ic launcheric launcheric launcheric launcheric launcher   facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

Bouton pour aller vers les pages en Langue FrancaiseBouton pour aller vers les pages en Langue AllemandeBouton pour aller vers les pages en Langue ItalienneBouton pour aller vers les pages en Langue Anglaise  Bouton pour aller vers facebook Bouton pour aller vers  twitter

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

Témoignages: écrits / audios / vidéos

Les 5 derniers témoignages
Les témoignages les plus marquants
Déposer votre propre témoignage
 
Ex-Fumeurs
Ex-Fumeurs (784)
Motivations/Bénéfices de l'arrêt (203)
 
Ex-Fumeurs
Fumeurs(177)
Tentative d'arrêt (169)
Fumeurs Malade (84)
 
Entourage
Famille/Ami (84)
Non fumeurs (12)
Fumée passive (22)
 
Age
20 ans ou moins (71)
20 à 40 ans (556)
40 à 60 ans (492)
Plus de 60 ans (100)
 
Dépendance / manque
Dépendance/Manque (63)
Rechute/Echec (59)
Symptômes de sevrage (37)
Dépression/Anxiété (29)
Insomnies (9)
 
Méthodes d’arrêt
Méthodes diverses (149)
Substituts nicotiniques (112)
Livre Allen Carr (44)
Aide psychologique/soutien/solidarité (58)
appli Stop-Tabac (10)
E-cigarette / vapotage (50)
 
Maladies
Risques et maladie diverses (103)
Cancers (48)
Maladies cardio-vasculaires/infarctus (37)
Problèmes respiratoires (52)
Impuissance sexuelle (11)
 
Santé / bien-être
Problème de poids (37)
Pillule contraceptive (4)
Beauté/Grossesse/Enfants (68)
Sport (31)
 
Industrie du tabac / société
Politique et industrie du tabac (20)
Additifs (1)
Joint et Tabac (19)
Autres drogues (2)
site Stop-Tabac (115)
 
Accéder par mots clés
 
Autres types de témoignages
Témoignages audios
Témoignages vidéos
Témoignages de célébrités
    
Les témoignages les plus marquants
Nicolas (26 ans) - Nationalité Francaise - 19 juin 2006 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Douze ans. Douze ans que ma cigarette et moi vivons ensembles. J'ai commencé de fumer à l'âge de 14 ans. Mal dans ma peau de jeune ado, cherchant des repères, voulant braver l'interdit.... bref toutes sortes d'excuses plus ou moins valables servant à me déculpabiliser. Le résultat est là. Douze années de tabagisme. Une cigarette par mois...."je m'arrête quand je veux", une cigarette par semaine..."je m'arrête quand je veux", une cigarette par jour..."je m'arrête quand je veux...mais ça sera plus dur...",puis deux, trois, quatre, "il m'en faut de plus en plus", un paquet? Pourquoi pas deux? Puis viennent les associations détonantes: Café-clope Alcool-clope Night club-clope Fin de repas-clope....... Et toutes ces petites habitudes qui petit à petit s'inscrivent dans des rituels bien définis, bien huilés. Pourquoi arrêter? On est si bien avec sa clope. On a même une marque préférée ! sa marque fétiche sans qui rien ne peut arriver. Compagnon idéal de toutes les bonnes soirées, de tous les coups durs, des moments de stress comme de plaisir. Pour ne pas manquer il devient impératif de s'acheter la cartouche, dix paquets à la fois !!! Puis (parce que cela n'en fini jamais) surviennent insidieusement des petits problèmes. Une petite toux par-ci, une allergie par-là, tiens, du jour au lendemain on arrête le sport, plus de souffle, plus de jambes, migraines, fatigue, tout un tas de petites choses sans importances, bien souvent mises sur le dos d'une petite fatigue passagère, d'un rhume des foins (un grand classique au printemps). Au passage, on notera une ou deux réflexions des proches "vas te laver les dents, ton haleine est infecte", "tu devrai arrêter avant qu'il ne soit trop tard", "si tu fumais moins tu....". Mais enfin, pourquoi on nous embête avec notre chère cigarette ? On ne fait de mal à personne ? Et puis on est parfaitement au courant des risques ! Oui....., parfaitement......, sauf que le jour ou cela vous tombe dessus, vous mesurer la vraie ampleur des dégâts. Les petites toux se transforment peu à peu en grosses toux, puis en crachats de sang, vient ensuite la radio des poumons et le pronostic, bien plus fiable que le loto : "Monsieur, vous avez cancer des poumons, nous devons vous opérer d'urgence d'un lobe" ....opération.... chimio....opération...chimio..."monsieur, nous sommes désolé vous avez atteint le stade terminal, tout le monde descend....à la morgue".....pleurs, cris, larmes, puis plus rien. Voilà, cela est ma dramatique histoire. J'ai 26 ans, mon meilleur ami en avait 27. Nous avions commencé à fumer ensemble nos premières cigarettes. Il est mort il y a quatre jours devant moi. Cela n'arrive pas qu'aux personnes âgées, cela n'arrive pas qu'aux autres. Pensez à Franck lorsque vous allumerez la prochaine cigarette, surtout vous les jeunes. "

