Les Newsletters de Stop-Tabac.ch

Webmasters - Proposez nos news sur votre site

Rechercher dans les anciennes newsletter:

01 mai 2004

Nouvelles sur le tabagisme - Mai 2004
Préparées par Jean-François Etter pour stop-tabac.ch


Témoignage

Consultez, parmi les témoignages de Stop-tabac.ch, celui de Magali, 35 ans. "Bonjour je suis née le 13 mars 2004 je pèse 760 grammes [ndlr: soit moins du quart du poids moyen à la naissance, env. 3,5 kg]. Je suis née par césarienne, étant trop faible pour survivre a un accouchement naturel. Ma maman prends conscience en me voyant en soins intensif entre la vie et la mort que les cigarettes qu'elle a fumées pendant 9 mois m'ont fait beaucoup de mal, aujourd'hui je respire artificiellement j'ai de graves problèmes cérébrales et respiratoires. L'obstétricien qui a pratiqué la césarienne a dit à ma maman que le placenta était collé à son estomac et que suite à des examens des substances dûes au tabagisme ont été trouvées dans le placenta. J'ai été nourrie pendant 9 mois au tabac. Mes parents savent que je vais avoir une croissance très difficile si je survis. Je porte le doux prénom de Mélodie." Oui je parle au nom de ma fille ma vie ma chair que j'aime plus que tout, non je ne pensais pas que cela m'arriverait non ! aux autres mais pas à moi ! pas à mon bébé. Aujourd'hui Mélodie est entre la vie et la mort et si elle arrive à s'en sortir, elle devra avoir de l'oxygène pour l'aider à respirer. Elle restera petite, le tabac diminuant la croissance. Alors vous future maman ne fumez pas, jamais, vous tuez vous-même votre enfant. Pour moi c'est la phrase exacte: j'ai voulu donner la vie et j'ai donnée une maladie, un handicap à ma petite fille chérie. Je suis à ses côtée toute la journée, quelle torture ce petit bout perfusée partout même en haut de sa tête. J'entends des mots que je ne comprends pas et le corps médical m'explique. Je n'ose pas les regarder en face non ! Je sais que beaucoup de futures mamans fument en se disant à part le poids de mon bébé il n'y auras rien d'autre, je le pensais aussi, c'est faux archi. Fumer c'est tuer. J'espère que vous écouterez mon témoignage. Ne fumez pas. Depuis le 13 mars 2004 je n'ai pas fumé c'est trop tard. Je ne sauverai pas ma petite Mélodie.


Lien vers stop-tabac.ch

Merci + + de mettre un lien sur votre site vers www.stop-tabac.ch


Crises asthmatiques déclenchées par la fumée passive chez les adultes

(AT) Une étude scientifique finlandaise révèle pour la première fois que la fumée passive peut déclencher des crises d'asthme à court et à long terme chez les adultes également.

* Chez les personnes soumises à la fumée passive à domicile pendant une année, le risque asthmatique a été de 4,8 fois plus élevé.
* Chez les personnes soumises à la fumée passive à leur lieu de travail pour la même période, le risque asthmatique a été de 2,2 fois plus élevé. Le risque de maladie augmente en proportion de la durée à laquelle sont soumises ces personnes à la fumée passive, à leur domicile ou à leur travail. Le groupe de chercheurs finlandais a relevé pendant deux ans et demi tous les nouveaux cas d'asthme dans une population adulte de 441'000 personnes. Le risque de crise asthmatique dû à la fumée passive chez les enfants est depuis longtemps établi.
Sources: Nouvelles de l'AT (www.at-suisse.ch) et Maritta S. Jaakkola et al., Environmental Tobacco Smoke and Adult-Onset Asthma: A Population-Based Incident Case-Control Study, in: American Journal of Public Health 2003; 93: p. 2055 à 2060. www.ajph.org


Beaucoup trop de scènes tabagiques dans les films

(AT) Une analyse de films américains à succès a recensé pour 2002 un chiffre record de scènes tabagiques, d'images montrant des cendriers ou de la publicité plus ou moins occulte pour le tabac.
* En 1950, les films contenaient 10,7 scènes tabagiques par heure.
* Jusqu'au début des années quatre-vingt, ce chiffre est descendu à 4,9. Mais après 1989, la tendance s'est à nouveau inversée en faveur d'une recrudescence de ce type d'images.
* En 2002, les films contenaient en moyenne 10,9 scènes tabagiques par heure.

