Les Newsletters de Stop-Tabac.ch

Webmasters - Proposez nos news sur votre site

Rechercher dans les anciennes newsletter:

23 décembre 2014

La newsletter de stop-tabac: les sujets clés de l?actualité mondiale sur le tabagisme

Sélection réalisée par Jean-François Etter

Le 23 décembre 2014

Nouvelle étude : Les cigarettes électroniques moins addictives que les cigarettes de tabac
Les cigarettes électroniques peuvent-elles aider les gens à arrêter de fumer? Revue de littérature (Cochrane)
La e-cigarette aussi efficace que le patch pour arrêter de fumer
Why public health people are more worried than excited over e-cigarettes
CMU unveils some of the hottest new disruptive technologies in health care
- Chattez avec un médecin tabacologue


Nouvelle étude : Les cigarettes électroniques moins addictives que les cigarettes de tabac

Une étude publiée dans Drug and Alcohol Dependence montre que les e-cigarettes sont moins addictives que les cigarettes de tabac, et sont tout aussi voire moins addictives que les gommes de nicotine, qui sont elles-mêmes peu addictives. Certains utilisateurs (peut-être 10% à 20%) peuvent néanmoins être dépendantes de la nicotine lorsqu'elle est inhalée via une e-cigarette, mais ces personnes étaient déjà dépendantes du tabac quand ils ont commencé à vapoter.

L'étude, conduite par des chercheurs des Universités de Genève (Suisse) et Richmond (VA, USA), a comparé 911 utilisateurs de cigarettes électroniques (sur le site stop-tabac.ch) avec 2498 utilisateurs de cigarettes de tabac et 451 utilisateurs de gommes à la nicotine. Il s'agit de l'une des premières études fournissant une évaluation objective de la dépendance aux e-cigarettes.

Pour le Professeur Jean-François Etter, l'auteur principal de l'étude: "il est rassurant de constater que le caractère addictif de la e-cigarette est comparable à celui de la gomme à la nicotine, un produit qui n'est lui-même pas très addictif".

Ces résultats sont importants parce que les gouvernements de nombreux pays sont en train d'élaborer des règlements pour les cigarettes électroniques: certains pays les interdisent, d'autres les autorisent avec nicotine et d'autres sans nicotine. Dans ce contexte, il est très important, pour les législateurs, les autorités de santé, les médecins et les consommateurs, de savoir que les cigarettes électroniques ne sont pas aussi addictives que les cigarettes de tabac, et qu'elles sont tout aussi voire moins addictives que les gommes de nicotine, qui ne sont elles-mêmes pas très addictives.

Genève, Suisse, le 22 décembre 2014.

Source :

Etter JF, Eissenberg, T. Dependence levels in users of electronic cigarettes, nicotine gums and tobacco cigarettes. Drug and Alcohol Dependence. 2014, December.

http://authors.elsevier.com/sd/article/S0376871614019863

Et merci aux visiteurs du site stop-tabac.ch qui ont répondu à ce questionnaire !

Voir aussi le blog de JY Nau:
http://jeanyvesnau.com/2014/12/22/e-cig-elles-sont-moins-addictives-que-les-chewing-gums-a-la-nicotine-le-gouvernement-le-sait-il/ (22 12 2014)
(23 12 2014)


Les cigarettes électroniques peuvent-elles aider les gens à arrêter de fumer? Revue de littérature (Cochrane)

Revue de littérature (Cochrane)

Contexte

Les cigarettes électroniques ou e-cigarettes sont des dispositifs électroniques qui produisent un aérosol ressemblant à de la fumée (communément dénommé vapeur) que l'utilisateur inhale. Cette vapeur contient généralement de la nicotine sans la plupart des toxines que les fumeurs inhalent dans la fumée de cigarette. Les cigarettes électroniques sont devenus populaires auprès des fumeurs qui veulent réduire les risques du tabagisme. Cette revue cherchait à savoir si les cigarettes électroniques aidaient les fumeurs à arrêter ou à réduire leur consommation de tabac, et s'il était sûr d'utiliser des cigarettes électroniques pour cela.

Caractéristiques des études

Nous avons recherché des études publiées avant juillet 2014, et en avons trouvé 13 qui aident à répondre à ces questions. Deux de ces essais comparaient des cigarettes électroniques avec et sans nicotine. Ils ont été jugés à faible risque de biais. Ces études menées en Nouvelle-Zélande et en Italie ont mesuré si les participants avaient arrêté de fumer pendant au moins six mois. Dans une de ces études, les gens voulaient arrêter de fumer, mais dans l'autre, ils ne le souhaitaient pas. L'essai portant sur des personnes souhaitant arrêter de fumer a également comparé les cigarettes électroniques à des patch de nicotine. Dans les autres études, les participants n'étant pas repartis dans des groupes de traitement, les cigarettes électroniques n'ont pas pu être comparées directement avec autre chose. Ces études peuvent donc nous en dire moins sur la façon dont les cigarettes électroniques pourraient aider à arrêter de fumer ou à réduire la consommation de tabac.

