel qu'est la respiration peut devenir une telle souffrance ? BREF: KINé respiratoire + masque à oxygene A 31 ans je me retrouve là , impuissante , pensant a mes 3 enfants qui ont besoin de moi !! CE jour là , dans cette salle je me suis juré de ne plus fumer ; je sais c'est récent mais je tiens bon... j'ai tenu à ce que mes fils âgés de 12 et 15 ans me vois ainsi ,avec le masque a oxygène.. cela les a choqué et je leur ai dit que le tabac en était responsable . J'espere qu'ils ne commenceront jamais a fumer... "
Catégories associées:

NINI (36 ans) - Nationalité Française - 04 avril 2001
"Après plusieurs essais pour arrêter de fumer voici mon témoignage qui peut être pourra aider certains fumeurs. Quand on arrive à saturation de la cigarette, qu'on commence à la critiquer sur beaucoup de domaines alors c'est le début d'une préparation mentale pour l'exclure de votre vie. La détermination est la règle n1, on le sent très fort. Je crois qu'il faut plusieurs échecs pour arriver un jour à acquérir ce mental, et, biensûr le patch vous aide à diminuer votre irritabilité, le manque, la dépendance ... Ne rêvons pas durant 4 à 5 mois on est plus susceptible, on grigote du sucré ... tout cela s'estompe avec le temps. Il faut persister, et après c'est un bonheur total, une nouvelle fraîcheur, une nouvelle jeunesse. On a beaucoup plus d'énergie, on fait beaucoup plus de choses sans une cigarette dans la bouche qu'avec.On redécouvre l'envie de faire du sport, de s'occuper de soi ... c'est très excitant. Je vous promets ça vaut le coup, mais même après 8 mois, lors des repas conviviaux la pensée de la cigarette s'installe, et, il faut tout de même se dire non, non, non, et ça marche. Bonne chance à vous."

Patricia (30 ans) - Nationalité Suisse - 19 juin 2002
"Voilà 21 jours que cette maudite ennemie puante,polluante,honnéreuse,étouffante et surtout dangereuse s'est fait mettre sèchement à la porte par mon souffle; elle n'est pas très contente mais mon porte- monnaie l'est; elle vient pleurer à ma porte mais ma maison rigole; elle veux me re-séduire mais mes poumons resplandissent; elle se fait plus menacante mais ma fierté est prête à la combattre; elle essaie de se re- introduire par le bais de mon entourage mais mon cerveau heureux de sa liberté lui sourit tendrement en lui explicant "tu sais nous deux c'est du passé; notre relation était trop dangereuse; je t'ai passionnément aimée et haie et maintenant je n'ai plus que de l'indifférence alors ADIEU" signé : un esprit sain dans un corps sains"

Catherine (39 ans) - 16 décembre 2001
"J'ai déjà eu des problèmes pulmonaires importants: bronchites chroniques, broncopneumopathies, sinusites. Je viens de subir une fibroscopie en raison d'une bronchopneumopathie qui résiste au traitement antibiotique et corticoide et se complique d'asthme. J'ai angoissé comme une malade en attendant les résultats car le cancer, ce n'était pas pour moi ou dans longtemps car j'ai fumé relativement tard 23 ans et pas trop( un paquet par jour). Les résultats sont négatifs mais le boulet est passé très près et j'ai arrêté de fumer depuis l'annonce des résultats. Avoir des problèmes respiratoires n'est pas du tout se promener avec une bouteille d'oxygène et continuer sa vie. C'est avoir mal, se sentir vieille et handicapée par rapport à ses amis, c'est attraper tous les virus qui passent et être malade comme un chien alors que les autres n'ont qu'un petit rhume, c'est avoir des problèmes professionnels en raison des absences liées aux épisodes infectieux, c'est lasser les autres qui en ont assez de vous voir malade ou pas en forme. Alors ne commencez pas ou arrêtez-vous vite surtout si vous êtes déjà asthmatique. "
Catégories associées:

Laure (23 ans) - 09 septembre 2013
"J'écris ce témoignage pour célébrer mon année sans tabac. Je fumais un paquet par jour voir plus selon les occasions depuis bientôt 10 ans. J'ai arrêté du jour au lendemain sans aucun substitut et aujourd'hui je pense être sur la bonne voie. Ce n'était pas mon premier essai mais cette fois, ce qui a changé et m'a permis de réussir cet arrêt est que j'ai réussi à m'imaginer non fumeuse pour le reste de ma vie ce qui n'était pas chose facile. Lors de mes autres arrêts, je m'étais toujours dit que je pourrai refumer quelques cigarettes en soirées quand je serai moins accro et donc je m'interdisais de fumer seulement pour mieux le faire plus tard. Proposeriez-vous un verre à un ancien alcoolique? Certainement pas et pourtant la cigarette est une addiction au même plan que peut le devenir l'alcool alors pourquoi ne nous comportons-nous pas de la même manière face à ces deux substances? Aujourd'hui, je suis prête à ne plus jamais, ho grand jamais, toucher à une seule cigarette jusqu'à la fin de ma vie et c'est ce qui me permet aujourd'hui de fêter ma première année sans tabac. Ça a été dure au début. Ni mon psychisme ni mon corps n'ont accepté cet arrêt. Les premiers mois, j'ai eu sinusites, bronchites, fatigue, boutons, énormément de tristesse et de désespoir et deux kilos en trop. Autant dire que les bienfaits promis se sont fait attendre pour pointer le bout de leur nez. Il faut du temps pour réapprendre à vivre sans cigarette et à changer ses habitudes. Pour moi, c'est seulement au bout de 6-8 mois que les choses ont été plus faciles et aujourd'hui je ne pense presque plus à la cigarette. J'ai plusieurs fois faillit reprendre non parce que l'envie était trop forte mais simplement parce que les sacrifices étaient trop éprouvants. Tout ceci pour dire à ceux qui ont arrêté il n'y a pas longtemps ou justement il y a un petit moment déjà mais sans voir le bout du tunnel qu'on finit par aller mieux et que le combat devient plus facile de jour en jour. Pour finir, une petite liste personnel de pourquoi arrêter de fumer pour ceux qui l'auraient peut être déjà oublié : plus (beaucoup plus) d'argent, vaincre la dépendance, éradiquer l'odeur de la cigarette et la mauvaise haleine, améliorer la respiration, diminuer le risque de cancer, améliorer l'aspect de la peau, augmenter la confiance en soi, être libre simplement de ses gestes (n'avoir pas besoin de sortir en permanence pour fumer, ne plus prévoir en avance le nombre de paquets à acheter, ne pas être stressé quand il n'y a plus de cigarettes), et tout bonnement arrêter une habitude qui n'apporte rien. Bon courage à vous, et si vous me lisez aujourd'hui c'est que vous êtes déjà sur la bonne voie car chaque petit pas compte. "

chantou (40 ans) - 10 février 2006
"je viens de recevoir un mail "100 jours, sans fumer", quelle joie je ressens, quelle fierté de moi meme !! troisième tentative, et c est la bonne, je le veux tellement. ne plus, une seule fois, mettre ce poison à la bouche, en délivrér mon corps. bien sur que ce n'est pas facile, mais ce bonheur que je connais de ne plus etre esclave, ne plus compter les cigarettes du paquet, l'angoisse de ne pas trouver un tabac ouvert chercher 20cts pour acheter un paquet, gerer mes emotions avec une cigarette, ce bonheur s'appelle la liberté d'etre ! chaque etape je la gagne, mon entourage professionnel est constitué de fumeurs et je dois me battre pour essayer de preserver des zones non fumeurs. mais dans leurs yeux je vois que ma victoire leur donne de l'espoir. et je vous dis, n'arretez pas d'essayer, appréciez chaque jour de vivre sans ce faux-mentor qui nous raconte des histoires sur ce qu'on ne peux faire sans elle et en redevenant vous meme, vous deviendrez plus fort. venez partarger mon bien etre ch. "
Catégories associées:

Isabelle (34 ans) - Nationalité Canadienne - 23 février 2005
"Bonjour, depuis 2 semaines, j'ai décidé d'arrêter. J'ai décidé lorsque j'ai vu la maladie de près. J'ai vu à l'hôpital, une femme qui n'arrivait plus a respirer qu'avec une bombone d'oxygène. Cela m'a fait peur, très peur je dirais même. Je me suis toujours décrite comme une petite fumeuse... Cela à toujours été mon excuse pour dire que le peu de cigarette (5 MOre menthol/jour) que je fumais ne pouvais causer beaucoup de dommages à mon corps. Pourtant, je me sent souvent fatigué. J'ai constamment en tête la maudus de Cigarette ou Cigarillos que je vais inhaler dans quelques heures que se sera ma récompense de la journée ! Lorsque que se moment de récompense est consommé, je ne l'apprécie même pas car je me sent coupable. Je suis gêner de fumer, gêner de ne pas avoir la force et le courage, moi une fille aussi déterminée, d'arrêter cette saloperie. De me voir inhaler un bâton brun (More) remplie de tabac et de ne pas être capable de cesser... Je me dis que ça doit vraiment être puissant les ingrédients addictifs qui sont présents dans la cigarette car cela joue sur mon psyché. Je suis quelqu'un qui pratique du sport tous les jours, mange bien, fait du yoga, fait attentention à sa santé mais FUME. Aucun rapport et pourtant j'ai tellement de difficulté à cesser. Ma difficulté est vraiment psychologique, je le sais car j'ai du arrêter 40 fois de fumer et ce que je trouve le plus difficile c'est la perte, le vide, l'angoisse lorsque j'arrête. Je pense que cette fois-ci c'est la bonne car la lecture de témoignages sur ce site me permet de ressentir un sentiment de détermination tel que je ne l'ai jamais ressentie auparavant ! Je me souhaites bonne continuité et surtout de garder ma volonté pour quelques semaines car j'En suis certaine le plus dur sera passé. MErci au gens qui ont témoignés EN terminant, j'ai une question auquelle, je ne trouve pas de réponse logique "EN étant conscient de tout les dangers et problèmes que procure l'usage du tabac, pourquoi est-ce que le gouvernement permet encore que l'on puisse vendre cette drogue nocive qu'est la cigarette ?" "