Fausse image
Par rapport aux années cinquante, on relève en 2002 la moitié moins de personnes fumeuses. La population est désormais mieux consciente des risques pour la santé que comporte la cigarette. C'est donc une déformation de la réalité si le cinéma montre aujourd'hui autant de scènes tabagiques que dans les années 50. Cette déformation, on le sait, a de graves conséquences négatives, puisque les jeunes qui regardent de tels films sont davantage attirés par la cigarette.

Sources: Nouvelles de l'AT (www.at-suisse.ch) et Stanton A. Glantz, Karen W. Kacirk, Charles McCulloch, Back to the Future: Smoking in Movies in 2002 Compared With 1950 Levels, in: American Journal of Public Health, 2004; 94: p. 261 à 263.


Liste des restaurants non-fumeurs

http://smokefreeplaces.net/fr/


Lien svp

Si vous disposez d'un site internet, merci d'y mettre un lien vers www.Stop-tabac.ch


STOP-TABAC.CH parmi parmi les 5 meilleurs sites

Selon une étude américaine qui a passé en revue plus de 200 sites Internet consacrés à l'arrêt du tabac, www.stop-tabac.ch est le seul site européen qui se classe parmi les 5 premiers.

-- Selon le dernier numéro de la revue scientifique Nicotine & Tobacco Research, parmi 202 sites Internet destinés à aider les fumeurs à arrêter la cigarette, seuls cinq se distinguent par leur niveau élevé d'interactivité, d'accessibilité et de validité scientifique du contenu.
Trois sont basés aux Etats-Unis, un au Canada et un en Suisse: il s'agit de www.stop-tabac.ch, financé par les autorités cantonales genevoises (DASS) et fédérales (OFSP) et la Ligue suisse contre le cancer, et géré par une petite équipe de la Faculté de médecine de l'Université de Genève (Institut de médecine sociale et préventive).

Des chercheurs américains basés à la prestigieuse Brown University de Providence Rhode Island) ont analysé tous les sites Internet en anglais offrant une aide à l'arrêt du tabac. D'après la Dr Beth Bock, qui a dirigé les recherches, 202 sites ont été identifiés. Mais les trois-quarts ont été immédiatement éliminés, car ils n'offraient aucun soutien concret pour les personnes souhaitant arrêter de fumer (il s'agissait le plus souvent d'informations récoltées ailleurs, de collections de liens hypertexte, ou d'officines virtuelles ne faisant que de la vente de produits).

Pour départager les 46 sites restants, les chercheurs ont vérifié au moyen d'une check-list le nombre d'informations et de conseils dispensés, ainsi que leur qualité: chaque erreur, imprécision ou omission faisait perdre des points dans l'évaluation globale. Des points étaient accordés pour la facilité d'utilisation du site (architecture, style graphique, navigation), le degré d'interactivité, ainsi que la personnalisation des conseils qui devraient dans l'idéal être adaptés au profil de chaque utilisateur.

Les chercheurs concluent que les sites vraiment utiles pour l'arrêt du tabac sont assez peu nombreux. "Notre grand souci est que même parmi les sites les plus crédibles, seulement une minorité utilise à fond les possibilités de l'Internet, notamment l'interactivité", écrit Beth Bock en substance. "Seulement 11% des sites analysés proposent un système interactif personnalisé pour accompagner le fumeur ou la fumeuse dans sa tentative d'arrêt, alors que cette possibilité constitue l'un des principaux avantages de l'Internet par rapport aux livres et brochures traditionnels."

La Dr Bock et ses collègues ont finalement renoncé à établir un "hit parade" et se sont contentés d'identifier les cinq sites qui leur paraissaient les plus complets:
- Canadian Cancer Society / Tobacco www.Cancer.ca/tobacco
- QuitNet www.Quitnet.com
- American Lung Assocation www.lungusa.org/tobacco
- Your Online Smoking Cessation Advisor www.stop-tabac.ch
- Arizona Smokers' Helpline www.ashline.org

Ce résultat est d'autant plus remarquable pour stop-tabac.ch que les analyses se sont faites uniquement en anglais. Or, la version anglaise de stop-tabac.ch, comme les versions allemande, italienne, espagnole, danoise, géorgienne,serbo-croate et chinoise, est moins complète que la version française (le français restant la langue de travail de l'équipe qui gère le site et de la plupart des visiteurs).

