Les Newsletters de Stop-Tabac.ch

Webmasters - Proposez nos news sur votre site

Rechercher dans les anciennes newsletter:

01 novembre 2011

La newsletter de stop-tabac: les sujets clés de l?actualité mondiale sur le tabagisme

Sélection réalisée par Jean-François Etter

Le 1 novembre 2011


- Trop de sucre dans le tabac !
- Tabac: 2x plus d'Alzheimer
- Nicotine Replacement Prescribing Trends in a Large Psychiatric Hospital, Before and After Implementation of a Hospital-Wide Smoking Ban
- Chattez avec un médecin tabacologue


Trop de sucre dans le tabac !

Des cigarettes bonbons aux cigarillos desserts, tout est bon pour séduire de nouveaux consommateurs... les femmes et les jeunes.
Un test de 60 Millions de consommateurs, en partenariat avec le Comité National Contre le Tabagisme (CNCT).

Paris, CNCT - Près de 10 % de sucres dans un tabac à rouler, des cigarillos fortement aromatisés à la vanille Nous avons analysé en laboratoire la composition de vingtproduits aromatisés, des cigarettes, des tabacs à rouler, à pipe et à narguilé, des cigarillos et des papiers à rouler. Les résultats de nos analyses ont de quoi alerter ! Pour adoucir le goût du tabac et séduire de nouveaux consommateurs, en particulier les jeunes et les femmes, les fabricants ajoutent du sucre et des arômes dans leurs produits en toute opacité, puisque la composition ne figure pas sur les paquets.
Cette étude montre que les cigarettes analysées respectent le décret du 30 décembre 2009 qui interdit l'ajout d'édulcorants et limite la teneur en arômes de vanille et éthylvanilline.
Mais le seuil fixé n'est pas un seuil sanitaire et malheureusement, ce décret n'interdit pas aux fabricants de cigarettes et de tabac en général de continuer à vanter les arômes de confiserie de leurs produits (vanille, pomme, chocolat, barbe à papa...). Si la réglementation est respectée, ces saveurs sucrées restent donc une stratégie marketing importante pour les cigarettiers afin de recruter et fidéliser les consommateurs. Et le flou persiste quant aux autres arômes utilisés.

Par ailleurs, les autres produits du tabac ne sont pas concernés par la réglementation. Or l'étude a mis en évidence pour certains cigarillos des taux de vanilline et d'éthyvanilline jusqu'à 10 fois supérieurs à ce qui est autorisé pour les cigarettes.

De même, les édulcorants sont interdits sur la manchette (papier entourant le filtre) des cigarettes mais pas sur le papier pour le tabac à rouler. De fait, la présence de saccharinate de sodium a été notée sur l'un des deux papiers à rouler analysés.

Ainsi, 60 Millions de Consommateurs et le Comité National Contre le Tabagisme demandent que soit mis fin à ce vide réglementaire. Il apparaît nécessaire :
- D'avoir une réglementation qui concerne l'ensemble des produits du tabac et pas seulement les cigarettes ;
- D'étendre l'interdiction des arômes pour parvenir à une liste limitative et exclusive d'ingrédients autorisés, interdisant notamment l'utilisation de tout type d'arôme destiné à rendre les produits plus attractifs;
- D'imposer une plus grande transparence dans l'étiquetage. Aujourd'hui, un consommateur est mieux informé sur la composition d'un yaourt que sur celle d'un produit aussi nocif que le tabac.
Le mensuel 60 Millions de Consommateurs de novembre est en vente en kiosque le 27 octobre 2011 et en version électronique sur www.60millions-mag.com.
Source: CNCT
http://www.cnct.fr/images/site/20111024_095129cp_cnct___trop_de_sucre_dans_le_tabac___111024.pdf (25 10 2011)
(01 11 2011)


Tabac: 2x plus d'Alzheimer

Une enquête concernant 21123 sujets suivis en moyenne pendant 23 ans a permis d'établir le rôle du tabagisme dans la survenue de démences de type ALZHEIMER (DA) et de démence vasculaire (DV).

Le diagnostic de démence a été établi chez 5367 patients (25,4 % des sujets) se répartissant en 1 136 DA et 416 DV. Une fois les autres risques éliminés (âge, sexe, éducation, HTA, IMC, cardiopathie, diabète, AVC, alcool), le rôle du tabac a été précisé. Les gros fumeurs (plus de deux paquets par jour) paient un lourd tribut à la démence, le risque est majoré de plus de 100 %. Le tabagisme chronique intensif à l'âge adulte entraîne un risque évalué à 2,57 pour les DA et à 2,72 pour les DV.

Le tabagisme est un risque bien documenté d'AVC et peut augmenter le risque de DV par multi infarctus cérébraux. Mais cette étude montre que le tabagisme semble exercer un effet direct sur le cerveau en augmentant le stress oxydatif et l'inflammation, facteurs de MA. Les auteurs concluent que le tabagisme lèse le cerveau on s'en doutait !

Sources: Lettre de Tabac & Liberté
http://www.tabac-liberte.com/
et
RUSANENM. et coll. : Heavy Smoking inMidlife and Long-term Risk of Alzheimer Disease and Vascular Dementia. Arch Intern Med 2011 ; 171 : 333-339. (21 10 2011)
(01 11 2011)


Nicotine Replacement Prescribing Trends in a Large Psychiatric Hospital, Before and After Implementation of a Hospital-Wide Smoking Ban

Objective: We examined prescribing patterns for nicotine replacement therapies (NRTs) in a large psychiatric hospital, before and after the implementation of a smoking ban.

Method: We extracted 5 years of NRT utilization data from hospital pharmacy records. The ban went into effect on January 1, 2007. Data reflect NRT prescriptions from 2 years before and 3 years after the ban, and N = 30,908 total inpatient hospital admissions.

Results: The monthly rate of total NRT prescriptions increased after the ban from M = 254.25 (SD = 126.60) doses per month to M = 4,467.52 (SD = 1,785.87) doses per month (>1,700% increase, p < .0001). After the smoking ban, clinicians prescribed higher doses of transdermal (but not oral) NRT (Tukey, p < .0001). Comparisons of NRT prescribing across hospital units tentatively suggested that patients being treated on the substance use disorders unit were prescribed more doses of NRT, as well as higher doses of NRT compared with patients on other units. Analysis of trends over time showed no apparent downward trend for NRT usage during the 3 years following the smoking ban, suggesting that clinicians continued to treat nicotine dependence after smoking was restricted.

Conclusions: Clinicians are more likely to identify and treat symptoms of nicotine withdrawal when smoking is restricted. Hospitals should consider monitoring prescriptions for NRT as part of their ongoing quality assurance practices so that patients receive aggressive treatment of nicotine withdrawal symptomsan essential component of high-quality patient care.

Nicotine Tob Res (2011) doi: 10.1093/ntr/ntr026 First published online: April 4, 2011

Deborah Scharf, Ph.D., Tanya Fabian, Pharm.D., Ph.D., Cecilia Fichter-DeSando, M.P.M. and Antoine Douaihy, M.D. (14 04 2011)
(01 11 2011)



Retour à la liste des newsletters