ic launcheric launcheric launcheric launcher      facebook twitter rou 32

Logo Stop-tabac

Bouton pour aller vers les pages en Langue FrancaiseBouton pour aller vers les pages en Langue AllemandeBouton pour aller vers les pages en Langue ItalienneBouton pour aller vers les pages en Langue Anglaise  Bouton pour aller vers facebook Bouton pour aller vers  twitter

logo

Aides et conseils pour arrêter de fumer

TĂ©moignages

Les 5 derniers témoignages
Les témoignages les plus marquants
Proposer votre propre témoignage
 
Ex-Fumeurs
Ex-Fumeurs (713)
Motivations/BĂ©nĂ©fices de l'arrĂȘt (198)
 
Ex-Fumeurs
Fumeurs(166)
Tentative d'arrĂȘt (137)
Fumeurs Malade (77)
 
Entourage
Famille/Ami (78)
Non fumeurs (11)
Fumée passive (21)
 
Jeunes
Jeunes de moins de 18 ans (49)
 
DĂ©pendance / manque
DĂ©pendance/Manque (53)
Rechute/Echec (54)
SymptĂŽmes de sevrage (32)
Dépression/Anxiété (29)
Insomnies (8)
 
MĂ©thodes d’arrĂȘt
MĂ©thodes diverses (126)
Substituts nicotiniques (107)
Livre Allen Carr (40)
Aide psychologique/soutien/solidarité (55)
appli Stop-Tabac (7)
E-cigarette / vapotage (39)
 
Maladies
Risques et maladie diverses (99)
Cancers (46)
Maladies cardio-vasculaires/infarctus (33)
ProblĂšmes respiratoires (44)
Impuissance sexuelle (10)
 
SantĂ© / bien-ĂȘtre
ProblĂšme de poids (32)
Pillule contraceptive (3)
Beauté/Grossesse/Enfants (58)
Sport (29)
 
Industrie du tabac / société
Politique et industrie du tabac (20)
Additifs (1)
Joint et Tabac (18)
Autres drogues (1)
site Stop-Tabac (105)
 
Accéder par mots clés
 
Autres types de témoignages
TĂ©moignages audios
Témoignages vidéos
Témoignages de célébrités
    TĂ©moignages de cĂ©lĂ©britĂ©s

Femmes:

Sophie (35 ans) - Nationalité ch - 26 décembre 2010
"Arrêt du tabac, méthode sans rien'. Rétrospective avec recul. Un jour, par défi, subitement, alors que j'adorais fumer et que je n'avais aucun problème de santé, j'ai décidé d'arrêter. Net. J'ai regardé mon paquet, et je me suis dit que ce serait le dernier. Et quand je décide quelque chose, à moins d'admettre que je me sois résolument fourvoyée, je m'y tiens. Me voilà donc fumant mes dernières cigarettes. J'ai transpiré très fort en fumant la dernière du paquet, car je savais qu'à partir de là tout allait changer. Et ce fut le cas. Ont suivi 3 jours de vomissements, fièvre, transpiration abondante, larmes, crises, angoisse, la folie furieuse. Puis ça s'est calmé. Net. Je me suis réveillée le matin, une première étape était franchie. Pour tester cette étape, je suis allée emprunter' une cigarette à quelqu'un qui fumait des sans filtres, j'ai tiré 3 taffes névrosées, puis j'ai vomi et j'ai failli tomber dans les pommes. C'est confirmé, j'arrête réellement de fumer. Vive le renforcement négatif ! Une fois donc cette première étape franchie, la plus violente, a suivi une étape plus difficile : 3 mois à penser à la cigarette. Physiquement, elle ne manquait plus tant que ça grâce à la méthode sevrage à l'arrache', qui contrairement aux substituts aurait fait passer le sevrage physique en dernière étape. Me voilà donc hantée par les habitudes, la petite voix qui à tout moment tiens, si j'en f grrr !!!'. Le corps n'en réclamant pas, il fallait tout de même passer son temps à se dire NON, à essayer de se sortir cette foutue clope de l'esprit. Non mais c'est vrai, si le corps s'en passe, cerveau je te prie, veux-tu suivre un peu le mouvement ? Sans parler des rêves dans lesquels je fumais assez systématiquement. Tenace au cerveau, cette cigarette ! Le pic de l'horreur : le 4ème mois : la fatigue. La fatigue physique du corps qui en assez de lutter pour combler le manque de son stimulant. La fatigue de l'esprit qui passe son temps à chasser les pensées parasites qui chuchotent clope clope clope tout le temps. Et c'est à ce moment qu'il faut vraiment tenir bon, se répéter que si on a tenu jusque là, il ne fait pas lâcher maintenant !!! Epuisement, et c'est là qu'il faut se battre un grand coup. C'est là au 5ème mois, on se sent plus relaxé. On pense à la clope, mais son appel commence à passer aussi inaperçu que la musique dans l'ascenseur. On n'y prête plus attention. Mais voilà que tout se complique : le goudron s'étant bien décollé des alvéoles pulmonaires, voilà les infections en tout genre qui débarquent : bronchite, asthme, perte de 50% de la capacité pulmonaire ! Bonjour l'horreur : en 12 ans de tabac, du chant, du sport, des poumons sans soucis, et voilà que tout se paie cash en une fois à la sortie. De quoi donner envie de refumer ! Mais non. On pleure, on souffle, on râle, on ne dort plus la nuit sauf assis, on tient bon, le moral lutte pour ne pas couler. Car là on parle d'arrêt de clope et ses conséquences, même pas mentionné les contrariétés de la vie On parle du corps qui sans son stimulant clope a tellement ralenti que la digestion est quasi au point mort, le cerveau ne se concentre plus, la rétention d'eau et la constipation font qu'on a du mal à se trainer, et ces poumons qui refusent de s'ouvrir L'important c'est de ne pas fumer. On a l'impression de crever sans fumer, mais c'est fumer qui tue. Après un an sans cigarette, le tour de toutes les saisons, finalement ça va mieux. Le corps s'est bien guéri, il fonctionne à nouveau normalement, on a repris le chant, le sport. On est toujours accompagné d'un inhalateur, car tout à coup, on s'étouffe, mais au bout du compte tout est redevenu normal. On marche dans la rue, on côtoie des gens, et on ne fait même plus attention qui fume, qui ne fume pas. On cesse de fuir les situations tentantes, on se surprend à éclater de rire à nouveau et sans suivre pas une quinte de toux. Après plus d'un an, j'ai tiré 3 taffes d'une cigarette. Ben ça ne m'a fait ni mal, ni tousser, ni plaisir, ni rien. Je me rappelais bien le goût, mais ça n'a soulevé aucune réaction. Donc psychologiquement, je suis complètement sortie de la dépendance. Physiquement aussi. Mais je sais que le test- taffes n'est pas conseillé de manière régulière, car l'addiction reviendrait certainement assez vite. Et l'idée de repasser un an de galère à attendre de dégonfler, de digérer, de pouvoir respirer, non merci. Et au moins, j'ai eu un aperçu de ce qu'aurait pu être la fin de ma vie avec BPCO et autres. Mon asthme par chance est resté aléatoire et parfaitement maîtrisable, et en plus il régresse. L'arrêt à l'arrache finalement a du bon en ce sens : c'est tellement violent et contraignant qu'au moins c'est réglé une fois pour toutes, sans tergiverser, sans se leurrer, sans étaler le sevrage inutilement sur plus de temps qu'il n'en faut. Ma carrière de fumeuse ayant été courte' et ayant commencé adulte, je pouvais me le permettre. Mais j'ai pleuré et souffert. Et c'est une raison suffisante pour ne jamais refumer."
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
trĂšs utile
 

Autres témoignages pour cette catégorie:

 
Prénom:
 Avis des lecteurs
bibi  
ajantà  
Anonyme  
Florence  
lyana  
Corinne  
carole  
Brigitte  
jualan  
Elisabeth  
Anonyme  
Nikki  
brigitte  
valerie  
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
Virginie  
Anonyme  
christine  
Christelle  
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
alexandra  
fabienne  
Romane  
FATIHA  
Sandra  
gigi  
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
 
Prénom:
  
Date:
Anonyme  02 mai 2020
Anonyme  28 avril 2020
Anonyme  14 avril 2020
Anonyme  11 avril 2020
Anonyme  11 avril 2020
Anonyme  11 avril 2020
Anonyme  08 avril 2020
Anonyme  05 avril 2020
Anonyme  26 mars 2020
Anonyme  24 mars 2020
Anonyme  24 mars 2020
Anonyme  22 mars 2020
Anonyme  20 mars 2020
Anonyme  19 mars 2020
Anonyme  16 mars 2020
Anonyme  14 mars 2020
Anonyme  14 mars 2020
Anonyme  10 mars 2020
Anonyme  26 fĂ©vrier 2020
Anonyme  22 fĂ©vrier 2020
Anonyme  19 fĂ©vrier 2020
Anonyme  15 fĂ©vrier 2020
Anonyme  08 fĂ©vrier 2020
Anonyme  07 fĂ©vrier 2020
Anonyme  04 fĂ©vrier 2020
Anonyme  31 janvier 2020
Anonyme  30 janvier 2020
Anonyme  30 janvier 2020
Anonyme  24 janvier 2020
Anonyme  23 janvier 2020
Anonyme  20 janvier 2020
Anonyme  19 janvier 2020
Anonyme  18 janvier 2020
Anonyme  17 janvier 2020
Anonyme  14 janvier 2020
Anonyme  14 janvier 2020
Anonyme  14 janvier 2020
Anonyme  12 janvier 2020
Anonyme  07 janvier 2020

Voir les témoignages suivants

 

Pour aller plus loin