Les Newsletters de Stop-Tabac.ch

Webmasters - Proposez nos news sur votre site

Rechercher dans les anciennes newsletter:

23 février 2010

Nouvelles sur le tabagisme de Stop-tabac.ch
Préparées par Jean-François Etter
Le 23 Février 2010


- Brochure: Neurosciences de l'addiction
- Réduire sa consommation de tabac, c'est très bon aussi
- Offre d'emploi: Secrétaire général(e) de Santé Publique Suisse


 

Brochure: Neurosciences de l'addiction

Le Collège romand de médecine de l'addiction publie la brochure 'Neurosciences de l'addiction'

Le Collège romand de médecine de l'addiction (COROMA), le Groupe d'experts Formation Dépendances (GFD) soutenu par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Société suisse de médecine de l'addiction (SSAM) ont le plaisir de présenter au public intéressé une brochure d'information sur les neurosciences de l'addiction. Ce travail de vulgarisation scientifique dans un domaine d'actualité en plein essor répond à un véritable besoin de tous les professionnels concernés et même du grand public. En effet, la thématique de l'addiction est sujette à des a priori et à des débats conflictuels fondés avant tout sur des opinions qui méritent un échange scientifique actualisé. Le concept d'addictologie érige une nouvelle science interdisciplinaire fondée sur les savoirs (logos). Dans cette interdisciplinarité, de nombreuses professions et spécialités jouent un rôle important. La médecine de l'addiction, quant à elle, compte beaucoup sur la neurobiologie pour faire avancer diagnostics et traitements, mais n'oublie pas que l'approche des personnes souffrant de pathologies complexes doit toujours se faire de manière holistique et multidimensionnelle. Par exemple, pour les troubles mentaux, des vulnérabilités biologiques, psychologiques et sociales s'expriment en fonction du contexte et de l'environnement.

http://www.romandieaddiction.ch/pdf/Professionnel/Neurosciences/COROMA_broch_definitive.pdf (03 02 2010)
(22 02 2010)


 

Réduire sa consommation de tabac, c'est très bon aussi

Pour la première fois cette étude publiée dans une importante revue de cardiologie démontre que si arrêter de fumer c'est bien, réduire sa consommation apporte également un bénéfice important en terme de survie avec une réduction de la mortalité de 18% pour chaque réduction de 5 cigarettes/jour.

Le but de cette étude était de comparer chez des patients ayant eu un infarctus du myocarde, l'influence du tabagisme, en évaluant s'il y avait une différence de survie entre ceux qui n'avaient jamais fumé, ceux qui avaient arrêté avant leur infarctus et ceux qui continuaient à fumer, en tenant compte néanmoins d'une éventuelle réduction du nombre de cigarettes.

On sait déjà, qu'arrêter de fumer après un infarctus améliore la survie des patients. Pourtant ces données ont toujours été mesurées sans suivi précis de la consommation de cigarettes. Ici, seuls des patients jeunes ont été inclus dans l'étude, tous ayant moins de 65 ans. Ils étaient 1521 patients au début de l'étude. Les habitudes tabagiques ont été obtenues à l'inclusion et au moins 4 fois par la suite au cours de visites de contrôle. Au moment de leur infarctus, 27% n'avaient jamais fumé, 20% avaient cessé, et les autres fumaient encore. Après leur infarctus, la majorité des fumeurs a tenté d'arrêter et 35% ont réussi à rester abstinents.

Lors de leur inclusion, les fumeurs étaient en moyenne plus jeune, et avaient proportionnellement moins d'hypertension ou de diabète que les non fumeurs. Le suivi a duré 13,2 années. pendant cette période, 427 patients sont décédés

L'étude confirme comme attendu que l'arrêt du tabac prolonge leur survie. Par rapport aux patients toujours fumeurs après leur infarctus, le risque de mortalité en tenant compte des autres facteurs de risque, est réduit de 43% pour ceux n'ayant jamais fumé, de 50% pour ceux qui ont arrêté avant leur infarctus, et de 37% pour ceux qui ont arrêté après. Mais, la donnée importante de cette étude est surtout que ceux qui ont tenté d'arrêter et ont réduit leur consommation de cigarettes, ont parallèlement réduit leur risque de décès de 18% pour chaque réduction de 5 cigarettes quotidiennes.