Carole (54 ans) - Nationalité canadienne - 14 décembre 2010
"Ca fait tellement de fois que j'essaie d'arrêter de fumer que je ne les compte plus ...mais cette fois ci c'est la bonne . Le 11 decembre 2009, le médecin disait a mon père qu'il ne lui restait plus que 2 mois a vivre...il est decede le 23 fevrier 2010. Alors en memoire de papa et avec son aide , moi cette année le 11 decembre 2010, j'ai décidé que je voulais prolonger ma vie, ou du moins mettre les chances de mon côté, pour une meilleure qualité de vie ... Papa avait été fumeur durant 50 ans, il a dû être opéré du coeur , ensuite il s'est fait enlever un poumon complet du au cancer et 1 an plus tard il decedait du cancer du cerveau ...tout ca probablement grace a la cigarette ...je ne mettrai pas ma photo mais celle de mon pere qui je sais , serait tres fier de promouvoir l'arrêt du tabac. "
Catégories associées:

camille (52 ans) - Nationalité française - 09 2010
"Le problème avec le tabac est que les dégats qu'il cause ne se voient pas. En effet, nous ne pouvons voir nos poumons se remplir de goudron, nos veines se boucher, etc... Si l'on me disait "tiens, prends ce pistolet et tires toi une balle dans le coeur" j'aurais tellement peur que j'en prendrais mes jambes à mon cou et me sauverais le plus que je peux! Mais le tabac, rien ne se voit. Je n'ai pas vu non plus les poumons de mon Frère s'abîmer, mais j'ai vu le chagrin et l'anéantissement d'une Mère face à la mort de son fils bien aimé. En rédigeant ce message, je m'apperçois que mon Frère a lui aussi laissé son témoignage car sa date de naissance son n°de tél s'affichent dans les petites cases, je serais heureuse de le lire, une façon pour moi de me souvenir de lui, il est décèdé en mai 2009, il s'appelait Richard. Aux jeunes adolescents, ainsi qu'aux autres, ATTENTION DANGER n'y touchons pas, n'y touchons plus "

Anonyme (60 ans) - Nationalité suisse - 27 mai 2008
"j'ai 60 ans et j'ai fumé durant 44 ans. j'ai définitivement arrêté de fumer le 21 janvier 2008. Durant la dernière année, à chaque cigarette que je fumais, je me disais: tu vas attraper un cancer !! J'ai essayé plusieurs fois d'arrêter et, il faut dire que j'avais peu d'espoir d'y arriver ! j'aimais tellement tirer sur une clope à certains moments de la journée. je fumais un paquet par jour et un demi-paquet les trois dernières années. En début d'année 2008, je me suis dis que c'était le dernier moment de prendre une décision avant qu'il soit trop tard .Je me suis motivée et j'ai commencé de lire :la méthode simple pour arrêter de fumer de Allen Carr.J'ai suivi à la lettre ses conseils, j'ai continué de fumer en lisant son bouquin et j'ai écrit un livre journal. Chaque cigarette que je mettais à la bouche devenait de plus en plus mauvaise.Le 20 janvier 2008 je lisais la dernière page et fumais ma dernière clope. Sans médicament, sans patche,juste en me motivant et en prenant très fortement conscience du mal que me procurait la cigarette... j'ai arrêté de fumer ! Aujourd'hui 28 mai 2008,je me sens propre, je sens bon, j'ai les dents blanches, je respire mieux...c'est le pied! surtout...je suis fière car j'y suis arrivée pour ainsi dire sans difficultés. "

stéphanie (28 ans) - Nationalité Française - 13 2007
"Voilà mon histoire, j'ai 28ans et j'ai fumé penant 10ans et cela fait exactement 11jours que j'ai arrété! je suis infirmière au sein d'une unité de soins intensifs en chirurgie thoracique, vasculaire et ORL; Tous les jours il y a 4 a 5 patients qui se font opérer de tumeur au poumon, TOUS LES JOURS, et de pontages du a leurs artères encrassées par cette maudite cigarette qui nous leurre en n'ayant l'impresson qu'elle nous fait tant de bien! Passer l'annonce du diagnostic, et meme si de nos jours les progrès fait dans la lutte contre la douleur, les soins tels que les pansements, les ablations de drains, les piqures quotidiennes, les perfusions, les soins de canules pour ceux qui sont trachéotomisés, restent des soins très douloureux et éprouvants; et le soir quand les lumières s'éteignent,ils se retrouvent seuls face a eux meme et a leur avenir plus qu'incertain pour la plupart d'entre eux! Alors voilà ce qui m'est arrivée, mes yeux ceux sont ouverts face a tant de souffrance, de larmes et de regrets et meme si arréter de fumer reste une épreuve difficile ou chaque jour est un combat, ceux que ces gens là vivent est un cauchemard devenu réalité, un combat qu'ils ne gagneront peut etre pas. "

titane (39 ans) - Nationalité belgique - 19 mars 2004
"Salut tout le monde ! voila je vais avoir 40 piges dont 25 à fumer une trentaine de cigarettes par jour. J ai essaye a peu près toutes les methodes : acupunture, laser, patch, chewing gum et à chaque fois après quelques semaines ou quelques mois, c était reparti Cette fois j'ai eu un vrai déclic : si je continue , c'est elle qui m enterre ou c'est moi qui doit l'enterrer pour toujours. Ca fait exactement 1 mois 2 jours sans cette saleté de cigarette et SANS AUCUNE AIDE ET CA VA !!!! Biensûr parfois je pleure, je me sens déprimée, je vire à la paranoia, mais quel bonheur de REVIVRE Alors si moi l'ex - cendrier ambulant, j y arrive , on peut tous y arriver COURAGE! "
Catégories associées:

Virginie (29 ans) - Nationalité Française - 27 octobre 2009
"J'entame mon quatrième jour de sevrage, que j'espère définitif cette fois-ci. Je " fume " ( pour moi rien n'est encore gagné à mes yeux et à mes poumons ! ) depuis quinze ans, à hauteur d'un paquet par jour, voire plus. Je suis passée par plusieurs phases, le soi-disant plaisir, l'enivrement temporaire, le dégoût, le dégoût, encore le dégoût, et maintenant la dépendance. Je ne supporte plus l'odeur et le temps passer à fumer. Je ne supporte plus de mettre de l'argent dans cette industrie révoltante. Et pourtant, toujours insidieusement, l'envie me reprend de rallumer une cigarette. Aujourd'hui, même si l'envie est immense, je me dis que de rallumer une cigarette n'est pas un besoin, encore moins un besoin naturel. Tout au plus un geste fugace. Qui n'est plus de l'ordre du plaisir depuis bien longtemps. J'ai commencé jeune, certainement comme beaucoup pour me démarquer, me donner l'impression d'exister, d'être "une grande". Aujourd'hui, je me sens tout simplement ridicule et stupide d'être entrée dans ce cercle qui finit par vous dicter votre journée. On fait en fonction de notre première cigarette, on va à tel endroit parce qu'on peut y acheter des cigarettes, on arrive quelques minutes en avance avant un rdv pour fumer et soi- disant se détendre, on ne vit plus pour soi mais pour elles. C'est mûrement réfléchi, j'espère réussir. Mes amis, mes proches, mes collègues sont tous au courant et je n'hésite plus à en parler, surtout quand une grosse envie débarque. Sinon, et bien sinon il me reste les chewing-gums, les grands verres d'eau et les séances de jogging, commencées il y a trois mois qui commencent à porter leurs fruits sur le moral. Bonne chance à tous, et aux plus jeunes, ne touchez pas au tabac, c'est une vraie plaie ambulante."
Catégories associées:

fanny (16 ans) - Nationalité francaise - 24 janvier 2004
"je m'appelle Fanny et j'ai 16 ans et demi.Cela fait aujourd'hui 23 jours que je ne fume plus.j'ai commencé il y a 6 mois et maintenant que j'ai arreté, je me rends compte à quelle point cela peut etre inutile et qu'on très bien s'en passer.Je voudrais dire qu'il ne faut pas se dire avant d'avoir essayé qu'on n'y arrivera jamais.C'est la 3ème fois que j'arrete :arreter de fumer est un apprentissage.certains y parviennent dès la 1ère fois tandis que d'autres ont besoin de plusieurs tentatives.Je tiens également à dire que chaque jour passé sans fumer est une victoire pour soi-meme et nous rend plus fort.En ce qui me concerne, ce qui a été décisif,c'est une pub ou l'on voit une fois atteinte d'un cancer de la gorge ayant subi une ablation des cordes vocales.je tiens à remercier cette femme pour son courage car j'espère qu'elle aura permit à des jeunes de réaliser les dégats que peuvent provoquer le tabac.Sans elle, je pense que j'aurai refumé. Je pense que la plupart des gens (dont moi), bien qu'ils savent que cela provoque des cancers....,ne se rendent pas compte concrètement des dégats.Il faut etre fort car le tabac est une vraie drogue et en la consommant, nous sommes l'objet de manipulations de la part de l'industrie du tabac qui rajoute toutes de produits hautement cancérigènes et addictifs.la cigarette est-elle vraiment indispensable à votre bien-etre? alors,dites non.merci de m'avoir lu et j'attends vos réponses."

Anonyme (17 ans) - 04 avril 2001
"Il y a 12 jours, j'ai décidé d'arrêter de fumer... et je tiens pour le moment, mais c'est dûre... cela faisait 2 ans que je fumais, ce n'est pas énorme, mais c'est quand même dure, croyez-moi ! Je bosse dans une grande entreprise, et un collègue, que je ne connais pas bien, fume, je crois 3 paquets par jour (un peu moins je pense...) enfin voilà, il ne peut pas aligner une seule phrase sans devoir reprendre sa réspiration... Le pire c'est qu'il n'a presque plus de voix et que sa gorge "racle" énormément... Il à 49 ans et moi je pensais qu'il en avait 60 au moins... Enfin voilà, pour ceux qui fumez, il faut arrêter, il faut persévérer pour ne pas finir avec le tein jaune et ne plus pouvoir respirer"

