ic launcheric launcheric launcheric launcheric launcher   facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

Bouton pour aller vers les pages en Langue FrancaiseBouton pour aller vers les pages en Langue AllemandeBouton pour aller vers les pages en Langue ItalienneBouton pour aller vers les pages en Langue Anglaise  Bouton pour aller vers facebook Bouton pour aller vers  twitter

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

Témoignages: écrits / audios / vidéos

Les 5 derniers témoignages
Les témoignages les plus marquants
Déposer votre propre témoignage
 
Ex-Fumeurs
Ex-Fumeurs (762)
Motivations/Bénéfices de l'arrêt (203)
 
Ex-Fumeurs
Fumeurs(177)
Tentative d'arrêt (165)
Fumeurs Malade (83)
 
Entourage
Famille/Ami (84)
Non fumeurs (12)
Fumée passive (22)
 
Jeunes
Jeunes de moins de 18 ans (51)
 
Dépendance / manque
Dépendance/Manque (63)
Rechute/Echec (59)
Symptômes de sevrage (36)
Dépression/Anxiété (29)
Insomnies (8)
 
Méthodes d’arrêt
Méthodes diverses (147)
Substituts nicotiniques (111)
Livre Allen Carr (44)
Aide psychologique/soutien/solidarité (58)
appli Stop-Tabac (8)
E-cigarette / vapotage (49)
 
Maladies
Risques et maladie diverses (103)
Cancers (48)
Maladies cardio-vasculaires/infarctus (36)
Problèmes respiratoires (52)
Impuissance sexuelle (11)
 
Santé / bien-être
Problème de poids (37)
Pillule contraceptive (4)
Beauté/Grossesse/Enfants (66)
Sport (31)
 
Industrie du tabac / société
Politique et industrie du tabac (20)
Additifs (1)
Joint et Tabac (19)
Autres drogues (2)
site Stop-Tabac (113)
 
Accéder par mots clés
 
Autres types de témoignages
Témoignages audios
Témoignages vidéos
Témoignages de célébrités
    Témoignages de célébrités
Rechute/Echec
Thaliane - Nationalité Française - 24 janvier 2006 - Partager sur: Facebook - Twitter
"J'ai commencé à fumer à l'age ou l'on rentre en 6ème, chez les grands... je me suis très vite retrouver dans les toilettes en train de prendre cette foutue clope que l'on me tendait. J'étais la victime idéale, jeune, naïve, pressée de grandir... la panoplie qui va avec ! Au début on a pas trop d'argent, alors on taxe de droite à gauche, puis on finit par se débrouiller et on va acheter son propre paquet, cartable à dos, comme une grande au tabac ! les années passent, les clopes défilent, c cool, j'ai l'impression d'avoir trouvé une amie et une attitude, une affirmation. L'adolescence passe et on se retrouve jeune- adulte et les problèmes commencent... essoufflement de plus en plus fréquent ! on ne tient plus la route devant l'effort! Quelle humiliation ! On dirait une petite vieille ! Problèmes respiratoires, allergies, de plus en plus de bronchites, d'angines qui mettent de plus en plus de temps à se soigner, la peau commence à se ternir, les doigts et les dents à se