thierry (37 ans) - Nationalité française - 15 juin 2006 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Une simple histoire... Je tiens à faire ce témoignage pour exprimer ma colère sur le papier vu que je dois jouer un rôle dans ma vraie vie .En effet , je reviens de l institut Curie où j y ai visité mon père...35 agrafes lui tenaient une gorge ouverte en deux du fait qu on venait de lui retirer le larynx...un tuyau au milieu lui servant désormais à respirer et toute une rééducation à faire afin de reparler( en aura-t-il le temps)...35 kg en moins et j avais devant moi un père que je reconnaissais à peine..... en moi des larmes coulaient mais je ne pouvais pas les lui montrer , lui qui restait toujours fier en essayant de nous faire croire que tout allait en souriant et déambulant dans les couloirs afin de nous rassurer ...mais du coin de l il je voyait toute sa souffrance...la souffrance d un père ne pouvant plus parler à ses proches, faisant détourner les regards, faisant pitié...lui qui a connu et survécu à 30- 45 , à la guerre d' Algérie , se voit terrassé par un autres ennemi dénommé CANCER et ayant pour général la CIGARETTE..... Je ne sais pas comment vous décrire sa déchéance progressive et rapide (6mois)...perdre 35 kg voir tous les jours ses forces le quitter,des rayons qui n ont eu que pour seul résultat la destruction des glandes salivaires...imaginez vous sans salive...vous serez obliger de boire sans répit, jour et nuit , en essayant d éliminer une colle qui vous pourrie la bouche...enfin le voir prendre conscience qu il va bientôt quitter ce monde et essayer d arrêter le temps en donnant tout ce qu il peut à sa femme, ses enfants et ses petits enfants....tiens il est passé au numérique (veut il laisser une trace à ceux qu il aime ?...) , puis le verdict ... ablation du larynx.... Effectivement, en ce jour, mon père est encore vivant, mais pour combien de temps ? Je te remercierais jamais assez papa pour ce que tu as fais pour nous et l éducation que tu nous as donner, je la souhaite à tous les enfants et essayerais de la transmettre aux miens... Je regretterais une seule chose celle de ne pas t avoir dit assez tôt : arrête toi de fumer ... PAPA... "

ajantà (34 ans) - Nationalité Suisse - 15 avril 2015 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Après presque 18 ans de vie commune, aujourd'hui j'ai décidé de te quitter. Nous deux, ensemble, ça n'est plus possible. Tu m'as fait du mal physiquement et psychologiquement durant toutes ces années et là je dit STOP! J'en ai marre de ne rien pouvoir faire sans toi, de devoir te prendre partout avec moi et de penser sans cesse à toi. Ces derniers temps, notre relation à dégénéré à une vitesse folle. Et tu vois, là j'en peux plus. Toute cette histoire entre nous ça m'épuise et je suis certaine que ma vie sera bien mieux sans toi. Je suis consciente que, malgré tout ces moments passés avec toi, tu me manqueras au début. Mais ces derniers mois j'ai commencé à tellement te détester, et je continuerai à te haïr aussi longtemps qu'il le faudra. Je m'en veux tellement de n'avoir pas réagi plus tôt, d'avoir eut cette force pour rompre avec toi. Alors s'il te plait, n'essaie pas de revenir dans ma vie et de hanter mes pensées. A ce stade, je n'ai plus le choix, tu me dégoûtes, va-t-en, loin de moi. Oui, mes mots sont très durs à entendre, mais en cet instant je suis fière d'annoncer notre rupture et de commencer une toute nouvelle vie en temps que CÉLIBATAIRE... de la clope. le 28 février 2015"