Suzy (28 ans) - Nationalité France - 29 décembre 2017
"Si vous tombez sur ce témoignage c'est sûrement que vous avez envie d'arrêter de fumer et que vous cherchez la méthode miracle pour y arriver. Comme vous à l'époque j'ai recherché des témoignages d'expériences, de méthodes qui avaient fonctionné pour les autres en espérant qu'elles marcheraient pour moi. Mais la méthode n'est pas le cur du problème ? Pourquoi à méthode similaire certains vont réussir à arrêter définitivement de fumer ? D'autres vont recommencer ? Pour parvenir à arrêter définitivement de fumer, il faut comprendre les mécanismes psychologiques qui sont à l'uvre lorsque vous fumez, il faut que vous appreniez à vous connaître vous-même parfaitement, à vous voir tel que vous êtes et à voir les vrais raisons qui vous poussent à fumer et les vrais raisons qui vous empêchent d'arrêter. Pendant longtemps je me suis menti à moi-même : je disais vouloir arrêter de fumer mais je n'étais pas prête à aller jusqu'au bout de ma démarche. Je savais bien que dans l'absolu arrêter de fumer me donnerait une meilleure santé, et me ferait faire des économies mais ces raisons ne m'apparaissaient pas suffisantes. Au fond de moi ce qui m'arrêtait c'était la peur. Peur de ne pas être capable d'assumer et d'accepter ma vie sans cigarette. Peur de perdre ces petits moments au combien appréciable passés avec la cigarette, peur de ne pas prendre plaisir dans mon quotidien, de ne pas pouvoir gérer mon stress, de me montrer sous ce que je croyais être mon véritable jour à savoir quelqu'un de nerveux et d'impulsif qui avait du mal à gérer ses émotions. Pour être honnête avec vous, le plus grand bénéfice que j'ai tiré de l'arrêt de la cigarette 3 mois plus tard ne tient pas à ma santé ou à mes finances mais à mon bien être psychologique. Ce bien être à eu de grandes répercussions sur ma vie, sur mon bonheur et mon équilibre quotidien. En arrêtant de fumer votre caractère ne change pas du tout au tout, mais en revanche votre acceptation et votre bienveillance vis à vis de vous-même progresse considérablement. Après avoir arrêté de fumer vous devenez moins tolérant vis-à-vis de toutes ces pollutions quotidiennes qui vous nuisent, vous n'acceptez plus de vous laisser marchez sur les pieds, d'encaisser l'évènement, le stress. C'est un cercle vertueux : vous ne voulez plus subir ces émotions négatives car vous n'avez plus le recours de la cigarette pour les amortir alors vous apprenez à prendre de la distance vis à vis de vos émotions et des situations extérieures. Votre quotidien ne change pas radicalement du jour au lendemain mais il évolue à petit pas. Car si votre environnement extérieur, votre entourage, votre quotidien restent les mêmes c'est votre réaction qui va changer et murir vers plus de joie et de légèreté. Mon cheminement vers l'arrêt a ainsi commencé lorsque j'ai compris et accepté en toute sincérité que la cigarette était pour moi une béquille. J'ai commencé à décortiquer sans complaisance toutes les raisons qui me poussaient à fumer : envie de m'isoler quand le monde autour de moi était oppressant, envie de m'évader quand l'ennui au travail me prenait, envie d'un petit plus de joie quand je vivais un moment déjà agréable mais dont je n'arrivais visiblement pas à profiter à 100% vu que je me sentais tenu d'y ajouter une petite cigarette pour qu'il soit encore meilleur. Ce qui m'a le plus aidé pendant tout ce temps là et tout au long de ma démarche est d'allier la sincérité avec moi-même à la plus grande bienveillance. L'arrêt du tabac c'est un apprentissage de l'estime de soi ! J'ai fait taire la petite voix en moi qui culpabilisait d'être incapable d'avoir la volonté nécessaire pour arrêter de fumer. Et pendant toute ma démarche d'arrêt je ne me suis interdit aucune cigarette, dès que j'avais envie de fumer je me l'autorisais sans aucune culpabilité. Le seul deal avec moi-même était d'analyser les raisons qui me poussaient à fumer chacune de ces cigarettes, cela afin de mieux me comprendre moi-même. J'ai ainsi accepté mon caractère introverti et mon besoin de respirer seule dans des situations de groupe. Mais aussi mon côté hédoniste à tendance addictive qui me poussait à vouloir toujours plus dans un moment déjà agréable. En acceptant je suis allé plus loin dans mon raisonnement et me suis rendu compte que l'excès gâchait toujours le plaisir initial. Cela m'a amené progressivement à ce que j'appelle la cigarette en pleine conscience. Combien de cigarettes fumez vous sans même vous rendre compte que vous les avez allumées ? Après 4 mois à avoir conservé une consommation constante (entre 10 et 15 cigarettes par jour, voir plus en soirée) j'ai commencé à diminuer mes cigarettes sans vraiment en avoir la volonté mais juste parce que j'avais muri dans ma démarche personnelle. Je m'autorisais toujours à fumer dès que j'en avais envie mais je me suis imposé de ne pas faire deux choses à la fois en fumant afin de dissocier la cigarette du moment et des circonstances qui l'accompagnaient. Ainsi au restaurant à la fin d'un bon repas, je pouvais fumer mais je m'éloignais de table et restait seule. Et je prenais ces 5 minutes pour méditer sur ma cigarette. Pourquoi est ce que j'avais eu besoin de l'allumer ? Quelles sensations cela me faisait ? Au niveau du ventre, une tension qui s'apaise ? Au niveau de la gorge, une fumée brulante finalement peu agréable. Je prenais tout sans aucun jugement personnel. Cette phase où je fumais en pleine conscience a elle aussi durer environ 4 mois, 4 mois pour murir ma réflexion. Finalement en fumant en pleine conscience j'ai réussi à éliminer simplement plein de cigarettes que je fumais sans vraiment y faire attention. Pour encore plus décortiquer mon habitude et ce qui se cachait derrière le geste de fumer j'ai également changé de marque de cigarettes pour passer aux cigarettes sans additifs. 99 % des cigarettes manufacturées et même du tabac à rouler contiennent des additifs. Ceux-ci sont en grande partie des dérivés de sucre (miel, cacao). Ces additifs sucrés en se consumant produisent des IMAO assimilés à des anti-dépresseurs par notre cerveau. Voilà d'où vient en partie le soulagement qui vous prend après votre cigarette. Le passage progressif aux cigarettes sans additifs a été parfois difficile, a généré pas mal de nervosité. J'avais un manque physique des anciennes cigarettes industrielles qui me prenait au niveau du ventre et qui me rendait agressive. Là encore je n'ai pas été trop radicale avec moi-même et ai accepté mes envies telles qu'elles me venaient sans trop forcer ma volonté. Lorsque je me sentais capable je prenais une cigarette sans additif, si le manque était trop fort je m'autorisais mes anciennes cigarettes. Après 3 mois de ce travail j'étais parvenu à une à deux cigarettes par jour, je ne ressentais plus de manque le reste du temps. J'avais appris à gérer et à apprécier plein de situations sans cigarette. Ce qui me freinait était encore d'arriver à faire le deuil de ce moi fumeur. J'ai réussi à passer le cap en comprenant que le meilleur moyen de quitter la cigarette serait de ne plus y penser, même pas pour me dire ah tiens j'ai évité cette cigarette , juste de l'oublier. Cet oubli est facile à faire lorsque vous avez compris votre psychologie personnelle cachée derrière votre addiction et vaincu la dépendance physique aux cigarettes industrielles avec additifs. A partir de ce moment là j'ai sauté le cap sans vraiment le réaliser, j'ai passé ma 1ère journée sans fumer sans en faire tout un plat, juste en me sentant bien, en ayant cette petite étincelle de légèreté en moi. A l'inverse de nombreux ex fumeurs je ne parlais de mon arrêt à quasiment personne pour éviter d'y penser. Si dans ma nouvelle vie la cigarette n'est plus quelque chose d'important et de déterminant alors pourquoi y penser ? Plus qu'une méthode c'est toute une série de déclics psychologiques qui m'ont vraiment permis d'arrêter. Chacun a son histoire et ses convictions personnelles mais pour vous partager ce qui a fonctionné pour moi je me suis prise d'intérêt pour la philosophie du zen et du yoga. Ces deux disciplines m'ont beaucoup aidé à me comprendre moi-même et à me voir avec plus de vérité et de justesse. J'espère qu'elles raisonneront aussi pour vous. Seul vous pouvez être moteur de votre changement. Bonne chance ! "

Anonyme (39 ans) - Nationalité francaise - 05 avril 2005
"bonjour à tous voilà, j'ai arrété de fumer il y a 3 mois maintenant car je préparais un marathon et je voulais gagner 14mn sur mon recors précédent, (et oui une fumeuse qui coure , et il y en a plus que l'on croit). DONC pour y réussir , je vous lis tous les jours, pour me préparer psyquologiquement, je lis tous ce que je trouve sur l'arrêt du tabac, je pense à ma course, je vois mon médecin , je mets des patchs, et je m'achete le livre d'allan care. tout va bien je suis remontée à bloc. je me dis comme je l'ai lu: qu'une cigarette est fumé en 3mn et que l'envie passe en 5mn) et voilà je ne pense qu'à mes futurs performances, j'ai un peu plus de 3 mois pour çà. mon marathon c'est dimanche 10 avril. je m'entraine dur , je suis fière de ne plus fumer mes amis n'y croient plus ,et sont heureux pour moi, et le 20 FEVRIER 4 JOURS AVANT MON ANNIVERSAIRE MERDE , je me chope une tendinite en dessous le pied , qui est toujours là aujourdhui, FINI LE MARATHON J ' EN AI REVE DEPUIS 1 AN FINI LE REVE DE BATTRE MON RECORS SANS CIGARETTE ET BIEN NON NON NON JE Ne REFUME PAS ? je n'ai pas refumé rien de rien , JE NAGE NAGE NAGE presque tous les jours , et je me surprends à faire des distances que je ne me savait pas capable, je fais du vélo aussi, en montant des côtes. MAIS NON JE NE FUME PAS c'est FINI Je mets les sous de coté, et quand je serais guérrie, je ferais le marathon de new york.mes amis sont fièrs se demandent comment je tiens car n'importe qui aurait repris vu l'importance qu' a le marathon pour moi et la course à pied en elle même , cela me manque beaucoup. alors pour ne pas reprendre, protégez vous, mettez-vous une armure, faites du sport si vous pouvez (j'ai trouvé une piscine en face de mon boulot entre mes heures de repas c'est pratique) pas d'excuse de ne pas avoir le temps, le sport ça s'apprend ) bon courage à vous et si vous avez aussi des idées à partager , je prends tout ce que je trouve, pour m'encourager . Maintenant que j'ai commencé a arrété du fumer , je ne vais pas m'arréter là. a bientôt marion"

Barbara (24 ans) - 30 octobre 2004
"Bonsoir. Je m'appelle Barbara, j'ai 24 ans et viens d'arrêter de fumer depuis pratiquement deux mois avec ces fameux patchs à la nicotine que je recommande fortement car, même si bien sûr la motivation est essentielle (je préfère cette notion à celle de "volonté"), ils diminuent de manière très efficace les symptômes du manque (irritabilité, anxiété, épisodes dépressifs, accès "boulimiques"...). Bien sûr, une partie de ces symptômes "de manque" peuvent, bien qu'ils soient sérieusement atténués, perdurer... un temps du moins: le temps justement que la dépendance psychologique, comportementale et autre, disparaisse... c'est le travail le plus long. Mais tout de même, quand on fait le bilan après ne serait ce que quelques semaines d'arrêt, le positif l'emporte largement sur le négatif: on respire nettement mieux, on ne tousse plus ou beaucoup moins, on se sent plus net, plus "clean", on a une vitalité, un dynamisme décuplés, on se sent mieux (c'est le cas de le dire !!!) dans son corps et , malgré une petite anxiété passagère due au sevrage, mieux dans son mental... plus d'assurance aussi... plus de temps... plus de Vie, quantitativement et qualitativement. Je tiens à préciser que je suis une ancienne héroïnomane (de l'âge de 14 à 19 ans)et que j'ai arrêté cette drogue dure par un substitut adapté également. On peut faire le parallèle... Mais quand on a ce fameux "déclic", parfois au prix de plusieures rechutes,qui ne vient pas forcément du jour au lendemain mais qui s'établit progressivement, c'est le début de la guérison ultime. En somme, celui-ci arrive souvent quand nous ne sommes plus complêtement aliénés et que l'on retrouve sa luicidité. "

