Les Newsletters de Stop-Tabac.ch

Webmasters - Proposez nos news sur votre site

Rechercher dans les anciennes newsletter:

10 août 2010

La newsletter de stop-tabac: les sujets clés de l?actualité mondiale sur le tabagisme

Sélection réalisée par Jean-François Etter
Le 10 Aout 2010


- Fumer oui, mais en toute sécurité une campagne de mauvaise foi crée la polémique !
- La Commission européenne et le groupe British American Tobacco signent un accord pour lutter contre le commerce illicite du tabac
- Stop-Smoking Aid Chantix Sparks Safety Concerns


 

Fumer oui, mais en toute sécurité une campagne de mauvaise foi crée la polémique !

Lille, le mardi 27 juillet 2010 Le cigarettier British American Tobacco (BAT) multiplie les coups d'éclat ces dernières semaines. Après avoir annoncé la baisse des prix de plusieurs de ces produits, une décision tout à fait légale mais pourtant fortement contestée, il vient de lancer une campagne d'information que certains estiment des plus douteuses. Lancée à Lille, en partenariat avec la confédération des buralistes et avec le soutien du député UMP du Nord, Thierry Lazaro, cette opération de communication vise les cigarettes de contrebande. Le slogan n'hésite pas à marteler : Fausse cigarette, vrai risque . Il est en effet souvent rappelé que le tabac de contrebande présente des substances toxiques accrues par rapport aux cigarettes dûment manufacturées. BAT n'hésite pas ainsi à citer à l'envie plusieurs études de l'Institut de criminologie de l'université Paris II qui mettraient en évidence un risque cancérigène plus important lié à ces cigarettes. De même en juillet dernier, lors d'une réunion organisée par l'organisation mondiale de la Santé (OMS) dédiée à la lutte contre le tabac, il avait été rappelé comment les cigarettes contrefaites, qui dans l'union Européenne, proviennent dans 80 % des cas de Chine, contiennent 80 % de nicotine et 130 % de monoxyde de carbone en plus par rapport aux marques légales. Par ailleurs, comme le souligne également BAT, les trafics de fausses cigarettes sont souvent le fait de mafias dangereuses. Ainsi exposé, le visage de la contrebande de cigarettes semble bien mériter qu'on le dénonce, quand bien même les dénonciateurs seraient eux-mêmes des vendeurs de tabac.

Des bénéfices qui partent en fumée

Cependant, la campagne de BAT est bien moins innocente et désintéressée qu'il n'y paraît. En effet, pour sensibiliser les Français, l'affiche interroge : Et vous, vous achetez où vos cigarettes . Or, la question ne semble pas seulement viser ceux qui s'entichent de cigarettes contrefaites mais aussi ceux qui préfèrent s'approvisionner en tabac de marque mais à l'étranger ou par le biais de réseaux illégaux. Parmi les 264 tonnes de tabac saisies par les douanes en 2009, seules 56,5 tonnes étaient des cigarettes contrefaites potentiellement plus dangereuses pour le consommateur. Plus fréquemment, les saisies concernent des produits de marque, écoulés par des trafiquants avides d'échapper aux taxes (d'ailleurs certains industriels ont été soupçonnés d'alimenter ces réseaux). On compte en outre 10,7 tonnes de produits de tabac achetés par des consommateurs Français dans des pays où les cigarettes sont moins chères. Ici, le risque supplémentaire pour la santé est nul. Il l'est moins pour la santé financière de BAT, qui clame que 22 % des cigarettes fumées en France le sont en dehors du réseau officiel, ce qui représente autant de manque à gagner pour les industriels (et pour l'Etat, ajoute in petto le géant du tabac !). Ces chiffres sont également utilisés par BAT comme un argument auprès des pouvoirs publics pour contester la légitimité des hausses des prix du tabac. La firme assure en effet que si la consommation est repartie à la hausse dans notre pays, c'est en raison d'une diminution des achats transfrontaliers.