Anonyme (69 ans) - Nationalité française - 14 janvier 2020 - Partager sur: Facebook - Twitter
"J’ai 69 ans, j’ai fumé depuis l’âge de mes 18 ans, au début c’était du tabac brun ensuite du tabac blond, au cours de mon existence je suis passée tantôt d’un paquet jusqu’à trois par jour, j’ai fait quelques tentatives d’arrêt qui avaient échoué dans des moments de stress intense, puis au cours de l’année 2019 à la suite d’une succession de contrariétés familiales intenses j’ai senti que ça n’allait pas et je m’entends encore dire tout haut « cette année toutes ces contrariétés vont me donner le cancer, je ne finirai pas l’année » et dans un sursaut de colère j’ai dit « ça suffit, j’arrête de fumer » c’était le 29 juillet 2019. L’arrêt fut difficile mais je tenais bon, je suis partie 15 jours à Annecy pour accompagner l’une de mes filles, j’étais fatiguée et la moindre marche ou petite randonnée était éprouvante, je me suis dis dès que je rentre je vais voir le médecin pour des examens. Fin août 2019 on me prescrivait un scanner abdominal parce que je me plaignais d’une douleur costale et de l’abdomen. Quelques jours plus tard je me rendais à l’hôpital pour l’examen et le radiologue voulut me voir pour me dire qu’il ne s’était pas contenté de faire l’abdomen, mais les poumons et le pelvien et qu’il avait remarqué des taches très suspectes au niveau des poumons et que c’était sérieux. Là j’ai tout de suite compris que c’était grave, il me dirigea immédiatement auprès d’un pneumologue du même hôpital, et lorsque j’ai demandé de manière assez directe auprès de ce dernier si c’était un cancer, la réponse fut sans équivoque : « pour moi oui c’est un cancer mais il faut s’en assurer par des examens complémentaires et biopsie » j’aurai la confirmation effectivement environ deux semaines plus tard, j’avais un cancer bronchique carcinome à petites cellules T4 N3 MO, en clair un cancer des plus agressifs pas opérable, seule la chimiothérapie et immunothérapie étaient le protocole, la radiothérapie n’étant pas possible vu la grosseur de la masse tumorale, il fallait qu’elle diminue de volume pour être entreprise. Même si je n’étais pas complètement surprise de l’annonce, ce fut un horrible choc et j’ai beaucoup de mal encore à l’encaisser car j’ai un « intrus » un moi qui me dévore et que je n’accepte pas. Pour autant et en dépit d’avoir entendu des absurdités telles que « c’était trop tard d’avoir arrêté la cigarette et qu’il aurait fallu que j’arrête il y a trente ans et que maintenant ça n’avait plus aucun intérêt » ou « tu l’as quand même bien cherché, tu devais quand même bien t’en douter que ça t’arriverait », j’ai tenu bon même si c’est très difficile de résister, je me rappelle des petits trucs de mes précédentes tentatives d’arrêt : un jour j’ai soufflé dans un appareil pour mesurer le monoxyde de carbone j’avais 22, au bout de 5 jours sans fumer lorsque j’ai resoufflé dans l’appareil je n’avais plus que 5. Donc je sais que ça c’est déjà gagné contre cette pourriture. Maintenant j’ai appris qu’au bout de 3 mois les cils bronchiques repoussent, alors là je ne sais pas vu que j’ai perdu mes cheveux et des cils, donc j’imagine que pour des cils bronchiques ce doit être pareil mais quand même j’ai de l’espoir parce qu’à l’endroit où mes cheveux sont tombés subsistent de minuscules repousses, pourquoi pas pour les cils bronchiques ? Et puis je parle à mes petits soldats qui se battent en ce moment, je leur dis « c’est bon vous pouvez aller cogner sur le crabe vous n’avez pas à vous soucier d’un autre intrus car je ne fume plus pour vous aider à être plus forts, je vais faire tout ce que je peux pour me nourrir pour que vous soyez plus résistants encore, et puis y a la chimio qui vient avec sa batterie et aussi l’immuno qui vient vous renforcer, allez je compte sur vous mes petits soldats ne vous en faites pas la radiothérapie d’ici peu apportera l’estocade » ça peut paraître dingue de m’imaginer ces petits scénario mais ça m’aide, curieusement j’ai repris cinq kilos. Je sais que ce cancer n’est pas guérissable et qu’il est fortement métastasique, peut-être que je n’en ai plus pour longtemps personne ne peut le dire, quoi qu’il en soit je ne céderai pas aux tentations auxquelles ce monstre de cancer souhaiterait me voir succomber, je ne refumerai pas, je mourrai peut-être avant mes 70 ans mais je me serai assainie avant et pour moi ce sera ma victoire. Fin janvier 2020 cela fera six mois que je ne fume plus et je suis fière de moi et de ma bataille."