Lydia (28 ans) - Nationalité Française - 29 janvier 2013
"Bonjour à tous, Voilà on y est ça y est, 3 ans oui oui, 3 ans que j'ai dit stop le 1er fevrier 2010, incroyable non? j'ai 28 ans et j'ai commencé à l'âge de 13 ans puis confirmé à 15 ans en tout un peu plus de 10 ans à fumer!! je voulais dire merci à ce site génial que j'ai squatté des heures durant!! juste pour vous dire que c'est possible, lisez allen care c'est top ce livre ça aide vraiment je trouve, biensur j'ai continué à fumer à la fin du livre mais au moins j'avais compris l'illusion de la clope, tout ces médias qui nous aident pas à arrêter, ils en font une montagne insurmontable faut arrêter ils aiment biens qu'on leur remplis les caisses!! ne compte que sur toi même pour arreter et dis toi que c'est pas insurmontable c'est eux qui te mettent ça en tete!! du coup rien que pour arreter tes déjà en trans!! prend des patchs et des gommes ça aide aussi, va courir c'est trop bien, et dis toi que le temps passe vite, trop vite, donc avec ou sans ton arret le temps passera, autant que tu sois dans le bon wagon à l'arrivé!! c'est ce que je me suis dis, et dis toi que le manque passe c'est vraiment les premiers jours l'on y pense mais après jour après jour on est tellement contents!! moi je laisse les fumeurs fumer dans ma voiture et je les accompagne dehors au bureau pour fumer, tous mes amis sont fumeurs, je n'ai rien changé à mes habitudes de la vie, je fais tout comme avant même mon café le matin je le prend, sauf que j'allume pas une clope pour 2 minutes c'est tout, le soir avant le film je prend toujours mon thé sauf que je sors pas pour fumer, en vacance sur la plage le soleil brille autant sauf que je dors mieux sur ma serviette, le matin c'est pareil je suis toujours en retard sauf que j'ouvre pas les vitres de ma voiture!!! c'est tout avec mes copines on discute toujours autant autour d'un bon coca ligth sauf que j'ai rien à la main... oui vraiment la vie est pareil toujours aussi belle!! sauf qu'on respire mieux, qu'on fait plus de sport, mais on aime toujours autant se poser au resto ou sur la terrasse, dite vous que c'est pas la clope qui fait les bons moments c'est vous qui passez un bon moment, elle n'améliore en rien mais vraiment en rien tous ces plaisirs de la vie!!! faut juste passer le cap du manque physique qui est un peu douloureux mais tout passe!! après c'est que du bonheur... la vie est belle et passe trop vite... pensez y... je vous souhaite de réussir sur le chemin de la guérison, de dégager tous ces nuages gris et de découvrir ce beau ciel bleu....Bon courage ce n'est pas une montagne c'est vous qui en faîte une montagne!!!!"

Maria Teresa (27 ans) - Nationalité italienne - 26 avril 2009
"bonjour, le 4 février 2008 j'ai decidé et j'ai arreté de fumer. Mes amis m'appellaient "la cheminée" tellement des cigarettes fumées - presque 24 cigarettes par jour. Ma première motivation a été mon pére qui était decedé le 4 fevrier 2007. Depuis je me repetais que je voulais arreter. Fumer tue, je me disais. Alors, j'ai toute seule decidé une date qui pouvait me rappeller quelques choses, qui povait psycologiquement me motiver et voilà: un an après sa morte ma decision. Le matin fut très dure, j'ai même fumé une clope à 11h mais après je me repetais:"no! tu es plus forte".. En effet j'ai toujours voulu etre plus forte de ça. Depandre d'une cigarette pour moi était ansi con.. et je voulais vraiment arreter. L'envie était plus forte que la peur de ne pas pouvoir reussir. Dejà ça etait à ma faveur. Et après les jours passaient.. et j'avais des crises, fortes, j'étais tramblante, enervé, anxiesuse... et voilà que j'ai suivi à la parole ce que le site internet me conseillait de faire:! marcher, boire de l'eau pendant la crise, me laver le mains, sortir en vélo ect... Après déjà deux semaines je me sentais la plus forte du monde. Et aujourdhui j'ai gagné! je suis forte, plus belle, plus relaxé, plus cool, plus sportive, plus sure de moi. Je sais que je peux tout faire. Je peux ne pas depandre et ça c'est très important dans la vie. lorsque on realise qu'on a le pouvoir de tout accepter et de tout rejecter alors là on est de vrai etre humains tel que Dieu nous a crée: forts et avec cerveau! Chers fumeurs , trouvez le courage et motivez vous!!! vous etes forts, vous avez le pouvoir, vous etes ce qui compte le plus dans votre vie. Arreter de fumer n est pas que un benefice pour votre santé mais surtout la satisfaction de realiser d'etre vraiement forts et que quand on veut on peut tout dans la vie... croyez moi..MOI JE SUSI TRES FIERE DE MOI! "

Christine (44 ans) - Nationalité F - 28 juin 2007
"Aujourd'hui, cela fait 8 mois que j'ai arrêté de fumer et je peux vous dire que je revis ! Je n'ai plus de gros coups de fatigue comme avant, je me lève le matin pratiquement toujours en forme. J'ai retrouvé le goût et l'odorat. Vraiment une réussite. En plus, j'ai perdu 3 kilos sur les 6 pris en pratiquant de la marche rapide et du vélo et en faisant attention au repas du soir ! Je pense que pour s'arrêter de fumer il faut qu'il y ait le déclic. Ca ne se passe pas sans mal, le plus dur pour moi a été le 1er mois et ensuite c'est comme si je n'avais jamais fumé de ma vie ! Christine "

justine (21 ans) - Nationalité française - 16 septembre 2006
"j'ai commencé de fumer à l'âge de 12 ans, je ne sais plus trop pourquoi, sans doute pour faire comme les copines, apprentissage d'autant plus facile que je viens d'une famille de gros fumeurs qui m'ont "encouragée" dans cette voie. Donc, à juste21 ans, j'avais déjà presque 10ans de tabac derrière moi, à un paquet par jour, faites le calcul...J'ai décider d'arrêter avec le programme stop- tabac, que je trouve ultra-complet, et CA MARCHE!!!et j'ai appris un truc super important:arrêter de fumer, c'est pas une question de volonté.C'est une question de motivation.Une fois que l'on sait POURQUOI on veut le faire,et qu'on arrête de culpabiliser,je vous assure que c'est beaucoup plus simple.Et surtout, il ne faut pas avoir honte de dire que l'on a besoin d'aide.Des gens ont peur de prendre,par exemple,des substituts nicotiniques,et pourtant c'est très efficace.Moi j'ai choisi les gommes Nicotinelle 4mg,et depuis 16jours je me sens libre et heureuse,j'ai appris à m'aimer et à respecter mon corps.Et puis à l'âge ou on aime séduire,avouez qu'avec un teint frais,un sourire éclatant,un parfum de "fille saine",c'est beaucoup plus facile!!!ça peut paraitre superficielle,mais c'était ma motivation a moi,parce qu'il faut reconnaitre qu'a 20ans, les maladies,tout ça, on y pense pas forcément...voila donc je suis une ex-fumeuse ravie,prête à croquer la vie à pleines dents,et je vous encurage toutes et tous de tout mon coeur à arrêter cette saloperie qui,honnêtement,ne sert à rien.Croyez-moi,les bénéfices de l'arrêt sont visibles très vite,alors trouvez la bonne motivation,le bon soutient,la méthode qui marchera pour vous.Bon courage à tous."

florence (26 ans) - Nationalité française - 29 septembre 2003
"j'ai décidé d'arrêter de fumer pour la cinquième fois! La dernière fois que j'ai tenté d'arrêter j'ai tenu deux mois, c'était en mai dernier. J'essaie à nouveau, aidée par des patchs. je tiens depuis 3 semaines sans une seule cigarette. Le patch est très efficace car je n'ai pas du tout d'envie physique de cigarette. Il m'arrive parfois de penser que j'aimerais bien en fumer une mais c'est une question d'ambiance, avec des amis, au café, en voiture...Mais vraiment le patch élimine toute sensation physique de manque. J'ai essayé d'arrêter dans la pire période de ma vie: mon mec, avec qui je vivais depuis 6 ans, m'a quittée, j'ai passé deux concours adminitratifs très importants et très stressants, je me retrouve seule les soirs devant ma télé... Le bonheur quoi!!! Et pourtant je n'ai pas refumé!!! Si je ne refume pas en ce moment, je ne fumerai plus jamais!L'avenir le dira. Je suis également fière d'avoir convaincu des amis d'arrêter de fumer (avec le patch aussi). C'est très motivant, pour eux et surtout pour moi!! courage à vous tous!!"

Sara (36 ans) - 07 juin 2012
"Bonjour, Après plus de deux ans d'arrêt du tabac, je reviens sur le site stoptabac pour vous apporter mon témoignage. J'ai commencé à fumer à l'âge de 15 ans, bêtement comme tout le monde, et j'ai fumé quasi sans interruption durant 10 ans. Je dis "quasi" car j'ai eu un bébé à 22 ans et j'ai bien tenté d'arrêter à ce moment-là mais n'y suis pas parvenue. Heureusement mon bébé n'a pas eu de problème à cause de ça. Lorsque j'ai eu 25 ans, mon père est mort d'un cancer du poumon après 2 ans de terribles souffrances (chimio, rayons, oxygène, etc). Là, ce fut le déclic pour moi. Je ne voulais pas finir comme lui et je ne voulais pas infliger à mes proches ce que j'ai vécu avec mon père : assister à la lente dégradation de quelqu'un qu'on aime. Le pire c'est qu'il n'a jamais arrêté de fumer, même sous oxygène alors qu'il n'arrivait plus à marcher 2 mètres sans être essoufflé il était encore accro. Et là, j'ai perçu la puissance de cette drogue, car c'en est bien une. De l'âge de 25 ans à celui de 34 ans, j'ai fait plusieurs tentatives d'arrêt. Notamment avec des patch, la spagyrie, j'ai lu quantité de livres pour me motiver et j'ai même consulté un magnétiseur et un hypnotiseur. Finalement, c'est grâce aux gommes à mâcher que j'ai réussi à arrêter. Ce fut quand même difficile mais j'ai réussi et là ça fait 2 ans et 4 mois maintenant. Je voulais dire qu'effectivement on en bave pendant quelques temps. J'ai eu tout un tas d'effets secondaires difficiles à gérer, déprime, crises de larmes, de nerfs, fringales, énervement etc. mais en fin de compte j'étais tellement fière de moi. J'ai retrouvé une meilleure forme physique, plus de souffle et plus d'argent à la fin du mois également! J'ai aussi un meilleur aspect physique (plus beau teint, cheveux moins gras). J'ai arrêté en ayant deux enfants à la maison et un mari qui fumait (depuis il a aussi arrêté). C'est pas évident mais pour mes enfants, leur santé et la mienne j'ai réussi. Aujourd'hui je n'ai plus du tout envie de fumer, ça dure quelques temps et après c'est comme si on n'avait jamais commencé. Courage à tous, ne baissez pas les bras face à cette saleté, vous pouvez y arriver. Sara"

