Témoignages

Comment j'ai réduit ma consommation:

Anonyme (25 ans) - Nationalité france - le 16 Mars 2014
"Bonsoir, J'ai commencer a fumer en 4eme, j'ai 25ans maintenant. La conclusion que je tire ce soir, de toute ces années de fumerie, c'est que le cannabis n'aide pas a se sentir mieux dans la vie. C'est un fait, même si certains prônent ses effets bénéfiques pour la santé, dite-vous qu'il faut être malade pour que la substance vous soignent non? Dans mon cas j'ai fumé par pur plaisir de la consommation, j'adore encore aujourd'hui (et je pense pour toute ma vie) l'effet de la "défonce" ceux qui ne fument pas ne peuvent pas comprendre la sensation que le cannabis procurent sur le ressenti, les choses sont beaucoup plus intéressantes, la musique plus belle, les films plus émouvants, le sexe sans comparaison.... Voila pourquoi c'est si dur de s'en sortir, après autant d'années a avoir vécu sous l'emprise du cannabis, je me suis demander comment il fallait faire pour retrouver un intérêt a une vie a jeun. les études facilite la dépendance, on est constamment proche de camarades qui fume qui trouve sa cool. seulement on gère le cannabis différemment selon la personne qui le consomme, il est vrai que certains réussissent a y voir qu'un aspect divertissant sans se laisser contrôler (cependant, il est rare que ces personnes soit a proprement dites dépendants, en général il n'achètent pas leur cannabis, ne savent pas rouler leur joints, et préfèrent boire que fumer). Le véritable problème c'est qu'on ne devient pas dépendant sans raison, on devient dépendant a l'effet car il devient immédiatement un substitut a un manque, affectif ou autres... il permet de remplir un vide, et de trouver un sens a sa situation. Mais malheureusement, il emprisonne le consommateur dans une prison psychologique. Je me compare souvent a l'enfant que j'étais avant de fumer, et je me rend compte que je suis devenu nostalgique de mon enfance, car tout me sembler facile et simple et un rien me rendait heureux. parenthèse politique ( Le pire c'est la diabolisation du cannabis dans les médias, ont nous culpabilise de fumer ce qui arrange en rien notre santé mentale, fumer un joint c'est être perçut comme un parias pour la majorités des personnes, un criminels pour les policiers. J'ai demander a un agent de la BAC une fois si il avait essayer de fumer il m'a répondu catégoriquement qu'il connaissait les effets de dépendances qu'il avait VU ce que ça pouvait provoquer chez le consommateur dépendant, mais comment combattre quelque chose qu'on ne fait qu'observer. Les pays bas ne comptabilisent pas plus de dépendant qu'en France, la diabolisation ne sert qu'a décuplé l'effet de parano que subissent la grande majorité de consommateurs. Je pense que le cannabis peut devenir un simple moyen de divertissement au même niveau que l'alcool si il est traiter comme tel, avec un minimum de prévention et d'information on peut faire comprendre que le cannabis ne tue pas, mais qu'a forte consommation, il créer de la dépression du repli sur soi, de la démotivation, de l'échec scolaire des problèmes mentaux. Arrêtez la diabolisation ça nous permettrait de nous déculpabiliser). J'ai compris avec le temps que ma consommation variait en fonction de mon humeur, et que il est trés difficile de trouver une stabilité dans la vie qui me permettait de ne pas avoir envie de fumer, j'ai fait tellement choses dans la vie défoncé qu'il faut tout refaire dans un état normal, mais tout semble fade, nul, sans intérêt, sans beauté, j'ai donc décider de changer d'environnement, changer d'école, d'appart de meuf, de potes, mais l'addiction à déménager avec moi. Je me sentait bloqué, et encore aujourdhui j'ai du mal a combattre l'envie de fumer pour retrouver un petit moment de bonheur pur. Donc j'ai décider de réduire mes exigences de satisfaction a la baisse. même si j'affiche en ce moment qu'un sourire timide quand on me raconte une blague, si le sexe est devenu un peu fade, que la musique et les films moins transcendant, je n'ai plus peur des autres dans le métro, je peux tenir une discussion longue sans perdre ma logique (même si je pense que j'aurais toujours du mal a m'exprimer du fait des nombreuses années de consommations intensives) c'est ce sentiments de contrôle que j'ai découvert que me permettent en ce moment de réduire grandement ma consommation. Cependant et je le redit tant que la politique gouvernemental continuera a envoyer des consommateurs en prison, le cannabis continuera a rendre parano, aller au nepal ou au tibet ou l'herbe poussent comme les pâquerettes, les fumeurs la ne sont pas parano, ce n'est pas un effet secondaires du cannabis, c'est sa publicité et son détournement médiatiques qui créer cet effet (le plus dangereux car c'est la parano qui isole le consommateur) "
Catégories associées:
Comment trouvez-vous ce témoignage ?
utile
très utile
 
   

Autres témoignages pour cette catégorie:


Prénom:
 Avis des
lecteurs:
Anonyme  
Anonyme  
Anonyme  
ajax  
Anonyme  
Dav  
roh2guerre  
Anonyme  
Cisare83500  
Anonyme  
lilou  
Tiitte  
Anonyme  
Samy69  
Mickael  
enviedetrelibre  
Anonyme  
Anonyme  
Vivi  
sandra  
Anonyme  
Anonyme  
sinclar  
flaamgs  
gopotoer  
Anonyme  
Antoine  
Nico  
seb609  
Anonyme  
Thomas  
Nico  
Anonyme  
Sab  

Prénom:
 
Date:
Anonyme  14 Juillet 2019
Vivi  27 Mai 2019
Samy69  23 Mai 2019
Anonyme  20 Mai 2019
Mickael  17 Mai 2019
Sab  01 Mai 2019
Anonyme  02 Septembre 2018
Anonyme  06 Avril 2018
Anonyme  12 Novembre 2017
flaamgs  15 Janvier 2017
Nico  31 Décembre 2016
Nico  24 Décembre 2015
Anonyme  20 Septembre 2015
Anonyme  26 Avril 2015
Cisare83500  18 Mars 2015
sandra  18 Février 2015
ajax  07 Février 2015
gopotoer  24 Septembre 2014
Anonyme  09 Août 2014
Thomas  08 Avril 2014
Anonyme  16 Mars 2014
Anonyme  18 Août 2013
Anonyme  24 Janvier 2013
enviedetrelibre  08 Janvier 2013
Anonyme  17 Novembre 2012
roh2guerre  16 Novembre 2012
Tiitte  15 Novembre 2012
Anonyme  08 Octobre 2012
Antoine  27 Août 2012
Dav  05 Novembre 2009
Anonyme  05 Septembre 2009
sinclar  17 Juin 2009
lilou  05 Avril 2009
seb609  16 Mars 2009

Afficher tous les témoignages