Selon le responsable du site, Jean-François Etter, "il est certain que le fait que la plupart du site soit disponible en plusieurs langues a joué en notre faveur." Mais le tabacologue voit la principale raison de ce bon classement dans le "système expert" développé sur stop-tabac.ch et qui est quasiment unique au monde. Il s'agit d'un questionnaire en-ligne qu'on peut remplir plusieurs fois au cours de sa tentative de sevrage ou dans les mois qui suivent. Chaque fois, on reçoit en retour un bilan personnalisé, généré automatiquement par ordinateur, qui donne des conseils précis pour la suite du processus. Selon le Dr Etter, c'est cet aspect interactif, combiné avec un contenu strictement contrôlé par une équipe de chercheurs formés à la tabacologie, qui est à la base du succès.
Informations complémentaires
L'Internet permet de dispenser des conseils liés à la qualité de vie et à la prévention plutôt qu'au traitement des maladies. Pour contrer le tabagisme, qui est la cause de mortalité évitable la plus importante dans le monde (environ 5 millions de morts en 2003 et cela pourrait doubler d'ici 2020), les sites Internet permettent d'informer et de conseiller beaucoup de personnes de manière économique et anonyme.

De fait, une bonne partie du travail de l'équipe de stop-tabac.ch consiste à informer les usagers et à renforcer leur motivation à l'arrêt du tabac. Souvent, les deux choses vont de pair: c'est en apprenant la gravité des maladies et les drames humains qui se jouent lorsqu'un soutien de famille tombe malade ou décède (rubrique "Témoignages") que certains réalisent qu'ils veulent vraiment arrêter. Ainsi, en avril 2004, suite à la demande de plusieurs usagers du site, il a été procédé à la mise en ligne des photos d'organes noircis et/ou cancéreux. Certaines personnes ont besoin de ce genre d'images-choc pour se motiver. D'autres sont plus sensibles aux échanges informels d'informations et d'expériences, et se rendent régulièrement sur les pages "chat" ou "forum" du site.

Le développement de www.stop-tabac.ch se poursuit, toujours avec le soutien des autorités cantonales genevoises (DASS; Département de l'action sociale et de la santé) et de la Confédération (OFSP; Office fédéral de la santé publique), ainsi que la Ligue suisse contre le cancer.

L'équipe de stop-tabac.ch
Dr Jean-François Etter (conception et responsabilité scientifique)
M. Vincent Baujard (conception, programmation et maintenance informatique)
Mme Evelyne Laszlo (développement, rédaction, réponses aux questions)
M. Derek Christie (développement, rédaction, analyses statistiques)

Référence: Beth C. Bock, Amanda L. Graham, Christopher N. Sciamanna et al. Smoking cessation treatment on the Internet: Content, quality, and usability Nicotine & Tobacco Research, Volume 6, Number 2/April 2004 www.tandf.co.uk/journals/titles/14622203.asp


Test de BPCO, quel risque courez-vous?

Les fumeurs risquent d'être atteints d'une maladie aux conséquences très sérieuses, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Un bref questionnaire vous indique si une visite médicale se justifie.
Test: http://www.stop-tabac.ch/fr/bpco/
Sur la BPCO:
http://www.splf.org/gp-splf/dossier-documents/bpco.html


Donnez votre avis sur le site Stop-tabac.ch

http://www.plebicity.com/Membres/DetailProduit.asp?idProduit=42423


Nouvelle publication

Publication d'une étude faite auprès des utilisateurs du site Stop-tabac.ch, que nous remercions de leur participation:
Etter JF. Asking about quantity and frequency of alcohol consumption before asking the CAGE questions produces lower ratings on the CAGE test. Drug and Alcohol Dependence. 2004 May 10;74(2):211-4.
Background: We tested whether asking about alcohol consumption before asking the CAGE questions modified the answers to the CAGE test.
Methods: Randomized trial on a smoking cessation website, in English, in 2003. Half the participants began by answering questions on quantity and frequency of alcohol consumption and then, on a second web page, answered the CAGE questionnaire (format A). The other half answered first the CAGE and then questions on quantity and frequency (format B).
Results: The survey was answered by 1213 people. Fewer people gave positive answers to three of the four CAGE questions in format A than in format B. Cut-down, 32% versus 38%; annoyed, 13% versus 18%; eye-opener, 5% versus 8%. Fewer people had a CAGE score >=2, indicating possible alcoholism, in format A than in format B (26% versus 32%). This effect was stronger in men(format A, 29%; format B, 39%), and it was not statistically significant in women (format A, 25%; format B, 28%).
Conclusion: In an internet survey, asking questions about the quantity and frequency of alcohol consumption before asking the CAGE questionnaire produced fewer positive answers to the CAGE. This effect was observed only in men.