Publicité détournée

Lancée quelques jours après l'entrée en vigueur de la loi interdisant la vente de tabac aux mineurs, cette campagne ne pouvait que s'attirer les foudres de ceux qui luttent contre les méfaits de la cigarette. Personne ne sait vraiment ce qu'il y a dans les cigarettes de contrebande, mais ce que l'on sait, c'est que les cigarettes légales tuent la moitié de leur consommateur a ainsi tonné le professeur Gérard Dubois, président de l'Alliance contre le tabac. De leur côté, les publicitaires ont estimé que cette campagne paraissait contrevenir à l'interdiction de toute promotion des produits du tabac en France.

Source: Aurélie Haroche - http://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/00/01/CD/06/document_actu_pro.phtml (29 07 2010)
(09 08 2010)


 

La Commission européenne et le groupe British American Tobacco signent un accord pour lutter contre le commerce illicite du tabac

La Commission européenne a annoncé aujourd'hui la conclusion, avec British American Tobacco (BAT), d'un accord pluriannuel de coopération dans le domaine de la lutte contre le commerce illicite des produits du tabac. En vertu de cet accord légalement contraignant, BAT collaborera avec la Commission européenne, son office de lutte antifraude (OLAF) et les services répressifs des États membres pour combattre la contrebande et la contrefaçon des cigarettes. Par ailleurs, BAT versera à la Commission et aux États membres, au cours des vingt prochaines années, des montants considérables d'un total de 200 millions USD (134 millions EUR). Cette initiative devrait contribuer de manière appréciable aux efforts entrepris par l'Union européenne pour lutter contre le commerce illicite du tabac, qui chaque année prive l'UE et les États membres de milliards d'euros de recettes.

Le Président de la Commission, José Manuel Barroso, s'est exprimé en ces termes: Je me félicite de cet accord important qui permettra à l'UE de mieux protéger ses intérêts financiers et d'être mieux armée pour lutter contre la contrebande et la contrefaçon des cigarettes.

Le commissaire chargé de la fiscalité et de l'union douanière, de l'audit et de la lutte antifraude, M. Algirdas emeta, a quant à lui déclaré: Le commerce illicite des cigarettes occasionne chaque année la perte de recettes fiscales et douanières atteignant des milliards d'euros. Dans le contexte actuel de crise économique, nous devons prendre toutes les mesures possibles pour mettre un terme à cette activité illicite coûteuse. L'accord signé aujourd'hui contribuera de manière appréciable à combattre le commerce illicite des cigarettes et adressera aux délinquants un message fort les avertissant qu'ils auront désormais affaire à la fois aux autorités et à l'industrie.

Lutte contre la contrefaçon et la contrebande

On estime que la contrefaçon et la contrebande des produits du tabac coûtent chaque année à l'UE et aux États membres jusqu'à 10 milliards EUR en taxes non acquittées. La contrefaçon et les autres formes de contrebande créent en outre une chaîne d'approvisionnement parallèle illégale qui met en péril les canaux de distribution licites et concurrence de façon déloyale les produits authentiques distribués au moyen de ces canaux. Le commerce illicite des cigarettes est souvent utilisé pour financer des activités plus sombres telles que le terrorisme et la criminalité organisée. Ce sont toutes ces raisons qui ont amené la Commission et les États membres de l'UE à faire de la lutte contre la contrefaçon et la contrebande de cigarettes une priorité importante.

Au cours des dernières années, malgré les résultats positifs des mesures prises par l'UE, les États membres et l'industrie, la contrebande et la contrefaçon des cigarettes ont continué à se diversifier et à s'amplifier. La Commission a donc intensifié ses efforts en matière de lutte contre le commerce illicite des cigarettes de contrefaçon. Elle a notamment coopéré avec les services répressifs des États membres et des pays tiers afin d'étudier la problème de la contrefaçon des cigarettes, de cibler et d'interrompre leur production, ainsi que d'enregistrer et de poursuivre les saisies dans l'UE de manière à déterminer la source du produit et d'autres informations utiles.

Un accord visant à améliorer la lutte contre la contrebande

L'accord signé aujourd'hui, et dont le BAT a été l'initiateur, témoigne du fait que la coordination et la coopération entre des fabricants tels que BAT et les services répressifs de l'Union européenne peut contribuer de manière appréciable au succès de la lutte contre le commerce illicite des produits du tabac.

