Les Newsletters de Stop-Tabac.ch

Webmasters - Proposez nos news sur votre site

Rechercher dans les anciennes newsletter:

11 janvier 2011

La newsletter de stop-tabac: les sujets clés de l?actualité mondiale sur le tabagisme

Sélection réalisée par Jean-François Etter

Le 11 Janvier 2011


- Champix: Après la clope, le suicide?
- Suisse: Razzia sur le snus
- Liens vers Stop-tabac svp


 

Champix: Après la clope, le suicide?

Le médicament pour arrêter de fumer Champix est soupçonné aux Etats-Unis de pousser au suicide. Il est aussi vendu en Suisse. Les spécialistes recommandent la prudence.

Les bonnes résolutions des fumeurs pour 2011 risquent de prendre un méchant coup. En tout cas pour ceux qui comptaient sur le médicament Champix pour arrêter de fumer. Le produit, qui diminue les symptômes de sevrage tabagique et réduit le plaisir de fumer, fait actuellement l'objet de 1200 plaintes aux Etats-Unis. Principal reproche: il entraînerait des états suicidaires, voir même des passages à l'acte. Selon le principal avocat des plaignants, le Champix, appelé Chantix outre-Atlantique, serait responsable de plus d'une centaine de suicides. Le médicament réputé pour doubler les chances d'arrêter de fumer a été homologué en Suisse en 2006.

La Suisse attend

Cette vague de plaintes aux Etats-Unis va-t-elle changer la donne chez nous? Non, répond l'Institut suisse des produits thérapeutiques. La situation actuelle n'implique pas de mesure particulière de notre part, explique Petra Dörr, cheffe d'état-major à Swissmedic. L'apparition d'idées suicidaires, de tentatives de suicides et de suicides en relation avec la prise de Champix est connue en Suisse depuis 2008. Nous en avons informé les professionnels de la santé et adapté nos textes d'information pour ce médicament, précise la spécialiste. Pour l'instant, Swissmedic estime que les effets bénéfiques du médicament l'emportent sur les risques éventuels que la substance fait courir au patient.

Après deux ans de commercialisation, moins de 50 cas d'effets indésirables ont été rapportés en Suisse. Une petite dizaine de cas concernait des symptômes neuropsychiatriques, mais aucun n'était en relation avec des idées ou comportements suicidaires.

Grandes précautions

Alors, dangereux ou pas, le Champix? Le site de conseils Stop-tabac.ch liste toujours la substance parmi les médicaments qui aident à arrêter de fumer, non sans mettre en garde contre l'apparition de symptômes psychiatriques. Il faut manier ce produit avec beaucoup de précautions, avertit le Dr Jacques Cornuz, responsable de la consultation de tabacologie de la Policlinique médicale universitaire et du CHUV. Nous ne le recommandons pas prioritairement, compte tenu de ses effets secondaires potentiels. Pour lui, il convient tout d'abord de vérifier si le patient n'a pas d'antécédents psychiatriques, qui pourraient être aggravés par le médicament. Il faut ensuite l'informer des risques possibles et assurer un suivi médical sérieux du traitement. Au final, ces mises en garde découragent nombre de fumeurs qui souhaitent recourir au Champix, note Jacques Cornuz. Ceux-ci sont alors orientés vers des substituts de nicotine, comme les gommes ou les patches, pour les aider à abandonner la cigarette.

Le labo nie en bloc

Le laboratoire Pfizer, fabricant du Champix, souligne qu'il n'existe pas de preuve scientifique que le médicament ait provoqué les accidents neurologiques rapportés par les plaignants. Le traitement est efficace et nous avons l'intention de défendre ce médicament utile, a déclaré Victoria Davis, porte-parole du laboratoire.

Reste que si les plaignants devaient gagner contre Pfizer, il n'est pas exclu que l'agence américaine du médicament, la Food and Drug Administration, décide de retirer le produit du marché. Des retraits pourraient alors avoir lieu dans d'autres pays, y compris en Suisse. Médicaments à risque?