Anonyme (59 ans) - Nationalité française - 19 janvier 2020 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonsoir tout le monde, Je reviens après plus de 5 ans d'absence sur ce site. Tout d'abord je voulais vous dire qu'en février 2020 ça fera 6 ans que j'ai arrêté la cigarette et franchement je n'ai aucune envie de recommencer ni d'en fumer ne serait ce qu'une taffe... Je suis atteinte d'un emphysème pulmonaire grave et l'arrêt de la tueuse était primordial pour continuer à respirer à peu près normalement... Et si j'ai réussi à stopper du jour au lendemain c'est en grosse partie grâce à "STOP TABAC"... En effet, certains témoignages m'ont bouleversée, d'autres m'ont encouragée, d'autres encore m'on fait connaitre des sites, des aides... Et puis au début je suivais quelques personnes et je venais chaque jour dans le "train"... Je ne voulais pas en décevoir certains, ou tout simplement moi-même... Etre fier de soi fait partie de la guérison!... Alors si je suis là ce soir c'est pour dire à ceux qui essaient d'arrêter, ceux qui ont arrêté, ceux qui peinent à commencer d'arrêter... A vous tous je dis "NE LÂCHEZ RIEN SURTOUT" Ne laissez plus cette fausse amie vous tuer à petit feu, cessez d'engraisser la SEITA.... Croyez moi c'est possible! Et si vous n'avez aucune maladie due au tabac, alors FONCEZ car il est délicieux de retrouver la liberté, l'odorat, le goût, le souffle... le teint clair, la bonne haleine, et pouvoir se payer des petits cadeaux avec l'argent économisé!! Moi j'ai un regret c'est de ne pas l'avoir fait avant ma maladie car la capacité respiratoire que j'ai perdue je ne la retrouverai jamais! Je vous souhaite de monter dans le train de la liberté et BON VOYAGE! Cathje de Nice"

Anonyme (31 ans) - Nationalité Française - 26 février 2019 - Partager sur: Facebook - Twitter
"On est jeune, on est tranquillement assis face au soleil, par un mois d'août chaud, avec des amis. On boit une bière, on rigole, on se laisse tenter par une cigarette. On se dit qu'on peut toujours contrôler. Puis un jour, on va acheter un paquet de cigarettes pour ne plus avoir à quémander aux amis, on se dit qu'on peut toujours contrôler. On commence par fumer entre quatre et six cigarettes. On se dit qu'on peut contrôler. On fume de temps en temps un paquet par soirée, on se dit qu'il faut profiter. Puis, jour après jour, année après année la consommation continue d'augmenter, passant de quatre à dix puis de dix à quinze cigarettes... ou plus. Mais on se croit toujours en capacité de contrôler. Avant, on n'était jamais malade, solide face à l'hiver et au froid, maintenant on attrape des rhumes, des grippes, on tousse, on a le nez qui coule et j'en passe, et ce chaque année. On se dit que vieillir ce n'est pas toujours cool. On se voile la face. Puis un jour on prend conscience que l'amie cigarette ne nous veut que notre mort, on essaie de s'en séparer. Ce n'est pas évident, le lavage de cerveau est pugnace, cette cigarette qu'on assimile sans sourciller à la prestance, la confiance de soi, le côté rebelle face à la vie. La vie, pourtant on y tient, mais on se la détruit et cette amie cigarette nous l'enlève petit à petit. On veut lui dire au revoir mais elle revient souvent nous voir. Jusqu'au jour où on commence à tousser plus que d'habitude, où une maladie se prolonge. On commence à lever le voile de notre visage et à peser la portée de notre acte fumeur . On se regarde sous notre vraie face : le teint grisé, les dents jaunis, les cernes gonflées, la peau fripée, l'haleine chargée... On se dit que finalement que côté prestance et confiance de soi il y a sans doute mieux qu'avoir du goudron dans les poumons. Depuis quelques jours j'ai arrêté de fumer, avec pour la première fois dans mes tentatives une certitude. Celle d'avoir ouvert les yeux sur ce que j'étais devenu à cause de cette amie . Ne fumez jamais, profitez plutôt de la vie dans son aspect le plus simple. Un verre au soleil, avec des amis, sans cigarette. "