L'arrêt du tabac a un effet bénéfique très puissant : l'arrêt du tabac apporte un bénéfice de survie comparable à ce qu'apportent les médicaments prescrits chez les patients à risque de maladie cardiaque tels que les réducteurs de cholestérol (statines), l'aspirine ou les bêta-bloquants.

Source : Thierry MONOD
http://www.docbuzz.fr/2010/01/20/123-arreter-de-fumer-cest-tres-bien-reduire-sa-consommation-cest-deja-pas-mal/

Smoking Status and Long-Term Survival After First Acute Myocardial Infarction
Yariv Gerber, Laura J. Rosen, Uri Goldbourt, Yael Benyamini, Yaacov Drory J Am Coll Cardiol, 2009; 54:2382-2387, doi:10.1016/j.jacc.2009.09.020 (21 01 2010)
(19 02 2010)


 

Offre d'emploi: Secrétaire général(e) de Santé Publique Suisse

Santé publique Suisse est l'organisation faîtière des professionnels de santé publique. Elle regroupe près de 750 membres. Son travail est inhérent à plusieurs domaines tels que la science, la formation, la pratique et la politique.

Nous cherchons pour le 1er août ou une date à convenir

un(e) secrétaire général(e) Taux d'occupation: 80%

Vos fonctions

Vous êtes responsable de la direction opérationnelle de Santé publique Suisse et participer activement aux différents processus liés à la politique de la santé. Vous organisez la conférence annuelle de Santé publique Suisse, coordonnez les différents organes spécialisés, donnez les inputs au niveau du contenu, assurez le contact direct avec les experts des milieux de la politique, de la science et de la pratique. Vous travaillez au sein d'une petite équipe motivée à Berne et entretenez le contact avec un grand réseau de membres bénévoles.

Votre profil

Vous êtes titulaire d'un Master en santé publique ou d'une formation équivalente et faites preuve d'expérience professionnelle dans le domaine de la prévention, de la promotion de la santé et de la santé publique. La gestion de projets et la recherche de fonds ne vous sont pas étrangères et vous connaissez bien la communauté de santé publique. Vous avez le sens de l'organisation et de la négociation, disposez de beaucoup d'entregent et maîtrisez l'art de la communication. Une attitude professionnelle est importante à vos yeux. Vous possédez de très bonnes capacités de rédaction et de communication en français et en allemand et maîtrisez l'anglais.

Vos perspectives

En plus d'un environnement professionnel intéressant, nous vous offrons des conditions d'engagement avantageuses et un lieu de travail bien placé en ville de Berne.

Markus Kaufmann, actuel Secrétaire général, est à votre disposition pour tout renseignement complémentaire (031 389 92 86).

Nous nous réjouissons de faire votre connaissance et vous remercions de faire parvenir votre dossier de candidature jusqu'au 22 mars 2010 à:

Ursula Zybach, Présidente Santé publique Suisse, Case postale 8172, 3001 Berne. www.public-health.ch (05 02 2010)
(17 02 2010)


Gratuit: brochures, et autocollants


Vous pouvez retrouver ces nouvelles sur le tabagisme tous les jours ICI sur stop-tabac
Si vous ne désirez plus recevoir ces nouvelles, cliquez simplement


Stop-tabac.ch est un programme de l’Institut de Médecine Sociale et Préventive de la Faculté de Médecine de l’Université de Genève, financé par le Département de l’Economie et de la Santé (Genève, Suisse) et par l'Office fédéral suisse de la santé publique (fonds de prévention du tabagisme).


Retour à la liste des newsletters