jaunir... mais bon j'ai 20 ans et je me crois immortelle, j'ai pleins de copains et je m'achète mes propres paquets de clopes comme une vrai adulte qui s'assume. Les années passent, les lois aussi, les restrictions, les messages se font de plus en plus brûlant et ma respiration aussi. J'ai plus de 25 ans et j'ai des bronchites-asthmatique, lorsque je tousse, j'ai l'impression que je m'étouffe, que je vais crever... j'ai mal quand je respire, je suis inquiète, j'ai peur du cancer, une peur terrible, tant mieux j'ai peur c'est le début... Je passe des tests, on me dit qu'il est urgent que j'arrête de fumer. La peur est si grande, la motivation si forte, survivre ! J'arrête du jour au lendemain, meilleure méthode selon moi, sans aucunes aides, et ce pendant 3 ans. Formidable ! LA LIBERTE !!! J'ai 32 ans je suis au chômage depuis 2 ans, un connard me tend une cigarette en me disant allez fais-toi plaisir ! Juste une ! Et je l'accepte ! Dans un laps de temps très court avant que je l'accepte, tout ressurgit, ces deux années de galères, la solitude du chômage... et je me retrouve renvoyé en arrière dans ses toilettes à accepter cette p..... de clope ! Quelle idiote vous vous dites ! Je me dis JUSTE UNE ! STOPPPPPPPPPPPPPPP "JUSTE UNE" la phrase interdite de l'ex- fumeur et du non-fumeur !!!!!!! Et je me remets à fumer, d'abord le soir, puis et puis. Un mois passe, 2 mois, 3 mois : merde les problèmes ressurgissent pourtant je fume peu, même pas 10, une angine du tonnerre, j'ai toussé pendant plus de 10 jours ! prise de conscience, auto flagellation... Solution : oublier ces 3 mois rapidement en arrêtant de fumer et les classer juste comme une erreur de parcours à ne pas renouveler. Et c fait, j'ai à nouveau arrêté depuis plus de 10 jous, du jour au lendemain sans aides (je garde la même méthode). Mais on ne m'y reprendra pas : PLUS JAMAIS JUSTE UNE ! Aux non-fumeurs et ex- fumeurs, dites-vous bien qu'une seule c'est le passeport pour l'enfer ! Ah une dernière chose pour les jeunes qui serait tenté, c carrément has been de fumer et je confirme ! N'attendez pas d'avoir peur, ne commencez pas ! Vous les jeunes vous êtes la proie idéale, ne vous laisser pas faire, on veut que vous fumiez et surtout que vous achetiez des produits chimiques oui des produits chimiques, un condensé de produits chimiques, vu de la cela ne ressemble plus à un plaisir mais à un contrôle de votre cerveau, de votre corps et de votre porte-monnaie qui vous conduira indéniablement à votre perte, vous serez automatiquement le perdant. Et visualiser bien qu'au- dessus de votre tête des gens se frottent les mains : ah aujourd'hui on en a 50 de plus ! La réalité est là ! Si vous ne voulez pas être pris pour des CONS dites NON, dites PLUS JAMAIS UNE. DITE LIBERTE. "