Anonyme (14 ans) - Nationalité Française - 13 janvier 2008
"Je n'ai que 14 ans, mais en travaillant sur un devoir, je suis tombée sur cette page. La plupart des témoignage m'ont touchée et j'espère que tout ceux qui, pour des raisons morales, physiques ou touchant à la santé, souhaitent arrêter la cigarette trouveront la volonté d'y arriver...Mon père a touchée a la cigarette en 5ème; il a failli vomir. Il m'a raconté ça, lorsque j'ai eu le même age que lui a cette époque. Je me suis promis que j'essayerais de ne pas fumer de toute ma vie. Si cela m'arrive malgrès tout, j'espère me souvenir de ce message que je vais poser sur ce site, et de me rappeller que je ne l'avais pas écrit pour rien... Un message d'encouragement pour vous, futures non-fumeurs..."

Edwige (28 ans ans) - Nationalité Française - 25 novembre 2005
"Bonjour à tous, En Août 2001, j'ai perdu mon père d'un cancer généralisé dû au tabac et à l'alcool. Il avait 47 ans. Je me suis retrouvée impuissante devant cette maladie, mon père un homme de caractère se plaignait jamais mais la veille de son décès la souffrance était inconcevable. J'ai entendu mon père hurler de douleur, le visage décomposé et branché de toute part. Après son décès je me suis dit: je reste là à pleurer son départ en fumant mes cigarettes les unes après les autres pourtant c'est cette merde qui l'a tué! Mauvaise période pour arrêter. En 2003, j'ai accouché d'une magnifique petite fille. C'était clair dans ma tête pas de tabac. J'ai donc arrêter 2 mois avant ma grossesse à l'aide de comprimés. J'ai vécu le départ de mon père, seule... je ne veux pas que ma fille vive ce même cauchemar! 13 mois d'arrêt sans difficulté car je voulais donner vie et non pas la mort à mon enfant, pas mal, non? Eh oui, jusqu'au jour où un ami m'a proposé une petite cloppe "d'occasion". Oui, mais une, deux.... C'était la reprise! Octobre 2005, à nouveau mon oncle disparraît à 57 ans pour la même cause que mon père. Alors, je me suis dit et toi qu'attends-tu : que ta petite de 2 ans célèbre ton enterrement? Alors voilà ce-jour 25 novembre 2005 j'arrêtes de fumer, décidée et têtue que pense que c'est pour de bon maintenant. Merci d'avoir lu mon témoignage et n'hésitez pas à m'aider dans ma démarche : mon mari ne fumant pas à beaucoup de mal à comprendre"
Catégories associées:

Sandrine (34 ans) - Nationalité Suisse - 06 septembre 2004
"J'ai arreté de fumer il y a maintenant plus de 4 ans. J'ai arreté avec mon mari, ensemble, en attendant que, lui, se decide à arreter car on ne peux pas forcer quelqu'un à avoir la volonté. Car il en faut. C'est dur et je le revendique. J'ai écris un journal sur les pensée du moment, mes colères, mes pétée de plomnbs, etc... le sevrage tout simplement. Cela m'a bien aidee. A surmonter, à comprendre et, du coup, je l'ai mis sur internet pensant peut-etre à aider si ce n'est qu'une seule personne. Vous pouvez le consulter sur http://isuisse.ifrance.com/roddolosland/ Voila, ca fait maintenant plus de 4 ans. J'ai passé de dur moments mais maintenant c'est complètement fini, j'en suis sortie, mme si j'ai encore quelques envies de temps en temps mais qui se font de plus en plus rare, il faut penser à autre chose et ca passe, tout seul... Bon courage... "

Sylvie (44 ans) - Nationalité Française - 03 juin 2004
"bonjour, J'ai 44 ans et j'ai malheureusement commencé à fumer, comme beaucoup, au lycée avec les copines, pour essayer. Et puis quelques années plus tard régulièrement. J'ai trois enfants, à chaque grossesse j'ai pu arrêter sans aide, sans doute parce qu'ils sont ce que j'ai de plus cher au monde et peut-être parce qu'un médecin m'avait dit que je n'en aurait pas. Mais après leur naissance j'ai à chaque fois repris la cigarette. Mon dernier vrai arret de quatre ans, c'est quand ma fille qui avait 2ans a commencé à monter sur une chaise pour prendre les cigarettes et faire comme maman, en mettre une dans la bouche : ARRET NET DU TABAC avec patchs.Cela a duré 4 années et ensuite j'ai eu de gros problèmes de santé qui en 1999 m'ont clouée dans un fauteil. Aujourd'hui la maladie est toujours là(rhumatisme articulaire inflammatoire+problème musculaire)mais bien que handicapée je marche à nouveau et je retravaille. Ces dernières année, j'ai eu l'impression que la cigarette me servait de béquilles. A tort sans doute. Depuis 1 an, j'en suis à ma 3ème tentative d'arrêt du tabac. J'angoisse terriblement car malgré les patchs, le manque est toujours là, la gestuelle, les habitudes.. Et j'ai peur car le manque crée, chez moi, des douleurs musculaires qui deviennent vite insuportables. Pourtant je persévère, d'autant plus que lors d'une intervention chirurgicale, l'anesthésiste à signalé à un ami qu'il ne respirait pas normalement, il a mon age. Il vient de faire des examens et on vient de lui annoncer qu'il a un problème pulmonaire grave. Aujourd'hui, j'esaye de trouver un maximum d'arguments, mes enfants, mon mari non fumeur(ça aide!), ce que j'ai encore de santé et l'envie de vivre. Après une semaine d'arrêt, je retrouve des odeurs, des goûts et l'odeur du tabac froid, quelle horreur!!! Cette odeur est encore présente dans ma voiture et pourtant j'ai enlevé le cendrier. Je suis persuadée que le "psy" joue énormémént dans la réussite de l'arrêt, mais aussi qu'on n'en sort réellement qu'en se rappelant que quoi qu'il arrive, il ne faut jamais y retoucher. Je croise les doigts et je prie pour tenir car malgré tout ça je ne suis pas sure de moi."

Laura (22 ans) - Nationalité francaise - 29 novembre 2001
"J'ai lu quelques uns des témoignages du site et j'aurais sans doute aimé les lire plus tôt. Voilà deux mois que j'ai arrêté de fumer. Quelle fierté! J'ai fumé plus de six ans et je n'ai que 22 ans... J'ai auparavant tenté plusieurs fois sans réelle volonté. Avec le soutien de mon ami non- fumeur et plusieurs promesses que je lui avait faites et que je m'étais faites à moi même, j'ai franchi la porte d'une pharmacie. Sur les conseils d'un pharmacienne, j'ai commencé à acheter des Nicogum (chewing- gomme contenant de la nicotine). Sur les soixante du paquet, j'en ai mâché trois et le reste est à la poubelle tellement c'est à vomir. J'ai donc décidé de me motiver seule en arrêtant radicalement et pour le moment ca marche. Ma méthode : 1) J'ai commencé par suivre les conseils que l'on m'a donnés. 2)La VOLONTE : seule et unique aide à mon avis. Je me suis d'abord fixé une date évènement et ca a eté la rentrée universitaire! Et oui certains diront que ce n'est pas la meilleure mais je fumais encore plus en vacances en sortant...qu'en fac! Ensuite, pendant les deux premières semaines, lorsque j'avais une envie de fumer, je marchais en respirant profondément puis j'allais boire un grand verre d'eau et ca marche. Pour le reste : dites-vous que ce sont les non- fumeurs qui sont les plus forts : regardez vos amis fumeurs, vous enviez le cancer qui se développent en eux, leur odeur, leur haleine...? Moi non. Quand vous avez envie de fumer, allez marcher, buvez de l'eau, et surtout dites vous que ce que vous faites est formidable. Alors courage à tous!"
Catégories associées:

Ingrid (46 ans) - Nationalité France - 05 octobre 2017
"Bonjour à tous, Fumeuse depuis presque 30 ans et après une spirométrie pas fabuleuse du tout (100 d'âge pour mes poumons me dit le test) :-/ Mon médecin traitant décide de me faire passer une radio des poumons... Comme il y a toujours du délai chez nous pour avoir un RDV, j'ai eu le temps de cogiter, de me faire des tas d'idées négatives, en me disant "çà y est le cancer, c'est pour maintenant..." Je passe donc ma radio le 18 septembre et là miracle, je n'ai rien... ouf... Mais ma décision est prise : "J'ARRÊTE" !!!! RDV chez mon médecin traitant dans la foulée le 23 septembre pour faire le point et voir ce que l'on peut mettre en place... Après une 1ère tentative d'arrêt il y a quelques années avec des patchs (4 mois d'arrêt) ce sera CHAMPIX cette fois-ci. Je précise que je suis une fumeuse dite "moyenne", environ 10 à 15 cigarettes/jour, un peu plus en vacances, en soirée ou en week-ends... j'ai donc attaqué lundi 25 septembre. Pas de nausées, pas de mal de crane, pas de boulimie (un poids stable pour le moment), pas d'agressivité, pas de baisse de moral, pas d'idée morbides... Plutôt positif tout ça !!! La seule petite chose : des nuits plus courtes et entrecoupées de réveils mais cela reste gérable pour le moment :-) Pour ce qui est du ressenti... Je dirais que mes 1ères cigarettes sous CHAMPIX (la 1ère semaine), avaient un goût de poivre... Maintenant elles me laissent un goût métallique dans la bouche et ne sont plus agréables du tout !!!! Les envies sont toujours là ne nous le cachons pas mais elles sont très facilement maîtrisables. Ma date d'arrêt total du tabac est prévue dimanche prochain soit le 08 octobre mais au vu de ma consommation actuelle j'ai bon espoir d'arrêter avant, même si ce n'est que la veille je serais contente hihi : - jour 1 : 13 cigarettes (champix 0.5 mg 1x/jour) - jour 2 : 8 cigarettes (champix 0.5 mg 1x/jour) - jour 3 : 8 cigarettes (champix 0.5 mg 1x/jour) - jour 4 : 7 cigarettes (champix 0.5 mg 2x/jour) - jour 5 : 10 cigarettes (champix 0.5 mg 2x/jour) - jour 6 : 8 cigarettes (champix 0.5 mg 2x/jour) - jour 7 : 8 cigarettes (champix 0.5 mg 2x/jour) - jour 8 : 5 cigarettes (champix 1 mg 2x/jour) - jour 9 : 3 cigarettes (champix 1 mg 2x/jour) - jour 10 : 4 cigarettes (champix 1 mg 2x/jour) - jour 11 soit aujourd'hui à 13 h 30 : je n'ai fumé q'une seule cigarette pour le moment !!!! Je n'ai même pas eu envie de "celle d'après manger" YES !!!! Tout ça pour dire que j'ai bon espoir cette fois-ci que ce soit enfin la bonne... Une vie sans tabac, sans être esclave du paquet de clopes, du briquet, des sorties dehors en plein hiver, des vêtements qui puent... et tout le reste. Une vie de liberté en somme !!! Motivée, motivée, on reste motivée ! "
Catégories associées:

natascha (35 ans) - 20 décembre 2012
"Voici mon témoignage sur le tabagisme au jour d'aujourd'hui. Je suis ex-fumeuse. Jusqu'à ces dernières années, j'avais arrêté de fumer pendant plus de 10 ans. J'avais quitté le tabagisme qui tue les fumeurs et les fumeuses à petit feu, avec leur consentement, sous l'influence néfastes des impitoyables fabricants d'armes de destruction massive que sont les cigarettiers. J'avais repris ma destinée en main, choisi de cesser d'avaler et de revendiquer cette fumée destructrice. Cela m'amène à une petite parenthèse à propos des cigarettiers, de leurs publicités et de ceux qui acceptent de l'argent pour les rendre visibles: J'ai été odieusement choquée de la récente attaque de publicité d'une marque de cigarettes, visant explicitement les jeunes (elle ne montrait que des jeunes gens), prônant que le fait de pas fumer n'engendrait que des malheurs tels que: la solitude de ne pas avoir d'amoureux/se, l'échec de ne pas réussir dans la vie, etc. Je ne les citerai pas mais vous les avez sûrement reconnus. Choquée toujours lors de ma visite au Paléo festival : comment les organisateurs de cet événement osent t'ils se permettre ce genre de publicité dans leur enceinte? Rien ne justifie une telle influence négative sur un si grand nombre de personne commençant à peine leur vie. Au nom de l'argent, c'est pitoyable. Ça fait mal. Et cela est valable pour tous ceux qui ont permis que cette campagne publicitaire ou toute autre au nom de la cigarette soit visible, affichée, publiée, malgré le danger mortel que fumer représente. C'est effroyable. Parenthèse terminée. À l'époque de ce premier arrêt réussit, combattre l'habitude et le manque physique fut facile. Comme point de départ, un déclic m'avait portée; j'étais devenue une non-fumeuse convaincue dès mes premiers jours d'arrêt. Ce déclic m'a permis de combattre sans effort l'aspect lié à l'arrêt que je considère le plus difficile: l'envie psychologique de fumer. Cette envie pernicieuse, je l'avais quittée par choix personnel. J'étais sûre que jamais pour rien au monde je ne recommencerais. C'est ce que je voulais pour toujours. Une conviction intime profonde malgré laquelle un soir de fête, il y a trois ans, j'ai repris une cigarette... Pourquoi après tant d'années sereines sans tabac j'ai d'un coup trouvé ça "cool" de fumer?!? Je n'ai pas compris ce qui a provoqué et installé ce revirement en moi. L'envie psychologique était revenue sans que je la reconnaisse ni que je lutte contre, au contraire. Je n'ai pas lutté non plus contre la reprise régulière et j'ai très vite recommencé à presque un paquet par jour. Le manque et l'irritabilité dès que je n'avais pas ma clope, la mauvaise volonté à l'idée d'arrêter, les mensonges sur ma quantité quotidienne, les mauvaises odeurs et haleine, la toux du fumeur, etc. faisaient à nouveau partie de mon quotidien. Ça fait 3 ans maintenant que j'ai rechuté et durant tout ce temps j'ai été partagée entre d'un côté, l'envie d'arrêter de nouveau et la culpabilité d'avoir repris ; et de l'autre côté, l'envie pernicieuse de continuer à fumer et le "je fais ce que je veux" (une vraie contradiction et un énorme mensonge à moi-même). Début 2010, j'ai arrêté durant 4 mois, tout en ayant quotidiennement envie de fumer je n'avais pas eu de vrai déclic personnel. J'ai rechuté encore, n'ayant plus le courage de cette lutte et de ce déchirement intérieur qui revenait sans cesse. Ce déclic je devais le provoquer, le chercher, le vouloir. Envers et contre la droguée en moi et ses arguments bidons. Aujourd'hui, après un long travail sur moi, cela fait deux jours que j'ai arrêté. Enfin, le déclic, non sans peine. Je pense que le plus dur pour arrêter de fumer est de reconnaître et de renoncer à l'envie psychologique; et que ce travail doit être commencé avant de s'attaquer à l'envie physique et aux habitudes. Bien que ce soit le plus difficile, ce déclic est à portée de tous. Nous sommes maîtres de nos décisions. Comme m'a dit mon frère, ex-fumeur vers qui je me suis tournée il y a quelques jours dans un moment de désespoir: "quand on veut, on peut". Ça peut paraître simpliste à lire comme ça mais je crois sincèrement qu'un de nos atouts principaux pour réussir est la volonté d'arrêter. La volonté sincère. Il me l'a rappelé et je l'en remercie. Je suis ravie. Sentir l'odorat revenir déjà après un jour, la toux s'estomper, c'est tellement motivant! Mes quelques insomnies sont dérisoires face à ce que je redeviens. Par expérience, je sais déjà que ce que je viens d'entreprendre ne m'apportera que du bon. Désormais la fierté d'avoir arrêté est bien plus forte que tout, l'envie d'arrêter m'occupe à 100%, l'autodestruction c'est terminé. Je suis prête à rester non fumeuse. À vie. Ce témoignage permettra je l'espère à au moins un/e fumeur/se de réveiller sa volonté personnelle d'arrêter de se détruire. Cette volonté peut contrer tout le reste! Elle peut nous rendre plus fort/e que l'envie insufflée par les cigarettiers, plus fort/e que la dépendance, plus fort/e et déterminé/e au point que le fait d'arrêter sera facile! Ce témoignage m'aura en tout cas permis de mettre des mots sur ma lutte intérieure et sur mes faiblesses et mes victoires et de ressentir encore plus fortement la joie d'avoir mis fin à ce calvaire que je m'auto-infligeais, en le partageant avec vous. Merci de m'avoir lue, et merci à stop-tabac.ch pour nous donner la parole et pour son travail remarquable. "

jacqueline (44 ans) - Nationalité française - 04 juin 2008
"voici 3 semaines que j'ai pratiquement arreté de fumé, je fumais environ 30 a 45 cigarettes par jour pour n'en fumer plus que 4 avec l'aide aussi de substitut en comprimé. je me sens plus libre plus d'endurance mais j'aimerais aussi supprimer les 4 dernieres cigarettes et pour l'instant j'ai pas trouvé comment faire car je suis prise de panique de respiration et des que je fume cela s'arrete c'est tres dur de laché ce maudit tabac"

Brigitte (48 ans) - Nationalité française - 10 novembre 2003
"J'ai arrêté de fumer depuis le 2 octobre dernier 2003, voilà plusieurs mois que je l'avais décidé 8 mois environ. Après 30 ans de cigarettes y compris pendant mes grossesses, je n'en peux plus de voir autour de moi des décès de cancer du fumeur, la dernière c'était une amie (56 ans) de ma mère, le jour de ses obsèques en jetant une rose sur son cercueil j'ai aussi jeté une cigarette en me disant c'est fini tu n'auras pas ma peau... Bien sûr il faut se faire aider par tous les moyens qui sont à notre disposition, patch, antidépresseur, etc... mais je crois sincèrement que c'est d'abord dans sa tête qu'i faut le décider, c'est un combat de tous les instants, mais nous devons le gagner à tout prix. Ne comptons pas sur les autres pour remporter cette guerre du tabac. Moi je pense à moi et moi seule, je me récompense, je me félicite, et je me gâte.... avec l'argent TABAC. Voilà c'est ma manière à moi de dire stop au TABAC. Ah oui, petite précision il faut aussi changer quelques habitudes, éviter les apéro, les restos enfumés et les soirées suffoquantes de la fumée des autres, se protéger c'est une priorité. "

Geneviève (57 ans) - Nationalité Suisse - 12 février 2003
"Je reprends mon témoignage du mois de juillet. Cela fait maintenant une année le 29 janvier que j'ai arrêté de fumer. En bref j'avais arrêté à l'annonce de la prochaine naissance de mon petit-fils. Il a maintenant 4 mois et demi et je ne peux expliquer les joies que j'éprouve devant ce petit bonhomme qui ne demande rien d'autre que de l'amour, des rires et dU plein air. Je peux lui offrir tout cela sans aller cacher pour assouvir ce penchant polluant que constitue la cigarette. Pas de stress, pas d'impatience dans la salle du pédiatre ou de n'importe quel endroit si je ne peux pas fumer, PUISQUE JE NE FUME PLUS. C'EST LA JOIE, LA LIBERTE. Quand je le prends dans les bras je sens bon, il a envie de se serrer contre moi. Je voudrais communiquer ce plaisir si nouveau de n'avoir plus ce boulet même s'il était léger et partait en fumée. Encouragez-vous et prenez une motivation positive pour arrêter de fumer, n'attendez pas d'être malade pour le faire. Une Grand-Maman HEUREUSE ET NON POLLUEUSE. "

Christine (44 ans) - Nationalité Suisse - 08 octobre 2001
"Bonjour ! Il y a environ 2 ans, je m'étais annoncée à votre centre. Je me suis retrouvée dans la catégorie des personnes n'ayant reçu aucun substitut à la nicotine. Je n'avais pas trop la volonté d'arrêter, j'ai donc continué mes deux paquets de cigarettes par jour, ceci jusqu'avant Noël 2001 où après avoir eu de terribles douleurs aux poumons durant plus d'un mois, je me suis retrouvée aux urgences suite à une embolie pulmonaire bi-latérale. Après 5 jours d'hôpital, j'ai signé une décharge pour pouvoir rentrer à la maison. J'ai suivi mon traitement durant 5 mois, puis j'ai arrêté et les nouveaux examens sanguins ont démontré que je n'avais maintenant pas plus de risques d'avoir à nouveau une embolie qu'une personne "normale". Il n'y a pas vraiment eu de "miracle", tout simplement, j'ai arrêté sur le champ la cigarette, sans aucune difficulté (j'ai eu assez peur....). Je me suis mise à pratiquer du fitness 3 fois par semaine et beaucoup d'exercices "cardio-vasculaires". J'ai mis chaque jour l'argent économisé sur les cigarettes dans une boîte et me suis achetée un superbe VTT. Je fais donc également du vélo. Pour conclure, j'ai remarqué que le sport déstresse beaucoup et donc l'envie d'une cigarette diminue. D'autre part, grâce à cette solution, les kilos pris se stabilisent très vite. J'espère que ce témoignage pourra être utile à d'autres."
Catégories associées:

Virginie (15 ans) - Nationalité Suisse - 24 2006
"Voici bientôt 7 semaines que j'ai arrêté et ceci sans l'aide de rien du tout et je dois dire que je ne m'en porte pas plus mal.Au début je me suis dite que je ne tiendrai jamais 3 jours et pour finir ça fait déjà 7 semaines ou presque. Maintenant je me dis qu'l ne me reste plus qu'à tenir... J'espère ne jamais recommenncer car c'est beaucoup plus facile d'en prendre une que de ne plus en prendre... Si vous fûmez arrêtez et ne vous dîtes pas que vous le ferez plus tard plus tard c'est encore plus dur et je le dis pour l'avoir fait moi-même."