Anonyme - 08 février 2020 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Ma mère était une femme extraordinaire avec une santé de fer, pédaler, nager, escalader, danser, sauter à la corde, canoë, accrobranche... Jusqu'à 80 ans ! Un jour d'été elle remontait à vélo de la piscine où elle venait de faire des longueurs et le lendemain ce n'était plus la même. Elle ne pouvait plus respirer, elle étouffait, recroquevillée sur son lit dans un angle du mur. Elle ne pouvait plus bouger et parlait tout doucement. Je ne l'avais jamais vue ainsi. Tout s'enchaîne très vite, hélico, hôpital, soins et c'est fini, en 3 mois j'ai perdu ma mère. Elle était en vacances et en pleine forme MAIS elle est morte. Elle a fumé 40 ans, cela faisait 10 ans qu'elle avait arrêté, toute seule, après une bronchite. Mais son passé de fumeuse avait laissé des traces dans son corps. Les médecins ont ponctionné l'eau qui entourait le cœur, c'est ce qui l'empêchait de respirer parce que le cœur ne faisait plus son travail de pompe. Analyse de l'eau, métastases qui venaient des poumons puis appareil digestif, cerveau. Le pire c'est que tout s'est fait SANS BRUIT. Quelques mois plus tard mon conjoint de 45 ans, fumeur occasionnel, meurt subitement en revenant de son travail à vélo d'un infarctus massif du myocarde dû au tabac. Ma fille disait tout le temps à son papa d'arrêter de fumer mais il n'y arrivait pas. "

Alinah (26 ans) - Nationalité France - 15 avril 2021 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonjour à tou.te.s, Cela va faire 1 an que j'ai arrêté de fumer quotidiennement. Je fumais depuis 9 ans en moyenne 10 cigarettes roulées par jour, je m'étais faite ma meilleure alliée psychologique pour palier à mon mal- être. D'années en années, je sentais mon corps se fatiguer plus rapidement, une toux perpétuelle, une peau sèche... Je ne voulais pas mourir du tabac, car je sentais bien que le tabac m'enlevait mes forces. Pendant le premier confinement, j'ai décidé que j'arrêterais le tabac. La première semaine, je me suis autorisée une cigarette par soir, puis la semaine d'après plus rien. Comme nous ne pouvions sortir de chez nous, ça m'a aidé à m'apaiser et à enlever les envies fortes qui peuvent subvenir quand nous sommes dehors par stress, occupations, contenance... Pour palier au manque, je me suis mise au sport, j'ai cuisiné, j'ai mis mon activité autre part. Dès qu'une envie devenait trop forte, je faisais le ménage, je prenais une pilule de fleur de bach, une gomme nicorette, je faisais des exercices de sophrologie pour m'apaiser. En 1 an, je peux dire que je n'ai presque jamais envie de fumer. Je suis très heureuse d'avoir arrêté, je perds moins mon temps, j'ai récupéré toutes mes facultés physiques et je me sens mieux psychologiquement car même si nous croyons que la cigarette noue apaise, elle nous stresse car nous sommes conscients qu'elle nous détruit mais nous préférons vivre dans le déni, ce qui créé une cassure psychologique. Bref, j'encourage tous ceux qui souhaitent à arrêter car votre réalité deviendra plus belle et plus saine. Courage à tou.te.s, avec tout mon soutien."