Marie (36 ans) - Nationalité Française - 30 septembre 2015 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Je suis une idiote. Après 15 ans de tabagisme (20 à 30 cigarettes par jour les 10 dernières années) j'avais fini par arrêter : c'était le jour de mes 30 ans, à la dure sans substitut. Ça n'avait pas été facile tous les jours, je m'étais pris de plein fouet la "dépression" des 3 mois, la crise des 6 mois, les 5 kilos en plus... Mais j'avais réussi, perdu les kilos et perdu aussi finalement toute forme d'intérêt pour la cigarette. Cette petite sensation qu'il "manque quelque chose" dans les bons moments, ce qui a été le plus long à partir pour moi, avait fini par disparaître. J'avais réussi à gérer non seulement le quotidien mais aussi l'exceptionnel (déménagement, changement de boulot, examens, crises conjugales ...) sans cigarette et sans regret de la cigarette, consciente que les choses n'aurait pas été différentes avec elle que sans. Et puis alors que plus de 4 années étaient passées, un jour de crise, face à une situation d'extrême colère/désarroi/souffrance, envie de hurler, de casser tout ce qui me tombait sous la main, besoin de faire quelque chose, n'importe quoi, pour que ça cesse, j'ai eu cette pensée stupide : autrefois quand je ne savais pas faire face à une situation je fumais une cigarette. Ma coloc était fumeuse, elles étaient juste là, à côté de moi. J'en ai fumé une. Le goût était parfaitement dégueulasse mais ça m'a fait un bien pas croyable, ce bon vieux petit shoot d'endorphine direct dans le cerveau, cette sensation si familière, si intime, cette impression d'être redevenue moi même alors que j'étais perdue, de pouvoir reprendre le contrôle de mes sensations. Une seule. Et puis une ou deux par-ci par là dans les semaines qui ont suivi. Trop bien, maintenant j'arrive à gérer ma consommation. Et puis 2 mois après j'avais repris mon rythme de croisière : 20, 25, 30 cigarettes par jour. Quand j'ai repris j'étais très mal depuis plusieurs mois : divorce, en pleine crise existentielle, en perte de repères, j'étais très fragilisée. Je pense que cohabiter avec cette amie fumeuse n'a pas du aider non plus, ce n'est pas qu'elle me tentait, mais depuis plusieurs mois je respirais sa fumée, ça a du réintroduire un peu de nicotine dans mon corps, et puis les cigarettes étaient juste là sous mon nez, peut-être que sinon je n'aurais pas eu l'idée, je me serai contentée de casser toute la vaisselle ou de vider une bouteille de whisky, mais elles étaient là... et une seule cigarette a suffi pour refaire de moi une fumeuse. Très vite, j'ai réessayé d'arrêter de fumer, quasiment toutes les semaines je commençais mon lundi avec de bonnes résolutions et dès la pause déjeuner j'étais au bureau de tabac en train d'acheter des clopes. J'étais capable de m'abstenir une soirée, un week-end, mais d'y renoncer définitivement non. Et, en moyenne, je fumais encore plus qu'avant. Même avec 2 patch à 21 mg j'avais envie de fumer. Cela fait maintenant plus de 20 mois. Il y a 15 jours j'ai profité de mon anniversaire, 36 ans maintenant, pour retenter un sevrage, une dizaine de jours sous patch, sans rien depuis. C'est dur, j'essaie de me rappeler que je peux le faire, que je l'ai déjà fait, que la souffrance passera, même la souffrance psychologique. Mais il faut surtout se rappeler qu'on est toujours vulnérable, toujours un fumeur abstinent, jamais à l'abri. "
Catégories associées:

Laurent (40 ans) - Nationalité Française - 16 mai 2006 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonjour, entre la cigarette et moi, c'était une grande histoire d'amour. Je fumais depuis 22 ans et j'ai fais plusieurs tentatives d'arrêt (au moins 6), voué à l'échec à chaque fois, pourtant j'ai déja cessé de fumer 2 ans, et puis je persistais à croire qu'une ou 2 clopes par jour ne pouvaient pas me faire de mal, et c'est comme ça que j'ai repris à chaque fois, je ne voulais pas me priver du plaisir d'en griller une avec des amis en soirée ou au boulot, malheureusement cela conduit à la rechute, on en prend une et puis deux et on finit rapidement par en fumer 10 par jours. Aujourd'hui, je ne fume plus, et j'ai bien appris à mes dépends que le vrai truc pour arrêter définitivement, c'est de ne surtout plus y retoucher même des mois ou des années après avoir arrêté. Merci "

Sarah (30 ans) - 04 mai 2006 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonjour, je m'appelle Sarah, j'ai 30 ans et je suis enceinte de mon 2ème enfant. Le 1er a déjà plus de huit ans et quand j'étais enceinte de lui je n'ai pas arrêté de fumer. Je suppose qu'à 21 ans je ne me rendais pas compte des risques que je lui faisais courir. Par chance, il est né en bonne santé, mais il aurait sûrement pu éviter des bronchites asmatiques s'il n'avait pas eu des parents fumeurs. Depuis environ 3 ans, j'ai fait plusieurs tentatives d'arrêt, sans aide d'abord, puis avec des Patch et à chaque fois j'ai recommencé. Mon plus gros problème, c'est l'entourage qui fume et le fait que je sois très irritable et déprimée à chaque tentative. Lorsque j'ai appris que j'étais enceinte, j'ai tout de suite arrêté de fumer, malheureusement le fait d'avoir un compagnon fumeur ne m'a guère aidée. Il évite de fumer quand je suis dans une pièce avec lui, mais l'odeur, les mégots et ses paquets de cigarettes qui traînent partout ne sont pas faits pour me motiver. J'ai de sérieuses douleurs de dos et de nerf sciatique depuis le début du 2ème trimestre et quand ces douleurs s'accumulent avec d'autres soucis, je craque. Si je devais sortir pour m'acheter des cigarettes je suppose que j'aurais résisté, mais dans mon cas tout est à portée de main. J'ai d'ailleurs recommencé puis arrêté 3 fois depuis le début de ma grossesse et je veux vraiment que cette fois soit la bonne. Mon bébé a le droit de respirer de l'air pur, mon grand garçon aussi et je ne veux pas les priver de leur maman alors qu'ils sont trop jeunes non plus! En plus des patch, j'ai pour m'aider des granules homéopathiques et depuis 10 jours ça va assez bien. Peut- être qu'avec mes accumulations de tentatives d'arrêt je deviens plus zen. Ceci dit, ce n'est pas évident d'arrêter de fumer quand votre conjoint veut continuer. Je ne peux pas lui interdire de fumer dans la maison, c'est aussi la sienne et j'en ai tellement marre qu'on se fâche à cause de ça que finalement je prend sur moi (quand on se fâche je déprime et quand je déprime je recommence à fumer). J'ai été une fumeuse pendant 15 ans, je comprend son point de vue, moi-même je ne me suis jamais retenue de fumer en présence de mon fils pour son bien-être à lui. C'est fou comme on peut être égoïste et inconscient quand on est accro à cette saleté. Je souhaite du courage à tous ceux qui désirent arrêter et je crois qu'il ne faut pas hésiter à multiplier les aides, patch, antidépresseurs, médecines douces, hypnose, livres, sites internet, médecins etc. Mon père est mort la veille de son 60ème anniversaire d'un cancer des poumons dû à la cigarette. Il a fait un peu plus de deux ans de chimiothérapie et autres traitements lourds, à la fin il ne pouvait plus marcher deux mètres sans être complètement essoufflé mais il a quand même fumé jusqu'à la fin. C'est effrayant de voir à quel point on peut être dépendant de la cigarette. Moi je préfère arrêter avant qu'il ne soit trop tard. "

christian (30 ans) - Nationalité camerounais - 30 décembre 2002 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Tabac! Plaisir? mort? habitude? envie? destruction? Cancer ? Alcool ? Ma fille, mes 2 garcons ? Je ne sais même plus ce que m'évoque ce mot. Tout ce que je sais c'est que aujourd'hui la cigarette rime avec désespoir et amertume. Voici 1 an que je viens sur ce site et que j'ai fait au moins une vingtaine de tentative d'arrêt en vain. En effet, ex-sportif basketteur de bon niveau, aujourd'hui je ne suis plus que l'ombre de moi-même. Alors j'essaie de comprendre. Pourquoi? Pourquoi consomme-je un produit qui me coûte de l'argent, me détruit, m'empêche de vivre mes passions, m'angoisse continuellement, et surtout risque un jour de briser ma famille, mes enfants. Pourquoi malgré tout ceci, je continue à fumer tous les jours ? Suicidaire, lâche, sans volonté ? Je ne comprends pas. Je compare la cigarette au SIDA... Quelques secondes de plaisirs qui peuvent conduire à la MORT et briser toute une famille. JE HAIS LE TABAC. Je hais surtout ma lacheté, mes plaintes et ma faiblesses. Car aujourd'hui je sais tout du danger du Tabac et je ne me donne pas suffisamment de moyens pour l'abattre avant qu'il ne me tue. Néanmoins, je m'accroche à ce site, car je ne suis pas suicidaire et je sais que ce site reste ma dernière chance. Une chance de m'accrocher, d'écouter, de trouver la petite chose qui me permettra de devenir digne devant ma famille. Je rêve de pouvoir un jour revenir sur ce site et de dire : "Bonsoir, voici 10 ans que j'ai arrêter de fumer.""
Catégories associées:

Vincent (35 ans) - 24 février 2006 - Partager sur: Facebook - Twitter
"J'ai 35 ans, père d'une petite Camille âgée d'une année. J'ai une femme merveilleuse, un job qui me plaît. Assez sportif, j'ai une hygiène de vie impeccable tant en termes d'alimentation que de sommeil, de sport, de sexe, etc, etc. Un seul bémol : la clope ! Presque 20 ans qu'elle m'accompagne ! J'ai tout vécu avec elle : mes premières amours, mes premiers émois, mes premiers exams, mes premières sorties, mes premières vacances sans papa/maman, mes premiers voyages, mes premiers golfs, mes premières victoires au tennis. Bref, je n'ai jamais rien fait sans elle. Elle m'accompagne depuis le pensionnat... Elle m'a vu grandir, mûrir. Bien évidemment, je culpabilisais de temps en temps... Mais je me rassurais très vite en disant que j'arrêterai un jour. Et puis j'ai arrété une première fois : échec. Une seconde fois : échec. Une troisième fois : échec. Pourquoi ? Parce que je faisais un sacrifice, je ne prenais pas conscience du caractère vicieux de ma pseudo copine de 20 ans. Là, je viens d'arréter pour la 4ème fois, sans rien, sans aide. J'en ai marre d'être esclave. J'en ai marre d'agir en totale contradiction avec mon hygiène de vie. J'en ai marre de me brosser les dents à chaque fois que je veux prendre ma petite Camille dans les bras. J'en ai marre de pourrir mon capital santé. CE N'EST PLUS UN SACRIFICE, C'EST UNE DELIVRANCE. Voilà pourquoi cette quatrième fois sera la bonne. J'en suis convaincu. Et quel plaisir de redécouvrir mes activités sans la clope ! Ce WE, je vais me faire mon premier parcours de golf sans fumer. Tout est découverte ! Bien sûr, c'est hard parfois (la matin et en fin de journée). Mais quel bonheur d'avoir changé de camp et de ne plus me sentit coupable. CE N EST PAS UN SACRIFICE MAIS UNE DELIVRANCE !"

LACOUR (39 ans) - Nationalité Française - 20 avril 2007 - Partager sur: Facebook - Twitter
" bonsoir, J'ai arrêté de fumer depuis trois mois, sans y croire depuis plusieurs tentatives et puis voilà ce soir je replonge, en réalité depuis dimanche dernier. Un cigare histoire de dire j'ai le droit à un petit plaisir..alors que je sais d'avance qu'un petit plaisir est un début vers une nouvelle dépendance, mais enfin je recommence jusqu'à ce soir à nouveau trois cigarettes ! Je me sens nulle, sans volonté, triste et réaliste en me disant "mon Dieu qu'ai je fais"..tant de souffrances après tous ces mois d'arrêt pour en revenir à la case départ...pourtant je le savais après toutes ces tentatives d'arrêt et cette solitude à nouveau qui ressurgit comme un refrain d'une chanson chanté et oublié...alors je tente de me déculpabiliser mais je sens qu'il est déjà trop tard que j'ai renoué avec le diable en personne j'ai vendu mon âme au vendeur de prison et je sais qu'il faut tout recommencer et que cela vient que de mon fait celui de ne pas avoir resisté...je me sens triste, seule, abandonnée, comment ai-je pu après toute l'énergie que j'ai instauré pour arrêter ? Vraiment je ne pensais pas être tant imprégnée, misérable face à une telle servitude. J'aimerai avoir un ami ou une amie à qui en parler, mais à ces moments là que de solitude ! vraiment quelle dérision de croire que j'étais plus forte que ma dépendance, alors on n'aura beau me dire qu'il ne faut pas se maudire, être tolérant envers soi même, pour moi cela est de la foutaise, je ne vois plus comment me sortir de cette drogue qui profite de mes faiblesses et de mon abandon. J'étais certaine d'avoir esquivé tous les pièges et me revoilà encerclé, dépendante de ce poison.... pourtant je savais mieux que personne que même une taffe de cigarette me menerait en enfer, voilà je vais devoir avec tristesse recomposée avec cet éternel duel : arrêter ou me comporter comme un ex-fumeur jamais affanchi réellement. bon courage à tous et à toutes... "
Catégories associées:

Doudoune (24 ans) - 08 mars 2002 - Partager sur: Facebook - Twitter
"J'ai cessé de fumer avec l'aide de nicoderm. Une semaine plus tard, je consomme de l'alcool avec une amie et j'ai ma 1ère rechute...Le lendemain, je m'en suis voulu énormément mais c'était déjà trop tard... Depuis, je n'ose plus calculer le nombre de rechutes que j'ai vécu... J'aimerais me dire que tout n'est pas perdu et que je dois poursuivre tout de même mon combat, mais je perds confiance en mes capacités. J'ai malheureusement réalisé qu'il est possible d'enlever le timbre nicoderm lorsque l'envie se fait trop forte...Je suis désespérée car j'ai fait la gaffe de fumer LA cigarette qui m'ouvre la porte à toutes les autres... La venue du soir m'effraie toujours car c'est à ce moment que les chances de succomber sont les plus fortes. Je croyais que la solitude me donnerait envie de fumer mais c'est le contraire, elle m'apaise... J'ai peur de la mauvaise humeur, de la colère et c'est pourquoi j'ai davantage de contrôle sur moi-même en étant seule. Je sais qu'en me chicanant, mon premier réflexe sera d'en fumer une. Je dois donc fuir tout ce qui est susceptible de me stresser, de m'enrager ou de me faire de la peine. Je dois me mettre un masque d'indifférence dans la figure et y croire fermement... Alors que tous mes rechutes ont eu lieu en soirée à la suite d'une consommation excessive d'alcool qui m'a fait perdre ma volonté, voilà que je me suis retrouvé à fumer toute la journée hier à la suite d'une chicane avec un proche. Ce fut pour moi le pire échec de mon processus.... L'échec qui bouleverse ma capacité de dire non lorsque j'ai toute ma tête... Tant que je ne fumais pas durant la journée, tout était possible mais maintenant...Devrais-je abandonner le combat pour le moment afin de retrouver ma motivation du début ou poursuivre en ne sachant plus trop de quelle façon je pourrai renoncer à cette foutue cigarette qui me gâche l'existence??? Voilà la question qui me torture l'esprit depuis ma dernière rechute... "
Catégories associées:

philippe (40 ans) - Nationalité francaise - 14 novembre 2004 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Le 1ER janvier 2001 j'ai arreté la cigarette sans aucune aide mais apres 3 ou 4 tentatives avortees: comme quoi il faut perseverer.....et puis, et puis l'été 2003 j'ai fumer qques cigarillos.....Alors je n'ai jamais vraiment repri comme avant mais je fumais en me disant que je maitrisais ma consommation. Cela fait donc un an que je fume sans acheter de paquet et puis depuis 4 mois suite a un licenciement, cela m'a donne le pretexte d'acheter un paquet et de refumer car je n'avais pas le moral: mais cela n'etait qu'un pretexte bien sur.... ET la j'ai recommencer a cracher la nicotine, a puer la cigarette et a me sentir coupable et a mal dormir... bref invivable Pour mes 40 ans ,le 13 octobre, j'ai de nouveau arrete et quel soulagement : je dors mieux, je me sens mieux physiquement et moralement et surtout FAITES DU SPORT avec l'argent des clops: c'est la meilleure facon d'arreter et de ne pas grossir ni deprimer. A ce titre je veux remercier le site stoptabac qui m'a aide enormement et aussi le livre d'Allan CARR: Je veux aussi me feliciter pour ma determination que j'aimerai partager avec ceux qui ne ressente aucune gene a fumer et qui aima ca car pour eux la victoire sera d'autant plus belle...... "

chantal (49 ans) - Nationalité francaise - 05 août 2004 - Partager sur: Facebook - Twitter
"j'avais arrêté de fumer pendant 8 mois et j'étais vraiment bien. De plus ayant des problèmes financiers, l'argent économisé me permettait de m'acheter des vetements qui me mettaient en valeur. Je suivais également un régime alimentaire pour éviter de prendre du poids, enfin tout allait pour le mieux. Cependant je ressentais toujours l'envie de fumer et il a fallu une soirée pour que je refume. Depuis j'ai repris à un paquet par jour, je voudrais arreter à nouveau mais il me semble que c'est de plus en plus dur. Donc si vous avez arreté, ne reprenez surtout pas la première , elle vous renverra à la case départ aussitot. Si quelqu'un peut m'aider à me remotiver c'est sans problème qu'il peut m'envoyer un message"
Catégories associées:

Voir les témoignages suivants

Une bonne raison ci-dessous de lire les témoignages :

 

Pour aller plus loin