Les Newsletters de Stop-Tabac.ch

Webmasters - Proposez nos news sur votre site

Rechercher dans les anciennes newsletter:

27 octobre 2009


Nouvelles sur le tabagisme de Stop-tabac.ch
Préparées par Jean-François Etter
Le 27 Octobre 2009

 


- Le président de la fédération des buralistes d'Ile de France vendait des cigarettes à des ados
- Absence de restriction à la publicité des multinationales du tabac sur internet
- Life expectancy in relation to cardiovascular risk factors: 38 year follow-up of 19 000 men in the Whitehall study


 

Le président de la fédération des buralistes d'Ile de France vendait des cigarettes à des ados

C'est un témoignage troublant que livrait mercredi matin (7 oct.), sur RTL, le professeur Yves Martinet, président du Comité National Contre le Tabagisme. Il affirme avoir pris, sur le fait, le président des buralistes d'Ile de France vendant des cigarettes à des mineurs. Une action en justice a été engagée pour infraction à l'interdiction de vente de tabac aux mineurs de moins de 16 ans.

Au cours d'une année d'observations, plusieurs testings réalisés sous contrôle d'huissiers ont montré que l'établissement de Gérard Bohélay, président de la fédération des buralistes d'Ile de France, ne contrôlait pas l'identité des jeunes mais surtout acceptait la vente de tabac à des mineurs de 15, 14, 13, 12, ou 11 ans... Le bureau de tabac de Mr Bohélay est l'unique bureau qui a été testé.

Paradoxalement, en septembre 2009 Gérard Bohélay déclarait : "Oui ! Notre corporation a toujours défendu l'information et la prévention contre le tabagisme et plus particulièrement envers les jeunes, alors nous n'avons pas de leçons à recevoir...". Déjà en 2006, une étude du Comité National Contre le Tabagisme (CNCT) montrait que moins de 25% des buralistes appliquaient la loi qui interdit la vente aux mineurs de moins de 16 ans.

D'après le CNCT, plus de 3 buralistes sur 4, ne respectent pas la législation sur la vente de tabac aux mineurs. Contacté, Gérard Bohélay, le buraliste visé, n'a pas souhaité s'exprimer avant l'audience.

Auteur : Vincent Parizot
Source:
http://www.rtl.fr/fiche/5928843292/le-president-de-la-federation-des-buralistes-d-ile-de-france-vendait-des-cigarettes-a-des-ados.html


 

Absence de restriction à la publicité des multinationales du tabac sur internet

Les multinationales du tabac utilisent les réseaux sociaux sur internet pour faire de la publicité pour leurs cigarettes. Loin de tout contrôle, elles ont ainsi la tâche facile pour attirer les jeunes gens vers le tabagisme, explique l'Association suisse pour la prévention du tabagisme.

Plus de 150 pays ont imposé des restrictions de publicité aux produits du tabac, à la télévision, à la radio et dans les journaux. Par contre, les multinationales du tabac peuvent continuer à faire de la publicité sans restriction dans les médias en ligne. Dans ce but, elles se tournent essentiellement vers les réseaux sociaux comme Facebook ou YouTube.

Facebook est le réseau social sur internet le plus utilisé au monde. C'est par ce biais qu'en Suisse comme ailleurs, de nombreuses personnes, jeunes pour la plupart, se font des amis et discutent de leurs intérêts communs. Ces réseaux déjà constitués sont du pain béni pour les multinationales qui les utilisent à des fins publicitaires.

Publicité à bon compte
Ces nouveaux médias non réglementés sont souvent plus efficaces que la publicité traditionnelle pour gagner de nouveaux clients, explique Betty Freeman, spécialiste des réseaux sociaux pour la prévention du tabagisme à l'université de Sydney.

Loin de tout contrôle, les multinationales du tabac utilisent les réseaux sociaux pour faire irruption dans la vie des adolescents et des jeunes adultes, écrit l'Association suisse pour la prévention du tabagisme. Elles essaient par ce biais de gagner la confiance de ces groupes sociaux.

Les multinationales du tabac ont créé leurs propres pages sur Facebook pour des marques de cigarettes connues. Elles les utilisent pour se faire des amis et les familiariser avec les produits du tabac. Les utilisateurs peuvent y insérer leurs propres contenus et attirer l'attention d'autres participants de Facebook sur ce réseau publicitaire.

Ainsi, les marques de cigarettes se font connaître directement des jeunes gens. Facebook montre à quel point les multinationales du tabac sont capables d'innover quand il s'agit de gagner de nouveaux clients en ligne.

Convention internationale interdisant la publicité pour le tabac
La convention-cadre de l'OMS pour la lutte anti-tabac (CCLAT) demande l'interdiction de toute forme de publicité et de promotion des ventes pour le tabac. La Suisse a signé cette convention en 2004. Le Conseil fédéral a ainsi exprimé sa volonté politique de mettre en uvre les exigences de cette convention dans notre pays.

En Suisse, la publicité pour les produits du tabac est interdite à la radio et la télévision. De même, toute publicité visant spécialement les jeunes de moins de 18 ans est aussi interdite. De plus en plus de cantons interdisent par ailleurs l'affichage pour ces produits dans les lieux publics.

Par contre, la plupart des cantons autorisent les spots pour le tabac dans les cinémas après 19 heures, la publicité dans les médias imprimés (dans la partie annonces), le parrainage d'événements culturels et sportifs, les concours nationaux et la promotion directe des ventes (par exemple par des hôtesses dans des clubs).

Source: Association suisse pour la prévention du tabagisme, info(à)at-schweiz.ch, et
B. Freeman, S. Chapman, Gone viral? Heard the buzz? A guide for public health practitioners and researchers on how Web 2.0 can subvert advertising restrictions and spread health information, in: Journal of Epidemiology and Community Health 2008; 62: 778-782 http://jech.bmj.com


 

Life expectancy in relation to cardiovascular risk factors: 38 year follow-up of 19 000 men in the Whitehall study

Objective To assess life expectancy in relation to cardiovascular risk factors recorded in middle age. Design Prospective cohort study.

Setting Men employed in the civil service in London, England.

Participants 18 863 men examined at entry in 1967-70 and followed for 38 years, of whom 13 501 died and 4811 were re-examined in 1997.

Main outcome measures Life expectancy estimated in relation to fifths and dichotomous categories of risk factors (smoking, "low" or "high" blood pressure (140 mm Hg), and "low" or "high" cholesterol (>=5 mmol/l)), and a risk score from these risk factors.

Results At entry, 42% of the men were current smokers, 39% had high blood pressure, and 51% had high cholesterol. At the re-examination, about two thirds of the previously "current" smokers had quit smoking shortly after entry and the mean differences in levels of those with high and low levels of blood pressure and cholesterol were attenuated by two thirds. Compared with men without any baseline risk factors, the presence of all three risk factors at entry was associated with a 10 year shorter life expectancy from age 50 (23.7 v 33.3 years). Compared with men in the lowest 5% of a risk score based on smoking, diabetes, employment grade, and continuous levels of blood pressure, cholesterol concentration, and body mass index (BMI), men in the highest 5% had a 15 year shorter life expectancy from age 50 (20.2 v 35.4 years).

Conclusion Despite substantial changes in these risk factors over time, baseline differences in risk factors were associated with 10 to 15 year shorter life expectancy from age 50.

http://www.bmj.com/cgi/doi/10.1136/bmj.b3513

http://www.bmj.com/cgi/reprint/339/sep16_3/b3513

BMJ 2009;339:b3513



Retour à la liste des newsletters