Pierre (56 ans) - Nationalité France - 22 avril 2021 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Bonjour, j ai lu certains témoignages et pour la plupart je m y suis retrouvé..20 ans le cocktail 🍸 alcool drogue (douce) et cigarette bat son plein et fonctionne à merveille !! Car comme tout le monde j étais invincible, immortel, indestructible.....ça c était l apparence extérieure, car a l intérieur les choses se faisaient sournoisement...la grosse alerte qui est passée inaperçue aux yeux du corps médical c est un malaise vagual...puis quelques mois plus tard...un autre...et 2 autres s en suivirent !! Puis plus rien..apres moultes arrêts de quelques années sans fumer je reprenais de plus belle mon cocktail cigarette 🚬 et alcool..inconscient ..insouciant..irresponsable ..égoïste..mais toujours invincible et immortel !!! ...immortel...jusqu à ce jour ..ce fameux jour..le 29 mars 2021..a 2h30 du matin..après une petite soirée en amoureux, un bon repas avec clopes et alcool pour agrémenter cet soirée ..ma chérie qui rentre chez elle( elle habite a 50m de chez moi) et moi qui de 22h30 a 00h30 révise mes cours car j avais un CQPM de stratifieur composite a passer sur 3 jours...hé bien ce jour la a 2h30 du matin j étais réveillé par une douleur que je ne connaissais pas !!douleur a la limite du supportable...et après 45mn d aller et retour au salon wc et maintes positions dans mon lit je me décidais d appeler le 15....après avoir expliqué mon cas la réponse de l urgentiste à été ( ....surtout vous ne bougez pas..allongez vous les pompiers 🚒 viennent vous chercher !!) Et la j ai compris que je n étais pas immortel....ni invincible...mais un citoyen lambda..et surtout un gros égoïste !! Je n avais pensé qu a moi ...et quand j ai eu la confirmation que je faisais un infarctus...toutes mes pensées et mes pleurs étaient pour mes enfants ! Donc resultat des courses après transfert dans une grande et très bonne clinique a Toulouse ( la croix du sud) on m a posé 2 stents sur une artere complètement bouchée...un autre stent sur une autre artere qui était presque bouchée...et enfin la 3ème artere qui ne tenait plus que par un cheveu et qui a été totalement reconstruite !! Je relativise tout maintenant...la seule chose que je regrette dans ma vie c est le jour où j ai commencé à fumer..j ai failli mourir comme un chien 🐕...tout seul sans avoir revu mes enfants...et ça c est impardonnable !! Maintenant je profite de la seconde chance qui m a été donnée...j ai changé d hygiène de vie..plus d alcools...de clopes ...de joints...de gras..mais en échange des fruits frais...des légumes...du poisson 🐟..des viandes blanches..le tout couronné d activités physiques, marche et vélo 🚲 et surtout des liens encore plus forts et plus proches avec mes enfants....et ceux que j aime et qui m aime !!! Le choix est simple....continuer à fumer et mourir ou arrêter et vivre !! Moi j ai choisi.... "

Carine (35 ans) - Nationalité France - 05 octobre 2001 - Partager sur: Facebook - Twitter
"Je m'appelle Carine, j'ai 35 ans, je suis divorcée et j'ai une fille de 9 ans qui est tout pour moi. Je fume depuis mes 14 ans et je vais mourir dans les 6 mois d'un cancer du poumon (découvert il y a 1 ans) ... C'est horrible, je pleure sans arrêt et je m'en veux de ma bétise. Je n'ai jamais voulu arrêter de fumer, je disais qu'il fallait bien mourir de quelque chose, mais je n'ai jamais pensé que je mourrais si tôt. C'étais presque un défis pour moi de tenir tête à mes amies qui tentaient de me faire arrêter (J'ai même arrêter de voir certaine d'entre elle pour ne plus les entendre, quelle idiote j'ai été). Je me suis disputée avec ma fille quand elle me demandait d'essayer d'arrêter. Ma fille est là, à coté de moi pendant que j'écris, ... et elle pleure ... et moi aussi. ... Ma fille, (elle s'appelle Julie), veux que je continue à écrire. Elle pense que mon témoignage sauvera peut- être quelqu'un, j'espère qu'elle à raison. Je vous en supplie, NE COMMENCER PAS A FUMER, et si vous fumez, tentez d'arrêter le plus tôt possible. C'est une DROGUE, c'est une maladie. Sauvez- vous et si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour ceux que vous aimez et pour ceux qui vous aiment. Ne fermer pas les yeux, parce que la réalité est encore pire que le pire des cauchemars. J'ai perdu mon emploi quand j'ai été trop malade que pour continuer. Je n'ose plus me regarder dans une glace à cause des traitements. Je vais tenter de passer le peu de temps qu'il me reste avec ma fille. Je me rend compte maintenant que j'ai été très égoiste et idiote. La cigarette TUE vraiment, aujourd'hui je me rend compte que le message est clair, partout, et je regrette tellement de ne pas l'avoir vu. Il est trop tard pour moi, SAUVEZ- VOUS ! "

Voir les témoignages suivants

Une bonne raison ci-dessous de lire les témoignages :