Barbara (31 ans) - Nationalité suisse - 12 octobre 2005
"J'ai été fumeuse depuis l'âge de 17 ans.J'ai arrêté de fumé le 22 juin 2004, trois mois plus tard j'avais déjà pris trois kilos...j'avais l'intention de recommencer pour perdre ces kilos,mais comme mon mari et moi nous voulions un bébé, j'ai décidé avant de refumer ma première cigarette de faire un test de grossesse,au cas ou... et à notre grand bonheur j'étais enceinte...Alors là c'était hors de question de recommencer ce n'était pas à notre bébé d'assumer. J'ai pris 21 kilos pendant ma grossesse plus les 3 d'avant(je vous laisse faire le compte)... Au mois de juillet 2005 notre bébé est né,il est en bonne santé et est notre plus belle réussite. Je pensais avoir gagné le combat contre la cigarette..Mais ce soir pendant le souper j'ai dit à mon mari "je pense recommencer"et là j'ai vu une grande tristesse dans ces yeux,et il m'a répondu c'est ton choix,je ne peux t'empêcher.Plus tard avant d'aller sur le balcon pour franchir le pas,je suis allée voir mes mails et là j'avais un message de stop tabac,j'ai décidé de faire un saut dans les témoinages,et là grace à vous qui avez témoigné je n'ai pas encore craqué,vous m'avez touché et émue,et je me rends compte que si je ne le fais pas pour moi,il y a deux personnes dans ma vie à qui je le dois,je veux voir grandir mon fils et profiter de tous ces moments,et je veux aimer mon mari encore bien des années et avoir la chance de connaître nos futurs petits-enfants et pourquoi pas arrière petits enfants... MERCI A VOUS TOUS CE SOIR J'AI GAGNE GRACE A VOUS "

o_coroll (41 ans) - 20 septembre 2005
"BILAN UN AN (j'y suis j'y reste !) Pour la 1ère fois je n'ai pas guetté fébrilement cet anniversaire. j'ai cessé de fumer le 26 aout 2004 et suis sure que je ne faiblirais plus jamais ! j'avais vécu plusieurs tentatives infructueuses (1 heure ! 1 jour ! un mois !...) mais depuis que l'idée avait germé dans mon esprit et malgré ces échecs, j'étais de plus en plus persuadée que cela était possible... moralité : il faut apprendre à défumer, adopter de nouveaux automatismes, inventer d'autres pauses- plaisirs, s'accepter sans leurre et sans le rideau de fumée !... toute sortes de "substituts" et "autres" m'ont beaucoup aidée : - patchs pendant 2 mois environ, - pastilles à sucer pendant plusieurs semaines, - essence de menthe forte en inhalation, - homéopathie et surtout - la compréhension des mécanismes de la fume grace au livre "la fume, smoking" du professeur molimard, - une grande entr'aide sur le web, principalement sur le forum "Atoute", merci Doc Dupagne. Certes, une année s'est écoulée "sans" mais finalement elle est vite passée et avec le recul les difficultés semblent s'effacer pour faire place à une relative impression de facilité. Cette défume à présent ne laisse plus ce désagréable vide en soi : "Bien au contraire !" suis-je tentée de dire, lorsque la magique et fière liberté nourrit mon égo... C'est comme si l'étincelle de mes vieux mégots brillait dorénavant uniquement pour mon coeur. Alors merci..........................Avant toute chose "Merci". Merci à mes proches qui ont supporté (et supportent encore) mes humeurs et mes contradictions. Merci Atoute, Docteur Dupagne, Merci à vous, fidèles, présents, compréhensifs, actifs, humbles...de vrais amis quoi ! Merci aux tabacologues, pharmaciens et autres membres du corps médical dont les judicieux conseils, le soutien et la confiance ont entretenu ma détermination en me tirant vers le haut. Spécial dédicace au Professeur Molimard : son livre "La fume, Smoking." m'a véritablement aidée en me faisant comprendre les mécanismes de notre addiction ; grâce à lui aussi, le "déclic" arriva plus vite je crois. Et, Hommage à ma plus précieuse alliée : Merci ma plume qui me permit (jour après jour, envie après envie) d'exorciser les maux, les peurs et les doutes défumés. Depuis le 26 août 2004 je n'ai jamais ô grand jamais inhalé ce poison, bref fumé ! Je crois que le "secret" de la réussite est là : rayer la goudronneuse de la carte, ne pas y retoucher une seule fois, continuer, évoluer et vivre "sans". A présent je vais bien après avoir découvert il y a quelques mois une incommensurable sensation de liberté. Elle grandit au rythme du décrassage de mes artères et décuple quand mon souffle se fluidifie en me remerciant ! C'est pourquoi l'optimisme m'habite... alors je n'ai pas envie de compulser mes précédents bilans pour rabacher ici les mille difficultés rencontrées et les pulsions de fumer, récurrentes, vicieuses, tenaces... Sachez simplement qu'heureusement elles s'effacent peu à peu pour devenir, au bout de tous ces mois difficiles, le fantôme de l'envie, le courant d'air du leurre enfumé ! (Il est presque impossible de dire au bout de combien de temps, 3 mois peut-être ? Je crois que c'est différent pour chacun d'entre nous.) Alors surgit parfois juste une petite nostalgie ou un spleen passager mais ils sont vite encerclés dans les nouveaux repères de ma nouvelle vie... En un an j'ai vécu presque toutes les situations "à risque" et sait même reconnaître celles qui pourraient réveiller le vieil automate reptilien de l'accoutumance ! (Jamais on ne devient non-fumeur...) Je souhaite préciser ceci pour confirmer que même après le premier anniversaire il faut malgré tout garder à l'esprit une forme de vigilance. Et pour conclure, je confirme aussi que tout va bien sans fumer. La béquille est vaine et fragile : elle ne donnait (ou n'ôtait ?) que quelques minutes en parenthèse à tel ou tel instant, heureux ou malheureux, laid ou beau, actif ou fatigué, joyeux ou triste, etc... Donc tout ça perdure et me nourrit mais sans être ponctué d'inutiles blanches volutes ; la seule différence étant "sans s'intoxiquer" et sans ce stupide esclavage. Oui le mot est volontairement fort car c'est vraiment ce que je ressens en voyant à présent la dépendance des fumeurs. (mon unique regret étant d'avoir découvert aussi l'intolérance...) Dans ces instants là, comme face à un miroir, je perçois d'autant mieux ma propre liberté et me vois briser les chaînes du joug qui m'entravait. Cela fait un an que j'ai fui cette géôle pour mieux Déguster, Apprécier, Sentir, Célébrer et regarder......... La vie. (Mon fils de 17 ans ne fume toujours pas. Mon mari commence à parler très sérieusement d'arrêter.) j'ai aussi écrit ceci, si ça peut aider... " En humant les nuages." Libre en résilience pour refaire surface Où l'aube s'élance sans laisser de traces. Imagine un nageur privé d'oxygène, Visualise l'instant, quand ses lèvres ramènent L'unique particule : premier matin du monde Qui déchire le bâillon d'une geôle blonde : L'immondice et la honte du poumon s'évaporent Ondoyantes s'enfuient sans peine ni remords, Et le souffle qu'entravait quelque étrange esclavage Se désaltère de paix en humant les nuages...""

florence (23 ans) - Nationalité francaise - 15 avril 2004
"Cher tous, Voilà bientôt deux mois que j'ai arrêté de fumer. Et si je voulais témoigner de mon expérience, c'est parce qu'au bout d'un mois d'arrêt, je suis venue chercher du réconfort et de la motivation sur ce site, en lisant les témoignage et cela m'a aidée. Je voudrais à mon tour peut être aider quelqu'un en disant que oui, il y a des moments durs, de forte angoisse, de déprime. Et pas seulement les premiers jours. C'est ce qui m'avait décontenancé lors d'un arrêt sérieux mais qui fut un échec, l'année dernière. Au bout de deux mois, je n'en pouvait plus de me retenir. Je croyais que l'envie serait passée au bout de quelques jours, mais il s'agit en fait d'un véritable travail d'endurance. Et il faut le savoir avant d'arreter, au moins s'y préparer. Oui, au bout d'un mois, de deux mois, de plusieurs mois, on peut avoir envie d'une cigarette. Et l'angoisse qui s'y rattache peut être très importante. Je me demandais parfois si je ne devenais pas folle. Je sais que ça peut recommencer, mais je sais aussi qu'aujourd'hui, en cet instant, rien ne me fait moins envie qu'une cigarette. Et qu'est ce que je me sens bien... Bonne chance. On se sens parfois très bas, mais on se sent aussi très fort.Et c'est cette dernière sensation qui perdurera. Bonne chance. "