Plusieurs médicaments sont sous le feu de la critique en ce début d'année 2011. L'antidépresseur Valdoxan, homologué par Swissmedic en octobre, est pointé du doigt par la revue indépendante française Prescrire. Si le médicament permet de réguler le sommeil chez les dépressifs, il est probable qu'il ait un effet toxique sur le foie, selon la publication. Prescrire relève aussi que l'antidépresseur n'aurait pas été comparé valablement aux autres médicaments du même type. La revue médicale exige aussi le retrait du marché d'un autre produit potentiellement dangereux, le principe actif nimésulide, commercialisé en Suisse sous le nom d'Aulin ou de Nisulid. Cet anti-inflammatoire serait à l'origine d'hépatites graves ayant nécessité des greffes de foie. Depuis la première autorisation de ce médicament, Swissmedic a adapté l'information du produit plusieurs fois.

Source: Simon Koch - le 07 janvier 2011 - Le Matin

http://www.lematin.ch/actu/suisse/clope-suicide-370369 (10 01 2011)
(11 01 2011)


 

Suisse: Razzia sur le snus

La consommation du tabac à chiquer suédois explose en Suisse, où il a été question d'en légaliser la vente. Présentation d'un produit nocif mais qui peut se consommer légalement, y compris dans les lieux publics.

Par Margaux Fritschy, Largeur.com

Le snus s'achète emballé dans un minisachet de thé. Ou en vrac dans sa petite boîte ronde. Le consommateur le place derrière la lèvre supérieure et le garde pendant quelques minutes, ou des heures. Ce tabac humide au goût amer et salé infuse dans la bouche et transmet rapidement la nicotine dans le sang. Pas de fumée, donc pas de désagrément pour l'entourage.

La consommation de snus a été dopée par la vague internationale d'interdiction de fumer dans les lieux publics. Il est pourtant interdit à la vente mais pas à la consommation en Suisse et dans l'Union européenne. Parce que le snus fait partie de sa culture, la Suède a obtenu une dérogation.

Ce tabac sans fumée séduit notamment dans les milieux sportifs. Ainsi, T., hockeyeur professionnel dans une grande équipe romande, consomme des sachets de snus depuis quatre ans, un produit qu'il commande légalement sur un site internet suédois.

Je ne sens pas d'effet particulier. Mais les jours de match, j'en consomme davantage parce que je suis excité: j'en ai besoin, explique le sportif, qui précise qu'il n'a jamais été fumeur. Dans son équipe, la moitié des joueurs, initiés par des collègues scandinaves, en consomment.

Ces dernières années, les douanes suisses ont observé une hausse régulière des volumes importés, passant d'une tonne en 2006 à plus de 12 tonnes en 2010. Aux Etats-Unis, le snus est commercialisé par des grandes marques, telles que Camel et, depuis quelques mois, Marlboro.

Les sachets de snus ont fait parler d'eux à Berne. En septembre 2009, le conseiller national Christian Wasserfallen (PLR/ BE) souhaitait ouvrir le débat sur l'autorisation à la vente. L'exécutif a préféré l'interdire. Un sachet contient jusqu'à deux fois plus de nicotine qu'une cigarette, donc davantage de risque de dépendance.

Depuis, le député radical a retourné sa veste. Je pensais que le snus pouvait devenir un produit de substitution à la cigarette, explique Christian Wasserfallen. Mais étant donné la légère et continue diminution de fumeurs en Suisse, je me dis que notre population n'en a pas besoin.

Cela reste un produit cancérigène, rappelle Jean-Charles Rielle du Cipret, le Centre de prévention contre le tabagisme. Le médecin craint aussi que le tabac nordique séduise les jeunes. Ce produit est à la mode dans cette tranche d'âge en Suède et en Amérique du Nord. C'est un risque que nous ne voulons pas prendre en Suisse.

Source: http://www.largeur.com/?p=3311 (22 12 2010)
(11 01 2011)


 

Liens vers Stop-tabac svp

Merci de mettre des liens vers stop-tabac.ch depuis vos sites, blogs, Facebook, Twitter etc. C'est vital pour le site! Merci ++ d'y consacrer un peu de temps. (17 11 2010)
(11 01 2011)


Gratuit: brochures, et autocollants


Vous pouvez retrouver ces nouvelles sur le tabagisme tous les jours ICI sur stop-tabac
Si vous ne désirez plus recevoir ces nouvelles, cliquez simplement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
" target="_blank">ici


Stop-tabac.ch est un programme de l’Institut de Médecine Sociale et Préventive de la Faculté de Médecine de l’Université de Genève, financé par le Département de l’Economie et de la Santé (Genève, Suisse) et par l'Office fédéral suisse de la santé publique (fonds de prévention du tabagisme).

 


Retour à la liste des newsletters