Les Newsletters de Stop-Tabac.ch

Webmasters - Proposez nos news sur votre site

Rechercher dans les anciennes newsletter:

13 octobre 2009


Nouvelles sur le tabagisme de Stop-tabac.ch
Préparées par Jean-François Etter
Le 13 Octobre 2009

 


- Mises en garde contre les cigarettes électroniques (ou e-cigarettes)
- Ne pas fumer diminue par trois le risque de crise cardiaque
- Varenicline and suicidal behaviour: a cohort study based on data from the General Practice Research Database


 

Mises en garde contre les cigarettes électroniques (ou e-cigarettes)

Bien que les cigarettes électroniques soient présentées comme des substituts tabagiques plus sécuritaires et, dans certains cas, comme une aide au sevrage, elles peuvent présenter des risques pour la santé, ont mis en garde les autorités de santé de différents pays.

Les cigarettes électroniques produisent une vapeur semblable à de la fumée et un voyant lumineux situé à l'extrémité simule une fausse combustion. Un mécanisme de distribution à batterie vaporise et distribue un mélange chimique liquide composé de nicotine, de propylène de glycol et d'autres substances chimiques.

En septembre 2008, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) émettait une mise en garde contre ce produit qui contient "des additifs chimiques qui peuvent être très toxiques". Aucune étude scientifique toxicologique ou clinique n'a été menée à ce jour, avertissait M. Douglas Bettcher, directeur du département anti-tabac de l'OMS, et "tant que cela n'a pas été fait l'innocuité et l'efficacité du produit ne peuvent être garanties", ajoutait-il.

En France, la Direction générale de la santé (DGS) et l'Afssaps ont indiqué que les cigarettes électroniques peuvent contenir des substances chimiques telles que le propylène de glycol qui est un solvant irritant ou des dérivés terpéniques qui "pourraient avoir une incidence" en cas d'antécédents d'épilepsie.

En mars 2009, Santé canada conseillait de ne pas utiliser les cigarette électroniques. La vente de ces produits est non conforme à la Loi sur les aliments et drogues, précisait-il, car aucune cigarette électronique n'a obtenu d'autorisation de mise en marché au Canada.

Aux États-Unis, en juillet 2009, la Food and Drug Administration (FDA) en a interdit l'importation et lancé un avertissement à leur encontre.

Par ailleurs, certaines publicités de cigarettes électroniques (ou e-cigarette) sur internet risquent d'être trompeuses pour les consommateurs. Des sites proposent un essai gratuit moyennant des frais d'envoi. Mais, comme l'indiquent de petits caractères en bas de page, le consommateur s'engage ainsi à acheter le produit tous les mois et à le voir facturé sur sa carte de crédit, à moins qu'il n'appelle pour annuler la commande.

Source: PsychoMédia - Publié le 22 septembre 2009
http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=7174


 

Ne pas fumer diminue par trois le risque de crise cardiaque

L'interdiction de fumer dans les locaux publics a réduit par trois le nombre d'attaques cardiaques en Europe et aux Etats-Unis. C'est le résultat d'une étude publiée par deux journaux américains, Circulations et le Journal du Collège Américain de Cardiologie, qui a été reprise par BBC News. Le résultat est meilleur que celui attendu par le Ministère anglais de la santé. Il est établi sur la base de 11 études menées sur des millions de personnes.

Les maladies cardio-vasculaires représentent la première cause de décès dans le monde. Par ailleurs, on estime que la fumée passive augmente les risques de crise cardiaque dues à la coagulation du sang, à la baisse du bon cholestérol et en intensifiant les risques de rythmes cardiaques dangereux. L'interdiction de fumer dans les lieux publics (bars, restaurants, salles de concerts) a été instaurée en Angleterre en janvier 2007 et en France en février de la même année.

Le Docteur James Lightwood, de l'Université de Californie à San Francisco, a constaté à la suite de ses études que le nombre de crises cardiaques en Europe et aux Etats-Unis a commencé à baisser immédiatement après la mise en uvre des lois anti-tabac. Le recul atteint 17% après un an et s'est poursuivi dans les deux années suivantes. Nous n'arriverons évidemment pas au risque zéro, mais ces découvertes nous prouvent que à court et moyen terme, les interdictions de fumer pourrons prévenir un grand nombre de crises cardiaques a affirmé le docteur Lightwood.

Ellen Mason, de la Fondation anglaise pour le Cur, conseille: Si vous êtes fumeurs, la meilleure chose que vous pouvez faire pour éviter une crise cardiaque est d'arrêter, et cela protégera le cur de votre famille et de vos amis.

Source: Slate.fr
http://www.slate.fr/story/10635/ne-pas-fumer-reduit-par-trois-le-risque-de-crise-cardiaque


 

Varenicline and suicidal behaviour: a cohort study based on data from the General Practice Research Database

Objective To determine whether varenicline, a recently licensed smoking cessation product, is associated with an increased risk of suicide and suicidal behaviour compared with alternative treatments bupropion and nicotine replacement therapy.

Design Cohort study nested within the General Practice Research Database.

Setting Primary care in the United Kingdom.

Participants 80 660 men and women aged 18-95 years were prescribed a new course of a smoking cessation product between 1 September 2006 and 31 May 2008; the initial drugs prescribed during follow-up were nicotine replacement products (n=63 265), varenicline (n=10 973), and bupropion (n=6422).

Main outcome measures Primary outcomes were fatal and non-fatal self harm, secondary outcomes were suicidal thoughts and depression, all investigated with Cox's proportional hazards models.

Results There was no clear evidence that varenicline was associated with an increased risk of fatal (n=2) or non-fatal (n=166) self harm, although a twofold increased risk cannot be ruled out on the basis of the upper limit of the 95% confidence interval. Compared with nicotine replacement products, the hazard ratio for self harm among people prescribed varenicline was 1.12 (95% CI 0.67 to 1.88), and it was 1.17 (0.59 to 2.32) for people prescribed bupropion. There was no evidence that varenicline was associated with an increased risk of depression (n=2244) (hazard ratio 0.88 (0.77 to1.00)) or suicidal thoughts (n=37) (1.43 (0.53 to 3.85)).

Conclusion Although a twofold increased risk of self harm with varenicline cannot be ruled out, these findings provide some reassurance concerning its association with suicidal behaviour.

Published 1 October 2009, doi:10.1136/bmj.b3805
Cite this as: D Gunnell, et al BMJ 2009;339:b3805

http://www.bmj.com/cgi/content/short/339/oct01_1/b3805?q=w_bmjhome



Retour à la liste des newsletters