Mélanie (35 ans) - Nationalité Suisse - 23 juin 2009
"Bonjour à tous (témoignage dans le but de motiver les fumeurs qui n'arrivent pas ou ne se décident pas à arrêter), J'ai fumé de l'âge de 16 ans à 35 ans env. 1/2 paquet par jour (sauf durant les soirées arrosées, alors là les 2 paquets y passaient !!) et j'ai arrêté le 2 juin dernier grâce notamment au livre d'Allen Carr, "la méthode simple pour arrêter de fumer" qui ouvre les yeux sur d'autres horizons que les fameux "fumer est mauvais pour votre santé" etc. Je tiens également un journal de bord où je note différents états d'âme et surtout ce qui m'aide beaucoup c'est que je vais sur des sites (comme celui-ci par ex.) où il est expliqué en détails exactement les dégâts que provoque la cigarette sur l'intérieur et l'extérieur du corps. A contrario, se renseigner sur ce que l'arrêt de la cigarette contribue à améliorer au jour le jour dans le corps est également très motivant, à savoir que l'on retrouve très vite du souffle, de l'odorat, une peau plus nette et des dents plus blanches, cela se voit très vite (je témoigne) ! Au bout de quelques heures seulement le taux de nicotine diminue dans le sang jusqu'à disparaître complètement, bref il y a des tas de choses positives qui se produisent quand on arrête de fumer ! Il n'est jamais trop tard et pour l'instant (je touche du bois) j'y arrive sans substituts ni médicaments car tous les jours je me dis que c'est la meilleure chose et la plus censée que j'aie faite dans toute ma (pas encore très longue) vie !! Ah oui, j'oubliais, super important : L'ARGENT ! Qu'est-ce que c'est agréable d'ouvrir son porte-monnaie et se dire qu'on a toujours plein de monnaie sur soi ! En plus je n'ai pas pris de poids, le fait d'arrêter provoque aussi l'envie de manger plus sainement et il est tout à fait possible de ne pas prendre de poids, ou très très peu, n'ayez pas peur de ça. J'ai deux enfants (2 et 10 ans) qui ont encore énormément besoin de moi, je n'ai pas envie de dépérir devant eux, en espérant que cette cochonnerie n'ait pas provoqué trop de dégâts en moi et qu'ils soient réparables ! BONNE CHANCE A TOUS LES FUTURS EX-FUMEURS ça en vaut vraiment la peine. "

hélène (41 ans) - Nationalité française - 12 janvier 2009
"Bonjour J'ai témoigné ici en novembre 2006: cela faisait 1 mois que j'avais arrêté, hélas sous le choc de la mort d'une amie, d'un cancer du poumon. Aujourd'hui j'en suis à 816 jours sans avoir touché une seule cigarettes, bientôt 27 mois d'arrêt. Merci aux substituts qui m'ont vraiment aidé, malgré des passages difficiles dans ma vie je n'ai jamais rechuté. C'est possible, la vie est bien plus belle sans! On sent bon, on ne vit plus dans un écran de fumée et d'odeurs entre soi et les autres; on est plus "soi". Je n'ai pas eu de bronchite depuis 2 ans ( auparavant 1 fois par an depuis qq années), plus de "chat" dans la gorge, dents blanches.. et pour le poids, les kgs de mon sevrage ( bien 8 en tout) ont disparu peu à peu au cours de la 2e année sans régime. Bref que du positif, lancez vous! et si c'est déjà fait persévérez !"

linda (33 ans) - Nationalité algerienne - 18 janvier 2008
"j'ai 33 ans et ca fait 9 ans que j'ai commencé a plaisanter avec mes copine avec ce baton de 10 cm en croyant que c'est de la classe et du luxe, avec le temps elle commence a me plaire année apres année sans se rendre compte de la gravité, j'ai mis face a toute une societé qui voit la cigarette tabou, j'ai perdu meme mes etudes a cause de la clope, car le temps d'être au campus je ne fume pas et je n'ai meme pas le droit car deja je suis une femme et la femme fumeuse dans notre societé est mal vu , et moi je doit fumer le matin a 9 h et a 10 h .......donc la solution est de rester ds ma residence universitaire pour fumer avec ma clique bon .....j tt perdu de toute facon meme mon visage et ma beauté j'ai l'air d'une pooooooooof et pourtant je ne le suis pas. Et je continu a fumer en cachette de mes parent et de tout le monde, je suis devenu esclave de cette saloperie de cigarette, je ne pense qu'a elle et comment fumer et ou fumer. maintenant ca fait 8 jour que j'ai arreté de fumer , apres 2 tentative et deux ans ces tentatives qui dure entre 30j et 40 jour , mais maintenant j'ai decidé d'arreter meme si ca me fait tres mal d'arreter mais je sais que je doit l'arreter un jour ou l'autre et pourquoi pas cette fois ci, j'espere que j vais vous retrouver d'ici 6 mois pour vous dire que la cigarette ne me dit rien et elle n'est q'un simple mauvais souvenir, soyez courageux a lutter contre cette drogue qui ne mene a rien du tout"
Catégories associées:

Laure (22 ans) - Nationalité FRANCAISE - 26 2006
"Bonjour, Ex fumeuse depuis le 09 janvier 2006, grâce à des patchs, je consulte régulièrement stop-tabac. En effet après 5 ans de tabac et plusieurs tentatives d'arrêts, j'ai une trouille bleue de recommencer à fumer ! J'ai donc installé le cookie qui me dit au moins une fois par semaine la somme épargnée depuis ma date d'arrêt ! Toujours est- il que je suis bien fière d'avoir enfin réussi à tenir le coup plus de 6 mois, j'ai retrouvé une énergie débordante, je pratique la course à pieds au moins 3 fois par semaine désormais, et ce pour mon plus grand plaisir. Malheureusement, je ne parviens pas à convaincre mon conjoint à arrêter de fumer, je suis donc devenue une fumeuse passive. Je ne sais pas quoi faire pour le convaincre et je crains qu'il me fasse rechuter. Avec les économies que j'ai réalisé jusqu'à présent, je pense nous offrir un voyage au mois de septembre, en espérant que d'ici là nous serons tous les deux des nons-fumeurs ! Une pensée à tous ceux qui commence leur vie de non fumeur ou plutot d'ex-fumeur. Bon courage"

sandrine (29 ans ans) - 07 mars 2006
"J'ai fumé pour la première fois à 15 ans. Aujourd'hui j'en ai 29. J'ai eu mon premier enfant à 21 ans, un beau petit garçon de 3kg500 en pleine santé. Puis j'ai fait une fausse couche 9 mois plus tard. La raison, je ne la connaissait pas. Je suis retombée enceinte tout de suite mais là mon bébé est né prématuré, et ne pesait qu'1 kilo 390. Ma petite fille a due se battre pour vivre...J'ai loupée sa naissance qui s'est fait en catastrophe. Aucune raison ni explication ne m'ont été donné. Mais je sais que c'est ma faute...Je fumais...Pour mon troisième enfant, j'ai réussi à arrêter et il se porte comme un charme. Aujourd'hui j'attend mon quatrième enfant. Je suis enceinte de 4 mois, et j'ai honte de ne pas avoir réussi à arrêter plus tôt. J'ai honte mais je veux me battre pour lui. J'ai déjà souffert et surtout fait souffrir ma fille, et je n'ai pas le droit de recommencer. J'ai surtout honte d'avoir manquer de volonté jusqu'à présent. C'est pour trouver une certaine force et un certain courage que je suis venue sur ce site. Et les témoignages que j'ai pu lire m'ont bouleversés. Je veux dire aux personnes qui ont témoignées et qui n'ont pas droit à une deuxième chance, qu'elles m'en ont donné une. Elles m'ont aidées à franchir le petit pas qu'il me manquait en me donnant une grande giffle et une leçon de vie. Je ne veux pas réagir quand il sera trop tard mais maintenant. C'est fini je dit adieu aux cigarettes et je pense très fort à toutes ces personnes qui apportent leur témoignages, et leurs témoigne à mon tour toute mon affection..."

IsaCathy (33 ans) - Nationalité française - 08 mai 2005
"Je ne fume plus depuis 17 jours et j'aimerais apporter un témoignage agréable. Avant d'arrêter le tabac, je n'étais pas malade, respirais très bien, j'avais le teint frais et les dents bien blanches. Je ne me sens pas du tout concernée par les messages d'encouragements qui me sont adressés: ma motivation n'est pas la peur d'être malade et je n'aime pas qu'on m'encourage en ce sens! Je voulais me débarrasser de l'esclavage dans lequel j'étais et, ensuite, prévenir les maladies. Depuis que j'ai cessé de fumer, je me sens malgré tout mieux. Ce n'est pas mon odorat qui s'est amélioré mais bien mon odeur! Je suis moins stréssée (avant, quand je sortais il fallait que je prévois systématiquement les moments pour fumer), plus disponible pour mon enfant, j'ai globalement plus de temps pour travailler et m'occuper de ma maison (plus besoin de faire les nombreuses pauses cigarettes). Je me sens libre. Je me couches plus tôt et, même s'il m'arrive de me réveiller au patit matin, me sens plus reposée. Je n'ai plus du tout envie de fumer mais je ressens un manque physique contre lequel je mène une lutte acharnée. Je suis heureuse car je me sens forte: chaque jour est une victoire! J'attend avec impatience le moment où je ne penserai plus au fait que je suis en train d'arrêter de fumer. Je pense qu'il ne faut pas brandir le spectre de la maladie aux jeunes fumeurs mais leur apporter des témoignages sur les bienfaits réels, immédiats et certains de l'arrêt de la cigarette. J'ai pris un peu de poids et je m'attend à en prendre davantage. Cela n'est pas grave car je sais, par rapport à des amis qui ont arrêté depuis longtemps, que dans un an je les reperdrai. "

Brigitte (37 ans) - Nationalité France - 02 mai 2005
"Après 2 essais j'ai enfin arrêté de fumer. J'ai parfaitement respecter la notice des patchs tout simplemnt. J'ai utilisisé Nicorette. Le 1er jour est le plus dificile mais depuis plus aucune envie. MERCI à vous tous qui m'avez soutenue, ce site est super en cas d'envie de fumer vite je viens surfer sur ce site et je me sent tout de suite mieux mais surtout moins seule et aidé cela me rasure. Mille mercis à tous et sachez que l'on à tous assez de courage en soit pour y arriver moi par exemple je fumais 30 à 35 clopes par jour depuis 20 ans Alors si j'y suis arrivé d'autre peuvent le faire. Merci encore à vous... Brigitte de Limoges "

stéphanie (30 ans) - Nationalité Francaise - 01 février 2010
"bonsoir, Pour la troisième fois, j'ai décidé d'arrêter de fumer. Je n'ai pas touché une seule cigarette depuis le 25 janvier, et pour moi c'est une grande étape car a chacune de mes tentatives d'arrêt, j'avais déjà fait un écart.. Mais la je me suis interdit tout écart...Et puis j'ai donné ma parole à mon fils de 6 ans, qui s'inquiètait beaucoup pour moi lorsque je fumais...Cela devenait une obsession, il me disait "pourquoi tu fumes?" "Et je vais faire quoi moi si tu meurs demain??" A chaque fois qu'il me voyait fumer, il y avait dans ses yeux une telle tristesse.....J'ai compris tout l'amour que mon fils me porte, et j'ai décidé d'arrêter..pour lui et pour moi... C'est agréable de ne plus avoir ce sale gout dans la bouche, de ne plus sentir la cigarette.... Je m'aide avec les pastilles à sucer à la nicotine, et l'homéopathie "lobel