Il prévoit des dispositions rigoureuses et des procédures de coopération et d'échange de renseignements qui permettront aux services répressifs de prendre des mesures plus efficaces contre les délinquants, en Europe et dans le reste du monde. En outre, le groupe BAT, sur la base des contrôles déjà mis en place au niveau de sa chaîne d'approvisionnement, renforcera les procédures de sélection et de surveillance de sa clientèle et améliorera ainsi sa capacité de suivi et de localisation de certains emballages, ce qui lui permettra d'aider davantage les services répressifs européens dans leur lutte contre le commerce illicite des cigarettes. L'accord reprend également les programmes de mise en conformité existants de BAT et les intègre dans un cadre contractuel global.

Il comprend par ailleurs des procédures poussées de localisation de produits, afin de permettre aux instances répressives d'établir les sources et la destination des marques appartenant au groupe BAT et de s'assurer de l'absence de contrefaçon. Conformément à l'accord, BAT indiquera sur certains emballages le marché de vente au détail prévu, apposera sur les caisses[1] de cigarettes des codes-barres lisibles par machine et mettra en uvre d'autres procédures utiles pour le suivi et la localisation de ses produits.

Ces obligations sont conformes aux dispositions de lutte contre la contrebande de la convention-cadre de l'Organisation mondiale de la santé pour la lutte anti-tabac et appuieront les efforts entrepris par l'UE en faveur de l'adoption, dans le cadre de cette convention, d'un protocole ambitieux relatif à l'élimination du commerce illicite des produits du tabac.

Aux avantages susmentionnés viendront s'ajouter les montants considérables que le groupe BAT s'est engagé à verser sur plusieurs années à l'Union européenne et aux États membres participants. BAT a en effet accepté de verser un montant total de 200 millions USD (134 millions EUR) sur 20 ans.

BAT s'est également engagé, dans le cadre de l'accord, à effectuer des versements dans le cas où des produits BAT authentiques dépassant des quantités déterminées seraient saisis dans l'Union européenne. Ces versements pourront bénéficier à tous les États participants.

____________________________

[1] On entend par caisses les emballages contenant environ 10 000 cigarettes.

Pour consulter le texte de l'accord, voir:

http://ec.europa.eu/anti_fraud/budget/index_en.html

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/semeta/index_en.htm

Source http://ec.europa.eu/luxembourg/news/frontpage_news/206_2010_fr.htm (26 07 2010)
(06 08 2010)


 

Stop-Smoking Aid Chantix Sparks Safety Concerns

Researchers Focus on 26 Reports of Chantix and Aggression or Violence; Drugmaker Says No Cause-Effect Evidence Exists

-- Evidence is accumulating that the stop-smoking drug Chantix is linked with unprovoked acts and thoughts of aggression and violence, according to a new report.

The drug is so potentially dangerous that its use should be restricted to exclude police, military, and similar occupations in which workers carry weapons, says Thomas J. Moore, senior scientist for drug safety and policy at the Institute for Safe Medication Practices in Horsham, Pa. Moore is one of three co-authors of the new report on the drug, published in the Annals of Pharmacotherapy...
http://www.webmd.com/smoking-cessation/news/20100727/stop-smoking-aid-chantix-sparks-safety-concerns
By Kathleen Doheny
WebMD Health News
Reviewed by Louise Chang, MD
(02 08 2010)
(04 08 2010)


Gratuit: brochures, et autocollants


Vous pouvez retrouver ces nouvelles sur le tabagisme tous les jours ICI sur stop-tabac
Si vous ne désirez plus recevoir ces nouvelles, cliquez simplement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
" target="_blank">ici


Stop-tabac.ch est un programme de l’Institut de Médecine Sociale et Préventive de la Faculté de Médecine de l’Université de Genève, financé par le Département de l’Economie et de la Santé (Genève, Suisse) et par l'Office fédéral suisse de la santé publique (fonds de prévention du tabagisme).

 


Retour à la liste des newsletters