Principaux résultats

Les résultats combinés de deux études portant sur plus de 600 personnes montrent que l'utilisation d'une cigarette électronique contenant de la nicotine augmentait les chances d'arrêter de fumer à long terme, par rapport à l'utilisation d'une cigarette électronique sans nicotine. L'utilisation d'une cigarette électronique à la nicotine a également aidé davantage de fumeurs à réduire leur consommation d'au moins de moitié, par rapport à l'utilisation d'une cigarette électronique sans nicotine. Nous n'avons pas pu déterminer si la cigarette électronique était mieux qu'un patch à la nicotine pour aider les gens à arrêter de fumer car le nombre de participants à l'étude était faible. D'autres études sont nécessaires pour évaluer cet effet. Cette étude a montré que les utilisateurs de cigarettes électroniques étaient plus susceptibles que les personnes utilisant un patch de réduire leur consommation d'au moins de moitié. Les autres études sont de qualité inférieure mais soutiennent ces résultats. Aucune preuve ne suggère que l'utilisation de cigarettes électroniques en même temps que des cigarettes ordinaires ait rendu les gens moins susceptibles d'arrêter de fumer. Aucune des études n'a mis en évidence un risque accru pour la santé chez les fumeurs ayant utilisé des cigarettes électroniques à court terme (2 ans ou moins), par rapport aux fumeurs n'en ayant pas utilisé.

Qualité des preuves

La qualité des preuves est globalement faible, car elles ne reposent que sur un petit nombre d'études. Davantage d'études sur la cigarette électronique sont nécessaires. Certaines sont déjà en cours.

- See more at: http://fr.summaries.cochrane.org/CD010216/les-cigarettes-electroniques-peuvent-elles-aider-les-gens-a-arreter-de-fumer-ou-a-reduire-leur-consommation-de-tabac-et-sont-elles-sures-dutilisation-a-cette-fin_ (22 12 2014)
(23 12 2014)


La e-cigarette aussi efficace que le patch pour arrêter de fumer

La Revue Cochrane a produit sa première étude sur la e-cigarette. Elle salue une méthode efficace pour arrêter de fumer et réduire les risques liés au tabagisme.

C'est la première fois que la Revue Cochrane se penche sur la e-cigarette. Cette fois, la revue a passé au crible deux essais randomisés portant sur 662 consommateurs de cigarettes nouvelle génération, et 11 études observationnelles. Lire la suite:...

http://www.pourquoidocteur.fr/La-e-cigarette-aussi-efficace-que-le-patch-pour-arreter-de-fumer-9199.html (22 12 2014)
(23 12 2014)


Why public health people are more worried than excited over e-cigarettes

The research field on e-cigarettes is characterized by severe methodological problems, severe conflicts of interest, relatively few and often small studies, inconsistencies and contradictions in results, and a lack of long-term follow-up. Therefore, no firm conclusions can be drawn on the harm of e-cigarettes, but they can hardly be called safe. Experimental studies indicate negative health effects and, amongst others, the major ingredient propylene glycol warrants concern. Growing evidence raises doubt about the efficacy of e-cigarettes as a smoking cessation aid. Unfortunately, it seems that many smokers use e-cigarettes with the intention to quit but switch to long-term use of e-cigarettes or dual use. Use is spreading rapidly to minors, ex-smokers, and never-smokers. It is questionable whether the potential health benefits obtained by some smokers outweigh the potential harm by use of non-smokers, of undermining of complete cessation, smokers' dual use, and of eventual re-normalization of smoking. Even if e-cigarettes are significantly less harmful than conventional cigarettes, the product may have a very negative impact on public health if its use is spread to a large part of the population.

Full paper:
http://www.biomedcentral.com/1741-7015/12/226

C. Pisinger - BMC Medicine 2014, 12:226 doi:10.1186/s12916-014-0226-y

This article is part of the series Promise vs perils of electronic cigarettes. (10 12 2014)
(23 12 2014)


CMU unveils some of the hottest new disruptive technologies in health care

Disruptive isn't usually a word uttered in the same sentence as good health, but many of the promising new technologies in the health care industry are just that. Read more...:

http://www.popcitymedia.com/innovationnews/healthcaretech021914.aspx (20 02 2014)
(23 12 2014)



Retour à la liste des newsletters