Les Newsletters de Stop-Tabac.ch

Webmasters - Proposez nos news sur votre site

Rechercher dans les anciennes newsletter:

16 mars 2013

 

La Newsletter de Stop-tabac: 
les sujets clés de l?actualité mondiale sur le tabagisme

Sélection réalisée par Jean-François Etter
Le 16 mars 2010

 

 

 

La Newsletter est hebdomadaire. 
Si vous souhaitez la recevoir inscrivez votre adresse e-mail ci-dessus
Les adresses e-mail sont réservées à l?envoi de la Newsletter et ne sont en aucun cas transmises à des tiers.

 


 

- Bronchite chronique : les femmes, de plus en plus atteintes, en meurent plus
- Les cigarettiers draguent les élus fédéraux
- Questionnaire sur la spiritualité


 

Bronchite chronique : les femmes, de plus en plus atteintes, en meurent plus

PARIS (AFP) Les femmes sont presque aussi touchées que les hommes par la BPCO, maladie des poumons et des bronches provoquant une insuffisance respiratoire chronique, et meurent plus souvent de cette maladie à consommation égale de tabac, selon des pneumologues.

3,5 millions de personnes sont atteintes en France de "broncho-pneumopathie chronique obstructive", une maladie due dans plus de 80% des cas au tabac et dans 20% des cas à l'exposition environnementale ou professionnelle, qui peut dégénérer en bronchite chronique ou en emphysème. 6ème cause de décès dans le monde en 1990, elle pourrait selon l'OMS se hisser en 2020 au 3ème rang.

Lire la suite...
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gvcEsIGz5uZoOee_8JJ8_PPvwVUw (21 01 2010)
(15 03 2010)


 

Les cigarettiers draguent les élus fédéraux

Plusieurs élus fédéraux ont confié au Matin comment ils ont été courtisés ces derniers temps par les émissaires des cigarettiers suisses.

Ils aiment se faire appeler responsables des affaires publiques, plutôt que lobbyistes. Peu importe, leur job est bien de tenter d'influencer les politiciens. Et, en ce moment, les lobbyistes de l'industrie du tabac sont spécialement actifs.

Unique en Europe

Pour desserrer l'étau des interdictions contre la fumée? Non, les cigarettiers ont toujours affirmé la main sur le coeur qu'ils ne s'opposaient pas à ces mesures de santé publique. Leur souci est autre: ils veulent pouvoir continuer de produire en Suisse des cigarettes plus fortes destinées à l'exportation vers l'Asie et le Moyen-Orient.

Cet avantage est unique en Europe, où toute production est interdite au-dessus de 10 mg de goudron, 1 mg de nicotine et 10% de monoxyde de carbone. Or les négociations en cours avec l'Union européenne sur un accord de libre-échange agricole comprennent un volet sanitaire et menacent l'exception suisse sur la production de cigarettes.

Les cantons de Vaud, Neuchâtel et Jura sont les premiers concernés avec des milliers d'emplois qu'on dit menacés et des rentrées fiscales mirobolantes (près de 50% des impôts sur les entreprises viennent de Philip Morris rien que dans le canton de Neuchâtel). Le message de base des cigarettiers est plutôt facile à faire passer: si la Suisse ne résiste pas au diktat de l'UE, la production sera délocalisée. Mais en pleine vague hygiéniste contre le poison qu'est la fumée, tous les politiciens sont-ils prêts à assumer la schizophrénie qui consiste à bannir et à défendre tout à la fois la clope?

Le radical neuchâtelois Laurent Favre a fait le choix de défendre sans complexe le plus gros contribuable et employeur de son canton. Avec d'autres élus, nous sommes bien sûr en contact avec les représentants de l'industrie du tabac pour empêcher que les emplois et les impôts ne partent ailleurs. Il ne faut pas confondre éthique et naïveté!

Le conseiller national va d'ailleurs déposer la semaine prochaine une motion exigeant du Conseil fédéral qu'il sorte la production de cigarettes de l'accord négocié avec Bruxelles. Il reste toutefois encore à trouver une majorité pour défendre ces emplois qui sentent le poison.

Pas trop agressifs

La sénatrice socialiste vaudoise Géraldine Savary n'est par exemple pas complètement acquise à la cause. Et elle a bien sûr reçu la visite du lobbyiste de Philip Morris. Leur manière de défendre leur business n'est pas trop agressive, comparée à d'autres secteurs, témoigne-t-elle.

Le médecin Jean-Charles Rielle (PS/GE), lui, n'a même pas été contacté. Et pour cause, il milite contre le maintien de l'exception suisse: Les cigarettiers font tout pour se montrer responsables et polis en Suisse. Mais pour l'exportation, ils montrent leur vrai visage, axé sur le profit sans éthique aucune.

Ce vent de fronde ne semble pas effrayer le responsable des affaires publiques chez Philip Morris, François Thoenen: Nous entretenons un dialogue constructif avec les autorités sur ce sujet. Leur approche est pragmatique. En langage moins diplomatique, on comprend que les cigarettiers estiment avoir les politiciens dans la poche...

Source: Le Matin - http://www.lematin.ch/actu/economie/precieux-poison-246129 (05 03 2010)
(12 03 2010)


 

Questionnaire sur la spiritualité

En collaboration avec des chercheurs de l'INSERM, nous conduisons une enquête par questionnaires sur la spiritualité. Merci de prendre quelques minutes pour y répondre, sur:

http://www.stoptabac.ch/cgi-bin/spiritu.pl?language=fr (03 03 2010)
(10 03 2010)


Gratuit: brochures, et autocollants


Vous pouvez retrouver ces nouvelles sur le tabagisme tous les jours ICI sur stop-tabac
Si vous ne désirez plus recevoir ces nouvelles, cliquez simplement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
" target="_blank">ici


Stop-tabac.ch est un programme de l’Institut de Médecine Sociale et Préventive de la Faculté de Médecine de l’Université de Genève, financé par le Département de l’Economie et de la Santé (Genève, Suisse) et par l'Office fédéral suisse de la santé publique (fonds de prévention du tabagisme).


Retour à la liste des newsletters