Les fumeuses courent un plus grand risque de cancer de sein

Une nouvelle étude montre que le tabagisme augmente le risque de cancer de sein. Jusqu'ici, la recherche avait produit des résultats peu concluants. Mais une étude importante sur plus de 116'000 femmes conduite par le département des services de santé de la Californie suggère que le tabagisme constitue une menace significative. Le travail est publié dans le journal de l'Institut National du Cancer (USA). Pendant les quatre années de l'étude, 2'005 des femmes ont été diagnostiqués avec le cancer de sein. Le taux parmi les femmes qui étaient fumeuses était autour de 30% plus haut que parmi celles qui n'avait jamais fumé. Les femmes qui ont commencé à fumer avant l'âge de 20 ans, et celles qui ont commencé au moins cinq ans avant que leur première grossesse étaient le plus à risque.
Source: ASH daily news (www.ash.org.uk)


Rendre son logement "non-fumeur" favorise l'arrêt du tabac chez les personnes motivées

Selon des chercheurs de l'Etat d'Oregon (nord-ouest des Etats-Unis), le fait de rendre sa maison ou son appartement entièrement "non-fumeur" augmente les chances de réussir à arrêter de fumer. Mais cette mesure est utile seulement pour les personnes réellement motivées à l'arrêt du tabac.
Les résultats de la Dr Barbara Pizacani et de ses collègues du Service d'épidémiologie de l'Etat de l'Oregon se fondent sur 565 fumeurs que l'équipe a suivis pendant presque deux ans. Pendant cette période, certains participants ont interdit à toute personne de fumer à l'intérieur de leur logement, alors que d'autres le permettaient (groupe témoin). D'après les premières analyses, c'est surtout les fumeurs jeunes ayant des enfants qui se sont volontairement imposé cette interdiction.

Lors du suivi, les chercheurs ont observé que les personnes ayant vécu dans une ambiance sans fumée étaient deux fois plus nombreuses à avoir tenté d'arrêter de fumer. De plus, parmi toutes les personnes ayant essayé d'arrêter, celles qui ne pouvaient pas fumer à la maison ont réussi à s'abstenir plus longtemps que les autres. Et pourtant, au terme des deux ans d'étude, la proportion ayant arrêté de fumer de manière durable était équivalente dans les deux groupes (environ 30%).

Les chercheurs se sont alors intéressés à l'état d'esprit qui animait les participants à l'étude. Prudente, Barbara Pizacani avait déterminé leurs intentions tout au début du processus. A l'époque, les trois quarts des personnes qui allaient opter pour un logement non-fumeur avaient la ferme intention d'arrêter de fumer, contre à peine plus de la moitié dans le groupe témoin.

Une analyse fine a montré que les personnes n'ayant pas vraiment l'intention d'arrêter n'ont pas été influencées par le caractère fumeur ou non-fumeur de leur logement (leur chances d'arrêter durablement étaient d'environ 16% dans les deux cas). Mais pour les personnes qui avaient au départ la ferme intention d'arrêter, disposer d'un logement non-fumeur augmentait très nettement les chances d'arrêt durable du tabac. Selon les calculs, ces chances étaient doublées, voire quadruplées!

Dans leurs conclusions, les chercheurs relèvent que leur étude ne permet pas de savoir si le fait de rendre son logement non-fumeur renforce la volonté d'arrêt du tabac, ou si les gens motivés ont simplement plus de chances de rendre leur logement non-fumeur. Quoi qu'il en soit, il est certain que le désir de vivre dans un milieu non-enfumé et le celui d'arrêter le tabac vont dans le même sens. Ils se renforcent l'un l'autre.

En résumé, il faut être motivé pour arrêter de fumer, mais souvent cela ne suffit pas. Le fait de déclarer son logement "zone non-fumeurs" peut alors augmenter les chances de réussite. Même en cas d'échec du sevrage, cette mesure peut être maintenue afin d'améliorer la qualité de l'air au domicile, notamment pour que les autres personnes du ménage ne soient plus exposées aux dangers de la fumée passive.
Genève, le 19 mai 2004
Derek Christie pour Stop-tabac.ch


 

Tabac ou santé: nouveau rapport du Surgeon General US

Le Département américain des Services de Santé vient de publier un rapport du Surgeon General sur les conséquences du tabagisme sur la santé. Ce rapport met à jour le très influent rapport de 1964 et ajoute plusieurs nouvelles maladies pour lesquelles l'évidence scientifique démontre maintenant une association causale avec le tabagisme. Le rapport lui-même, des fiches documentaires, une base de données sur les 1.600 articles cités dans le rapport, un livret pour le public et un site Web montrant comment le tabagisme endommage presque chaque organe du corps peuvent être trouvés à :
http://www.surgeongeneral.gov/library/smokingconsequences
Le services du Surgeon General ont travaillé dur pour s'assurer que l'information dans ce rapport est accessible aux personnes de différents niveaux d'instruction.


Retour à la liste des newsletters